A New Turn in Racist Violence ? Some Reflections on Manezh Square Demonstration on December 11th, and Its Aftermath (in French)

 

Le 11 décembre 2010 à deux pas du Kremlin, plusieurs milliers de personnes se rassemblent dans une manifestation qui dégénère en émeute, en affrontements avec la police et violence raciste. Cet événement nous semble mériter plus d’attention que celle que les médias français lui ont accordé, et nous inspire les premières réflexions ci-dessous.

Les faits :

A l’origine du rassemblement du 11 décembre 2010 : une action en mémoire d’un supporters du club de football moscovite Spartak ,tué au cours d’une rixe quelques jours plus tôt. Cinq des six suspects, originaires du Nord Caucase, ont été relâchés, provoquant la colère des manifestants et orientant le tour explicitement et violemment xénophobe de la manifestation, qui a rapidement dégénéré en émeute. Selon les différentes sources dont on dispose (cf infra), les manifestants s’en sont rapidement pris, au départ sous le regard plutôt passif des forces de l’ordre, à des passants « non slaves ». Alors que des renforts de police tentaient de refouler les manifestants hors de la Place du Manège et de protéger les personnes agressées, la colère des manifestants s’est dirigée contre les policiers qui, entre autres, refusaient de leur « livrer » ceux sur lesquels ils voulaient venger la mort de leur camarade. Refoulés, les manifestants ont pu ensuite se rendre dans le métro et se livrer à des attaques systématiques ciblées contre des représentants des minorités ». Dans le sillage de ces débordements, le 12 décembre était tué un ressortissant du Kirghizstan dont le meurtrier a depuis été arrêté.

Dans les jours qui ont suivi, plusieurs appels à rassemblements et contre-rassemblements ont donné lieu à des heurts entre jeunes de la mouvance nationaliste et des représentants de minorités du nord Caucase, et ce malgré les arrestations préventives dont les uns et les autres ont fait massivement l’objet. Les autorités ont annoncé un renforcement de la présence policière à Moscou et dans les grandes villes, tout en promettant de lutter plus durement contre toutes les formes d’extrémisme, tandis qu’une enquête était ouverte pour déterminer pourquoi, une semaine plus tôt, les auteurs présumés du meurtre du jeune supporteur avaient été relâchés.

Les nombreuses photos et vidéos qui circulent depuis le 11 décembre sur internet  (cf infra pour les sources) sont intéressantes à plusieurs titres : pour leur caractère de témoignage brut puisque les événements sont filmés dans leur quasi totalité ; mais aussi pour ce que ces images peuvent nous apprendre du comportement des forces de maintien de l’ordre à différents niveaux de responsabilité. Images et sons permettent d’attester le contenu raciste et souvent ordurier des panneaux et slogans, comme « La Russie aux Russes, Moscou aux Moscovites » ou « Ce sont vos enfants qui répondront de ce meurtre », « Eh hop la, casse toi de là »[1]

Les réflexions qui peuvent en être tirées :

« Cette manifestation qui peut être replacée dans le contexte d’une pré-campagne électorale avec son cortège de manipulations tenant lieu de mise à l’agenda des enjeux politiques,  a donné lieu en Russie à de nombreuses interprétations émanant d’acteurs poursuivant des objectifs politiques différents, voire contradictoires : pointer la faiblesse du pouvoir actuel pour en appeler à un ordre plus dur qui vienne à bout de « tous les extrémismes » ; souligner les dangers des mobilisations spontanées d’où qu’elles viennent, y compris en faisant porter la responsabilité à l’opposition libérale qui organise (V. Surkov) ; pointer l’incompétence des forces de police à prévenir ces débordements (renseignements) et à les contenir (maintien de l’ordre) dans un contexte de réforme policière qui met régulièrement le MVD et les policiers sur le devant de la scène ; souligner une nouvelle fois, comme après les événements de Kondopoga à l’automne 2006, qu’un « seuil de tolérance » serait atteint dans les villes russes vis-à-vis des minorités « ethniques », que leurs membres soient des citoyens « non russes » de la Fédération de Russie, des travailleurs migrants d’Asie centrale ou d’autres étrangers : De nombreuses interprétations sont possibles et seront utilisées…

Ce qui nous apparaît comme le plus intéressant du point de vue sur les registres de la violence

Violence raciste ou émeute protestataire ? Les questionnements sur le caractère de ces événements ont été abondamment commentés depuis dans les médias et parmi les experts en Russie : débordement classique de groupes de supporters ultra partiellement manipulés ou « récupérés » ? Émeute révélatrice de «tensions ethniques» mais aussi d’une protestation plus générale visant aussi l’incurie des forces de l’ordre ? Cette « humeur émeutière » et contestataire d’une jeunesse modelable pourrait s’orienter sur d’autres objectifs et intégrer d’autres valeurs, ainsi que l’imaginent certains représentants de l’opposition – Drugaya Rossiya ‑ qui ont « invité » les participants aux événements du 11 décembre à rejoindre leur propre scène politique ? Pogrom ouvertement raciste témoignant de l’emprise sociale des idées et des mouvements ultra nationalistes notamment parmi les jeunes ? Le satiriste engagé V. Chenderovitch, est certain qu’il faut prendre au pied de la lettre ces manifestations comme des expressions de racisme et de nationalisme, qu’il appelle à combattre pacifiquement en ne laissant pas la rue aux nationalistes. La manifestation « Moscou pour tous » qu’il a organisé le 26 décembre a rassemblé 1.500 personnes.

Face au Kremlin. Le choix de la Place du Manège, au pied du Kremlin  comme lieu de manifestation peut signifier à la fois la démonstration de force face au pouvoir que la volonté d’occuper un espace public symbole de l’hyper-consommation du Moscou des années 2000, mais aussi un lieu identifié comme lieu de rassemblement de certaines diasporas du Caucase. Quant à la réaction des autorités, elle  témoigne d’une certaine improvisation initiale, l’événement ayant manifestement surpris pas son ampleur malgré les signes avant-coureurs des jours précédents, et s’est traduite ensuite par des propos classiques ou convenus sur l’inadmissibilité du désordre et la nécessité de poursuivre les responsables de quelque bord qu’ils viennent. Plus concrètement, les autorités ont eu l’occasion d’améliorer les les chiffres décevants de la campagne de conscription de l’automne en envoyant accomplir leur service militaires des dizaines de jeunes interpellés après la manifestation.

Plus surprenants, les propos d’un des principaux responsables de l’administration présidentielle V. Surkov rejetant la faute sur l’opposition libérale qui aurait donné le mauvais exemple en en organisant depuis longtemps des rassemblements non autorisés…  Le Premier ministre V Poutine a attendu de son coté quelques jours avant de réaliser un coup politique et médiatique en allant rencontrer les clubs de supporters pour leur tenir un discours habilement préparé mêlant empathie, appel à la conscience du supporter et éloge d’une Russie dont la force est aussi le fruit de son caractère multinational même s’il est « difficile de vivre ensemble ».

La police en quête de maintien de l’ordre Premier constat, alors que la police est sous le feu des critiques très régulièrement, aucun reproche officiel ne lui a été fait, tandis que le caractère raciste des propos et actions commises le 11 décembre a été très peu souligné.Ces événements peuvent apporter un certain nombre d’enseignements sur les logique de maintien de l’ordre : tout d’abord l’attitude des forces de l’ordre et des interactions entre la police et les manifestants, dont témoignent les images filmés montrant le désarroi prolongé de force pourtant formées à la police des foules (OMON) et qui sont débordées par le nombre inattendu ( ?) des manifestants et une attitude qui les amène dans un premier temps à parlementer et négocier avec les représentants des manifestations. Il est frappant de constater que des conversations se nouent entre policiers et manifestants, sur un registre qui relève souvent de la connivence. Lorsque le chef de la police tente de s’adresser à la foule, il est accompagné d’un leader (improvisé ??) qui figure masqué à ses cotés et ponctue ses paroles de gestes destinés à calmer ou susciter les acclamations des manifestants ; dans une autre conversation, un policier plaisante avec les manifestants lançant en boutade « je suis tchétchène » puis : « est-ce que j’ai la tête d’un Tchétchène ? ».

Plusieurs commentateurs proches de l’opposition, ainsi que S. Alexeeva, célèbre dissidente présidente du Moscow Helsinki Group et organisatrice de nombreux rassemblements interdits, ont également souligné la différence de traitement avec les manifestations de l’opposition, différence confirmée quelques jours plus tard lorsque il s’est agi de qualifier les événements : seul « l’appel » au désordre de masse a été prononcé à l’encontre de certains manifestants, les juges ayant estimé que le passage à l’acte n’avait pas eu lieu grâce à l’action de la police. Des procédures pénales ont ensuite été individuellement engagées, notamment contre des personnes arrêtées dans le métro plus tard dans la soirée.

D’autres experts ont souligné que les forces de l’ordre ont pu réellement se retrouver débordées devant l’ampleur inhabituelle de ce rassemblement ; en témoignent d’ailleurs propos du chef de la police de Moscou expliquant que la police n’a pas les moyens d’arrêter les personnes avançant en groupes de 5, 10 20 ou 30 » Des forces en principe entrainés au maintien de l’ordre comme les OMON sont apparus étrangement démunies face à des manifestants relativement nombreux, jeunes, déterminés, et en partie inorganisés… peut être justement parce que l’ordinaire de leur pratique concerne la plupart du temps quelques dizaines de manifestants de l’opposition « embarqués » lors de rassemblements non autorisés, scénario qui s’est répété le 31 décembre avec l’arrestation administrative de l’opposant libéral B. Nemtsov.

La cristallisation d’une base sociale pour les mouvances ultra nationalistes ? Les derniers mois ont vu l’évolution de l’action des groupes ultra nationalistes vers des démonstrations de force plus importantes, non plus seulement dirigés contre les cibles désignées que sont les minorités « non russes » mais aussi contre le pouvoir et les forces de l’ordre. Un phénomène qui inquiète les autorités elles-mêmes qui, ces derniers temps, réagissent de manière plus virulente contre les manifestations publiques des ultranationalistes, comme en témoigne une plus grande pugnacité dans les poursuites pénales contre les groupuscules néo-nazis auteurs de crimes racistes. L’insistance mise à mettre en cause l’impunité rejoindrait une contestation tous azimuts de la justice et de la police. A noter que la manifestation a été présentée comme un appel à  ce que « la justice soit la même pour tous » (référence à la libération des suspects du meurtre d’E. Sviridov), un élément souvent repris dans les commentaires

La dimension performatrice des discours sur la violence Ces événements conduisent à considérer avec attention la manière dont se traduisent certains discours politiques dans la blogosphère et sur les forums internet notamment, les appels publics distillant la peur de la violence et la tentation d’y recourir. Cette dimension s’exprime particulièrement dans le registre « interethnique » et sur le registre générationnel, avec une forte visibilité des déclarations soulignant l’hostilité entre jeunes « russes » et certaines communautés du Nord-Caucase et des interrogations sur le comportement et les « valeurs » d’une jeunesse à dompter…

Ci-dessous quelques liens pour ceux qui veulent aller plus loin. Nous serons heureux de recueillir vos commentaires également.

Anne Le Huérou avec Amandine Regamey

Videos des événements

https://www.youtube.com/watch?v=oGOHqWWNEs4&feature=player_embedded#!
https://www.youtube.com/watch?v=3ShRxKOJqPA&feature=sub
https://www.youtube.com/watch?v=JuKA28lMGfQ&feature=player_embedded
http://www.lifenews.ru/news/46270

http://grani-tv.ru/entries/1515/ la plus complète

photos

http://zyalt.livejournal.com/330396.html

Chronique des événements et commentaires :

Une chronique des événements et de leurs suites sur le site lenta.ru : http://lenta.ru/story/manezhnaya/

L’analyse de la couverture médiatique par le journal kommestant : http://www.kommersant.ru/doc.aspx?DocsID=1556896&ThemesID=535

une revue de la blogosphère : http://www.lenta.ru/articles/2010/12/14/secondary/_Printed.htm

La réaction du président tchétchène R. Kadyrov : « chez nous on aurait envoyé les chars contre les manifestants » http://www.grani.ru/Politics/Russia/m.184909.html

Sur le site polit.ru : « la politique de la violence contrôlable » de Serguey Mitrofanov : http://www.polit.ru/author/2010/12/19/mitr191210.html

Une réaction du satiriste V. Chenderovitch sur le site du magazine Newtimes : http://newtimes.ru/articles/detail/31828/

Une interview d’un ancien responsable du MVD chargée dans les années 80 de la répression des « déviances » de la jeunesse. http://www.svobodanews.ru/content/article/2262376.html

le point de vue de chercheurs et militants : http://dvizh.org/cat/events

le point de vue d’un supporter « de base » interviewé dans le quotidien Kommersant : http://www.kommersant.ru/doc.aspx?fromsearch=5744dfa7-699d-481b-a088-bfbac090b37a&docsid=1561719

A qui profite la langue xénophobe ? une interview de 2 experts sur Gogol TV, 30/12/2010 : http://www.gogol.tv/


[1] Traduction édulcorée du mat (argot grossier russe) : Nu ka, davai ka, uebyvaj otsiuda


About Anne Le Huérou

Maîtresse de conférences à l'Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (ISP UMR 7220), associée au CERCEC (UMR 8083)

One thought on “A New Turn in Racist Violence ? Some Reflections on Manezh Square Demonstration on December 11th, and Its Aftermath (in French)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.