Tag Archives: xenophobia

January 19th 2009 / January 19th 2012 – Remembering Stanislav Markelov & Nastia Baburova

On January 19th, 2009, well-known lawyer and activist Stanislav Markelov was shot dead in the street in Moscow, just after a press conference protesting the release of Colonel Budanov. Nastia Baburova, a young journalist and activist who was also killed in the shooting. Apart from being the lawyer of the Kungaev family (Col. Budanov’s victims), Stas Markelov defended in courts a lot of  antifas activists and victims of neo-nazis groups. Giving his activities, several possible origins for the crime were investigated. Two activists from extreme right milieu were arrested in november 2009. in April 2011, a popular jury sentenced  Nikita Tikhonov to life imprisonment while his accomplice Evgenya Khais  received 18 years, some possible other accomplices remaining unfound.

Meetings and demonstrations in Moscow and in several Russian cities have been since organized to mark the anniversary of the killing and at the same time mobilize antifa activists, human rights defenders against extreme right and racist violence .

An appeal from the January 19 committee

News in Brief / Publications – “The New nobility” now in French + New Book & Dictionary on Violence + Newsletter on Extremism and Democracy + Journal Issue on Violence in Politics

  • Les héritiers du KGBThe book by Andrey Soldatov and Irina Borogan The new Nobility: the restoration of Russia’s Security state and the enduring legacy of the KGB (see our post)  has been translated into French : “Les Héritiers du KGB. Enquête sur les nouveaux boyards”, Paris, François Bourin.

On Thursday 3 November at 7.30PM, presentation of the book with Andrey Soldatov.

 Adress : Librairie du Globe 67 bd Beaumarchais, Paris (métro Bastille ou Chemin vert)
 
  • New book by French sociologist Laurent Muchielli, leading specialist on police and crime issues – L’invention de la violence: des peurs, des chiffres, des faits (the invention of violence : fears, figures and facts).  more on his blog

 

  • The latest issue of the French journal “Culture & Conflits” is dealing with scholarly debates and field research on the problem of political or social struggles and movements resorting to violence. See table of content

 

  • Marzano Michela (dir), Dictionnaire de la violence, Paris, PUF, 2011, 1552p.

International Workshop – Radical Youth, Between Ideology, Expressivity and Violence : Comparisons Around the Russian Experience – 20/21 October 2011, Paris

 

 

Radical Youth, between ideology, expressivity and violence:

Comparisons around the Russian experience

International Workshop

2021 October 2011, EHESS, Paris

Under the Research project “Understanding Violence in Russia: War, Institutions, Society” with the support of the City of Paris “Emergence(s) program”

 

 

Skin-heads, hooligans, extremists, are the labels usually used by the media to name radical youth not only in Russia, but also in European countries, were a radicalization of the youth, and especially the rise of extreme-right movements has been observed for several years. In Russia, the “Manezh square” demonstration of “football fans” and extreme right in front of the Kremlin in December 2011 has shed

light on the capacities of mobilization, but also on the different dimensions of these movements. Together with violence against minorities and nationalist slogans, there is an increasing hostile behavior against State authorities. But among radical youth are also all movements that were born in reaction or protestation against the ultra-rights, and movements shaped by a specific sub culture and individual identity search.

Mainly based on field research undertaken on the Russian field, and interplaying the Russian experience with cases and researches from other several European countries such as France, United Kingdom, Italy, Belgium and Poland, the international workshop “Youth, between ideology, expressivity and violence” will gather leading and young specialists of the radical youth.

We hope to be able to draw some lines of comparison (between radical expressions all over Europe including Russia. In the Russian case, the rise of Russian contemporary ultra-nationalist movement will be analysed in its social and political context and in its expression such as the riots in Kondopoga in September 2006 and Manezh Square Demonstration. But we understand youth radicality and radical movements in a broader sense, which encompasses ideology, as well as cultural and artistic expressions and a violent behaviour.

We are particularly interested in the combination of a subjective dimension (the experience of a “radical” individual) with a global dimension (the experience of such movements in several countries, the resort to physical violence, the link between age and political and social attitudes).

The participants will present research on various types of youth radicality and radical movements, whether it refers to “right” or “left” ideologies (radical nationalists, anti-racists or anarchists). The choice of a broad spectrum of movements will help to draw the lines on how to describe “radicality” and “radical movements”.

In this context, the reflection on the role and place of violence (symbolic, physical, use of weapons, etc.) in their practices and ideology will take a large place in our workshop.

The participants will also address the status of empirical research and in such a sensitive context.

The workshop will give the opportunity to analyse the attitudes of youth radical movements to politics and to State authorities, as well as the State reactions to their activities. How these movements do position themselves in relation to their society and how society perceives them? The discussion will stimulate reflection and experiences common to Russia and Europe, by highlighting common features and characteristics of institutional, political and cultural trajectories.

 

 

The workshop will be organized around three panels :

Panel I : Theories, ideologies and typology of youth radicality and radical mouvements

Panel II : The role and place of violence in the youth radical movements

Panel III : Studying empirically the youth radicality and radical movements. Fields and researcher’s experience

 

Venue : EHESS, 190-198 avenue de France 75013 Paris (M Quai de la Gare or Bibliothèque)

  • 20 October, 13.00-19.00 : room 640 6th floor
  • 21 October, 9.00-13.00room A, Ground floor

Participants:

  • Philippe Bataille, Director of the  CADIS (EHESS/CNRS), France
  • Alexander Bikbov, Moscow University, Centre Maurice Halbwachs (Paris), Russia
  • Manuel Boucher, Laboratory for the Study and Social Researches, Rouen, CADIS, France,
  • Antimo Luigi Farro, University of Rome “La Sapienza”, CADIS, ISA Research Committee 47, President, Italy
  • Mischa Gabowitsch, research fellow at Einstein Forum, Potsdam, Allemagne
  • Lukasz Jurczyszyn, Pultusk Academy of Humanities, CADIS, ISA RC 47, Poland
  • Anne Le Huérou, FMSH, CERCEC, France
  • Elena Omelchenko, director of the Centre for youth studies of the Higher School of Economics in St.Petersburg, Russia
  • Hilary Pilkington, Warwick University, United Kingdom
  • Geoffrey Pleyers, Louvain University, CADIS, AFS RT 21, ISA RC 47, Belgique
  • Vera Nikolski, Paris 1/CESS, France
  • Daniele Di Nunzio, Institute for the Economic and Social Research (IRES), Rome, Italy
  • Amandine Regamey, University Paris I, CERCEC, France
  • Emanuele Toscano, University of Rome “La Sapienza”, CADIS, ISA RC47, Italy
  • Alexander Verhovsky, Director, Centre for Information and Analysis “SOVA”, Moscow, Russia
  • Michel Wieviorka, FMSH Administrator, CADIS

Contacts :Anne le Huérou: anne.lehuerou@free.fr, Lukasz Jurczyszyn: jurluk@ehess.fr, Geoffrey Pleyers: Geoffrey.Pleyers@uclouvain.be

see the project site http://russiaviolence.hypotheses.org

WORSHOP PROGRAM

Thursday, 20 october

(salle 640, EHESS, 190-198 avenue de France)

13.00 Welcome – Anne Le Huérou, FMSH, CERCEC, Philippe Bataille, directeur du CADIS/EHESS, Lukasz Jurczyszyn Pultusk Academy of Humanities, CADIS

Introduction – Antimo Luigi Farro, University of Rome “La Sapienza”, CADIS, ISA Research Committee 47, President

 

13.30-16.00 PANEL SESSION I : Theories, ideologies and typology of youth radicality and radical mouvements 

Panelists:

  • Race and ethnicity, nationalism and extremism: some comparative historical observations, Mischa Gabowitsch  (research fellow at Einstein Forum)
  • The place of the ultra-nationalists in the Russian society: up to and after the Manezh Square, Alexander Verhovsky (Centre for Information and Analysis “SOVA”, Moscow)
  • Rethinking ‘subcultural’ lives: Journeys through skinhead, Hilary Pilkington (Warwick University) and Elena Omelchenko (director of the Centre for youth studies of the Higher School of Economics in St.Petersburg)

Discussant: Michel Wieviorka, FMSH Administrator, Professor, EHESS CADIS (to be confirmed)

16.00-16.30 Coffee/Tea break

 

16.30-18.00 PANEL SESSION II : The role and place of violence in the youth radical movements

Panelists :

  • The meaning of violence in the youth radical movements. Study cases in France, Russia and Poland, Lukasz Jurczyszyn (Pultusk Academy of Humanities, CADIS)
  • Violence under the circumstances: a biographical construction of Russian youth militantism, Alexander Bikbov  (Moscow University, Centre Maurice Halbwachs – Paris)

Discussant: Mischa Gabowitsch (research fellow at Einstein Forum)

18.00-18.30 : a summary of the first part of the Workshop in relation to the theories of social movements, Geoffrey Pleyers (Louvain University, CADIS, RT 21 AFS)

 

 

Friday, 21 october

(Salle A, Ground floor, EHESS, 190-198 avenue de France)

09.00-10.30 PANEL SESSION III : Studying empirically the youth radicality and radical movements. Fields and researcher’s experience 

Panelists:

  • Les rapports police/jeunes au sein des quartiers impopulaires : analyse d’un processus de “radicalisation réciproque”, Manuel Boucher (Laboratory for the Study and Social Research, Rouen)
  • L’escapisme en politique: le cas des militants du NBP et de l’ESM Vera Nikolski (Paris 1 / CESSP)
  • „Taking everything back“. A sociological reading of CasaPound, a far right movement in Italy, Emanuele Toscano, University of Rome and Daniele Di Nunzio, Institute for the Economic and Social Research (IRES)

Discussant: Anne le Huérou, CERCEC

10.30-11.00  Coffee/Tea break

11.00-12.30 To film the Russian field. Projection of two films on Russian radical youth in order to discuss with the authors some reflections about the methodological and ethical issues.  

  • Vorkuta: A research film”, Directed by Elena Omel’chenko, edited by Dmitrii Omel’chenko, Vorkuta 2007. Elena Elena Omelchenko, director of the Centre for youth studies of the Higher School of Economics, St.Petersburg and Hilary Pilkington, Warwick University, Great-Britain.
  • “Ce que voit Minine”, directed  by Lukasz Jurczyszyn and Marcin Grabowski, Nijni-Novgorod 2010. Lukasz Jurczyszyn, Pultusk Academy of Humanities, CADIS.

12.30-13.00 General Conclusions

 

programme en pdf Programme Workshops Radical Movements-1

 

 

Press-Conference in Moscow – Migrants and Xenophobia (in French)

Le 27 septembre 2011, les organisations Sova (centre d’analyse et d’information sur les mouvements xénophobes en Russie) et Assistance Civique (soutien aux réfugiés et migrants à Moscou) ont tenu une conférence de presse consacrée au lancement d’un projet commun d’aide aux victimes de violences xénophobes. Ce projet, soutenu par le fond allemand « Mémoire, responsabilité, futur »  comportera une dimension analytique et une dimension pratique (hotline, aide matérielle et juridique). Souvent, en effet, les affaires d’attaques racistes contre les migrants sont difficiles à porter en justice, car les migrants ne peuvent non seulement payer un avocat mais même rester en Russie, faute de travail, de logement et de statut légal.

La conférence de presse a été l’occasion également pour les deux organisations de présenter leur analyses sur l’évolution des mouvements xénophobes et les attaques auxquelles doivent faire face les migrants.

Vera Alperovitch, experte du centre Sova, s’est appuyée sur le dernier rapport de l’organisation intitulé « Eté 2011; nouvelle série de néo-nazis en prison et rêves d’un nouveau Manège » (disponible en russe sur le site de Sova). On observe, depuis 2008, une baisse du nombre d’attaques racistes, qui peut s’expliquer de deux façons. Tout d’abord parce que les néo-nazis s’intéressent moins à la lutte dans la rue et plus à la lutte avec le pouvoir, à la « défense des droits de l’homme » entendue comme une défense de leurs camarades. Derrière ce changement d’attitude, il y a l’idée qu’il ne sert à rien d’attaquer des étrangers dans la rue, car le pouvoir en fera venir de nouveaux, et c’est donc directement au pouvoir qu’il faut s’attaquer. Deuxième raison, l’augmentation du nombre de procès : là où les condamnations augmentent, les attaquent semblent baisser.

Ainsi, en 2011, Sova a recensé 106 attaques xénophobes, dont 16 ont eux une issue mortelle. Même en prenant en compte le fait que ce chiffre est sans doute sous-estimé1, on peut noter que 106 attaques xénophobes avaient été recensées en 2009 pour l’été seulement. Quant aux nombres de condamnations pour violences prenant en compte le motif de haine raciales, elle n’était que de 17 en 2005 (56 personnes) mais de 40 à la mi septembre 2011 (concernant 158 personnes).

Reste cependant le problème que les attaques moins violentes, celles qui n’aboutissent pas à l’hôpital ou à la morgue, sont sous-estimées car rarement déclarées par les victimes. Les victimes n’ont pas confiance en la police, et celle-ci n’enregistre pas toujours les plaintes – quand elle n’est pas, elle-même, responsable des violences. Ainsi dans l’affaire Saakian, violemment battu par des néo-nazis en décembre 2009 dans un train de banlieue, un major de police qui se trouvait dans le wagon aurait, aux dires de la victime, démonstrativement quitté celui-ci pour ne pas se mêler de l’affaire ; si deux coupables ont été condamnés à de la prison l’affaire n’a pas été qualifiée comme attaque raciste. Les policiers eux-mêmes peuvent être d’extrême-droite, comme Ilia Galkin, accusé pour une série d’explosions et de meurtres de SDFs à Sotchi et qui a été finalement reconnu irresponsable ; ou encore A. Smirnov, dont le blog à Pikalovo a été reconnu comme extrémiste. Ainsi, une partie des crimes ne sont pas pris en compte par les statistiques et personne n’est poursuivi.

Le rapport de Sova porte aussi sur la collaboration croissante de l’extrême-droite « hors-système » avec les partis « de système », comme le LDPR de Vladimir Zhirinovski. Si la situation s’est un peu améliorée avec la disparition des gros groupes néo-nazis, qui en tant que structure organisée n’existent presque plus, on observe des stratégies croissantes d’entrisme de ces courants dans les partis qui ont des élus et jouent le jeu du système.

Un autre volet du rapport de Sova est consacré aux changements dans la législation et dans la jurisprudence, en particulier une décision du Plénum de la Cour Suprême de juin 2011 explicitant la notion d’extrémisme, ainsi que sur plusieurs projets de loi en cours. Sova note avec satisfaction certains changements : nombre croissant d’emplois interdits aux personnes condamnées pour extrémisme, introduction de sanction comme les travaux d’intérêts généraux (ispravnitelnye raboty). A noter cependant que ces changements arrivent bien tard ….

Svetlana Gannushkina, présidente d’Assistance Civique et membre du Conseil des droits de l’Homme auprès du président de Russie, a présenté trois affaires récentes dont s’occupe le comité. Dans ces trois affaires, les migrants victimes d’attaques xénophobes se sont retrouvés en position d’accusés, une fois que la police s’est mêlée de l’affaire (voir sur le même sujet à Saint-Petersbourg un billet sur notre site). La dimension xénophobe peut ne pas être présente dans les actions de la police, des enquêteurs ou des juges, mais le résultat est le même : le système judiciaire transforme une accusation absurde contre les migrants en une condamnation à de la prison ferme. D’un protocole ridicule fait par la police, l’enquêteur (sledovatel) fait un acte d’accusation – et dès lors, impossible d’arrêter l’affaire. Lors du procès, le procureur soutient cette accusation, de nouveaux détails apparaissent, rendant l’histoire plus acceptable d’un point de vue juridique, et le juge condamne sur la base de cette accusation. Svetlana Gannushkina rappelle les paroles de Medvedev, qui expliquait pourquoi les tribunaux russes rendaient très peu de décisions d’acquittement. C’est, selon lui, parce que les juges sont liés aux enquêteurs et à l’instruction professionnellement (rien à dire là dessus), psychologiquement (voilà qui est déjà inquiétant) et « corporativement » (et c’est là qu’on voit l’existence d’un système…).

L’affaire des frères Iunusov, originaires d’Ouzbekistan, dure depuis 2008 (voir également l’article de Novaya Gazeta sur leur affaire). Le 3 octobre 2008, dans la région de Moscou les deux frères, Rustam et Ibragim, raccompagnent un de leurs collègue de travail, Pavel Iastremski, citoyen biélorusse, à la gare de banlieue. Là, ils sont attaqués par une bande de 8-10 jeunes qui les insultent. Lorsque la police apparaît, c’est pour les emmener dans un commissariat où le passage à tabac continue toute la nuit. Pavel Iastremski est déshabillé – pour vérifier qu’à force de fréquenter des Ouzbeks, il ne s’est pas converti à l’islam. Il est finalement libéré – alors même que, citoyen étranger sans enregistrement en Russie, c’est le seul que la police aurait eu légalement le droit de retenir (l’un des deux frères est citoyen russe, l’autre a une autorisation de résidence). Rustam a l’omoplate et quelques côtés cassée, Ibragim – le nez cassé ainsi que plusieurs côtes. Lorsqu’il sort après six mois de détention, se plaignant de très forts maux de tête, avec le sentiment d’être non seulement brisé, mais proprement détruit, on lui découvre une tumeur au cerveau … si elle avait été traitée plus tard, elle aurait eu une issue fatale.

Si les deux frères ont passé plus de six mois en SIZO (centre de détention préventive), c’est qu’après les avoir attaqué, un des attaquants, S. Shcherbakov, dépose une plainte selon laquelle les frères lui auraient volé son téléphone une semaine avant2. L’attaque xénophobe se transforme donc en tentative de récupérer un bien volé… . Pas de chance, cependant, le détail des conversations passés dans la semaine montre bien que Shcherbakov a passé des coups de fil depuis son téléphone. Apparaît alors, dans les documents portés devant le tribunal, la version selon laquelle les frères Iunusov, après avoir volé le téléphone, auraient jeté la carte SIM dans les buissons…. Scherbakov aurait retrouvé la carte SIM, aurait reconnu que c’était la sienne (sa chère carte SIM!) et passé des coups de fil depuis un autre portable.

En avril 2011, Ibragim a été condamné à un an avec sursis pour vol de téléphone, Rustam à six mois, ce qui couvrait le temps passé en SIZO. On retrouverait là une pratique relativement fréquente dans les tribunaux russes, qui condamnent à des peines minimums pour « couvrir » le temps passé en détention préventive, quand bien même l’innocence des accusés saute aux yeux. Quant à l’instruction criminelle pour torture contre les deux frères, elle n’a été ouverte que sur insistance de l’avocat, contre des «personnes non identifiées », et pour la troisième fois, Assistance Civique conteste, devant les tribunaux, la clôture de l’enquête.

Les citoyens d’Ouzbekistan A. Aïtov et B. Dushamov ont été attaqués le 22 novembre 2009 dans la ville de Naro-Fominsk (région de Moscou), à la sortie d’un magasin. Rentrant chez eux après l’attaque, une voiture de police s’arrête, leur demande de monter dans la voiture, contrôle leurs documents, puis, après un moment, leur demande de sortir de la voiture. A ce moment là, ils se font tirer dessus. Dushamov est blessé aux côtés, Aitov recoit une balle dans la cheville et dans la mâchoire. Sans doute était-il dans l’idée des policiers de mettre en scène une tentative de fuite.

Dans cette affaire également, les deux travailleurs migrants se retrouvent en position d’accusés : un des attaquants, Chernyshov, les accuse de lui avoir volé 500 roubles. Jugés selon l’article 162-2 du code pénal (razboï, vol avec agression commis en groupe), ils ont été condamnés en octobre 2010 à 6 ans et demi de prison. Le verdict a été maintenu en appel et en cassation ; en juin 2011, une plainte a été déposée devant la Cour Européenne des droits de l’Homme.

Après le procès Svetlana Gannushkina, avait interpellé la procureure qui était sincèrement étonnée qu’on puisse lui en vouloir : elle aurait pu exiger 15 ans, et à partir du moment où l’enquête a été menée jusqu’au bout, elle ne peut pas imaginer de renoncer à l’accusation.

L’affaire Iusupov est actuellement devant la justice. Le 16 janvier 2011, dans le métro, Anvar Iusupov, citoyen du Tadjikistan, et deux de ses collègues avec lesquels il travaille sur un chantier, est attaqué par une bande de jeunes (sans doute des supporters du club TsSKA). Anvar Iusupov se saisit alors d’une bouteille de bière vide, casse le goulot, l’appuie dans le dos d’un des attaquants et tient ainsi le groupe en respect jusqu’à la station suivante. Ils vont voir la police pour se plaindre des faits.

Le lendemain, une instruction criminelle est ouverte contre Iusupov, d’abord pour « hooliganisme » puis pour « menace de mort ou d’atteintes graves à la santé » – cette affaire est en cours. En revanche, aucune affaire n’a été ouverte contre les nationalistes ayant attaqué les trois travailleurs migrants.

Pour Svetlana Gannushkina, ces événements sont révélateurs du climat à Moscou : elle revient juste de l’Altaï où des gens lui ont dit ne plus vouloir venir à Moscou car on contrôle leurs passeports et on leur demande des visas. La situation est aggravée par les actions des politiques. Après la mort de Sviridov (supporter dont la mort a entraîné les événements sur la place du Manège), V. Poutine s’est rendu à son enterrement. Il n’y aurait rien à redire à cela s’il allait aussi à l’enterrement d’un des nombreux travailleurs migrants qui a trouvé la mort en Russie.

Vera Alperovitch souligne également le danger lié aux futures élections, et le risque que le pouvoir joue avec les slogans xénophobes. Jusqu’à maintenant, si 50% des personnes interrogées dans les sondages approuvent des slogans xénophobes, ils ne vont pas forcément voter ou sortir dans la rue pour soutenir ces idées : en revanche, si le discours xénophobe se diffuse dans les médias et s’il est utilisé par le pouvoir, certains verrous risquent de sauter et la situation va s’aggraver.

  1. Sova complète ses statistiques au fur et à mesure des informations reçues, et ces informations supplémentaires vont jusqu’à multiplier par deux les chiffres des crimes pour une période donnée []
  2. Ibragim affirme que lorsqu’on lui a rendu sa veste, après une nuit de torture, il y avait dedans un téléphone qui ne lui appartenait pas []

Have Prosecutions Against Neo-Nazi Groups Become More Effective in Russia ? (in French)

Depuis quelques mois, les décisions de justice visant les groupes néo-nazis se multiplient en Russie, laissant penser que les autorités ont enfin commencé à lutter contre l’extrême droite radicale russe. A Saint-Pétersbourg, en juin 2011 s’est terminé un procès retentissant  qui aura duré plus de deux ans contre la bande dite “de Voevodin et Borovikov”, 14 accusés devant répondre, entre autres, d’assassinats et d’incitation à la haine raciale1. En mai 2011 à Moscou, le nationaliste radical N. Tikhonov a été condamné à la perpétuité, et sa compagne E. Khasis à 18 ans de prison pour le meurtre de l’avocat Stanislav Markelov et de la journaliste Anastasia Baburova en janvier 20092. Ces procès ont été précédés par des décisions symboliques, comme l’interdiction en avril 2011 du DPNI, le Mouvement contre une Immigration Illégale, dont la responsabilité dans les manifestations racistes de la place du Manège de décembre 2010 avait été soulignée par de nombreux observateurs.

Alors que la loi anti-extrémiste, supposée lutter contre l’extrême-droite radicale est critiquée pour son usage inappropriée contre des mouvements d’opposition, des groupes religieux ou des médias3, et que les crimes racistes commis par des néo nazis étaient à l’inverse le plus souvent qualifiés de simple “hooliganisme”, le renforcement des articles du Code Pénal sur les crimes de haine raciale a été un instrument important pour l’accusation qui explique aussi la lourdeur des peines. Ces inflexions marquent sans aucun doute la volonté politique de montrer que les autorités font preuve de sévérité avec l’extrême-droite radicale – une évolution qui n’est pas forcément liée avec une indépendance croissante de la justice.

D’autre part, de nombreuses zones d’ombre demeurent. Lors du procès de Voevodin, des groupes d’extrême droite étaient présents en permanence pour exprimer leur soutien jusque dans la salle d’audience. Pour le centre Anti-Discrimination “Memorial” de Saint-Pétersbourg, les verdicts récents ne doivent pas faire oublier que, même dans ces affaires, toute la lumière n’a pas été faite. Dans un communiqué paru le 14 juin 2011 et intitulé “En mémoire de nos collègues” (en russe et en anglais)  ADC Memorial pointe les contradictions de la justice et souligne, en amont, la responsabilité fondamentale de la procurature et des enquêteurs de la police dans la réticence et la lenteur à engager des poursuites. C’est ce communiqué que nous traduisons ci-dessous, en y apportant en notes les précisions qui nous semblent nécessaires :

« En mémoire de nos collègues. Déclaration du Centre Anti-Discrimination “Memorial”

Le 14 juin 2011, le Tribunal de la ville de Saint-Pétersbourg a rendu son verdict dans le procès des meurtriers de Nicolas Girienko, universitaire, expert et défenseur des droits des minorités4. Voevodin, le chef de la bande et l’instigateur de ce meurtre, et l’exécutant, Prokhorenko, ont été condamnés à la prison à vie ; leurs comparses, les frères Kostarchenkovy à 8 et 18 ans de régime sévère.

Cependant, ce verdict a été attendu bien trop longtemps par la famille et les amis de la victime : cela fait déjà sept ans que Nicolas Girienko a été assassiné ?

Les avocats, les amis et les compagnons de lutte de Girienko, ses collègues défenseurs des droits de l’Homme sont satisfaits du verdict des jurés et de la condamnation. Ce sont bien les meurtriers qui étaient sur le banc des accusés, et leur culpabilité n’a pas suscité le moindre doute parmi les jurés. Ceux-ci ont unanimement déclaré que le meurtre avait été planifié à l’avance et qu’il était lié à l’activité d’expertise judiciaire de Girienko dans des affaires d’incitation à la haine raciale visant notamment des groupes néo-fascistes.

La sévérité des peines correspond à la gravité des faits : les coupables étaient depuis plusieurs années membres d’une bande nationaliste organisée, dont le but était la terreur et la violence. Leur bande a assassiné des étrangers, des membres de minorités ethniques et des personnes qui se sont opposées à leurs théories et leurs pratiques inhumaines.

Huit personnes ont été jugées en même temps que les meurtriers de Girienko, toutes accusés des crimes commis par la bande de Voevodin. L’attaque d’un Africain, le meurtre d’un ressortissant de Corée du Nord, “l’exécution” de deux jeunes gens proches du groupe et soupçonnés de trahison, les agressions armées accompagnées de vols – ne sont qu’une partie des méfaits des membres de cette bande. Ces méfaits se sont poursuivis plusieurs années durant, à Saint-Pétersbourg, et ce au début du XXIème siècle. Les meurtriers ne se cachaient pas, ils agissaient ouvertement et sans crainte, utilisaient les téléphones portables de leurs victimes, continuaient à assassiner… alors même que la liste des membres de la bande avait été transmise aux policiers chargés de l’enquête par les familles des deux jeunes gens “exécutés”.

Faut-il considérer l’issue de ce procès contre une bande de meurtriers nazis comme le triomphe de la justice ? Les défenseurs des droits de l’Homme peuvent-ils considérer que le sujet est clos ? Malheureusement, même la condamnation des meurtriers de Girienko n’apporte pas une totale satisfaction, et ne permet pas de mettre un point final à une longue et douloureuse procédure . L’accusation, qui a remporté une victoire dans ce cas, a connu un échec total dans un autre, tout aussi important : elle n’a pas réussi à prouver la culpabilité du meurtrier présumé de l’étudiant originaire du Sénégal, animateur de l’association péterbourgeoise “Union Africaine”, Samba Lampsar. Samba luttait contre le racisme, et il est mort victime du racisme, tué d’un coup de feu en avril 20065. Pendant cinq ans, les proches et les collègues de Samba ont attendu la condamnation des meurtriers – en vain. Maliugin, qui était accusé de ce crime, a été acquitté et la procurature n’a pas réussi non plus à prouver sa culpabilité dans l’affaire du meurtre d’un Ouzbek, Suyunov ; la participation même de Maliugin à l’activité de la bande n’a pas été reconnue par les jurés. Le procès est terminé, mais les morts de Samba Lampsar et de Suynov restent des crimes non élucidés, le tribunal a renvoyé ces deux affaires pour une nouvelle enquête.

Au delà de la douleur de la perte, des questions demeurent : pourquoi n’a t-il pas été possible d’élucider ces affaires, de prouver, de convaincre? Pourquoi de dangereux criminels ont-ils pu agir librement pendant si longtemps ? Pourquoi seuls certains d’entre eux répondent-ils finalement de leurs actes ?

Les collègues et amis des défenseurs des droits de l’Homme tués éprouvent des sentiments mitigés, à Saint-Pétersbourg comme à Moscou. Alors qu’en juin 2011 on annonçait le verdict des jurés dans le meurtre de Girienko, en mai 2011 ont été condamnés à Moscou les meurtriers de Stanislas Markelov et d’Anastasia Baburova, morts sous les balles des néo-nazis en janvier 2009. Les représentants des victimes sont satisfaits du verdict : Tikhonov, qui a tiré sur eux, a été condamné à la perpétuité, et sa complice Evgenia Khasis à 18 ans. Mais dans cette affaire aussi, il reste de la douleur et des questions.

Il y a un an et demi déjà, les parents de Nastia Baburova affirmaient que la culpabilité de Tikhonov et Khasis était évidente, mais ne se satisfaisaient pas de l’arrestation de ces seuls exécutants : ils étaient persuadés que d’autres responsables de la mort de leur fille avaient réussi à échapper aux poursuites. Juste après la fin du procès des meurtriers de S. Markelov et A. Baburova, un avis de recherche a d’ailleurs été lancé contre un de leurs “collègues” nationaliste, Korshunov, pour le meurtre de Ivan Khutorskoï6. L’antifasciste I. Khutorskoï soupçonnait Korshunov et Tikhonov d’être liés au meurtre de S. Markelov et avait transmis cette information aux enquêteurs. Les crimes s’enchaînent, et la réaction des forces de l’ordre est toujours tardive, indécise, incomplète.

Stanislav Markelov essayait de faire condamner les meurtriers de l’antifasciste Alexandre Riukhin7 – et il estimait que Tikhonov était l’un d’entre eux. Tikhonov a échappé aux poursuites et n’a été condamné que beaucoup plus tard… pour le meurtre de Markelov justement. Nastia Baburova et Ivan Khutorskoï, qui ont essayé de défendre Markelov et de faire arrêter ses meurtriers, ont été tués eux aussi. Et une partie des assassins n’a toujours pas été ni arrêtée, ni encore moins condamnée.

Nous sommes supposés nous réjouir de la légitime condamnation de certains, au moins, des meurtriers de nos collègues et de nos compagnons de lutte – mais il est difficile de le faire dans de telles circonstances.

De même il est difficile de se réjouir d’une autre victoire incontestable : l’acquittement d’Oleg Orlov, accusé d’avoir calomnié le président Tchétchène Ramzan Kadyrov en le déclarant responsable de la mort de la défenseure des droits de l’Homme Natalia Estemirova8 . Bien sûr, l’acquittement d’Orlov est une victoire de la justice, mais est-ce que sa place était vraiment sur le banc des accusés? Ce sont les responsables de la mort de nos collègues qui doivent être jugés – et non ceux qui ont tenté d’obtenir justice pour leur mort. L’acquittement d’Orlov, la condamnation des meurtriers de Nicolas Girienko, Stanislav Markelov, Nastia Baburova – tout cela, incontestablement, est une victoire. Mais le prix à payer pour une telle justice est profondément injuste!  »

  1. Le procès de la “bande de Voevodin et Borovikov” s’est ouvert en février 2009 à Saint-Petersbourg devant un jury populaire. Les 14 accusés étaient poursuivis pour une série d’attaques et de meurtres racistes commis depuis 2003, pour le meurtre de l’anthropologue et expert  Nikolaï Guirienko en 2004, ainsi que pour avoir exécuté deux jeunes dont ils craignaient la trahison. L’un des leaders, Borovikov,  avait été tué lors d’une première arrestation en mai 2006. Pour plus d’informations sur ces condamnations voir par exemple ces articles en français, en anglais et en russe ; voir aussi un article de fontanka.ru de 2009 en russe rappelant précisément les accusations []
  2. Stanislas Markelov, activiste de gauche, avocat, publiciste et défenseur des droits de l’Homme, a été tué en janvier 2009 alors qu’il sortait d’une conférence de presse où il critiquait la libération anticipée du colonel Boudanov condamné pour des crimes commis en Tchétchénie. Anastasia Baburova, activiste et journaliste qui se trouvait à ses côtés à ce moment là, a été tuée alors qu’elle tentait d’intercepter le meurtrier. Tikhonov et Khasis ont été arrêtés et inculpés en novembre2009. Ils ont également été condamnés par un jury populaire ; on peut voir la lecture de la condamnation sur le site du tribunal de Moscou []
  3. A tel point que le centre Sova (centre de veille et d’analyse sur l’extrême droite en Russie) consacre une rubrique entière aux “usages inappropriés de l’anti-extrêmisme” []
  4. L’universitaire Nicolas Girienko participait souvent comme expert à des procès contre des néo-nationalistes. Il a été tué en juin 2004 chez lui – le meurtrier ayant tiré à travers la porte de son appartement. Sur ce meurtre et les difficultés de l’enquête et voir le rapport de l’Observatoire des Défenseurs des droits de l’Homme de février 2006 “Fédération de Russie : agressions contre les défenseurs des droits de l’Homme, la coupable négligence de l’Etat russe” []
  5. En avril 2006, Samba Lampsar est tué dans la rue ; près du lieu du meurtre, on retrouve un fusil marqué d’une svastika et de l’inscription “mort aux nègres”. Le principal accusé, Alexandre Maliugin, est un ancien militaire et tireur d’élite – c’est un des deux membres de la bande qui a été relâché. []
  6. En novembre 2009, Ivan Khutorskoï, antifasciste radical, a été assassiné devant chez lui ; son nom et son adresse circulaient depuis longtemps sur les sites d’extrême droite (http://antifasrusses.samizdat.net/?p=311) []
  7. Alexandre Riukhin a été tué en avril 2006 alors qu’il se rendait à un concert. Trois de ses agresseurs ont été arrêtés et inculpés de hooliganisme – le meurtre étant imputé à des personnes qui n’ont pas été arrêtées []
  8. Le 15 juillet 2009, Natalia Estemirova, collaboratrice du centre des droits de l’homme Mémorial à Grozny, est enlevée et retrouvée morte quelques heures plus tard. Oleg Orlov, président du Centre des droits de l’homme “Mémorial”, pointe la responsabilité du leader tchétchène Ramzan Kadyrov. Celui-ci l’attaque en diffamation et en octobre 2009, un Tribunal de Moscou condamne Mémorial et Orlov à une amende (Voir le rapport d observation du premier procès par la FIDH). En juillet 2010, Kadyrov attaque à nouveau au pénal Orlov qui risque jusqu’à trois ans de prison : Orlov est finalement acquitté en juin 2011, le tribunal estimant que les allégations d’Oleg Orlov étaient “hypothétiques” et ne tenaient pas de la diffamation []

Europe-Asia Studies Article – “Right-Wing Extremist Violence in the Russian Federation”

Martin Laryš; Miroslav Mareš , “Right-Wing Extremist Violence in the Russian Federation”, Europe-Asia Studies, 1465-3427, Volume 63, Issue 1, 2011, Pages 129 – 154

Abstract:
This article analyses contemporary forms of extreme-right violence in Russia. The authors deal with the traditions and ideological background of the militant right-wing extremist scene as well as with its contemporary social and political background. The most important forms of right-wing extremist violence are identified as ad hoc hate crimes, local ethnically motivated conflicts, activities of organised gangs, the existence of paramilitary units and terrorist tendencies. Political reactions to this violence in Russia are described. The authors come to the conclusion that the threat of extreme-right violence will remain an important element of Russia’s future security development.

 

 

Hate Crime in Russia – Monitoring and Support for Victims of Racist Violence

Two German NGOs have issued a report providing legal and factual information about racist violence in Russia and recommandations on the ways to provide support to victims.

The report provides legal analysis as well as results of interviews that have been made in various Russian regions in order to provide an overview analysis and to seek regional partership for building awareness network.

The research project was initiated and financed by the Foundation “Remembrance, Responsibility and Future” (Stiftung „Erinnerung, Verantwortung und Zukunft“) and carried out by ReachOut Berlin.

download full version
download summary version