Category Archives: justice / prison

Peter H. Solomon Jr., Reform without End: Can Incremental Change Transform Russian Courts?

Talk to Workshop “Judicial Practice in Russia: Sociological Analysis”  Paris, 10 May 2012

This Workshop features a series of reports of fresh research into the nature of judges in Russia, their mindsets, their behaviour and the factors that shape it, especially in the administration of criminal justice. The research, conducted in Russia by young Russian scholars, is socio legal in nature and something all too rare in the post-Soviet world.

 In my presentation I aim to provide background and a framework for appreciating and assessing the meaning of this research. I will focus on judicial and criminal procedural reform over the past 20 years, on what it has achieved and not, and why.

 In the last decades of Soviet power, judges were dependent on both outside political figures and  their immediate superiors within the judiciary (chairs of courts and judges on higher courts). Rank and file judges needed the good will of both to continue in their jobs, to receive perks and benefits, and of course to be promoted. Judges were expected to respond positively to occasional requests about case outcomes and to fulfil general expectations about the processing of cases. This meant above all achieving the required results on quantitative indicators of efficiency and  the quality of judgments, most importantly having a low rate of reversal by higher courts (stabilnost prigovorov). In criminal matters judges were expected to avoid acquittals, a serious black mark since the late 1940s, which meant resorting to a number of substitutes. Avoiding acquittals was one dimension of what came to be known as “prosecutorial bias” (obvinitelnyi uklon).

Eliminating the dependency of individual judges and reducing accusatorial bias in the handling of suspects and accused were the most important goals of the reformers who wrote the Conception of Judicial Reform in 1991. But, sad to say,  twenty Years of Judicial Reform in the Russian Federation, including changes to the status of judges, the organization of the judicial community, and the criminal process itself, have failed to accomplish either goal.

The important question is why. As we shall see, there were at least three proximate causes:

1 Some of the reforms served different (though worthy) purposes, such as accommodating rising caseloads, modernizing the operations of courts, making them more accessible, and improving the accountability of judges.

 2 Reforms that might have helped make judges independent or the criminal process more fair were often undermined by informal practices.  This applies especially to the matters of security of tenure of judges and the adversarial trial.

 3 There was a failure in the reform process to deal with crucial obstacles to impartial conduct by judges, including the excessive power of chairmen of courts, the system of evaluating judges, and the relationship of judges to law enforcement officials.

  I will start by reviewing some highlights of the judicial and criminal procedural reform in post Soviet Russia. Then, I will consider how key reforms were undermined in practice (and attempts to respond to this problem). Finally, I will address core problems that need to be addressed so that Russian can move toward having independent judges and less bias in criminal procedure.

I.Post Soviet Judicial Reform falls into four main phases. The first phase, 1992-1996, saw a serious attempt to put into law key components of judicial independence and to empower the courts—and has been designated by one of the main players of the time Sergei Pashin in his new book Stanovlenie pravosudiia as “the romantic phase”. Security of tenure for judges was a key element in the effort to develop judicial independence, and it was to be provided the legislation of life appointments for federal judges (after a three year probationary term), with removal only for cause and by decision of their peers on the regional JQCs. The reformers also gained approval of the introduction on an experimental basis of trial by jury; and the extension of the jurisdiction of courts to include review of pretrial detention decisions by procurators (as well as of administrative acts).

The second phase of judicial reform, 1996-2000, helped the leaders of the judiciary to establish their collective autonomy (through the creation of the Judicial Department outside the Ministry of Justice) and to add to their capacity through the decision to create a whole new layer of the court system, the Justices of the Peace. As courts of the subjects of the Federation the JPs also gave the regions a piece of the court system, for which they had pushed for years.

The third phase, 2000-2003, was marked above all by a concern with the accountability of judges, leading to dilution of the JQCs (so that one third of their membership became non judges) and the weakening of the protection of judges from criminal and administrative responsibility. It also witnessed the start of a major infusion of funds into the courts, used during the past decade to pay justices of the peace, raise salaries of all judges, pay for computers, and support the addition of clerks or judicial assistants to the staff of courts (producing a new judicial reserve and a way to socialize prospective judges).

Also, in 2001 a new criminal procedure code was adopted aimed at making the system more adversarial and to a degree levelling the playing field between prosecution and defence. Building on earlier decisions of the Constitutional Court, the new Code eliminated a major substitute for acquittals, return to supplementary investigation at the end of the trial, and gave courts full responsibility for approving pretrial detention. Jury trials were also expanded to all parts of the country, and a form of plea bargaining given legislative authorization.

The fourth phase, 2004 to the present, added concern with transparency and accessibility of courts to their ongoing modernization and was marked by the development of court websites and the hiring of press secretaries at many courts. I would be pleased to talk about any of these reform initiatives later on, some of which I was involved with personally.

II.Among the reforms that looked fine on paper but that did not achieve their goals in practice were the mechanisms for ensuring security of tenure of judges and  for levelling the playing field between prosecution and defence in criminal procedure.

From 1993 new judges were appointed to a three year probationary term and then given life appointments. Removal from office remained possible as a form of discipline, but only after the Regional Judicial Qualification Commission decided that a judge had made a serious misstep. However, it turned out that in practice the commissions were under the control of the chair of the regional court, who in turn usually supported the requests of chairs of district courts to remove judges who displeased them (say by giving too many acquittals or having too many decisions changed in cassation or not following instructions). It was all too easy to find a pretext to use as grounds for removal, as was done in the cases of Pashin, Kudeshkina, and Melikov. To be sure, the decisions of the JQCs were subject to review by the Higher Qualification Commission and the Supreme Court, and they sometimes changed the outcome (e.g. Gudkova in 2008), but rank and file judges did and do not have a sense of security. In response to this problem a new Disciplinary tribunal was established in 2010 as the place of last resort for removal of judges, a body composed of three judges each from Supreme and High Arbitrazh courts, elected by their peers. In its first year it reversed one third of the decisions from the regional QCs. The Constitutional Court also ruled it unconstitutional to discipline judges for mere procedural errors, as had been done so often in the past. Moreover, in February 2012 the President endorsed the creation of judicial disciplinary colleges at the circuit level (above the regions) in the hope of attaining impartial reviews at the first hearings in cases of judicial discipline. In short, informed observers have given up on the regional qualifications commissions as hopelessly biased (despite the presence of one third non judges) and have rejected having the same bodies handling the selection and disciplining of judges.

The Criminal Procedure Code of 2001 was meant to reduce the prosecutorial bias that characterized late Soviet and early post Soviet criminal justice in Russia by making the trial adversarial and improving the situation of the accused. Thus, prosecutors would have to establish their cases through the oral examination of witnesses, and could not simply confirm evidence from the case file. Moreover, if the prosecution failed to make its case, the judge could no longer return the case for supplementary investigation, as had been possible from the early 1930s until a CC decision of 1999. Sad to say, these (and other seeming gains for the defense side) did not materialize in practice. One of the first changes introduced on behalf of the police involved situations where witnesses failed to deliver evidence at trial that they had given during the pretrial phase. Instead of requiring the consent of both sides in the case, the modified law required only one side, effectively giving the prosecution the chance to introduce such evidence. While return to supplementary investigation at the end of trials was eliminated, it remained possible for the judge to return a case to the procurator for a short time to fill in gaps in the evidence (and give the state a second chance), but only at the preliminary hearing, not at the end of the trial. In practice, this option was abused, and some cases came back to trial after months rather than a week or two as originally envisaged. Most striking was the fact that the elimination of dosledovanie, one the principal substitute for acquittals, did not led to a significant rise in rates of acquittal, which in cases prosecuted by the state remained well under 1%. (and even these acquittals were often reversed). There was a rise in cases stopped for rehabilitative reasons, a measure close to acquittal, but not by a lot. There was also, it appears, a rise in compromise decisions, a matter that Asmik will address later on.

Of course, trial by jury, used in a small number of serious cases, did produce a high rate of acquittal, causing special distress to investigators from the security police. However, in December 2008 serious crimes against state (terrorism spying, treason) were removed from the purview of juries.

III.The biggest shortcoming of judicial reform in the Russian Federation has been the failure to deal with the main obstacles to impartial and fair adjudication. The first of these is the excessive power of chairs of courts and the way that they are encouraged to exercise that power. The chairmen of courts in Russia are the bosses of their domains, responsible for managing their courts (including all of their support staff) and for ensuring that the judges meet expectations of superiors. The chairs are the key links in a hierarchical chain, and they are also part of informal horizontal networks in the districts and regions where their courts are located. Anyone seeking to influence a decision goes first and foremost to the chair of the court. For individual judges it is the chairs of their courts who control their destiny, not just on major matters like promotion or discipline but also the receipt of bonuses, ranks, vacations, apartments, and access to day care.

Part of the problem with chairs was that their appointments were without time limit, so other judges on the court had to come to terms with their biases and interests. In 2002 it was decided to limit chairs of courts to two six year terms, and with a grandfathering for time left in the current term, no chairs of courts have yet to be removed on rotation. At any event, even 12 years as a chair is way too long for its occupant to act merely as primus inter pares, and the anticipation of reappointment can lead to extra deference to powerful figures (like the chair of the next higher court). It would be better if chairs served for one term of three or four years, so that there could be frequent rotation and some judges on the court who had served as chair in the past.

A second obstacle to fair adjudication is the way judges are evaluated. The system of evaluating judges through formal statistical indicators of performance crystallized in the late 1930s with the centralization of the management of the courts, and it has lasted unchanged and unchallenged to the present day. In addition to encouraging efficiency and rapid processing of cases, the indicators emphasize the content of court decisions and privilege above all the rate of reversal (stabilnost prigovorov). Evaluation of the performance of trial court judges  on the basis of reversals encourages conformity to the needs and expectations of higher court judges rather than creativity, and even constrains judges from giving acquittals when appropriate (because acquittals are reversed by the higher instance nearly half of the time).

There is also the problem of incentives of judges on cassation panels, who are ready to reverse acquittals but loathe to change most convictions, if only because they or their courts may be held responsibility for the conduct of judges on the courts below (the practice of kuratorstvo). A particular challenge is posed by the coming shift in 2013 from cassation as the main form of review of sentences from trial courts to an appeals process in which there will be trial de novo and a new decision by the second instance court. If policy makers cared about a fair and unbiased appellate process, they would design it so that the judges on the appellate panels were in no way constrained from both reversing convictions and supporting acquittals from the courts below.

It is not necessary to use statistical indicators of performance to evaluate judges. AND it is not appropriate to base pay, bonuses, promotion or discipline upon formal evaluations. It is possible to follow the German and Austrian approaches and have judges on higher courts observe trials and read decisions of judges at lower courts as a basis for evaluation. Indeed, in Western Europe judges are expected to demonstrate their skills rather than decide cases as authorities require. As I have argued elsewhere, Russia needs to move away from the counterproductive model of bureaucratic accountability to a skills based model of professional accountability—something that happened in most of Western Europe decades ago. Russia needs to inculcate in its judges through judicial training a set of values about the purpose and craft of judging. It needs to reinforce and apply these values through critical discussions of published decisions of judges and through the activities of independent associations of judges or jurists more broadly.

Another third obstacle to impartial judging is the deference that judges pay to procurators and investigators. For the most part judges seem to regard themselves as contributors to the struggle against crime (as they were officially in Soviet times, when they were members of the same party cells are procurators) and at trial trust and value what procurators say more than the words of advocates. Formally procurators are no longer responsible for supervising legality in the courtroom, but no doubt some of them still feel that they can complain about a judge whom they see as giving any advantage to the accused. Judges may well have reason to be afraid of procurators. Of course, most judges who hear criminal cases spent a few years working in the procuracy or MVD, and this may predispose some of them toward law enforcement interests. Broadening the base of judicial recruitment to include more advocates has been supported even by former President Medvedev, but this has not happened, if only because the chairs of courts are the ultimate decision makers in the hiring of new judges, and those chairs prefer candidates whose conduct is predictable, including those who have already worked at the court..

There is also the matter of the incentives and motivations of investigators and procurators. Are investigators able to stop cases that they have already opened, without harming their indicators? Not easily. What can procurators do to stop weak cases from going to court? Not much anymore (as I understand it), because they have lost the power and responsibility for screening cases that are heading to court. And, according to Asmik and Olga, investigators are still deemed to have failed in their jobs each time an acquittal occurs, notwithstanding the evident decline in their qualifications and skills.

All of our discussion so far has related to factors that continue to produce an accusatorial bias and constrain judges from examining evidence critically and acquitting accused when standards for proving guilt have not been met. But if one cares about adversarialism and fairness in Russian criminal justice, one could not omit consideration of the real revolution in criminal procedure over the past decade, the embracing by advocates, investigators, procurators and judges alike of a form of plea bargaining, what is known as “special procedure of court hearings”.  Any person accused of a crime that brings less than ten years imprisonment (all but the most serious 5 percent) has the option of accepting the charges and agreeing to waive review of the evidence at trial in exchange for the exclusion of the top one third of the sentencing range. This election must be done with legal advice, the victim (if any) must accept the choice, and the judge must agree that the case file includes sufficient evidence to convict before he or she renders a verdict based upon a calculation of all relevant factors. As of 2010 more than sixty percent of accused chose special procedure! And if one adds a share of the nearly 18% of accused whose cases are resolved through reconciliation with the victim (and officially stopped for non rehabilitative reasons), then only one in four accused has a full trial that ends in a sentence. (There some overlap between use of special procedure and reconciliation).

Since hardly any of the accused would receive a sentence in the upper third, they must believe that they receive other benefits, such as early release from pretrial detention or a more lenient punishment than had they gone to trial. A brand new study by Kirill Titaev and colleagues argues that most accused do not get a more lenient sentence than had they gone to trial, especially one that controls for recidivism and the presence of pretrial detention, both of which turn out to be strong predictors of sentence. A minority of accused do seem to benefit, especially those who use special procedure for more serious crimes and those who reach an actual agreement with the investigator or procurator.

What matters to us the fairness of the implementation of special procedure of court hearings in practice. Is undue pressure placed on the accused by counsel and/or the investigators? Are accused persons frightened into waiving the full trial? Another question is how thorough is the review of the file by the judge; would a judge raise a red flag if the evidence looked weak? Another problem on the horizon lies in a proposed change to the Criminal Procedure Code that would allow investigators to simplify their work (put less material in the dossier) when special procedure is invoked. If this happens, will it make the review by the judge perfunctory?

Finally, there is the crucial matter of the mindsets of judges, the deeper answer to the question posted in Griboedov’s play Gore ot uma:  A sud’i kto?  Kirill and Olga will tell us more about the backgrounds and orientations of judges, but some of the basics are well known. As a group judges in Russia are not the most talented jurists; they tend not to be graduates of the best daytime law faculties. Nor, happily, are they products of the many new private law schools of dubious repute, but rather of traditional night and correspondence faculties and institutes. Through this education they tend to learn the letter of the law, but not necessarily about its spirit and not enough about legal reasoning and how to make good legal arguments. Even or especially young judges in Russia are attached to a formalistic and positivistic style of legal reasoning, and the majority do not have a broad understanding of law that includes rights and calls for judges to apply and interpret laws creatively. Do enough of them follow carefully the decisions of high appellate courts (for example the Constitutional Court) and appreciate the relevance of these decisions for their own caseload?

Were the Academy of Justice ever to fulfil its mandate and offer serious training to candidate (or newly appointed) judges, the design of its curriculum would represent a special opportunity to create a different kind of judge for Russia. But for such a judge to survive requires changes in the way judges are held accountable, including the desertion of much of traditional bureaucratic accountability and its replacement by the professional kind.

In short, while Russian courts are more modern, more efficient, and more accessible than twenty years ago, the administration of criminal justice retains its accusatorial bias and judges in criminal matters remain heavily constrained. Moreover, as we shall learn in the reports to come, the younger generation of judges shows no signs of improvement over the older one. Perhaps, even the reverse, as younger judges may be more attached to formal processing of papers and less concerned with justice in the moral sense of the word.

 I wonder whether this is as much the situation at the Justice of the Peace courts as in the district and regional ones. In theory, JPs are supposed to be accessible and to encourage reconciliation among the parties. On the other hand, they face much higher caseloads than their counterparts at the district courts. In addition, more of the JPs have backgrounds from outside the courts, such as work in government agencies or the advokatura. It would be interesting to compare these two sets of judges, in both mindset and behavior.

“The Judiciary in Practice in Contemporary Russia” (Introduction, in French)

 Nous reproduisons ici le texte d’introduction à la journée d’étude « La justice russe au quotidien. Regards sociologiques sur les pratiques judiciaires », par Gilles Favarel-Garrigues et Amandine Regamey.

Voir aussi la vidéo de présentation réalisée par le CERI


Afin d’introduire cette journée d’étude consacrée à « La justice russe au quotidien. Regards sociologiques sur les pratiques judiciaires », nous reviendrons rapidement sur les raisons qui nous ont poussées à choisir ce sujet, mais aussi sur quelques éléments caractérisant la justice russe et sur l’approche que nous voulons adopter.

1. Remercions d’abord ceux qui nous ont permis d’organiser cette journée : le CERI, le CERCEC, et la mairie de Paris, dans le cadre du programme « Emergence(s) » qui soutient notre projet « comprendre les violences en Russie ». Cette journée d’étude sur la justice fait suite aux journées qui ont été organisées sur la violence dans les prisons russes  (septembre 2010) et sur la police (mars 2011). Nous cherchons en particulier à comprendre comment sont prises les décisions lors de cette étape du processus judiciaire qu’est le procès. Seule la justice pénale sera aujourd’hui prise en compte. Nous allons aussi essayer de tester les hypothèses et les pistes de recherche dégagées lors des journées précédentes sur les facteurs explicatifs de ces violences, et en particulier la dimension institutionnelle.

2. La justice russe a mauvaise réputation. Les juges russes sont suspectés de ne faire qu’enregistrer et confirmer le point de vue de l’accusation. Ils sont ainsi vus comme les coproducteurs d’une violence institutionnelle orientée vers la répression. Ce « biais accusatoire », souvent dénoncé, est généralement illustré par un taux d’acquittement dont la faiblesse est frappante. Selon les statistiques, moins d’1% des procès se terminent en Russie par un acquittement. Pour expliquer ce chiffre, la cause la plus fréquemment mise en avant est l’absence d’autonomie des magistrats, réputés dépendants du pouvoir politique et de son principal relais dans les procès, l’accusation. Cette image d’une justice russe « aux ordres » est largement liée aux procès les plus retentissants qui défraient la chronique, y compris à l’étranger. L’affaire Youkos (c’est-à-dire l’affaire Khodorkovski et Lebedev), dans ses divers rebondissements, est à ce titre la plus emblématique. L’idée d’une inféodation de la justice au pouvoir politique se traduit d’ailleurs par l’expression « justice à la Basmanny »  (Basmannoe pravosudie), du nom du quartier de Moscou dont le tribunal est connu pour avoir condamné Khodorkovski et Lebedev. Le président D. Medvedev lui-même a pu employer cette expression1. Une autre expression fréquemment employée est celle de « justice par téléphone » (telefonnoe pravosudie). Présente par exemple dans les travaux d’Alena Ledeneva, cette expression souligne comment le pouvoir politique influe sur les décisions judiciaires de manière informelle2. Elle sous-entend aussi l’importance d’un « héritage » soviétique, d’une continuité forte avec des pratiques bureaucratiques dans lesquelles les ordres les plus importants étaient ceux qui étaient donnés à l’oral et non à l’écrit.

Toutefois, les pratiques judiciaires russes ne peuvent être réduites aux procès « politiques » les plus retentissants. Comme le souligne Kathryn Hendley à propos des tribunaux de commerce russes3, il n’y a pas un coup de fil derrière chaque décision de justice – ni même une enveloppe glissée au juge, ni même de connivence entre le juge et les « hommes forts » d’une ville ou d’une région qui utiliseraient la justice dans leur propre intérêt. Si c’était le cas, toute recherche serait d’ailleurs vouée à l’échec, car ces pratiques informelles échappent par définition à l’observation. L’hypothèse qui préside à l’organisation de cette journée d’étude est que la faiblesse du taux d’acquittement, et plus généralement les pratiques judiciaires, ne peuvent être uniquement expliquées par la « dépendance politique » des juges, mais par un ensemble de facteurs institutionnels que nous nous proposons aujourd’hui de décrypter.

3. Au cours des deux décennies qui nous séparent de la fin de l’URSS, la justice n’a cessé d’être réformée : l’ensemble des textes qui fondent la décision judiciaire ont été renouvelés (le nouveau code pénal est entré en vigueur en 1997, le code de procédure pénale en 2002) ; les règles de recrutement des juges ont profondément évolué, de même que le rôle de l’accusation et de la défense. Les institutions judiciaires ne sont plus les mêmes : un « comité d’instruction » (sledvstvenny komitet) a vu le jour en 2008. D’abord rattaché à la prokouratoura, ce comité (parfois aussi traduit par « Comité d’enquête ») s’est progressivement autonomisé et a pris en charge l’instruction des affaires pénales. La justice russe ne ressemble plus exactement à ce qu’elle était durant la période soviétique, et en même temps elle en conserve des aspects fondamentaux. Des éléments de procédure contradictoire ont été introduits, le rôle de la défense a été renforcé et en même temps ses prérogatives semblent déséquilibrées par rapport à celles de l’accusation4. C’est précisément sur l’ensemble de ces changements que porte la présentation introductive de Peter Solomon, que nous sommes très heureux d’accueillir à Paris.

4.  Pour apprécier la portée pratique de ces changements, nous avons demandé à quatre collègues russes de présenter les recherches qu’ils mènent actuellement sur le monde judiciaire en Russie. Il s’agit d’Asmik Novikova de la Public Verdict Foundation de Moscou, Olga Shepeleva, du Public Interest Law Institute de Moscou également, ainsi que d’Ella Paneyakh et de Kirill Titaev, tous deux chercheurs à l’Institute for the Rule of Law de l’Université Européenne de Saint-Petersbourg. Leurs travaux contribuent à apporter des réponses à plusieurs séries de questionnements.

  • La première série d’interrogations relève de la sociologie professionnelle : qui juge ? Qui sont les magistrats, quelle est leur formation, quelle est leur trajectoire professionnelle, comment sont-ils recrutés et comment se déroule leur carrière ? Quel est en particulier le lien entre le recrutement des juges et la détention d’une expérience professionnelle dans les services de la prokouratoura ? Comment sont traités les juges et dans quelles conditions exercent-ils leur activité professionnelle ? Le profil sociologique des magistrats est-il distinct selon le fait qu’ils exercent la fonction de « juges de paix » ou de « juges fédéraux », ces derniers étant compétents pour les crimes les plus graves ?
  • La seconde série d’interrogations relève de la sociologie de la procédure pénale et des pratiques judiciaires : comment juge-t-on ? Que sait-on et que peut-on savoir de la manière dont sont prises les décisions judiciaires ? Quelle est notamment la place des consignes hiérarchiques et de l’autonomie des juges par rapport aux pouvoirs politiques locaux et régionaux (financement) mais aussi à la hiérarchie judiciaire ? Cette question renvoie à celle de l’évaluation des magistrats : quels sont les indicateurs qui pèsent sur leur activité ? Quelles sont les sanctions qu’ils encourent si ces indicateurs ne sont pas respectés ? L’analyse des relations entre les magistrats et les autres acteurs de la procédure pénale doit également être prise en compte. Que sait-on en particulier des relations entre les magistrats et les nouveaux services du comité d’instruction ? Qu’en est-il de la place des avocats, depuis l’adoption d’une loi en 2002 qui a réglementé l’organisation de cette profession ? Les relations des juges avec l’accusation et la défense soulèvent enfin une interrogation sur la place croissante du plea bargaining dans la procédure pénale russe.
  • Enfin une troisième série de questions porte sur les résultats de l’action judiciaire. Cette question apparaîtra en filigrane dans les exposés, mais sera plus directement posée au cours de la table-ronde conclusive de cette journée, animée par Anne Le Huérou, avec laquelle nous avons organisé cette journée d’étude. Qui juge-t-on en Russie ? Comment évoluent les peines infligées par les juges et quelle est notamment la place occupée par la détention ? Quel est le profil sociologique des condamnés ? Peut-on évaluer la manière dont sont prises les décisions de justice en fonction du profil sociologique, ethnique des condamnés ou de leur sexe ? Peut-on parler de « harcèlement judiciaire » qui toucherait certaines catégories de population (les entrepreneurs, les migrants, les opposants politiques) ? Comment évolue le traitement judiciaire de certains crimes sensibles au contexte politique, comme la violence xénophobe ? Comment fonctionnent les recours (appel, « surveillance judiciaire » – soudebny nadzor) ?

Beaucoup de questions donc, auxquelles une réponse définitive ne sera pas toujours apportée, mais qui montrent le besoin de connaissances dans l’analyse des pratiques judiciaires en Russie. Beaucoup de ces questions font en outre écho à celles que nous avions posées lors des journées d’étude précédentes sur les prisons et notamment la police. Ce qui ressort de l’examen de la violence des institutions répressives, c’est d’abord le poids d’un système d’évaluation fondé sur des indicateurs quantifiés (palochnaia sistema), qui conduit dans la pratique à cibler des populations particulièrement exposées (petits délinquants, migrants) et à extorquer des aveux ; c’est ensuite la capacité à utiliser ces institutions pour résoudre les litiges économiques, lorsque l’appareil judiciaire est utilisé au service de la « loi du plus fort » ; c’est enfin une invitation à analyser la marge de manœuvre de ces institutions, compte tenu des contraintes hiérarchiques qui les traversent, à comprendre la complexité des hiérarchies dans ce domaine : hiérarchies interinstitutionnelles, hiérarchies au sein des institutions, hiérarchies en fonction du niveau d’administration territoriale. La focalisation sur les facteurs institutionnels expliquant la violence répressive doit conduire in fine à comprendre non seulement les effets de cette répression, mais aussi les éventuelles modalités de résistance qu’elle promeut. Quelles stratégies adopter lorsqu’on est confronté à cette violence ? Comment les avocats, les associations de défense des droits adaptent-ils leurs stratégies à un contexte institutionnel si particulier ?

L’un des pièges que comporte cette journée d’étude est de voir des spécificités là où il n’y en pas. C’est pour cette raison que, conformément à une «méthode » déjà éprouvée lors de nos précédentes journées d’étude, nous avons demandé à des collègues français travaillant sur les questions judiciaires mais ne connaissant pas le contexte russe, Christian Mouhanna ce matin et Denis Salas cet après-midi, de discuter les présentations de nos collègues russes, afin de dresser d’éventuels parallèles et de pointer les spécificités du contexte russe. Ce dialogue est également rendu possible par la traduction en français d’un certain nombre de textes russes sur la justice dans ce pays sur le site de note projet,

  1. []
  2. Ledeneva, Alena, “Telephone Justice in Russia”, Post-Soviet Affairs, vol. 24, n° 4, 2008, pp. 324-350 []
  3. Hendley, Kathryn, “Are Russian judges still Soviet ?”, Post-Soviet Affairs, (2007-07/09) vol.23: n°3, p.240-274 []
  4. Par exemple :  « une information recueillie par l’avocat n’est recevable en qualité de preuve qu’après avoir été jointe au dossier par une décision spéciale prise à la demande de la défense par l’enquêteur ou l’agent d’instruction. Cet aspect est d’autant plus important que seul le dossier constitué par les organes officiels sera transmis au juge lors de la phase de jugement. » Golovko Léonid. Le nouveau Code de procédure pénale russe de 2002 : quel modèle de procès pénal pour la Russie ?. In: Revue d’études comparatives Est-Ouest. Volume 38, 2007, N°2. Les mutations du droit et de la justice en Russie. pp. p 42 []

Seminar “The Judiciary in Practice in Contemporary Russia”, May 10th – The recordings on-line

On May 10th, 2010 took place at the CERI in Paris a seminar dedicated to “The Judiciary in Practice in Contemporary Russia”. You will find below the recordings of that seminar.



9h30 – Introduction : Gilles Favarel-Garrigues (CERI-Sciences Po), Amandine Regamey (Université Paris I, CERCEC, EHESS-CNRS) FULL TEXT (french)

10h-10h45 : Peter H. Solomon Jr (University of Toronto), “Reform without End: Can Incremental Changes Transform Russian Courts?” FULL TEXT

10h45-11h Pause-café

 11h-13 h : Session 1. De l’instruction au jugement : les affaires pénales en pratique

Président : Kirill Koroteev (European Humanities University, Vilnius)

Ella Paneyakh (Institute for the Rule of Law, European University at Saint Petersburg) : Bureaucratie, fermeture et violence légale : l’accusation dans la justice pénale russe

Asmik Novikova (Public Verdict Foundation, Moscow) : Acquittement impossible ? Les moyens de contrôle des juges sur l’enquête

Discutant : Christian Mouhanna (CNRS, CESDIP)


14h30-16h30 –Session 2. Les juges russes : portrait d’une profession

Présidente : Aurore Chaigneau (Université d’Amiens)

Kirill Titaev (Institute for the Rule of Law, European University at Saint Petersburg) : Les juges russes comme groupe professionnel

Olga Shepeleva (Public Interest Law Institute, Moscow) : L’isolement social des juges et la formation des stéréotypes professionnels

Discutant : Denis Salas  (Ecole Nationale de la Magistrature, Paris)

16h30-16h45 Pause-café

 16h45 – 18h Table ronde. Discrimination judiciaire, condamnations et recours en Russie

Animée par : Anne Le Huérou (CERCEC, EHESS-CNRS)

Avec : Juliette Cadiot (CERCEC, EHESS-CNRS), Aurore Chaigneau, Kirill Koroteev, Christian Mouhanna, Asmik Novikova, Ella Paneyakh, Denis Salas, Olga Shepeleva, Peter H. Solomon Jr, Kirill Titaev

Journal Article – N. Kovalev, “Jury Trials for Violent Hate Crimes in Russia: Is Russian Justice Only for Ethnic Russians?”, 2011

Kovalev, N. (2011). “Jury Trials for Violent Hate Crimes in Russia: Is Russian Justice Only for Ethnic Russians?” ChicagoKent Law Review, 86, 2, pp. 669-736.

available at: Continue reading Journal Article – N. Kovalev, “Jury Trials for Violent Hate Crimes in Russia: Is Russian Justice Only for Ethnic Russians?”, 2011

The Unlucky Ones (on Jugdes, in French)

The Unlucky Ones (on Jugdes)

Large excerpts from an interview of a former district court judge.

Published in the Moscow weekly Bolshoj Gorod, Feb. 1,  2012. See the original in Russian

Une juge de paix de Moscou, après dix ans de service, a décidé de démissionner de ses fonctions après les élections à la Douma du 4 décembre 2011. Et au lieu de se rendre au tribunal municipal de Moscou, elle est allée manifester. Sous conditions d’anonymat, elle raconte pourquoi les tribunaux russes ne prononcent presque jamais d’acquittement, comment a été décidé le verdict dans le procès Khodorkovski, les dégâts que provoquent Olga Egorova, présidente du tribunal de Moscou. Pour réformer le système judiciaire russe, il faudrait selon elle commencer par licencier tous ceux qui y travaillent. À la demande de Bolchoï Gorod, quelques juges et avocats ont commenté sa confession.

La juge explique qu’elle a commencé sa carrière au tribunal municipal de Moscou avant l’arrivée d’O. Egorova, lorsque l’ancienne équipe y travaillait encore. (…)

– C’est là que les changements ont commencé. Avant son arrivée, les gens en place avaient une certaine droiture avec une idée de la justice (…). A l’arrivée d’Egorova, on a commencé à virer les anciens juges et à en nommer de nouveaux, principalement en provenance des régions. Ce fut une véritable campagne : imaginez vous un peu, vous travaillez dans un coin de Sibérie, vous n’avez rien d’autre, bien sûr que vous voulez aller à Moscou ? Donc si on vous y propose un poste, vous serez forcément reconnaissant, vous cherchez à vous faire bien voir. Ceux qui sont arrivés n’étaient pas les meilleurs des juges de province mais ils ont bien fait leur autopromotion. Et Olga Alexandrovna (Egorova) a un petit problème : elle aime beaucoup les lèche-bottes.(…)

Avant, la majorité était des juges de l’ancienne génération. Ils étaient un peu dur à cuire mais ils avaient une idée claire du bien et du mal : si tu es sous le coup d’une enquête, c’est que tu es un salaud. A cette époque là il n’y avait pas un acquittement. De ce point de vue c’était encore pire que maintenant. Et petit à petit je me suis transformée aussi, en adoptant …. , une attitude corporatiste, une manière commune de voir les choses, le sentiment que tu es une partie de ce système qui te permet d’avoir le « sésame rouge » [la carte professionnelle] qui te viendra toujours en aide en cas d’interaction avec la police, le sentiment qu’il faut défendre ta communauté. C’est en effet un système assez puissant. En plus à ce moment là les gens étaient vraiment sûrs de ce qu’ils faisaient, ils ne mentaient pas, ils étaient sincères. Et petit à petit cela m’a contaminé.

– Quelles étaient vos fonctions au tribunal ?

J’assistais aux audiences, je rédigeais les procès verbaux. Il s’agissait d’affaires sans aucune équivoque. Le prévenu par exemple avait tué 15 personnes ou bien enlevé quelqu’un. Il me semblait que ce que nous faisions était juste, que sur le banc des accusés ne se trouvaient que les  méchants, qu’ils étaient tous mauvais. Petit à petit, tu deviens cynique. Je voyais quelqu’un dans la cellule du tribunal, je n’éprouvais aucune pitié, c’était uniquement du travail (…). Tu t’endurcis et… tu ne vois plus les gens, tu penses qu’ils sont tous mauvais.

– N’y avait-il pas d’exceptions ? Au cours de votre carrière vous n’avez jamais vu sur le banc des accusés une seule personne qu’au fond de vous vous aviez envie d’acquitter ?

– Non, pas une seule. C’est étonnant mais c’est comme ça. Même maintenant je ne peux me souvenir de personne en particulier.

– vous traitiez uniquement d’affaires pénales à cette époque

– oui le juge avec lequel je travaillais ne s’occupait que de pénal, enlèvements, meurtres, crime organisé. Il y a une spécialisation judiciaire, selon les sortes de crimes ou délits. Certains juges sont même spécialisés dans les affaires à retentissement.

– Pourquoi ces dernières sont-elles à part ?

– parce qu’elles profitent à ceux qui se « conduisent bien », et qui sont capables de les mener à bien . Les juges sont des êtres comme tout le monde… Sur des affaires comme ça, il y a une vraie pression de la société, au minimum une pression morale.

– une question standard : pourquoi nos tribunaux prononcent-ils si peu d’acquittements[1] ?

– En principe un acquittement, c’est un scandale pour le tribunal. Si une personne incarcérée est remise en liberté, c’est un véritable événement. Par exemple, il y avait un juge très intelligent (…), tout jeune ‑ 32 ans  Il était hors système, il raisonnait autrement. Il a remis en liberté cinq personnes dont il considérait qu’elles n’avaient aucune raison d’être incarcérées. Imaginez-vous un peu le scandale ?! C’était hallucinant. Comment as–tu pu le remettre en liberté, comment tu as pu ne pas couvrir l’enquêteur qui avait passé les trois dernières semaines à boire et n’avait pas eu le temps de finir l’enquête? Ensuite a été renvoyé (…). Le raisonnement est le suivant : oui, le procureur est mauvais, il a fait un mauvais réquisitoire mais cela ne vient même pas à l’idée de prononcer un acquittement parce qu’on est tous dans le même bateau et qu’on est tous soumis à la même évaluation.

– A quel moment le cerveau cesse-t-il d’analyser les affaires sur tous leurs aspects et commence à raisonner selon un schéma prédéfini ?

– C’est cela la dégradation professionnelle. Les policiers qui frappent et violentent en cellules de garde à vue, ils ont été eux aussi été des gens comme tout le monde. Au fur et à mesure des années passées dans ce système, la conscience se transforme de telle manière que tu ne peux plus penser à une situation autrement, à la regarder d’un autre point de vue. Ici on graisse la patte, là on serre la vis, là encore les policiers n’ont pas fait leur travail, ou bien le procès verbal est de travers rédigé à la va vite… Les avocats se plaignent mais tu dois passer par dessus tout ça et poser le tampon sur l’acte d’accusation. L’instance supérieure te soutiendra toujours. Je ne parle pas pour rien de « tampons » c’est comme une machine, et elle fait son travail. Et une fois tombée à l’intérieur, tu t’aperçois que tous sont pareils, que c’est comme ça depuis des années. De toutes façons, tu fais le tri entre la caste des élus – les juges, les flics, les procureurs, et les autres. Tu comprends qu’il ne t’arrivera rien car tu as une carte professionnelle et tu peux appeler quelqu’un, tu n’as pas peur. Mais tu te rends petit à petit à ce système et cesses de penser à d’éventuelles erreurs, à même en supposer l’existence. Jusqu’à un certain moment, j’étais certaine de ce que je faisais.

A propos de l’histoire Borovkova[2], on a dit que les greffiers devaient tous avoir un diplôme d’éducation supérieure (…) c’est vrai ? Vous avez des biographies assez semblables…

– En effet cette fonction requiert une formation supérieur en droit, mais les greffiers étant payés 8000 roubles par mois, bien entendu, on les recrute encore étudiants. Bien sur, une personne de 22-23 ans ayant fait dans études supérieures ne peut tout simplement pas vivre avec 8.000 roubles. Un salaire d’assistant du juge est de 12000 roubles, avec un travail de fou. On comprend qui accepte, ce sont les gens qui en ont besoin, qui sont attirés par cette profession. Et moi même pendant des années j’ai touché trois roubles, parce que je savais que c’était la voie vers la magistrature et que je voulais devenir juge. Sinon, sans piston, on ne te prend pas comme juge. Si tu es simplement avocat ou procureur ou même as travaillé comme juriste et arrive comme ça, la commission de qualification ne t’acceptera pas. Et comme je n’avais pas de piston, je savais que je n’avais qu’une possibilité, commencer tout de suite une carrière au tribunal et me construire une réputation, une légitimité. Tous les greffiers travaillent dans ce but.

– votre perception du système a changé quand vous êtes devenue juge de paix ?

– quand je suis arrivée à ce poste, je croyais encore en ce système (…). Mais assez vite au bout de six mois, il s’est passé quelque chose d’étrange. Dans toutes les affaires que j’avais à juger, je retrouvais la même bouteille de Cognac. C’est à dire que tous les SDF qui passaient à coté du supermarché de mon quartier avaient tous bizarrement volé la même bouteille de Cognac. Démêler cette affaire se révélait impossible car on avait affaire à des gens qui ont perdu leur amour propre, sont tombés au fond, se sont mis à boire, n’ont plus de documents d’identité et se moquent de ce qui va leur arriver. Ils ont été tellement humiliés qu’ils n’ont plus de ressources intérieures et sont prêts à s’accuser. Ils se déclaraient donc tous coupables. Et là j’intervenais : « attends un peu, ce n’est pas toi qui a volé. Qu’est ce que tu as fait en fait ? ». Et ensuite j’ai commencé à interroger les policiers, qui ont pâli, rougi, étaient couverts de sueur, ne pouvaient plus se souvenir de ces procès –verbaux, qui bien sur étaient falsifiés. Toute l’affaire était un montage.

Ils avaient fait cela pour être bien notés ?

Oui. Il leur fallait un rapport. Il faut montrer que la délinquance baisse et que le taux d’élucidation augmente. C’est pourquoi les vraies affaires n’apparaissent pas dans les rapports. Quand les victimes viennent porter plainte, on les renvoie. En revanche on s’en prend à des semi-clochards (…) envers qui la détention provisoire est presque toujours requise. Une fois qu’il a passé 3 ou 4 mois en taule, la seule chose que tu peux faire pour lui c’est de lui infliger une peine équivalente à celle qu’il a déjà purgée en préventive pour qu’il sorte libre du tribunal. De toutes façons élucider l’affaire est impossible (…).

– il n’est pas possible d’augmenter le personnel du tribunal ?

– Quel personnel ? il n’y aucun personnel auprès des juges de paix (…). Au tribunal de Moscou tout était différent… là je me suis retrouvé « au charbon ». Sur toute la période où j’ai tenu le coup, j’ai acquitté deux personnes. Et à chaque fois ça a provoqué un scandale. Quelquefois, j’ai du convoquer le procureur et lui dire « qu’est-ce que c’est que ces c… ? Reprenez le dossier et allez au diable », ou j’ai du menacé d’acquitter pour qu’ils reprennent l’enquête. Mais globalement, la marge de manœuvre est vraiment très étroite, la plupart des affaires sont « pliées ». Tu as une affaire à juger, tu vois un PV, un autre PV et en face de toi un flic (…) qui te ment effrontément, tu le vois et il sait que tu le vois. Mais il dit ne se souvenir de rien et maintient les informations figurant sur le PV (…).

[la juge de paix raconte ensuite le cas d’une de ses amies appelée à juger un opposant connu, arrêté pour manifestation non autorisée. Elle défend dans ce cas le point de vue de la légalité, contre l’opposant qui n’a qu’à changer la loi sur les manifestations plutôt que de l’enfreindre et qui de plus a selon elle manqué de courage en n’assumant pas son acte. Ensuite, elle fait part de son évolution récente, lorsqu’elle a compris que justement il n’était pas possible de changer les lois ni d’être représenté à la douma. Mais tout en se plaignant de l’attitude de la hiérarchie qui fait pression sur ce type d’affaires politiques, elle maintient sa condamnation de l’attitude de l’opposant et se ses avocats et considère que son amie a été humiliée par les journalistes, l’accusé et ses avocats, et qu’elle a subi de multiplies pressions dont il fallait bien qu’elle se protège L’avocate Karina Moskalenko commente ce passage en disant comprendre la réaction de quelqu’un qui se trouve en permanence « entre le marteau et l’enclume »mais souligne que les mensonges des juges sont plus fréquents que ceux des accusés et que dans ce cas là, le pire est que la juge de paix est consciente de l’illégalité des pressions hiérarchiques, mais ne fait rien contre, alors qu’elle exige de ceux qu’elle juge le respect absolu de la légalité].

La hiérarchie a-t-elle tendance de son côté à reprocher aux juges des infractions ?

– Quand tu travailles comme juge de paix, tu représentes les méchants pour tout le monde : pour les citoyens car tu n’arrives pas à examiner les affaires à temps et parvenir rapidement à une décision, même si c’est en leur faveur ; pour la hiérarchie, pour les mêmes raisons et parce qu’en plus des plaintes anonymes contre toi leur parviennent, qu’ils sont tenus d’examiner. Tu es en permanence confronté au n’importe quoi des enquêtes pénales, contre lequel tu ne peux rien faire. Et en plus, il y a les cas où on te téléphone pour te donner une directive précise. Mon serment est encore accroché au mur, il y a des jolis formules sur la conscience, la loi le fait que je ne dois m’en tenir qu’à eux dans mon travail. Mais la réalité n’a rien à voir.

– de ce que vous dites, il découle qu’il n’y a qu’une seule solution au problème : les virer tous…

– Oui c’est ça. Parce que c’est une dégradation morale. Les jeunes greffières sont contaminés parce qu’elles marinent là dedans. C’est comme la peste. En te trouvant à l’intérieur du système de maintien de l’ordre, tu ne peux plus raisonner autrement. Ces petits arrangements en permanence avec la police, avec l’administration avec d’autres encore… J’imagine que les gens finissent par ne plus le sentir et se dessèchent. Je n’ai pas eu le temps.

– Quel salaire touchiez-vous comme juge de paix ?

– Une de mes amies – juge fédérale- reçoit un salaire de 60.000 roubles [1.500€] comme juge de district à Moscou. C’est ridicule pour cette ville[3] c’est un travail terrible avec une charge colossale, physiquement (vu le nombre d’affaires à traiter) que moralement.

[1] Commentaire de Marianna Lukianovskaya, ex juge régional de Volgograd : « les juges ont peur d’acquitter parce qu’ils savent que la plupart d’entre eux sont ensuite annulés. Et les services répressifs considèrent les acquittements comme un signe de corruption des juges. Si tu prononces un acquittement ou donnes une peine plus légère et libères le prévenu, le chef t’appelle et te demande de démissionner.

[2] Olga Borovkova : juge de district à Moscou, qui s’est rendue célèbre pour avoir condamné à des emprisonnements fermes de nombreux leaders et militants de de l’opposition arrêtés lors de rassemblements ou manifestations.

[3] Selon Alexandr Melikov, un juge fédéral avec une bonne ancienneté gagne plutôt 150 000 et plus avec beaucoup de primes en plus du salaire et une pension à vie.

Oh You, Lucky Ones (On Justice, in French)

Selon les statistiques officielles, les tribunaux russes ne rendent quasiment aucun verdict d’acquittement : pas plus de 0,7% du total. La journaliste Svetlana Reiter consacre dans le numéro du 7 février 2012 du journal Bolshoi Gorod un long article à cette question. Elle revient sur les cas de quelques chanceux qui ont réussi à se faire acquitter, et mène une enquête pour comprendre les raisons de ce nombre dérisoire d’acquittement. En lien avec la journée d’étude du 10 mai 2012 consacrée à la justice, nous présentons ici une synthèse de son article (les parties traduites intégralement ou les citations sont entre guillemet, le reste correspond à un résumé de l’enquête. Les notes ont été ajoutées lors de la traduction et visent à faciliter la lecture des lecteurs français).


L’article s’ouvre par le cas de Murat Garabaev. Ce citoyen russe travaille plusieurs années comme comptable dans la banque centrale du Turkménistan, avant de revenir à Moscou en 2002. Peu après, il est arrêté par les autorités russes sur demande du Turkménistan, qui l’accusent d’avoir détourné 40 millions de dollars de la banque grâce au système de transfert SWIFT auquel Garabaev n’avait en réalité pas accès. Un de ses coaccusés, recherché pour ce détournement, est retrouvé mort à Saint Petersbourg. Garabaev passera deux mois et demi dans une prison d’Ashkhabad, au Turkmenistan, où il est régulièrement passé à tabac pour qu’il avoue sa culpabilité.

Son avocate, Anna Stavistkaia, envoie plusieurs requêtes à la Cour Européenne des droits de l’Homme est Garabaev, accusé d’escroquerie, est finalement jugé en 2004 devant le tribunal du quartier Zamoskvoreche de Moscou. L’accusation repose sur une copie des bordereaux de transfert et de son billet d’avion Ashkhabad-Moscou de 2002. Contre l’avis du procureur, qui réclame 8 ans, la juge Irina Vasina acquitte Garabaev. Selon Anna Stavitskaia : « tout d’abord il n’y avait aucune preuve de la culpabilité de Mourad. Deuxièmement, les autorités s’étaient ridiculisées en extradant un de leurs propres citoyens, et la CEDH avait appliqué la procédure d’urgence dans cette affaire. Le pouvoir ne voulant pas perdre complètement la face, ils ont été obligés de l’acquitter ».

L’avocate Anna Stavitskaia a cinq verdicts d’acquittement à son actif, trois rendus par un jury populaire, deux après une intervention de la CEDH – un maximum selon la journaliste Svetlana Reiter : les autres avocats qu’elle a rencontrés n’en ont pas plus d’un.


La journaliste rencontre d’abord Anna Usacheva, qui avait en 2005 publié un article dans Gazeta où elle dénonçait le biais accusatoire de la justice russe et le chiffre dérisoire de 0,7% de verdicts d’acquittements. Anna Usacheva est devenue porte-parole du tribunal de la ville de Moscou, et ce chiffre lui semble maintenant tout à fait justifié : « il vous semble que c’est peu, demande Usacheva en nous fixant sévèrement. Mais de quoi témoigne, à votre avis, un nombre élevé d’acquittements ? Vous ne savez pas ? Je vais vous le dire. Cela signifie que l’instruction a été mal conduite ».

Anna Usacheva développe cette pensée sur son blog : « Si les statistiques judiciaires nous donnaient un nombre d’acquittements semblable au nombre de condamnations, alors c’est tout notre système d’instruction et d’enquête qu’il faudrait mettre à bas, et le plus vite possible. Cela voudrait dire qu’une personne a été poursuivie et accusée illégalement. Autrement dit l’Etat, par le biais des personnes chargées de l’instruction, se serait trompé en mettant en cause sa responsabilité ».  Selon cette logique conclut S. Reiter, « un verdict d’acquittement, c’est en réalité une faute de l’enquête, et non pas une victoire de la justice au même titre qu’une condamnation ».

La même logique transparaît dans les arguments de Dmitri Fomin, adjoint au président du Tribunal de la ville de Moscou, juge depuis 16 ans : « L’enquête est menée par un enquêteur (sledovatel), un juriste avec une éducation supérieure. Au-dessus de lui, le responsable du département de l’instruction (sledstvenny otdel) et le procureur chargé de la surveiller directement (nadziraiushi prokuror), et enfin le procureur qui rédige l’acte d’accusation1. Pendant quelques mois, l’affaire est examinée afin qu’elle puisse passer devant un tribunal (40% des affaires sont écartées au stade de l’enquête), et pour tous ceux qui s’en s’ont occupé, un verdict d’acquittement c’est un gros échec, ça peut aller jusqu’à leur faire perdre leur travail. Ensuite, l’affaire arrive devant le tribunal. Quatre juristes l’ont examinée et vérifiée de tous les côtés. Et qu’est-ce que ça voudrait dire ? Qu’un autre juriste, un juge, leur dise “vous avez mal évalué la situation”. Au nom de quoi ? »

En effet, tente de comprendre Svetlana Reiter « si on se met à la place des juges, humainement, c’est embarrassant : des gens ont fait un travail colossal, les procédures formelles sont respectées – témoins, protocoles, accusé, le dossier en plusieurs tomes – tout est à sa place. Et quoi, moi, un juriste, je remettrai en cause le professionnalisme des autres juristes, et tout ça uniquement parce qu’à l’institut j’ai choisi une autre spécialisation ? Mais si on y réfléchit bien, c’est une logique contre-nature. C’est comme si un médecin vous faisait un diagnostic, et que le médecin suivant, voyant que le diagnostic n’est pas bon, continue néanmoins à vous soigner selon l’anamnèse initiale, sans faire d’autres analyses ».


Le cas de Dmitri Litovchenko est représentatif de cette logique absurde. En novembre 2009, il est accusé de tentative de vol de pneus dans le quartier de Tchertanovo, où il n’a jamais mis les pieds. Les deux hommes arrêtés lors de ce vol ont avoué qu’ils étaient avec un troisième homme nommé Dmitri Litovchenko qui habite du côté de Biriulevo. Il y a 70 Dmitri Litovchenko à Moscou, mais seul l’un d’entre eux est officiellement enregistré à Biriulevo. Cela a semblé suffisant aux enquêteurs, mais aussi à la juge Tiurkina du tribunal du quartier de Tchertanovo. Le 29 octobre 2010, elle le condamne à un an avec sursis pour tentative de vol.

« On a présenté toutes les preuves, explique Litovchenko : j’avais un alibi, j’avais passé la nuit du 1er octobre à discuter avec ma copine sur le réseau social V kontakte, j’avais des témoins en ma faveur, et Romanov [un des co-accusés], a dit qu’il ne me connaissait pas et qu’il parlait de quelqu’un d’autre – Tiurkina m’a déclaré coupable. J’ai déposé une demande en cassation au tribunal de la ville de Moscou, mais le jugement a été maintenu ». Ce n’est qu’après que ses parents (journaliste et traducteur militaire) ont réussi à obtenir un rendez-vous avec un des adjoints au président du tribunal de la ville de Moscou que le 20 mai 2011 le verdict a été annulé.

Pour l’avocate Anna Stavitskaia, « les enquêteurs savent que quelle que soit le torchon qu’ils présentent, le juge déclarera l’accusé coupable, parce que du point de vue du juge, l’enquête ne peut pas se tromper. Les très rares cas d’acquittement, on peut les expliquer comme ça : “moi, juge, j’ai prononcé un acquittement non pas parce que les matériaux présentés me permettent de conclure à l’innocence de l’accusé, mais parce que les enquêteurs ont travaillé n’importe comment, dans le dossier il y a plein d’âneries évidentes, et voilà, j’ai dû acquitter le prévenu.” »


Asmik Novikova, de la Public Verdict Foundation, met le doigt sur une autre explication, le système d’évaluation des enquêteurs. Des recherches qu’elle a mené dans plusieurs régions de Russie sur le travail du Comité d’enquête2, elle tire les conclusions suivantes : « Toute personne qui travaille dans le Comité d’enquête connait le fameux tableau d’évaluation (reitingovaia tablitsa), dans lequel sont notées les activités de chaque département et de chaque enquêteur. Il y a un certain nombre de critères, les premiers étant ceux qui ont le plus de poids. Et le critère le plus valorisé, considéré comme le plus positif est justement le nombre d’enquête ayant conclu à une mise en accusations renvoyées devant le tribunal ; et non pas simplement le nombre d’affaires transmises par les enquêteurs au tribunal. Cela veut dire que tu es un bon enquêteur si chaque affaire que tu mènes et qui est envoyée au tribunal conclut à la culpabilité d’un des accusés. Cela prouve qu’en tant qu’enquêteur (sledovatel) tu n’as pas participé pour rien, tu n’as pas mis des gens en détention provisoire pour rien, tu n’as pas usé tes fonds de culotte pour rien ». Dans ce même tableau, le critère « non-lieu en raison de circonstances permettant la réhabilitation de la personne mise en examen » a quasiment le poids le plus faible.

« Les juges ne veulent pas mettre les procureurs dans l’embarras, ce sont des gens qui leurs sont proches socialement, une part significative de ces juges sont eux-mêmes d’anciens procureurs, ils vont à la chasse ensemble, ils boivent ensemble de la vodka lors de fêtes. Surtout dans les petites villes. A Ulianovsk, il y un bania qui dépend du tribunal, ils vont ensemble au sauna », explique Sergei Pashin3. Après avoir dirigé la réforme judiciaire sous Eltsine, Sergei Pashin a travaillé comme juge au tribunal de la ville de Moscou, où il a rendu près de 7% de verdicts d’acquittement. Il ne cache pas que les relations avec ses collègues n’étaient pas simples, et en 2001 il a quitté le tribunal de Moscou. « Selon les statistiques, explique Pashin, si un tribunal de quartier rend un verdict d’acquittement, il a 35 à 40% de chances d’être annulé. Une condamnation n’est annulée que dans 2% des cas ».


Selon les avocats, ces acquittements concernent le plus souvent les affaires domestiques, qui semblent tellement simples que les enquêteurs ne prennent pas la peine de verrouiller l’affaire, et où un avocat peut avoir une chance de jouer son rôle. Ainsi dans le cas de Natalia Mitrofanova, qui a tué son mari, Genadi, qui la battait depuis plusieurs années.

Le 30 juin 2010, Natalia Mitrofanova échappe à son mari qui la bat violemment et réussit à appeler la police. Celle-ci emmène l’homme pour deux heures, puis le laisse repartir. Genadi revient, pris de boisson, et commence à étrangler sa femme puis à la menacer d’un couteau, dont elle réussit à se saisir et avec lequel elle le frappe. Réalisant qu’elle l’a tué, elle appelle immédiatement le commissariat. Elle est accusée de meurtre avec préméditation. Selon son avocat, les principaux témoins n’ont pas été interrogés, l’expertise alcoolique de la victime a été faite en violation de toutes les règles, les photos montrant les traces de coups et d’étranglement de Mitrofanova ont été ignorées, et seuls les éléments à charge contre elle ont été retenus par les enquêteurs. Ceux-ci ne mentionnent pas dans le dossier le fait qu’elle avait elle-même appelé la police pour se dénoncer.

Le 24 décembre 2010, la juge du tribunal régional de Tcheremushki la condamne à un an et quatre mois de détention pour « meurtre avec dépassement des limites de la légitime défense ». Le fait que la juge n’ait pas considéré le meurtre comme prémédité est considéré comme une victoire par l’avocat, qui tente de dissuader sa cliente d’aller plus loin. Celle-ci porte cependant  l’affaire en appel, et le 10 juin 2011, après près d’un an en détention, elle est acquittée pour avoir choisi une mesure de légitime défense correspondant aux menaces pesant sur sa vie.


Svetlana Reiter rapporte ensuite un dialogue entre le président russe Dmitri Medvedev et la juriste Mara Poliakova, qui a eu lieu en 2009 lors du Conseil pour le développement de la société civile et des droits de l’homme.

« Poliakova : les juges fédéraux ont peur de rendre des verdicts d’acquittement, ils ferment les yeux sur les faiblesses de l’enquête, ignorent les arguments de la défense. Selon les données du département de la justice pour 2008, les juges ne prononcent que 0,8% d’acquittements, et parmi eux 40% sont ensuite annulés. En tant que juriste spécialiste des procédures judiciaires je peux vous dire que tout cela a lieu sur fond d’enquêtes de faible qualité. La justice, dans ces cas-là, est sacrifiée aux exigences de la statistique. Et les statistiques exigées au sein des forces de l’ordre ont un effet encore plus néfaste. C’est une situation très inquiétante. Il semble qu’il y a un besoin urgent de changer les critères d’évaluation de leur activité.

Medvedev : Merci, Mara Federovna. Honnêtement, la seule chose que je n’ai pas comprise dans votre intervention, ou peut-être ai-je mal entendu, combien avez-vous dit qu’il y avait d’acquittements ?

Poliakova : 0,8%

Medvedev : Je ne pense pas que ce chiffre soit exact. Bien sûr, je vérifierai, moi qui suis juriste cela pique ma curiosité. Je vais téléphoner au Président de la Cour Suprême

Poliakova : Ce sont les données du département de la justice

Medvedev : Nous avons des chiffres un peu différents, ce n’est pas 0,8%. Mais je vérifierai, cela m’intéresse. Parce qu’en réalité, c’est un indicateur très intéressant de l’attitude des juges face à leurs obligations. En effet, où est le problème ? Il est parfois psychologique. Un acquittement, par essence, c’est opposer la position du juge à la position des enquêteurs. Et les juges ont souvent du mal à adopter cette position ».

Les doutes exprimés par le président russe sur les chiffres poussent la journaliste à donner des précisions supplémentaires. Si l’on prend les statistiques de Moscou en 2011 : les tribunaux de quartier ont examiné 35625 affaires, 239 accusés ont été acquittés, et 28 963 condamnés. Mais selon la porte-parole du tribunal de Moscou Anna Usacheva, il ne faut pas inclure dans ces statistiques toutes les affaires où l’accusé plaide coupable et où le juge ne va pas, par définition, l’acquitter. C’est donc sur la base des 17680 affaires examinées par les juges hors de ces « procédures spéciales  » (osoby poriadok, cad. accord préalable avec la justice, cf infra) qu’il faut établir le pourcentage d’acquittement, qui « s’élève » du coup à 1,4% des affaires.


Cette question de la « procédures spéciales »4 pose de nombreux problèmes selon l’avocate Alisa Turova. Elle défend des accusés dans une affaire où, sur 17 personnes, 3 ont plaidé coupable avant le début du procès, et 5 ont signé un « accord préalable au procès (dosudebnoe soglashenie) » dans lequel non seulement ils reconnaissent leur culpabilité, mais acceptent de collaborer avec les enquêteurs et de désigner leurs complices. Avant même le début du procès, 8 condamnations ont été prononcées.

« Ces accords, c’est un appel à la dénonciation, martèle Turova. Nous attendions à ce que la procédure soit construite selon le principe de l’accord avec la justice à l’américaine, mais là-bas, la procédure contradictoire entre les parties est tout à fait différente, et les avocats américains ont des pouvoirs beaucoup plus élevés, en particulier en ce qui concerne la recherche des preuves avant le jugement. Ils peuvent engager des détectives privés, interroger les témoins, et comparer leurs éléments avec ceux de l’accusation afin d’arriver à un compromis. Ici, les avocats ne peuvent pas mener leur propre enquête, et l’accusation dit immédiatement aux accusés : “donne-nous Vasia, Petia, Kolia, pas grave que tu les connaisses ou non, mais donne nous juste des noms, et on te réduit ta peine ” ». Selon Turova, ces accords préalables n’aboutissent en définitive qu’à faire condamner des figurants, comme dans l’affaire où elle intervient : une jeune secrétaire risque jusqu’à cinq ans et demi de prison simplement pour avoir travaillé dans un département dont l’ensemble des membres a été dénoncé par ceux qui ont signé un accord préalable.


Les pourcentages d’acquittement sont encore plus faibles dans le reste de la Russie qu’à Moscou – même si l’on ne prend pas en compte les affaires jugées en procédure spéciale. Pour la première moitié de 2011, 408 452 personnes sont passées en jugement, 4587 personnes ont été acquittées et 403 865 condamnées. 244 661 affaires, soit près de 60%, ont été examinées selon les procédures spéciales. Par comparaison, aux Etats Unis 2 448 998 affaires ont été examinées, dont 80% selon la procédure de « plea bargaining » ; pour les autres affaires, le pourcentage d’acquittement atteint 18%, et 95 % de ces affaires ont été entendues par des jurys.

Le principe des jurys populaires est défendu par de nombreux juristes, comme Mara Poliakova, pour laquelle les jurés ont plusieurs avantages : ils prennent le temps de rentrer dans les détails, n’ont pas peur du pouvoir et ont un taux d’acquittement plus proche de ce qu’il devrait être. Cependant, le nombre d’affaires examiné par les jurys populaires va en s’amenuisant, car ils ne peuvent plus entendre d’affaires d’espionnage, de terrorisme ou de haute trahison, et ils pourraient se voir retirer également les affaires de banditisme et de crime organisé. Les jurys populaires examinent actuellement entre 500 et 600 affaires par an.


L’affaire de Mikhail Stukalov a commencé lorsque ce jeune homme de 22 ans, sortant avec quelques amis à 4 heures du matin d’une boite de nuit à Zelenograd (près de Moscou), voit des policiers frapper un jeune homme à coups de crosse. Son ami Sacha intervient, et, comme le raconte Mikhaïl « ils ont frappé Sacha d’un coup de genou à la tête, j’ai essayé de m’interposer, je leur ai demandé : pourquoi ?, et ils ont commencé à s’en prendre à moi aussi ».

De l’acte d’accusation transmis à la fin de l’été au tribunal de Zelenograd, il ressort que Stukalov aurait employé la violence contre les forces de l’ordre, se jetant sur le policier A. V Esin, et lui frappant plusieurs fois la tête par terre. En même temps « il a proféré des jurons, affirmant qu’il entretenait des relations sexuelles avec les policiers, entendant par-là non pas la victime [cad le policier A. V Esin] mais l’ensemble de la police de la Fédération de Russie ».

Assigné à résidence, Stukalov réussit à retrouver grâce aux réseaux sociaux (« v kontakte ») un jeune homme présent devant la boîte de nuit et qui a filmé la scène sur son téléphone portable : « Et voilà, imaginez, raconte Stukalov, le tribunal de Zelenograd, 27 septembre. On apporte un lecteur vidéo, nous montrons la bande, et ce juge Oleg Grivko est là, il regarde et il arrête pas de hurler sur ce flic, Esin : “Qui a frappé qui ? Où sont les coups ?”. La vidéo, elle ne ment pas. Bref, conneries ». La bande montre comment un des policiers attrape Stukalov par le cou et le plie en deux, puis un autre policier intervient et on voit comme les policiers frappent à plusieurs reprises la tête de Stukalov par terre.

Après avoir attentivement étudié la bande, le juge modifie l’acte d’accusation : « Stukalov, mécontent des actions des forces de l’ordre, a commencé à crier des insultes orales (sic), et, s’opposant activement, a commencé à écarter Esin A.V, en attrapant la victime par différentes parties de son corps. » Ce qui, souligne S. Reiter, n’est pas du tout ce que l’on voit sur la vidéo. Stukalov est reconnu coupable et condamné à une amende de 50 mille roubles (12 500 euros).

Stukalov a fait appel et son affaire a été rejugée devant le tribunal de la ville de Moscou. « Pendant les dix minutes de plaidoirie enflammée de l’avocat Saratovski, qui demande l’abrogation de la décision du tribunal de Zelenograd et la clôture de l’instruction criminelle, le représentant de la Procurature de Moscou, Ivan Zaitsev, un jeune homme brun aux dimensions imposantes passe son temps à admirer son téléphone portable, puis demande le maintien du verdict. Le tribunal présidé par Nadezhda Buianova a écarté « l’opposition active et saisie de la victime par différentes parties du corps », mais maintient « les insultes orales ». Ainsi que l’amende »

Pour S. Reiter, non seulement toute l’affaire est ici clairement falsifiée, mais il n’y a même pas de délit en tant que tel ; et le juge, pourtant, choisit non pas d’acquitter, mais de requalifier l’affaire et de condamner l’accusé à la plus petite peine possible. Asmik Novikova appelle ces verdicts des « ersatz d’acquittement » (surogatnye opravdatelnye prigovory) : « c’est une variantes de l’acquittement qui permet de contenter toutes les parties. Il arrive aussi que l’accusé soit condamné à la période qu’il a déjà passé en détention provisoire. D’un côté, l’accusé n’est pas condamné à une peine plus longue, il peut quitter le tribunal libre, sans être pour autant acquitté. De l’autre côté, l’enquêteur et le procureur ne passent pas pour des imbéciles. Et donc l’Etat n’est coupable en rien, on n’a pas fait passer un innocent en jugement, il n’est pas nécessaire de payer une compensation ».


Ainsi, conclut Svetlana Reiter, les tribunaux russes sont un paravent qui permet de cacher les défaillances de l’instruction. Les juges ne cherchent pas à tirer les erreurs au clair. Quant aux personnes chargées de l’instruction, rien ne les pousse à effectuer un travail de qualité, ni même de bon sens, dans la mesure où dans 99% des cas leur travail sera validée par le juge. Mais le principal paradoxe est le suivant : d’un côté, des innocents se retrouvent en prison parce que des enquêtes mal faites sont validées par les tribunaux ; d’un autre côté, la seule chance d’un accusé de sortir libre – c’est que l’enquête soit vraiment et visiblement très mal faite…

La journaliste conclut ainsi son article sur l’affaire de deux chauffeurs de taxi privé tadjiks travaillant à Moscou. Une nuit de l’été 2010, l’un d’eux, D. prend dans sa voiture trois jeunes, qui une fois arrivés à destination, refusent de payer : un des jeunes sort un couteau, le chauffeur sort un tournevis et exige d’être payé. Le lendemain, les trois jeunes déposent plainte à la police, qui découvre rapidement la voiture et son propriétaire, Sh., le second chauffeur tadjik. Sh. explique qu’il a un alibi, et que si la voiture lui appartient, ils sont deux à l’utiliser et à la conduire légalement, lui le jour et son ami la nuit.

« Pendant ce temps, l’ami du Tadjik Sh., le Tadjik D, ayant appris le malheur de son camarade, se rend au poste et déclare par écrit que c’est lui et non Sh qui a participé aux événements en question. Et là on lui répond : “merci, mon bon, mais nous avons déjà un Tadjik, ça nous suffit”.

Personne n’a vérifié l’alibi du Tadjik Sh., aucune confrontation avec les victimes n’a été organisée. Le Tadjik Sh. a passé un an en détention provisoire, il est sorti à la fin de 2011, condamné à la peine qu’il avait déjà passée en prison, et il en était sincèrement content.

Eh oui, de fait, il a été “acquitté” … »

  1. Selon Ella Paneyakh, la trajectoire d’une affaire pénale peut se décomposer de la manière suivante : l’enquête sur le terrain est mené par un policier, l’operativnik, qui une fois l’affaire élucidée la transmet à l’enquêteur (sledovatel) (les relations entre sledovatel et operativnik pourraient être comparées à celles des juges d’instruction et des officiers de police judiciaire en France, à la différence près que le sledovatel russe dépend du ministère de l’Intérieur et non de la justice ndt).Le sledovatel met en forme l’affaire et transmet ensuite son dossier au procureur (prokuror). Au sein de la procurature (prokuratura), deux types de procureurs interviennent, le plus souvent des personnes différentes, adjointes du procureur : le procureur chargé du contrôle (prokuror po nadzoru, nadziraiushi prokuror), qui est chargé de vérifier le respect formel des règles lors de tout le processus d’enquête ; le procureur représentant le ministère public (prokuror otvetstvennyi za gosudarstvennoe obvinenie, gosobvinitel), qui représente l’accusation devant les tribunaux. En cas d’acquittement, ce procureur risque un blâme officiel, et au bout de trois blâmes il peut être renvoyé.  Source : Ella Paneiakh, « Transaktsionnye effekty plotnogo regulirovaniia na stykakh organizatsii. Na primere rossiiskoi pravookhranitelnoi sistemy », Politiia, N°2 (61), 2011 []
  2. Créé en 2007, le Comité d’enquête (sledstvenny komitet) est chargé d’instruire les affaires, une fonction qui était auparavant dévolue à la procurature ; celle-ci ne conserve depuis lors que deux fonctions : contrôler la légalité des actes de l’accusation, représenter le ministère public dans les procès ; depuis janvier 2011, le comité d’enquête dirigé par A. Bastrykine ne dépend plus de la procurature, mais directement du Ministère de l’Intérieur. []
  3. Voir sur notre site le texte de Sergei Pashin consacré à la justice []
  4. Introduit par le Code de Procédure Pénale de 2002, cette procédure de « plaider coupable » correspond en quelque sorte au plea bargaining américain, et à une forme d’arrangement avec la justice. Selon L. Golovko, « le chapitre 40 du CPP consacre “la procédure relative à l’élaboration de la sentence pénale lorsque l’accusé plaide coupable”. Cette procédure est applicable pour toutes les infractions si la peine encourue ne dépasse pas, actuellement, 10 ans de privation de liberté. L’accusé, après avoir impérativement consulté un avocat, peut se déclarer coupable et déposer une demande de peine sans débat. Si le procureur et la victime ne s’opposent pas, le juge, après avoir vérifié la sincérité de l’aveu et dans les cas où l’aveu est confirmé par des preuves écrites réunies au cours de l’information, peut en présence de l’avocat prononcer directement une peine dont la durée où le montant ne doit pas dépasser les deux tiers de ce qui est prévu par le Code pénal pour l’infraction concernée ». Golovko Léonid, « Le nouveau Code de procédure pénale russe de 2002 : quel modèle de procès pénal pour la Russie ? » Revue d’études comparatives Est-Ouest. Volume 38, 2007, N°2, p 40 []

Independant Tribunals or Justice under Control ? Conference Transcript (in Russian)


Dans le cadre de la préparation de notre journée d’étude sur la justice pénale russe, nous présentons la retranscription écrite et video d’une conférence rassemblant magistrats et experts de la justice tenue le 6 mars 2012 dans le cadre des séminaires ouverts du centre Levada et de Memorial. Le sténogramme et la conférence sont en russe

et video