Press-Conference in Moscow – Migrants and Xenophobia (in French)

Le 27 septembre 2011, les organisations Sova (centre d’analyse et d’information sur les mouvements xénophobes en Russie) et Assistance Civique (soutien aux réfugiés et migrants à Moscou) ont tenu une conférence de presse consacrée au lancement d’un projet commun d’aide aux victimes de violences xénophobes. Ce projet, soutenu par le fond allemand « Mémoire, responsabilité, futur »  comportera une dimension analytique et une dimension pratique (hotline, aide matérielle et juridique). Souvent, en effet, les affaires d’attaques racistes contre les migrants sont difficiles à porter en justice, car les migrants ne peuvent non seulement payer un avocat mais même rester en Russie, faute de travail, de logement et de statut légal.

La conférence de presse a été l’occasion également pour les deux organisations de présenter leur analyses sur l’évolution des mouvements xénophobes et les attaques auxquelles doivent faire face les migrants.

Vera Alperovitch, experte du centre Sova, s’est appuyée sur le dernier rapport de l’organisation intitulé « Eté 2011; nouvelle série de néo-nazis en prison et rêves d’un nouveau Manège » (disponible en russe sur le site de Sova). On observe, depuis 2008, une baisse du nombre d’attaques racistes, qui peut s’expliquer de deux façons. Tout d’abord parce que les néo-nazis s’intéressent moins à la lutte dans la rue et plus à la lutte avec le pouvoir, à la « défense des droits de l’homme » entendue comme une défense de leurs camarades. Derrière ce changement d’attitude, il y a l’idée qu’il ne sert à rien d’attaquer des étrangers dans la rue, car le pouvoir en fera venir de nouveaux, et c’est donc directement au pouvoir qu’il faut s’attaquer. Deuxième raison, l’augmentation du nombre de procès : là où les condamnations augmentent, les attaquent semblent baisser.

Ainsi, en 2011, Sova a recensé 106 attaques xénophobes, dont 16 ont eux une issue mortelle. Même en prenant en compte le fait que ce chiffre est sans doute sous-estimé1, on peut noter que 106 attaques xénophobes avaient été recensées en 2009 pour l’été seulement. Quant aux nombres de condamnations pour violences prenant en compte le motif de haine raciales, elle n’était que de 17 en 2005 (56 personnes) mais de 40 à la mi septembre 2011 (concernant 158 personnes).

Reste cependant le problème que les attaques moins violentes, celles qui n’aboutissent pas à l’hôpital ou à la morgue, sont sous-estimées car rarement déclarées par les victimes. Les victimes n’ont pas confiance en la police, et celle-ci n’enregistre pas toujours les plaintes – quand elle n’est pas, elle-même, responsable des violences. Ainsi dans l’affaire Saakian, violemment battu par des néo-nazis en décembre 2009 dans un train de banlieue, un major de police qui se trouvait dans le wagon aurait, aux dires de la victime, démonstrativement quitté celui-ci pour ne pas se mêler de l’affaire ; si deux coupables ont été condamnés à de la prison l’affaire n’a pas été qualifiée comme attaque raciste. Les policiers eux-mêmes peuvent être d’extrême-droite, comme Ilia Galkin, accusé pour une série d’explosions et de meurtres de SDFs à Sotchi et qui a été finalement reconnu irresponsable ; ou encore A. Smirnov, dont le blog à Pikalovo a été reconnu comme extrémiste. Ainsi, une partie des crimes ne sont pas pris en compte par les statistiques et personne n’est poursuivi.

Le rapport de Sova porte aussi sur la collaboration croissante de l’extrême-droite « hors-système » avec les partis « de système », comme le LDPR de Vladimir Zhirinovski. Si la situation s’est un peu améliorée avec la disparition des gros groupes néo-nazis, qui en tant que structure organisée n’existent presque plus, on observe des stratégies croissantes d’entrisme de ces courants dans les partis qui ont des élus et jouent le jeu du système.

Un autre volet du rapport de Sova est consacré aux changements dans la législation et dans la jurisprudence, en particulier une décision du Plénum de la Cour Suprême de juin 2011 explicitant la notion d’extrémisme, ainsi que sur plusieurs projets de loi en cours. Sova note avec satisfaction certains changements : nombre croissant d’emplois interdits aux personnes condamnées pour extrémisme, introduction de sanction comme les travaux d’intérêts généraux (ispravnitelnye raboty). A noter cependant que ces changements arrivent bien tard ….

Svetlana Gannushkina, présidente d’Assistance Civique et membre du Conseil des droits de l’Homme auprès du président de Russie, a présenté trois affaires récentes dont s’occupe le comité. Dans ces trois affaires, les migrants victimes d’attaques xénophobes se sont retrouvés en position d’accusés, une fois que la police s’est mêlée de l’affaire (voir sur le même sujet à Saint-Petersbourg un billet sur notre site). La dimension xénophobe peut ne pas être présente dans les actions de la police, des enquêteurs ou des juges, mais le résultat est le même : le système judiciaire transforme une accusation absurde contre les migrants en une condamnation à de la prison ferme. D’un protocole ridicule fait par la police, l’enquêteur (sledovatel) fait un acte d’accusation – et dès lors, impossible d’arrêter l’affaire. Lors du procès, le procureur soutient cette accusation, de nouveaux détails apparaissent, rendant l’histoire plus acceptable d’un point de vue juridique, et le juge condamne sur la base de cette accusation. Svetlana Gannushkina rappelle les paroles de Medvedev, qui expliquait pourquoi les tribunaux russes rendaient très peu de décisions d’acquittement. C’est, selon lui, parce que les juges sont liés aux enquêteurs et à l’instruction professionnellement (rien à dire là dessus), psychologiquement (voilà qui est déjà inquiétant) et « corporativement » (et c’est là qu’on voit l’existence d’un système…).

L’affaire des frères Iunusov, originaires d’Ouzbekistan, dure depuis 2008 (voir également l’article de Novaya Gazeta sur leur affaire). Le 3 octobre 2008, dans la région de Moscou les deux frères, Rustam et Ibragim, raccompagnent un de leurs collègue de travail, Pavel Iastremski, citoyen biélorusse, à la gare de banlieue. Là, ils sont attaqués par une bande de 8-10 jeunes qui les insultent. Lorsque la police apparaît, c’est pour les emmener dans un commissariat où le passage à tabac continue toute la nuit. Pavel Iastremski est déshabillé – pour vérifier qu’à force de fréquenter des Ouzbeks, il ne s’est pas converti à l’islam. Il est finalement libéré – alors même que, citoyen étranger sans enregistrement en Russie, c’est le seul que la police aurait eu légalement le droit de retenir (l’un des deux frères est citoyen russe, l’autre a une autorisation de résidence). Rustam a l’omoplate et quelques côtés cassée, Ibragim – le nez cassé ainsi que plusieurs côtes. Lorsqu’il sort après six mois de détention, se plaignant de très forts maux de tête, avec le sentiment d’être non seulement brisé, mais proprement détruit, on lui découvre une tumeur au cerveau … si elle avait été traitée plus tard, elle aurait eu une issue fatale.

Si les deux frères ont passé plus de six mois en SIZO (centre de détention préventive), c’est qu’après les avoir attaqué, un des attaquants, S. Shcherbakov, dépose une plainte selon laquelle les frères lui auraient volé son téléphone une semaine avant2. L’attaque xénophobe se transforme donc en tentative de récupérer un bien volé… . Pas de chance, cependant, le détail des conversations passés dans la semaine montre bien que Shcherbakov a passé des coups de fil depuis son téléphone. Apparaît alors, dans les documents portés devant le tribunal, la version selon laquelle les frères Iunusov, après avoir volé le téléphone, auraient jeté la carte SIM dans les buissons…. Scherbakov aurait retrouvé la carte SIM, aurait reconnu que c’était la sienne (sa chère carte SIM!) et passé des coups de fil depuis un autre portable.

En avril 2011, Ibragim a été condamné à un an avec sursis pour vol de téléphone, Rustam à six mois, ce qui couvrait le temps passé en SIZO. On retrouverait là une pratique relativement fréquente dans les tribunaux russes, qui condamnent à des peines minimums pour « couvrir » le temps passé en détention préventive, quand bien même l’innocence des accusés saute aux yeux. Quant à l’instruction criminelle pour torture contre les deux frères, elle n’a été ouverte que sur insistance de l’avocat, contre des «personnes non identifiées », et pour la troisième fois, Assistance Civique conteste, devant les tribunaux, la clôture de l’enquête.

Les citoyens d’Ouzbekistan A. Aïtov et B. Dushamov ont été attaqués le 22 novembre 2009 dans la ville de Naro-Fominsk (région de Moscou), à la sortie d’un magasin. Rentrant chez eux après l’attaque, une voiture de police s’arrête, leur demande de monter dans la voiture, contrôle leurs documents, puis, après un moment, leur demande de sortir de la voiture. A ce moment là, ils se font tirer dessus. Dushamov est blessé aux côtés, Aitov recoit une balle dans la cheville et dans la mâchoire. Sans doute était-il dans l’idée des policiers de mettre en scène une tentative de fuite.

Dans cette affaire également, les deux travailleurs migrants se retrouvent en position d’accusés : un des attaquants, Chernyshov, les accuse de lui avoir volé 500 roubles. Jugés selon l’article 162-2 du code pénal (razboï, vol avec agression commis en groupe), ils ont été condamnés en octobre 2010 à 6 ans et demi de prison. Le verdict a été maintenu en appel et en cassation ; en juin 2011, une plainte a été déposée devant la Cour Européenne des droits de l’Homme.

Après le procès Svetlana Gannushkina, avait interpellé la procureure qui était sincèrement étonnée qu’on puisse lui en vouloir : elle aurait pu exiger 15 ans, et à partir du moment où l’enquête a été menée jusqu’au bout, elle ne peut pas imaginer de renoncer à l’accusation.

L’affaire Iusupov est actuellement devant la justice. Le 16 janvier 2011, dans le métro, Anvar Iusupov, citoyen du Tadjikistan, et deux de ses collègues avec lesquels il travaille sur un chantier, est attaqué par une bande de jeunes (sans doute des supporters du club TsSKA). Anvar Iusupov se saisit alors d’une bouteille de bière vide, casse le goulot, l’appuie dans le dos d’un des attaquants et tient ainsi le groupe en respect jusqu’à la station suivante. Ils vont voir la police pour se plaindre des faits.

Le lendemain, une instruction criminelle est ouverte contre Iusupov, d’abord pour « hooliganisme » puis pour « menace de mort ou d’atteintes graves à la santé » – cette affaire est en cours. En revanche, aucune affaire n’a été ouverte contre les nationalistes ayant attaqué les trois travailleurs migrants.

Pour Svetlana Gannushkina, ces événements sont révélateurs du climat à Moscou : elle revient juste de l’Altaï où des gens lui ont dit ne plus vouloir venir à Moscou car on contrôle leurs passeports et on leur demande des visas. La situation est aggravée par les actions des politiques. Après la mort de Sviridov (supporter dont la mort a entraîné les événements sur la place du Manège), V. Poutine s’est rendu à son enterrement. Il n’y aurait rien à redire à cela s’il allait aussi à l’enterrement d’un des nombreux travailleurs migrants qui a trouvé la mort en Russie.

Vera Alperovitch souligne également le danger lié aux futures élections, et le risque que le pouvoir joue avec les slogans xénophobes. Jusqu’à maintenant, si 50% des personnes interrogées dans les sondages approuvent des slogans xénophobes, ils ne vont pas forcément voter ou sortir dans la rue pour soutenir ces idées : en revanche, si le discours xénophobe se diffuse dans les médias et s’il est utilisé par le pouvoir, certains verrous risquent de sauter et la situation va s’aggraver.

  1. Sova complète ses statistiques au fur et à mesure des informations reçues, et ces informations supplémentaires vont jusqu’à multiplier par deux les chiffres des crimes pour une période donnée []
  2. Ibragim affirme que lorsqu’on lui a rendu sa veste, après une nuit de torture, il y avait dedans un téléphone qui ne lui appartenait pas []

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *