Interview – ANNA Centre for the Prevention of Violence against Women (in French)

Le Centre ANNA, une ONG qui s’intitule officiellement « Centre de prévention de la violence », a été créé en 1993. Il est dirigé par Marina Pisklakova-Parker, assistée de deux directeurs adjoints, Larissa Ponarina et Andreï Sinelnikov, avec lequel l’entretien suivant a été mené le 25 mai 2010.

Violence contre les femmes : les mécanismes existants à l’époque soviétique

A notre demande, L. Ponarina et A. Sinelnikov reviennent tout d’abord sur le système soviétique et les protections qu’il offrait aux femmes victimes de violence. Plusieurs instances avaient un rôle à la fois de prévention et de contrôle social : le comité du Parti, qui pouvait convoquer un mari volage ou violent sur plainte de sa femme[1], les « tribunaux de camarades » (tovarisheskie sudy), obligeant les hommes à rendre des comptes au collectif de travail, et les comités d’immeubles (zhilishnyj komitet), qui pouvaient faires des remontrances publiques aux familles trop bruyantes ou aux hommes qui battaient leur femme. Ces hommes étaient également dans les fichiers de la police, qui les surveillait particulièrement.

La police ne pouvait pas arrêter les hommes pris de boisson chez eux, en revanche, ceux qui étaient arrêtés dans la rue, pouvaient être envoyés en cellules de dégrisement (vytrezviteli) ainsi qu’en LTP[2], centres fermés destinés à soigner les alcooliques par le travail. Finalement, « cela jouait en faveur des femmes »,  car « cela leur faisait des vacances ». Les hommes violents (menaçant leur femme avec un couteau par exemple), pouvaient également être arrêtés et détenus administrativement pour 15 jours.

Pour nos deux interlocuteurs, « ce n’était pas l’idéal », mais il faut reconnaître que « quelque chose se faisait, même s’il y avait des excès ». Ce système a été détruit avec la Perestroïka, ne serait-ce que parce que les possibilités de garde à vue pour ce type de délits ont été réduites.

Quel soutien aux femmes victimes de violence ?

Le centre ANNA travaille tout d’abord avec les femmes victimes de violences elles-mêmes. Une ligne d’écoute téléphonique, installée dans des bureaux au nord de Moscou répond aux appels quatre jours par semaine. La psychologue du centre assure aussi des consultations personnelles, et des groupes de soutien sont régulièrement organisés. L’association offre également des consultations juridiques gratuites, en lien avec un cabinet d’avocats.

Leurs possibilités sont cependant limitées, et les deux responsables d’ANNA regrettent qu’il n’existe toujours pas de foyer d’accueil pour les femmes victimes de violence – une structure que l’ONG n’a pas les moyens de prendre en charge.

Un foyer pour les femmes en difficulté a récemment été ouvert par la mairie de Moscou : même s’ils saluent son existence, ils soulignent que le centre ne répond pas aux standards européens. En effet, il faudrait que le lieu soit spécialisé pour accueillir les femmes victimes de violence, afin d’assurer que le personnel soit formé en conséquence. Surtout, l’idée est que les femmes victimes de violences conjugales puissent se retrouver entre elles, afin d’obtenir un soutien du groupe, elles peuvent ainsi « travailler avec leurs ressources internes ».

Second problème de ce centre : il n’est ouvert qu’aux femmes vivant officiellement et légalement à Moscou. C’est d’ailleurs le même problème pour un autre centre d’accueil installé à Khimki, une ville de la banlieue de Moscou : il n’accueille pas les femmes venant de la ville de Moscou car il dépend d’une autre division administrative.

Enfin pour accéder à ce foyer, les femmes doivent obtenir un certain nombre d’attestations médicales prouvant qu’elles n’ont pas de maladies infectieuses et que leur état de santé ne menace pas les autres. Pour L. Ponarina, le concept d’« aide d’urgence » est privé ici de tout son sens.

Les responsables d’ANNA soulignent qu’en Europe ou aux Etats Unis, le système marche car il y a à la fois des ONG, une philosophie qui sous-tend leur action et des Etats qui mènent des campagnes d’éducation et financent des activités. En Russie au contraire, ce sont les associations qui s’occupent de tout, elles travaillent essentiellement avec des volontaires, et ensuite c est l’Etat qui s’attribue les lauriers…

Publications et sensibilisation.

Le deuxième axe de travail d’ANNA relève de la diffusion d’information et de la formation. ANNA se définit comme un « centre de ressources », y compris pour les autres pays de l’ex-URSS, Moldavie, Kirghizstan, Ouzbékistan. Ils ont élaboré une méthodologie, font des séminaires pour les médecins, pour la police, mènent des campagnes d’éducation, publient de la documentation et travaillent avec d’autres organisations.

Depuis 2008, ils ont commencé à s’intéresser aux droits des femmes dans le contexte des doits de l’Homme. Ils soulignent que les principaux défenseurs des droits de l’Homme russes ne s’intéressent pas vraiment à cette question, et qu’il y a un manque de compréhension avec les défenseurs. Ceux-ci ne voient pas la spécificité des problèmes auxquelles se heurtent les femmes et vont jusqu’à dire que « traiter des droits des femmes est une forme de discrimination ». Selon les responsables du centre ANNA, les défenseurs des droits de l’Homme s’intéressent aux actions de l’Etat, mais pas aux crimes commis à l’intérieur des familles : ils ne comprennent pas qu’en fait ce problème est lié à l’inaction de l’Etat.

ANNA a également créé une commission qui a recueilli des informations dans de nombreuses régions de Russie : menée pour la première fois avec des experts russes uniquement[3], ce travail a abouti en 2009 au recueil intitulé Le territoire du silence. Les droits des femmes et le problème de la violence envers les femmes en Russie[4]. L’association a également collaboré avec la Rapporteuse spéciale de l’ONU pour les violences contre les femmes, Yakin Ertürk, et publié un recueil à la suite de consultations menées avec les ONG à Saint- Petersbourg en septembre 2008[5].

La violence domestique

ANNA distingue quatre formes de violence contre les femmes sur lesquelles l’association travaille particulièrement, le premier étant celui de la violence domestique (domashnee nasilie). Pour L. Ponarina et A. Sinelnikov, ce problème n’est pas suffisamment pris en charge : le problème tient à la fois à la loi, à son application et au fait que les institutions et la société n’ont pas pris conscience du problème.

La législation russe, en effet, ne prend pas en compte la spécificité la violence domestique : du fait même qu’elle vit avec l’homme qui la bat, la femme encoure un danger beaucoup plus important. Ce danger vient aussi des pressions quotidiennes et des manipulations qui peuvent être exercées sur les enfants. De plus, les violences ne sont jamais un phénomène isolé, elles fonctionnent toujours selon un cycle (violences, pardon, augmentation des tensions, violences) qui peut se répéter jusqu’à 5 fois par an[6].

Il existe un article dans le code pénal qui serait applicable ici, l’article 117, qui qualifie des coups répétés de « istiazanie » (torture, mauvais traitement). Or ces actes constituant un crime qui relève du ministère public (prokuratura), la police préfère ouvrir à chaque fois une enquête pour « coups et blessures » (poboi), qui ne demandent pas d’intervention de la prokuratura. De plus, il existe une interprétation bien ancrée qui veut que les querelles domestiques ne tombent pas sous le coup de cet article 117.

Actuellement, domine l’idée que les crimes commis dehors, dans la rue, représentent le plus grand danger pour la société. En réalité, 14 000 femmes meurent chaque année en Russie des violences domestiques. Ces chiffres sont les chiffres du Ministère de l’Intérieur lui-même. Et pourtant, ni le ministère de l’Intérieur, ni l’Etat ne font le lien avec les graves conséquences sociales : hommes en prison, enfants dans les rues, trafic de femmes.

Les violence sexuelles

La question des violences sexuelles reste une question cachée, même si certaines enquêtes suggèrent que 22% des femmes seraient touchées ; on considère que pour 10,5% des filles, la première expérience sexuelle est lié à un viol. En ce qui concerne le harcèlement sexuel, pas une seule affaire n’a encore été portée devant les tribunaux

Les affaires de violence sexuelles requièrent une plainte de la victime, mais si celle-ci retire sa plainte, il est mis fin à l’enquête. Le problème principal est cependant que la police n’ouvre même pas d’enquête. Non seulement car elle estime que la victime « l’a bien cherché », mais aussi car la police veut faire du chiffre et n’ouvre des enquêtes que si elle sait qu’elle a une chance de les conclure positivement.

Pour les responsables d’ANNA, il faut espérer que la réforme du Ministère de l’Intérieur initiée par D. Medvedev puisse apporter des changement. En même temps, il faut rappeler que la police elle-même représente un danger, et que plusieurs cas de viols en réunion commis par des policiers sont connus.

Le trafic de femmes

C’est apparemment le domaine dans lequel l’Etat travaille « avec la plus grande efficacité », sans doute car c’est lié à la question du crime organisé. 91 affaires ont déjà été portées devant les tribunaux.

Les crimes basés sur les traditions ou les coutumes nationales

L. Ponarina et A. Sinelnikov regrettent que personne ne travaille sur ces questions, alors que dans certaines cultures, la femme est considérée comme une propriété, qu’elle peut être enlevée. La question de la polygamie ou des crimes d’honneur se pose en particulier dans le Caucase (Tchétchénie, Daghestan, Ingouchie), régions dans laquelle ils travaillent avec d’autres associations.

Ils rappellent qu’il y avait, dans le code pénal de l’URSS, un article concernant les « crimes basés sur les survivances du passé » (osnovany na perezhitkakh proshlogo). L’article a été transformé en « enlèvement » (pokhishenie), et prévoit que si la victime est volontairement relâchée, l’affaire est close. Or, dans ces sociétés, si la femme a déjà passé la nuit chez un homme, c’est souvent déjà trop tard. L’association a déjà reçu des plaintes sur ces questions, et regrette que « pour l’Etat russe, ce problème n’existe pas ».

Evolutions récentes

Interrogés sur le résultat de leur action, A. Sinelnikov et L. Ponarina soulignent que l’opinion publique a changé à propos des violences domestiques. En témoignent, selon eux les réactions de soutien à une femme battue lors d’un talk show auquel A. Sinelnikov a participé. Les médias, avec lesquels ils ont beaucoup travaillé, donnent une information « plus correcte » et selon le dernier World Gallup Poll, 80% des personnes interrogées en Russie trouvent que l’Etat n’en fait pas assez sur ces questions. Restent néanmoins de nombreux problèmes, en particulier en ce qui concerne la violence sexuelle, où les femmes victimes sont toujours accusées d’être responsable de ce qu’elles subissent.

Entretien réalisé par Françoise Daucé et Amandine Regamey.


[1] Cette fonction sociale des cellules de base du parti communiste était reconnue (et moquée) à l’époque soviétique, comme en témoigne la blague : « – Comment est-ce qu’une femme retient son mari ? – L’Allemande – par son corps, la Française – par son doigté, l’Espagnole – par la grâce, la Russe – par l’organisation du parti ».

[2] LTP signifie lechebno-trudovoj profilaktorij, que l’on peut traduire comme « centre de prophylaxie et de soin par le travail ». Crées dans les années 1960 pour soigner l’alcoolisme et la toxicomanie par le travail, ces LTP ont été abolis par un décret de Boris Eltsine en 1994. Ils existent encore en Biélorussie où ils sont dénoncés par les organisations de défense des droits de l’Homme qui voient là une forme de travail forcé.

[3] Des rappports avaient déjà été publiés sur la violence contre les femmes en Russie, mais ils étaient le fait d’organisations internationales comme Human Rights Watch en 1996 ( Too Little: Too Late State Response to Violence Against Women) et Amnesty International en 2005 (Nowhere to turn. Violence against woman in the family,AI Index: EUR 46/056/2005)

[4] Territorija Molchanija. Prava zhenшin i problema nasilija v otnoshenii zhenшin  v Rossii. Pod redakciej Mariny Pisklakovoj i Andreja Sinel’nikova, Moskva, 2009

[5] Nasilie v otnoshenii zhenшin : opyt stran Vostochnoj Evropy, Central’noj Azii i Rossii. Sbornik materialov po itogam Nepravitel’stvennyh Regional’nyh konsul’tacij so Special’nym Dokladchikom OON po probleme nasilija v otnoshenii zhenшin, ego prichinah i posledstvijah Yakin Erturk, 17-19 sentjabrja 2008, Moskva, 2008

[6] L. Ponarina rapporte l’histoire récente d’un homme qui menaçait sa femme et sa belle-mère d’un couteau. Les femmes ont fait appel à la police, mais quand le policier est arrivé, l’homme l’a attaqué et le policier a fait usage de son arme et l’a tué. Le policier est poursuivi, mais la famille a demandé qu’il ne soit pas condamné. L’homme en question avait déjà été condamné quatre  fois pour menace de mort, en 2000, 2001, 2004 et 2006.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *