Violence towards Disabled Veterans of the Chechen Wars in Post-Soviet Russia – Interview 3 (in French) – Post 4/5

Invalides des guerres de Tchétchénie – Interview 3

Alexandre, 28 ans, est né à Kovrov, dans la région de Vladimir. Conscrit volontaire pendant la seconde guerre de Tchétchénie, il a été blessé par une arme défectueuse.

Rencontre le 14 juillet 2010, à la Maison Cheshire[1], Moscou.

 

Interview traduite du russe par  Nancy Abate.

(Photo: St Pétersbourg, Août 2011 / Crédits: Elisabeth Sieca-Kozlowski)

 

Service volontaire en Tchétchénie

Alexandre : Je suis né dans la région de Vladimir, à Kovrov.

Elisabeth Sieca-Kozlowski : Racontez-moi, s’il vous plaît, comment vous vous êtes retrouvé en Tchétchénie ?

Alexandre : J’ai fait mon service militaire.

ESK : En quelle année ?

Alexandre : En 2001 j’ai été immédiatement envoyé en mission en Tchétchénie. Mais j’avais déjà commencé à servir en 2000.

ESK : C’était votre choix ?

Alexandre : Oui, j’en ai exprimé le désir. Non par obligation, mais par volonté.

ESK : Cela signifie que vous n’avez pas servi dans une unité et que vous vous êtes retrouvé d’emblée en Tchétchénie ?

Alexandre : Non, en 2000 j’ai commencé mon service actif dans une unité et en 2001 j’ai été immédiatement envoyé en mission en Tchétchénie.

ESK : Combien de temps avez-vous passé en Tchétchénie ?

Alexandre : Presque un an, onze mois pour être précis.

ESK : Dans quelles troupes avez-vous servi ?

Alexandre : Dans les Troupes des Missiles et de l’Artillerie.

ESK : Vous étiez un simple soldat ?

Alexandre : Sergent.

ESK : Avez-vous bénéficié d’une préparation ?

Alexandre : Après un an et demi de service, je suis monté en grade. J’effectuais un autre travail, j’occupais le poste de pointeur.

ESK : De quoi vous occupiez-vous là-bas ? Quelles étaient vos missions ?

Alexandre : En deux mots, nous étions appuyés par différents groupes d’éclaireurs. Ils décelaient les groupements et les dépôts de combattants, puis nous communiquaient leurs coordonnées, afin d’ouvrir le feu.

L’utilisation d’armes défectueuses

ESK : Que s’est-il passé ?

Alexandre : Lorsque je me préparais déjà à mon retour à la maison, vers la démobilisation, nous étions parvenus à nos fins, à savoir, ouvrir le feu. Certains canons de notre batterie étaient alors en réparation. Pendant la nuit les tirs retentissaient de tous les côtés, ainsi les canons nécessitaient des réparations. Un des canons qui était plus ou moins apte à tirer, était le mien. Mon peloton – composé de cinq personnes – avait changé. En effet, les gars avec qui j’avais servi, avaient déjà été renvoyés chez eux. Le nouveau complément est arrivé, avec des gars qui étaient encore jeunes et qui ignoraient beaucoup de choses. On nous a ordonné de tirer, nous avons accompli notre devoir…

ESK : Vous avez réellement tiré sur quelqu’un ? Ce n’était pas un simple exercice ?

Alexandre : Non, c’était des exercices de combat. On nous fixait des cibles, elles se trouvaient loin, environ dix à douze kilomètres de là où l’on se situait. Il fallait tirer. Au moment d’actionner le canon, la douille, une fougasse, la douille avec la charge est restée coincée. Elle était un peu déformée, le corps n’était plus concentrique. Nous ne pouvions continuer à tirer. Les gars étaient jeunes et inexpérimentés. A cette époque, en tant que pointeur, j’étais chargé de mener les opérations, contrôler les coordonnées et diriger les canons. Les gars ont commencé à charger les douilles, à l’intérieur, et à verrouiller. Elles se sont retrouvées sous la capsule, où le mécanisme sous pression a explosé. Ils ont fait une bévue, une explosion a eu lieu. Sur le coup, presque l’ensemble du groupe a été décimé. L’explosion fut terrible. Parmi les quatre personnes, deux ont été tuées sur le coup, et la troisième est décédée à l’hôpital. Je fus le seul survivant. J’ai eu plusieurs lourdes blessures. A Moscou, lorsque l’on m’a emmené à l’hôpital…

ESK : On vous a emmené immédiatement à Moscou ? Comment cela s’est-il passé ?

Alexandre : Non, une semaine s’est écoulée avant que je sois emmené à Moscou. J’ai été transporté en hélicoptères d’un hôpital de campagne à l’autre : Khankala, Mozdok, Vladikavkaz… Je suis passé par chacun de ces hôpitaux. On m’a fait des pansements, des bandages. Mais je ne m’en souviens pratiquement pas, car j’étais inconscient pendant presque tout le temps. Ensuite, lorsque j’ai eu connaissance des rapports médicaux, je me suis rendu compte que mon périple – jusqu’à ce que j’arrive à Moscou – avait duré presque une semaine. Puis, à Moscou, j’ai repris connaissance.

ESK : Vous étiez dans un hôpital militaire à Moscou ?

Alexandre : Oui, dans l’hôpital militaire principal, du nom de Bourdenko. J’ai été soigné là-bas, j’ai subi plusieurs opérations.

ESK : Combien d’opérations avez-vous subies ?

Alexandre : En dehors de la première opération, qui a été réalisée lorsque j’étais en soins intensifs, je ne me rappelle pas vraiment… Car j’ai passé deux mois en soins intensifs, ne pouvant ni bouger, ni voir.

ESK : Vous avez été brulé à combien de degrés ?

Alexandre : Je ne me rappelle pas, car il y a déjà huit ans de cela. Mais je me souviens que j’avais beaucoup de brûlures, au visage, aux bras, aux jambes. En fait, sur l’ensemble des parties de mon corps qui n’étaient pas protégées par des vêtements. Vous savez, en Tchétchénie il faisait vraiment très chaud, nous ne portions quasiment pas d’habits là-bas. Les pantalons retroussés comme des shorts, des pantoufles aux pieds, et le torse nu. Combien d’opérations au total, je ne me rappelle pas exactement, mais je dirais près de six. Deux opérations aux yeux, de l’ordre de trois ou quatre au bassin. A la main également, elle ne s’est pas soudée correctement, la fracture était sévère, les os brisés, j’ai gardé presque six mois l’appareil d’Ilizarov, on m’a fait une greffe osseuse. Le bassin avait poussé rapidement, aussi avec l’appareil d’Ilizarov, la moitié était scellée par le fer.

ESK : Au total, combien de temps avez-vous passé à l’hôpital ?

Alexandre : En tout, j’ai passé neuf mois à l’hôpital, d’octobre à août. J’ai été blessé en octobre 2002 et en août 2003 je suis sorti de l’hôpital. Je me suis mis d’emblée à étudier. Déjà à l’hôpital je me préparais aux examens. Lorsque j’étais près à sortir, en juin, j’ai dû attendre pour une intervention chirurgicale à l’œil, on m’a remplacé le cristallin par un implant. On m’avait apporté des manuels, et de l’hôpital je suis allé passer les examens d’entrée. Et je suis entré immédiatement, on m’a aidé bien entendu. Puis, je me suis reposé un mois à la maison, et je suis revenu à Moscou pour étudier.

ESK : Vous avez vous-même décidé d’étudier ou bien quelqu’un vous l’a conseillé ?

Alexandre : Je l’ai décidé moi-même, mais j’ignorais tout de cela. Premièrement, à l’école j’étais un élève moyen, je n’apprenais pas vraiment bien. Alors, je voulais suivre un enseignement supérieur, mais comment faire ?

ESK : Qui vous a aidé ?

Alexandre : Ma future femme m’a aidé, nous n’étions pas encore mariés, et elle m’apportait des livres à l’hôpital, afin que je puisse me préparer.

L’aide caritative

ESK : Comment l’avez-vous rencontrée ?

Alexandre : Nous nous sommes rencontrés à l’hôpital. Elle ne fait pas partie du personnel hospitalier, elle est chrétienne orthodoxe. Dans sa paroisse, elle a fait connaissance avec une autre jeune fille, travaillant à l’hôpital. Elles ont décidé, ensemble, de nous venir en aide, pas moi en particulier, mais tous les gars qui se trouvaient dans mon cas. Elles nous ont apporté des affaires, de la nourriture, elles nous ont accordé toute l’aide possible. C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés. Puis, nous sommes devenus plus proche, elle m’a conseillé et aidé.

ESK : Comment avez-vous entendu parler de l’institut Cheshire Home ? Avez-vous déjà été en lien avec eux ?

Alexandre : Jusqu’alors je ne les connaissais pas. Quand Poutine était encore président, les responsables de l’institut Cheshire Home se déplaçaient en visite officielle à l’hôpital Burdenko, pour discuter avec les gars. Cela devait être, si ma mémoire est bonne, la veille du 23 février, je portais alors le numéro huit, on m’opéré du bassin, une autogreffe osseuse. L’intervention était délicate, c’est pourquoi avant l’arrivée du Président, on m’avait transféré dans un autre hôpital, selon la réhabilitation, afin que je me repose quelque temps. Et c’est à ce moment, lorsque le Président s’est déplacé, qu’est venu Youri Ivanovitch Nauman de l’institut Cheshire Home. Il a promis aux gars de leur accorder son aide, afin qu’ils puissent suivre un enseignement supérieur et venir s’installer à la maison Cheshire. Là-bas, ils se préparaient à étudier et à vivre. Les gars qui étaient avec moi à l’hôpital et qui sont partis à la maison Cheshire ont continué à être mes amis. Ceux qui sont restés à l’hôpital, à mon retour, m’ont raconté tout ce qui s’était passé en mon absence, comme je viens de vous l’expliquer. Ensuite, j’ai téléphoné à Youri Ivanovitch, il m’a invité, j’y suis allé. Nous avons discuté et il m’a dit que j’étais le bienvenu à la maison Cheshire.

ESK : Vous n’avez pas vécu dans cette maison ?

Alexandre : Si, j’ai vécu presque trois ans là-bas, tant que je n’étais pas marié.

ESK : On vous a transféré vers un autre hôpital lors de votre réhabilitation ?

Alexandre : Oui dans un hôpital qui se situe sur la rive gauche du district de Khimki. Au numéro six il me semble ou au trois, je ne me rappelle plus quel numéro. J’ai été emmené là-bas après ma lourde opération, afin que le processus de cicatrisation se déroule correctement, et que je puisse bénéficier des bienfaits de la physiothérapie. En réalité, cet établissement n’est pas un hôpital mais une maison de soins de suite et de réadaptation. Ces établissements interviennent dans la rééducation, à la suite d’un séjour hospitalier. J’ai passé exactement un mois là-bas, et après retour de nouveau aux soins. Après la réhabilitation, je suis allé dans un nouvel hôpital militaire, du nom de Vichnevski. Où j’ai subi une intervention chirurgicale aux oreilles.

ESK : Dans la maison de soins de suite et de réadaptation, au numéro six ou trois, combien de temps êtes-vous resté ?

Alexandre : Je suis allé là-bas à deux reprises, la première fois environ un mois et la deuxième fois aussi, un mois, peut-être plus.

ESK : Combien de fois avez-vous été opéré des oreilles ?

Alexandre : Une seule fois. Vous savez l’explosion a vraiment été terrible. […] La membrane de mon oreille droite a été déchirée et perforée. On m’a fait une greffe, on m’a implanté un corps étranger afin de boucher le trou, mais cela n’a pas fonctionné, le trou est resté ouvert.

ESK : Vous n’entendez pas d’une oreille ?

Alexandre : Non, j’entends normalement, mais pas parfaitement, j’ai quelques petits problèmes. A l’oreille gauche, j’ai également une légère perforation. Après Vichnevski, on m’a emmené à Khimki, je suis resté là-bas près d’un mois. Ensuite j’ai de nouveau été à Bourdenko, où j’ai subi encore deux nouvelles opérations. On m’a retiré l’appareil de la main, et je me suis fait opérer de l’œil, on m’a remplacé le cristallin de l’œil droit par un implant. Avant cette intervention, je me préparais à passer les examens d’entrée. C’était en juin, j’étais alors considéré comme un candidat. Lorsque j’ai été opéré, j’ai passé encore près d’un mois à l’hôpital, puis je suis enfin sortit. C’était fin juillet, début août.

« Personne n’avait mis [mes parents] au courant »

ESK : Vos parents sont-ils venus vous voir ?

Alexandre : Oui ils sont venus.

ESK : Tout de suite ?

Alexandre : Comment auraient-ils pu venir tout de suite, sachant que personne ne les avait mis au courant. En principe, je devais déjà rentrer à la maison en novembre. Mes parents se préparaient alors à mon arrivée. Lorsque je me suis senti mieux, et que je suis sorti des soins intensifs, une infirmière que je connaissais, m’a gentiment prêté son téléphone portable, afin que je puisse leur téléphoner. Pour, au moins dire à mes parents, ce qu’il m’était arrivé. Après mon appel, ils sont donc venus me voir à Moscou, dans le milieu du mois de novembre.

ESK : Une infirmière vous a prêté son téléphone personnel ?

Alexandre : Oui, vous savez, à l’hôpital personne n’a eu l’idée qu’il fallait prévenir quelqu’un de mon état, ou de me donner un téléphone pour que je le fasse. Personne ne s’est inquiété de cela, que mes parents soient tenus au courant ou pas, cela ne les intéressait pas. Lorsqu’on m’a emmené, on peut dire, que c’était comme une seconde naissance. C’est-à-dire que lorsque je suis arrivé en avion, je n’avais rien, ni vêtement, ni papier, ni affaire, rien du tout.

ESK : Vous n’aviez pas de matricule ?

Alexandre : Nous les fabriquions nous-mêmes, sans en être autorisés. Nous procédions de la sorte : sur un bout de papier on inscrivait les numéros de notre livret militaire et nos renseignements personnels, on enveloppait ce bout de papier et on le fourrait dans l’étui de la cartouche après l’avoir soigneusement tassé et pour finir on le mettait dans notre poche. Officiellement, cela n’était pas permis. Mais en Tchétchénie, évidemment, personne ne contrôlait quoi que ce soit, et on pouvait le faire à volonté. Mais puisque nous nous trouvions sur le territoire de notre camp, et que nous n’en partions pas, tous mes renseignements étaient déjà connus. Mes documents m’accompagnaient, d’hôpitaux en hôpitaux, où figuraient mes antécédents médicaux. Mais je n’avais rien immédiatement avec moi. Lorsque l’on m’a transféré des soins intensifs vers le service d’ophtalmologie, je n’avais rien à mon arrivée dans ce service. On m’a rentré dans le fichier et c’est tout. S’il n’y avait pas eu ces femmes, ces jeunes filles pour m’aider, elles m’ont apporté des vêtements, de la nourriture en plus, une radio. Vous ne voyez rien du tout, et quand vous passez plus d’un mois dans un pareil état, vous perdez confiance en vous. Et elles m’ont accordé toute l’aide possible, dont j’avais besoin.

ESK : Et comment vos parents ont-ils réagi ? Tout d’abord comment ont-ils réagi au fait que vous soyez parti en Tchétchénie ? Ils étaient au courant ?

Alexandre : Bien entendu, ils n’étaient pas au courant, j’écrivais que j’étais sur le terrain en campagne, quelque chose du genre…

ESK : Et après ?

Alexandre : Eh bien après, lorsque je leur ai téléphoné, je leur ai raconté – non franchement – mais je n’ai pas eu le temps de réfléchir alors, spontanément, j’ai inventé une histoire de toutes pièces : nous étions dans les bains en train de nous laver, et que, soudain, le feu a pris et que tout s’est écroulé, que je m’étais cassé la main et que j’avais été brûlé dans l’incendie. Naturellement, ils m’ont beaucoup questionné, entre autres, pour quelles raisons je me trouvais à Moscou alors qu’ils me croyaient à Vladikavkaz… Lorsqu’ils sont arrivés, maman en entrant dans ma chambre, ne m’a d’abord pas vu et donc pas reconnu. Les photos étaient telles qu’il était impossible de me reconnaître, mon visage était pourtant découvert. Elle s’apprêtait à sortir de la chambre, puis elle a regardé de nouveau et m’a reconnu. J’ignorais que j’étais entièrement recouvert d’appareils en fer et de brûlures. Ensuite, ils sont restés auprès de moi. Il était vraiment rassurant pour moi, d’envisager la possibilité que mes parents restent à mes côtés et puissent m’apporter de l’aide.

ESK : Ils sont restés auprès de vous ?

Alexandre : Oui, mon père est resté quelque temps.

ESK : Où logeait-il ? L’Armée l’a aidé à rester ?

Alexandre : Dans un premier temps à l’hôtel, le Ministère de la Défense l’a aidé.

ESK : Pendant combien de temps a-t-il pu rester à vos côtés ?

Alexandre : Ils sont restés près de deux semaines.

ESK : C’est le Ministère de la Défense qui a payé les frais ?

Alexandre : Oui, ils ont payé la somme minimale, à savoir les indemnités de déplacement. Cette somme à Moscou…suffisait seulement pour le voyage. On accordé une certaine somme d’argent à mes parents afin qu’ils puissent, soi-disant, rester à mes côtés, mais pour rester à Moscou, une telle somme est ridicule. Lorsqu’au bout d’un mois et demi j’ai enfin été capable de marcher doucement, de faire quelque chose, il n’était plus nécessaire pour moi de me soigner, je pouvais me débrouiller seul.

ESK : Votre père est rentré chez lui ?

Alexandre : Oui, à vrai dire, ils sont de véritables héros. J’ai une sœur et elle venait tout juste d’accoucher d’un petit garçon.

ESK : Lors de votre séjour à l’hôpital ?

Alexandre : Oui, ma sœur est venue avec le bébé, elle ne pouvait pas le laisser, il est né le 29 août, et lorsqu’ils sont venus en novembre, il avait seulement quatre mois. C’était l’hiver, c’est un exploit héroïque ! Moi-même, étant père, je sais ce que c’est, faire 350 kilomètres en autobus avec un bébé. Mais elle y est parvenue, elle et son bébé sont bien arrivés.

ESK : Portez-vous une prothèse ?

Alexandre : Non, je n’en porte pas. Ma main et mon bassin se sont consolidés. Seul, mes dents me posent problème, j’en ai perdu beaucoup, si seulement ils avaient pu me les refaire…

ESK : Vous devez vous les refaire faire ?

Alexandre : A l’hôpital lorsque je me suis adressé à eux pour en faire la demande, on m’a répondu qu’ils pourraient seulement me les refaire en fer ou en métal. Pour tout le reste il fallait payer. Et pour moi cette somme d’argent était au dessus de mes moyens, je ne l’avais pas. J’ai pu me les refaire faire il y a seulement deux ou trois ans, quand j’avais gagné assez d’argent.

J’ai oublié de mentionner, que lorsque je suis sorti de l’hôpital, une assurance m’a été accordée. Car depuis que ma santé s’est détériorée, je suis invalide.

Les indemnités de combat

ESK : Quel est votre niveau d’invalidité ?

Alexandre : Je fais parti du troisième groupe d’invalidité. On a payé pour moi toutes les assurances en rapport avec ma situation. Vous savez, mes parents vivent à la campagne, leur salaire n’est pas énorme, ils ne peuvent donc rien se permettre de la sorte. Cela représentait presque la moitié de l’assurance… acheter des meubles à la maison… Au début, lorsque j’ai donné mon consentement pour la mission, je savais qu’il pourrait y avoir un peu d’argent à gagner. Mais le système est vraiment absurde et incompréhensible. La somme totale que j’ai perçue pour dix mois de séjour là-bas, s’élève à environ 30 000 roubles (735€), c’est-à-dire 1 000 dollars. Mais vous pouvez vous imaginer, qu’en dix mois de combat, […] j’ai combattu seulement quatorze jours. Les autres jours nous recevions la visite de nos commandants. Notre batterie était composée d’une trentaine de personnes. Chaque mois, nous recevions un papier, nous indiquant la comptabilisation des jours de combat et le nombre de jours pendant lesquels il fallait cesser de combattre. Ils nous laissaient alors tranquille, et puis plus tard, ils nous reprenaient avec eux. C’est la raison pour laquelle, nous avons obtenu une somme pareille.

ESK : Qu’avez-vous pu vous acheter avec cette somme ? Qu’avez-vous fait avec cet argent ?

Alexandre : J’ai dépensé une partie de cette somme à l’achat de meubles et d’une télévision pour mes parents. Car ils avaient un vieux poste de télé à lampes. J’ai aidé ma sœur, je lui ai acheté des meubles capitonnés, car elle venait tout juste de se marier, et comme ils n’avaient pas encore d’appartement, eh bien je leur en ai loué un. Pour ce qui est du reste, je l’ai mis de côté pour mes études à Moscou. Il me fallait un peu d’argent. Tout d’abord, je ne savais pas comment m’y prendre avec l’ordinateur, je ne suis pas très familier avec ce genre d’appareil. Je savais que dans l’enseignement supérieur à Moscou cela ne pouvait être discutable : tout le monde doit être capable de se servir d’un ordinateur. Alors, j’ai dû m’en acheter un et apprendre à la maison. Aussi, je me suis acheté quelques vêtements.

ESK : Un congé de réhabilitation ne vous a pas été accordé ?

Alexandre : Non, ils m’ont simplement congédié.

ESK : Et votre pension d’ancien combattant ?

Alexandre : Je la perçois, je l’ai régularisée.

ESK : Chaque mois ?

S : Non, chaque année. Pendant huit ans, successivement, j’ai dû passer un nouvel examen médical. La procédure est très désagréable et contraignante, il faut passer des expertises médicales, afin qu’ils puissent déterminer le niveau d’invalidité et vous verser la pension. Cette année on me l’a accordé de façon permanente, ainsi je n’ai pas à repasser un nouvel examen chaque année.

ESK : Cela signifie qu’au bout de huit ans vous l’avez enfin eu de façon permanente ?

Alexandre : Oui, cela est tout à fait ridicule, car tous les gars qui étaient avec moi à l’hôpital, ont obtenu presque immédiatement l’invalidité de façon permanente. Alors qu’ils n’ont pas passé un mois et demi dans des hôpitaux, chaque année, comme j’ai été contraint de le faire… Il est terrible de devoir faire la queue seulement pour un morceau de papier sur lequel on inscrit votre diagnostic, qui n’est, d’ailleurs, pas vérifié. En règle générale, il faut attendre cinq ans, et après validation par la commission générale, on vous l’accorde. Mais, dans mon cas on ne sait pourquoi cela a duré huit ans…

ESK : Permanente, cela signifie que vous avez le droit à une certaine somme d’argent ?

Alexandre : Oui, à une pension, tous les mois.

ESK : Quelle somme ?

Alexandre : La pension, elle-même, est actuellement de l’ordre de 5 000 roubles (125€).

ESK : Cette somme vous paraît-elle correcte ?

Alexandre : Cela dépend de quel côté on se place. C’est peu, mais ce n’est pas mal. Si je percevais cette somme dans la région où je vivais avec mes parents, alors cette somme serait correcte. Mais à Moscou avec 5 000 roubles, vous pouvez tout dépenser dans un seul magasin.

ESK : Bénéficiez-vous de certains privilèges ?

Alexandre : A l’heure actuelle il n’y a plus de privilège, mais un supplément. Tous les privilèges ont été supprimés, il faut désormais débourser une somme supplémentaire pour pouvoir en bénéficier, entre 2 000 et 3 000 roubles (50€ et 75€) pour l’ensemble des privilèges.

ESK : Durant votre réhabilitation, avez-vous rencontré ou avez-vous ressenti le besoin de vous entretenir avec un psychologue ? Ou peut-être qu’un psychologue est venu vous voir ?

Alexandre : Le parquet militaire s’est déplacé, nous avons discuté de ce qui s’est passé et comment s’est arrivé. Mais c’était une raillerie offensante de leur part, car je venais tout juste d’être transféré des soins intensifs, après y avoir séjourné un mois. Je commençais tout juste à remarcher, à ouvrir les yeux. Et ils se sont déplacés depuis le parquet militaire pour s’entretenir avec moi. Même l’infirmière en chef du service d’ophtalmologie ne pouvait le supporter : « Que pensiez-vous ? Cet homme vient tout juste de sortir des soins intensifs, et il vient tout juste de revenir à lui et vous voulez l’interroger ! ». Mais ils s’en fichaient, ils m’ont tout de même conduit au bureau pour m’interroger. C’est alors que je leur ai tout raconté, comment cela s’est passé etc. Et d’eux, j’appris que le troisième gars qui se trouvait avec moi, et dont je pensais qu’il était vivant lui aussi, car même si je ne le voyais pas, nous avons été évacués ensemble en hélicoptère, et à maintes reprises, je l’entendais crier vraiment très fort, j’entendais constamment ses cris. Ensuite, j’ai perdu connaissance pendant un moment, puis je suis revenu à moi et je ne l’entendais plus. Alors, je me suis dit que peut-être il avait été évacué vers un autre hôpital. Mais, les types du parquet militaire, m’ont appris qu’il n’avait pas survécu à ses blessures et qu’il était mort.

ESK : Y-a-t il eu pour vos commandants et vous-même des conséquences ?

Alexandre : Je pense, en effet, qu’il y aura sans doute des conséquences pour nos commandants. Car j’estime que c’est de leur faute à 80%. Dans un premier temps, parce que nos canons ne fonctionnaient pas correctement. Certaines pièces étaient nécessaires afin qu’ils fonctionnent normalement. Et ils ont préféré fermer les yeux. Nous n’en serions pas arrivés là, si le mécanisme avait marché correctement. Le mécanisme permet de tout faire automatiquement, il se met en route, se verrouille et tire. Et puisque nous avions beaucoup de pièces qui ne fonctionnaient pas, alors il fallait le faire manuellement, pousser et charger. C’est pourquoi, en partie, cette catastrophe a eu lieu. Deuxièmement, les gars étaient jeunes et ils craignaient les commandants, je ne vais pas parler de ce qui se serait passé si nous n’avions pas pu tirer en nombre suffisant.

ESK : Les hommes étaient-ils préparés ?

Alexandre : Oui, ils l’étaient, mais lorsqu’on vous crie dessus avec des propos injurieux et que l’on vous ordonne de tirer… cela ne les intéresse pas ce qui s’est passé, coincé, pas coincé, ils ont ordonné de tirer. Les gars étaient sur les nerfs, ils ont eu peur et ils ont fait une bévue. Mais pour les commandants tout s’est bien terminé. Je ne vais pas les juger.

ESK : Vous n’avez pas souhaité les poursuivre en justice ?

Alexandre : J’ai été interrogé par le parquet, j’ai dû raconter tout ce qui s’est passé, comment c’est arrivé, à cause de quoi, pourquoi etc. Je leur ai tout raconté, comme je vous le dit en ce moment, nous n’aurions pas dû tirer, il ne fallait pas nous donner l’ordre de tirer. Nos canons ne fonctionnaient pas, cela explique que nous avons rompu toutes les règles, non de notre propre initiative, mais contraints d’obéir aux ordres. Ensuite, tout ça me dépassait, je savais, pertinemment, que rien ne serait résolu. Vous savez, cela n’est pas de mon ressort de juger ou de condamner quelqu’un. Je ne connais pas ces choses-là et je ne veux pas les connaître. Cette spécificité, ne réside pas dans mes compétences.

Perception du conflit avant et après

ESK : Quel était votre sentiment envers le conflit tchétchène lorsque vous êtes parti à la guerre et après votre blessure ?

Alexandre : Lorsque je suis parti en Tchétchénie, les relations étaient tendues. Et j’avais bien à l’esprit que les bandes qui existaient là-bas, et qui s’engageaient dans des activités terroristes, faisaient souffrir des tas de gens, non seulement en Russie, mais dans le monde entier. Alors quand vous savez et que vous comprenez que votre aide peut prévenir le danger, alors c’est à ce moment que vous décidez d’intervenir. Mais ce n’était pas non plus mon objectif principal. A ce moment, peut être, je ne saisissais pas tout. Il est probable que je souhaitais simplement faire quelque chose d’utile. Car l’armée, j’entends l’unité, celle qui ne combat pas mais qui est dispatchée à des places définies. Eh bien les soldats de cette unité ne font, en mon sens, rien de vraiment utile. Ils s’occupent de toutes sortes de banalités. Et lorsque vous passez un an dans un tel milieu, vous ressentez déjà une dégradation de votre personne, vous vous mettez à parler de façon indécente, votre conversation est basée sur des obscénités plutôt grossières et j’en passe. Vous commencez vous-même à ne plus vous comporter comme une personne normale, parce que vous vous rendez-compte de ce que vous faites chaque jour, il n’y a rien de bon dans cela, vous n’apportez rien d’utile à personne. La mission que nous devions accomplir en Tchétchénie, était enfin pour moi un pas vers quelque chose d’utile. Je savais qu’il y avait quelque chose de réel à accomplir, s’engager dans un travail concret et nécessaire. Cela signifie que les gars qui servaient là-bas, se sont engagés dans une véritable opération militaire. Au lieu de traiter toutes sortes de banalités à l’unité. Les gars que je connaissais, qui se comportaient plus ou moins bien, sont partis avec moi. Rester à l’unité, cela ne m’intéressait vraiment pas.

ESK : Après tout ce qui s’est passé et tout ce que vous avez vécu là-bas, quel est votre sentiment à l’égard du conflit maintenant ?

Alexandre : Cette question est très vaste. Pour tout vous dire, je ne sais comment y répondre. Si je vous réponds de manière générale, eh bien j’estime que le travail accompli en Tchétchénie, n’a pas été totalement inutile. Je pense que nous avons tout de même apporté des résultats positifs. Il se peut que certaines de nos actions se soient avérées être inutiles. Je n’éprouve pas de sentiments de haine envers les habitants tchétchènes. Ce sont des gens normaux. C’est come partout, que ce soit là-bas ou ici à Moscou ou encore dans d’autres régions en Russie, il y en a des bons et des mauvais. Il ne faut pas dire d’un peuple qu’il est mauvais, mais qu’il est bon. Il y a des personnes saines d’esprit, et il y a des irresponsables. Comme ceux qui, la nuit, nous bombardaient de tous les côtés de la localité. La nuit, les tirs retentissaient, le jour, les gens se promenaient, vaguaient à leurs occupations.

Des rêves récurrents…

ESK : Etes-vous en proie ou tourmenté par des rêves concernant la guerre ?

Alexandre : Ils ne me tourmentent pas, au contraire ils sont plutôt agréables. Mais ils se font plus rares dorénavant, la première fois que j’ai fait un rêve… l’essence de mon rêve était toujours la même, mais les rêves eux étaient à chaque fois différents. Ils concernaient l’armée, je rêvais qu’il m’était impossible de démissionner de l’armée. Les thèmes étaient différents, par exemple : Je rêvais que j’étais déjà rentré chez moi, que je m’occupais de choses que je fais déjà dans la réalité, et je ne sais pour quelles raisons, je suis appelé de nouveau à l’armée, je n’ai pas respecté le délai, je devais rester encore un mois, ils m’appelaient, m’envoyaient des convocations : « Tu dois encore servir, il te reste un mois ». Alors, dans mon rêve, évidemment, je retourne là-bas. Puis commence le rêve dans lequel je suis de nouveau dans l’armée, de nouveau avec les anciens gars, de nouveau je repars en mission, et ce qui s’est passé se passe à nouveau dans mon rêve et je suis déjà un peu limité dans mes actions, mais je sers. Mon délai arrive à échéance mais personne ne me congédie, je ne reçois aucun ordre de démobilisation. Je décide d’aller me plaindre auprès de tous les commandants : « Mon délai est terminé, je devrais déjà être congédié. » Ils me répondent : « Non, nous ne pouvons te décharger maintenant, tu dois encore servir. » Pendant près de trois-quatre ans, je faisais ce rêve régulièrement. Je n’ai jamais fait de cauchemars, ni ressenti de peur ou de terreur, à aucun moment.

ESK : Il ne vous est jamais venu à l’idée de vous adresser à un psychologue ?

Alexandre : Je n’ai pas le souvenir, que quelqu’un me l’ai déjà proposé et je n’en éprouvais pas le besoin. Bien que, probablement…

ESK : Vous n’avez jamais fait de tests ?

Alexandre : Il ya eu des tests en effet, je me suis trompé. Au bout de trois ou quatre mois passés à l’hôpital, j’ai été convié dans un bureau, non pour une conversation mais pour ces tests psychiques. Je répondais aux questions, et voilà tout.

ESK : Et les résultats ?

Alexandre : Je l’ignore, je pense que si je n’ai pas été enfermé je ne sais où, alors cela doit, sans doute, signifier que je suis quelqu’un de normal et sain d’esprit !

Les études de droit – pour se défendre

ESK : Revenons à vos études, quelle spécialité avez-vous choisie ?

Alexandre : Jurisprudence.

ESK : Pourquoi ?

Alexandre : Sûrement, parce qu’à ce moment c’était à la mode quelque part, premièrement. Deuxièmement, parce que quand j’ai commencé, je pensais que c’était une profession, à laquelle je pourrais consentir. Car les sciences naturelles et les sciences humaines m’intéressaient beaucoup. Les relations avec les gens, la communication. Pour moi, à ce moment-là, cela m’intéressait. Auparavant, j’étais assez timide, je n’entrais pas en contact avec les gens, si une personne ne m’adressait pas la parole en premier, je ne le faisais pas. J’étais très réservé. Et, maintenant, on ne sait pour quelles raisons, je suis capable de le faire. Cela d’une part, d’autre part, lorsque vous vous devez faire face à diverses situations dans votre vie, il y a beaucoup de choses que l’on ignore, nos droits, nos obligations. Non seulement on ne les connait pas, mais en plus personne ne peut vous les raconter. L’entourage est tel que personne ne peut vous les raconter, ni vous les expliquer. C’est pourquoi j’ai ressenti le besoin de connaissance, auquel j’ai droit et sur lequel je peux compter.

ESK : Vous aimeriez avoir la possibilité de vous défendre ?

Alexandre : Oui, sans doute. Je m’attendais à une telle suite d’évènements lorsque je reviendrai à une vie normale, dans le cadre civil habituel, des problèmes peuvent surgir dans le travail, les études… J’ignorais où il était possible d’obtenir des informations plus détaillées. Afin de se réaliser en tant qu’être social. Cela exigeait, bien entendu, une formation. La jurisprudence en tant que telle, en dehors des connaissances qu’elle apporte dans le domaine du droit, elle donne également quelques compétences en socialisation.

ESK : Quand avez vous obtenu votre diplôme ?

Alexandre : J’ai obtenu mon diplôme avec les félicitations en 2008.

ESK : Vous avez trouvé immédiatement du travail ?

Alexandre : Je travaillais déjà pendant ma troisième année. Car je venais tout juste de me marier, il me fallait donc du travail. J’avais opté pour le système d’enseignement avec assiduité obligatoire, c’était une formation de jour. Bien sûr, au départ, des problèmes ont surgis, il fallait combiner le travail et les études. Mais comme je m’étais fait une bonne réputation avec le corps enseignant et les inspecteurs, nos relations étaient tout à fait normales, ils voyaient que je m’intéressais à bon nombre de questions. Ainsi, j’ai pu m’arranger avec eux concernant certaines de mes difficultés. Par exemple, le doyen m’accordait des délais supplémentaires pour mes travaux. Et on me laissait une certaine liberté quant à ma présence en cours. En effet, pour mon travail, ils ont accepté le fait que je sois pendant une demi-journée à mon travail, en fonction de mes horaires. Par contre, je devais assister à des séminaires obligatoires, soit ils étaient avant le déjeuner ou après. De cette manière, avant le déjeuner j’étais à l’académie et après au travail, ou vice-versa.

ESK : Quel était votre travail ? Et comment l’avez-vous obtenu ?

Alexandre : Au syndicat. La vice-doyenne m’a conseillé sur le travail éducatif. Il s’est avéré qu’elle avait seulement un an de plus que moi. Elle étudiait autrefois. Moi, j’avais étudié avec des gars qui étaient beaucoup plus jeunes que moi, et qui après l’école y sont entrés, tandis que moi j’étais à l’armée, et à l’hôpital. J’entretenais de bonnes relations avec elle, elle m’a recommandé pour ce poste. Je me suis présenté et j’ai été accepté.

ESK : Vous travaillez toujours là-bas ? De quoi vous occupez-vous exactement ?

Alexandre : Je travaille en tant que conseiller juridique.

Les conditions de logement

ESK : Vous avez-vécu trois ans à la Maison Cheshire, vous vous êtes marié, et où vivez-vous maintenant ?

Alexandre : Dans l’appartement de ma femme.

ESK : Chez les parents de votre femme ?

Alexandre : Non, les parents de ma femme vivent en Crimée, en Ukraine. Nous vivons seuls ici.

ESK : Elle a son propre appartement ?

Alexandre : Oui, elle a réussit à l’acheter avant la brutale hausse des prix à Moscou. Son travail lui a accordé un crédit, et elle y est parvenue.

ESK : Quelle est sa profession ?

Alexandre : Elle était directrice, manager des ventes dans une entreprise qui fabrique des produits à base de viande, saucissons, saucisses. Elle a commencé avec le directeur général, lorsque celui-ci commençait tout juste à travailler. Il a fait de son entreprise un grand holding, un combinat de boucherie, un vaste réseau. En ce moment elle ne travaille pas.

ESK : Avez-vous droit à un appartement en tant qu’ancien combattant ?

Alexandre : Mon droit au logement se traduit par des subventions, une somme d’argent qui devrait contribuer à l’amélioration de l’état de mon logement. On me l’a versé, lorsque je me suis fait enregistrer à Kovrov, dans la région de Vladimir. Ici je ne suis pas encore enregistré. Là-bas, au service social, ils m’ont payé, versé sur mon compte la somme avec laquelle je devais m’acheter un logement. Avec cette somme j’ai pu acheter huit mètres carrés, c’est-à-dire une chambre dans un logement communautaire, que je pourrais vendre maintenant, pour récupérer de l’argent.

ESK : Quelle somme avez-vous perçue ?

Alexandre : 300 000 roubles (7 400€).

ESK : En quelle année ?

Alexandre : Probablement vers 2007 ou 2008. Quant au droit au logement en tant que tel, je ne l’ai pas eu. Ce sont les gens qui ont fait la queue comme des nécessiteux jusqu’à un certain délai, qui ont eu ce droit. Le délai était passé, et je n’apparaissais sur aucune liste. On a donc postdaté mes documents, afin que je puisse figurer sur une liste, ils m’ont ainsi donné la possibilité d’acquérir, au moins, huit mètres carrés.

ESK : Vous louez votre appartement ?

Alexandre : Non, dans cette ville personne n’en a besoin. Il est vide, personne n’en veut. Même aujourd’hui, je ne pourrais jamais le vendre, il n’intéresse personne. Et pour cause, qui voudrait d’une minuscule chambre dans un appartement communautaire avec deux voisins… C’est un fardeau pour moi, et je dois payer le loyer. Nous avons, ainsi, des garanties de constructions, soi-disant, accordées par l’Etat, c’est vraiment ridicule. Je ne vois pas comment je pourrais faire avec une somme pareille pour ne plus être dans le besoin. Il y a un nombre de mètres carrés défini, qui permettent de savoir si je suis ou non dans le besoin. Cela signifie qu’en m’accordant cette somme d’argent, ils pensaient que je pourrais m’acheter un appartement et y vivre. Autrefois, j’étais enregistré dans la maison de mes parents, ils avaient un appartement, le type de baraque, où cinq personnes étaient déjà enregistrées. Dans cet appartement, de 25 mètres carrés, il y avait seulement deux petites pièces. J’ai grandi avec ma sœur dans cet appartement. Après elle a fait enregistrer sa petite fille aussi. En tout, cinq personnes. C’est la raison pour laquelle, on m’a versé 300 000 roubles (7 400€), pour que j’améliore ma situation. Et je n’ai donc ainsi pas pu le faire.

« Je n’attends rien de l’Etat »

ESK : Aujourd’hui qu’attendez-vous de l’Etat ?

Alexandre : Je n’attends rien de l’Etat. J’ai essayé, ici à Moscou, de me demander ce que je pourrais faire. Vous vous rendez-compte, chez ma femme, dans son appartement d’une seule pièce à Moscou, dans cet appartement d’une seule pièce, nous vivons à trois avec sa fille et moi. De plus, la sœur de ma femme est elle aussi enregistrée dans cet appartement. Quatre personnes, dans une surface habitable de 20 mètres carrés. Je me suis renseigné, si j’avais le droit, en principe, à une augmentation de la surface habitable ou autre chose d’autre. Il s’est avéré que non. Si je voulais modifier quelque chose, il fallait que je remplisse une pile de documents et d’instances, je n’ai même pas osé essayer. Et puis sans parler du fait de m’accorder ou pas une augmentation de surface, simplement il faudrait que l’on me considère comme étant dans le besoin, dans ce cas mon nom apparaîtrait sur une liste, qui serait ensuite traitée dans vingt ou vingt-cinq ans ! C’est complètement ridicule, c’est pourquoi, j’ai préféré employer mon temps à d’autres préoccupations.


[1] La Maison Cheshire est l’unique maison de réhabilitation des soldats de guerres locales en Russie. Elle a été financée par Lord Cheshire, ancien pilote de la RAF , héros de la Seconde Guerre mondiale. Elle survie exclusivement grâce aux dons et aux soutiens philanthropiques.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.