Interview – Nadezhda Centre for Social, Juridical and Psychological Support for Women in Moscow (in French)

Dans le cadre d’une recherche sur la question de la violence contre les femmes en Russie, Françoise Daucé et Amandine Regamey ont rencontré en juin 2010 les responsables du centre Nadezhda, centre public d’accueil et de soutien pour femmes de Moscou. L’objectif de cet entretien était de voir comment la question de la violence contre les femmes était définie par les autorités municipales et prise en charge par celles-ci.

Officiellement intitulé “Centre de soutien socio-juridique et psychologique des femmes”, le centre Nadezhda (prénom féminin qui signifie “espoir”) dépend du Département de la politique de la famille et de la jeunesse de la ville de Moscou. C’est le seul de ce type existant à Moscou et il a une capacité d’accueil de 35 lits (pour une ville de plus de 10,5 millions d’habitants selon les statistiques officielles). Le centre est situé à l’extrême Nord-Ouest de la ville (il faut environ une heure et demie pour le rejoindre depuis les stations de métro situées les plus au Sud).

Le centre est dans un bâtiment récemment rénové, en très bon état, au milieu d’un petit parc avec des jeux pour enfants. Le périmètre est grillagé et l’’accès y est contrôlé par un garde. Une partie de la maison est allouée aux services administratifs, dont un centre téléphonique qui offre des consultations psychologiques et juridiques. Une partie des locaux est dédiée aux différents services collectifs : salle de jeux, buanderies, “isolateur” (c’est ainsi qu’est nommée la petite infirmerie), salle de relaxation avec un fauteuil de massage électrique. Dans une aile sont situées les chambres de 4 à 6 lits, avec des douches collectives. L’ensemble est coquet, on sent un très grand soin porté à la décoration et au rangement, en particulier dans les salles de jeux où les jouets sont alignés dans un ordre parfait.

L’entretien a eu lieu avec la directrice du centre, son adjointe et plusieurs des responsables des différentes activités. On trouvera ci-dessous un bref compte rendu de cette visite, qui reprend, sans les commenter, les informations et les analyses données par nos interlocutrices.

L’accueil des femmes et de leurs enfants.

Le centre est destiné aux femmes “en situations difficiles”, et pas seulement aux femmes victimes de violences en tant que telles. Créé en 2006, le centre a ouvert ses portes en 2008. En trois ans, il a accueilli 250 personnes, dont près de la moitié d’enfants. En effet, le but du centre est justement de permettre l’accueil des femmes avec leurs enfants, et d’éviter les séparations et le placement des enfants dans des centres d’accueil (les jeunes garçons étant acceptés jusqu’à 18 ans).

Les femmes en situation difficile peuvent appeler le numéro de téléphone de Nadezhda : une enquête téléphonique est faite pour déterminer la nature de la crise et choisir ou non d’inviter la femme à rejoindre le centre (en fonction des places disponibles, mais aussi des solutions alternatives dont dispose la femme.)

Les « clientes » sont accueillies pour des périodes pouvant aller jusqu’à 60 jours. Une prolongation est possible pour 60 à 90 jours. Seules les femmes résidant de manière permanente à Moscou et disposant d’un enregistrement officiel sont accueillies dans ce centre. Les autres bénéficient des consultations par téléphone.

Avant d’être accueillies, les femmes doivent passer une visite médicale. Elles restent au premier étage, dans une chambre ad-hoc, tant que les résultats des tests médicaux ne sont pas connus, afin qu’il n’y aie pas de contacts qui puisse contaminer les pensionnaires. Les femmes qui ont des maladies “socialement dangereuses” ne sont pas acceptées et sont envoyées à l’hôpital. On entend par “maladie socialement dangereuse” : la tuberculose, le SIDA, la toxicomanie et les maladies de la peau1.

Les responsables du centre sont très soucieuses de l’hygiène et des maladies (le visiteur reçoit à l’entrée des petits chaussons de protection en plastique bleu) et signalent comme une de leurs réussites le fait qu’il n’y aie eu aucune épidémie depuis l’ouverture du centre.

L’alcool est interdit dans le centre, et les femmes qui enfreignent la règle peuvent être expulsées, leurs enfants peuvent leur être retirées ; elles ont aussi la possibilité d’accéder à des soins.

L’entrée et la sortie du centre sont libres, mais les femmes doivent être rentrées à 9 heures du soir, sauf celles qui travaillent, ou celles qui ont une autorisation pour rentrer après onze heures – un système perçu par les responsables du centre comme “pas très strict”. Les visites sont autorisées dans le centre, mais les visiteurs n’ont pas le droit de monter dans les étages et les rencontres ont lieu « près de la fontaine » (installée dans un des couloirs).

Le centre étant situé à l’extrémité d’une des lignes de métro, certains résidentes venant d’autres quartiers de Moscou rencontrent de réels problèmes de transport car non seulement elles sont très loin de leur travail, mais il leur est pratiquement impossible d’amener leur enfant à son école habituelle. Le centre Nadezhda s’occupe donc d’inscrire les enfants dans une école proche ; une des responsables souhaiterait d’ailleurs que le centre dispose de son propre jardin d’enfant et de sa crèche afin d’offrir tous les services. En même temps, le père n’a pas perdu ses droits, et peut venir chercher un enfant à la sortie de l’école. Les femmes perçoivent cela comme un “vol” car il y a une priorité aux femmes dans l’éducation des enfants : lors des divorces, le juge regarde qui gagne le plus d’argent, mais souvent les droits vont à la mère. C’est à 90% elles qui ont la garde.

Les femmes résidant dans le centre disposent du soutien d’une psychologue, qui travaille avec les enfants sur les problèmes de comportement qu’ils peuvent avoir à l’école, les envoie vers des spécialistes, ou encore prépare les plus jeunes à l’école. La psychologue travaille aussi avec les mères qui accouchent durant leur séjour au centre, vérifiant que celles-ci promènent régulièrement et nourrissent bien leur enfant.

Financements et relations extérieures

Le centre a été créé avec le soutien du gouvernement de Moscou, qui finance le centre et paie les salaires des 45 personnes y travaillent (dont 20 personnes y sont présentes tous les jours). Créé sur l’initiative de la première adjointe du maire Ludmilla Shvetsova, le centre est un des rares qui existe en Russie ; il en existe deux dans la région de Moscou, à Klin et à Khimki. Il fonctionne uniquement sur des financements publics, et ne cherche pas pour l’instant de financement privé, car les responsables n’en éprouvent pas la nécessité et ne veulent pas passer plus de temps à faire des rapports. Pour elles, les centres d’Etat « sont l’avenir », si l’on compare aux centres d’accueils privés qui ont eu une durée de vie courte, fermant quand leur financement sont taris.

Le centre est vu comme un “ballon d’essai” et il serait souhaitable, selon les responsables, d’en ouvrir au moins deux autres à Moscou, ne serait-ce que pour réduire les distances (un dans le sud et un autre dans le centre de la ville). Il est d’ailleurs envisagé d’ouvrir 2-3 chambres qui permettraient d’accueillir des femmes pour 2-3 jours dans les Centres de la famille et de l’enfant dans chaque rayon (quartier de Moscou).

Le centre Nadezhda va connaître, comme tous les organes d’Etat, le passage à un système partiellement payant. Le gouvernement russe prévoit en effet que chaque institution publique fasse une liste des services qu’elle offre – elle sera financée par le budget d’Etat sur la base de cette liste, et les autres services qu’elle offrirait seraient payants. La Mairie de Moscou ne prévoit pas de mettre en place ce système avant 2012, car « pour le gouvernement de Moscou, il est important que les services sociaux et médicaux soient gratuits ».

Ces transformations à venir ne semblent cependant pas inquiéter les responsables, qui y voient un moyen de faire des économies et se plaignent de toute façon de l’attitude des clients du centre, qui ont souvent « une mentalité d’assisté » et estiment souvent que tout leur est du car elles ont souffert – elles notent que « les exigences des consommateurs sont en augmentation ».

Le centre a de nombreux contacts extérieurs, à la fois en Russie et en Europe. Les responsables se sont rendues en Suède et en France, et elles soulèvent le problème des populations arabes ou « négroïdes » qui y vivent dans les foyers d’accueil, aux dépens du contribuable. En Russie, selon elle, ce n’est pas le cas et il n’y a pas de différence entre les nationalités – certains familles «nationales2» sont d’ailleurs accueillies dans le centre.

La violence contre les femmes

Une partie des femmes accueillies au centre Nadezhda sont des femmes victimes de violence conjugales – les responsables citent le chiffre de 14 000 femmes victimes par an. Elles déplorent l’absence de loi sur les violences contre les femmes – un projet qui est repoussé depuis dix ans. Elles notent aussi que souvent, la police ne veut pas s’occuper de ces questions, et l’une d’elle pense qu’il s’agit là de solidarité masculine et que la situation serait meilleure s’il y avait des femmes dans la police. Quant aux peines infligées, souvent du sursis, elles peuvent exercer un effet modérateur.

Pour elles, la violence touche les femmes de tous les âges, et concerne les couples mais aussi les frères ou sœurs vivant dans le même appartement, ou encore les enfants adultes envers des parents âgés. La violence touche également tous les groupes sociaux, même les plus privilégiés. La différence reste néanmoins qu’une femme qui a fait des études et qui a des possibilités de carrière peut se battre. Au contraire, les femmes qui sont déjà passées par le système de protection sociale pensent toujours qu’elles vont être prises en charge.

Un des principaux problèmes pour les femmes victimes de violence est le logement. Non seulement l’exigüité des logements est souvent une cause des conflits dans les familles, mais les locations sont très chères et souvent, les femmes ne peuvent quitter leur mari car elles n’ont pas la possibilité de louer un appartement ou d’expulser leur mari. Les responsables notent d’ailleurs que l’été est en général beaucoup plus calmes : beaucoup de femmes peuvent partir à la datcha, avec les enfants, et profitent de trois mois de répit. Il y a selon elles en revanche une aggravation en automne et en hiver.

Les crises économiques aussi ont un effet – comme celle de 2008 qui a ruiné certains hommes et provoqué de véritables tensions dans des couples. Dans les années 1990, la crise était générale, à cette époque là les femmes « se sont adaptées car elles sont plus responsables que les hommes », elles ont « laissé leurs emplois pour aller laver les sols », alors que les hommes ne faisaient rien.

Elles notent enfin que la violence se retrouve beaucoup plus chez les jeunes maintenant, et ce alors que l’autorité des adultes est en baisse. Elles soulignent le rôle destructeur des médias et de « l’excès de liberté de parole » (bespredel slova) et regrettent l’influence des émissions violentes.

La “prophylaxie” de la violence

Le centre Nadezhda a développé également un programme pilote de « prophylaxie de la violence ». Par-là, on entend non pas la détection qui peut se faire dans le cadre de l’école par exemple, mais un travail avec les familles « normales» (« fonctionnelles » est le terme utilisé) afin de repérer celles qui risquent de basculer dans la violence.

Il s’agit en effet de faire comprendre que la violence n’est pas seulement physique : au delà des coups, les punitions des enfants ou le refus de donner de l’argent peut également être qualifié de violence. Les familles sont donc attirées en leur proposant des jeux éducatifs avec les enfants, afin d’apprendre aux parents, et en particulier aux pères, à jouer et à choisir des jeux correspondant à l’âge de l’enfant. Observer la famille dans ses jeux permet de voir le style de relations dans la famille, et constitue le point de départ du travail. Ces séances rencontrent un réel succès, plus que les séminaires que le centre organise pour les psychologues et qui se heurtent à une forte incompréhension des psychologues qui estiment que ce n’est pas leur rôle “de se mêler de la famille”.

L’idée de ce programme pilote est donc de s’occuper non de la mère ou de l’enfant, mais des parents, en tant que tels : puisque la loi permet de priver des gens de leur droits parentaux, il faut en même temps offrir un apprentissage, afin d’apprendre aux gens à être parents.

  1. La brochure distribuée par le centre précise aussi les conditions d’accueil : enregistrement permanent dans la ville de Moscou, des documents d’identité et une police d’assurance, l’absence de maladies psychiques et autres maladies socialement dangereuses, l’absence de dépendance alcoolique ou toxicologique. []
  2. Terme sans doute utilisé pour désigner les non-russes, équivalent au terme natsmen, minorité nationale utilisé à l’époque soviétique []

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *