In Memoriam – Galina Kozhevnikova dies

Galina Kozhevnikova était la directrice adjointe du centre SOVA, un centre d’analyse et d’information sur le racisme et la xénophobie en Russie, sur lequel notre projet s’appuie beaucoup (cf le flux RSS).

Elle avait participé à des tables rondes sur le nationalisme organisées au centre de recherche franco-russe de Moscou. voir sa publication : Этнонационалистическая риторика в предвыборной агитации (на примере кампаний 2003-2004 гг.), sorti dans le volume Russkii natsionalizm v politicheskom prostranstve (issledovaniia po natsionalizmu), Moscou, INION, 2007.

Jeudi 10 mars 2011, le centre Sova a rendu public son dernier rapport, une analyse du contexte politique des mouvances nationalistes dans le sillage de la manifestation de la place du manège du 11 décembre 2010 (en russe).

Galina Kozhevnikova avait été à de nombreuses reprises menacée par des militants d’extrême droite. Elle est morte de maladie le 5 mars 2011, à l’âge de 36 ans. Nous nous associons aux nombreux hommages qui ont été rendus ces derniers jours et publions ci-dessous l’hommage du  centre Anti-discrimination Mémorial de Saint Petersbourg.

« Le 5 mars Galia Kozhevnikova est morte : antifasciste, chercheuse et défenseure des droits de l’Homme, une des fondatrices du centre d’information et d’analyse SOVA, elle a travaillé dans cette remarquable organisation jusqu’à son dernier jour. L’apport de Galina à l’étude des problèmes du nationalisme, du racisme, du néonazisme et des crimes racistes en Russie est inestimable. Jusqu’au dernier jour de sa vie brève et héroïque, elle a analysé, étudié et s’est opposée à toutes les formes de fascisme contemporain.

On ne pouvait ni lui faire peur, ni l’arrêter. Elle pensait sans relâche à ce à quoi, souvent, on n’a pas envie de penser. Elle parlait de ce qu’il est de plus en plus dangereux d’évoquer. Elle s’opposait aux gens les plus dangereux et cruels de notre pays, sans cacher ni son nom, ni son visage.

Malgré les menaces et les imprécations des néo-fascistes de toutes sortes, Galina évaluait sévèrement l’évolution de la société, commentait tous les événements significatifs, essayait de prévoir l’évolution de la situation. Grâce à elle et à ses collègues, l’intolérance, les crimes racistes et la montée du nationalisme ont  commencé à être évoqués par les médias,  et à être reconnus en Russie et à l’étranger comme un des problèmes les plus graves de notre société.

Ses publications ont été un des fondements de l’analyse critique tant des problèmes sociaux liés au racisme que des tendances nationalistes dans la politique gouvernementale. Jusqu’au bout, cette maladie qui touche la société l’a inquiétée plus, que sa propre douloureuse et terrible maladie. C’était une personne d’un immense courage.»

Source : http://memorial.spb.ru/www/919.html?lang=ru


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.