Violence against migrants – Information from ADC Memorial, St Petersburg (in French)

En décembre 2010, Firdavs, un jeune migrant tadjik travaillant à Saint-Pétersbourg, appelle ses frères à l’aide alors qu’il est attaqué par une bande de skinheads : ce sont finalement ses trois frères, Fariddun, Firuz et Furkat,  qui se retrouvent sur le banc des accusés.  Comme celui d’Umid, originaire d’Ouzbékistan, en mai 2010 (cf infra),  ce cas permet de souligner les différentes dimensions de la violence subie par les migrants en Russie : attaques xénophobes, non-protection de la police, violence des policiers eux-mêmes, poursuites administratives ou criminelles injustifiées, et enfin difficulté d’accès aux soins. Elle permet également d’identifier les solidarités et les moyens mis en œuvre par les migrants pour tenter de se protéger contre ces violences (SMS d’alerte préprogrammé dans leur téléphone portable, paiement réguliers à la police pour éviter les arrestations).

Cette note est basée sur des informations fournies par le Centre Anti-discrimination “Mémorial” de Saint-Pétersbourg, qui a enquêté sur ces cas et défend les victimes ; une partie de ces informations a été publiée sur le site de l’organisation, http://memorial.spb.ru.1). Par souci d’anonymat, les personnes concernées sont désignées uniquement par leur prénom.

Le 11  décembre 2010, les violences nationalistes et xénophobes provoquées par la mort d’un supporter du Spartak  à Moscou (voir notre analyse sur ces événements), ont touché plusieurs villes de Russie, dont Saint-Pétersbourg. Des centaines de personnes ont manifesté dans les rues en criant des slogans nationalistes, et des attaques à caractère racistes ont été observées  (voir le reportage et la vidéo  sur le site fontanka.ru).

Selon les informations de ADC Mémorial, le même jour, un peu avant ces manifestations, Firdavs, un jeune travailleur migrant tadjik, traversait le Jardin de Tauride pour se rendre au travail quand il est tombé sur quatre jeunes gens identifiables à leur apparence comme  skinheads néo-nazi. La jeune femme lui a craché son chewing-gum dessus, alors que les trois jeunes hommes ont commencé à l’insulter et à le bousculer. Ils étaient armés d’un poing américain et d’un couteau. Firdavs a eu le temps d’envoyer un SMS à ses frères, Furkat et Firuz, qui sont immédiatement accourus, et trouvant leur frère à terre, en sang, et se sont lancés contre les attaquants.Ils ont réussi à leur arracher leur couteau, et un des skinheads a été blessé lors de l’affrontement.

Les deux frères ont emmené Firdavs à la polyclinique la plus proche ; le médecin de garde a noté  sept blessures graves, à l’œil, à la poitrine, à l’épaule, au front, au niveau des reins, ainsi qu’une commotion cérébrale, et estimant que sa  vie était menacée, a appelé une ambulance. L’ambulance a emmené Firdavs aux urgences d’un hôpital …. où il a retrouvé ses attaquants, qui s’y faisaient eux aussi soigner.

Les policiers et l’enquêteur mis sur l’affaire ont commencé par emmener Furkat et Firuz au commissariat. Furkat, qui avait blessé un des skinheads, a été mis en accusation pour « coups et blessures portant sérieusement atteinte à la santé », et détenu pendant cinq jours ; il a été ensuite libéré, mais ses documents d’identité ont été conservés quelques jours de plus.

Le troisième frère de Firdavs, Fariddun, n’était pas présent le jour de l’incident car il travaillait. Lorsqu’il s’est rendu à l’hôpital, les skinheads qui s’y trouvaient encore l’ont désigné comme un de leurs agresseurs. Fariddun a été appréhendé à l’hôpital même, et emmené, menottes au poing, au commissariat. Là, les policiers se sont mis à le frapper, en présence des skinheads  qui avaient attaqué son frère Firdavs2. Les policiers voulaient qu’il avoue avoir participé à l’affrontement, et ne l’ont relâché que le lendemain matin.

Fin janvier 2011, aucune enquête criminelle n’avait été ouverte contre les skinheads qui avaient attaqué Firdavs. En revanche, Firuz et Farridun sont sous le coup d’une poursuite administrative : on les accuse d’avoir juré grossièrement en public, le 11 décembre 2010, dans le centre ville de Saint-Pétersbourg… 

Firdavs n’a passé que trois jours à l’hôpital : alors même que son état aurait nécessité des soins particuliers (problèmes de vision, prise en charge psychologique),  l’hôpital ne l’a pas gardé faute d’assurance médicale. Cette difficulté d’accès au soin se retrouve dans l’affaire d’Umid, travailleur migrant originaire d’Ouzbékistan, une affaire qui met en lumière les cas de violences xénophobes commises par la police  elle-même. 

En mai 2010, cela faisait déjà un an que Umid et son frère Shukhrat, travaillaient à Saint-Pétersbourg, et vivaient sur leur lieu de travail, un chantier de réparations mécaniques. Le responsable du chantier payait régulièrement les policiers du poste de police N°68 pour se prémunir contre les contrôles, et les deux frères avaient,  qui plus est,  une autorisation de travail en bonne et due forme. Du moins le pensaient-ils : ils étaient passés par une agence privée3, et pensaient travailler légalement ; ils avaient d’ailleurs été contrôlés à plusieurs reprises par la police, sans que cela ne pose de problèmes. 

Le 19 mai, le policier de quartier se rend compte que l’autorisation de travail est fausse. Umid est emmené au poste de police n°68. Il raconte : “ avec moi, au poste, il y avait un Ouzbek, il s’appelait Bekzod, nous avons commencé à parler, je lui ai demandé comme ca allait, d’où il venait. Nous parlions en ouzbek. Autour, il y avait beaucoup de policiers, et parmi eux, un jeune lieutenant – je le sais car je connais bien les grades [Umid  a lui même servi dans les forces du ministère de l’Intérieur ouzbek]. Il s’est mis à me crier dessus : “Pourquoi tu causes ouzbek?”. Je lui ai répondu : “je suis Ouzbek, il est Ouzbek, on parle ouzbek. Toi tu es Russe, je te parle russe, mais lui il est Ouzbek”.

Il était alors neuf heures du soir ; les autres policiers ont regagné leurs cabinets, et Umid est convoqué par ce lieutenant pour un interrogatoire : “je rentre, je ferme la porte, je me retourne – et il commence à me frapper. Il me crachait dessus, me frappait et disait  “tu ne parleras plus ouzbek, tu vas devenir fou”. Il s’est jeté sur moi, et a commencé à me frapper des deux poings sur la tête. … il était comme une bête sauvage… Il frappait, et il crachait, et quand je suis tombé il a commencé à me frapper à coups de poings et à coups de pieds.   Vous savez, je ne peux pas raconter, s’il y avait eu des enregistrements vous auriez tout vu… J’étais là comme un sac, un sac vivant, je ne faisais rien, je ne résistais pas. Il me frappait soit à coup de poings, soit à coup de pieds, il me relève, et il me frappe. Ca a duré deux heures environ. Il se reposait, fumait, crachait, et frappait à nouveau. “Tu es Ouzbek, je te déteste”, il disait. Vous savez, ce qui m’a le plus déplu, c’est qu’il me crache dessus, il crachait tout le temps, et même ensuite, quand j étais en cellule, il s’approchait pour cracher”.

Umid a passé une nuit au poste de police sans recevoir d’assistance médicale.  Le 20 mai, il a été emmené au département du service des migrations (FMS), où on lui a infligé une amende de 3000 roubles (75 euros) pour infraction à la législation sur les migrations. Quand son frère Shukhrat l’a ramené chez eux, Umid pouvait à peine marcher et crachait du sang.

Le 21 mai, les collègues de travail d’Umid l’ont emmené à l’infirmerie, d’où il a été envoyé en ambulance à l’hôpital. Son frère, Shukhrat, raconte : “A l’hôpital ils lui ont fait des analyses, une radiographie, et ils ont dit que les soins couteraient 2500 roubles. J’avais avec moi l’argent pour l’amende, j’aurais pu payer. Mais on a demandé à Umid ce qui s’était passé, et nous avons raconté honnêtement, qu’il  avait été frappé dans tel et tel poste de police, et les médecins ont noté ca dans son dossier. Ensuite, quand il a passé la radio, il est ressorti,  et là les médecins ont dit qu’il était en bonne santé, qu’il n’avait rien et que tout allait bien. Et ils nous ont renvoyé chez nous. Et lui il était plein de bleus, il marchait à peine. Les médecins ont dit pas de problème, que ca passerait. Et nous, nous avons compris que nous n’intéressions personne. Mais que faire ? J’ai commencé à le soigner au  paracétamol“….

  1. Voir en particulier la présentation de l’histoire des quatre frères tadjiks dans l’appel à une manifestation antifasciste  en russe et en anglais  ; le cas d’Umid est relaté dans le texte de Andreï Iakimov, Умид значит надежда  (Umid signifie espoir []
  2. Cette situation pointe vers une collusion entre la police et les groupes d’extrême-droite que ADC Memorial souligne également à propos d’événements à Kronstadt  en mai 2010.  En mai  2010, un café tenu par des Azerbaidjanais a été attaqué, puis une bagarre s’est déclenché entre deux jeunes Azerbaidjanais et un groupe de 10 personnes de l’organisation ultra-nationaliste Rus’ , armées de bâtons et de barre de fer. Les deux Azerbaidjanais ont été arrêtés et sont poursuivis, mais pas ceux qui les ont blessés, ont saccagé le café, puis les kiosques alentours appartenant à d’autres Azerbaidjanais. Selon ADC Memorial, des rencontres à huis-clos ont eu lieu entre les forces de l’ordre et  ces membres de l organisation Rus’ :  la police aurait exprimé sa volonté de collaborer avec eux et leur aurait proposé de créer des milices populaires pour aider la police à maintenir l’ordre. []
  3. Un grand nombre d’agences proposent leur service aux migrants pour obtenir, auprès du Service russe des migrations (FMS),  les autorisations de travail et autres documents nécessaires pour travailler légalement en Russie. L’expérience d’ADC Mémorial montre qu’il n’est pas rare que  ces entreprises fassent des faux papiers, ou empochent l’argent de leur client sans rien leur offrir en échange. []

One thought on “Violence against migrants – Information from ADC Memorial, St Petersburg (in French)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *