Tag Archives: security services

Call For Paper – A forgotten October? Russia in 1993


A forgotten October? Russia in 1993

Paris, 18-19 November 2013

Version française / Русская версия


“I order the suspension of the parliamentary, administrative and supervisory functions of the Congress of People’s Deputies and the Supreme Soviet of the Russian Federation… The Constitution… and legislation… will remain in force to the extent that they do not conflict with this Decree”

Moscow, Kremlin, 21 September 1993, 8pm, Presidential Decree (Ukaz) n° 1400.

            Presented by some as a way out of the intractable conflict which had opposed the President and Parliament for months, denounced by others as a coup, Boris Yeltsin’s decree provoked a crisis which would last fourteen days, during which political conflict turned into violent confrontation. From 21 September to 4 October 1993, Russia experienced a major political crisis. In response to Yeltsin’s Ukaz, Members of Parliament supported by General Rutskoi, Russian Vice-President, met in extraordinary session, refused to comply with the presidential decision, occupied Parliament (the White House) and held out against the security forces. Protests were organised in the city: Yeltsin’s supporters gathered near the Moscow Soviet (Mossovet), those supporting the deputies assembled near the White House. The political confrontation ended with the storming of Parliament by the army on 4 October, under the orders of the President, and the arrests of the rebel deputies and their supporters. The toll: more than 150 dead and 400 injured.

Twenty years after October 1993, this Conference aims to propose a sociological analysis of this crucial but neglected political crisis. To this end, it seeks to question the official version of the event, which was principally the work of the victors, who imposed their vision of the confrontation and its consequences, in particular concerning the institutional outcomes. The Conference will also restore the place of alternative accounts and memories. It will analyse the diverse individual and collective trajectories of actors of the period. Focussing on the period prior to the conflict, its development and its consequences, the Conference will explore both the winners and the losers of the conflict, its active participants and its observers. Particular attention will be paid to the issue of the explosion of violence, its effects on the crisis and its outcome.

             Before the crisis, political actors of the period operated in an uncertain and complex context. The ascent towards conflict cannot be analysed as a conspiracy or as a linear rise to violent crisis. This outcome was in large part unexpected and in no way inevitable. The October 1993 crisis was that of a Russian power which had built itself in opposition to the power of the Soviet Union, with the election in 1990 of the Congress of People’s Deputies of the RSFSR. Boris Yeltsin, elected President of the Supreme Soviet (upper house) in May 1990, then of Russia in June 1991, had obtained the support of a composite majority of parliamentarians in his struggle to gain powers from the Union. Until mid-1991, the President and those deputies who did not support him (representing two thirds of seats) had fairly convergent interests. With the fall of the USSR in December 1991, these points of convergence diminished. Questions began to be asked about the type of regime to be established: presidential, parliamentary or mixed? Doubts grew over the implementation of the economic programme of “shock therapy”, with its heavy social and economic consequences. Divisions between opposition groups within the Congress of People’s Deputies became more marked (emergence of a “red-brown” opposition, divisions among “democrats”…). In the course of 1993, there were several attempts at conciliation conducted by various intermediaries. Multiple agreements were concluded between the two powers, varying in degrees of transparency and in the extent to which they were implemented, yet the situation remained unstable.

            In Autumn 1993, after the publication of Yeltsin’s decree (ukaz), actors involved in the conflict, both within the Supreme Soviet and the Presidency, were improvising. From this perspective, the Conference will attempt to shed light on what was happening in the crisis, focusing on the following aspects:

1. The context of widespread uncertainty which reigned between 21 September and 4 October. This will be evaluated and the way in which it affected the actors’ perceptions, expectations and calculations will be explored. Information circulating at the time was incomplete and partisan, favouring misunderstandings, bluffs and the propagation of rumours. Some actors decided to take an active part, while others played the waiting game.

2. How did mobilizations affect the various social worlds and institutional sites in which they took place (the political sphere and Parliament, army and police, Presidency, state sectors, press, TV, radio, etc.)? What splits occurred within these worlds and how did they develop during the course of the crisis? What coalitions emerged? What was the role of the trade unions, parties and social organisations (in particular those who refused to take sides but provided assistance to the injured)? Did these mobilizations reach other actors (federal ministries, regional powers, judiciary…) and to what effect?

3. Succession of moves between the protagonists: How was it decided to dissolve Parliament? How did the response of the opposing parliamentarians emerge? What was the role of street protests in the development of events? How did events turn violent and what made that possible? How did the army and the police intervene? How was order maintained during those days in October? Did the police have the required “know-how”? How can relations between the Presidency and the higher echelons of the Army be explained and described during this period? How and when was it decided to strike Parliament?

4. Finally, what negotiation and mediation attempts took place during these fourteen days? The efforts of the Orthodox Church are well-known. Were there other, less publicised, mediation attempts (Western States, Post-Soviet States or other actors)?

 At the end of the conflict, new power relations emerged in the political contest. The history of the bodies that grew out of the crisis has been widely documented. The parliamentary elections of December 1993 and the referendum which led to the adoption of the Constitution have been fully analysed. Yet, the institutional choices made during this period raise questions. They resulted in a reduced range of possibilities, in terms of the forms that could be taken by Russian democracy, and froze contingent institutional solutions, which prior to 1993 were intended to be temporary. After the crisis, the future of the defeated opposition was neglected. Yet, it is important to see how the opposition reorganised, what were its forms of action and the means of control) by the Federal government and what were the fates of former opponents to Boris Yeltsin after October 1993. As for Yeltsin’s supporters, 1993 also marked a break in the political careers of many of them, for example the “democrat” deputies who were not re-elected in 1993 and the many citizens involved in the “democratic movement” in support of perestroika: some completely abandoned political activity, others reconverted to careers in associations or economics.

While attention was focussed on events in Moscow, the only place where they degenerated into violent confrontation, the dissolution across Russia of local and regional soviets marked the beginning of long-lasting disillusion with politics, while accelerating the rebuilding of regional power, in particular around the division of property.

 In the longer term, the new practices and representation that developed in the Russian political arena should be explored. October 1993 has been considered as a stage in the regime’s derailment from democracy and as forming the matrix of political developments in the country leading to Vladmir Putin. The conflict has also been considered as a precursor to the use of violence to internal ends (in particular for re-establishing order in Chechnya). October 1993 also raised questions for the relationship between Russia and the West. What were the effects of this confrontation on Russia’s role on the international scene?


In order to explore these issues, the Conference aims to give a central role to the various actors of the conflict. To this end, the call for contributions is divided into six main themes:

 – Questioning actors from the period to provide new sources of knowledge about the events. Without access to archives and in the absence of the establishment of an investigation commission at the end of the conflict, current research is based on the testimonies of actors from one side or the other, accounts of journalists and compilations of documents. The Conference could enable discussion of the establishment and use of these sources and contribute to supplementing them.

 – Understanding the stakes of the conflict as identified by the actors: What political models were competing in their eyes? What were they fighting for? What was the importance of institutional questions, of questions of legitimacy, but also of modes of exercising power? What were the debates about economic reforms and their significance?

Highlighting the diversity of the trajectories of political actors, the resources available to them and utilised at different times. The analysis will pay attention to the positioning of different types of actor: institutional, political, trade unions, economic, religious… as well as to those who acted as mediators. The ways in which the crisis changed their trajectories and careers will also be explored.

– Understanding the dynamics of the crisis. The motives, objectives and stakes that gave birth to the crisis were shaken and transformed by events, through mobilizations and strategic moves by the various actors, and the conflict gained an independent dynamic. In a situation of widespread uncertainty, within several days competition for power turned into a struggle for the political survival of the protagonists and for those bodies they claimed to represent. The conflict took place on sites considered to be strategic or symbolic (the White House, the Kremlin, the Ostankino television tower, the Mossovet…). The conflict thus had its own social topography, i.e., social spaces and institutional arenas – political sphere, Parliament, Presidency, state sectors (including the army and the police), regional powers, the media world, etc. where mobilizations, counter-mobilizations and succession of moves took place. While everything seemed calm elsewhere in and around Moscow, what was happening in other regions? How was the conflict perceived in the former Soviet republics?

Analysing the time-frame of the conflict and its consequences. During the crisis, actors participated according to varying time-frames. Time was not linear, there were moments of acceleration and tipping points (in particular the recourse to violence). The time-frame of institutional reforms differed from that of economic reforms. How can parallels be drawn between 1991 and 1993? Between 1993 and the Soviet past? In this history of the 1990s? And since 2000 has there been a policy of forgetting?

Making sense of 1993: What memory of the conflict is perpetuated and within which groups? Which sites commemorate these events? Beyond political interpretations of the conflict, which literary, cinematographic or other artistic works contribute to the commemoration of this event? How does the Russian State recognise responsibilities and respective roles (military decorations, amnesty)? What forms of justice and reparations were envisaged? Did the development of the crisis and its outcomes constitute the beginning of the disintegration of the Central power over the regions and asymmetric federalism. How have researchers in Russia and elsewhere analysed this event and how have their analyses contributed to an understanding of the “sense” of the crisis of 1993?


Practical Information:

This interdisciplinary Conference is open to contributions from historians, sociologists, lawyers, economists, researchers in political science, international relations and any other area of social science. Contributions from witnesses and actors from this period, located in different (physical or political) areas within the “theatre of operations”, are also welcome.

Those wishing to participate should submit a summary (300 – 500 words) in one of the symposium’s working languages, together with a brief biography (CVs not accepted) by 15 March 2013 to octobre1993@centre-fr.net. Submission of summaries in English as well as in French or Russian will be appreciated.

Those selected will be informed by mid-April 2013.

Participants will be asked to provide a “long summary” of approximately 5 – 7 pages (3000-5000 words) by 1st October 2013.

The Conference will take place at CERI, 56 rue Jacob, on 18-19 November 2013.

Working languages: French, English, Russian (oral presentations may be delivered in these three languages. Only translation from French to Russian and from Russian to French will be provided).


Information: www.centre-fr.net

Contact: octobre1993@centre-fr.net

Bibliography: http://russiaviolence.hypotheses.org/bibliographies/octobre-1993-in-russia-a-bibliography


Organising bodies: Centre d’études franco-russe de Moscou (CEFR), in collaboration with Centre d’études et de recherches internationales (CERI, Sciences Po, Paris), Centre d’étude des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS, Paris), Institute of Russian History of the Russian Academy of Sciences (IRI RAN, Moscow), Russian Academy of Economy and Public Service (RANHiGS, Moscow), Centre de recherches pluridisciplinaires multilingues (CRPM, Université Paris Ouest Nanterre), Institut des sciences sociales du politique (ISP, Université Paris Ouest Nanterre) and Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH, Paris).

 The Scientific Committee: Carine Clément (Smolny Institute, St-Pet.), Françoise Daucé (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand/CERCEC), Myriam Désert (University of Paris IV/CERCEC), Michel Dobry (University of Paris I/CESSP), Boris Dubin (Levada-Centre, Moscow), Gilles Favarel-Garrigues (CERI, Paris), Graeme Gill (University of Sydney), Anne Le Huérou (University Paris Nanterre/CRPM/CERCEC), Marie-Hélène Mandrillon (CERCEC, Paris), Rudolf Pikhoia (RANHiGS, Moscow), Jean-Robert Raviot (University of Paris Nanterre/CRPM), Amandine Regamey (University of Paris I/CERCEC), Kathy Rousselet (CERI, Paris), Carole Sigman (CEFR Moscow/ISP), Serguey Zhuravlev (IRI RAN, Moscow).

The organizing committee : Françoise Daucé, Gilles Favarel-Garrigues, Anne Le Huérou, Amandine Regamey, Kathy Rousselet, Carole Sigman.

Committee against Torture (Nizhnij Novgorod) – Winner of the Front Line Award 2011

We are pleased to announce that the Committee against Torture from Nizhnij Novgorod, about which we have published material and interviews, has just received the Front Line award 2011, for its work in Chechnya with the Joint Mobile group. formed by human rights defenders and legal experts from various Russian regions and NGOs. The joint mobile group investigates political killings and disappearances in Chechnya in order to bring the people responsible for these actions to justice.

watch the video about their activities on the field:

On Line Publication – Yakov Gilinski : The Russian Police, Yesterday, Today, Tomorrow (in French)

En préparation de la journée d’étude sur la police russe du 25 mars, nous publions des extraits du texte d’un des intervenants, Iakov Gilinski, intitulé « La police russe: hier, aujourd’hui, demain »

Bref aperçu historique

On fait en général remonter la naissance de la police/milice1 russe au 10 novembre 1917 (28 octobre selon l’ancien calendrier), date du décret du NKVD (Commissariat du peuple à l’Intérieur)2 «Sur la milice ouvrière (o rabochej militsii» . Le 10 novembre est fêté jusqu’à nos jours comme le “jour de la police”.

Dans un premier temps, le terme de “milice” (militsia) correspondait à son acception la plus répandue : celle de formations armées utilisées pour maintenir l’ordre public, composées de volontaires et ne faisant pas partie du système étatique de maintien de l’ordre. Cependant, dès mai 1918 la milice (militsia) a été transformée en organe d’Etat permanent, et le 21 octobre 1918, le NKVD3 et le NKIu (Commissariat du peuple à la justice) ont adopté les «Instructions sur l’organisation de la milice paysanne et ouvrière (raboche-krestianskaja militsia)». Depuis cette époque, et jusqu’à maintenant en Russie post-soviétique, le corps qui assure de fait les fonctions de police a conservé l’appellation de “milice” (militsia). Ce n’est qu’en août 2010 que le président de la Russie D. Medvdev a proposé de rebaptiser la milice (militsia) en police (politsia), ce qui devrait refléter ses fonctions et son organisation réelle.

Dans la Russie actuelle, la police est partie intégrante du Ministère de l’Intérieur (MVD = Ministerstvo vnustrennikh del)  et elle est composée de deux principales directions : la police de sécurité publique (militsia obshestvennoj bezopasnosti), dont la fonction principale est le maintien de l’ordre et la protection contre les atteintes aux biens et aux personnes, les enquêtes sur les infractions administratives et quelques catégories de délits ou crimes) et la police criminelle (kriminalnaja militsia), qui enquête sur les crimes graves et doit lutter contre la criminalité organisée.

Les effectifs de la police russe sont parmi les plus élevés au monde : en 2010, on comptait 975 policiers pour 100 000 habitants, contre 350-500 dans les pays européens.

Après la chute de l’URSS en 1991, et la transition vers le marché dans le contexte de pénuries financières et commerciales énormes propres à l’économie socialiste, la majorité des institutions financées par le budget de l’Etat (médecine, éducation, science, armée, police, etc.) se sont retrouvées dans une situation financière très difficile. Dans le même temps, sont apparues de nouvelles sphères d’emploi de la force : des agences de sécurité privées (non-étatiques) à l’entreprenariat légal, semi-légal et illégal (y compris la criminalité organisée). Et les policiers les plus professionnels, jeunes, forts et entreprenants, qui recevaient un salaire de misère, ont progressivement “migré” vers les structures entrepreneuriales légales et illégales.

Petit à petit, la police a perdu ses cadres les plus qualifiés, et ses rangs ont été complétés par le “tout-venant”. L’auteur de ces lignes a été témoin de la manière dont les soi-disant « Cours supérieurs de la police » (près de Saint-Petersbourg) se sont mis en un temps très bref à transformer en officiers de police des instituteurs, des médecins ou des ingénieurs (dont la situation dans les institutions financées par le budget était encore pire que dans la police).

Dans le même temps, on a observé une corruption croissante de toutes les branches et tous les niveaux du pouvoir. Cette évolution n’a pas épargné ce qu’on appelle les “structures de force”  : la police, le FSB (Service Fédéral de Sécurité – Federalnaja Sluzhba Bezopasnosti), le FSO (Service Fédéral de Protection – Federalnaja Sluzhba Okhrany), les douanes, le FSKN (Service Fédéral de Contrôle  du Trafic de Stupéfiants, Federalnaja sluzhba po kontroliu za narkotikov). Plus que tous, c’est la police qui a le plus été marquée par cette corruption, dans la mesure où elle est en contact permanent avec la population.

Dans les années 2000, le pays s’est ainsi retrouvé avec une police déprofessionalisée, corrompue et “alcoolisée” (selon les données d’un directeur des services médicaux du MVD, jusqu’à 20% des policiers sont alcooliques).

La police comme Groupe criminel organisé (OPG)

Petit à petit, au cours des années 2000-2010, la police russe s’est transformée d’organe de maintien de l’ordre en système criminel organisé. Bien sûr, il reste des policiers honnêtes et non corrompus ; beaucoup font leur travail en risquant leur vie. Il leur est très difficile de travailler dans les conditions actuelles, et ce ne sont pas eux qui déterminent fonctionnement du système. En 2005, j’ai réussi à interviewer un certain nombre de policiers. Voila ce qu’ils m’ont dit.

Selon un membre de la police criminelle rattaché au Département de lutte contre la criminalité organisée V. : «Aujourd’hui, il n’y a plus de criminalité organisée : elle a été remplacée par les flics. Qui assure la protection illégale (krysha)4 des kiosques, des marchés, des points de vente. Les flics. Regardez: voila un kiosque. Régulièrement, vous allez voir un flic s’approcher et recevoir de l’argent. Et là, dans la maison en face, au 4ème étage, il y a un “point de revente”. Il est sous le contrôle du commissariat de police n°X. Aujourd’hui, tout le petit commerce, le petit et moyen business et sous “protection” des flics. Les bandits y fourrent plus leur nez.  Pourquoi est-ce que c’est plus avantageux d’être sous la protection (krysha) des flics? Ils ont plus de possibilités légales. Au cas où, leur flingue est légal, et ils tirent légalement. Alors que les flingues des bandits n’ont pas la loi pour eux. De plus, les chefs des différentes agences de protection (sécurité interne des entreprises – nda) – ce sont d’anciens flics. Et deux flics arrivent toujours à se mettre d’accord. Moi, si nécessaire, je vais voir le chef de la sécurité et je lui dis : frérot, t’es un des nôtres, aide-moi donc. Et il t’aidera toujours. Et maintenant, même parmi les bandits, les flics sont respectés. Un détenu (zek) peut m’appeler de la prison des Kresty (St Petersbourg) et me parler en présence des autres détenus. Plus même, il va s’en vanter, dans sa cellule : j’appelle un flic de mes connaissances… Alors qu’auparavant, pour ca, on l’aurait buté immédiatement».

Question : – et le contrôle sur la prostitution ?

Réponse : –Ca aussi, c’est les flics

Q : –Et les jeux

R : – Ca, c’est le FSB. Pour le business des jeux, les flics ont pas les épaules assez larges. Y a de telles sommes d’argent en jeu ! Ca, c’est contrôlé par le FSB (eto FSB kryshuet)».

A la question « et comment se passe la protection criminelle dans les marchés? », V répond que « Tout est très simple. Arrive un nouveau commerçant avec sa marchandise. Il va voir les Azéris qui contrôlent le marché, pour avoir une place. Ceux-ci lui donnent leurs tarifs. Ensuite, il y a trois variantes possibles : le commerçant accepte, reçoit sa place et paye les Azéris, ou bien il se débarrasse de sa marchandise à moitié prix et s’en va, ou bien, s’il se montre peu conciliant, les Azeris vont voir le policier « de garde » : là-bas, il y a un type inconnu et bizarre, il faut le contrôler Et le flic « contrôle », les papiers, la voiture, la marchandise…. On trouve toujours quelque chose à reprocher ..  si bien que le nouveau-venu est content de partir, sinon il lui faut encore payer son “rachat” aux policiers. Ca, en définitive, ça nous donne un double système de krysha, les Azéris, et les flics par-dessus ».

Le chef d’un des départements de la sécurité interne de la direction principale des Affaires intérieures de Saint-Pétersbourg D :

«Question : Que pensez-vous de l’idée selon laquelle la protection (krysha) policière a fini par remplacer les protections criminelles ?

R : Oui, c’est tout à fait juste. Et il ne s’agit pas de policiers ou de groupes isolés. Cela a lieu au niveau, disons, des commissariats. Un café se crée sur le territoire qui relève d’un commissariat. Le commissaire y envoie un îlotier. Celui-ci pose immédiatement les règles, et le café va payer tous les mois au commissariat une somme d’argent définie ».

A cela il faut ajouter le phénomène répandu des « raids noirs » (chërnoe rejderstvo) quand un « entrepreneur » récupère le business de ses concurrents avec l’aide de la police, des forces spéciales de la police (OMON). Le professeur V. Ovtchinski, haut-gradé de la police à la retraite, conseiller du Conseil constitutionnel russe a expliqué combien cela coûte : « Tout dépend du but final. Imaginons que l’on veuille récupérer une grosse entreprise, qui coute 10 millions. Pour régler l’affaire, il faut mettre 10%, c’est-à-dire 1 million de dollars, pour acheter les policiers, qui vont mener le raid. Si l’objet visé en vaut la peine, cela peut aller jusqu’à 30%. En conséquence, si les prix atteignent 100 millions de dollars, alors 30 millions servent à acheter des policiers »5 .

A l’heure actuelle (depuis 2010), les liaisons incestueuses de la criminalité organisée (« les bandits »), des forces de l’ordre ou des siloviki (y compris la police) et des organes du pouvoir locaux est reconnue au plus haut niveau de l’Etat.

Quelques citations :

Extrait de l’adresse du président de la Russie Dmitri Medvedev au Parlement6 : «Ces derniers temps, malheureusement, une série d’événements tragiques, dans lesquels nos concitoyens ont trouvé la mort a eu lieu. Les causes en sont, entre autres, le laisser-aller dans l’activité des forces de l’ordre et d’autres organes du pouvoir, et souvent leur fusion directe avec le monde criminel» (souligné par moi, Ia. G).

Extrait d’un article du Président du Conseil Constitutionnel V. Zorkin7: «Malheureusement, il devient chaque jour plus évident que l’imbrication du pouvoir et du monde criminel (souligné par moi, Ia. G) selon ce qui s’est passé à Kushevskaya8, n est pas unique.  Il s’est passé la même chose (ou quelque chose de semblable) ailleurs, à Novossibisrk, Engels, Gus-Khrustal, Berezovsk, etc… Il est évident pour tous, tant les experts professionnels que les simples citoyens, que notre Etat est en train de passer du statut d’Etat infiltré par le crime à celui d’Etat criminel» (souligné par moi, Ia. G).

Citons enfin, l’avis éclairé de l’ambassadeur des Etats-Unis en Russie, John Beyrle, connu grâce à Julian Assange, Wikileaks et le journal britannique The Guardian : «Dans la capitale fonctionne un système criminel à trois étages, au sommet duquel se trouve Loujkov (maire de Moscou à l’époque, ndt). Ensuite, on trouve deux énormes structures : le FSB et le MVD. Tout au bas de la pyramide, des petits criminels et des insepcteurs de base de différentes structures étatiques. De plus, on souligne que “le FSB est de loin la meilleure protection (krysha) pour faire du buisness en Russie”». «Le MVD récolte l’argent des petites et moyennes entreprises, et le FSB – du gros buisness». «Nos sources affirment qu’il n’y a plus besoin de la protection (kryshevanie) offerte par des bandes criminelles. Il est beaucoup plus simple, à Moscou, d’utiliser le MVD et le FSB». Dans son rapport suivant au Département d’Etat, Beyrle affirme : «les éléments criminels disposent d’une protection (krysha), qui traverse les rangs de la police, du FSB, du MVD et de la procurature, ainsi que les structures bureaucratiques du gouvernement de la ville de Moscou ».

Des analyses semblables sont faites par le diplomate Michael Davenport et d’autres businessmen et hommes politiques occidentaux, dont les évaluations du pouvoir russe ont été mises sur son site par Julian Assange.

Le futur de la milice/police russe

A l’heure actuelle, on discute activement en Russie de la réforme de la police, du projet de loi « Sur la police (o politsii) » (entré en vigueur le 1er mars 2011) ; le président propose de réduire les effectifs de la police de 20%.

Les officiels et des politiciens proches du Kremlin évaluent positivement tant la « réforme » que le projet de loi « Sur la police ». Cependant, nombreux sont les hommes politiques censés, les scientifiques, les associatifs, les anciens dirigeants du MVD qui critiquent sévèrement le projet et croient peu en la possibilité de réformer le système actuel du MVD.

Pour ce qui me concerne, j’ai écrit sur ce projet de loi : «son plus grand défaut, selon moi, est qu’il comporte un très grand nombre d’articles qui renvoient à d’autres lois ou à actes normatifs, qui eux-mêmes n’existent pas ou sont inopérants. J’ai trouvé plus de 100 renvois de ce type, sans compter les renvois à des actes législatifs réellement en vigueur.

Regardez la majorité des articles, et vous le verrez vous-même. Dans cette situation, on ne voit pas du tout comment la loi pourrait fonctionner. Je crains que  ca ne soit encore une fois un acte normatif vide.

Mais dans le même temps, les droits de la police / milice augmentent considérablement. En particulier, leur possibilité d’entrer dans les habitations privées est pratiquement illimitée. Pourquoi? Sur quelle base ? Qui plus est, cela contredit clairement la constitution, dans laquelle est clairement posée l’inviolabilité du logement (article 25). C’est loin d’être le seul exemple où un projet de loi contredit la loi fondamentale du pays. Il y a beaucoup d’incohérences de ce type. Dans l’ensemble, je peux prévoir que désormais, une fois la loi adoptée, la police aura des droits beaucoup plus étendus que maintenant. Et les citoyens, c’est-à-dire vous et moi, nous nous retrouverons dans une situation beaucoup plus difficile que maintenant»9. Et encore : «Le fait est que le SYSTEME se maintient, avec tous ses défauts, y compris la “composante politique”. Que dire de la possibilité d’appréhender n’importe qui et de le retenir pendant une heure (point 14 de l’article 13)? Et du droit de recueillir des données sur pratiquement chaque citoyen (point 17 de l’article 17) ? Et des renvois innombrables à des lois ou actes normatifs inexistants, dans lesquels on va pouvoir écrire ce qu’on veut. Et de la possibilité d’accéder librement dans les organisations à la documentation et aux données statistiques nnécessaires (point 5 de l article 13) ? Nous sommes tous dans le collimateur»?10 «Aux violations des droits de l’Homme que permet le projet de loi sont opposées des “limites” risibles : “si c’est nécessaire”, “pour des raisons  suffisantes”, etc. Et qui va déterminer la “nécessité”, les “raisons suffisantes”, la pertinence ou non ?

On souhaiterait que dans le nouveau projet de loi soit posé le contrôle sur son activité, la transparence totale de l’activité de la police. Le projet de loi ne le fait pas correctement. Ainsi, selon le point 2 de l’article 53, “les questions qui touchent l’organisation de l’activité de la police, les tactiques, les méthodes et leurs modes de réalisation ne relèvent pas du contrôle de la procurature” (?!). “le contrôle public sur l’activité de la police” est posé dans l’article 52, mais son mécanisme de réalisation n’est pas explicité.

Bizarre aussi, cette interdiction pour les policiers “de s’exprimer publiquement, de donner leur avis et d’évaluer, y compris dans les médias, l’activité des organes d’Etat et de leurs dirigeants”, ainsi que des décisions prises par la direction fédérale de la police (point 11 de l”article 30). Mais passons au plus important. Même si on ferme les yeux sur les défauts du projet de loi (ou qu’on suppose qu’ils seront corrigés par le législateur), ni la nouvelle rédaction de la loi actuelle sur la police, ni la nouvelle dénomination de cet organe, ni aucune innovation positive ne peuvent régler le problème cardinal qui est celui de la décomposition totale du système du MVD, avec sa corruption généralisée, l’occultation des crimes, la torture, la participation à des raids pour prise de contrôle d’entreprises, le manque de professionnalisme et l’alcoolisation d’une grande partie des policiers. La réfection de façade d’un édifice qui s’effondre est, encore une fois, un moyen de tromper la population»11.

En ce qui concerne la réduction des effectifs de la police de 20%, comme toujours en Russie, la “réduction” de n’importe quelle structure étatique amène en réalité à sa croissance. Deuxièmement, et c’est le plus important, on licenciera les policiers les plus corrects, honnêtes, les moins corrompus, pour qu’ils n’empêchent pas les autres de continuer à prendre des pots de vins, voler, torturer et tuer.

Je comprends que ce n’est pas politiquement correct de le dire, mais je n’ai pas le moindre espoir en une “réforme” du système du MVD qui soit menée par la direction de ce même MVD. Le système actuel du MVD est fondamentalement irréformable. Ou, comme je l’ai dit dans un interview au journal «Delovoj Peterburg» le 5 aout 2009 : «On ne peut rien faire – tous l’état major est mêlé à des schémas de corruption!… Notre police actuelle est irréformable, par définition. Il faut chasser tout le monde et engager de nouvelles recrues, mais comment le faire à l’échelle de la Russie? On peut le faire dans un pays comme l’Estonie ou la Géorgie, mais en Russie, avec ses dimensions, c’est impossible. Où est-ce que vous mettrez les un million et demi de personnes que vous renverrez, et par qui vous les remplacerez ?».

  1. Ndt : comme expliqué plus bas par I. Gilinski, l’organe appelé “militsia” en russe exerce en réalité des fonctions de police, et c’est par police qu’elle est en général traduite (voir nos différents documents sur le site www.russiaviolence.hypotheses.org). Dans un souci de cohérence, on traduira donc ici systématiquement “militsia” par police, sauf dans les cas où l’auteur discute des différentes dénominations – dans ces cas là, le terme employé en russe est mis entre parenthèse. []
  2. Les commissariats du peuple, dans l’Etat soviétique, remplissaient le role des ministères, existants dans la Russie tsariste. []
  3. Ndt : on gardera, dans la suite du texte, les abréviations russes, après avoir donné une fois la traduction dans le texte ; ex NKVD pour Commissariat du Peuple aux Affaires Intérieures, MVD pour Ministère de l’Intérieur, etc []
  4. Ndt “krysha” = le toit et le verbe “kryshevat'”, à la fois controler / protéger, s’utilise pour désigner la protection forcée offerte par les groupes criminels aux agents économiques. []
  5.  «The New Times», 27 décembre 2010, p 31. []
  6. «Rossiskaia Gazeta» – Edition fédérale № 5350, 1 décembre 2010 []
  7. «Rossiskaia Gazeta» – Edition fédérale № 5359, 10 décembre 2010 []
  8. En novembre 2010 l’assassinat de 12 personnes d’une même famille dans un village de la région de Stavropol a mis au jour un immense scandale de criminalité organisée impliquant les autorités de la région et couvert pendant de nombreuses années par la police et la justice. []
  9. URL: http://www.online812.ru/2010/08/19/010/ []
  10. URL:  http://crimpravo.ru/my/gilinski/comment/page4/ []
  11. URL:  http://crimpravo.ru/blog/162.html#cut []
the new nobility: book cover

Interview with Andrei Soldatov and Irina Borogan, editors of www.agentura.ru, authors of The new Nobility: the restoration of Russia’s Security state and the enduring legacy of the KGB (in French)

For a presentation in English see http://russiaviolence.hypotheses.org/796.

Journalistes spécialisés dans les services de sécurité, fondateurs du site agentura.ru et jusqu’en 2008 reporters pour Novaya Gazeta, Andrey Soldatov et Irina Borogan étaient à Paris le 31 janvier pour présenter lors d’un séminaire au CERI leur ouvrage The new Nobility: the restoration of Russia’s Security state and the enduring legacy of the KGB paru à l’automne 2010. Nous publions ici un entretien réalisé à Moscou le 15 novembre 2010, qui revient sur les principales thèses de leur ouvrage et donne également un éclairage sur certains des principaux enjeux politiques du moment.

Lors de la présentation à Paris le 31 janvier, Andrey Soldatov et Irina Borogan sont revenus sur des questions tout à fait intéressantes du point de vue de la sociologie des personnels du FSB et des différentes générations qui s’y côtoient ; ils ont aussi évoqué la manière dont sont formulés et traités un certain nombre de problèmes de sécurité actuellement : les enjeux croisés de la lutte contre le terrorisme vs. celle contre l’extrémisme qui recoupent aussi des lignes de partage au sein du pouvoir, mais aussi la récente formulation d’une nouvelle menace par les services de sécurité : les liens possibles entre les groupes armés du Nord-Caucase et les nationalistes, qui pourraient se trouver alliés objectifs dans la lutte contre le pouvoir. Ces idées courent en effet parmi les commentateurs et experts depuis quelques mois, alimentés par des événements de l’actualité, y compris la place du manège ou des attaques de postes de police par des jeunes nationalistes…


Comment est venue l’idée de votre livre ?

Quand nous sommes allés travailler à Novaya Gazeta, nous avions conscience que c’était le dernier journal où nous pouvions travailler, où ce sur quoi nous travaillons serait publié. C’est ce que nous disions publiquement à chaque occasion. Mais après que nous avons été congédiés de Novaya Gazeta en novembre 2008, nous étions assez désespérés et avons compris qu’il n’y avait plus d’espace possible en russe pour publier sur les sujets qui nous intéressaient. A ce moment là des amis journalistes aux États Unis nous ont suggéré de proposer un livre en anglais.

En janvier 2009, nous avions déjà trouvé un éditeur et nous étions mis d’accord sur un plan de travail, un an plus tard, le livre était prêt, l’ancien correspondant du Washington Post nous a aidé à l’éditer et il est sorti en septembre 2010. Cela a été une opportunité pour sortir d’une situation désespérée.

Ce n’était pas possible de trouver un éditeur en Russie ?

Nous avions déjà publié un livre en russe en 2005, mais cela n’a pas donné beaucoup de résultats. D’une part les éditeurs russes paient très mal… mais ce n’est même pas la question, c’est surtout que les livres sont très mal distribués. On pouvait le trouver dans quelques endroits seulement et les médias russes n’en n’ont pas du tout rendu compte alors que c’était le seul ouvrage sur les services spéciaux à ce moment là.

On constate aussi que les grands éditeurs évitent de publier sur ce thème, et on doit se tourner vers des éditeurs qui vont plus dans les ouvrages à sensation… cinq ans plus tard, la situation avait encore empiré et même ces éditeurs ont abandonné ces thèmes.

Peut-on trouver votre livre en Russie ?

Il est possible de le commander sur la version russe d’Amazon sur internet, www.ozon.ru. Et l’éditeur américain est actuellement en discussion avec l’éditeur russe de Vedomosti et du Moscow Times pour une publication en russe… De toutes façons, l’information qui figure dans notre livre est accessible au lecteur russe, car en termes factuels, tout est déjà sur notre site www.agentura.ru ou dans nos articles. Ce que nous avons ajouté dans le livre, c’est l’analyse.

Quelle a été l’accueil de votre livre ?

La couverture médiatique en Russie a été assez limitée : une interview sur Radio Svoboda et sur le service russe de la BBC, le magazine russe Forbes, un article que nous avons publié sur le site d’EZh, Ezhednevnyj zhurnal, plus quelques traductions de recensions parus dans la presse anglo-saxonne : c’est moins dangereux de citer un article déjà paru dans un autre pays, dans le Guardian par exemple. En Grande-Bretagne et aux États Unis, nous avons eu la possibilité de faire plusieurs présentations qui ont donné lieu à de nombreuses recensions et nous étions en général face à un public informé qui cherchait à comprendre mieux ce qui est une des thèses principales de notre livre, à savoir aller contre l’idée couramment répandue d’une filiation directe entre le KGB et le FSB. Les membres du FSB aiment souvent se déclarer comme les héritiers du KGB, cela fait partie d’un discours de propagande qu’ils tiennent en partie pour eux-mêmes, cherchant justifier le présent par le passé. En réalité, les motivations sont toutes autres.

Beaucoup de questions nous ont été posées sur la réalité des capacités de contrôle du FSB, sur son efficacité. En réalité cette structure qui s’est vue confiées des missions et des prérogatives considérables est en réalité inefficace, n’a rien apporté d’utile : elle a fait beaucoup de mal à société, ce qu’on dit peu, et elle n’a rien fait de bien non plus pour l’État.

Si on en vient au problème de la violence, dans les années 1990, on a pu présenter les services spéciaux comme un rempart contre le chaos… cette structure est-elle porteuse d’une violence supplémentaire ou bien peut-elle atténuer d’autres types de violence ?

Prenons l’exemple de la lutte contre le terrorisme, une des missions importantes des services secrets : depuis le début des opérations en Tchétchénie fin 1999, le FSB n’en n’a été responsable que pendant 31 mois, ensuite c’est le ministère de l’Intérieur qui a pris le relais. Pourquoi ne veulent-ils pas assumer leurs responsabilités en période de crise ? Au lieu de sortir le pays du chaos dans ces moments là, ils ont refusé leurs responsabilités. Cela ne veut pas dire qu’ils ne recourent pas à la violence, mais cela veut dire qu’ils ne veulent pas porter de responsabilité. C’est une forme de faiblesse qui leur fait aussi perdre, sinon des ressources, en tout cas de l’influence.

Donc, cela signifie qu’ils ne se situent pas au dessus du pouvoir politique comme on le dit souvent en occident ?

Non, ils ne contrôlent pas le pouvoir politique. Le problème, c’est qu’entre le Kremlin et les services spéciaux, il n’y a aucune distance, aucun mécanisme de contrôle, de structure indépendante qui pourrait vérifier les informations transmises. Tout ce qui est dit par les services au Kremlin est considéré comme la vérité. C’est cela le problème ! Mais s’ils étaient au dessus du pouvoir, si le FSB pouvait déterminer le cours politique et économique du pays, nous serions face aujourd’hui à un tout autre système politique. En réalité la situation a peu changé depuis les années 1990. Les oligarques ont pour la plupart conservé les positions qu’ils ont acquises ont moment des privatisations, à l’exception de quelques uns, comme Khodorkovski par exemple. Le nouveau pouvoir a garanti les mêmes conditions que le précédent. Bien sur, si le FSB pouvait peser sur cette situation, la modifier, alors on pourrait considérer qu’ils ont le pouvoir. Mais ils ne sont pas au pouvoir, ils travaillent pour le pouvoir, toujours pour ces mêmes oligarques qui déterminent l’évolution du pays. Le problème c’est qu’il n’y a pas de mécanismes de contrôle, qu’ils ne sont comptables de rien, cela ne veut pas dire qu’ils ont le pouvoir, ce sont deux questions différentes.

Dans le cas de Khodorkovski par exemple, la situation n’est peut-être pas correctement évaluée : on a l’a présentée comme un conflit entre les libéraux et les siloviki, on a fait de Khodorkovski le représentant d’une « classe ». En réalité ce n’est pas ça, ce n’est pas ce sont différents groupes de siloviki au service d’oligarques en conflits entre eux. Mais idéologiquement, ils sont pareils. Et Khodorkovski s’est retrouvé face à ces oligarques, qui dans les années 1995-1996, utilisaient les médias pour arriver à leurs fins et qui ensuite ont commencé à utiliser le FSB, l’inspection des impôts, le Comité d’Enquête etc. Ce sont simplement d’autres méthodes. Et depuis des années, ceux qui défendent Khodorkovski ont consciemment évoqué le fait que le pouvoir des siloviki dépendaient des oligarques qui à leur tour exécutaient les ordres du Kremlin, qu’ils avaient tous peur de Poutine etc… c’est très difficile de lutter contre ces représentations et pourtant si vous regardez bien, c’en est même ridicule ! par exemple, si on prend les décisions qui ont été prises après la crise de 2008, le pouvoir a distribué de l’argent du budget à des oligarques comme Deripaska ou Abramovitch et personne ne les a sanctionnés pour les décisions totalement erronées qu’ils avaient prises auparavant en termes de rachats d’actifs etc… Ces oligarques ont reçu de l’aide sans aucune contrepartie, sans aucune caution sur leurs actions. Deripaska a déposé dans les banques occidentales une partie de ses actifs alors que l’État lui a donné de l’argent il y a deux ans justement pour que les actifs ne partent pas dans les mains de l’occident. C’est quand même absurde de la part de l’État de ne pas avoir consenti un prêt garanti sur les biens de l’entreprise.

Nous devons aussi nous débarrasser d’un autre mythe, auquel nous avons nous même cru longtemps : que les pays capitalistes étaient intéressés par les libertés et la démocratie. C’est ce qu’on a expliqué pendant 10 ans dans les années 1990, et nous y avons cru alors que c’était stupide. Le monde des affaires est intéressé d’abord et avant tout par la voie le plus rapide pour se mettre d’accord avec l’État. Après la crise financière de 1998, après la guerre au Kosovo qui a provoqué un élan de patriotisme, les oligarques ont compris que le modèle le plus simple n’était pas de chanter le pouvoir via les journaux mais de se mettre d’accord directement avec lui, pour construire un modèle autoritaire. C’est ce qui s’est passé, le monde des affaires a accepté ce modèle, gage de stabilité et de sécurité. De son côté, la classe moyenne a adhéré car on lui a garanti en échange un crédit peu cher, peu d’impôts etc. Ils se sont laissé acheter. Quant au reste de la société, on n’en a tout simplement pas tenu compte.
Ceci vient buter contre l’idée couramment admise de classes moyennes porteuses et garantes de la démocratie…

Peut être en Occident mais pas en Russie ! Qu’exige par dessus tout la classe moyenne ? La sécurité et des règles du jeu compréhensibles. Si ces conditions sont remplies, elle oublie immédiatement la question des libertés politiques, qui finalement ne sont pas indispensables. Les gens ne vont pas aller participer aux élections, on leur garantit la possibilité de gagner leur vie correctement et de le dépenser relativement en sécurité, même si il peut y avoir certains dangers aussi…
Justement, tout de même, il peut y avoir une prise de conscience, par exemple la violence policière peut les toucher eux, simple citoyens, autant que des travailleurs migrants, dans ce cas la sécurité n’est plus assurée…

Oui mais dans ce cas, ils n’iront pas chercher loin, très clairement ils s’autolimitent sur les questions politiques. Oui, ils diront peut-être qu’il faut se débarrasser des brebis galeuses dans la police mais pas plus. Pareil pour la forêt de Khimki, ils s’en occuperont peut être mais n’iront pas plus loin. Sinon c’est l’idée que la politique est une affaire sale, qu’ils sont tous pourris etc. donc ça s’arrête là. On voit bien qu’il n’y a pas de structure horizontale qui pourrait unir les gens dans tout le pays. C’est une condition pour le maintien du régime. Par exemple on voit bien que cette alliance entre les oligarques et l’État dans les années 2000 a éliminé les couches actives de la société. Et dans cette entreprise de liquidation, le FSB a joué un rôle important en faisant pression sur les organisations de défense des droits de l’Homme par exemple, mais aussi sur toute autre structure horizontale, sur les relations avec l’occident… sur tous ceux qui auraient pu unir les gens. De ce point de vue, les services de sécurité ont été très dangereux et ont fait beaucoup de tort à la société. Souvent on dit que tout allait bien, que la société fonctionnait parfaitement et que brusquement les tchékistes sont arrivés au pouvoir et ont tout détruit. Mais ce n’est pas cela qui s’est passé, on leur a donné ce pouvoir, ils ne l’ont pas pris, l’élite dirigeante a compris que ce système serait le plus intéressant pour elle. Et tous ont marché, à l’exception de quelques groupes de citoyens à Moscou, Saint-Pétersbourg et dans quelques grandes villes. C’est un pacte, Poutine est vraiment populaire, ce serait stupide d’affirmer le contraire, Medvedev aussi est plutôt populaire.

Pour revenir sur les relations Oligarques/FSB, prenons l’exemple du discours critique de Medvedev à propos du combinat de cellulose du Baïkal [V. Poutine avait  annoncé en janvier 2010 la réouverture de l’usine de cellulose sur les bords du Baïka, provoquant une montée de contestation, jusqu’à ce que D. Medvedev leur donne raison au mois de juin] : on pense que c’est pour calmer les gens dans l’intéret de l’Etat, mais en réalité c’est d’abord pour Deripaska que cette contestation était un problème parce que cette usine était un problème pour Deripaska. C’est d’abord important pour lui qu’il n’y ait pas de bruit. Très difficile dire dans ces situations qui des oligarques ou des siloviki fait pression sur l’autre.

Mais comment alors analysez-vous ce qui s’est passé autour de la défense de la forêt de Khimki ? on a parlé de fissures dans le tandem qu’est ce que cela signifie vraiment…

Pour la société, cela ne signifie pratiquement rien. Une personne comme Tchirikova [qui a pris la tête de la mobilisation contre la construction de l’autoroute à travers la forêt de Khimki] ou les autres militants de Khimki ne veulent pas aller plus loin. Au début, il y a eu l’espoir qu’il pourrait en sortir quelque chose de plus large, avec des revendications sociales ou politiques, mais ils sont restés au même niveau. Bon, aujourd’hui ils parlent de lutter contre la construction d’une nouvelle rocade autour de Moscou, ils peuvent élargir géographiquement leur champ d’action mais ne le font pas politiquement.

Quant aux déclarations de Medvedev, il faut bien voir que depuis quelques mois il a fait tout à fait délibérément un certain nombre de pas destinés à l’opinion occidentale. Cela ne lui coûte rien et n’aboutit à aucun changement concret. Simplement, l’espace public a été pendant tellement longtemps occupé jusqu’à l’absurde par Poutine qu’il suffit qu’il fasse ce genre d’annonce pour que cela apparaisse tout de suite pour une grande ouverture démocratique. On en est arrivés à une situation telle que lorsque sur NTV, un présentateur critique le fait qu’on tabasse les journalistes, c’est perçu comme une grande avancée démocratique. Et pourquoi n’évoque t on pas le fait qu’une semaine après les faits, aucune enquête n’est ouverte. Pareil pour la suspension des travaux de l’autoroute à Khimki, cela ne veut rien dire « suspendre ».

Il y a cependant d’autres groupes, plus radicaux mais plus politisés, comme les antifas…

Oui tout à fait, mais eux sont dans le collimateur de Medvedev car la lutte contre l’extrémisme est un nouvel enjeu, très important, pour Medvedev, plus que la lutte contre le terrorisme, qui d’une certaine manière reste un problème local. Même s’il se produit des attentats à Moscou, on fait comprendre que le problème est celui du Nord-Caucase. Alors qu’en ce qui concerne la lutte contre l’extrémisme, c’est une manière de conserver la stabilité politique en faisant pression sur n’importe quel groupe ou organisation indépendant tentant de rétablir des liens horizontaux dans la société. Cela va des organisations religieuses aux défenseurs des droits de l’Homme. Malheureusement, la liste de ces « ennemis », qu’ils soient écologistes, antifas etc… correspond de plus en plus souvent à celle que l’on trouve dans les pays occidentaux. En ce sens ils trouvent facilement à se parler… par exemple, des moyens considérables sont investis dans les techniques de surveillance, les bases de données, les échanges d’informations. Par exemple, des manifestants inscrits dans des bases de données ici peuvent se retrouver sur des listes de personnes interdites d’entrée en France. Personne dans les autres pays n’a protesté quand en 2006 on a empêché les antiglobalistes [« équivalent » russe des altermondialistes] de manifester lors du sommet du G8 à Saint-Pétersbourg. C’est aussi un grand problème. Sur notre site nous avons une rubrique en anglais et en russe http://www.agentura.ru/press/about/jointprojects/ej2/ où nous montrons comment se forment les listes noires, comment fonctionne le département du MVD en charge de la lutte contre l’extrémisme, le « centre E ». C’est aussi un des chapitres du livre.

Vous vous intéressez donc à ses aspects techniques du contrôle, Les jeux Olympiques de Sotchi vont être aussi un enjeu…

Oui tout à fait, il y déjà l’exemple des JO en Chine. On commence seulement à s’y intéresser… Mais en effet, des moyens spéciaux sont mis en place. Pour ce qui est des moyens humains, ils ont procédé un peu « à l’ancienne » en affectant une division entière des forces de l’Intérieur (vnutrennye voiska) aux jeux de Sotchi, pour laquelle une ville-garnison est en construction. Des moyens techniques sont aussi engagés, par exemple un système permettant d’écouter toutes les conversations téléphoniques sur les lieux.

Il s’agit de contrat avec des firmes occidentales ?

Pas seulement. Certains pays comme l’Indonésie achètent des équipements aux firmes occidentales, ce qui permet éventuellement un contrôle. Ce qui s’est fait avec Siemens en Chine. Mais en Russie, nous avons les moyens scientifiques et techniques en interne pour fabriquer ces équipements. Par exemple, pour la surveillance de skype, il y a deux entreprises israéliennes dans le monde, que l’on connaît, mais en Russie nous avons les deux nôtres… En principe ces contrats doivent être accessibles, mais c’est facile de les classifier en arguant du fait que Sotchi est dans une zone proche de la frontière. Il y a aussi la possibilité d’utiliser le GRU [renseignement militaire] : il se trouve qu’il existe 2 divisions de troupes spéciales du GRU  au lieu d’une dans le district militaire du Sud, une à Rostov, une à Sotchi. Quand le ministre de la Défense a annoncé des baisses d’effectifs dans les Troupes spéciales, il a conservé celle de Sotchi alors que celle de Rostov était beaucoup plus expérimentée. Tout ce qui touche au GRU est secret, impossible donc d’enquêter sur leurs fonctions, leur nombre, comment ils s’entraînent…

En ce qui concerne la biométrie, la Russie a développé ces derniers temps un gros programme, plus tardivement que dans les pays occidentaux, mais qui avance plus rapidement car il ne rencontre aucune résistance, ni dans la société ni au Parlement… les empreintes digitales ont déjà été collectées auprès de 71 millions de personnes, quasiment toute la population d’âge actif, ce qui signifie que toutes les possibilités sont utilisées, la moindre infraction administrative… Une très grosse base de données de voix est aussi en cours de réalisation, avec l’enregistrement des voix des militants. Le passeport extérieur biométrique est aussi en cours, cela permettra ensuite de construire une méga base au niveau international avec toutes les données.

Par exemple, pour rester en Russie, un défenseur des droits de l’Homme et militant de Nijni Novgorod a été inscrit sur la liste noire des extrémistes pour avoir organisés les marches du désaccord et son nom a été transféré sur la liste des meurtriers et dangereux criminels recherchés, liste communiqué à tous les services de police des transports. Lors d’un trajet en train de Moscou à Samara, il a été arrêté trois fois, on l’a emmené dans un wagon spécial pour l’interroger pour lui demander où il allait, pourquoi, s’il ne s’apprêtait pas à mener une action illégale etc. Il a fini par comprendre en leur demandant qu’il avait été inscrit sur cette liste et qu’à chaque étape du voyage, la police recevait un ordre pour l’interroger. Il a porté plainte, le tribunal a confirmé ces faits mais il a perdu. Mais au moins cette pratique a pu être publiquement attestée.

Je vous remercie

Interview conducted on Novembre 15th 2010, Moscow, by Anne Le Huérou

Documentary Film – “Le Dissident du KGB” by Nicolas Jallot

Présenté le Jeudi 18 novembre 2010 à 22h50 sur Arte, le documentaire est encore disponible en streaming sur ARTE TV pendant une semaine après la diffusion.


Le documentaire de Nicolas Jallot “Le dissident du KGB” est une enquête sur un officier de la police politique soviétique  passé de la répression des dissidents à l’adhésion à leur combat.

 résumé (d’Arte tv): 

En 1978, Viktor Orekhov est arrêté par ses collègues du KGB et condamné à huit ans de camp. Issu d’une famille acquise à l’idéal communiste, ce brillant capitaine a commis l’irréparable. Pendant plus de deux ans, jouant un double jeu périlleux, il est venu en aide aux dissidents qu’il était chargé de surveiller.
Il aura fallu dix ans à Nicolas Jallot pour retrouver Orekhov. Exilé depuis 1997 aux États-Unis, où il se cache sous un faux nom, l’ancien officier raconte pour la première fois son histoire, avec précision et émotion. Les images d’archives couplées aux témoignages d’anciens responsables du KGB et de dissidents éclairent le parcours d’un homme courageux, qui forgea son esprit critique à la lecture des écrits interdits.

Reprint – Recording of LSE Public Lecture on a New Book on Security Services

The New Nobility: The Restoration of Russia’s Security State and the Enduring Legacy of the KGB
Speaker: Andrei Soldatov
Chair: Dr Roy Allison
This event was recorded on 5 October 2010 in Hong Kong Theatre, Clement House
Andrei Soldatov – a journalist who has covered Russia’s security services for more than a decade – penetrates the secret world of the FSB to illustrate how, abetted by their most famous alumnus Vladimir Putin, the security services were given unprecedented rein, and emerged a more shadowy and powerful force than the Soviet KGB. Andrei Soldatov and his The New Nobility co-author Irina Borogan are-founders of Agentura.ru, a highly respected website covering the Russian security services. Soldatov and Borogan worked for Novaya Gazeta from January 2006 to November 2008.
Available as: mp3 (approx 87 minutes)