Interview – Crisis Centre for Women, Institute for Non-Discriminatory Gender Relations, St Petersburg (in French)

Dans le cadre d’une enquête sur la question de la violence contre les femmes en Russie, Françoise Daucé et Amandine Regamey ont rencontré les responsables du Crisis Centre de Saint-Pétersbourg, créé sur la base de l’Institut des relations de genre non-discriminatoires INGO (Institut Nediskrminatsionykh gendernykh otnoshenii). A l’instar d’autres associations à Moscou (Sëstry, Anna) et à Saint-Pétersbourg (Alexandra), cette association offre en particulier une permanence téléphonique (en russe « téléphone de confiance») aux femmes victimes de violence. L’objectif était de voir comment une association définissait le problème de la violence contre les femmes et envisageait son action et son interaction avec l’Etat dans la prise en charge du problème. L’entretien a eu lieu le 30 juin dans les locaux de l’association avec Natalia Khodyreva, sa directrice, ainsi qu’avec plusieurs des collaboratrices du centre. Nous rapportons ci dessous leur analyses des problèmes et leur présentation de leur activité.

Historique et fonctionnement de l’association

L’association, qui a été créée il y a 18 ans, est située au centre de Saint-Pétersbourg, dans un local qui sert à la fois de bureau, de salle de réunion, de bibliothèque et de local pour la permanence téléphonique. Depuis sa création, l’association a mené des activités très différentes, séminaires, formations, publications, mise en place de refuges pour les femmes victimes de trafic ou de violence ; elle a de très nombreux contacts en Russie et à l’étranger.

La permanence téléphonique fonctionne de 11 h à 18 h tous les jours ; la nature et l’objet des appels (jusqu’à 5 ou 6 appels de 40 minutes par jour) sont soigneusement consignés. L’association ne fait pas particulièrement de publicité, d’une part, parce qu’elle n’a pas d’argent, d’autre part, parce que le téléphone est déjà connu.

Actuellement, l’association projette de préparer des affaires à déposer devant la CEDH, à la fois pour des questions de harcèlement sexuel, mais aussi de violence domestique. Elle cherche également à faire du lobbying pour que soit adoptée une loi prévoyant des mesures d’urgence et de protection pour les femmes. La question des femmes suscite cependant peu d’intérêt chez les députés, et l’association ne se fait pas d’illusion sur ses capacités d’action dans la mesure où toutes les lois sont prises à l’initiative de l’exécutif.

Les responsables d’INGO notent par ailleurs une forte méfiance des défenseurs des droits de l’Homme, qui ont peur que l’Etat n’utilise cette loi pour s’immiscer dans les familles, et que des abus ne soient commis. Cependant, pour elles , le résultat est que les victimes de violence restent en définitive sans droits, contre les violeurs et face à l’Etat.

L’association est dans une position critique vis-à-vis du pouvoir, elle a collaboré avec l’Organisation des mères de Soldats de Saint-Pétersbourg, a participé à des manifestations communes contre la guerre et apporté son aide à des soldats qui avaient été violés dans l’armée. Elle a toujours bénéficié des financements de fondations étrangères (Soros, Ford), ce qui la rend, selon elle, suspecte aux yeux de l’Etat1. Le centre a bénéficié d’un financement de la mairie de Saint-Pétersbourg, même si la ville les regarde avec méfiance en raison de leurs critiques envers la police. Cependant, les conditions d’utilisation de l’argent sont drastiques, les dépenses éligibles sont peu nombreuses (achat de matériel, mais pas d’aide sociale directe) et « il faut remplir des tonnes de papiers pour avoir un peu d’argent » dont le versement n’est jamais garanti.

L’association connait également une crise financière, : les aides étrangères se sont taries depuis deux ans, même si quelques programmes sont encore en cours, et la crise économique depuis 2008 se fait sentir. Le budget de l’association est 10 fois moins important qu’il n’a pus l’être. Le local est loué à la ville, et les ressources propres de l’association sont tres limitées ; les collaboratrices travaillent pour des salaires très faibles. Problème supplémentaire : les différentes fondations comme les agences internationales (à l’exemple de l’UNIFEM) financent des projets de l’association, mais pas le fonctionnement de l’association en tant que telle.

INGO a essayé de s’adresser à la Chambre sociale (Obshchestvennaia Palata)2 ou à l’organisation Soprotivlenie qui distribue des fonds d’Etta pour financer des projets, mais aucune des trois demandes n’a abouti. Elle a en particulier répondu à un projet sur « la santé de la nation » – mais pense que son approche pro-féministe a été rejetée en raison de la composition du comité de sélection, parmi lequel se trouvaient un prêtre orthodoxe, un dignitaire  musulman et un rabbin.

INGO souligne qu’avec la création de Rosregistratsia (organe exécutif chargé depuis 2004 d’enregistrer et de contrôler, entre autres, les associations), environ un tiers des associations existantes ont été fermées – certaines d’ailleurs enfreignaient la loi sans le savoir. Les règles sont strictes : ainsi INGO, qui est enregistrée comme organisation régionale, aurait pu être fermée du seul fait que ses membres voyagent en province et à l’étranger, ce qui ne correspond pas au but annoncé de l’association.

La violence domestique et sa prise en charge par l’Etat

INGO travaille sur les violences contre les femmes depuis 18 ans, et n’a pas le sentiment que cette violence diminue. Au contraire, des violences particulièrement cruelles, comme le cas d’un homme ayant jeté par la fenêtre se femmes et ses enfants, ont été rapportées dans la presse. Le problème de la violence conjugale (partniorskoe nasilie) reste inchangé, même si l’association note l’apparition d’une nouvelle problématique. Outre les conflits liées au logement et à la garde des enfants, on observe un nombre croissant de conflits pour des raisons économiques liés au partage de la propriété de petites entreprises.

Les instruments d’action manquent et la prise en charge par l’Etat reste déficiente. Il n’existe toujours pas de loi sur la violence contre les femmes. De manière générale, le travail de la police laisse à désirer – aussi le traitement des violences conjugales ne fait-il pas exception à la règle. D’autre part, il faudrait une structures spécialisées, au sein des organes de maintien de l’ordre, sur la question des violences domestiques, comme en Suède et en Allemagne.

L’opinion publique est difficile à mobiliser sur ce point, même si dans l’ensemble elle condamne ces violences, et l’ombudsman russe V. Loukine ne s’intéresse pas vraiment aux questions de genre.

La justice ne traite pas non plus le problème comme il le faudrait. Ainsi, dans le cas d’un homme accusé de violences contre sa femme et privé de ses droits parentaux, l’association n’a pas réussi à obtenir qu’ils soit expulsé de l’appartement où il continue à vivre avec son ex-femme et les enfants. La solution proposée par le tribunal était de placer le fils dans un foyer pour enfant. L’association perçoit une volonté de protéger le père et, plus généralement, une volonté de la justice de décriminaliser la violence domestique, avec l’idée sous-jacente que le plus important est de protéger les familles, de maintenir celles-ci intactes.

En ce qui concerne l’accueil des femmes victimes de violence, il existe, dans chaque quartier de Saint-Pétersbourg, quelques centres spécialisés disposant de places d’accueil. Mais ces centres exigent de nombreux documents officiels (attestation de la police, enregistrement officiel à Saint-Pétersbourg) et les règles d’accueil sont très strictes. En définitive, ce n’est qu’en contournant ou enfreignant les différentes règles administratives que les responsables de ces centres peuvent réellement offrir un accueil aux femmes qui en ont le plus besoin.

Le paradoxe est d’ailleurs que ces centres restent en partie vides : soit parce qu’ils ne peuvent fonctionner par manque d’argent et de personnel, soit parce que les femmes préfèrent chercher des solutions par elles-mêmes, soit, enfin, parce qu’il est difficile de trouver les coordonnées de ces centres qui n’ont fait quasiment aucune publicité. Cette situation est analysée par l’association comme un effondrement de l’Etat social, qui implique qu’il n’y a rien de fait pour les femmes, à peine plus pour les enfants. Les femmes victimes de violence conjugales doivent trouver une solution individuelle, par leurs parents ou leurs amis, ou s’adresser, en dernier recours, à des associations.

Ingo avait ouvert en 2000 un centre d’accueil pour les femmes victimes de trafic, louant différents appartements dans la ville pour les loger , et a mené un projet similaire pour les victimes de violence domestique en 2007. Ce projet, qui a pris fin, était surtout destiné aux femmes en situation irrégulières, qui aujourd’hui n’ont comme solution que de se rendre dans des foyers très chers (400$ par mois pour un chambre) ou de louer un lit dans des chambres collectives – solutions qui leur apportent rarement la possibilité de légaliser leur présence à Saint-Pétersbourg.

L’association travaille d’ailleurs sur un projet conjoint avec l’Organisation Internationale des Migrations afin d’apporter une aide médicale et légale pour les femmes migrantes originaires d’Asie Centrale.

Les violences sexuelles

L’association travaille plus spécifiquement sur les violences sexuelles et déplore le fait que l’Etat n’assure aucune protection et ne se donne pas les moyens de mener des enquêtes réellement efficaces.

Pour l’association, qui avait reçu la veille de notre entretien la visite d’une femme violée dont la plainte n’avait pas été enregistrée, il est quasiment impossible, en Russie, d’ouvrir une instruction judiciaire en cas de viol. Les problèmes se rencontrent à toutes les étapes : celle de la plainte, de l’enquête et du jugement. Si l’association essaie d’attirer l’attention de l’opinion publique en faisant publier un article, la procurature n’ouvre pas une enquête sur le crime commis, mais sur l’article de journal lui-même, accusant souvent le journaliste d’avoir fait pression contre la victime et se retournant contre l’association.

INGO déplore en particulier la mauvaise prise en charge médicale des victimes de viol : “Après 6 heures d’interrogatoire à la milice, on envoie les femmes victimes de viol à l’hôpital pour faire des prélèvements de sperme. Mais il n’y a aucun autre soutien, on ne fait que prendre des prélèvements, rien n’est fait pour le sida, les maladies vénériennes, la détection de grossesse”. Pour l’association, la structure médicale existante n’est pas adaptée, il n’y a pas de prise en charge d’urgence, et l’Etat qui est dans une phase de diminution des dépenses sociales considère ces dépense comme un fardeau.

Prostitution

INGO a travaillé sur les questions de prostitution, et a mené récemment une enquête sur la situation des prostituées de Saint-Pétersbourg qui ne bénéficient pas d’une aide spécialisé et risquent toujours des poursuites administratives. Quelques associations ont tenté de faire en particulier de la réduction des risques : distribution de préservatif et de seringue – car la quasi -totalité d’entre elles sont toxicomanes. Mais c’est une véritable réhabilitation sociale, économique et psychologique qui est nécessaire : ce travail de longue haleine, couteux, devrait être pris en charge par l’Etat.

INGO regrette par ailleurs que la tendance soit à une légalisation de la prostitution, à l’instar de pays “civilisés” comme l’Allemagne, la Hollande. L’association pense qu’il n’y a pas de prostitution volontaire et que c’est le client qui doit être poursuivi.

  1. Pour mémoire, en novembre 2007 Vladimir Poutine avait qualifié de « chacals devant les ambassades étrangères» les associations qui « comptent sur le soutien de fonds étrangers” » []
  2. Organe consultatif créé en 2005 pour “favoriser les liens” entre l’Etat et la société civile, composée de 42 membres nommés par le président, la Chambre sociale dispose de fonds grâce auxquels elle apporte un soutien financier, sur concours,  à des ONG choisies. []

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.