All posts by Elisabeth Sieca-Kozlowski

Russian TV Program on Police Violence – “Uboinyi Otdel” (The Killing Department)

A special episode of the “Professiia Reporter” (Rus: Profession reporter) programme on 17 March on  NTV was presented by Denis Arapov and titled “Uboynyy Otdel” (Rus: The killing department, also slang for police departments that deal with murder cases). It was dedicated to two recent high-profile cases of fatal police brutality which resulted in the deaths of the 52-year-old Sergei Nazarov after he was beaten and raped at Dalniy police station in Kazan in March, and of the 15-year-old Nikita Leontiev, who was beaten to death by officers at St Petersburg’s police station No 75 in January.

https://www.youtube.com/watch?v=bFdSxg7I_a0

 

https://youtu.be/bFdSxg7I_a0

New Book – M. Crépon, Le consentement meurtrier, 2012

Marc Crépon, LE CONSENTEMENT MEURTRIER,  Ed. du Cerf, “Passages”, 2012, 284 p.

This book questions the roots of violence and explores the paths which allow to free oneself from them: revolt, kindness, critic and shame.
See an article in Le Monde: http://www.lemonde.fr/livres/article/2012/02/23/le-consentement-meurtrier-de-marc-crepon_1647160_3260.html

Journal Article on Police Corruption – I. Govorov, “Problema korruptsii v rossiiskoi politsii na rubezhe XIX-XX vv”, 2011

И. В. Говоров, “Проблема коррупции в российской полиции на рубеже XIX–XX вв.”, Новейшая история России / Modern history of Russia. 2011. No2

New Books on Violence – Women Suicide Bombers / Violence in Post-Conflict Societies / Micro-Sociology of Violence

– Julie Rajan, Women Suicide Bombers. Narratives of Violence, Routledge Critical Terrorism Studies,  April 2011

Publisher’s comments:

This book offers an evaluation of female suicide bombers through postcolonial, Third World, feminist, and human-rights framework, drawing on case studies from conflicts in Palestine, Sri Lanka, and Chechnya, among others.

Women Suicide Bombers explores why cultural, media and political reports from various geographies present different information about and portraits of the same women suicide bombers. The majority of Western media and sovereign states engaged in wars against groups deploying bombings tend to focus on women bombers’ abnormal mental conditions; their physicality-for example, their painted fingernails or their beautiful eyes; their sexualities; and the various ways in which they have been victimized by their backward Third World cultures, especially by “Islam.” In contrast, propaganda produced by rebel groups deploying women bombers, cultures supporting those campaigns, and governments of those nations at war with sovereign states and Western nations tend to project women bombers as mythical heroes, in ways that supersedes the martyrdom operations of male bombers.

Many of the books published on this phenomenon have revealed interesting ways to read women bombers’ subjectivities, but do not explore the phenomenon of women bombers both inside and outside of their militant activities, or against the patriarchal, Orientalist, and Western feminist cultural and theoretical frameworks that label female bombers primarily as victims of backward cultures. In contrast, this book offers a corrective lens to the existing discourse, and encourages a more balanced evaluation of women bombers in contemporary conflict.

– Andres Themner, Violence in Post-Conflict Societies. Remarginalization, Remobilizers and Relationships,  Routledge Studies in Intervention and Statebuilding’ Series, May 2011

Synopsis:

This book compares post-civil war societies to look at the presence or absence of organized violence, analysing why some ex-combatants return to organised violence and others do not. Even though former fighters have been identified as a major source of insecurity, there have been few efforts to systematically examine why some ex-combatants re-engage in organized violence, while others do not. This book compares the presence or absence of organized violence in different ex-combatant communities — former fighters that used to belong to the same armed faction and who share a common, horizontal identity based on shared war-and peacetime experiences — in the Republic of Congo (ex-Cobras, Cocoyes and Ninjas) and Sierra Leone (ex-Armed Forces Revolutionary Council, Civil Defense Force and Revolutionary United Front). The main determinants of ex-combatant violence are whether former fighters have access to elites and to second-tier individuals — such as former mid-level commanders — who can act as intermediaries between the two. By utilizing relationships based on selective incentives and social networks, these two kinds of remobilizers are able to generate the needed enticements and feelings of affinity, trust or fear to convince ex-combatants to resort to arms. These findings demonstrate that the outbreak of ex-combatant violence can only be understood by more clearly incorporating an actor perspective, focusing on three levels of analysis: the elite, midlevel and grass-root. This book will be of much interest to students of peacebuilding, civil wars, post-conflict reconstruction, war and conflict studies, security studies and IR.

– Jutta Bakonyi (Ed), A Micro-Sociology of Violence. Deciphering Patterns and Dynamics of Collective Violence   December 2011

Description:

This book aims at a deeper understanding of social processes, dynamics and institutions shaping collective violence. It argues that violence is a social practice that adheres to social logics and, in its collective form, appears as recurrent patterns. In search of characteristics, mechanisms and logics of violence, contributions deliver ethnographic descriptions of different forms of collective violence and contextualize these phenomena within broader spatial and temporal structures. The studies show that collective violence, at least if it is sustained over a certain period of time, aims at organization and therefore develops constitutive and integrative mechanisms. Practices of social mobilization of people and economic resources, their integration in functional structures, and the justification or legitimization of these structures sooner or later lead to the establishment of new forms of (violent) orders, be it at the margins of or beyond the state. Cases discussed include riots in Gujarat, India, mass violence in Somalia, social orders of violence and non-violence in Colombia, humanitarian camps in Uganda, trophy-taking in North America, and violent livestock raiding in Kenya.This book was originally published as a special issue of Civil Wars.

 Contents:

1. Deciphering the Mosaic’s Tesserae: A Micro-Sociology of Violence Jutta Bakonyi and Berit Bliesemann de Guevara 2. Rioting as Maintaining Relations: Hindu-Muslim Violence and Political Mediation in Gujarat, India Ward Berenschot 3. Moral Economies of Mass Violence: Somalia 1988-1991 Jutta Bakonyi 4. Displacing, Returning, and Pilgrimaging: The Construction of Social Orders of Violence and Non-violence in Colombia Nora-Christine Braun 5. Humanitarianism, Violence, and the Camp in Northern Uganda Adam Branch 6. ‘Transgressive Objects’ in America: Mimesis and Violence in the Collection of Trophies during the Nineteenth Century Indian Wars Cora Bender 7. Of Rains and Raids: Violent Lifestock Raiding in Northern Kenya Karen M. Witsenburg and Adano R. Wario

Violence towards Disabled Veterans of the Chechen Wars in Post-Soviet Russia – Interview 3 (in French) – Post 4/5

Invalides des guerres de Tchétchénie – Interview 3

Alexandre, 28 ans, est né à Kovrov, dans la région de Vladimir. Conscrit volontaire pendant la seconde guerre de Tchétchénie, il a été blessé par une arme défectueuse.

Rencontre le 14 juillet 2010, à la Maison Cheshire[1], Moscou.

 

Interview traduite du russe par  Nancy Abate.

(Photo: St Pétersbourg, Août 2011 / Crédits: Elisabeth Sieca-Kozlowski)

 

Service volontaire en Tchétchénie

Alexandre : Je suis né dans la région de Vladimir, à Kovrov.

Elisabeth Sieca-Kozlowski : Racontez-moi, s’il vous plaît, comment vous vous êtes retrouvé en Tchétchénie ?

Alexandre : J’ai fait mon service militaire.

ESK : En quelle année ?

Alexandre : En 2001 j’ai été immédiatement envoyé en mission en Tchétchénie. Mais j’avais déjà commencé à servir en 2000.

ESK : C’était votre choix ?

Alexandre : Oui, j’en ai exprimé le désir. Non par obligation, mais par volonté.

ESK : Cela signifie que vous n’avez pas servi dans une unité et que vous vous êtes retrouvé d’emblée en Tchétchénie ?

Alexandre : Non, en 2000 j’ai commencé mon service actif dans une unité et en 2001 j’ai été immédiatement envoyé en mission en Tchétchénie.

ESK : Combien de temps avez-vous passé en Tchétchénie ?

Alexandre : Presque un an, onze mois pour être précis.

ESK : Dans quelles troupes avez-vous servi ?

Alexandre : Dans les Troupes des Missiles et de l’Artillerie.

ESK : Vous étiez un simple soldat ?

Alexandre : Sergent.

ESK : Avez-vous bénéficié d’une préparation ?

Alexandre : Après un an et demi de service, je suis monté en grade. J’effectuais un autre travail, j’occupais le poste de pointeur.

ESK : De quoi vous occupiez-vous là-bas ? Quelles étaient vos missions ?

Alexandre : En deux mots, nous étions appuyés par différents groupes d’éclaireurs. Ils décelaient les groupements et les dépôts de combattants, puis nous communiquaient leurs coordonnées, afin d’ouvrir le feu.

L’utilisation d’armes défectueuses

ESK : Que s’est-il passé ?

Alexandre : Lorsque je me préparais déjà à mon retour à la maison, vers la démobilisation, nous étions parvenus à nos fins, à savoir, ouvrir le feu. Certains canons de notre batterie étaient alors en réparation. Pendant la nuit les tirs retentissaient de tous les côtés, ainsi les canons nécessitaient des réparations. Un des canons qui était plus ou moins apte à tirer, était le mien. Mon peloton – composé de cinq personnes – avait changé. En effet, les gars avec qui j’avais servi, avaient déjà été renvoyés chez eux. Le nouveau complément est arrivé, avec des gars qui étaient encore jeunes et qui ignoraient beaucoup de choses. On nous a ordonné de tirer, nous avons accompli notre devoir…

ESK : Vous avez réellement tiré sur quelqu’un ? Ce n’était pas un simple exercice ?

Alexandre : Non, c’était des exercices de combat. On nous fixait des cibles, elles se trouvaient loin, environ dix à douze kilomètres de là où l’on se situait. Il fallait tirer. Au moment d’actionner le canon, la douille, une fougasse, la douille avec la charge est restée coincée. Elle était un peu déformée, le corps n’était plus concentrique. Nous ne pouvions continuer à tirer. Les gars étaient jeunes et inexpérimentés. A cette époque, en tant que pointeur, j’étais chargé de mener les opérations, contrôler les coordonnées et diriger les canons. Les gars ont commencé à charger les douilles, à l’intérieur, et à verrouiller. Elles se sont retrouvées sous la capsule, où le mécanisme sous pression a explosé. Ils ont fait une bévue, une explosion a eu lieu. Sur le coup, presque l’ensemble du groupe a été décimé. L’explosion fut terrible. Parmi les quatre personnes, deux ont été tuées sur le coup, et la troisième est décédée à l’hôpital. Je fus le seul survivant. J’ai eu plusieurs lourdes blessures. A Moscou, lorsque l’on m’a emmené à l’hôpital…

ESK : On vous a emmené immédiatement à Moscou ? Comment cela s’est-il passé ?

Alexandre : Non, une semaine s’est écoulée avant que je sois emmené à Moscou. J’ai été transporté en hélicoptères d’un hôpital de campagne à l’autre : Khankala, Mozdok, Vladikavkaz… Je suis passé par chacun de ces hôpitaux. On m’a fait des pansements, des bandages. Mais je ne m’en souviens pratiquement pas, car j’étais inconscient pendant presque tout le temps. Ensuite, lorsque j’ai eu connaissance des rapports médicaux, je me suis rendu compte que mon périple – jusqu’à ce que j’arrive à Moscou – avait duré presque une semaine. Puis, à Moscou, j’ai repris connaissance.

ESK : Vous étiez dans un hôpital militaire à Moscou ?

Alexandre : Oui, dans l’hôpital militaire principal, du nom de Bourdenko. J’ai été soigné là-bas, j’ai subi plusieurs opérations.

ESK : Combien d’opérations avez-vous subies ?

Alexandre : En dehors de la première opération, qui a été réalisée lorsque j’étais en soins intensifs, je ne me rappelle pas vraiment… Car j’ai passé deux mois en soins intensifs, ne pouvant ni bouger, ni voir.

ESK : Vous avez été brulé à combien de degrés ?

Alexandre : Je ne me rappelle pas, car il y a déjà huit ans de cela. Mais je me souviens que j’avais beaucoup de brûlures, au visage, aux bras, aux jambes. En fait, sur l’ensemble des parties de mon corps qui n’étaient pas protégées par des vêtements. Vous savez, en Tchétchénie il faisait vraiment très chaud, nous ne portions quasiment pas d’habits là-bas. Les pantalons retroussés comme des shorts, des pantoufles aux pieds, et le torse nu. Combien d’opérations au total, je ne me rappelle pas exactement, mais je dirais près de six. Deux opérations aux yeux, de l’ordre de trois ou quatre au bassin. A la main également, elle ne s’est pas soudée correctement, la fracture était sévère, les os brisés, j’ai gardé presque six mois l’appareil d’Ilizarov, on m’a fait une greffe osseuse. Le bassin avait poussé rapidement, aussi avec l’appareil d’Ilizarov, la moitié était scellée par le fer.

ESK : Au total, combien de temps avez-vous passé à l’hôpital ?

Alexandre : En tout, j’ai passé neuf mois à l’hôpital, d’octobre à août. J’ai été blessé en octobre 2002 et en août 2003 je suis sorti de l’hôpital. Je me suis mis d’emblée à étudier. Déjà à l’hôpital je me préparais aux examens. Lorsque j’étais près à sortir, en juin, j’ai dû attendre pour une intervention chirurgicale à l’œil, on m’a remplacé le cristallin par un implant. On m’avait apporté des manuels, et de l’hôpital je suis allé passer les examens d’entrée. Et je suis entré immédiatement, on m’a aidé bien entendu. Puis, je me suis reposé un mois à la maison, et je suis revenu à Moscou pour étudier.

ESK : Vous avez vous-même décidé d’étudier ou bien quelqu’un vous l’a conseillé ?

Alexandre : Je l’ai décidé moi-même, mais j’ignorais tout de cela. Premièrement, à l’école j’étais un élève moyen, je n’apprenais pas vraiment bien. Alors, je voulais suivre un enseignement supérieur, mais comment faire ?

ESK : Qui vous a aidé ?

Alexandre : Ma future femme m’a aidé, nous n’étions pas encore mariés, et elle m’apportait des livres à l’hôpital, afin que je puisse me préparer.

L’aide caritative

ESK : Comment l’avez-vous rencontrée ?

Alexandre : Nous nous sommes rencontrés à l’hôpital. Elle ne fait pas partie du personnel hospitalier, elle est chrétienne orthodoxe. Dans sa paroisse, elle a fait connaissance avec une autre jeune fille, travaillant à l’hôpital. Elles ont décidé, ensemble, de nous venir en aide, pas moi en particulier, mais tous les gars qui se trouvaient dans mon cas. Elles nous ont apporté des affaires, de la nourriture, elles nous ont accordé toute l’aide possible. C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés. Puis, nous sommes devenus plus proche, elle m’a conseillé et aidé.

ESK : Comment avez-vous entendu parler de l’institut Cheshire Home ? Avez-vous déjà été en lien avec eux ?

Alexandre : Jusqu’alors je ne les connaissais pas. Quand Poutine était encore président, les responsables de l’institut Cheshire Home se déplaçaient en visite officielle à l’hôpital Burdenko, pour discuter avec les gars. Cela devait être, si ma mémoire est bonne, la veille du 23 février, je portais alors le numéro huit, on m’opéré du bassin, une autogreffe osseuse. L’intervention était délicate, c’est pourquoi avant l’arrivée du Président, on m’avait transféré dans un autre hôpital, selon la réhabilitation, afin que je me repose quelque temps. Et c’est à ce moment, lorsque le Président s’est déplacé, qu’est venu Youri Ivanovitch Nauman de l’institut Cheshire Home. Il a promis aux gars de leur accorder son aide, afin qu’ils puissent suivre un enseignement supérieur et venir s’installer à la maison Cheshire. Là-bas, ils se préparaient à étudier et à vivre. Les gars qui étaient avec moi à l’hôpital et qui sont partis à la maison Cheshire ont continué à être mes amis. Ceux qui sont restés à l’hôpital, à mon retour, m’ont raconté tout ce qui s’était passé en mon absence, comme je viens de vous l’expliquer. Ensuite, j’ai téléphoné à Youri Ivanovitch, il m’a invité, j’y suis allé. Nous avons discuté et il m’a dit que j’étais le bienvenu à la maison Cheshire.

ESK : Vous n’avez pas vécu dans cette maison ?

Alexandre : Si, j’ai vécu presque trois ans là-bas, tant que je n’étais pas marié.

ESK : On vous a transféré vers un autre hôpital lors de votre réhabilitation ?

Alexandre : Oui dans un hôpital qui se situe sur la rive gauche du district de Khimki. Au numéro six il me semble ou au trois, je ne me rappelle plus quel numéro. J’ai été emmené là-bas après ma lourde opération, afin que le processus de cicatrisation se déroule correctement, et que je puisse bénéficier des bienfaits de la physiothérapie. En réalité, cet établissement n’est pas un hôpital mais une maison de soins de suite et de réadaptation. Ces établissements interviennent dans la rééducation, à la suite d’un séjour hospitalier. J’ai passé exactement un mois là-bas, et après retour de nouveau aux soins. Après la réhabilitation, je suis allé dans un nouvel hôpital militaire, du nom de Vichnevski. Où j’ai subi une intervention chirurgicale aux oreilles.

ESK : Dans la maison de soins de suite et de réadaptation, au numéro six ou trois, combien de temps êtes-vous resté ?

Alexandre : Je suis allé là-bas à deux reprises, la première fois environ un mois et la deuxième fois aussi, un mois, peut-être plus.

ESK : Combien de fois avez-vous été opéré des oreilles ?

Alexandre : Une seule fois. Vous savez l’explosion a vraiment été terrible. […] La membrane de mon oreille droite a été déchirée et perforée. On m’a fait une greffe, on m’a implanté un corps étranger afin de boucher le trou, mais cela n’a pas fonctionné, le trou est resté ouvert.

ESK : Vous n’entendez pas d’une oreille ?

Alexandre : Non, j’entends normalement, mais pas parfaitement, j’ai quelques petits problèmes. A l’oreille gauche, j’ai également une légère perforation. Après Vichnevski, on m’a emmené à Khimki, je suis resté là-bas près d’un mois. Ensuite j’ai de nouveau été à Bourdenko, où j’ai subi encore deux nouvelles opérations. On m’a retiré l’appareil de la main, et je me suis fait opérer de l’œil, on m’a remplacé le cristallin de l’œil droit par un implant. Avant cette intervention, je me préparais à passer les examens d’entrée. C’était en juin, j’étais alors considéré comme un candidat. Lorsque j’ai été opéré, j’ai passé encore près d’un mois à l’hôpital, puis je suis enfin sortit. C’était fin juillet, début août.

« Personne n’avait mis [mes parents] au courant »

ESK : Vos parents sont-ils venus vous voir ?

Alexandre : Oui ils sont venus.

ESK : Tout de suite ?

Alexandre : Comment auraient-ils pu venir tout de suite, sachant que personne ne les avait mis au courant. En principe, je devais déjà rentrer à la maison en novembre. Mes parents se préparaient alors à mon arrivée. Lorsque je me suis senti mieux, et que je suis sorti des soins intensifs, une infirmière que je connaissais, m’a gentiment prêté son téléphone portable, afin que je puisse leur téléphoner. Pour, au moins dire à mes parents, ce qu’il m’était arrivé. Après mon appel, ils sont donc venus me voir à Moscou, dans le milieu du mois de novembre.

ESK : Une infirmière vous a prêté son téléphone personnel ?

Alexandre : Oui, vous savez, à l’hôpital personne n’a eu l’idée qu’il fallait prévenir quelqu’un de mon état, ou de me donner un téléphone pour que je le fasse. Personne ne s’est inquiété de cela, que mes parents soient tenus au courant ou pas, cela ne les intéressait pas. Lorsqu’on m’a emmené, on peut dire, que c’était comme une seconde naissance. C’est-à-dire que lorsque je suis arrivé en avion, je n’avais rien, ni vêtement, ni papier, ni affaire, rien du tout.

ESK : Vous n’aviez pas de matricule ?

Alexandre : Nous les fabriquions nous-mêmes, sans en être autorisés. Nous procédions de la sorte : sur un bout de papier on inscrivait les numéros de notre livret militaire et nos renseignements personnels, on enveloppait ce bout de papier et on le fourrait dans l’étui de la cartouche après l’avoir soigneusement tassé et pour finir on le mettait dans notre poche. Officiellement, cela n’était pas permis. Mais en Tchétchénie, évidemment, personne ne contrôlait quoi que ce soit, et on pouvait le faire à volonté. Mais puisque nous nous trouvions sur le territoire de notre camp, et que nous n’en partions pas, tous mes renseignements étaient déjà connus. Mes documents m’accompagnaient, d’hôpitaux en hôpitaux, où figuraient mes antécédents médicaux. Mais je n’avais rien immédiatement avec moi. Lorsque l’on m’a transféré des soins intensifs vers le service d’ophtalmologie, je n’avais rien à mon arrivée dans ce service. On m’a rentré dans le fichier et c’est tout. S’il n’y avait pas eu ces femmes, ces jeunes filles pour m’aider, elles m’ont apporté des vêtements, de la nourriture en plus, une radio. Vous ne voyez rien du tout, et quand vous passez plus d’un mois dans un pareil état, vous perdez confiance en vous. Et elles m’ont accordé toute l’aide possible, dont j’avais besoin.

ESK : Et comment vos parents ont-ils réagi ? Tout d’abord comment ont-ils réagi au fait que vous soyez parti en Tchétchénie ? Ils étaient au courant ?

Alexandre : Bien entendu, ils n’étaient pas au courant, j’écrivais que j’étais sur le terrain en campagne, quelque chose du genre…

ESK : Et après ?

Alexandre : Eh bien après, lorsque je leur ai téléphoné, je leur ai raconté – non franchement – mais je n’ai pas eu le temps de réfléchir alors, spontanément, j’ai inventé une histoire de toutes pièces : nous étions dans les bains en train de nous laver, et que, soudain, le feu a pris et que tout s’est écroulé, que je m’étais cassé la main et que j’avais été brûlé dans l’incendie. Naturellement, ils m’ont beaucoup questionné, entre autres, pour quelles raisons je me trouvais à Moscou alors qu’ils me croyaient à Vladikavkaz… Lorsqu’ils sont arrivés, maman en entrant dans ma chambre, ne m’a d’abord pas vu et donc pas reconnu. Les photos étaient telles qu’il était impossible de me reconnaître, mon visage était pourtant découvert. Elle s’apprêtait à sortir de la chambre, puis elle a regardé de nouveau et m’a reconnu. J’ignorais que j’étais entièrement recouvert d’appareils en fer et de brûlures. Ensuite, ils sont restés auprès de moi. Il était vraiment rassurant pour moi, d’envisager la possibilité que mes parents restent à mes côtés et puissent m’apporter de l’aide.

ESK : Ils sont restés auprès de vous ?

Alexandre : Oui, mon père est resté quelque temps.

ESK : Où logeait-il ? L’Armée l’a aidé à rester ?

Alexandre : Dans un premier temps à l’hôtel, le Ministère de la Défense l’a aidé.

ESK : Pendant combien de temps a-t-il pu rester à vos côtés ?

Alexandre : Ils sont restés près de deux semaines.

ESK : C’est le Ministère de la Défense qui a payé les frais ?

Alexandre : Oui, ils ont payé la somme minimale, à savoir les indemnités de déplacement. Cette somme à Moscou…suffisait seulement pour le voyage. On accordé une certaine somme d’argent à mes parents afin qu’ils puissent, soi-disant, rester à mes côtés, mais pour rester à Moscou, une telle somme est ridicule. Lorsqu’au bout d’un mois et demi j’ai enfin été capable de marcher doucement, de faire quelque chose, il n’était plus nécessaire pour moi de me soigner, je pouvais me débrouiller seul.

ESK : Votre père est rentré chez lui ?

Alexandre : Oui, à vrai dire, ils sont de véritables héros. J’ai une sœur et elle venait tout juste d’accoucher d’un petit garçon.

ESK : Lors de votre séjour à l’hôpital ?

Alexandre : Oui, ma sœur est venue avec le bébé, elle ne pouvait pas le laisser, il est né le 29 août, et lorsqu’ils sont venus en novembre, il avait seulement quatre mois. C’était l’hiver, c’est un exploit héroïque ! Moi-même, étant père, je sais ce que c’est, faire 350 kilomètres en autobus avec un bébé. Mais elle y est parvenue, elle et son bébé sont bien arrivés.

ESK : Portez-vous une prothèse ?

Alexandre : Non, je n’en porte pas. Ma main et mon bassin se sont consolidés. Seul, mes dents me posent problème, j’en ai perdu beaucoup, si seulement ils avaient pu me les refaire…

ESK : Vous devez vous les refaire faire ?

Alexandre : A l’hôpital lorsque je me suis adressé à eux pour en faire la demande, on m’a répondu qu’ils pourraient seulement me les refaire en fer ou en métal. Pour tout le reste il fallait payer. Et pour moi cette somme d’argent était au dessus de mes moyens, je ne l’avais pas. J’ai pu me les refaire faire il y a seulement deux ou trois ans, quand j’avais gagné assez d’argent.

J’ai oublié de mentionner, que lorsque je suis sorti de l’hôpital, une assurance m’a été accordée. Car depuis que ma santé s’est détériorée, je suis invalide.

Les indemnités de combat

ESK : Quel est votre niveau d’invalidité ?

Alexandre : Je fais parti du troisième groupe d’invalidité. On a payé pour moi toutes les assurances en rapport avec ma situation. Vous savez, mes parents vivent à la campagne, leur salaire n’est pas énorme, ils ne peuvent donc rien se permettre de la sorte. Cela représentait presque la moitié de l’assurance… acheter des meubles à la maison… Au début, lorsque j’ai donné mon consentement pour la mission, je savais qu’il pourrait y avoir un peu d’argent à gagner. Mais le système est vraiment absurde et incompréhensible. La somme totale que j’ai perçue pour dix mois de séjour là-bas, s’élève à environ 30 000 roubles (735€), c’est-à-dire 1 000 dollars. Mais vous pouvez vous imaginer, qu’en dix mois de combat, […] j’ai combattu seulement quatorze jours. Les autres jours nous recevions la visite de nos commandants. Notre batterie était composée d’une trentaine de personnes. Chaque mois, nous recevions un papier, nous indiquant la comptabilisation des jours de combat et le nombre de jours pendant lesquels il fallait cesser de combattre. Ils nous laissaient alors tranquille, et puis plus tard, ils nous reprenaient avec eux. C’est la raison pour laquelle, nous avons obtenu une somme pareille.

ESK : Qu’avez-vous pu vous acheter avec cette somme ? Qu’avez-vous fait avec cet argent ?

Alexandre : J’ai dépensé une partie de cette somme à l’achat de meubles et d’une télévision pour mes parents. Car ils avaient un vieux poste de télé à lampes. J’ai aidé ma sœur, je lui ai acheté des meubles capitonnés, car elle venait tout juste de se marier, et comme ils n’avaient pas encore d’appartement, eh bien je leur en ai loué un. Pour ce qui est du reste, je l’ai mis de côté pour mes études à Moscou. Il me fallait un peu d’argent. Tout d’abord, je ne savais pas comment m’y prendre avec l’ordinateur, je ne suis pas très familier avec ce genre d’appareil. Je savais que dans l’enseignement supérieur à Moscou cela ne pouvait être discutable : tout le monde doit être capable de se servir d’un ordinateur. Alors, j’ai dû m’en acheter un et apprendre à la maison. Aussi, je me suis acheté quelques vêtements.

ESK : Un congé de réhabilitation ne vous a pas été accordé ?

Alexandre : Non, ils m’ont simplement congédié.

ESK : Et votre pension d’ancien combattant ?

Alexandre : Je la perçois, je l’ai régularisée.

ESK : Chaque mois ?

S : Non, chaque année. Pendant huit ans, successivement, j’ai dû passer un nouvel examen médical. La procédure est très désagréable et contraignante, il faut passer des expertises médicales, afin qu’ils puissent déterminer le niveau d’invalidité et vous verser la pension. Cette année on me l’a accordé de façon permanente, ainsi je n’ai pas à repasser un nouvel examen chaque année.

ESK : Cela signifie qu’au bout de huit ans vous l’avez enfin eu de façon permanente ?

Alexandre : Oui, cela est tout à fait ridicule, car tous les gars qui étaient avec moi à l’hôpital, ont obtenu presque immédiatement l’invalidité de façon permanente. Alors qu’ils n’ont pas passé un mois et demi dans des hôpitaux, chaque année, comme j’ai été contraint de le faire… Il est terrible de devoir faire la queue seulement pour un morceau de papier sur lequel on inscrit votre diagnostic, qui n’est, d’ailleurs, pas vérifié. En règle générale, il faut attendre cinq ans, et après validation par la commission générale, on vous l’accorde. Mais, dans mon cas on ne sait pourquoi cela a duré huit ans…

ESK : Permanente, cela signifie que vous avez le droit à une certaine somme d’argent ?

Alexandre : Oui, à une pension, tous les mois.

ESK : Quelle somme ?

Alexandre : La pension, elle-même, est actuellement de l’ordre de 5 000 roubles (125€).

ESK : Cette somme vous paraît-elle correcte ?

Alexandre : Cela dépend de quel côté on se place. C’est peu, mais ce n’est pas mal. Si je percevais cette somme dans la région où je vivais avec mes parents, alors cette somme serait correcte. Mais à Moscou avec 5 000 roubles, vous pouvez tout dépenser dans un seul magasin.

ESK : Bénéficiez-vous de certains privilèges ?

Alexandre : A l’heure actuelle il n’y a plus de privilège, mais un supplément. Tous les privilèges ont été supprimés, il faut désormais débourser une somme supplémentaire pour pouvoir en bénéficier, entre 2 000 et 3 000 roubles (50€ et 75€) pour l’ensemble des privilèges.

ESK : Durant votre réhabilitation, avez-vous rencontré ou avez-vous ressenti le besoin de vous entretenir avec un psychologue ? Ou peut-être qu’un psychologue est venu vous voir ?

Alexandre : Le parquet militaire s’est déplacé, nous avons discuté de ce qui s’est passé et comment s’est arrivé. Mais c’était une raillerie offensante de leur part, car je venais tout juste d’être transféré des soins intensifs, après y avoir séjourné un mois. Je commençais tout juste à remarcher, à ouvrir les yeux. Et ils se sont déplacés depuis le parquet militaire pour s’entretenir avec moi. Même l’infirmière en chef du service d’ophtalmologie ne pouvait le supporter : « Que pensiez-vous ? Cet homme vient tout juste de sortir des soins intensifs, et il vient tout juste de revenir à lui et vous voulez l’interroger ! ». Mais ils s’en fichaient, ils m’ont tout de même conduit au bureau pour m’interroger. C’est alors que je leur ai tout raconté, comment cela s’est passé etc. Et d’eux, j’appris que le troisième gars qui se trouvait avec moi, et dont je pensais qu’il était vivant lui aussi, car même si je ne le voyais pas, nous avons été évacués ensemble en hélicoptère, et à maintes reprises, je l’entendais crier vraiment très fort, j’entendais constamment ses cris. Ensuite, j’ai perdu connaissance pendant un moment, puis je suis revenu à moi et je ne l’entendais plus. Alors, je me suis dit que peut-être il avait été évacué vers un autre hôpital. Mais, les types du parquet militaire, m’ont appris qu’il n’avait pas survécu à ses blessures et qu’il était mort.

ESK : Y-a-t il eu pour vos commandants et vous-même des conséquences ?

Alexandre : Je pense, en effet, qu’il y aura sans doute des conséquences pour nos commandants. Car j’estime que c’est de leur faute à 80%. Dans un premier temps, parce que nos canons ne fonctionnaient pas correctement. Certaines pièces étaient nécessaires afin qu’ils fonctionnent normalement. Et ils ont préféré fermer les yeux. Nous n’en serions pas arrivés là, si le mécanisme avait marché correctement. Le mécanisme permet de tout faire automatiquement, il se met en route, se verrouille et tire. Et puisque nous avions beaucoup de pièces qui ne fonctionnaient pas, alors il fallait le faire manuellement, pousser et charger. C’est pourquoi, en partie, cette catastrophe a eu lieu. Deuxièmement, les gars étaient jeunes et ils craignaient les commandants, je ne vais pas parler de ce qui se serait passé si nous n’avions pas pu tirer en nombre suffisant.

ESK : Les hommes étaient-ils préparés ?

Alexandre : Oui, ils l’étaient, mais lorsqu’on vous crie dessus avec des propos injurieux et que l’on vous ordonne de tirer… cela ne les intéresse pas ce qui s’est passé, coincé, pas coincé, ils ont ordonné de tirer. Les gars étaient sur les nerfs, ils ont eu peur et ils ont fait une bévue. Mais pour les commandants tout s’est bien terminé. Je ne vais pas les juger.

ESK : Vous n’avez pas souhaité les poursuivre en justice ?

Alexandre : J’ai été interrogé par le parquet, j’ai dû raconter tout ce qui s’est passé, comment c’est arrivé, à cause de quoi, pourquoi etc. Je leur ai tout raconté, comme je vous le dit en ce moment, nous n’aurions pas dû tirer, il ne fallait pas nous donner l’ordre de tirer. Nos canons ne fonctionnaient pas, cela explique que nous avons rompu toutes les règles, non de notre propre initiative, mais contraints d’obéir aux ordres. Ensuite, tout ça me dépassait, je savais, pertinemment, que rien ne serait résolu. Vous savez, cela n’est pas de mon ressort de juger ou de condamner quelqu’un. Je ne connais pas ces choses-là et je ne veux pas les connaître. Cette spécificité, ne réside pas dans mes compétences.

Perception du conflit avant et après

ESK : Quel était votre sentiment envers le conflit tchétchène lorsque vous êtes parti à la guerre et après votre blessure ?

Alexandre : Lorsque je suis parti en Tchétchénie, les relations étaient tendues. Et j’avais bien à l’esprit que les bandes qui existaient là-bas, et qui s’engageaient dans des activités terroristes, faisaient souffrir des tas de gens, non seulement en Russie, mais dans le monde entier. Alors quand vous savez et que vous comprenez que votre aide peut prévenir le danger, alors c’est à ce moment que vous décidez d’intervenir. Mais ce n’était pas non plus mon objectif principal. A ce moment, peut être, je ne saisissais pas tout. Il est probable que je souhaitais simplement faire quelque chose d’utile. Car l’armée, j’entends l’unité, celle qui ne combat pas mais qui est dispatchée à des places définies. Eh bien les soldats de cette unité ne font, en mon sens, rien de vraiment utile. Ils s’occupent de toutes sortes de banalités. Et lorsque vous passez un an dans un tel milieu, vous ressentez déjà une dégradation de votre personne, vous vous mettez à parler de façon indécente, votre conversation est basée sur des obscénités plutôt grossières et j’en passe. Vous commencez vous-même à ne plus vous comporter comme une personne normale, parce que vous vous rendez-compte de ce que vous faites chaque jour, il n’y a rien de bon dans cela, vous n’apportez rien d’utile à personne. La mission que nous devions accomplir en Tchétchénie, était enfin pour moi un pas vers quelque chose d’utile. Je savais qu’il y avait quelque chose de réel à accomplir, s’engager dans un travail concret et nécessaire. Cela signifie que les gars qui servaient là-bas, se sont engagés dans une véritable opération militaire. Au lieu de traiter toutes sortes de banalités à l’unité. Les gars que je connaissais, qui se comportaient plus ou moins bien, sont partis avec moi. Rester à l’unité, cela ne m’intéressait vraiment pas.

ESK : Après tout ce qui s’est passé et tout ce que vous avez vécu là-bas, quel est votre sentiment à l’égard du conflit maintenant ?

Alexandre : Cette question est très vaste. Pour tout vous dire, je ne sais comment y répondre. Si je vous réponds de manière générale, eh bien j’estime que le travail accompli en Tchétchénie, n’a pas été totalement inutile. Je pense que nous avons tout de même apporté des résultats positifs. Il se peut que certaines de nos actions se soient avérées être inutiles. Je n’éprouve pas de sentiments de haine envers les habitants tchétchènes. Ce sont des gens normaux. C’est come partout, que ce soit là-bas ou ici à Moscou ou encore dans d’autres régions en Russie, il y en a des bons et des mauvais. Il ne faut pas dire d’un peuple qu’il est mauvais, mais qu’il est bon. Il y a des personnes saines d’esprit, et il y a des irresponsables. Comme ceux qui, la nuit, nous bombardaient de tous les côtés de la localité. La nuit, les tirs retentissaient, le jour, les gens se promenaient, vaguaient à leurs occupations.

Des rêves récurrents…

ESK : Etes-vous en proie ou tourmenté par des rêves concernant la guerre ?

Alexandre : Ils ne me tourmentent pas, au contraire ils sont plutôt agréables. Mais ils se font plus rares dorénavant, la première fois que j’ai fait un rêve… l’essence de mon rêve était toujours la même, mais les rêves eux étaient à chaque fois différents. Ils concernaient l’armée, je rêvais qu’il m’était impossible de démissionner de l’armée. Les thèmes étaient différents, par exemple : Je rêvais que j’étais déjà rentré chez moi, que je m’occupais de choses que je fais déjà dans la réalité, et je ne sais pour quelles raisons, je suis appelé de nouveau à l’armée, je n’ai pas respecté le délai, je devais rester encore un mois, ils m’appelaient, m’envoyaient des convocations : « Tu dois encore servir, il te reste un mois ». Alors, dans mon rêve, évidemment, je retourne là-bas. Puis commence le rêve dans lequel je suis de nouveau dans l’armée, de nouveau avec les anciens gars, de nouveau je repars en mission, et ce qui s’est passé se passe à nouveau dans mon rêve et je suis déjà un peu limité dans mes actions, mais je sers. Mon délai arrive à échéance mais personne ne me congédie, je ne reçois aucun ordre de démobilisation. Je décide d’aller me plaindre auprès de tous les commandants : « Mon délai est terminé, je devrais déjà être congédié. » Ils me répondent : « Non, nous ne pouvons te décharger maintenant, tu dois encore servir. » Pendant près de trois-quatre ans, je faisais ce rêve régulièrement. Je n’ai jamais fait de cauchemars, ni ressenti de peur ou de terreur, à aucun moment.

ESK : Il ne vous est jamais venu à l’idée de vous adresser à un psychologue ?

Alexandre : Je n’ai pas le souvenir, que quelqu’un me l’ai déjà proposé et je n’en éprouvais pas le besoin. Bien que, probablement…

ESK : Vous n’avez jamais fait de tests ?

Alexandre : Il ya eu des tests en effet, je me suis trompé. Au bout de trois ou quatre mois passés à l’hôpital, j’ai été convié dans un bureau, non pour une conversation mais pour ces tests psychiques. Je répondais aux questions, et voilà tout.

ESK : Et les résultats ?

Alexandre : Je l’ignore, je pense que si je n’ai pas été enfermé je ne sais où, alors cela doit, sans doute, signifier que je suis quelqu’un de normal et sain d’esprit !

Les études de droit – pour se défendre

ESK : Revenons à vos études, quelle spécialité avez-vous choisie ?

Alexandre : Jurisprudence.

ESK : Pourquoi ?

Alexandre : Sûrement, parce qu’à ce moment c’était à la mode quelque part, premièrement. Deuxièmement, parce que quand j’ai commencé, je pensais que c’était une profession, à laquelle je pourrais consentir. Car les sciences naturelles et les sciences humaines m’intéressaient beaucoup. Les relations avec les gens, la communication. Pour moi, à ce moment-là, cela m’intéressait. Auparavant, j’étais assez timide, je n’entrais pas en contact avec les gens, si une personne ne m’adressait pas la parole en premier, je ne le faisais pas. J’étais très réservé. Et, maintenant, on ne sait pour quelles raisons, je suis capable de le faire. Cela d’une part, d’autre part, lorsque vous vous devez faire face à diverses situations dans votre vie, il y a beaucoup de choses que l’on ignore, nos droits, nos obligations. Non seulement on ne les connait pas, mais en plus personne ne peut vous les raconter. L’entourage est tel que personne ne peut vous les raconter, ni vous les expliquer. C’est pourquoi j’ai ressenti le besoin de connaissance, auquel j’ai droit et sur lequel je peux compter.

ESK : Vous aimeriez avoir la possibilité de vous défendre ?

Alexandre : Oui, sans doute. Je m’attendais à une telle suite d’évènements lorsque je reviendrai à une vie normale, dans le cadre civil habituel, des problèmes peuvent surgir dans le travail, les études… J’ignorais où il était possible d’obtenir des informations plus détaillées. Afin de se réaliser en tant qu’être social. Cela exigeait, bien entendu, une formation. La jurisprudence en tant que telle, en dehors des connaissances qu’elle apporte dans le domaine du droit, elle donne également quelques compétences en socialisation.

ESK : Quand avez vous obtenu votre diplôme ?

Alexandre : J’ai obtenu mon diplôme avec les félicitations en 2008.

ESK : Vous avez trouvé immédiatement du travail ?

Alexandre : Je travaillais déjà pendant ma troisième année. Car je venais tout juste de me marier, il me fallait donc du travail. J’avais opté pour le système d’enseignement avec assiduité obligatoire, c’était une formation de jour. Bien sûr, au départ, des problèmes ont surgis, il fallait combiner le travail et les études. Mais comme je m’étais fait une bonne réputation avec le corps enseignant et les inspecteurs, nos relations étaient tout à fait normales, ils voyaient que je m’intéressais à bon nombre de questions. Ainsi, j’ai pu m’arranger avec eux concernant certaines de mes difficultés. Par exemple, le doyen m’accordait des délais supplémentaires pour mes travaux. Et on me laissait une certaine liberté quant à ma présence en cours. En effet, pour mon travail, ils ont accepté le fait que je sois pendant une demi-journée à mon travail, en fonction de mes horaires. Par contre, je devais assister à des séminaires obligatoires, soit ils étaient avant le déjeuner ou après. De cette manière, avant le déjeuner j’étais à l’académie et après au travail, ou vice-versa.

ESK : Quel était votre travail ? Et comment l’avez-vous obtenu ?

Alexandre : Au syndicat. La vice-doyenne m’a conseillé sur le travail éducatif. Il s’est avéré qu’elle avait seulement un an de plus que moi. Elle étudiait autrefois. Moi, j’avais étudié avec des gars qui étaient beaucoup plus jeunes que moi, et qui après l’école y sont entrés, tandis que moi j’étais à l’armée, et à l’hôpital. J’entretenais de bonnes relations avec elle, elle m’a recommandé pour ce poste. Je me suis présenté et j’ai été accepté.

ESK : Vous travaillez toujours là-bas ? De quoi vous occupez-vous exactement ?

Alexandre : Je travaille en tant que conseiller juridique.

Les conditions de logement

ESK : Vous avez-vécu trois ans à la Maison Cheshire, vous vous êtes marié, et où vivez-vous maintenant ?

Alexandre : Dans l’appartement de ma femme.

ESK : Chez les parents de votre femme ?

Alexandre : Non, les parents de ma femme vivent en Crimée, en Ukraine. Nous vivons seuls ici.

ESK : Elle a son propre appartement ?

Alexandre : Oui, elle a réussit à l’acheter avant la brutale hausse des prix à Moscou. Son travail lui a accordé un crédit, et elle y est parvenue.

ESK : Quelle est sa profession ?

Alexandre : Elle était directrice, manager des ventes dans une entreprise qui fabrique des produits à base de viande, saucissons, saucisses. Elle a commencé avec le directeur général, lorsque celui-ci commençait tout juste à travailler. Il a fait de son entreprise un grand holding, un combinat de boucherie, un vaste réseau. En ce moment elle ne travaille pas.

ESK : Avez-vous droit à un appartement en tant qu’ancien combattant ?

Alexandre : Mon droit au logement se traduit par des subventions, une somme d’argent qui devrait contribuer à l’amélioration de l’état de mon logement. On me l’a versé, lorsque je me suis fait enregistrer à Kovrov, dans la région de Vladimir. Ici je ne suis pas encore enregistré. Là-bas, au service social, ils m’ont payé, versé sur mon compte la somme avec laquelle je devais m’acheter un logement. Avec cette somme j’ai pu acheter huit mètres carrés, c’est-à-dire une chambre dans un logement communautaire, que je pourrais vendre maintenant, pour récupérer de l’argent.

ESK : Quelle somme avez-vous perçue ?

Alexandre : 300 000 roubles (7 400€).

ESK : En quelle année ?

Alexandre : Probablement vers 2007 ou 2008. Quant au droit au logement en tant que tel, je ne l’ai pas eu. Ce sont les gens qui ont fait la queue comme des nécessiteux jusqu’à un certain délai, qui ont eu ce droit. Le délai était passé, et je n’apparaissais sur aucune liste. On a donc postdaté mes documents, afin que je puisse figurer sur une liste, ils m’ont ainsi donné la possibilité d’acquérir, au moins, huit mètres carrés.

ESK : Vous louez votre appartement ?

Alexandre : Non, dans cette ville personne n’en a besoin. Il est vide, personne n’en veut. Même aujourd’hui, je ne pourrais jamais le vendre, il n’intéresse personne. Et pour cause, qui voudrait d’une minuscule chambre dans un appartement communautaire avec deux voisins… C’est un fardeau pour moi, et je dois payer le loyer. Nous avons, ainsi, des garanties de constructions, soi-disant, accordées par l’Etat, c’est vraiment ridicule. Je ne vois pas comment je pourrais faire avec une somme pareille pour ne plus être dans le besoin. Il y a un nombre de mètres carrés défini, qui permettent de savoir si je suis ou non dans le besoin. Cela signifie qu’en m’accordant cette somme d’argent, ils pensaient que je pourrais m’acheter un appartement et y vivre. Autrefois, j’étais enregistré dans la maison de mes parents, ils avaient un appartement, le type de baraque, où cinq personnes étaient déjà enregistrées. Dans cet appartement, de 25 mètres carrés, il y avait seulement deux petites pièces. J’ai grandi avec ma sœur dans cet appartement. Après elle a fait enregistrer sa petite fille aussi. En tout, cinq personnes. C’est la raison pour laquelle, on m’a versé 300 000 roubles (7 400€), pour que j’améliore ma situation. Et je n’ai donc ainsi pas pu le faire.

« Je n’attends rien de l’Etat »

ESK : Aujourd’hui qu’attendez-vous de l’Etat ?

Alexandre : Je n’attends rien de l’Etat. J’ai essayé, ici à Moscou, de me demander ce que je pourrais faire. Vous vous rendez-compte, chez ma femme, dans son appartement d’une seule pièce à Moscou, dans cet appartement d’une seule pièce, nous vivons à trois avec sa fille et moi. De plus, la sœur de ma femme est elle aussi enregistrée dans cet appartement. Quatre personnes, dans une surface habitable de 20 mètres carrés. Je me suis renseigné, si j’avais le droit, en principe, à une augmentation de la surface habitable ou autre chose d’autre. Il s’est avéré que non. Si je voulais modifier quelque chose, il fallait que je remplisse une pile de documents et d’instances, je n’ai même pas osé essayer. Et puis sans parler du fait de m’accorder ou pas une augmentation de surface, simplement il faudrait que l’on me considère comme étant dans le besoin, dans ce cas mon nom apparaîtrait sur une liste, qui serait ensuite traitée dans vingt ou vingt-cinq ans ! C’est complètement ridicule, c’est pourquoi, j’ai préféré employer mon temps à d’autres préoccupations.


[1] La Maison Cheshire est l’unique maison de réhabilitation des soldats de guerres locales en Russie. Elle a été financée par Lord Cheshire, ancien pilote de la RAF , héros de la Seconde Guerre mondiale. Elle survie exclusivement grâce aux dons et aux soutiens philanthropiques.

Violence towards Disabled Veterans of the Chechen Wars in Post-Soviet Russia – Interview 2 (in French) – Post 3/5

Invalides des guerres de Tchétchénie – Interview 2

Valentin, 27 ans, est né à Saint-Pétersbourg. Conscrit volontaire pendant la seconde guerre de Tchétchénie, il a été blessé au cours de la traversée d’un champ de mines russe ordonnée par son commandant ivre le jour de la fête des Forces Armées.

Rencontre le 13 juillet 2010, à la Maison Cheshire[1], Moscou.

Interview traduite du russe par  Nancy Abate.

(Photo: St Pétersbourg, Août 2011 / Crédits: Elisabeth Sieca-Kozlowski)

 

Volontaire pour le Service en Tchétchénie

Elisabeth Sieca-Kozlowski – J’aimerais savoir comment vous vous êtes retrouvé en Tchétchénie. A l’occasion de quelle campagne était-ce ? La première ou la seconde ?

Valentin : Ce n’était déjà plus une campagne, c’était une opération anti-terroriste.

ESK – En quelle année ?

Valentin : En 2001.

ESK – Combien de temps avez-vous passé en Tchétchénie ?

Valentin : J’ai passé 9 mois en Tchétchénie. J’ai été blessé le 23 février 2003. Je n’étais pas sous contrat ; je suis parti en Tchétchénie comme volontaire pendant mon service, de moi-même. Je n‘ai reçu aucun ordre.

ESK – Pour quelles raisons avez-vous fait ce choix ?

Valentin : Probablement, parce que je ressentais l’envie de me tester un peu et de tenter l’expérience. Peut-être que quelque part, un peu par romantisme aussi. Et ensuite beaucoup de gars sont partis. J’ai eu envie de le faire et je l’ai fait.

ESK – Dans quelles troupes avez-vous servi ?

Valentin : A la Direction Générale des Renseignements, dans les Forces Spéciales du Ministère de la Défense.

ESK – Quand vous êtes parti en Tchétchénie, quelle opinion aviez-vous sur ce qui se passait en Tchétchénie ?

Valentin : Mon attitude était normale, comprenez de quoi il était question, ce qui se passait – il me semble que ce n’est pas seulement le problème de la Russie mais celui du monde, ce qui se passe en Afghanistan et ailleurs – le problème n’est pas seulement le Caucase du Nord. Simplement, si l’Etat voulait lutter contre cela de manière organisée et dans un but précis, si nous devions effectuer des missions concrètes pour cela, nous les accomplirions. Au lieu de quoi après avoir fait un pas en avant, on nous dit : « Faites un pas en arrière » et au final nous piétinons, et combien de temps a déjà passé…

En ce qui concerne le Caucase du Nord, nous sommes toujours tourmentés et nous ignorons quand cela cessera. Ils ne veulent pas résoudre ce problème de façon concrète. C’est mon point de vue. Il n’en est pas autrement. J’ai le sentiment que si en ce moment avait lieu la Seconde Guerre mondiale il faudrait dix ou vingt ans pour venir à bout de Berlin. Ils ne veulent pas. Même en Afghanistan, ils ne veulent pas en venir à bout, faire face. Simplement, cela est profitable pour les Etats, ils utilisent leurs ressources monétaires et le blanchiment d’argent va bon train. Lorsque dans notre pays on posera véritablement le problème qu’il faut instaurer la paix, rétablir l’ordre dans la population, alors c’est certain les choses changeront, tout cela sera enfin résolu. Le peuple comprendra, enfin celui qui voudra comprendre. Mais le bandit, lui, il s’en sortira toujours, il faut absolument le combattre, et ne pas faire semblant, comme c’est le cas dans notre pays.

« Nous avons été trahis par le Commandant d’unité » 

ESK – Que s’est-il passé en Tchétchénie ?

Valentin : Ce qui s’est véritablement passé c’est que nous avons été trahis par le commandant d’unité. Sans ses décisions, à coup sûr j’aurais continué à servir et je n’aurais pas été blessé. Nous avons tout simplement été expédiés (le 23 février en Russie c’est la fête des Forces armées), cela signifie que nous nous avons été largués en hélicoptère sur le terrain pour poursuivre des combattants tchétchènes. Nous ne les avons pas rencontrés. Nous avions trois jours, et nous devions au bout de ces trois jours rentrer dans notre unité. Et, comme d’habitude, s’ils nous ont largué en hélicoptère, c’est qu’ils devaient nous ramener en hélicoptère. Mais, à cause de la fête[2]

A un moment, on a informé le commandant de la compagnie que le temps permettait de nous envoyer des hélicoptères. Mais le commandant de l’unité nous a refusé l’accès à bord des hélicoptères. Et lorsque nous avons regardé la carte, nous nous trouvions à douze kilomètres… Il fallait que l’on fasse en tout cinquante kilomètres, mais parmi ces cinquante kilomètres nous en avions douze à faire à travers un champ miné. Ce qui signifie que sous les ordres de notre commandant nous avons dû traverser un champ miné. Tout d’abord c’est l’enseigne qui a sauté sur une mine. Il a fallu le tirer de là, afin qu’il puisse être évacué. Et puis j’ai sauté sur une mine à mon tour. Eh voilà !

ESK – Quelle blessure avez-vous eu ?

Valentin : J’ai sauté sur une de nos mines, dans ce champ miné. Par conséquent, j’ai une blessure à la jambe suite à l’explosion et je suis devenu aveugle de l’œil droit, mon œil ne voit plus du tout.

Une médecine défaillante 

ESK – Après avoir été blessé, que s’est-il passé ? Où et comment avez-vous été évacué?

Valentin : Après la blessure, les hélicoptères sont arrivés et tout le groupe a été évacué. C‘était évident, car que nous commencions tout juste à traverser le champ de mines et jusqu’au moment de l’explosion on ignorait encore de quelles mines il s’agissait, sur la carte il était mentionné champs miné, mais quelles mines ?… Lorsque j’ai sauté sur cette mine et l’enseigne aussi, nous avons compris de quelles mines il s’agissait et comment faire. Mais les hélicoptères nous ont trouvés, nous avons été conduits à Khankala[3]. J’étais à l’hôpital en soins intensifs, ma blessure était grave, je suis resté cinq six jours à l’hôpital. Puis j’ai été envoyé à Rostov. A Mozdok j’ai subi une première opération. Au total j’ai subi neuf opérations, neuf lourdes opérations. Ensuite, on m’a de nouveau envoyé à Rostov. J’ai eu la gangrène, il a fallu m’amputer des doigts du pied, on m’a amputé des doigts. Enfin, de Rostov, je suis arrivé à l’hôpital militaire de Podolsk, en banlieue de Moscou. On m’y a conduit. L’histoire est intéressante. Les médecins étaient incompétents, ils n’étaient pas disposés à s’occuper de ma blessure. Au final, ils ont négligé mon pied. Quand ils m’ont amené, ils m’ont dit que l’articulation se ferait plus ou moins normalement, et que tout irait bien. Mais voici, qu’à mon arrivée à Podolsk, les médecins n’ont pu me venir en aide, il s’est avéré qu’ils n’avaient pas les qualifications requises. En fin de compte, j’ai eu une infection suppurative profonde. A Moscou et à Podolsk, trois ou quatre opérations ont été réalisées. Après les opérations il y aurait dû y avoir une amélioration. Mais deux semaines ont passées, et j’ai eu de nouveau près de 40°C de fièvre et de nouveau une infection au pied. Finalement, je me suis entretenu avec le chef du service, et je lui ai dit : « Soit vous m’amputez le pied, soit vous me transférez, dans ma circonscription, dans mon hôpital à Saint-Pétersbourg ».Ce que je voulais lui faire comprendre, c’est qu’il était urgent de me soigner. Je lui ai dit qu’en un an mon état s’était aggravé et que cela empirait. Il m’a répondu : « Lorsque la température sera tombée, nous vous transférerons. » Mon père est venu, il a fait le nécessaire pour que je puisse être enfin transféré à l’hôpital de Saint-Pétersbourg.

ESK – Et votre mère est venue elle aussi ?

Valentin : Oui ma mère est également venue. Mais c’est mon père qui a pu me sortir de cette affaire. Sans lui, j’ignore comment cela aurait fini. Peut-être que je n’aurais plus de pied à l’heure où je vous parle, ou quelque chose d’autre. C’est une histoire déconcertante. J’ai fini dans une voiture avec 40°C de température, sous cachets, et ayant absorbé une quantité faramineuse d’anesthésiants, j’arrivais à la fin de mon périple, à Saint-Pétersbourg.

ESK – Par vos propres moyens?

Valentin : Oui. On a mis à ma disposition une voiture, et on m’a déposé à la gare. Et de la gare avec mon père on m’a chargé dans le train et je suis arrivé à bon port. Puis j’ai été transporté à l’hôpital militaire de Saint-Pétersbourg. Un très bon médecin s’est occupé de moi, c’était le chirurgien en chef à Grozny lors de la première campagne tchétchène. En m’auscultant, il a été choqué. Il était terrifié du travail réalisé sur mon pied par un ignorant. Il s’est mis à regarder et m’a dit : « Où as-tu été soigné ? » Je lui ai répondu : « A Podolsk, dans la banlieue de Moscou. » Il était abasourdi, car, à Podolsk, ils m’avaient mis l’appareil d’Ilizarov[4], et ils me l’avaient retiré en me disant : « Marche ! » J’ai alors compris que mon pied ne s’était pas consolidé, que les os n’avaient encore pas du tout poussé et qu’ils bougeaient. Comment aurais-je pu marcher ? Je me serais levé et serais tombé aussitôt. De plus, l’appareil d’Ilizarov avait été mis à l’envers, c’est alors qu’a commencé l’infection car les aiguilles qui sont insérées dans le pied et dans l’appareil d’Ilizarov doivent être en acier inoxydable ou en or (naturellement cela coûte très cher), l’acier est plus standard. A quoi ont-ils pensé à Podolsk : ils ont inséré des aiguilles en acier ordinaire, ce qui est formellement interdit pour la bonne et simple raison qu’au contact du sang elles s’oxydent et commencent à rouiller à l’intérieur. C’est ce qui s’est passé dans mon cas, et la raison pour laquelle j’ai eu de la température et une infection suppurative. Le médecin traitant à Saint-Pétersbourg a déclaré : « Si tu avais été transporté trois semaines plus tard… ». Parce qu’après m’avoir ausculté, il m’a envoyé exactement deux jours après en salle d’opération. « Tu serais arrivé plus tard, une septicémie était garantie, et ce qui se serait passé ensuite, nous l’ignorons. Pas une amputation du pied, mais une infection générale de l’organisme aurait conduit à quelque chose de dramatique. » Il a fallu me raccourcir le pied de cinq centimètres, parce que le processus était déjà enclenché. L’articulation inférieure a suppuré, et il a fallu l’amputer, parce que là-bas rien n’avait été fait. Si cela avait été fait immédiatement à Podolsk, – car lorsque je suis arrivé à Podolsk mon pied était en parfait état -, il fallait seulement attendre que la plaie se cicatrise, les points de suture et attendre que les os se soudent ensemble. Mais au lieu de ça, ils ont fait ce que bon leur semblait. Ainsi, avec ces problèmes je suis resté alité pendant 6 mois. C’est-à-dire, somme toute, j’ai passé 18 mois dans les hôpitaux. J’ai mis tout cela par écrit. La seule chose dont ils ne se sont pas occupés c’est de ma vue, et je n’ai pas attaché d’importance à cela, ma vue était normale et je ne comprends toujours pas ce qui s’est passé. J’ai passé exactement 18 mois à l’hôpital, on m’a donné l’autorisation de sortir, et en deux semaines j’ai perdu la vue, une inflammation de l’œil droit est apparue. Les médecins à l’hôpital militaire ne m’ont pas repris car je n’étais pas sous contrat, je n’ai pas servi sous contrat mais en tant que conscrit, et les conscrits ne sont pas pris en charge. Je passe ainsi des examens dans les hôpitaux civils. Mais qu’est-ce que c’est l’hôpital civil au juste ? Si une personne a subi un traumatisme dans le civil, je peux le comprendre. Mais lorsque celui-ci est lié à l’explosion d’une mine, ou à des opérations militaires, je trouve, que ce n’est pas correct. J’estime que si vous servez, alors il est nécessaire que le Ministère s’en occupe. […] Lorsque le médecin civil m’a examiné, il a déclaré que j’avais une hémorragie interne à l’œil. Mais l’opération de mon œil n’était pas possible car, en premier lieu, il avait été négligé et deuxièmement, j’encourrais un grave danger à l’autre œil, et je deviendrais aveugle des deux yeux. L’hémorragie interne de l’œil se déplacerait au cerveau, et je mourrais. Il y avait peu d’alternatives. Ils ont refusé, ils ont dit : « Nous n’opérons pas ». Me voilà avec un seul œil, je lutte, mais parfois j’abandonne. Et en ce qui concerne les études, c’est une réalité, nous sommes à l’ère de la technique et des ordinateurs, nous ne pouvons faire sans, si vous voulez trouver du travail, si vous devez écrire une thèse de fin d’année ou une thèse d’études supérieures, tout se fait devant l’écran d’ordinateur, mais pour ma part au bout de deux trois heures je commence à avoir des maux de tête, mes yeux pleurent douloureusement. L’expliquer aux enseignants à l’Université ? C’est inutile. Et si vous trouvez un travail alors on vous donnera aussi un ordinateur. Et alors quoi ? Je leur répondrai que je ne peux pas travailler sur un ordinateur ! Et ils me répondront : « Eh bien quoi reste chez toi, à attendre ta pension, à quoi peux-tu nous servir ?» C’est pourquoi, par principe, je ne porte plus mes lunettes à l’œil gauche cela m’est égal. Je pense que maintenant c’est fini, il me reste une dernière année, il faut que j’obtienne mon diplôme et il me faut une correction à l’œil gauche. Mais maintenant cela n’a plus de sens, maintenant tout passe par les ordinateurs.

Les débouchés professionnels d’un invalide des guerres de Tchétchénie

ESK – Comment avez-vous fait pour trouver un emploi ?

Valentin : Je vais vous expliquer. Je suis sorti de l’hôpital. Je ne sais pas comment cela fonctionne chez vous en France, mais ici il est très dur d’obtenir un emploi. Nous n’avons aucune aide du gouvernement, ni des entreprises privées. Il faut tomber sur la bonne personne, qui vous trouve du travail. Il y des lois qui existent, on devrait nous prendre mais on ne nous prend pas. Finalement, j’ai été embauché par une connaissance de mon père, j’ai commencé à travailler.

ESK – Quel genre de travail ?

Valentin : Je travaillais dans la sécurité. Je surveillais des voitures. J’ai obtenu mon permis de conduire. Je peux dire honnêtement que j’ai acheté le certificat de bonne santé pour obtenir le permis. Car à ce moment mon œil ne voyait plus. C’est la raison pour laquelle j’en suis venu à acheter un certificat. Parce qu’il me fallait des droits, je n’avais pas d’autre issue, je ne les ai pas obtenus facilement. Mon permis en poche, j’ai acheté une voiture. Personne n’a deviné. Mais on me demandait : « Pourquoi tu boites ? ». Et je répondais « j’ai joué au football, je me suis cassé le pied, ça s’est mal remis ». Et pour mes yeux cela ne se voyait pas. A l’origine mes yeux étaient de couleur identique, à présent ils sont différents, c’est à cause de la blessure. Et puis, j’ai obtenu un travail. A un moment donné, j’ai reçu un appel de Moscou au travail.

ESK – Combien de temps avez-vous travaillé après votre sortie de l’hôpital ?

Valentin : J’ai travaillé là-bas un an environ. J’ai d’abord commencé à travailler dans une organisation, dans une entreprise de construction, également en tant qu’agent de sécurité. Mais je ne me plaisais pas dans cette entreprise, je ne citerai pas son nom mais des personnes peu honnêtes travaillaient là-bas. Je compris alors qu’il fallait partir car je n’étais pas encore prêt à devenir un bandit. Je suis donc parti et je me suis retrouvé dans une entreprise sérieuse. Cela m’était tout de même égal qu’elle soit bien car ce n’était pas mon but dans la vie de rester un simple agent de sécurité, mais je dois avouer que durant la première période de ma vie cela m’a bien aidé. Et un jour alors que j’étais à mon travail, j’ai reçu un appel de Moscou.

 La maison Cheshire à Moscou

Valentin : Ce n’est pas Iouri Ivanovitch [Nauman, le directeur de la Maison Cheshire] qui m’a appelé (et plus exactement on ne m’a pas appelé de Moscou mais de la région militaire de Léningrad) mais un certain lieutenant-colonel. Voilà ce qu’il m’a dit : « Si vous le désirez, vous avez la possibilité d’étudier, de recevoir une formation supérieure à la Maison Cheshire à Moscou. » Honnêtement je peux vous dire que je n’ai jamais aimé étudier, j’ai toujours été paresseux, cela n’a jamais été mon fort. Faire n’importe quoi d’autre, d’accord. Mais étudier c’est l’ennui. Alors, lorsque l’on m’a dit que j’avais la possibilité de suivre un enseignement supérieur, je peux vous dire honnêtement, mais j’étais contre. Mais apparemment à la maison ils étaient d’accord… J’avais du travail et je planifiais même d’acheter une deuxième voiture, car la mienne était très ancienne (de 1986). J’aurais travaillé durant un an, cela nous aurait permis de pouvoir acheter une nouvelle voiture, et de prendre un crédit. Sans lien avec les études, je me suis dit que partir à nouveau pour Moscou, avec mes blessures… Je pensais ne plus mettre les pieds ici. J’étais déçu, voilà tout. Et soudain on me demandait d’y retourner. J’ai dit : « Non, je n’irai pas ». Ils m’ont appelé une première fois, puis une autre fois du bureau de recrutement. Ils me téléphonaient presque tous les jours. J’ai été contraint et forcé d’y aller. Un beau jour, alors que je rentrais chez moi, mes parents ont cherché à me persuader, ils m’ont influencé afin que j’aille étudier. Ils n’avaient pas pris soin de m’expliquer clairement ce que c’était que cette Maison Cheshire. Ils m’ont seulement dit que j’étudierai avec d’autres invalides comme moi. Je m’imaginais plutôt vivre dans une maison avec des personnes âgées, des grands-pères, des grands-mères, et que je serai tout seul. C’était ce à quoi je m’attendais. Mais en fait, c’était différent. Si on m’avait dit qu’il existait une telle maison pour anciens combattants. Mais je ne le savais pas encore, ils ne m’avaient rien dit. Et nous ne comprenions pas tellement. Nous avons rassemblé des tas de papiers, beaucoup de renseignements étaient nécessaires. Et puis finalement ils m’ont obligé à y aller et je suis parti. Lorsque je suis arrivé ici, j’ai réalisé de quoi il s’agissait, la situation dans laquelle je me trouvais et que j’y resterai. J’ai fait la connaissance de Iouri Ivanovitch. Il m’a aidé à résoudre bon nombre de problèmes.

Un statut temporaire d’invalidité

Valentin : Il m’est encore arrivé une histoire étrange, lorsque j’ai obtenu le statut d’invalide, on ne me l’a pas accordé de façon permanente, mais temporaire.

ESK – Quel est votre catégorie d’invalidité ?

Valentin : Je fais parti du troisième groupe d’invalidité[5], bien que normalement je devrais être dans le deuxième.

ESK – Portez-vous une prothèse ?

Valentin : Non, regardez mon pied, je n’en porte pas. Mais je suis borgne d’un œil, et il ne se rétablira pas. Mon pied lui est endommagé. Je devrais bénéficier du deuxième degré d’invalidité. Mais visiblement à la sécurité sociale, où l’on s’occupe de ces choses là afin d’établir la carte d’invalidité, selon l’expertise médicale, ils estiment qu’il faut économiser de l’argent sur mon dos pour l’Etat. Visiblement, certains fonctionnaires corrompus sont partis en vacances dans le Sud. Pourquoi donner de l’argent à quelqu’un qui en a vraiment besoin, alors que l’on a la possibilité avec ce même argent de s’envoler quelque part pour se promener. Ils m’ont seulement accordé le troisième groupe, et en plus il n’est pas permanent. Cela signifie, que chaque année je dois passer un nouvel examen médical. Alors que je ne vis pas à Saint-Pétersbourg-même, mais dans la banlieue de Kolpino.

ESK – Est-ce que c’est loin du centre qui détermine le degré d’invalidité ?

Valentin : Oui, ça l’est. J’ai passé la visite médicale auprès de tous les médecins. En tout quatre médecins. Cela m’a pris trois mois. Ensuite, j’étais attendu à la commission principale. Là-bas, je suis encore passé entre les mains des médecins, puis la commission générale s’est réunie et a pris sa décision, de m’accorder ou non l’invalidité. Et lorsque je me suis présenté devant eux, voilà ce qu’ils m’ont dit : « Jeune homme, vous auriez dû vous présenter bien avant… ». Car selon les délais, si vous ne vous présentez pas à temps, on vous supprime la pension, sans proroger l’invalidité. Voilà ce qu’ils m’ont dit: « Jeune homme, vous ne pensez pas avoir du retard ? Vous auriez dû venir il y a deux mois. » Je leur ai répondu de prendre connaissance des documents, de lire ce qu’avaient écrit les médecins et de regarder quand j’ai commencé à passer l’inspection. Ils ont répondu que cela était quelque peu long. J’ai dit que je pouvais commencer dès la nouvelle année à repasser auprès de chaque médecin afin d’être prêt pour le mois de mai. Chose faite à partir du mois de février mais j’ai tout de même été en retard. Et lorsque je suis venu étudier ici, il s’est avéré que pendant mes études, il fallait que je me rende à l’examen médical. De plus, ça tombait pendant la période d’examens. Et naturellement, les professeurs n’allaient pas attendre. Mais pour moi la pension est vitale, c’est mon revenu principal.

La pension d’invalidité 

ESK – Combien percevez-vous pour votre pension ?

Valentin : Je perçois seulement 13 000 roubles par mois (environ 325€). C’est très peu. De plus, je dois payer les transports en commun, l’eau et l’électricité (à la maison) à prix réduits tout de même. Cela signifie que j’ai à portée de mains qu’il me reste entre 7 000 et 8 000 roubles. Mais cet argent n’est rien. Vous savez je me suis intéressé au cas des anciens combattants américains… Je ne compte pas débattre, mais il est possible qu’ils perçoivent entre 2 000 et 3 000 dollars. Pour un Etat, qui n’a pas une orientation sociale, il se soucie d’eux, voilà ce qui me surprend. On nous dit que notre Etat est social, qu’on élabore des programmes, des ministères entiers, des instituts… Mais en réalité, nous ne recevons rien, de fait, il n’y a rien. Ils ne veulent rien nous donner. La loi est pourtant là, mais elle ne fonctionne pas. Pourquoi elle ne fonctionne pas ? Tu écris au Ministère, ils se taisent. On ne peut pas faire pression. Quand j’observe les pays européens, je suis stupéfait. Et les Américains ils ont tout, une pension, des médicaments et on les aide à retrouver du travail. Et la société et l’Etat vous laissent croire que pouvez être encore nécessaires.

ESK – Pourquoi pensez-vous que l’Etat ne se soucie pas de vous ?

Valentin :Si nous revenons à la Maison Cheshire, son programme est maintenu grâce à l’enthousiasme de Iouri Ivanovitch [Nauman] et Sergueï Alekseevitch. Bien que ce soit de la responsabilité de l’Etat. Mais l’Etat ne veut rien faire. Des députés se sont déplacés, puis d’autres mais personne n’a bougé le petit doigt.

« Nous sommes le rebus de la société » 

ESK – Pourquoi en Russie l’Etat refuse-t-il de se soucier de vous ? Qu’en pensez-vous ? L’invalidité y serait-elle perçue comme une faiblesse ?

Valentin : Je ne pense pas que se soit le cas seulement en Russie mais certainement dans le monde entier. Et je ne crois pas que ce soit une faiblesse. Pourquoi en Russie l’Etat refuse-t-il de se soucier de nous ? Parce qu’ils ne veulent pas, voilà tout. Peut-être que nous ne sommes pas indispensables. Pour Iouri Ivanovitch, nous étions apparemment utiles, c’est pourquoi il a voulu de nous. Mais pour l’Etat ce n’est pas le cas, nous ne sommes pas utiles pour eux. Ils nous perçoivent sans doute comme le rebus de la société. Et puis cela est profitable pour eux, ils peuvent voyager n’importe où, en Egypte, au Caire se détendre avec l’argent, que l’on pourrait laisser à d’autres…Il y a beaucoup d’argent dérobé qui s’envole vers on ne sait où. Aux informations il y a de ça 2 ou 3 ans, une inondation avait eu lieu en Sibérie, le premier ministre était alors Zoubkov, de l’argent avait été débloqué et un demi million de roubles avait mystérieusement disparu. C’est ridicule, comment est-il possible qu’une telle somme d’argent se soit volatilisée ?

Au sujet des anciens combattants où réside le problème ? Il faut bien que cette maison soit occupée par des personnes. Et si des gens en ont besoin, alors il faut mettre cela en place. Que les businessmen viennent. Je ne leur demande pas d’argent. Je vais obtenir mon diplôme. Mais où va-t-on me prendre ? L’expérience professionnelle est nécessaire… Ils ne verront en moi que l’infirme… pas un ancien combattant, ce qui serait est un plus. Ils nous perçoivent uniquement comme des infirmes et nous traitent ainsi : en quoi pouvons-nous bien avoir besoin d’eux ? Il y a des gars qui à la fin de leurs études obtiennent leur diplôme avec les félicitations, se sont d’excellents élèves. Ils reçoivent 9 000 roubles (225€), ce n’est pas grand-chose. Ils ont obtenu leur diplôme et ils ne trouveront de travail nulle part. Même avec leurs connaissances, personne ne voudra d’eux. Il se trouve que tout repose sur la bonne volonté de deux, trois ou quatre personnes. Je me souviens d’une émission sur REN TV, il était question d’un jeune homme, ancien combattant, qui n’a même pas obtenu le statut d’invalide, on a refusé de lui accorder (chez nous ça se passe comme ça). Puis il a été décoré et on lui a dit : « C’est tout ! ». Et ils ne lui ont pas accordé le statut d’invalidité, alors qu’il était paralysé. Il a fait appel, l’appel a été rejeté ; des businessmen se sont réunis et lui ont apporté un fauteuil roulant électrique afin qu’il puisse partir. Il est resté 360 jours à la maison, il ne sortait pas, et sa mère était trop âgée pour le lever. Je cite cet exemple pour montrer que l’Etat ne prend pas ses responsabilités, il préfère effacer, oublier et voilà tout. Ainsi, nous avons décoré la personne, il a fini d’accomplir son travail. En fait nous sommes du matériau pour un travail donné. Lorsque nous sommes appelés pour nous engager dans l’armée voilà ce qu’on nous dit : « Les gars, allez rembourser votre dette à la Patrie, à l’Etat… » Mais ce n’est pas envers l’Etat que je souhaitais payer ma dette mais envers la Patrie. C’est une des raisons pour lesquelles je suis parti : Je suis vraiment révolté quand des explosions ont lieu, et de surcroît en temps de paix, le terrorisme. Et je suis persuadé que l’Etat laisse faire, c’est regrettable à dire. Je suis sûr que cela est fait spécialement, et que l’Etat le permet. Pour faire des attentats en temps de paix, dans des villes pacifiques au-delà du territoire du Caucase du Nord. Nous avons tant de services secrets de toute sorte. Comment est-il possible d’admettre qu’ici à Moscou ou encore qu’en Angleterre il y ait aussi des attentats, comment est-il possible qu’il y ait des explosions à l’intérieur de villes de en paix ? C’est inadmissible. En ce qui concerne les membres des services secrets, il faudrait d’emblée les emprisonner, les fusiller, les massacrer. Parce qu’ils se sont eux-mêmes permis de le faire, ils sont coupables. Et quand les ministres déclarent : «Nous sommes fautifs, nous avons échoué, voilà ce qui s’est passé ». Alors pourquoi vous recevez de l’argent, c’est pour protéger le peuple et l’Etat. C’est l’une des raisons de mon voyage dans le Caucase du Nord, c’est parce que je crois qu’il faut faire la paix. Un monde pauvre, mais un monde sans violence, sans terreur. A cause de cela je suis parti. Plus pour me contrôler moi-même et pour mes qualités. Dans l’ensemble nous étions très nombreux à nous réunir, cela m’a poussé à partir. Autrefois, beaucoup refusaient de partir. Autrefois, on nous expédiait de gré ou de force, « vous irez faire la guerre un point c’est tout ». A présent, nous avons fait un grand pas, nous avons désormais le choix : je pouvais accepter de partir ou refuser de le faire. Mais j’ai dit : « J’irai ! ». C’était une décision tout à fait délibérée et volontaire, je n’ai subi aucune pression. J’étais stupéfait de cela je pensais que tous ceux qui refusaient de partir seraient soumis à des pressions. Mais ce ne fut pas le cas, ceux qui voulaient, ceux-là seulement sont partis. Résultat, nous sommes partis, nous avons été blessés et voilà tout. Nous avons accompli notre devoir. Regardez nos politiciens, comme d’ailleurs la plupart, ils parlent bien : «Nous faisons beaucoup ». Et au final nous n’obtenons rien.

ESK – Nous sommes dans la maison Cheshire qui est pratiquement vide, quels sont vos projets pour cet été ?

Valentin : En ce moment c’est l’été, beaucoup sont partis, et moi je prépare mon diplôme…

ESK – Dans quel domaine ?

Valentin : Dans les finances, l’économie et les assurances. L’intitulé de mon diplôme : « Caractéristiques du marché de l’assurance en cas d’accident ».

ESK – Depuis combien de temps êtes vous à la Maison Cheshire ?

Valentin : C’est ma cinquième année, et ma dernière. Je vais déjà passer mon diplôme.

Les indemnités de combat

ESK – A la suite de vos blessures, avez-vous perçu une somme d’argent, une compensation monétaire ?

Valentin : Oui, en effet, j’ai eu de l’argent.

ESK – Quelle somme avez-vous obtenu ?

Valentin : Presque 200 000 roubles (5 000€).

ESK – Qu’avez-vous fait avec cet argent ?

Valentin : Je me suis acheté une voiture, le permis avec, et j’ai acheté un ordinateur. Et c’est tout, j’ai tout dépensé. Par exemple, je vis dans un foyer avec toute ma famille, mes parents et ma sœur, nous n’avons même pas notre propre appartement. Depuis toujours nous vivons comme cela. Je ne sais pas quand j’obtiendrai un logement, j’ignore si je vais le recevoir un jour.

ESK – Vous êtes censé l’obtenir ?

Valentin : Oui, conformément à la loi je devrais. Cela aurait déjà du être fait mais j’attends toujours.

ESK – En tant qu’ancien combattant ?

Valentin : Oui, c’est cela. Nous sommes encore très nombreux dans ce cas à ne pas avoir de logement.

Les décorations militaires de … Kadyrov

ESK – Avez-vous été décoré ?

Valentin : L’Etat m’a remis la médaille du Courage, et l’insigne de la croix de Malte « Pour le service dans le Caucase ». Et c’est tout.

ESK – Quand les avez-vous reçus ?

Valentin : Lorsque j’étais hospitalisé et que je n’avais pas encore donné ma démission. Assez rapidement. Je l’ignorais mais Iouri Ivanovitch m’a raconté, qu’à présent beaucoup de temps a passé, et bon nombre de gars n’ont toujours rien reçu, d’après les documents ils auraient dû être décorés mais ils n’ont rien reçu. Iouri Ivanovitch s’occupe de résoudre cette injustice. Alors que le Président de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a été décoré de la médaille des Héros de Russie. Pourquoi ? Probablement, parce qu’il est profitable à notre Etat d’attribuer des médailles à n’importe qui. Pour moi Ramzan Kadyrov est un bandit et il le restera. Je ne le considère pas comme une grande figure politique. J’estime que c’est un bandit. On lui a remis la médaille des Héros de Russie. Pourquoi ? Certainement, parce qu’à cette époque c’était un combattant, mais à présent il s’est rangé du côté du pouvoir, dans le but de ne pas être fusillé probablement. C’est l’avis de beaucoup de gars qui étaient en Tchétchénie. Ils sont très négatifs à son sujet.

Le retour à la vie civile 

ESK – Comment se sont passées vos retrouvailles avec vos amis de Saint-Pétersbourg après tout cela ? Après la guerre ?

Valentin : Eh bien, ils étaient déjà venus me voir à l’hôpital. On peut diviser ma vie, et pas seulement la mienne sans doute, mais celle de nombreux anciens combattants, en différentes étapes. Lorsque je suis parti pour l’armée, j’étais alors stupide.

ESK – C’est ce que vos amis pensent ou bien c’est vous qui le pensez ?

Valentin : C’est ce que moi je pense. Mais ma conception du monde a changé. Lorsque je suis entré dans l’armée j’avais seulement 18 ans et j’étais stupide. Quand j’ai été blessé j’en avais 20 ans. A 21 ans je suis devenu retraité. Cela signifie que j’étais idiot. En temps de paix, j’avais acquis une certaine expérience. Je suis parti en Tchétchénie, autre étape : la formation de l’homme en tant que personnalité. Quelque chose d’important dans la vie. Des objectifs sont apparus. Le dévouement, la fidélité, le patriotisme sont apparus, je ne parle pas pour l’Etat mais pour la Patrie, l’amour de la Patrie. Il y avait déjà de telles circonstances, lorsque j’étais prêt à partir et cela me révoltait. Ce n’est pas à la portée de tout le monde de comprendre, qu’il faut venir à bout du danger soi-même. J’ai pris alors conscience que je n’étais plus ce garçon de 18 ans. Mes opinions étaient tout à fait autres. Aujourd’hui je suis infirme, mais si je devais être confronté à un quelconque incident, si une personne s’en prenait à une autre devant mes yeux, je sais que je ne douterai pas un instant et que je m’imposerai pour intercéder, même s’ils me tuent. Je n’exclue pas une telle possibilité. D’un côté je sais que je ne tiendrai pas. Aujourd’hui les jeunes, sans doute non seulement en Russie mais partout dans le monde, ne prennent pas cette initiative. Maintenant c’est ainsi : je porte ma chemise près du corps, je rentre à la maison, et que l’on viole ou que l’on tue, cela ne me regarde pas. Peut-être que j’éviterais une cinquantaine de personnes, mais à un contre trois ou quatre ou même deux avec un couteau, tout le monde n’irait pas. C’est ma trempe.

Lorsque je suis revenu, (mes amis aussi ont servis dans l’armée), nous nous fréquentions mais notre conception du monde était différente. Elle se distinguait dans le sens où ce n’était pas mon but de vouloir à tout prix gagner des millions. Je souhaiterais simplement travailler normalement, afin de pouvoir subvenir à mes besoins, entretenir ma famille, si je me marie pouvoir nourrir mes enfants, avoir un appartement et une voiture. Et c’est tout. Chez certains de mes amis, plus il y a d’argent mieux c’est. Mais ce sont tout de même de bonnes personnes qui peuvent vous venir en aide si vous en avez besoin. Ce sont véritablement des amis, non des camarades, je les fréquente depuis longtemps.

ESK – Ils sont restés vos amis ?

Valentin : Oui, ils le sont restés mais une barrière s’est quelque peu installée entre nous. Parce que j’ai acquis de l’expérience et eux en ont manqué. Je peux le dire que ça ne m’intéresse pas d’aller dans des clubs. Non pas parce que là-bas il n’y a rien à faire, mais parce que c’est inintéressant. J’en ai pourtant connu des discothèques, des soirées, des night-clubs mais je n’y vais pas. Je peux danser, fut un temps où je pratiquais la danse de salon. Mais ce n’est pas intéressant là-bas, les gens boivent, commencent à se bagarrer à cause de rien, comme ça. C’est ennuyeux. Les gens sont assis avec leurs yeux brillants. Beaucoup ont de l’argent, la jeunesse dorée. Mais ils ne font rien eux-mêmes, papa et maman font pour eux. Et moi j’ai suivi ma voie. Mon père a aussi servi, dans la marine de guerre. Avant de choisir d’aller à l’armée, mon père m’avait fait venir et m’avait dit : «Ecoute, tu as deux solutions, tu refuses d’aller à l’armée, et dans ce cas nous ne te verserons pas d’argent ». Je lui ai dit que moi-même ce n’était pas ce que je voulais. « Soit, par connaissance tu vas apprendre le métier d’officier et tu fais l’Institut Supérieur Maritime, soit tu vas à l’armée. » J’ai répondu : « Je vais à l’armée. » Alors il a demandé : « Pourquoi tu ne veux pas entrer à l’Institut, dans cinq ans tu auras fini tes études, tu auras reçu une instruction supérieure et tu pourras servir après. » Je m’en suis tiré par une plaisanterie en disant : « Je préfère servir deux ans dans l’armée, qu’étudier 5 ans dans une académie. » Puis après ma blessure, nous nous sommes retrouvés et nous avons longuement discutés : «Papa que te serais-tu imaginé si j’étais allé là-bas ? » Je sais que tu as des connaissances à l’Institut, le chef notamment. Tu t’imagines comment je me serai retrouvé là-bas, par connaissance, j’aurais pu en profiter, grâce à toi. Ainsi je ne me respecterai pas, je veux faire les choses moi-même. Il est évident que je ne vais pas devenir président du pays mais diriger une entreprise, avoir des postes de direction… Mais je voudrais y parvenir seul du début à la fin. Seulement il faudrait qu’on nous en donne la possibilité et alors j’aurais fait tout mon possible pour y arriver. Mais on ne m’a pas donné cette chance. Alors j’espère qu’on me l’a proposera un jour. Et je sais que je réussirai par moi-même. Si j’ai des enfants je leur ferais la leçon, afin qu’ils se débrouillent eux-mêmes. Je ne dis pas le contraire, une aide peut être nécessaire, mais pas de cette manière en implorant : « Donnez-moi de l’argent, je suis un pauvre invalide », ni de celle-là « Donnez-moi un coup de pouce, trouvez-moi un emploi ». Je gagne mon propre argent, il en est de même pour l’appartement et la voiture. Laissez moi seulement le faire. Aujourd’hui nombreux sont ceux qui réclament de l’argent. Je n’ai pas besoin de ça, je préfère le gagner moi-même. Offrir la possibilité de se procurer un emploi normal, faire des études supérieures et quoi au bout ? Concierge ? Il vaut mieux ne pas travailler du tout dans ce cas. Agent de sécurité ? Le niveau n’est-il pas le même ? A quoi bon bénéficier d’une instruction supérieure alors ? Sans cette instruction j’aurais travaillé en tant qu’agent de sécurité, puis comme concierge, cela aurait été vraiment déplorable. On reçoit une instruction pour progresser. Mais quand on vous met des bâtons dans les roues, c’est le pire. On ne laisse pas la place aux personnes normales. C’est l’Etat, depuis les oligarques jusqu’aux membres de la Douma et du gouvernement qui bloquent. Ils ne se soucient pas de ça, ils ne tiennent pas compte des lois, ils ne sont ni contraints, ni réglementés.

« Je n’attends rien de l’Etat » 

ESK – Aujourd’hui qu’attendez-vous de l’Etat ?

Valentin : Aujourd’hui, je n’attends absolument rien de l’Etat. Et cela déjà depuis bien longtemps. Mon opinion a changé lorsque je me suis retrouvé en Tchétchénie. Car nous avons été trahis. Des personnes sont responsables de l’explosion et de mes blessures. Mais si on regarde plus généralement, que peut-on attendre de l’Etat, lorsque notre cher et tant aimé Etat vend des armes à tous les combattants ? Ce sont les faits, même s’ils essayent de les cacher. Les commandants normaux, les généraux, je pense qu’ils ont tous disparus. Certains ont explosés, d’autres ont été tués. A présent, ils ne sont plus qu’un ou deux généraux à être capable de démontrer quelque chose, pas plus. Tous les autres ont été emprisonnés ou fusillés. Parce qu’apparemment, ils en savaient trop. Alors comment peut-on attendre quelque chose d’un tel Etat ? Nous n’attendons rien. Ce n’est pas rentable pour eux, ils ne veulent pas s’en occuper. Ils vendent le pays, comme ils l’ont déjà fait et ils continueront à le faire. Je ne serai pas surpris si la Russie venait à se diviser en plusieurs Etats comme c’était le cas à ses débuts. Moscou deviendrait une principauté séparée, Saint-Pétersbourg, séparée elle aussi et toute la Russie serait divisée. Et c’est tout. C’est pourquoi je n’attends rien de l’Etat. Je n’ai confiance en aucun de nos politiciens ni de nos dirigeants. S’ils avaient voulu, ils auraient pu changer les choses il y a bien longtemps déjà. Mais ils ne veulent pas.

Les séquelles de la guerre

ESK – Etes-vous en proie ou tourmenté par des souvenirs, des rêves concernant la guerre en Tchétchénie ?

Valentin : Je ne peux pas dire que je suis tourmenté. Je ne peux pas dire non plus que le temps passé en Tchétchénie a été néfaste. En effet, je me suis plu là-bas. Car nous étions comme une fratrie, sincères les uns envers les autres on ne se trahissait pas et on ne se dénonçait pas. C’est le plus important. Si je n’étais pas blessé et si en ce moment j’en avais l’occasion je retournerais en Tchétchénie et j’irais en Ossétie du Nord et partout où il y a des opérations militaires actuellement. Parce que la République de Tchétchénie est un petit Etat, un petit territoire. Nous étions une petite compagnie, trente personnes, mais en même temps une grande famille, les uns avec les autres. Ici, Moscou, St-Pétersbourg, le territoire est immense. Et on ne sent pas en sécurité. On sort, et nous sommes en danger en permanence. Vous reconnaissez que personne ne vous viendra en aide. Mais en Tchétchénie on peut sortir l’esprit tranquille.

ESK – Mais ici il n’y a tout de même pas la guerre.

Valentin : Qu’est-ce qui vous fait penser cela ? Elle est présente au contraire. La guerre ce n’est pas seulement quand il y a des explosions et que l’on est tué. Ici il y a aussi la guerre, celle de la survie. Ici en temps de paix, et pas seulement chez nous, dans le monde entier nous essayons de lutter. Et, heureusement on ne se tire pas dessus, Dieu merci. Si la violence des opérations militaires cessait partout, alors on pourrait vivre et s’aider les uns les autres. Les pays ne seraient pas divisés, les pays du tiers-monde notamment, en voie de développement etc.… Il faut leur venir en aide. En Afghanistan, ils sont en guerre. Et puis quoi ? Arrêtez. Il faut aider la population locale. Là-bas, ils cultivent le pavot. Et si nous y allons, ils seront massacrés. Puis d’autres arriveraient, et les choses se répéteraient. L’infrastructure n’est pas développée. Après on s’étonne, que des stupéfiants se retrouvent en Russie, en France, en Angleterre. Parce que tous les dirigeants – pas seulement ceux de la Fédération de Russie – mais tous les dirigeants et les Etats sont eux-mêmes intéressés par cela. S’ils n’étaient pas intéressés, il y aurait bien longtemps qu’ils auraient mis un terme à ce fléau. Pourquoi là-bas de grosses sommes d’argent disparaissent-elles ? Le problème est le suivant, tout repose sur l’argent. Bien que ce ne soit qu’un vulgaire bout de papier, on se rue tous dessus. Et après la crise apparaît. Et d’où provient-elle ?

La psychologue : – « Vous êtes tous malades ! »

ESK – Avez-vous ressenti le besoin de vous adresser à un psychologue ?

Valentin : Non. C’est le psychologue qui est venu à moi.

ESK – Ca s’est passé où ? Lorsque vous étiez à l’hôpital ?

Valentin : Oui, lorsque j’étais à l’hôpital. Mais, vous savez je traite les psychologues avec beaucoup de méfiance. Lorsque la jeune femme psychologue est arrivée, elle a apporté un tas de tests. Nous avons commencé, ça a duré deux heures. Elle me posait des questions, j’y répondais et elle notait. Le fait d’avoir parlé deux heures avec elle, cela m’avait tourmenté. Puis elle est partie et est revenue au bout de deux jours et m’a affirmé : « Vous êtes tous malades, il faut vous soigner ». Je n’attendais pas d’autre réponse venant d’une psychologue. Chez nous, si l’on rentre dans l’armée, on est déjà malade. Autrefois, à l’époque soviétique c’était différent, si tu refusais de partir à l’armée, alors tu n’étais pas un homme. A présent, nous avons perdu cette valeur. A présent l’armée est désunie, vous partez pour l’armée vous êtes un homme malade, vous n’y allez pas vous êtes un homme brave et respectable.

A quelles fins est venue la psychologue. Si c’est pour nous aider… Je ne suis pas malade de la tête, j’ai tout de même un sens aigu de la justice, dirons-nous. Je suis pour la justice. Si je suis une personne droite, alors il faut que la justice le soit avec moi en retour. Mais chez nous, il arrive souvent que, lorsque tu agis bien, on te plante un couteau dans le dos. Je tente de me tirer de cette situation moi-même.

ESK – Qu’avez-vous répondu à la jeune femme psychologue, lorsqu’elle vous a affirmé que vous étiez malade ?

Valentin: J’ai répondu : « Oui, probablement, je suis malade. Nous ne sommes pas très amis ma tête et moi. » Elle s’est mise à rire et est partie.

ESK – Cela veut dire que rien ne s’est passé ? Elle n’est jamais revenue ?

Valentin : Non, de toute façon ce qu’elle pense et ce qu’elle dit m’est complètement égal. C’est son problème. Peut-être qu’elle aussi elle n’a pas la tête qui tourne bien rond.

En ce qui concerne la réhabilitation, je n’ai rien reçu. Lorsque je suis arrivé à l’inspection, on m’a questionné sur la réhabilitation. J’ai dit: « Vous pouvez me dire au juste ce que c’est la réhabilitation ? ». Je ne comprends pas tout : J’ai séjourné dans divers hôpitaux, et je suis sorti une fois remis sur pieds. Il s’agit de la réhabilitation? C’est à ça qu’elle ressemble ? A la télévision, ils parlent de la réhabilitation, vous m’en parlez aussi…Mais elle n’existe pas. Rien ne nous a été proposé. Je suppose que c’est une cure dans un sanatorium.

ESK – Vous n’avez pas demandé à aller dans un sanatorium ?

Valentin : Non, j’ai cessé de demander. Des promesses nous ont été faites mais dans ce genre d’établissement tout est corrompu. Dans un sanatorium habituel, soit on vous demande de l’argent, soit ils n’ont généralement pas de place. Mais dans ma situation, ils devraient m’en laisser. Mais de chez moi, l’établissement le plus proche, se trouve à cinquante kilomètres, c’est pourquoi je préfère être seul et partir dans la nature, pêcher au lac Ladoga et me détendre etc. Et dans les centres habituels, normalement c’est la sécurité sociale qui prend en charge, mais ils accaparent tout l’argent. J’ai tant de proches qui ont un besoin urgent d’être soignés. Le système fonctionne de cette manière, si vous êtes dans le besoin ils vous disent soit vous payez soit il n’y a plus de place de disponible pour vous.

ESK – Mais vous devriez pourtant bénéficier de la réhabilitation gratuitement ?

Valentin : En effet, mais ce n’est pas le cas. Je ne jouis pas de ce droit. Lorsque j’ai commencé mes études à Moscou, je n’avais pas le temps pour cela. Et c’était seulement possible près de St-Pétersbourg. Il n’y a rien là-bas. Et l’été n’importe où dans le Sud, c’est trop cher.

ESK – Vous êtes allés seul vous reposer quelque part ?

Valentin : Bien sûr, je suis allé à la pêche, et en Ukraine voir mes proches, de mon propre chef. Au fond, tout le monde fait ainsi. En premier lieu, il y a peu de centres de réhabilitation. Et il y en a peu de bien, et pour pouvoir y aller le problème reste entier. Il serait normal que l’on vous disent : « Le mois prochain à telle date vous pouvez aller dans un centre, vous avez le choix entre trois ou quatre centres ». Mais quand ils vous disent : « Vous irez dans ce centre, et apportez un tas de papiers… » Et ça prend deux ou trois mois. Je n’ai pas besoin d’un tel sanatorium. Je préfère prendre ma voiture et aller où bon me semble.


[1] La Maison Cheshire est l’unique maison de réhabilitation des soldats de guerres locales en Russie. Située à Moscou. Elle a été financée par Lord Cheshire, ancien pilote de la RAF, héros de la Seconde Guerre mondiale. Elle survie exclusivement grâce aux dons et aux soutiens philanthropiques.

[2] Une fête copieusement arrosée.

[3] Ville de Tchétchénie où est située une base de l’armée russe.

[4] L’appareil d’Ilizarov est un ensemble de fixateurs externes comprenant des anneaux, des broches et des fils de Kirchner utilisé pour maintenir un os en place ou corriger des déformations sévères au pied. L’appareil d’Ilizarov tient son nom du chirurgien orthopédiste soviétique, Gavril Abramovitch Ilizarov, qui fut à l’origine du développement de cette technique.

[5] Ce groupe comprend les invalides présentant une incapacité partielle à travailler c’est-à-dire susceptibles de travailler dans des emplois adaptés.