Institutional Violence Against Migrants – The Tajik-Russian Crisis, November 2011 (in French)

Les travailleurs migrants tadjiks en Russie se sont retrouvé récemment au centre d’une crise politique qui a éclaté entre la Russie et le Tadjikistan après la condamnation par une cour tadjike d’un aviateur russe et de son copilote à 8 ans et demi de prison. L’effervescence médiatique est alimentée par une série de déclarations officielles qui suggèrent que des migrants tadjiks devraient être expulsés vers le Tadjikistan en guise de mesure de rétorsion.

Il est très difficile d’évaluer l’impact de ces déclarations, l’ampleur exacte de la « chasse au migrants » qui a été lancée et le nombre exact de migrants arrêtés et expulsés. Néanmoins, une rapide chronologie de la crise permet de montrer comment l’affaire s’est emballée, mais aussi de mettre en lumière les ressorts et les éléments constitutifs de ce qui, au-delà de la conjoncture actuelle, constitue une violence institutionnelle contre les migrants. Les violences contre les migrants ne relèvent en effet pas seulement des groupes xénophobes, comme nous l’avons mentionné à plusieurs reprises sur notre site (voir billets de février  et octobre 2011 ), mais aussi des dispositifs de gestion des migrations, du travail de la police, de la justice et du service fédéral des migrations.

Pour mémoire, rappelons que l’on évalue autour de 800 000 le nombre de citoyens du Tadjikistan travaillant en Russie ; la part des transferts financiers de ces migrants est évaluée jusqu’à 40% du PIB du pays. Tous, au Tadjikistan, ont des membres de leur famille vivant ou travaillant en Russie, ce qui renforce encore l’inquiétude et les rumeurs.

Rapide chronologie de la crise1

Mardi 8 novembre 2011 

Les pilotes V. Sadovichny (citoyen russe) et A. Rudenko (citoyen estonien d’origine russe) sont condamnés par le tribunal de Kurgan-Tiube, au Tadjikistan, à 8 ans et demi de prison pour contrebande, violation de l’espace aérien et franchissement illégal de la frontière. Le procès est entaché d’irrégularités que les autorités russes s’attachent à dénoncer, en affirmant que l’affaire est politiquement motivée (porte-parole du MAE). Les aviateurs avaient été arrêtés en mars 2011 alors que leur avion, venu de Kaboul, s’était posé sur le sol tadjik. Certains commentateurs interprètent ce procès comme une volonté du président Rakhmon d’échanger les aviateurs contre un proche de sa famille récemment condamné en Russie pour trafic de drogue. D’autres y voient une tentative du Tadjikistan de se placer en position de forces dans les négociations militaires (base militaire russe au Tadjikistan).

Jeudi 10 novembre 

Le député S. Bagdasarov, membre du Comité de la Douma pour les affaires internationales, propose en réaction d’expulser les migrants illégaux et d’introduire un régime de visa entre la Russie et le Tadjikistan. Le soir, le Service Fédéral des migrations (FMS) réfute la nouvelle qui circulait dans des médias et sur des blogs selon laquelle les autorisations de travail n’étaient plus délivrées aux migrants tadjiks.

Dans le même temps, Ria Novosti rapporte que lors d’une rencontre avec Medvedev, K Romodanovski, directeur du FMS, a déclaré que le plus haut pourcentage de criminalité chez les migrants se trouve justement chez les Tadjiks ; il a souligné que « en termes absolu, les leaders sont les Ouzbeks », mais qu’il y avait deux fois moins de citoyens du Tadjikistan en Russie, et qu’il fallait donc évaluer ces violations en proportion de leur nombre sur le territoire.

A Moscou, un raid contre des migrants aboutit à l’arrestation de plusieurs migrants présentés comme « en situation illégale ». Igor Mangishev, le leader de l’organisation « Russie claire » (Svetlaia Rus, une organisation qui cherche les racines de l’identité russe chez les anciens slaves),  déclare avoir aidé le FMS et la police dans cette opération et témoigne que « tout s’est passé correctement ».

Vendredi 11 novembre 

Le directeur du FMS K. Romodanovski annonce que 100 citoyens tadjiks ayant enfreint les lois russes vont être expulsés de Russie. Il annonce également l’arrestation de 134 citoyens du Tadjikistan ayant enfreint la législation sur les migrations, qui pourraient également être expulsés. Interfax, citant l’attachée de presse du FMS Zalina Kornilova, annonce que dans les centres de détention provisoire se trouvent 297 citoyens tadjiks en attente de déportation. Le soir, la très populaire émission TchP sur NTV diffuse un sujet qui commence par les mots « aujourd’hui, le directeur du Service Fédéral a parlé de l’ampleur de la menace qui émane des criminels étrangers. Si l’on en croit les statistiques, les ressortissants du Tadjikistan occupent depuis longtemps les premières positions dans cette triste liste. Beaucoup d’étrangers qui viennent travailler en Russie préfèrent ne pas s’enregistrer, mais, comme a pu le voir notre correspondant Alexandre Dolgikh, ce n’est pas le plus grave…».

Samedi 12 novembre

Molodaya Gvardia (la jeune garde), mouvement de jeunesse du parti du pouvoir Russie Unie, organise une protestation devant l’ambassade du Tadjikistan à Moscou. Parmi les slogans : « liberté pour le pilote russe », « ne mordez pas la main qui vous nourrit » « si vous ne voulez pas être nos amis, nous ne vous permettrons pas de pomper l’argent russe » (slogans qui peuvent faire référence tant au soutien financier apporté par la Russie à l’Etat tadjik qu’aux transferts d’argent des migrants vers leur pays)

Interfax, citant une source haut placée au ministère de l’Intérieur, déclare que les « raids contre les migrants illégaux » vont se poursuivre, et que les tribunaux ont prononcé des condamnations contre des migrants en situation illégale, sans en préciser le nombre

Lundi 14 novembre

Des activistes des mouvements « Jeune Russie » (Molodaia Rossiia) et «Ceux d’ici » (Mestnye) organisent un rassemblement de protestation devant l’Ambassade du Tadjikistan à Moscou et lancent des petits avions en papier en interpellant le président tadjik « Rakhmon, ne joue pas au plus malin » (Rakhmon, ne balui)

Lors d’une conférence de presse, G. Onichenko, responsable des autorités sanitaires russe, , déclare qu’il est envisagé de mettre fin momentanément au recours à la main d’œuvre tadjike pour des raisons médicales ; selon lui, de nombreux cas de HIV et de tuberculose ont été relevés chez les migrants tadjiks. L’année dernière, 188 Tadjiks ont été déportés pour raison de santé (40 porteurs du VIH et 103 pour tuberculose). « Il semble normal dans ces conditions d’envisager l’interdiction de l’emploi de main d’œuvre venant de cet Etat avant que ne soient créées, là bas, des conditions sanitaires minimales » a déclaré Onichenko.

Interrogé sur la crise lors d’une conférence de presse, Medvedev déclare que l’expulsion des migrants et la crise avec le Tadjikistan n’est qu’une coïncidence, et appelle à expulser les migrants enfreignant la législation russe de manière régulière, et non pas épisodiquement

Mardi 15 novembre

Le journal Nezavisimaia Gazeta annonce que 10 000 tadjiks vont etre déportés par le FMS – celui-ci dément immédiatement l information.

Dans un communiqué de presse, l’ONG Migratsiia i Zakon déclare que le nombre de personnes qui s adressent à eux en raison d arrestation ou risque de déportation augmente ; Selon informations recues auprès du TsVSIG (Centre de détention provisoire des citoyens étrangers) n°128 de Moscou, 126 personnes avaient été déportées au 14 novembre 2011. L’association mentionne des cas d’arrestation arbitraire, comme celle de S. Kh…., arrêté le 11 novembre près du métro Varshavskaya, en possession de tous les documents nécessaires (carte de migration, autorisation de travail) et condamné malgré tout le jour même par le tribunal du quartier Meshanski de Moscou a une amende de 2000 R et à une expulsion administrative.

Mercredi 16 novembre

Le parti Russie Juste propose le rétablissement du régime de visa pour les citoyens tadjiks. Le FMS dément l’information donné par la Fédération des migrants de Russie selon laquelle 1500 migrants tadjiks auraient été arrêtés.

Selon le Service des migrations tadjik, 57 citoyens tadjiks ont été déportés entre le 11 et le 16 novembre ; selon un des responsables de ce service, Safarbek Tokhirov, 2066 citoyens Tadjiks avaient déjà été expulsés de Russie depuis le début de l’année 2011.

Dans le même temps, le procureur tadjik chargé de l’accusation dans l’affaire des aviateurs demande à la Cour de revoir et assouplir la sanction contre les deux aviateurs.

Un peu plus d’une semaine après le début de la crise, de nombreuses questions demeurent, en particulier sur la situation dans les différentes régions de Russie (l’essentiel des informations concerne Moscou et dans une moindre mesure St Petersbourg) et sur l’impact de la crise sur les pratiques au quotidien des agents chargés de gérer les migrations sur le terrain. En attendant que le temps permette de prendre un peu de recul, on peut déjà souligner que cette crise met en lumière différentes formes de violence institutionnelle contre les migrants.

Gestion policière des migrations et violence institutionnelle contre les migrants

Le précédent géorgien

Cette crise avec le Tadjikistan évoque la crise russo-géorgienne de l’automne 2006. A l’époque, la Russie avait réagi à l’expulsion pour espionnage de quatre de ses ressortissants en coupant toutes relations avec la Géorgie (avion, poste) et en lançant une campagne contre les entreprises détenues en Russie par des Géorgiens. Surtout, plus de 5000 Géorgiens avaient été arrêtés et expulsés vers leur pays d’origine ; les déportations avaient fait cinq morts2.

Des descentes avaient été faites dans les marchés, sur les lieux de travail ou de réunions des Géorgiens (église, consulat), des lettres envoyées aux directeurs d’école demandant de signaler les listes d’enfants géorgiens, les tribunaux avaient reçu des piles entières de passeport de Géorgiens à expulser. C’est à l’aune de ces pratiques qu’il faudra juger la crise russo-tadjike. On peut pour l’instant souligner que si, en 2006, la presse s’était saisie des déclarations du président Poutine sur « la mafia aux couleurs nationales », les déclarations du président actuel, V. Medvedev, laissent moins de possibilité de stigmatiser un groupe particulier, même s’il donne un signe clair en appelant à expulser « en permanence » et pas seulement « de temps en temps ».

Pratiques policières et « signe » venant d’en haut

La « chasse au migrants » qui semble se dérouler actuellement n’est pas (si ce n’est par sa résonance médiatique), très différente des raids réguliers pratiqués conjointement par la police et le Service Fédéral des Migrations. Selon une équipe de sociologue de St Petersbourg et Kazan ayant analysé les relations entre la police et les migrants3, ces opérations baptisées généralement « Migrant » ou « Illégal » sont un signal clair donné à la police que les droits de tel ou tel groupe ne sont plus protégés. Les pratiques de contrôle « au faciès » et de corruption en sont aggravées d’autant. D’autre part, les sociologues notent que ce genre d’opération à une fonction de « prophétie autocréatrice » : visant un groupe particulier, la police établit un plus grand nombre de procès-verbaux d’infraction contre ce groupe, ce qui est reflété dans les statistiques … et finit par justifier, a posteriori, le fait que ce groupe ait été visé.

Il faut noter également que la loi permet au juge de sanctionner un étranger en situation irrégulière en lui infligeant une amende avec ou sans expulsion du territoire. Autrement dit, la décision d’expulsion administrative (déportation) dépend en partie de l’évaluation du juge… évaluation qui ne peut manquer d’être influencée par les signes politiques venus d’en haut.

Un système dominé par la crainte des « migrants infectieux »

Les déclarations du médecin chef de Russie V. Onichenko sur les migrants tadjiks porteurs du VIH et de la tuberculose sont à replacer dans le cadre général d’une peur des infections « importées » qui domine le système de gestion des migrations. Selon les lois de 2007, les migrants ont l’obligation, pour pouvoir rester en Russie, de présenter des attestations médicales selon lesquelles ils ne sont pas porteurs de maladies contagieuses, parmi lesquelles le VIH ou la tuberculose. Les personnes séropositives ou toxicomanes peuvent être expulsées du pays. En 2010, des cas de poliomyélite dépistés en Russie chez des enfants originaires du Tadjikistan avaient entrainé des mesures sanitaires, jusqu’à l’interdiction de l’importation de fruits secs…

Détention et expulsion : un système encore mal connu

Les migrants arrêtés sont envoyés soit dans des centres de détention provisoire pour citoyens étrangers (TsVSIG) ou détenus dans les commissariats au même titre que d’autres personnes ayant commis des infractions ; elles sont, selon la loi, déportées «  à leur propre frais ». C’est essentiellement par le travail des ONG que l’on connaît la situation dans ces centres, et il n’existe pas (à notre connaissance) de travail de recherche sur ce sujet. On peut noter cependant que, contrairement à l’Europe, ces centres de rétention ne sont pas au centre de l’attention des ONG, qui se penchent essentiellement sur d’autres problèmes (travail forcé, non-paiement des salaires, violences xénophobes). Le fait que l’espace de l’ex URSS soit en grande partie un espace sans-visa explique sans doute cette situation. Les migrants tadjiks peuvent rentrer librement en Russie, avec leur simple carte d’identité (passeport interne) ; c’est ensuite, au moment de l’inscription sur le registre des migrants (migratsionny uchet) et surtout pour l’obtention d’une autorisation de résidence et d’un permis de travail que les problèmes se posent.

La persistance d’une approche policière des migrations

Depuis 2007, la politique migratoire russe oscille entre une approche économique libérale (obtenir une main d’œuvre bon marché et « fluide ») et une approche nationaliste restrictive (mesures interdisant aux migrants de commercer sur les marchés et quotas de mains d’œuvre, mesures adoptées en réponse aux explosions de violence nationaliste)4.

Les autorités se posent par ailleurs de plus en plus la question de l’intégration des migrants et s’interrogent sur les différents modèles possibles de « multiculturalisme ». La vision sécuritaire des migrations, qui envisage les migrants comme un risque pour l’intégrité du pays, la sécurité des frontières, qui lie aussi migrations, terrorisme et trafic de drogue, reste cependant extrêmement présente. Le Service fédéral des migrations relève du ministère de l’Intérieur, et ses dirigeants sont issus des ministères dits « de force » (ministère de l’Intérieur, services spéciaux, gardes frontières etc).

Dans un récent article5, le chef du FMS, K Romodanovski, soulignait que son ministère devait se transformer de plus en plus en ministère « civil », et porter attention à l’intégration et la formation des migrants, en particulier leur connaissance de la langue russe. « La connaissance du russe crée les conditions de sécurité et de confort », expliquait-il. « Si un ressortissant d’une République d’Asie centrale ne connaît pas un seul mot de russe, comment pourra-t-il comprendre l’ordre “arrête-toi ou je tire” »….

  1. La chronologie a été établie en utilisant différentes agences de presse (Interfax, RIA Novosti), des sites d’information en ligne comme lenta.ru, grani.ru, des journaux en ligne (Izvestia, Moskovski komsomolets) ainsi que les sites officiels du service fédéral des migrations (fms.gov.ru) et les sites des ONG Migratsia i Zakon/ Fond Tadjikistan (migrocenter.org), Assistance Civique (refugee.ru), ADC Memorial St-Petersburg (memorial.spb.ru) []
  2. sur cette crise voir le rapport de la FIDH « Migrants en Russie, Populations fragilisées, premières victimes des crises politiques externes et internes » de 2007 []
  3. V. Voronkov, B. Gladarev, L. Sagitova, Militsia i etnicheskie migrant: praktiki vzaimodeistviia (Police and ethnic migrants: practices of interaction), St-Petersburg, Alateia, 2011, 640 pages []
  4. sur ce point voir Anne Le Huerou , Amandine Regamey, Nécessaires et indésirables ? Les migrants en Russie, La Revue Nouvelle, N° 8, Août 2007, disponible en ligne []
  5. Interview pour le journal Itogui, № 48, 24 Octobre 2011, disponible sur le site du FMS []

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *