Have Prosecutions Against Neo-Nazi Groups Become More Effective in Russia ? (in French)

Depuis quelques mois, les décisions de justice visant les groupes néo-nazis se multiplient en Russie, laissant penser que les autorités ont enfin commencé à lutter contre l’extrême droite radicale russe. A Saint-Pétersbourg, en juin 2011 s’est terminé un procès retentissant  qui aura duré plus de deux ans contre la bande dite “de Voevodin et Borovikov”, 14 accusés devant répondre, entre autres, d’assassinats et d’incitation à la haine raciale1. En mai 2011 à Moscou, le nationaliste radical N. Tikhonov a été condamné à la perpétuité, et sa compagne E. Khasis à 18 ans de prison pour le meurtre de l’avocat Stanislav Markelov et de la journaliste Anastasia Baburova en janvier 20092. Ces procès ont été précédés par des décisions symboliques, comme l’interdiction en avril 2011 du DPNI, le Mouvement contre une Immigration Illégale, dont la responsabilité dans les manifestations racistes de la place du Manège de décembre 2010 avait été soulignée par de nombreux observateurs.

Alors que la loi anti-extrémiste, supposée lutter contre l’extrême-droite radicale est critiquée pour son usage inappropriée contre des mouvements d’opposition, des groupes religieux ou des médias3, et que les crimes racistes commis par des néo nazis étaient à l’inverse le plus souvent qualifiés de simple “hooliganisme”, le renforcement des articles du Code Pénal sur les crimes de haine raciale a été un instrument important pour l’accusation qui explique aussi la lourdeur des peines. Ces inflexions marquent sans aucun doute la volonté politique de montrer que les autorités font preuve de sévérité avec l’extrême-droite radicale – une évolution qui n’est pas forcément liée avec une indépendance croissante de la justice.

D’autre part, de nombreuses zones d’ombre demeurent. Lors du procès de Voevodin, des groupes d’extrême droite étaient présents en permanence pour exprimer leur soutien jusque dans la salle d’audience. Pour le centre Anti-Discrimination “Memorial” de Saint-Pétersbourg, les verdicts récents ne doivent pas faire oublier que, même dans ces affaires, toute la lumière n’a pas été faite. Dans un communiqué paru le 14 juin 2011 et intitulé “En mémoire de nos collègues” (en russe et en anglais)  ADC Memorial pointe les contradictions de la justice et souligne, en amont, la responsabilité fondamentale de la procurature et des enquêteurs de la police dans la réticence et la lenteur à engager des poursuites. C’est ce communiqué que nous traduisons ci-dessous, en y apportant en notes les précisions qui nous semblent nécessaires :

« En mémoire de nos collègues. Déclaration du Centre Anti-Discrimination “Memorial”

Le 14 juin 2011, le Tribunal de la ville de Saint-Pétersbourg a rendu son verdict dans le procès des meurtriers de Nicolas Girienko, universitaire, expert et défenseur des droits des minorités4. Voevodin, le chef de la bande et l’instigateur de ce meurtre, et l’exécutant, Prokhorenko, ont été condamnés à la prison à vie ; leurs comparses, les frères Kostarchenkovy à 8 et 18 ans de régime sévère.

Cependant, ce verdict a été attendu bien trop longtemps par la famille et les amis de la victime : cela fait déjà sept ans que Nicolas Girienko a été assassiné ?

Les avocats, les amis et les compagnons de lutte de Girienko, ses collègues défenseurs des droits de l’Homme sont satisfaits du verdict des jurés et de la condamnation. Ce sont bien les meurtriers qui étaient sur le banc des accusés, et leur culpabilité n’a pas suscité le moindre doute parmi les jurés. Ceux-ci ont unanimement déclaré que le meurtre avait été planifié à l’avance et qu’il était lié à l’activité d’expertise judiciaire de Girienko dans des affaires d’incitation à la haine raciale visant notamment des groupes néo-fascistes.

La sévérité des peines correspond à la gravité des faits : les coupables étaient depuis plusieurs années membres d’une bande nationaliste organisée, dont le but était la terreur et la violence. Leur bande a assassiné des étrangers, des membres de minorités ethniques et des personnes qui se sont opposées à leurs théories et leurs pratiques inhumaines.

Huit personnes ont été jugées en même temps que les meurtriers de Girienko, toutes accusés des crimes commis par la bande de Voevodin. L’attaque d’un Africain, le meurtre d’un ressortissant de Corée du Nord, “l’exécution” de deux jeunes gens proches du groupe et soupçonnés de trahison, les agressions armées accompagnées de vols – ne sont qu’une partie des méfaits des membres de cette bande. Ces méfaits se sont poursuivis plusieurs années durant, à Saint-Pétersbourg, et ce au début du XXIème siècle. Les meurtriers ne se cachaient pas, ils agissaient ouvertement et sans crainte, utilisaient les téléphones portables de leurs victimes, continuaient à assassiner… alors même que la liste des membres de la bande avait été transmise aux policiers chargés de l’enquête par les familles des deux jeunes gens “exécutés”.

Faut-il considérer l’issue de ce procès contre une bande de meurtriers nazis comme le triomphe de la justice ? Les défenseurs des droits de l’Homme peuvent-ils considérer que le sujet est clos ? Malheureusement, même la condamnation des meurtriers de Girienko n’apporte pas une totale satisfaction, et ne permet pas de mettre un point final à une longue et douloureuse procédure . L’accusation, qui a remporté une victoire dans ce cas, a connu un échec total dans un autre, tout aussi important : elle n’a pas réussi à prouver la culpabilité du meurtrier présumé de l’étudiant originaire du Sénégal, animateur de l’association péterbourgeoise “Union Africaine”, Samba Lampsar. Samba luttait contre le racisme, et il est mort victime du racisme, tué d’un coup de feu en avril 20065. Pendant cinq ans, les proches et les collègues de Samba ont attendu la condamnation des meurtriers – en vain. Maliugin, qui était accusé de ce crime, a été acquitté et la procurature n’a pas réussi non plus à prouver sa culpabilité dans l’affaire du meurtre d’un Ouzbek, Suyunov ; la participation même de Maliugin à l’activité de la bande n’a pas été reconnue par les jurés. Le procès est terminé, mais les morts de Samba Lampsar et de Suynov restent des crimes non élucidés, le tribunal a renvoyé ces deux affaires pour une nouvelle enquête.

Au delà de la douleur de la perte, des questions demeurent : pourquoi n’a t-il pas été possible d’élucider ces affaires, de prouver, de convaincre? Pourquoi de dangereux criminels ont-ils pu agir librement pendant si longtemps ? Pourquoi seuls certains d’entre eux répondent-ils finalement de leurs actes ?

Les collègues et amis des défenseurs des droits de l’Homme tués éprouvent des sentiments mitigés, à Saint-Pétersbourg comme à Moscou. Alors qu’en juin 2011 on annonçait le verdict des jurés dans le meurtre de Girienko, en mai 2011 ont été condamnés à Moscou les meurtriers de Stanislas Markelov et d’Anastasia Baburova, morts sous les balles des néo-nazis en janvier 2009. Les représentants des victimes sont satisfaits du verdict : Tikhonov, qui a tiré sur eux, a été condamné à la perpétuité, et sa complice Evgenia Khasis à 18 ans. Mais dans cette affaire aussi, il reste de la douleur et des questions.

Il y a un an et demi déjà, les parents de Nastia Baburova affirmaient que la culpabilité de Tikhonov et Khasis était évidente, mais ne se satisfaisaient pas de l’arrestation de ces seuls exécutants : ils étaient persuadés que d’autres responsables de la mort de leur fille avaient réussi à échapper aux poursuites. Juste après la fin du procès des meurtriers de S. Markelov et A. Baburova, un avis de recherche a d’ailleurs été lancé contre un de leurs “collègues” nationaliste, Korshunov, pour le meurtre de Ivan Khutorskoï6. L’antifasciste I. Khutorskoï soupçonnait Korshunov et Tikhonov d’être liés au meurtre de S. Markelov et avait transmis cette information aux enquêteurs. Les crimes s’enchaînent, et la réaction des forces de l’ordre est toujours tardive, indécise, incomplète.

Stanislav Markelov essayait de faire condamner les meurtriers de l’antifasciste Alexandre Riukhin7 – et il estimait que Tikhonov était l’un d’entre eux. Tikhonov a échappé aux poursuites et n’a été condamné que beaucoup plus tard… pour le meurtre de Markelov justement. Nastia Baburova et Ivan Khutorskoï, qui ont essayé de défendre Markelov et de faire arrêter ses meurtriers, ont été tués eux aussi. Et une partie des assassins n’a toujours pas été ni arrêtée, ni encore moins condamnée.

Nous sommes supposés nous réjouir de la légitime condamnation de certains, au moins, des meurtriers de nos collègues et de nos compagnons de lutte – mais il est difficile de le faire dans de telles circonstances.

De même il est difficile de se réjouir d’une autre victoire incontestable : l’acquittement d’Oleg Orlov, accusé d’avoir calomnié le président Tchétchène Ramzan Kadyrov en le déclarant responsable de la mort de la défenseure des droits de l’Homme Natalia Estemirova8 . Bien sûr, l’acquittement d’Orlov est une victoire de la justice, mais est-ce que sa place était vraiment sur le banc des accusés? Ce sont les responsables de la mort de nos collègues qui doivent être jugés – et non ceux qui ont tenté d’obtenir justice pour leur mort. L’acquittement d’Orlov, la condamnation des meurtriers de Nicolas Girienko, Stanislav Markelov, Nastia Baburova – tout cela, incontestablement, est une victoire. Mais le prix à payer pour une telle justice est profondément injuste!  »

  1. Le procès de la “bande de Voevodin et Borovikov” s’est ouvert en février 2009 à Saint-Petersbourg devant un jury populaire. Les 14 accusés étaient poursuivis pour une série d’attaques et de meurtres racistes commis depuis 2003, pour le meurtre de l’anthropologue et expert  Nikolaï Guirienko en 2004, ainsi que pour avoir exécuté deux jeunes dont ils craignaient la trahison. L’un des leaders, Borovikov,  avait été tué lors d’une première arrestation en mai 2006. Pour plus d’informations sur ces condamnations voir par exemple ces articles en français, en anglais et en russe ; voir aussi un article de fontanka.ru de 2009 en russe rappelant précisément les accusations []
  2. Stanislas Markelov, activiste de gauche, avocat, publiciste et défenseur des droits de l’Homme, a été tué en janvier 2009 alors qu’il sortait d’une conférence de presse où il critiquait la libération anticipée du colonel Boudanov condamné pour des crimes commis en Tchétchénie. Anastasia Baburova, activiste et journaliste qui se trouvait à ses côtés à ce moment là, a été tuée alors qu’elle tentait d’intercepter le meurtrier. Tikhonov et Khasis ont été arrêtés et inculpés en novembre2009. Ils ont également été condamnés par un jury populaire ; on peut voir la lecture de la condamnation sur le site du tribunal de Moscou []
  3. A tel point que le centre Sova (centre de veille et d’analyse sur l’extrême droite en Russie) consacre une rubrique entière aux “usages inappropriés de l’anti-extrêmisme” []
  4. L’universitaire Nicolas Girienko participait souvent comme expert à des procès contre des néo-nationalistes. Il a été tué en juin 2004 chez lui – le meurtrier ayant tiré à travers la porte de son appartement. Sur ce meurtre et les difficultés de l’enquête et voir le rapport de l’Observatoire des Défenseurs des droits de l’Homme de février 2006 “Fédération de Russie : agressions contre les défenseurs des droits de l’Homme, la coupable négligence de l’Etat russe” []
  5. En avril 2006, Samba Lampsar est tué dans la rue ; près du lieu du meurtre, on retrouve un fusil marqué d’une svastika et de l’inscription “mort aux nègres”. Le principal accusé, Alexandre Maliugin, est un ancien militaire et tireur d’élite – c’est un des deux membres de la bande qui a été relâché. []
  6. En novembre 2009, Ivan Khutorskoï, antifasciste radical, a été assassiné devant chez lui ; son nom et son adresse circulaient depuis longtemps sur les sites d’extrême droite (http://antifasrusses.samizdat.net/?p=311) []
  7. Alexandre Riukhin a été tué en avril 2006 alors qu’il se rendait à un concert. Trois de ses agresseurs ont été arrêtés et inculpés de hooliganisme – le meurtre étant imputé à des personnes qui n’ont pas été arrêtées []
  8. Le 15 juillet 2009, Natalia Estemirova, collaboratrice du centre des droits de l’homme Mémorial à Grozny, est enlevée et retrouvée morte quelques heures plus tard. Oleg Orlov, président du Centre des droits de l’homme “Mémorial”, pointe la responsabilité du leader tchétchène Ramzan Kadyrov. Celui-ci l’attaque en diffamation et en octobre 2009, un Tribunal de Moscou condamne Mémorial et Orlov à une amende (Voir le rapport d observation du premier procès par la FIDH). En juillet 2010, Kadyrov attaque à nouveau au pénal Orlov qui risque jusqu’à trois ans de prison : Orlov est finalement acquitté en juin 2011, le tribunal estimant que les allégations d’Oleg Orlov étaient “hypothétiques” et ne tenaient pas de la diffamation []

One thought on “Have Prosecutions Against Neo-Nazi Groups Become More Effective in Russia ? (in French)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *