Colloquium – Paris, November 23, 2010 – Rape in a War Situation

Le Colloque Viol en situation de guerre. L’usage des violences sexuelles dans les conflits contemporains

se tiendra à la Maison de l’UNESCO à Paris le mardi 23 novembre 2010.

Le colloque qui débutera à 9h30 le mardi 23 novembre prochain est organisé par le Secours catholique – Caritas France et l’Observatoire international de l’usage du viol comme tactique de guerre avec l’appui de plusieurs autres organisations (voir programme sur le site de l’Observatoire).

Objectifs généraux
Ce colloque a pour principal objectif l’approfondissement et la clarification des notions afférentes au viol en situation de guerre. L’analyse de situations de terrain et la parole d’acteurs locaux impliqués (RD Congo, Bosnie, Colombie, Birmanie) permettront d’ouvrir, dans une approche pluridisciplinaire, le débat sur ces notions, de les rendre plus lisibles pour les institutions internationales, comme la Cour pénale internationale, et d’interroger les actions : opérationnalité, appui aux victimes (particulièrement les femmes et les enfants), pertinence des approches (psychosociale, médicale, juridique…), efficacité en termes de plaidoyer…
Il propose une réflexion sur l’usage des violences sexuelles dans les conflits contemporains, réflexions destinées à alimenter des actions en termes de programmes, de réalisations et de plaidoyer. La dynamique du colloque entre dans le cadre d’une démarche d’appui, d’accompagnement aux acteurs de terrain, aux institutions nationales et internationales impliquées, et non à une stratégie de dénonciation.
Constaté notamment en Bosnie, en Colombie, en République démocratique du Congo, en Birmanie, l’usage des violences sexuelles, et des viols en particulier, reste un phénomène d’actualité. Outre les séquelles médicales et psychologiques, ce type d’exactions possède une portée symbolique qui touche profondément les sociétés et les populations.

À travers quatre tables rondes, ce colloque proposera d’aborder la problématique selon les prismes de l’histoire et de la géopolitique, de l’anthropologie, de l’accompagnement des victimes et de la justice. Il se terminera par une prise de parole commune des institutions organisatrices visant à alerter l’opinion publique sur la réalité de ce phénomène, son actualité et les dangers qu’il représente. Il invitera également à la définition d’actions concrètes, notamment en termes d’éducation, de sensibilisation auprès des femmes, des enfants et des jeunes quant à l’égalité des genres.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.