Experts and Public Opinion about Police Reform: a report by Public Verdict Foundation (in French)

La Fondation Public Verdict a publié en 2010 les résultats d’une enquête d’opinion ainsi que l’opinion de plusieurs experts sur les attentes de la société russe vis-à-vis de la réforme de la police. Ces enquêtes et cette publication sont marquées par une certaine ouverture et vivacité du débat public sur cette question dans les deux années qui ont précédé la mise en œuvre de la nouvelle loi.  Il est à remarquer l’attention portée par la Fondation Public Verdict, créée en 2004, aux travaux de recherche pour éclairer son travail d’observation et de formulation de proposition en matière de réforme policière et de contrôle citoyen sur cette institution. La sociologue Asmik Novikova, auteur ou co-auteur de nombreuses études et publications sur la profession policière, notamment d’une étude sur les policiers revenus d’un service en Tchétchénie, souligne l’importance la prise en compte des attentes de l’opinion publique dans l’élaboration de la réforme policière, sans oublier celles  des policiers eux-mêmes, qui ont été également l’objet d’enquêtes de la part des chercheurs de la Fondation.

Le sondage réalisé porte principalement sur les interactions entre les citoyens russes et leur police, le degré d’information dont ils disposent et la confiance qu’ils accordent à l’institution, en fonction de différents critères et notamment selon qu’ils ont ou non déjà eu affaire à la police.  Des questions assez détaillées abordent la manière dont il pourrait être envisagées de formes de contrôle citoyen sur le travail policier, un dispositif dans lequel ont espéré de nombreux experts lors du processus d’élaboration de la réforme, notamment lorsque un règlement interne du MVD de janvier 2010 mentionnait la nécessité de prendre  en compte l’opinion publique. D’autres experts et praticiens du système pénal et de la justice comme l’avocate Mara Poliakova doutent de l’efficacité d’un tel mécanisme et pointent plutôt le maintien d’une « politique du chiffre » qui mènent à bien des abus, soit dans le sens de l’ignorance des plaintes déposés par les citoyens, soit dans celui d’une politique « d’aveux à tout prix »,  génératrice d’abus et violences dont les catégories les plus vulnérables de la population sont les premières  à subir les conséquences.  Pour tous, la question principale est celle de la possibilité de réformer en profondeur une institution qui est aussi un ministère puissant et opaque dont les principaux responsables sont directement (de par leur âge) ou indirectement (de par leur socialisation professionnelle) le produit d’une approche et d’une gestion héritée de la période soviétique, et pour lesquels la question des relations avec la population revêt un caractère essentiellement formel.


About Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *