The Project


Understanding Violence in Russia: War, Institutions, Society

The history of Russia has often been described as a history of violence, Stalinist Terror and the Second World War its landmark episodes during the Soviet era. Yet, other than conflicts in bordering republics, the collapse of the Soviet Union took place with a surprisingly low level of recorded political violence. From perestroika onward, institutional democratisation, combined with the changeover to a market economy in the paradigm of “transition”, favoured the image of a pacified Russia in the “concert of civilised nations”.

This optimism rapidly faded, the symbolic turning point doubtless the 1993 bombing by Boris Yeltsine of his own parliament. The gradual decomposition of the Russian state in the 1990s and the failure of the judiciary system account not only for the appearance of numerous entrepreneurs of violence, but also for the inability of the police and law enforcement structures to reform, despite the fact that the country was clearly in a state of chaos and in the grips of mafia-like violence. The 2000s have been marked by an overall taking-in-hand by the state, which has nonetheless failed to put an end to the various types of violence to which Russian society is subject.

So much said, it is important to take a closer look at these various expressions of violence, as well as the representations that develop as a result. Certain aspects can be approached tangibly, such as the periodic resurgence of political violence (assassinations of human rights defenders, lawyers, judges, journalists, the increase in racist murders and outbursts of violence on the part of radical nationalist groups) – though the role of a permissive social and institutional climate in these acts of violence is yet to be evaluated. Also, while the war in Chechnya has been studied, its evolution and the conditions under which it was fought (massive and indiscriminate bombings, kidnappings, torture, murder), much less is known about its consequences today in the North Caucasus. Finally, it is an extremely complex task to discern the mechanisms at work in the structural violence of institutions such as prisons or the army, the extent of violent criminality, or the forces at play in domestic violence.

The aim of our research project is to analyse, in contemporary Russian society, both the nature of the violent acts in question and their consequences in social and political practices. Based on field interviews and in-depth analyses of sources available in Russia, the aim of this research project is to present a few places and incidents where violence is/has been expressed. In particular, these interviews will concern:

  • violence in state institutions: army, police, penitentiary system
  • riots and collective acts of violence
  • xenophobic and racist acts of violence, particularly those in connection with migrants
  • army and police veterans, perceived both as potential authors of violence and victims of violence on the part of the state
  • war violence
  • violence in the family/domestic sphere
  • gender violence
  • the role of justice in the prevention, sanction and/or perpetuation of these acts

Our aim in studying several terrains of violence is to take a closer look at these violent manifestations, their representations, and the reactions this violence may be causing in society. In each case, we will be looking in particular for:

  • the definition and scale of that violence: what tools do we have to measure violence in Russia, to circumscribe this multiform notion? How to use the official Russian statistics and documents, but also those of international organisations? How to analyse the testimonies of both authors and victims of violence?
  • changes in forms and expressions of violence since the end of the Soviet era
  • actors of violence: state and institutional actors, economic actors, social groups, individuals. Which actors mobilize in reaction to this violence, and what modes of action are available to them? More generally, what social strategies are possible in face of state violence (loyalty and acceptance, retreat and refuge in the private sphere)
  • the differentiation of violence according to social/national groups, but also over the whole of the territory of the Russian Federation, with particular attention to the North Caucasus.
  • the influence of political and economic changes on the forms and expressions of violence. Has the introduction of economic liberalism had an impact on violent practices, by modifying power relations, family relations, different social groups’ capacity for action? What have been the consequences of changes in the judiciary system, of the various reforms led by police, army, and prison authorities?
  • the circulation of practices and norms and the spread of violent practices among groups and on the territory of Russia (acts of violence committed by veterans on return to civilian life); the import of international norms to curb this violence (against women, for example), the import of practices used in the framework of the fight against terrorism.

Our project, thanks to a comparative viewpoint, aims at re-thinking the images that common sense seems to have imposed, of an “eternally violent” Russia, and at analysing how these images contribute to a global representation of Russia. In this effort at deconstruction, we hope to benefit from the collaboration of our Russian partners, so as to avoid being overly exterior to the reality in question, a stigmatising or normative position.

Concerning the ethics of this research, it being a sensitive subject, we will be particularly careful to respect victims (their anonymity and protection) and to show caution in the handling of information and analyses concerning perpetrators of violence, in particular in cases involving legal procedures. We will also try to work with non-governmental organisations and practitioners, psychologists, lawyers and Human Rights defenders, in the aim of developing interactions between the research produced and the daily practice of these actors. While concerned with the possible echo our research may have in both Russian and French civil society, we also know that these contacts will be an aid in gaining access to the terrain.

 


Comprendre les violences en Russie : guerres, système politique, trajectoires sociales

L’histoire de la Russie a pu être écrite comme une histoire de violence, dont les épisodes les plus marquants restent, dans le cadre de l’Union Soviétique, la terreur stalinienne ou la seconde guerre mondiale. L’effondrement de l’URSS en revanche, a plutôt surpris par le faible niveau de violence politique enregistré, en dépit des conflits à la périphérie. La démocratisation des institutions, associée au passage à l’économie de marché dans le paradigme de la « transition », a favorisé dès la fin des années 1980 la construction d’une image de la Russie pacifiée dans le « concert des nations civilisées ».

L’optimisme ainsi professé a été démenti rapidement par les faits, le tournant symbolique étant sans doute le bombardement en 1993 par Boris Eltsine de son propre parlement. La déliquescence de l’Etat russe dans les années 1990 et la faillite de la justice ont pu expliquer l’apparition de nombreux « entrepreneurs de violence », mais aussi l’incapacité de la police ou des « structures de force » à se réformer, tandis que l’image d’un pays en proie au chaos et/ou au règne de la violence mafieuse s’imposait. Marquées par la reprise en main généralisée de l’État, les années 2000 n’ont cependant pas mis un terme aux diverses formes de violence qui frappent la société russe.

Une fois ce bref constat dressé, il reste à examiner de manière beaucoup plus fine les différentes expressions de la violence mais aussi les représentations qui sont mobilisés autour de ce phénomène. On peut appréhender de manière tangible la résurgence périodique de la violence politique (assassinats de défenseurs des droits de l’homme, d’avocats, de juges, de journalistes, développement des meurtres racistes et agissements violents des groupes nationalistes radicaux)  – reste à évaluer ce qui, dans ces violences, relève d’un climat social et institutionnel permissif. Les conditions de déroulement de la guerre en Tchétchénie (bombardements massifs et indiscriminés, enlèvements, tortures, meurtres) et son évolution ont également été étudiées, mais la situation actuelle au Nord Caucase et ses conséquences est beaucoup moins connue. Il est également très complexe de discerner les mécanismes à l’œuvre dans les violences structurelles des institutions comme la prison ou l’armée, l’ampleur de la criminalité violente ou encore ce qui se joue dans les violences domestiques.

Notre projet de recherche a pour objectif d’analyser, dans la société russe contemporaine, la nature des violences observées mais aussi leurs conséquences sur les pratiques sociales et politiques. A partir d’enquêtes de terrains et d’analyses approfondies des sources disponibles en Russie, ce projet de recherche entend présenter quelques lieux et moments de l’expression de la violence. Ces enquêtes porteront plus particulièrement sur :

  • la violence des institutions d’Etat : armée, police, système pénitentiaire
  • les émeutes et violences collectives
  • les violences xénophobes et racistes, en particulier celles touchant les migrants
  • les vétérans de l’armée et de la police, perçus à la fois comme auteurs potentiels de violence et victime d’une violence d’Etat
  • les violences de guerre
  • les violences au sein de la sphère domestique/familiale
  • les violences de genre
  • le rôle de la justice dans la prévention, la sanction et / ou la perpétuation de ces violences

En s’intéressant à plusieurs « terrains » ou la violence est présente, nous souhaitons nous interroger à la fois sur ses manifestations, sur ses représentations et sur les éventuelles réactions qu’elle suscite dans la société. Sur chacun de ces terrains, nous nous interrogerons en particulier sur :

  • la définition et la mesure de cette violence : de quels outils dispose-t-on pour mesurer la violence en Russie, et donc pour circonscrire cette notion multiforme ? Comment utiliser les statistiques et les documents officiels russes, mais aussi ceux des organisations internationales ? Comment analyser les témoignages des acteurs (auteurs ou victimes) de la violence.
  • l’évolution des formes et des manifestations de la violence depuis la fin de l’époque soviétique
  • les acteurs de la violence : acteurs étatiques et institutionnels, acteurs économiques, groupes sociaux, individus. Quels acteurs se mobilisent en retour contre cette violence, et de quels répertoires d’action disposent-ils ? Plus largement, quelles sont les stratégies sociales face à la violence de l’État, (loyauté et acceptation, retrait et repli sur des pratiques privées) ?
  • la différenciation de cette violence en fonction des groupes (sociaux, nationaux) mais aussi sur l’ensemble du territoire de la Fédération de Russie, avec une attention particulière portée au Nord Caucase.
  • l’influence des changements politiques et économiques sur les formes et les manifestations de la violence. L’introduction du libéralisme économique a-t-il eu un impact sur les pratiques violentes, en modifiant les rapports de force, les relations familiales, la capacité d’action de différents groupes sociaux ?  Quelles ont été les conséquences des évolutions juridiques, des différentes réformes menées par le pouvoir dans la police, l’armée ou les prisons ?
  • la circulation des pratiques et des normes : circulation des pratiques violentes entre les groupes et sur le territoire de la Russie (actes de violence commis au retour à la vie civile par les vétérans). Importation des normes internationales pour juguler cette violence (ex de la violence contre les femmes) ou de pratiques dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Notre projet, qui se place dans une perspective comparatiste, vise enfin à repenser les images que le sens commun semble imposer, celle d’une Russie « éternellement violente », pour analyser comment elles contribuent à construire une représentation globale de la Russie. Dans ce travail de déconstruction de notre objet, les collaborations que nous souhaitons nouer avec des partenaires russes seront un atout considérable pour se garder d’adopter une posture trop extérieure à la réalité étudiée, ou trop stigmatisante et normative.

Sur le plan de l’éthique de la recherche, et s’agissant d’un sujet sensible, nous serons particulièrement sensibles au respect des victimes (anonymat, protection) et à la prudence dans le traitement des informations et analyses concernant les perpétrateurs de violence, notamment lorsque des procédures judiciaires peuvent intervenir. Nous tenterons également de travailler avec des organisations non gouvernementales et des praticiens, psychologues, avocats et défenseurs des Droits de l’Homme, en cherchant à développer des interactions entre les recherches produites et la pratique quotidienne de ces acteurs. Soucieux de l’écho de nos recherches pour la société civile tant française que russe, nous savons aussi que ces contacts  seront un atout dans les possibilités d’accès au terrain.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *