Book on Violence in the Russian Army Reviewed – Andzhei Belovranin, “Chernaia Kniga” (Reviewed in French)

Compte-rendu de lecture – Andzhei Belovranin. Chernaia Kniga [Le livre noir]. Norma : Saint-Pétersbourg, 2010. 150 p. Recensé par Françoise Daucé.

Cet ouvrage, rédigé par Andzhei Belovranin, est le résultat d’une collaboration entre l’Organisation des mères de soldats de Saint-Pétersbourg et le journal indépendant Novaia Gazeta. Il est fondé sur la présentation documentée de cas concrets de violences dans l’armée russe mais propose aussi, au-delà de ces faits précis, des éléments de réflexion plus généraux sur les logiques de violence dans les forces armées et l’Etat dans son ensemble. Dans l’introduction, l’auteur tente de réfléchir à la nature des changements observés depuis la chute de l’URSS. A l’époque soviétique, l’armée était une « institution de socialisation masculine ». Ce mythe était utile à la machine étatique qui, par l’intermédiaire de l’armée, inculquait surtout à ses citoyens le sens de la hiérarchie. Après la chute  de l’URSS, toutes les tentatives de réforme de l’armée se sont heurtées à une forte hostilité des responsables militaires. Le fossé entre la société « capitaliste » et l’armée pro-soviétique s’est élargi. La situation des officiers et des soldats s’est dégradée. D’après l’auteur de cet ouvrage, au terme d’un processus de « sélection naturelle » de vingt ans, il ne reste plus dans l’armée que des officiers corrompus (ceci étant le seul moyen de survivre). La dedovchtchina (bizutage violent des conscrits) est devenue le lot commun du quotidien militaire. Avec l’arrivée au pouvoir de V. Poutine, l’armée n’a pas été réformée en profondeur car l’idéal du modèle militaire soviétique reste implicitement en vigueur.

L’ouvrage est divisé en deux grandes parties, la première portant sur « La logique de protestation » (les crimes, l’impunité, la résistance et l’assistance) et la seconde constituée d’un « Panoptique » (la xénophobie, la psychiatrie répressive, l’Ossétie du sud, les officiers). L’ensemble est nourri de cas concrets dont a été saisie l’Organisation des mères de soldats en 2008 et 2009. Dans la première partie, les auteurs donnent des exemples de crimes commis récemment dans l’armée russe. Ils évoquent longuement l’histoire de cinq soldats d’une unité de Carélie, victimes des violences de leur sergent et de conscrits plus âgés. L’Organisation des mères de soldats a réussi à les aider et s’est ensuite intéressée à leur unité touchée par la dedovchtchina. Grâce à cette intervention, les officiers responsables ont été limogés des forces armées. Cependant, la dedovchtchina demeure dans cette unité. Les mères de soldats considèrent que la violence est liée au système lui-même et non à des personnes en particulier. Ces violences suscitent généralement une réaction de fuite chez les victimes. L’ouvrage présente ainsi plusieurs cas de jeunes soldats victimes de violence, qui, avec le soutien de leurs parents (père et/ou mère), ont déserté l’armée. Cette désertion ne s’accompagne pas nécessairement d’une volonté de faire valoir ses droits. Souvent, les familles renoncent aux poursuites judiciaires une fois que leur enfant obtient le droit de quitter l’armée. Les auteurs des crimes restent ainsi généralement impunis, ce qui contribue à la persistance des violences. Le soutien des commandants aux criminels et parfois le soutien implicite de la procurature militaire donnent aux victimes l’impression que le système est invincible, qu’il ne faut pas essayer de lutter. Les cas où les victimes décident de se battre contre la machine militaire sont rares mais peuvent cependant donner des résultats. Le livre en donne plusieurs exemples. Il présente ainsi le cas de la mère d’un jeune conscrit qui a réussi à faire ouvrir une enquête pénale ainsi que le cas d’un jeune homme, Mikhail Agapov, qui a décidé de se battre seul contre l’armée. Sa famille a du surmonter sa propre crainte pour lui venir en aide avec le soutien de l’Organisation des mères de soldats. Au terme de ces parcours de mobilisation contre l’armée, certains parents, peu nombreux, rejoignent l’association. Les mères de soldats insistent sur la nécessité de mener une action collective. Au concret, elles présentent des exemples d’initiatives collectives de soutien à des cas individuels. Une pétition de soutien à un jeune homme victime de la dedovchtchina dans une unité du ministère de l’Intérieur près de Saint-Pétersbourg en 2009 a regroupé 1300 signatures. L’attention que les médias ont porté à cette affaire a obligé les autorités militaires à fournir des réponses. Les mères de soldats considèrent que l’opinion publique a un poids et que, en dépit de la loyauté de la majorité des médias à l’égard du pouvoir, des journalistes continuent à travailler librement. Cette expérience du terrain vient nuancer les lieux communs sur la dépendance de la presse et l’anomie sociale face aux abus du pouvoir. Au concret et au niveau local, des cas de mobilisation fructueuse, même s’ils sont peu nombreux, sont notables.

Dans la deuxième partie de l’ouvrage, intitulée « Panoptique », les pathologies générales de l’armée et de l’administration russes sont examinées. Le premier chapitre est ainsi consacré au problème de la xénophobie. Les deux guerres de Tchétchénie et la troisième qui se dessine en Ingouchie ont profondément alimenté la xénophobie en Russie. Dans l’armée, cette xénophobie se traduit par la volonté de soumettre toux ceux qui ont la peau sombre. Là encore, les exemples concrets sont nombreux. Les musulmans sont victimes de discrimination, mais il s’agit là d’un prétexte religieux pour soumettre ceux qui sont différents. Malgré cette xénophobie, dans le Caucase, la situation économique et sociale est si désastreuse que de nombreux jeunes considèrent les services de sécurité et l’armée comme la seule issue pour avoir des perspectives. Il arrive même que des jeunes paient des pots de vin pour partir à l’armée s’ils ont été réformés pour raison médicale. Ils se heurtent alors au racisme des représentants de la nationalité majoritaire. Les mères de soldats regrettent qu’elles soient peu contactées dans les affaires de xénophobie. Les victimes de racisme ne s’adressent que rarement à elles. Le second chapitre est consacré à la psychiatrie répressive. L’auteur de l’ouvrage affirme qu’après la chute de l’URSS, la psychiatrie russe a été aussi peu réformée que l’armée. La psychiatrie est ainsi utilisée pour « soigner » les soldats qui causent du tort à leurs supérieurs corrompus. Les mères de soldats font état de plusieurs cas de soldats, victimes de violences dans l’armée, qui, après avoir fui leur unité, ont été internés en hôpital psychiatrique et soumis à des traitements imposés. Cette hospitalisation permet d’éviter les poursuites contre les auteurs des violences. Le troisième chapitre est consacré à l’Ossétie du sud. La guerre a montré l’impréparation de l’armée et ses problèmes de commandement, ainsi que son incapacité à échapper aux problèmes de dedovchtchina et de corruption dans les conditions d’un conflit. Les mères de soldats rappellent le cas de soldats russes ayant fui vers l’ennemi géorgien pour échapper aux violences dans l’armée. Elles ont reçu après le conflit, de nombreux témoignages d’envoi de conscrits au combat en Ossétie du sud, ce qui est contraire à la loi (jusqu’à un oukase de Medvedev du 30 septembre 2009 autorisant post factum l’envoi des conscrits hors des frontières de la Fédération). Les mères de soldats ont aussi rassemblé de nombreux témoignages de soldats n’ayant pas reçu les indemnités leur étant dues pour leur participation au conflit. Enfin, le dernier chapitre de cette partie est consacré aux officiers et à leurs difficultés. La loi russe prévoit notamment l’octroi d’un appartement aux officiers ayant servi au moins 20 ans (ou 10 ans s’ils sont contraints de quitter l’armée pour raison de santé ou diminution des effectifs). Mais ce droit n’est généralement pas appliqué en raison du manque de logements disponibles. L’Etat échappe par tous les moyens à ses obligations envers les officiers. L’Organisation des mères de soldats est ainsi intervenue pour défendre les droits d’officiers demandant l’obtention d’un appartement.

L’ouvrage se conclue par trois longs entretiens. Ella Poliakova, présidente de l’Organisation des mères de soldats de Saint-Péterbourg, raconte les débuts de son engagement en faveur des soldats, dans l’effervescence de la perestroïka. Elle explique sa volonté d’informer les gens de leurs droits. Elle souligne cependant que la défense des droits en Russie se heurte à la corruption. Les gens préfèrent payer des pots de vin plutôt que de recourir à la loi et à la justice. Cependant, l’attachement des mères de soldats au droit fonde leur reconnaissance par les autorités militaires elles-mêmes. Ella Poliakova présente les liens de coopération que son organisation a tissés avec des officiers de la région de Saint-Pétersbourg. Le deuxième entretien rapporte les propos de Vitalij Tsymbal, responsable du Laboratoire d’économie militaire de l’Institut de l’économie de la transition. Il présente les réformes engagées par le ministère de la Défense en 2009 et les limites des réductions d’effectifs qui les accompagnent. Ces réformes restent fondées sur une conscription massive, le coût des conscrits étant moins élevé que celui des soldats contractuels. V. Tsymbal souligne que les conscrits sont toujours moins efficients que des professionnels. L’armée russe reste massive (près d’un million d’hommes dont 150 00 généraux et 170 000 contractuels, le reste étant composé de conscrits) mais les réformes ne devraient pas lui permettre de gagner en efficacité. Dans le troisième entretien, Aleksandr Golts, rédacteur en chef adjoint du journal électronique « Ezednevnij zurnal », estime que les quatre réformes militaires engagées après la chute de l’URSS ont échoué car elles conservaient comme idéal le modèle de l’armée soviétique. A. Golts souligne lui aussi l’aberration des réformes en cours, destinées à renforcer la conscription aux dépens du professionnalisme, alors même que les conflits contemporains ne nécessitent plus la mobilisation massive de réservistes.

Cet ouvrage, fondé sur l’expérience quotidienne de l’Organisation des mères des soldats de Saint-Pétersbourg, apporte de très nombreux exemples concrets qui montrent que les difficultés des soldats dans l’armée, bien documentées dans les années 1990, n’ont pas disparu avec les réformes poutiniennes. Les cas empiriques rapportés ici sont utiles pour comprendre les réalités sociales de l’armée russe contemporaine. Des éléments de comparaison avec les autres institutions « totales » de la Russie se dessinent même. Plusieurs remarques soulignent la proximité des pratiques d’autorité dans l’armée et dans les prisons. De nombreux termes du lexique militaire viennent de la prison. Ainsi, dans le jargon militaire, le terme de « rouge » est venu du jargon pénitencier pour désigner ceux qui collaborent avec les chefs pour améliorer leur situation. Les entretiens, présentés en fin d’ouvrage, offrent des éléments de compréhension des réalités militaires. Ils permettent notamment d’interroger la nature des réformes engagées par le ministère de la Défense, leur économie et leurs conséquences, souvent perverses. Le livre est moins convaincant lorsqu’il tente de recourir à des typologies politiques générales pour expliquer le fonctionnement quotidien de l’armée russe. Ainsi, l’armée est ici présentée comme une « institution féodale » fonctionnant en réalité selon les règles du « despotisme oriental » et du « servage ». Ces considérations, plus militantes qu’analytiques, n’enlèvent rien à l’intérêt de cet ouvrage qui constitue un accès aux réalités de la vie des soldats dans l’armée russe actuelle.

Françoise Daucé, Université Blaise-Pascal, CHEC / CERCEC


One thought on “Book on Violence in the Russian Army Reviewed – Andzhei Belovranin, “Chernaia Kniga” (Reviewed in French)

  1. merci du compte rendu de cet ouvrage passionnant – il souligne des aspects sociaux très “genrés”, en particulier le rôle des femmes dans la sphère de la parole, de la formulation de la maltraitance, et, de manière plus étonnante, dans celle du droit : que des officiers soient défendus par des femmes, en fait des “mères”, puisque c’est le rôle qu’elles affichent, laisse rêveur (se !) – on sait bien que les armées sont des structures “totalitairoformes”, et que l’abus y est particulièrement disponible et perpétrable – cette intrusion heureuse des femmes dans la sphère des hommes est à la fois remarquable, très stimulante intellectuellement et socialement, et aussi, puisque pour ma part je ne cloisonne pas les dimensions intellectuelle et émotionnelle du savoir, émouvante – il se passe des choses analogues ailleurs : les mères de la place de mai bien sûr, mais aussi ce blog d’une “mère” de soldat en afghanistan, gisèle sanchez, à visiter : http://france-afghanistan.blogspot.com/- un vrai terrain de recherche : le discours des mères de soldats map – http://penseedudiscours.hypotheses.org/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.