Category Archives: methodology

Call for Papers – European Perspectives on Cultures of Violence

Call cultures of violenceThe Centre for English Local History, University of Leicester, 27-28 June 2013

What can we learn from the way that violent behaviour is experienced and perceived in European culture? This interdisciplinary conference invites discussion over the nature of violence in differing times and places. Continue reading Call for Papers – European Perspectives on Cultures of Violence

Journal Issue – Pipss.org – Police Brutality & Police Reform in Russia & the CIS – Nov. 2012

The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies, Pipss.revues.org – Issue 13 – Police Brutality & Police Reform in Russia & the CIS – http://pipss.revues.org/3813

Introduction, by Anne Le Huérou

 

Police Brutality & Police Reform in Russia and the CIS – Articles (5)

· Mark Galeotti, 
” Purges, Power and Purpose: Medvedev’s 2011 police reforms “

· Boris Gladarev, 
” Russian Police before the 2010-2011 Reform: A Police Officer’s Perspective “

· Yulia Chistyakova et Annette Robertson , 
”Youtube Cops and Power Without Limits : Understanding Police Violence in 21st Century Russia”

· Perrine Poupin, 
” « Démocratie dirigée » et manifestations protestataires de rue à Moscou : quelle partition joue la police ? [« Planned Democracy » and Street Protest Marches in Moscow : What Musical Score is Playing the Police?] “

· Kornely Kakachia et Liam O’Shea, 
” Why does police reform appear to have been more successful in Georgia than in Kyrgyzstan or Russia? “

Police Brutality & Police Reform in Russia and the CIS – Conversations (2)

· « […] Local police officers are accused of violence […] but case officers have an opportunity to commit acts of violence with impunity » – Interview with Ekaterina Khozhdaeva, Associate Professor in Sociology, Kazan ” – Interview conducted by Anne Le Huérou et Elisabeth Sieca-Kozlowski

· « Nowadays, the [Kyrgyz] Police force exhibits all signs of crisis of the system » – E-mail interview with Alexander Zelichenko, former colonel of the Kyrgyz Police, Director of the Central-Asian Drug Policy Center – Interview conducted by Anne Le Huérou et Elisabeth Sieca-Kozlowski


Police Brutality & Police Reform in Russia and the CIS – Document (1)

· Natalia Taubina, 
” Russie : la société civile et le système répressif avant le début officiel de la réforme [Russia : Civil Society and the Law Enforcement System Prior to the Official Initiation of the Reform] “


 Police Brutality & Police Reform in Russia and the CIS – Bibliography

· ” E. Sieca-Kozlowski , A Suggested Bibliography


Police Brutality & Police Reform in Russia and the CIS – Book Reviews (5)

· 
P. Hagenloh, Stalin’s Police. Public order and mass repression in the USSR, 1926-1941 “, reviewed by F.-X. Nérard

· M. Galeotti (Ed.), The Politics of Security in Modern Russia “, reviewed by E. Bertrand

· B. Taylor, State Building in Putin’s Russia. Policing and Coercion after Communism, reviewed by G.Favarel-Garrigues

· Fond “Obshchestvennii verdict”, Reforma militsiia: otsenki i ozhidaniia grazhdan: resultaty sotsiologicheskikh issledovanii i kommentarii ekspertov , reviewed by A. Robertson

· V. Voronkov, B. Gladarev, L. Sagitova, Militsiia i etnicheskie migranty: praktiki vzaimodeistviia, reviewed by A. Regamey

 

Elisabeth Kozlowski
The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies

New Book – “Faire des Sciences sociales”. – Critiquer – Généraliser – Comparer – November 2012

FAIRE DES SCIENCES SOCIALES, 3 VOL.: CRITIQUER. COMPARER. GÉNÉRALISER

Parution : 2 novembre 2012.

 

Faire des sciences sociales – Coffret 3 volumes : Critiquer ; Comparer ; Généraliser

Pascale Haag, Olivier Remaud, Emmanuel Désveaux, Michel de Fornel

Collectif

DATE DE PARUTION : 02/11/12 EDITEUR : EHESS COLLECTION : Cas de figure ISBN : 978-2-7132-2364-8 EAN : 9782713223648 PRÉSENTATION : Pack NB. DE PAGES : 900 p.

 

Critiquer:

Comment définir exactement l’exigence critique à laquelle les chercheurs sont tenus ? Les auteurs livrent un aperçu des multiples façons de produire le décalage nécessaire vis-à-vis des conceptions usuelles ou dominantes du monde social.

Les sciences sociales, lorsqu’elles oublient leur vocation critique, ne produisent que de simples discours idéologiques, ou d’expertise, prompts à conforter la pensée

commune. Dès le seuil de l’enquête, les chercheurs se doivent d’essayer de penser autrement qu’on ne le fait communément les objets qu’ils se sont donné pour tâche d’étudier. Mais comment définir exactement l’exigence critique à laquelle ils sont tenus ? Et comment la réaffirmer dans le contexte actuel de la recherche ?

 

SOMMAIRE

Pascale Haag et Cyril Lemieux (eds.) – Critiquer : une nécessité

 

Première partie. Penser autrement

Sabine Chalvon-Demersay – La part vivante des héros de séries

Giorgio Blundo – Le roi n’est pas un parent. Les multiples redevabilités

au sein de l’État postcolonial en Afrique

Olivier Remaud – Les antinomies de la raison cosmopolitique

 

Deuxième partie. Montrer l’erreur

Jean-Pierre Cavaillé – Pour un usage critique des catégories en

histoire

Marion Carel – Le discours honnête est-il encore tromperie

? Pour une critique radicale du logicisme

Georges Didi-Huberman – Au pas léger de la servante. Savoir des images, savoir excentrique

 

Troisième partie. Provoquer le débat public

David Martimort – La société des experts. Une perspective critique

Alice Ingold – Qu’est-ce qu’un fleuve ? Critique et enquêtes à

l’épreuve de situations indéterminées

Didier Fassin – Sur le seuil de la caverne. L’anthropologie comme pratique critique

Esteban Buch – Musique, mémoire et critique du 11 Septembre. À propos

de On The Transmigration of Souls, de John Adams

 

Quatrième partie. Clarifier ses pratiques

Nicolas Dodier – Ordre, force, pluralité. Articuler description et

critique autour des questions médicales

 

* * *

Comparer:

Aucune science sociale ne peut se borner à l’étude d’un seul cas. Les approches différenciées ici exposées démontrent l’efficacité des sciences sociales, à l’opposé d’un certain scepticisme sur leur caractère scientifique.

Que signifie l’acte de comparer pour les sciences sociales ?

Dans ce volume, la démarche comparative est vue comme un éloge de la pluralité : elle appuie une dynamique de singularisation ou, au contraire, de généralisation. Elle confronte des objets, des sociétés, des processus éloignés dans le temps ou dans l’espace. Elle permet au chercheur de progresser grâce à un travail incessant de rapprochements et de distinctions.

 

Sommaire

Olivier Remaud, Jean-Frédéric Schaub et Isabelle Thireau (eds.) – Pas de réflexivité sans comparaison

 

Première partie. L’esprit comparatiste

Jérôme Baschet – Un Moyen Âge mondialisé ? Remarques sur les ressorts précoces de la dynamique occidentale

Bruno Karsenti –Structuralisme et religion

 

Deuxième partie. L’outillage comparatiste

Frédéric Joulian – Comparer l’incomparable : des vertus et des limites de la comparaison hommes/primates

Paolo Napoli – Le droit, l’histoire, la comparaison

Liliane Hilaire-Pérez – Une histoire comparée des patrimoines techniques. Collections et dépôts d’inventions en France et en Angleterre aux xviiie et xixe siècles

Gisèle Sapiro – Comparaison et échanges culturels. Le cas des traductions

 

Troisième partie. L’acte comparatiste

Stéphane Breton – Le regard

Valérie Gelézeau – La Corée dans les sciences sociales. Les géométries de la comparaison à l’épreuve d’un objet dédoublé

Caterina Guenzi – Manières de comparer. Regards indiens sur la compatibilité entre les savoirs

 

* * *

Généraliser:

Dans quelle mesure le chercheur en sciences sociales peut-il généraliser à partir d’un ou de plusieurs faits, et en quoi cette généralisation équivaut-elle à une règle universelle? Et s’il cède à la tentation de l’universalisation, ne risque-t-il pas d’oublier le stade du spécifique ?

Les textes rassemblés ici reflètent des positionnements radicalement différents, allant du pessimisme à l’optimisme, quant à la possibilité même de généraliser. Or, dans un monde dont le mouvement vers l’entropie semble s’accélérer toujours davantage et dont les archives sont chaque jour plus ouvertes, généraliser demeure plus nécessaire que jamais, fût-ce au risque de l’erreur ou, plutôt, au prix du dépassement perpétuel.

 

Sommaire

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel (eds.) – Généraliser,

ou le perpétuel dépassement

 

Première partie. Du singulier comme général

Daniel Cefaï – Comment généralise-t-on ? Chronique d’une ethnographie de l’urgence sociale

Stéphane Audoin-Rouzeau – La guerre, mais de très près

 

Deuxième partie. Horizons d’universalité

Jérôme Dokic – Le « tournant social » de la philosophie de l’esprit. L’apport des sciences cognitives

Laurent Barry – La parenté au singulier

Michel de Fornel – Généraliser l’indéfini

Philippe Urfalino – La décision des collectifs

Sébastien Lechevalier – Ni pure abstraction ni simple généralisation. Leçons japonaises pour une refondation de l’économie politique

 

Troisième partie. Généralisation et historicités

Pierre-Cyrille Hautcoeur – Origines légales et histoire. Quelques remarques à partir de l’histoire des procédures de faillite

Jocelyne Dakhlia – Extensions méditerranéennes. Europe et Islam au contact durant les siècles modernes (xvie-xviiie siècles)

Catarina Madeira Santos et Jean-Frédéric Schaub – Histoires impériales et coloniales d’Ancien Régime. Un regard sur l’État moderne

 

Url de référence :

http://editions.ehess.fr/

 

Manezh Square Demonstration – Video Transcript (Russian/French)

La manifestation du 11 décembre 2010, que nous avions signalée dans un billet précédent, a été  filmée par de nombreux reporters. Ces vidéos permettent de mieux entendre les slogans et les arguments des manifestants, mais aussi de voir comment s’effectue le maintien l’ordre, d’étudier le discours tenu par les forces de l’ordre et leur interaction avec les manifestants. Voir plus bas une transcription des paroles en russe (et leur traduction en français) d’un film posté sur le site grani ru.

manege 11 12 2010

Merci à Marina Alexeeva pour la transcription des paroles en russe.
Traduction d’Anne Le Huérou.

Грани-ТВ: Побоище на Манежной

Minutage Видеоматериал «Грани»

Traduction des dialogues de la video publiée par Grani TV su les événements du 11 décembre .
0.8 (диалог)

-Семен с ними что ли?

-Ты что, не видишь, они пьяные оба?

(dialogue)

– Semion est avec eux ou quoi ?

– T’as vu un peu ils sont bourrés tous les deux ?

0.12 (митингующие скандируют):

-Бей хачей, спасай Россию!

-Один за всех, все за одного!

-Кто не прыгает, тот хач!

-Москва без чурок!

(slogans des manifestants qui sautent sur place)

– Tape sur les bougnoules, sauve la Russie[1] !

– Un pour tous, tous pour un !

– celui qui ne saute pas est un bougnoule

– Moscou sans bougnoules !

1.00 (толпа поет гимн России):

-Россия, великая наша держава…..славься, страна, мы гордимся тобой….

(la foule chante l’hymne russe)

Russie, notre grande puissance,… gloire à toi, nous sommes fiers de toi, Ô notre pays….

1.21 (митингующие скандируют):

-За это убийство ответят ваши дети!

-А ну давай, уё…ай отсюда, Россия для русских, Москва для москвичей! Защитим наших детей!

(slogans des manifestants)

– Vos enfants répondront de ce meurtre

– Allez hop, fous le camp d’ici ! la Russie aux Russes, Moscou aux Moscovites ! Défendons nos enfants !

1.39 (Интервью с одним из «взрослых» представителей митингующих):

-Аналогичные акции идут сейчас в других городах. На самом деле, этот тот случай, когда на первый крик «товарищ» оборачивается вся земля, русская, все русские люди чувствуют себя вместе.среди нас.

Я думаю, что в Кремле очень хорошо все это слышат, сидят там и в ужасе попивают коньячок.

(au micro, V. Tor, un des responsables du DPNI, mouvement contre l’immigration illégale)

–  Des actions similaires se déroulent actuellement dans d’autres villes. Il faut bien voir que nous sommes dans un cas où à peine entendu le premier cri de « camarade », toute la terre russe se met en mouvement, tous les russes se sentent ensemble.

Je pense qu’au Kremlin ils entendent très bien, et sont en train de boire un petit coup de Cognac tellement ils paniquent.

2.10 (реплики митингующих):

-Отходи, сейчас атака пойдет.

-Да, похоже.

(manifestants)

– Eloigne-toi, ils vont charger

– oui on dirait

-(cris, bruit)

2.42 (митингующие скандируют):

-Русские, вперед!

-Один за всех, все за одного.

(slogans des manifestants)

– En avant les Russes !

– Un pour tous et tous pour un

2.53 (милиционеры в мегафон):

Спокойно, успокойтесь, не надо.

(policiers au mégaphone)

On se calme, on se calme, c’est pas la peine…

3.03 (митингующие скандируют):

-Эй, эй, мусора — позор России!

(slogans des manifestants)

– ouh, ouh pourriture de flics– vous êtes la honte de la Russie !

(charge des OMON)

3.58 (реплика из толпы):

-Милиции не надо лезть, свои же, ё… твою мать, б….

(réplique de la foule)

– Il ne faut pas que la police s’en mêle, ce sont les nôtres p… de ta mère)

4.16 (милиционеры в мегафон):

-Успокоились все, успокоились!

(policiers au mégaphone)

– Tout le monde se calme, Tout le monde se calme !

4.32 (милиционер в штатском — корреспондентам):

-Куда вы лезете?

(реплики митингующих):

-Пидарас, три раза бутылкой по башке, охуенно, да б…?

-Война началась, б…, отсюда охуенно все видно!

(un policier aux journalistes)

– où allez vous vous fourrer ?

(réplique des manifestants)

– Pédé ! Trois coup de bouteille sur le crâne ! Putain ! (4.47)

– la guerre a commencé, regardez on a une p… de vue d’ici

5.52 (милиционеры в мегафон):

-Уважаемые граждане, соблюдайте спокойствие и общественный порядок! Выполняйте законные требования сотрудников милиции.

Не поддавайтесь на провокации, в противном случае к вам будет применена физическая сила. Выполняйте законные требования сотрудников милиции.

(митингующие скандируют):

-Один за всех, все за одного!

(policiers au mégaphone)

– Estimés concitoyens, veuillez garder le calme et respecter l’ordre public ! obéissez aux ordres de la police. Ne vous laissez pas entrainer dans des provocations, sinon la force physique sera employée contre vous.  obéissez aux ordres de la police

(en //, slogans des manifestants)

-Un pour tous et tous pour un !

6.15 (голос девушки):

-Я тебе сейчас камеру сломаю, ты меня внимательно понял, блин?

(voix d’une jeune fille)

– Je vais casser ta caméra. Putain, tu m’as comprise ?

6.23 (милиционеры в мегафон):

-Выполняйте законные требования сотрудников милиции. Не нагнетайте обстановку.

(policiers au mégaphone)

– Obéissez aux ordres de la police, ne faites pas dégénérezr le situation !

6.32 (реплика из толпы):

-Погнали! Не х… себе, б…!

(réplique de la foule)

– Ils chargent ! j’y crois pas, p… !!

6.46 (милиционеры в мегафон):

-Если вы будете сопротивляться требованиям милиции, сотрудники милиции применят физическую силу.

Подумайте о последствиях, вы будете привлечены к уголовной отвественности. Подумайте о последствиях.

(policiers au mégaphone)

– Si vous vous résistez aux ordres de la police, la force physique sera employée contre vous. Réfléchissez aux conséquences, vous serez traduits en justice.

Réfléchissez aux conséquences

7.23 (реплика митингующего):

-Скорую, скорую, вызывайте скорую, суки, человек лежит.

(réplique d’un manifestant)

– Une ambulance, vite appelez une ambulance, salauds, un homme est à terre.

7.47 (милиция в мегафон):

-Выполняйте законные требования сотрудников милиции, расходитесь.

Выполняйте законные требования сотрудников милиции.

Соблюдайте спокойствие и общественный порядок.

(policiers au mégaphone)

– obéissez aux ordres de la police, dispersez vous !

obéissez aux ordres de la police.

veuillez garder le calme et respecter l’ordre public.

8.35 (приказ милиции):

-В колонну по два!

(митингующие скандируют):

-Русские, вперед!

(Ordre venant des rangs policiers)

En colonne par 2 !

(Les manifestant)s : en avant les Russes !

9.12 («взрослый» представитель митингующих):

-Товарищ полковник, подойдите сюда, пожалуйста!

(V. Tor à un policier)

– camarade colonel, venez pas ici s’il vous plaît !

10.20 (полковник):

А вы что, не можете в народ пойти, объяснить молодежи, которая перепилась? Пьяные все это. Нормально вы вели себя на панихиде. Я там был, участвовал, видел. Культурно все прошло, грамотно. Но вы пришли специально сюда, спровоцировали все здесь, молодежь перепилась, вот эти первые десять шеренг, все пьяные были.

(реплика митингующего):

-Это не аргумент, то, что вы здесь говорите. Давайте, если изъяные есть какие….

(«взрослый» представитель митингующих):

-Вы можете генерала сюда позвать?

(полковник):

-Он на совещании находится.

(«взрослый» представитель митингующих):

-Ну отлично, если совещании, когда закончится, пусть подойдет, мы подождем. Что я еще слушать-то буду?

(реплика из толпы):

-Что вы сразу в аргументы ставите, что пацаны виноваты.

(Le colonel)

– Eh quoi, vous ne pouvez pas vous adresser à la foule, à tous ces jeunes qui ont trop bu ? Vous vous êtes comportés normalement lors des obsèques, j’y assistais, j’ai tout vu. Tout s’est déroulé comme il faut, de manière civilisée. Mais ensuite vous êtes venus ici exprès, vous avez provoqué tout ça, les jeunes se sont saoûlés : regardez les 10 premiers rangs ils étaient tous ivres.

(réplique d’un manifestant)

– ce n’est pas un argument ce que vous dites ! Allez si il y a quelques dérapages ..

– V . Tor : Vous pouvez appeler le général ?

– le colonel : il est en réunion

– V Tor : parfait, qu’il vienne quand il aura terminé sa réunion, pendant ce temps là, on attend ici. Qu’est ce que je vais rester à écouter encore !

(réplique d’un manifestant)

– pourquoi donc vous accusez tout de suite les jeunes d’etres responsables !

11 (из толпы омоновцам):

-Б…., что вы творите, б…., бараны, стоять там и стояли, сами повоцируете, б….

(de la foule s’adressant aux Omon)

– P… qu’est-ce que vous faites, blaireaux , vous pouviez pas rester là bas ? c’est vous qui provoquez, p…

11.15 (митингующие скандируют):

-Русские, вперед!

(Les manifestant)s : en avant les Russes !
11.31 (полковник):

-Показать? Вот и все. Ты в каком классе учишься, юнец? В институте? Зеленый ты совсем!

(милиционер):

-Вот вы их привели сюда, зачем?

(un colonel)

Quoi, il faut vous montrer ? voilà c’est tout ! t’es en quel classe, gamin ? étudiant ? t’as l’air bien jeunot …

(un policier)

Pourquoi  vous les avez amenés ici?

(полковник):

-У вас нос разбитый, идите домой.

(un colonel)

Vous avez le nez cassé, rentrez chez vous

12.14 … 12.37 (митингующий с разбитым носом)

-Что человек не может пива попить? Я приехал погулять, сегодня суббота, я работаю.

Я имею полное право приехать сюда в центр. А он мне взял палкой и в нос ударил, разбил мне нос весь. Омон! За что? Я вообще не понимаю. Мне эта акция не нужна.

(un manifestant au nez cassé – celui qui enlève son masque)

Je suis venu me promener, aujourd’hui c’est samedi, je travaille. J’ai parfaitement le droit de me venir dans le centre. Et lui, il m’a frappé sur le nez avec une matraque, il m’a cassé le nez . Un Omon ! pour quoi ? je ne comprends pas. Je m’en fiche moi de cette action

13.02 (начальник УВД):

-К вам обращается начальник управления внутренних дел по городу Москве. Вы меня слышите или нет?

(le chef de la police de Moscou au mégaphone)

Ici le responsable du département des affaires intérieures de la ville de Moscou, Vous m’entendez ?

13.05 (из толпы):

-Тихо!

(Depuis la foule)

Silence !

13.11 (начальник УВД)

-Я вам ответственно заявляю, что сотрудники милиции по данному преступлению делают все, что необходимо для того, чтобы все участники совершенного противоправного деяния были привлечены к ответствености. Два человека уже задержано!

(из толпы):

-А отпустили зачем?

(le chef de la police de Moscou au mégaphone)

Je vous annonce officiellement qu’en ce qui concerne ce crime, les policiers font tout le nécessaire pour que tous les participants à cette action totalement illégale soient traduits en justice. Deux personnes ont déjà été arrêtées.

(Depuis la foule)

Et pourquoi on les a relâchées ?

(из толпы):

-Мэра сюда, мэра!

(Depuis la foule)

–         Le Maire ! Le Maire !

14.00 (начальник УВД):

-Далее, по поводу того, что мы кого-либо отпускали. После того, когда сотрудники, работники прокуратуры, следственного подразделения приняли решение выделить этот материал и обратились в милицию для того, чтобы задержать и привлечь к ответственности, сотрудники милиции сразу включились в работу и вновь задержали тех, кто участвовал в этом деле. В данный момент два человека, я еще раз вам говорю, задержаны, сейчас они уже арестованы.

(le chef de la police de Moscou au mégaphone)

Bon, et maintenant sur la question de savoir si nous avons relâché qui que ce soit. Apres que les enquêteurs de la procurature ont décidé de communiquer le dossier et ont demandé à la police de procéder à des inculpations, les policiers se sont mis au travail immédiatement et ont à nouveau arrêté les participants à cette affaire. Je vous le répète, ils sont arrêtés.

14.30 (из толпы):

-Где остальные?

(начальник УВД):

-Остальных мы задержим, как задерживали и раньше.

(из толпы):

-Врет!

(начальник УВД):

-Поэтому просьба к собравшимся: самим себя не накручивать….

(из толпы):

-Кто отпустил?

(начальник УВД):

-Поэтому уважаемые собравшиеся все на этой площади….

(митингующие скандируют):

-Где убийца Волкова?

(начальник УВД):

-Я не могу отвечать за вопросы….

(из толпы):

-Мэра!

(начальник УВД):

-Я не могу отвечать за те вопросы, на которые предварительное расследование и суд не сказал свое слово. Все сегодня высказались….

(толпа скандирует):

-П…бол!

(Depuis la foule)

Et où sont les autres ?

(le chef de la police)

Nous les arrêterons, comme nous l’avons déjà fait

(Depuis la foule)

Menteur !

(le chef de la police)

C’est pourquoi je demande à tous ceux qui se sont rassemblés de ne pas se faire prendre eux même au piège…(…)

(Depuis la foule)

Où est l’assassin de Volkov ?[2]

(le chef de la police)

Je ne peux pas répondre de ces questions ….

(de la foule)

Le maire !

(le chef de la police)

Je ne peux pas répondre aux questions qui relèvent de l’enquête et n’ont pas été  confirmés par le tribunal. Tous ont pu s’exprimer aujourd’hui…

(la foule scande)

–         con-neries, con-neries!

15.22 (представители митингующих)

-Знаете, что я вам сейчас скажу. Вот мне ваши орлы сказали, что маленькая зарплата….

(représentant des manifestants)

Je vais vous dire : vos hommes m’ont dit que vous aviez un petit salaire…

15.28 -Давайте посмотрим «Дежурную часть». «ЧП — дежурная часть». Смотрим. Девяносто процентов правонарушений в городе Москве — лица кавказской национальности

-Товарищ полковник, это же травматика. Огнестрельное ранение, четыре пули. На каком основании вообще отпустили этих людей.

(полковник):

-Хороший вопрос.

– Prenez l’émission « alerte – le poste de garde »[3] : qu’est-ce qu’on voit : 90% des infractions dans la ville de Moscou sont commises par des personnes de nationalité caucasienne.

– Camarade colonel, c’est du sérieux quand même : blessure par arme à feu, 4 balles. A quel titre a t on pu relâcher ces gens ?

– (le colonel) : bonne question

16.00 (митингующий):

-Надо учиться работать с народом. То что мы здесь говорим — ваша прямая обязанность. Вы согласны с этим?

(полковник):

-Не совсем.

(митингующий):

-А что, милиция работает не с людьми?

(митингующий):

-Милиция призвана сохранять порядок в государстве. Это значит, что вы должны охранять нас, а не прессовать нас. А если люди, которые здесь находятся на правах гостей, начинают быть здесь на правах как дома.

(un manifestant)

– il faut apprendre à travailler avec la population. Ce que nous sommes en train de dire, cela relève de votre responsabilité directe. Vous êtes d’accord ?

(le colonel)

Pas tout à fait

(un manifestant)

–  ah bon ? la police ne travaille pour les gens ?

La police travaille pour maintenir l’ordre dans le pays Et s’il y a des gens qui sont ici en tant qu’invités et commencent à se comporter comme chez eux…

16.34 (митингующий):

-Вы русский или вы сами, может, чеченец?

(полковник):

-Да, я чеченец.

(митингующий):

-Серьезно?

(полковник):

-Конечно. Посмотрите на меня. Вам хочется выговориться или меня завести? Вы меня не заведете никогда.

(un  manifestant)

– vous êtes russe ?  ou alors peut-être tchétchène ?

(le colonel)

– oui je suis tchétchène

(un manifestant)

-sérieux ?

(le colonel)

– bien sur, regardez moi… Vous voulez vous dire ce que vous avez sur le cœur ou me faire sortir de mes gonds ? vous n’y arriverez pas avec moi.

16.47 (митингующий):

-Поменяйте законы. Сделайте, чтобы были другие законы. Кодекс чести чести должен быть.

(митингующий):

-От нас ничего не зависит

(полковник):

-И от нас тоже ничего не зависит.

– (митингующий):

-На самом деле вы неправы оба. Зависит все от нас. Мы и есть массы, и вы и мы.

(митингующий):

-Вы, б…, давай нам русского царя, а не этого шута, а то, б…, демократия.

(un manifestant)

– modifiez les lois ! faites en sorte qu’il y en ait d’autres. Il faut un code d’honneur

(un manifestant)

– nous nous ne pouvons rien faire

(le colonel)

– nous non plus nous ne pouvons rien faire

(un manifestant)

– En fait, vous avez tort tous les deux : nous pouvons beaucoup, nous sommes les masses, vous et nous.

(un manifestant)

– Vous, m…, donnez nous un vrai tsar russe et pas ce bouffon ou cette p… de démocratie…

17.12 -Давайте думать последовательный сценарий. Что может произойти. Беспорядки. Как нас выставят в средствах массовой информации. Объявят нас фанатами, погромы по Москве. Уже выставили.

(реплики митингующих):

-Я русский, у меня в паспорте.

-В новом паспорте нет такой графы.

-А, все общее!

-Так что вопросы к вышестоящей власти. Ты выбирал этого Медведева? Я не выбирал. Никто не выбирал. И Путина я не выбирал.

(Un manifestant masqué)

– voyons un peu quel peut être le scénario maintenant, qu’est ce qui peut se passer. Comment vont nous présenter les médias. Ils vont dire qu’on est des hooligans venus provoquer des émeutes dans Moscou. C’est déjà fait.

(réplique des manifestants)

– Je suis russe c’est écrit sur mon passeport

– dans le nouveau passeport, il n’y a plus cette mention

– et voilà, tous dans le même sac !

– Donc, ces questions s’adressent au sommet du pouvoir. Tu l’as élu ce Medvedev ? pas moi ? personne. Et Poutine non plus je ne l’ai pas élu.

18.01 (митингующий в маске):

-У этого УВД, где их содержали собралась сразу целая куча дагестанцев, сразу съехалась на машинах. Их было очень много. Их под давлением отпустили. Деньги, не деньги, неизвестно.

(un manifestant masqué)

– devant le commissariat où ils ont été arrêtés, une foule de Daghestanais s’est rassemblé tout de suite. Ils étaient très nombreux, c’est sous pression qu’on a relâché les deux. Est ce qu’il y a eu de l’argent ou pas, on ne sait pas.

18.10 (девушка):

-Вот они — один за всех, все за одного, а мы, б…, врассыпную!

(митингующий):

– Где единство, блядь?

(митингующий):

– Хуйня

(une jeune fille)

– voilà eux c’est un pour tous tous pour un, et nous p… on est divisés

(un manifestant)

– Où est l’unité, putain

(un autre manifestant)

– Conneries

18.31 (митингующийв галстуке):

-В Чечне они регулярно с ними воюют, СОБР, ОМОН, выезжают боевые подразделения.

(девушка):

-Они с нами воюют!

(митингующий):

-С нами они не вооют.

(девушка):

Ты не видел, мальчика как они потащили

(un manifestant en cravate )

– En Tchétchénie, ils leur font la guerre régulièrement, les SOBR, les OMON[4], des divisions militaires sont envoyées…

(une autre jeune fille)

C’est à nous qu’ils font la guerre

(le manifestant cravaté )

Ils ne nous font pas la guerre a nous

(jeune fille)

T’as pas vu comment ils ont emmené le gamin ?

18.47 (митингующие скандируют):

-Дагестан — позор России!

(les manifestants)

– Daghestan honte de la Russie !

19.05 (медсестра скорой помощи):

-А кто нам поможет-то? Ребята, помогите.

(санитар):

(из толпы):

-Никто не должен вообще забирать его отсюда.

(санитар):

-Помогите, кто посмелее!

Un jeune « caucasien » blessé à coté d’une ambulance)

(infirmière)

– qui vient nous donner un coup de main ? Les gars, aidez nous !

(ambulancier)

– allez un peu de courage, aidez nous !

19.37 (митингующие скандируют):

-Россия для русских, Москва для москвичей. А ну-ка, давай-ка, уё…ай отсюда.

(slogans des manifestants)

La Russie aux Russes, Moscou aux Moscovites ! Allez hop, fous-moi le camp d’ici !


[1] Version du slogan antisémite très connu : “Bei zhidov spasai rossiu !”(tape sur les Juifs et sauve la Russie).

[2] Référence à l’assassinat le 10 juillet 2010 à Moscou de Iouri Volkov, supporter du Spartak et caméraman de télévision, au cours d’une bagarre au métro Chistye Prudy. L’enquête est toujours en cours mais l’arrestation de trois Tchétchènes immédiatement après les faits avait provoqué de fortes réactions, notamment après que la diaspora tchétchène de Moscou a été accusée de prendre parti pour les suspects et de faire pression sur les enquêteurs.

[3] Emission de télévision [NdT]

[4] Troupes  spéciales de maintien de l’ordre.. Les OMON (équivalent des CRS) et les SOBR (formées à l’origine pour lutter contre le crime organisé) sont deux forces spéciales sous l’autorité du ministère de l’Intérieur

Tracés Journal – New Issue – “Décrire la Violence”

Tracés. Revue de Sciences humaines no 19

Décrire la violence

Numéro coordonné par : Cécile Lavergne et Anton Perdoncin

Novembre 2010 • 270 pages • ISBN 978-2-84788-234-6 • ISSN 1763-0061

http://traces.revues.org/

Présentation du numéro

Décrire la violence, un impératif paradoxal dont se saisissent, pour ce numéro de Tracés, les contributions issues de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie visuelle et de la philosophie : saisir non pas les causes ou les motivations de la violence, mais plutôt la mise en récit des phénomènes violents, la manière dont les acteurs sociaux les qualifient et dont les sciences sociales les catégorisent. Ce numéro de Tracés offre pour la première fois au public français la traduction d’un texte séminal de Charles Tilly, fondateur des études sociologiques, historiques et en sciences politiques de la violence collective, ainsi que deux entretiens avec des figures intellectuelles majeures : le sociologue américain Randall Collins et le philosophe Étienne Balibar. Les articles abordent des objets aussi divers que les violences de guerre (Raphaëlle Branche, Juliette Denis), les violences maritales (Martine Charageat), les violences féminines (Diane Roussel), les violences en prison (Corinne Rostaing), ou encore les traces de la violence dans le quotidien après un épisode de terreur (Juan Orrantia). Des interrogations communes émergent alors : comment les chercheurs en sciences sociales enquêtent-ils sur cet objet, tout à la fois fascinant et repoussant, qu’est la violence ? De quels outils et méthodes disposent-ils pour la décrire, et quelle est la bonne distance de l’écriture ? Comment enquêter sur des formes de violences qui sont partiellement ou complètement invisibilisées ? Autant de questions ressaisies de manière transversale dans ce numéro, qui essaie de donner à penser la violence au travers de questionnements épistémologiques renouvelés.

SOMMAIRE DU NUMÉRO 19

ÉDITORIAL

La violence à l’épreuve de la description

Cécile Lavergne et Anton Perdoncin

ARTICLES

La violence coloniale. Enjeux d’une description et choix d’écriture par Raphaëlle Branche

Décrire la violence maritale au Moyen Âge. Exemples aragonais et anglais (XIVe-XVIe siècles) par Martine Charageat

La description des violences féminines dans les archives criminelles au XVI e siècle par Diane Roussel

Hiérarchie des légitimités. Obstacle et défi à la connaissance des violences carcérales par Corinne Rostaing

Violences dans l’oeuvre de Kara Walker par Vanina Géré

Looking back – Looking in. Les conséquences de la terreur et l’intimité du souvenir (essai d’anthropologie visuelle) par Juan Orrantia – (traduction : Anaïs Albert)

NOTES

Violences en URSS : chantiers historiographiques et enjeux mémoriels par Juliette Denis

Sophie Wahnich, la violence révolutionnaire et la Terreur. Note critique sur l’approche émotionnelle par Philippe Münch

TRADUCTION

Charles Tilly et la violence collective : moment critique et formation conceptuelle, 1968-1979 par Boris Gobille

La violence collective dans une perspective européenne par Charles Tilly – (traduction : Anton Perdoncin)

ENTRETIENS

Pour une phénoménologie de la cruauté. Entretien avec Étienne Balibar par Cécile Lavergne et Pierre Sauvêtre

La violence en situations. Entretien avec Randall Collins par Gérôme Truc

Data and Methodology – What Do We Know About Rapes Committed During the War in Chechnya ? (in French)

Des viols de femmes ont été commis durant la guerre de Tchétchénie, dans les « camps de filtration » (prisons illégales), aux checkpoints, dans les cantonnements militaires et lors des « nettoyages » (rafles) dans les villages[1]. Il est cependant très difficile d’en cerner l’ampleur.

Silence et impunité

Comme dans de très nombreux autres conflits, le silence des victimes s’explique par le tabou et de l’opprobre qui pèsent sur elles. « C’est une espèce de loi », témoigne une jeune fille tchétchène, « une fille souillée, pour son père, c’est pire que si elle était morte. C’est un déshonneur terrible. Elle ne peut pas se marier, personne ne lui parle gentiment, même si ce n’est pas de sa faute d’avoir perdu son honneur[2]. ». Aset Asimova (nom d’emprunt), veuve de 43 ans a raconté ainsi à Human Rights Watch avoir été violée par trois soldats ivres en février 2002. Son premier geste « après le départ des soldats fut de cacher ce qui s’était produit afin que son fils plus âgé ne puisse deviner le viol. “J’ai barbouillé mon nez et ma bouche de sang comme si j’avais été battue à ces endroits et que le sang venait de là. J’ai tout nettoyé, j’ai caché ma robe et j’en ai mis une propre. »[3]

Autre problème : l’impunité dont bénéficient les auteurs de violences sexuelles. Le code pénal russe (article 131-1), punit en principe le viol d’une peine d’emprisonnement de 3 à 6 ans, qui peut aller jusqu’à 10 ans en cas de viol en groupe ou avec menaces de mort. Pourtant, selon l’organisation russe des DH Mémorial, début 2003, seul deux soldats avaient été jugés pour viol et condamnés uniquement à des peines avec sursis[4]. Le colonel Boudanov, qui en mars 2000 a enlevé et violé une jeune femme tchétchène, a finalement été condamné pour meurtre, mais non pas pour viol[5].

Viols d’hommes et viols de femmes

Des viols d’homme ont également été commis en Tchétchénie, essentiellement dans les « camps de filtrations » où ils étaient amenés après des arrestations arbitraires  par les forces russes pour « vérifier » leur éventuelle appartenance aux groupes armés tchétchènes. Des hommes détenus ont été soumis à violences sexuelles : application d’électrodes sur parties génitales, viols commis avec des armes ou des bouteilles, s’accompagnant de menaces sur leurs capacités reproductives et d’humiliation (surnoms féminins). Ces viols relèvent pratiques répandues parmi la pègre et dans le monde des camps, qui ont été instrumentalisées et utilisées par l’administration pénitentiaire depuis la période stalinienne en Russie, et appliquées également en Tchétchénie.

L’ampleur de ces viols reste également à évaluer, d’autant que les hommes étaient, au début de la guerre, les premiers visés par les arrestations arbitraires et les rafles, les femmes circulant plus librement. La situation a sans doute changé après la prise d’otage du théâtre de la Doubrovka à Moscou (à laquelle ont participé des femmes voilées) et les premiers attentats suicides commis par les femmes. En 2006, la Rapporteuse spéciale de l’ONU sur la violence contre les femmes, Yakin Ertürk s’inquiétait de l’opération « Fatima », lancée en juillet 2003, qui visait spécifiquement des femmes tchétchènes portant des foulards musulmans traditionnels et notait qu’en détention « ces femmes peuvent être soumises à la torture et à des violences sexo-spécifiques, comme le viol ou d’autres formes de violences sexuelles».[6].

Les rapports d’organisations de défense des droits de l’Homme

Plusieurs rapports ou communiqués d’Organisations de défense des droits de l’Homme, russes ou internationales, mentionnent des viols de femmes ou d’hommes et développent certains cas avec précisions[7].

Parmi ces sources, on peut citer :

Amnesty International, Russian Federation (Chechnya): Rape and torture of children in Chernokozovo “filtration camp, 23 March 2000.

Amnesty International, Russian federation: Continuing torture and rape in Chechnya, 08 June 2000.

Human Rights Watch, No Happiness Remains: Civilian Killings, Pillage, and Rape in Alkhan-Yurt, Chechnya, vol. 12 no. 5, April 2000.

Human Rights Watch, Consideration of the Fifth Periodic Report of the Russian Federation : Serious violations of Women’s Human Rights in Chechnya, Report to the Members of the Committee on the Elimination of Discrimination against women, January 2002.

Human Rights Watch, Russie : enquêter sur les violences sexuelles commises par les troupes en Tchétchénie, New York, 10 avril 2002.

Mémorial / FIDH, Tchétchénie, crimes contre l’humanité, un an de crimes impunis, Octobre 2000.

Moskovskaia Khelzinkskaia gruppa, Diskriminatsia zhenshchin v sovremennoi Rossii, (red S. Lukashevski, T. Lokshina, A. Novikova), 2003.

Physicians for Human Rights, Endless Brutality War Crimes in Chechnya, 2001.

Témoignages de réfugiés

La Medical Foundation for the Care of Victims of Torture, basée à Londres, à publié en 2004 un rapport portant sur 35 personnes originaires de Tchétchénie que la Fondation avait suivies entre 1999 et 2004. Le rapport note que 16 femmes (sur 19) et un hommes ont été victimes de viol et esquisse une typologie des violences sexuelles : “y a eu 16 cas de viol vaginal, 5 cas de viol anal et 2 cas de viol oral. (…) La fréquence de ces viols va de une à plusieurs fois (par ex. chaque jour pendant un mois). Le nombre d’hommes impliqués comme perpétrateurs va de 1 à “plus de 10”.

Référence : Doctor Charlotte Granville-Chapman, Rape and Other Torture in the Chechnya Conflict: Documented Evidence From Asylum Seekers Arriving in the United Kingdom, Medical Foundation for the Care of Victims of Torture, London, April 2004.

Sources judiciaires – la CEDH

Une plainte anonyme pour torture et violences sexuelles a été déposée en octobre 2006 auprès de la Cour Européenne des droits de l’Homme , X and Y v. Russia, (43411/06), pour des tortures et violences sexuelles commises en 2004[8]. La communication est disponible en anglais sur le site de la CEDH.

Il s’agit de la seule affaire concernant des violences sexuelles sur les 238 affaires recensée par par l’association Stichting Russian Justice Initiative (SRJI), qui représente de nombreux plaignants auprès de la CEDH.


[1] Cette note porte sur la période de 1999 à 2003. La “seconde” guerre de Tchétchénie commence en septembre 1999, alors que 2003 correspond à la « tchétchénisation » du conflit, c’est-à-dire au transfert des fonctions de police à des supplétifs tchétchènes. Les forces russes restent toujours présentes sur le territoire, mais la configuration de la violence change (violences plus ciblées, émanant le plus souvent des forces tchétchènes pro-russes).

[2] cité par Petra Prochazkova, La guerre russo-tchétchène, paroles de femme, Le serpent à Plumes, 2005, p 46

[3] Human Rights Watch, Russie : enquêter sur les violences sexuelles commises par les troupes en Tchétchénie, (New York, 10 avril 2002)

[4] Memorial, Deceptive Justice. Situation on the investigation on crimes against civilians committed by members of the Federal Forces in the Chechen Republic during military operations 1999–2003 , 2003.

[5] Voir sur ce point Amandine Regamey, « L’opinion publique russe et l’affaire Boudanov [Russian Public Opinion and The Budanov Case] », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [Online], Issue 8 | 2008, Online since 14 juillet 2008.

[6] «Rapport de la Rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes, ses causes et ses conséquences, Yakin Ertürk Mission dans la Fédération de Russie » 62ème session, 26 january 2006, Doc E/CN.4/2006/61/Add.2,

[7] A noter que les témoignages recueillis ne peuvent pas s’additionner mécaniquement pour permettre d’évaluer le nombre de viols : les témoignages sont anonymes et il est très possible que plusieurs ONG aient recueilli le même témoignages, d’autant que les ONG internationales travaillaient avec les mêmes « correspondants » russes sur place, essentiellement l’association des droits de l’Homme « Mémorial »

[8] L’association Stichting Russian Justice Initiative (“SRJI”), qui représente les plaignants, décrit l’affaire de cette façon : “In the middle of the night on 26 May 2004 a group of masked military servicemen detained X in Grozny and brought him to the Leninsky District Department of the Interior (ROVD). A number of policemen started to beat him with truncheons, electroluted him with wires attached to different parts of his body and sexually abused him. X eventually signed a confession. In the following weeks, the torture and ill-treatment continued both at the Leninsky ROVD and in ORB-2.”