Tag Archives: veterans

New publication from team members : Chechnya at war and beyond

 

Edited by Anne Le Huérou, Aude Merlin, Amandine Regamey, Elisabeth Sieca-Kozlowski, Routledge – 2014 – 272 pages

 

 

The Russia-Chechen wars have had an extraordinarily destructive impact on the communities and on the trajectories of personal lives in the North Caucasus Republic of Chechnya. This book presents in-depth analysis of the Chechen conflicts and their consequences on Chechen society. It discusses the nature of the violence, examines the dramatic changes which have taken place in society, in the economy and in religion, and surveys current developments, including how the conflict is being remembered and how Chechnya is reconstructed and governed.

 

CONTENT
Introduction Anne Le Huérou, Aude Merlin, Amandine Regamey, Elisabeth Sieca-Kozlowski

Part 1: Traces of War: Between Remembrance and Erasing 1. Grozny as Before the War: Remembrance and Reconciliation in ‘Virtual’ and ‘Real’ Post-Soviet Communities Walter Sperling 2. Remembering and Forgetting in Chechnya Today: Using the Great Patriotic War to Create a New Historical Narrative Aude Merlin 3. Victims and Heroes: Commemorating the Russian Military Casualties in the Chechen Conflicts Natalya Danilova 4. Reconstruction in Chechnya, at the Intersection between Politics and the Economy Musa Basnukaev

Part 2: State and Non-State Rationales of Violence 5. State and Violence in Chechnya: 1997-1999 Ekaterina Sokirianskaya 6. Kidnapping and Hostage Taking between the Two Chechen Wars: 1997-1999 Mikhail Roshchin 7. Ramzan Kadyrov’s ‘Illiberal’ Peace in Chechnya John Russell 8. Between War Experience and Ordinary Police Rationales: State Violence against Civilians in Post-war Chechen Republic Anne Le Huérou 9. The North Caucasus Insurgency: Understanding the Chechen Rebels in the Context of the Caucasus Emirate Jean-François Ratelle

Part 3: The Impact of War on Chechen Society 10. Rereading Human Rights Reports: Material Violence in Chechnya: 1999-2001 Amandine Regamey 11. Sufism in Chechnya: Its Influence on Contemporary Society Mayrbek Vachagaev 12. Virtue Campaign for Women in Chechnya under Ramzan Kadyrov: Between War Backlash Effect and Desire for Total Control Tanya Lokshina 13. Chechen Refugees in Europe: How Three Generations of Women Settle in Exile Alice Szczepanikova

—————————————-

AUTHORS’ BIO

Anne Le Huérou is a Lecturer in Contemporary Russian and Post Soviet studies at Université Paris Ouest Nanterre and a Research Associate at the Institut des Sciences sociales du Politique and at the Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC), l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) Paris. France.

Aude Merlin is a Lecturer in Political Sciences at Université libre de Bruxelles and a member of CEVIPOL (Brussels, Belgium)

Amandine Regamey is a Lecturer in Russian Language at University Paris I Pantheon Sorbonne and a Research Associate at the Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC), l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, France.

Elisabeth Sieca-Kozlowski is Founder & Chief editor of The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies (http://pipss.org) and a Research Associate at the Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC), l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, France.

 

Memories of the Chechen War : new book

“Everyone’s silent memories ”

The Russian NGO Civic Assistance Committee has just published a new book, result of a project led by its network of young volunteers. The idea was to go in several Russian cities to ask witnesses and participants of the two Chechen wars to tell their personnal memories about life before the war, life at war and the aftermath of the war.

The book was presented on June 3rd at the Sakharov center in Moscow, with the authors of the projects and several interviewees from the book, like Arkadi Babchenko, a Russian writer and journalist who participated as a solidier in both Chechen campaigns.

the book is available for download on the site of the Civic Assistance Comittee and should be translated into Englis soon.
 

 

 

Research Project – Physical Violence and State Legitimacy in Late Socialism

We  are pleased to introduce to you to the site of a project that can have a lot in common with ours, though it is more focused on the late Soviet period. Excerpt from the home page ” The network investigates the relationship between physical violence and state legitimacy in Eastern Europe and the Soviet Union, addressing the following questions: How did the state control violence after Stalin? How did political legitimation change after 1956? How were these changes related to the repression and to the use of violent force? To what extent did physical violence disappear from politics? How was physical violence in the private sphere dealt with? Did these changes contribute to the decline of communism?”  see the site

New Books on Violence – Women Suicide Bombers / Violence in Post-Conflict Societies / Micro-Sociology of Violence

– Julie Rajan, Women Suicide Bombers. Narratives of Violence, Routledge Critical Terrorism Studies,  April 2011

Publisher’s comments:

This book offers an evaluation of female suicide bombers through postcolonial, Third World, feminist, and human-rights framework, drawing on case studies from conflicts in Palestine, Sri Lanka, and Chechnya, among others.

Women Suicide Bombers explores why cultural, media and political reports from various geographies present different information about and portraits of the same women suicide bombers. The majority of Western media and sovereign states engaged in wars against groups deploying bombings tend to focus on women bombers’ abnormal mental conditions; their physicality-for example, their painted fingernails or their beautiful eyes; their sexualities; and the various ways in which they have been victimized by their backward Third World cultures, especially by “Islam.” In contrast, propaganda produced by rebel groups deploying women bombers, cultures supporting those campaigns, and governments of those nations at war with sovereign states and Western nations tend to project women bombers as mythical heroes, in ways that supersedes the martyrdom operations of male bombers.

Many of the books published on this phenomenon have revealed interesting ways to read women bombers’ subjectivities, but do not explore the phenomenon of women bombers both inside and outside of their militant activities, or against the patriarchal, Orientalist, and Western feminist cultural and theoretical frameworks that label female bombers primarily as victims of backward cultures. In contrast, this book offers a corrective lens to the existing discourse, and encourages a more balanced evaluation of women bombers in contemporary conflict.

– Andres Themner, Violence in Post-Conflict Societies. Remarginalization, Remobilizers and Relationships,  Routledge Studies in Intervention and Statebuilding’ Series, May 2011

Synopsis:

This book compares post-civil war societies to look at the presence or absence of organized violence, analysing why some ex-combatants return to organised violence and others do not. Even though former fighters have been identified as a major source of insecurity, there have been few efforts to systematically examine why some ex-combatants re-engage in organized violence, while others do not. This book compares the presence or absence of organized violence in different ex-combatant communities — former fighters that used to belong to the same armed faction and who share a common, horizontal identity based on shared war-and peacetime experiences — in the Republic of Congo (ex-Cobras, Cocoyes and Ninjas) and Sierra Leone (ex-Armed Forces Revolutionary Council, Civil Defense Force and Revolutionary United Front). The main determinants of ex-combatant violence are whether former fighters have access to elites and to second-tier individuals — such as former mid-level commanders — who can act as intermediaries between the two. By utilizing relationships based on selective incentives and social networks, these two kinds of remobilizers are able to generate the needed enticements and feelings of affinity, trust or fear to convince ex-combatants to resort to arms. These findings demonstrate that the outbreak of ex-combatant violence can only be understood by more clearly incorporating an actor perspective, focusing on three levels of analysis: the elite, midlevel and grass-root. This book will be of much interest to students of peacebuilding, civil wars, post-conflict reconstruction, war and conflict studies, security studies and IR.

– Jutta Bakonyi (Ed), A Micro-Sociology of Violence. Deciphering Patterns and Dynamics of Collective Violence   December 2011

Description:

This book aims at a deeper understanding of social processes, dynamics and institutions shaping collective violence. It argues that violence is a social practice that adheres to social logics and, in its collective form, appears as recurrent patterns. In search of characteristics, mechanisms and logics of violence, contributions deliver ethnographic descriptions of different forms of collective violence and contextualize these phenomena within broader spatial and temporal structures. The studies show that collective violence, at least if it is sustained over a certain period of time, aims at organization and therefore develops constitutive and integrative mechanisms. Practices of social mobilization of people and economic resources, their integration in functional structures, and the justification or legitimization of these structures sooner or later lead to the establishment of new forms of (violent) orders, be it at the margins of or beyond the state. Cases discussed include riots in Gujarat, India, mass violence in Somalia, social orders of violence and non-violence in Colombia, humanitarian camps in Uganda, trophy-taking in North America, and violent livestock raiding in Kenya.This book was originally published as a special issue of Civil Wars.

 Contents:

1. Deciphering the Mosaic’s Tesserae: A Micro-Sociology of Violence Jutta Bakonyi and Berit Bliesemann de Guevara 2. Rioting as Maintaining Relations: Hindu-Muslim Violence and Political Mediation in Gujarat, India Ward Berenschot 3. Moral Economies of Mass Violence: Somalia 1988-1991 Jutta Bakonyi 4. Displacing, Returning, and Pilgrimaging: The Construction of Social Orders of Violence and Non-violence in Colombia Nora-Christine Braun 5. Humanitarianism, Violence, and the Camp in Northern Uganda Adam Branch 6. ‘Transgressive Objects’ in America: Mimesis and Violence in the Collection of Trophies during the Nineteenth Century Indian Wars Cora Bender 7. Of Rains and Raids: Violent Lifestock Raiding in Northern Kenya Karen M. Witsenburg and Adano R. Wario

Violence towards Disabled Veterans of the Chechen Wars in Post-Soviet Russia – Interview 3 (in French) – Post 4/5

Invalides des guerres de Tchétchénie – Interview 3

Alexandre, 28 ans, est né à Kovrov, dans la région de Vladimir. Conscrit volontaire pendant la seconde guerre de Tchétchénie, il a été blessé par une arme défectueuse.

Rencontre le 14 juillet 2010, à la Maison Cheshire[1], Moscou.

 

Interview traduite du russe par  Nancy Abate.

(Photo: St Pétersbourg, Août 2011 / Crédits: Elisabeth Sieca-Kozlowski)

 

Service volontaire en Tchétchénie

Alexandre : Je suis né dans la région de Vladimir, à Kovrov.

Elisabeth Sieca-Kozlowski : Racontez-moi, s’il vous plaît, comment vous vous êtes retrouvé en Tchétchénie ?

Alexandre : J’ai fait mon service militaire.

ESK : En quelle année ?

Alexandre : En 2001 j’ai été immédiatement envoyé en mission en Tchétchénie. Mais j’avais déjà commencé à servir en 2000.

ESK : C’était votre choix ?

Alexandre : Oui, j’en ai exprimé le désir. Non par obligation, mais par volonté.

ESK : Cela signifie que vous n’avez pas servi dans une unité et que vous vous êtes retrouvé d’emblée en Tchétchénie ?

Alexandre : Non, en 2000 j’ai commencé mon service actif dans une unité et en 2001 j’ai été immédiatement envoyé en mission en Tchétchénie.

ESK : Combien de temps avez-vous passé en Tchétchénie ?

Alexandre : Presque un an, onze mois pour être précis.

ESK : Dans quelles troupes avez-vous servi ?

Alexandre : Dans les Troupes des Missiles et de l’Artillerie.

ESK : Vous étiez un simple soldat ?

Alexandre : Sergent.

ESK : Avez-vous bénéficié d’une préparation ?

Alexandre : Après un an et demi de service, je suis monté en grade. J’effectuais un autre travail, j’occupais le poste de pointeur.

ESK : De quoi vous occupiez-vous là-bas ? Quelles étaient vos missions ?

Alexandre : En deux mots, nous étions appuyés par différents groupes d’éclaireurs. Ils décelaient les groupements et les dépôts de combattants, puis nous communiquaient leurs coordonnées, afin d’ouvrir le feu.

L’utilisation d’armes défectueuses

ESK : Que s’est-il passé ?

Alexandre : Lorsque je me préparais déjà à mon retour à la maison, vers la démobilisation, nous étions parvenus à nos fins, à savoir, ouvrir le feu. Certains canons de notre batterie étaient alors en réparation. Pendant la nuit les tirs retentissaient de tous les côtés, ainsi les canons nécessitaient des réparations. Un des canons qui était plus ou moins apte à tirer, était le mien. Mon peloton – composé de cinq personnes – avait changé. En effet, les gars avec qui j’avais servi, avaient déjà été renvoyés chez eux. Le nouveau complément est arrivé, avec des gars qui étaient encore jeunes et qui ignoraient beaucoup de choses. On nous a ordonné de tirer, nous avons accompli notre devoir…

ESK : Vous avez réellement tiré sur quelqu’un ? Ce n’était pas un simple exercice ?

Alexandre : Non, c’était des exercices de combat. On nous fixait des cibles, elles se trouvaient loin, environ dix à douze kilomètres de là où l’on se situait. Il fallait tirer. Au moment d’actionner le canon, la douille, une fougasse, la douille avec la charge est restée coincée. Elle était un peu déformée, le corps n’était plus concentrique. Nous ne pouvions continuer à tirer. Les gars étaient jeunes et inexpérimentés. A cette époque, en tant que pointeur, j’étais chargé de mener les opérations, contrôler les coordonnées et diriger les canons. Les gars ont commencé à charger les douilles, à l’intérieur, et à verrouiller. Elles se sont retrouvées sous la capsule, où le mécanisme sous pression a explosé. Ils ont fait une bévue, une explosion a eu lieu. Sur le coup, presque l’ensemble du groupe a été décimé. L’explosion fut terrible. Parmi les quatre personnes, deux ont été tuées sur le coup, et la troisième est décédée à l’hôpital. Je fus le seul survivant. J’ai eu plusieurs lourdes blessures. A Moscou, lorsque l’on m’a emmené à l’hôpital…

ESK : On vous a emmené immédiatement à Moscou ? Comment cela s’est-il passé ?

Alexandre : Non, une semaine s’est écoulée avant que je sois emmené à Moscou. J’ai été transporté en hélicoptères d’un hôpital de campagne à l’autre : Khankala, Mozdok, Vladikavkaz… Je suis passé par chacun de ces hôpitaux. On m’a fait des pansements, des bandages. Mais je ne m’en souviens pratiquement pas, car j’étais inconscient pendant presque tout le temps. Ensuite, lorsque j’ai eu connaissance des rapports médicaux, je me suis rendu compte que mon périple – jusqu’à ce que j’arrive à Moscou – avait duré presque une semaine. Puis, à Moscou, j’ai repris connaissance.

ESK : Vous étiez dans un hôpital militaire à Moscou ?

Alexandre : Oui, dans l’hôpital militaire principal, du nom de Bourdenko. J’ai été soigné là-bas, j’ai subi plusieurs opérations.

ESK : Combien d’opérations avez-vous subies ?

Alexandre : En dehors de la première opération, qui a été réalisée lorsque j’étais en soins intensifs, je ne me rappelle pas vraiment… Car j’ai passé deux mois en soins intensifs, ne pouvant ni bouger, ni voir.

ESK : Vous avez été brulé à combien de degrés ?

Alexandre : Je ne me rappelle pas, car il y a déjà huit ans de cela. Mais je me souviens que j’avais beaucoup de brûlures, au visage, aux bras, aux jambes. En fait, sur l’ensemble des parties de mon corps qui n’étaient pas protégées par des vêtements. Vous savez, en Tchétchénie il faisait vraiment très chaud, nous ne portions quasiment pas d’habits là-bas. Les pantalons retroussés comme des shorts, des pantoufles aux pieds, et le torse nu. Combien d’opérations au total, je ne me rappelle pas exactement, mais je dirais près de six. Deux opérations aux yeux, de l’ordre de trois ou quatre au bassin. A la main également, elle ne s’est pas soudée correctement, la fracture était sévère, les os brisés, j’ai gardé presque six mois l’appareil d’Ilizarov, on m’a fait une greffe osseuse. Le bassin avait poussé rapidement, aussi avec l’appareil d’Ilizarov, la moitié était scellée par le fer.

ESK : Au total, combien de temps avez-vous passé à l’hôpital ?

Alexandre : En tout, j’ai passé neuf mois à l’hôpital, d’octobre à août. J’ai été blessé en octobre 2002 et en août 2003 je suis sorti de l’hôpital. Je me suis mis d’emblée à étudier. Déjà à l’hôpital je me préparais aux examens. Lorsque j’étais près à sortir, en juin, j’ai dû attendre pour une intervention chirurgicale à l’œil, on m’a remplacé le cristallin par un implant. On m’avait apporté des manuels, et de l’hôpital je suis allé passer les examens d’entrée. Et je suis entré immédiatement, on m’a aidé bien entendu. Puis, je me suis reposé un mois à la maison, et je suis revenu à Moscou pour étudier.

ESK : Vous avez vous-même décidé d’étudier ou bien quelqu’un vous l’a conseillé ?

Alexandre : Je l’ai décidé moi-même, mais j’ignorais tout de cela. Premièrement, à l’école j’étais un élève moyen, je n’apprenais pas vraiment bien. Alors, je voulais suivre un enseignement supérieur, mais comment faire ?

ESK : Qui vous a aidé ?

Alexandre : Ma future femme m’a aidé, nous n’étions pas encore mariés, et elle m’apportait des livres à l’hôpital, afin que je puisse me préparer.

L’aide caritative

ESK : Comment l’avez-vous rencontrée ?

Alexandre : Nous nous sommes rencontrés à l’hôpital. Elle ne fait pas partie du personnel hospitalier, elle est chrétienne orthodoxe. Dans sa paroisse, elle a fait connaissance avec une autre jeune fille, travaillant à l’hôpital. Elles ont décidé, ensemble, de nous venir en aide, pas moi en particulier, mais tous les gars qui se trouvaient dans mon cas. Elles nous ont apporté des affaires, de la nourriture, elles nous ont accordé toute l’aide possible. C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés. Puis, nous sommes devenus plus proche, elle m’a conseillé et aidé.

ESK : Comment avez-vous entendu parler de l’institut Cheshire Home ? Avez-vous déjà été en lien avec eux ?

Alexandre : Jusqu’alors je ne les connaissais pas. Quand Poutine était encore président, les responsables de l’institut Cheshire Home se déplaçaient en visite officielle à l’hôpital Burdenko, pour discuter avec les gars. Cela devait être, si ma mémoire est bonne, la veille du 23 février, je portais alors le numéro huit, on m’opéré du bassin, une autogreffe osseuse. L’intervention était délicate, c’est pourquoi avant l’arrivée du Président, on m’avait transféré dans un autre hôpital, selon la réhabilitation, afin que je me repose quelque temps. Et c’est à ce moment, lorsque le Président s’est déplacé, qu’est venu Youri Ivanovitch Nauman de l’institut Cheshire Home. Il a promis aux gars de leur accorder son aide, afin qu’ils puissent suivre un enseignement supérieur et venir s’installer à la maison Cheshire. Là-bas, ils se préparaient à étudier et à vivre. Les gars qui étaient avec moi à l’hôpital et qui sont partis à la maison Cheshire ont continué à être mes amis. Ceux qui sont restés à l’hôpital, à mon retour, m’ont raconté tout ce qui s’était passé en mon absence, comme je viens de vous l’expliquer. Ensuite, j’ai téléphoné à Youri Ivanovitch, il m’a invité, j’y suis allé. Nous avons discuté et il m’a dit que j’étais le bienvenu à la maison Cheshire.

ESK : Vous n’avez pas vécu dans cette maison ?

Alexandre : Si, j’ai vécu presque trois ans là-bas, tant que je n’étais pas marié.

ESK : On vous a transféré vers un autre hôpital lors de votre réhabilitation ?

Alexandre : Oui dans un hôpital qui se situe sur la rive gauche du district de Khimki. Au numéro six il me semble ou au trois, je ne me rappelle plus quel numéro. J’ai été emmené là-bas après ma lourde opération, afin que le processus de cicatrisation se déroule correctement, et que je puisse bénéficier des bienfaits de la physiothérapie. En réalité, cet établissement n’est pas un hôpital mais une maison de soins de suite et de réadaptation. Ces établissements interviennent dans la rééducation, à la suite d’un séjour hospitalier. J’ai passé exactement un mois là-bas, et après retour de nouveau aux soins. Après la réhabilitation, je suis allé dans un nouvel hôpital militaire, du nom de Vichnevski. Où j’ai subi une intervention chirurgicale aux oreilles.

ESK : Dans la maison de soins de suite et de réadaptation, au numéro six ou trois, combien de temps êtes-vous resté ?

Alexandre : Je suis allé là-bas à deux reprises, la première fois environ un mois et la deuxième fois aussi, un mois, peut-être plus.

ESK : Combien de fois avez-vous été opéré des oreilles ?

Alexandre : Une seule fois. Vous savez l’explosion a vraiment été terrible. […] La membrane de mon oreille droite a été déchirée et perforée. On m’a fait une greffe, on m’a implanté un corps étranger afin de boucher le trou, mais cela n’a pas fonctionné, le trou est resté ouvert.

ESK : Vous n’entendez pas d’une oreille ?

Alexandre : Non, j’entends normalement, mais pas parfaitement, j’ai quelques petits problèmes. A l’oreille gauche, j’ai également une légère perforation. Après Vichnevski, on m’a emmené à Khimki, je suis resté là-bas près d’un mois. Ensuite j’ai de nouveau été à Bourdenko, où j’ai subi encore deux nouvelles opérations. On m’a retiré l’appareil de la main, et je me suis fait opérer de l’œil, on m’a remplacé le cristallin de l’œil droit par un implant. Avant cette intervention, je me préparais à passer les examens d’entrée. C’était en juin, j’étais alors considéré comme un candidat. Lorsque j’ai été opéré, j’ai passé encore près d’un mois à l’hôpital, puis je suis enfin sortit. C’était fin juillet, début août.

« Personne n’avait mis [mes parents] au courant »

ESK : Vos parents sont-ils venus vous voir ?

Alexandre : Oui ils sont venus.

ESK : Tout de suite ?

Alexandre : Comment auraient-ils pu venir tout de suite, sachant que personne ne les avait mis au courant. En principe, je devais déjà rentrer à la maison en novembre. Mes parents se préparaient alors à mon arrivée. Lorsque je me suis senti mieux, et que je suis sorti des soins intensifs, une infirmière que je connaissais, m’a gentiment prêté son téléphone portable, afin que je puisse leur téléphoner. Pour, au moins dire à mes parents, ce qu’il m’était arrivé. Après mon appel, ils sont donc venus me voir à Moscou, dans le milieu du mois de novembre.

ESK : Une infirmière vous a prêté son téléphone personnel ?

Alexandre : Oui, vous savez, à l’hôpital personne n’a eu l’idée qu’il fallait prévenir quelqu’un de mon état, ou de me donner un téléphone pour que je le fasse. Personne ne s’est inquiété de cela, que mes parents soient tenus au courant ou pas, cela ne les intéressait pas. Lorsqu’on m’a emmené, on peut dire, que c’était comme une seconde naissance. C’est-à-dire que lorsque je suis arrivé en avion, je n’avais rien, ni vêtement, ni papier, ni affaire, rien du tout.

ESK : Vous n’aviez pas de matricule ?

Alexandre : Nous les fabriquions nous-mêmes, sans en être autorisés. Nous procédions de la sorte : sur un bout de papier on inscrivait les numéros de notre livret militaire et nos renseignements personnels, on enveloppait ce bout de papier et on le fourrait dans l’étui de la cartouche après l’avoir soigneusement tassé et pour finir on le mettait dans notre poche. Officiellement, cela n’était pas permis. Mais en Tchétchénie, évidemment, personne ne contrôlait quoi que ce soit, et on pouvait le faire à volonté. Mais puisque nous nous trouvions sur le territoire de notre camp, et que nous n’en partions pas, tous mes renseignements étaient déjà connus. Mes documents m’accompagnaient, d’hôpitaux en hôpitaux, où figuraient mes antécédents médicaux. Mais je n’avais rien immédiatement avec moi. Lorsque l’on m’a transféré des soins intensifs vers le service d’ophtalmologie, je n’avais rien à mon arrivée dans ce service. On m’a rentré dans le fichier et c’est tout. S’il n’y avait pas eu ces femmes, ces jeunes filles pour m’aider, elles m’ont apporté des vêtements, de la nourriture en plus, une radio. Vous ne voyez rien du tout, et quand vous passez plus d’un mois dans un pareil état, vous perdez confiance en vous. Et elles m’ont accordé toute l’aide possible, dont j’avais besoin.

ESK : Et comment vos parents ont-ils réagi ? Tout d’abord comment ont-ils réagi au fait que vous soyez parti en Tchétchénie ? Ils étaient au courant ?

Alexandre : Bien entendu, ils n’étaient pas au courant, j’écrivais que j’étais sur le terrain en campagne, quelque chose du genre…

ESK : Et après ?

Alexandre : Eh bien après, lorsque je leur ai téléphoné, je leur ai raconté – non franchement – mais je n’ai pas eu le temps de réfléchir alors, spontanément, j’ai inventé une histoire de toutes pièces : nous étions dans les bains en train de nous laver, et que, soudain, le feu a pris et que tout s’est écroulé, que je m’étais cassé la main et que j’avais été brûlé dans l’incendie. Naturellement, ils m’ont beaucoup questionné, entre autres, pour quelles raisons je me trouvais à Moscou alors qu’ils me croyaient à Vladikavkaz… Lorsqu’ils sont arrivés, maman en entrant dans ma chambre, ne m’a d’abord pas vu et donc pas reconnu. Les photos étaient telles qu’il était impossible de me reconnaître, mon visage était pourtant découvert. Elle s’apprêtait à sortir de la chambre, puis elle a regardé de nouveau et m’a reconnu. J’ignorais que j’étais entièrement recouvert d’appareils en fer et de brûlures. Ensuite, ils sont restés auprès de moi. Il était vraiment rassurant pour moi, d’envisager la possibilité que mes parents restent à mes côtés et puissent m’apporter de l’aide.

ESK : Ils sont restés auprès de vous ?

Alexandre : Oui, mon père est resté quelque temps.

ESK : Où logeait-il ? L’Armée l’a aidé à rester ?

Alexandre : Dans un premier temps à l’hôtel, le Ministère de la Défense l’a aidé.

ESK : Pendant combien de temps a-t-il pu rester à vos côtés ?

Alexandre : Ils sont restés près de deux semaines.

ESK : C’est le Ministère de la Défense qui a payé les frais ?

Alexandre : Oui, ils ont payé la somme minimale, à savoir les indemnités de déplacement. Cette somme à Moscou…suffisait seulement pour le voyage. On accordé une certaine somme d’argent à mes parents afin qu’ils puissent, soi-disant, rester à mes côtés, mais pour rester à Moscou, une telle somme est ridicule. Lorsqu’au bout d’un mois et demi j’ai enfin été capable de marcher doucement, de faire quelque chose, il n’était plus nécessaire pour moi de me soigner, je pouvais me débrouiller seul.

ESK : Votre père est rentré chez lui ?

Alexandre : Oui, à vrai dire, ils sont de véritables héros. J’ai une sœur et elle venait tout juste d’accoucher d’un petit garçon.

ESK : Lors de votre séjour à l’hôpital ?

Alexandre : Oui, ma sœur est venue avec le bébé, elle ne pouvait pas le laisser, il est né le 29 août, et lorsqu’ils sont venus en novembre, il avait seulement quatre mois. C’était l’hiver, c’est un exploit héroïque ! Moi-même, étant père, je sais ce que c’est, faire 350 kilomètres en autobus avec un bébé. Mais elle y est parvenue, elle et son bébé sont bien arrivés.

ESK : Portez-vous une prothèse ?

Alexandre : Non, je n’en porte pas. Ma main et mon bassin se sont consolidés. Seul, mes dents me posent problème, j’en ai perdu beaucoup, si seulement ils avaient pu me les refaire…

ESK : Vous devez vous les refaire faire ?

Alexandre : A l’hôpital lorsque je me suis adressé à eux pour en faire la demande, on m’a répondu qu’ils pourraient seulement me les refaire en fer ou en métal. Pour tout le reste il fallait payer. Et pour moi cette somme d’argent était au dessus de mes moyens, je ne l’avais pas. J’ai pu me les refaire faire il y a seulement deux ou trois ans, quand j’avais gagné assez d’argent.

J’ai oublié de mentionner, que lorsque je suis sorti de l’hôpital, une assurance m’a été accordée. Car depuis que ma santé s’est détériorée, je suis invalide.

Les indemnités de combat

ESK : Quel est votre niveau d’invalidité ?

Alexandre : Je fais parti du troisième groupe d’invalidité. On a payé pour moi toutes les assurances en rapport avec ma situation. Vous savez, mes parents vivent à la campagne, leur salaire n’est pas énorme, ils ne peuvent donc rien se permettre de la sorte. Cela représentait presque la moitié de l’assurance… acheter des meubles à la maison… Au début, lorsque j’ai donné mon consentement pour la mission, je savais qu’il pourrait y avoir un peu d’argent à gagner. Mais le système est vraiment absurde et incompréhensible. La somme totale que j’ai perçue pour dix mois de séjour là-bas, s’élève à environ 30 000 roubles (735€), c’est-à-dire 1 000 dollars. Mais vous pouvez vous imaginer, qu’en dix mois de combat, […] j’ai combattu seulement quatorze jours. Les autres jours nous recevions la visite de nos commandants. Notre batterie était composée d’une trentaine de personnes. Chaque mois, nous recevions un papier, nous indiquant la comptabilisation des jours de combat et le nombre de jours pendant lesquels il fallait cesser de combattre. Ils nous laissaient alors tranquille, et puis plus tard, ils nous reprenaient avec eux. C’est la raison pour laquelle, nous avons obtenu une somme pareille.

ESK : Qu’avez-vous pu vous acheter avec cette somme ? Qu’avez-vous fait avec cet argent ?

Alexandre : J’ai dépensé une partie de cette somme à l’achat de meubles et d’une télévision pour mes parents. Car ils avaient un vieux poste de télé à lampes. J’ai aidé ma sœur, je lui ai acheté des meubles capitonnés, car elle venait tout juste de se marier, et comme ils n’avaient pas encore d’appartement, eh bien je leur en ai loué un. Pour ce qui est du reste, je l’ai mis de côté pour mes études à Moscou. Il me fallait un peu d’argent. Tout d’abord, je ne savais pas comment m’y prendre avec l’ordinateur, je ne suis pas très familier avec ce genre d’appareil. Je savais que dans l’enseignement supérieur à Moscou cela ne pouvait être discutable : tout le monde doit être capable de se servir d’un ordinateur. Alors, j’ai dû m’en acheter un et apprendre à la maison. Aussi, je me suis acheté quelques vêtements.

ESK : Un congé de réhabilitation ne vous a pas été accordé ?

Alexandre : Non, ils m’ont simplement congédié.

ESK : Et votre pension d’ancien combattant ?

Alexandre : Je la perçois, je l’ai régularisée.

ESK : Chaque mois ?

S : Non, chaque année. Pendant huit ans, successivement, j’ai dû passer un nouvel examen médical. La procédure est très désagréable et contraignante, il faut passer des expertises médicales, afin qu’ils puissent déterminer le niveau d’invalidité et vous verser la pension. Cette année on me l’a accordé de façon permanente, ainsi je n’ai pas à repasser un nouvel examen chaque année.

ESK : Cela signifie qu’au bout de huit ans vous l’avez enfin eu de façon permanente ?

Alexandre : Oui, cela est tout à fait ridicule, car tous les gars qui étaient avec moi à l’hôpital, ont obtenu presque immédiatement l’invalidité de façon permanente. Alors qu’ils n’ont pas passé un mois et demi dans des hôpitaux, chaque année, comme j’ai été contraint de le faire… Il est terrible de devoir faire la queue seulement pour un morceau de papier sur lequel on inscrit votre diagnostic, qui n’est, d’ailleurs, pas vérifié. En règle générale, il faut attendre cinq ans, et après validation par la commission générale, on vous l’accorde. Mais, dans mon cas on ne sait pourquoi cela a duré huit ans…

ESK : Permanente, cela signifie que vous avez le droit à une certaine somme d’argent ?

Alexandre : Oui, à une pension, tous les mois.

ESK : Quelle somme ?

Alexandre : La pension, elle-même, est actuellement de l’ordre de 5 000 roubles (125€).

ESK : Cette somme vous paraît-elle correcte ?

Alexandre : Cela dépend de quel côté on se place. C’est peu, mais ce n’est pas mal. Si je percevais cette somme dans la région où je vivais avec mes parents, alors cette somme serait correcte. Mais à Moscou avec 5 000 roubles, vous pouvez tout dépenser dans un seul magasin.

ESK : Bénéficiez-vous de certains privilèges ?

Alexandre : A l’heure actuelle il n’y a plus de privilège, mais un supplément. Tous les privilèges ont été supprimés, il faut désormais débourser une somme supplémentaire pour pouvoir en bénéficier, entre 2 000 et 3 000 roubles (50€ et 75€) pour l’ensemble des privilèges.

ESK : Durant votre réhabilitation, avez-vous rencontré ou avez-vous ressenti le besoin de vous entretenir avec un psychologue ? Ou peut-être qu’un psychologue est venu vous voir ?

Alexandre : Le parquet militaire s’est déplacé, nous avons discuté de ce qui s’est passé et comment s’est arrivé. Mais c’était une raillerie offensante de leur part, car je venais tout juste d’être transféré des soins intensifs, après y avoir séjourné un mois. Je commençais tout juste à remarcher, à ouvrir les yeux. Et ils se sont déplacés depuis le parquet militaire pour s’entretenir avec moi. Même l’infirmière en chef du service d’ophtalmologie ne pouvait le supporter : « Que pensiez-vous ? Cet homme vient tout juste de sortir des soins intensifs, et il vient tout juste de revenir à lui et vous voulez l’interroger ! ». Mais ils s’en fichaient, ils m’ont tout de même conduit au bureau pour m’interroger. C’est alors que je leur ai tout raconté, comment cela s’est passé etc. Et d’eux, j’appris que le troisième gars qui se trouvait avec moi, et dont je pensais qu’il était vivant lui aussi, car même si je ne le voyais pas, nous avons été évacués ensemble en hélicoptère, et à maintes reprises, je l’entendais crier vraiment très fort, j’entendais constamment ses cris. Ensuite, j’ai perdu connaissance pendant un moment, puis je suis revenu à moi et je ne l’entendais plus. Alors, je me suis dit que peut-être il avait été évacué vers un autre hôpital. Mais, les types du parquet militaire, m’ont appris qu’il n’avait pas survécu à ses blessures et qu’il était mort.

ESK : Y-a-t il eu pour vos commandants et vous-même des conséquences ?

Alexandre : Je pense, en effet, qu’il y aura sans doute des conséquences pour nos commandants. Car j’estime que c’est de leur faute à 80%. Dans un premier temps, parce que nos canons ne fonctionnaient pas correctement. Certaines pièces étaient nécessaires afin qu’ils fonctionnent normalement. Et ils ont préféré fermer les yeux. Nous n’en serions pas arrivés là, si le mécanisme avait marché correctement. Le mécanisme permet de tout faire automatiquement, il se met en route, se verrouille et tire. Et puisque nous avions beaucoup de pièces qui ne fonctionnaient pas, alors il fallait le faire manuellement, pousser et charger. C’est pourquoi, en partie, cette catastrophe a eu lieu. Deuxièmement, les gars étaient jeunes et ils craignaient les commandants, je ne vais pas parler de ce qui se serait passé si nous n’avions pas pu tirer en nombre suffisant.

ESK : Les hommes étaient-ils préparés ?

Alexandre : Oui, ils l’étaient, mais lorsqu’on vous crie dessus avec des propos injurieux et que l’on vous ordonne de tirer… cela ne les intéresse pas ce qui s’est passé, coincé, pas coincé, ils ont ordonné de tirer. Les gars étaient sur les nerfs, ils ont eu peur et ils ont fait une bévue. Mais pour les commandants tout s’est bien terminé. Je ne vais pas les juger.

ESK : Vous n’avez pas souhaité les poursuivre en justice ?

Alexandre : J’ai été interrogé par le parquet, j’ai dû raconter tout ce qui s’est passé, comment c’est arrivé, à cause de quoi, pourquoi etc. Je leur ai tout raconté, comme je vous le dit en ce moment, nous n’aurions pas dû tirer, il ne fallait pas nous donner l’ordre de tirer. Nos canons ne fonctionnaient pas, cela explique que nous avons rompu toutes les règles, non de notre propre initiative, mais contraints d’obéir aux ordres. Ensuite, tout ça me dépassait, je savais, pertinemment, que rien ne serait résolu. Vous savez, cela n’est pas de mon ressort de juger ou de condamner quelqu’un. Je ne connais pas ces choses-là et je ne veux pas les connaître. Cette spécificité, ne réside pas dans mes compétences.

Perception du conflit avant et après

ESK : Quel était votre sentiment envers le conflit tchétchène lorsque vous êtes parti à la guerre et après votre blessure ?

Alexandre : Lorsque je suis parti en Tchétchénie, les relations étaient tendues. Et j’avais bien à l’esprit que les bandes qui existaient là-bas, et qui s’engageaient dans des activités terroristes, faisaient souffrir des tas de gens, non seulement en Russie, mais dans le monde entier. Alors quand vous savez et que vous comprenez que votre aide peut prévenir le danger, alors c’est à ce moment que vous décidez d’intervenir. Mais ce n’était pas non plus mon objectif principal. A ce moment, peut être, je ne saisissais pas tout. Il est probable que je souhaitais simplement faire quelque chose d’utile. Car l’armée, j’entends l’unité, celle qui ne combat pas mais qui est dispatchée à des places définies. Eh bien les soldats de cette unité ne font, en mon sens, rien de vraiment utile. Ils s’occupent de toutes sortes de banalités. Et lorsque vous passez un an dans un tel milieu, vous ressentez déjà une dégradation de votre personne, vous vous mettez à parler de façon indécente, votre conversation est basée sur des obscénités plutôt grossières et j’en passe. Vous commencez vous-même à ne plus vous comporter comme une personne normale, parce que vous vous rendez-compte de ce que vous faites chaque jour, il n’y a rien de bon dans cela, vous n’apportez rien d’utile à personne. La mission que nous devions accomplir en Tchétchénie, était enfin pour moi un pas vers quelque chose d’utile. Je savais qu’il y avait quelque chose de réel à accomplir, s’engager dans un travail concret et nécessaire. Cela signifie que les gars qui servaient là-bas, se sont engagés dans une véritable opération militaire. Au lieu de traiter toutes sortes de banalités à l’unité. Les gars que je connaissais, qui se comportaient plus ou moins bien, sont partis avec moi. Rester à l’unité, cela ne m’intéressait vraiment pas.

ESK : Après tout ce qui s’est passé et tout ce que vous avez vécu là-bas, quel est votre sentiment à l’égard du conflit maintenant ?

Alexandre : Cette question est très vaste. Pour tout vous dire, je ne sais comment y répondre. Si je vous réponds de manière générale, eh bien j’estime que le travail accompli en Tchétchénie, n’a pas été totalement inutile. Je pense que nous avons tout de même apporté des résultats positifs. Il se peut que certaines de nos actions se soient avérées être inutiles. Je n’éprouve pas de sentiments de haine envers les habitants tchétchènes. Ce sont des gens normaux. C’est come partout, que ce soit là-bas ou ici à Moscou ou encore dans d’autres régions en Russie, il y en a des bons et des mauvais. Il ne faut pas dire d’un peuple qu’il est mauvais, mais qu’il est bon. Il y a des personnes saines d’esprit, et il y a des irresponsables. Comme ceux qui, la nuit, nous bombardaient de tous les côtés de la localité. La nuit, les tirs retentissaient, le jour, les gens se promenaient, vaguaient à leurs occupations.

Des rêves récurrents…

ESK : Etes-vous en proie ou tourmenté par des rêves concernant la guerre ?

Alexandre : Ils ne me tourmentent pas, au contraire ils sont plutôt agréables. Mais ils se font plus rares dorénavant, la première fois que j’ai fait un rêve… l’essence de mon rêve était toujours la même, mais les rêves eux étaient à chaque fois différents. Ils concernaient l’armée, je rêvais qu’il m’était impossible de démissionner de l’armée. Les thèmes étaient différents, par exemple : Je rêvais que j’étais déjà rentré chez moi, que je m’occupais de choses que je fais déjà dans la réalité, et je ne sais pour quelles raisons, je suis appelé de nouveau à l’armée, je n’ai pas respecté le délai, je devais rester encore un mois, ils m’appelaient, m’envoyaient des convocations : « Tu dois encore servir, il te reste un mois ». Alors, dans mon rêve, évidemment, je retourne là-bas. Puis commence le rêve dans lequel je suis de nouveau dans l’armée, de nouveau avec les anciens gars, de nouveau je repars en mission, et ce qui s’est passé se passe à nouveau dans mon rêve et je suis déjà un peu limité dans mes actions, mais je sers. Mon délai arrive à échéance mais personne ne me congédie, je ne reçois aucun ordre de démobilisation. Je décide d’aller me plaindre auprès de tous les commandants : « Mon délai est terminé, je devrais déjà être congédié. » Ils me répondent : « Non, nous ne pouvons te décharger maintenant, tu dois encore servir. » Pendant près de trois-quatre ans, je faisais ce rêve régulièrement. Je n’ai jamais fait de cauchemars, ni ressenti de peur ou de terreur, à aucun moment.

ESK : Il ne vous est jamais venu à l’idée de vous adresser à un psychologue ?

Alexandre : Je n’ai pas le souvenir, que quelqu’un me l’ai déjà proposé et je n’en éprouvais pas le besoin. Bien que, probablement…

ESK : Vous n’avez jamais fait de tests ?

Alexandre : Il ya eu des tests en effet, je me suis trompé. Au bout de trois ou quatre mois passés à l’hôpital, j’ai été convié dans un bureau, non pour une conversation mais pour ces tests psychiques. Je répondais aux questions, et voilà tout.

ESK : Et les résultats ?

Alexandre : Je l’ignore, je pense que si je n’ai pas été enfermé je ne sais où, alors cela doit, sans doute, signifier que je suis quelqu’un de normal et sain d’esprit !

Les études de droit – pour se défendre

ESK : Revenons à vos études, quelle spécialité avez-vous choisie ?

Alexandre : Jurisprudence.

ESK : Pourquoi ?

Alexandre : Sûrement, parce qu’à ce moment c’était à la mode quelque part, premièrement. Deuxièmement, parce que quand j’ai commencé, je pensais que c’était une profession, à laquelle je pourrais consentir. Car les sciences naturelles et les sciences humaines m’intéressaient beaucoup. Les relations avec les gens, la communication. Pour moi, à ce moment-là, cela m’intéressait. Auparavant, j’étais assez timide, je n’entrais pas en contact avec les gens, si une personne ne m’adressait pas la parole en premier, je ne le faisais pas. J’étais très réservé. Et, maintenant, on ne sait pour quelles raisons, je suis capable de le faire. Cela d’une part, d’autre part, lorsque vous vous devez faire face à diverses situations dans votre vie, il y a beaucoup de choses que l’on ignore, nos droits, nos obligations. Non seulement on ne les connait pas, mais en plus personne ne peut vous les raconter. L’entourage est tel que personne ne peut vous les raconter, ni vous les expliquer. C’est pourquoi j’ai ressenti le besoin de connaissance, auquel j’ai droit et sur lequel je peux compter.

ESK : Vous aimeriez avoir la possibilité de vous défendre ?

Alexandre : Oui, sans doute. Je m’attendais à une telle suite d’évènements lorsque je reviendrai à une vie normale, dans le cadre civil habituel, des problèmes peuvent surgir dans le travail, les études… J’ignorais où il était possible d’obtenir des informations plus détaillées. Afin de se réaliser en tant qu’être social. Cela exigeait, bien entendu, une formation. La jurisprudence en tant que telle, en dehors des connaissances qu’elle apporte dans le domaine du droit, elle donne également quelques compétences en socialisation.

ESK : Quand avez vous obtenu votre diplôme ?

Alexandre : J’ai obtenu mon diplôme avec les félicitations en 2008.

ESK : Vous avez trouvé immédiatement du travail ?

Alexandre : Je travaillais déjà pendant ma troisième année. Car je venais tout juste de me marier, il me fallait donc du travail. J’avais opté pour le système d’enseignement avec assiduité obligatoire, c’était une formation de jour. Bien sûr, au départ, des problèmes ont surgis, il fallait combiner le travail et les études. Mais comme je m’étais fait une bonne réputation avec le corps enseignant et les inspecteurs, nos relations étaient tout à fait normales, ils voyaient que je m’intéressais à bon nombre de questions. Ainsi, j’ai pu m’arranger avec eux concernant certaines de mes difficultés. Par exemple, le doyen m’accordait des délais supplémentaires pour mes travaux. Et on me laissait une certaine liberté quant à ma présence en cours. En effet, pour mon travail, ils ont accepté le fait que je sois pendant une demi-journée à mon travail, en fonction de mes horaires. Par contre, je devais assister à des séminaires obligatoires, soit ils étaient avant le déjeuner ou après. De cette manière, avant le déjeuner j’étais à l’académie et après au travail, ou vice-versa.

ESK : Quel était votre travail ? Et comment l’avez-vous obtenu ?

Alexandre : Au syndicat. La vice-doyenne m’a conseillé sur le travail éducatif. Il s’est avéré qu’elle avait seulement un an de plus que moi. Elle étudiait autrefois. Moi, j’avais étudié avec des gars qui étaient beaucoup plus jeunes que moi, et qui après l’école y sont entrés, tandis que moi j’étais à l’armée, et à l’hôpital. J’entretenais de bonnes relations avec elle, elle m’a recommandé pour ce poste. Je me suis présenté et j’ai été accepté.

ESK : Vous travaillez toujours là-bas ? De quoi vous occupez-vous exactement ?

Alexandre : Je travaille en tant que conseiller juridique.

Les conditions de logement

ESK : Vous avez-vécu trois ans à la Maison Cheshire, vous vous êtes marié, et où vivez-vous maintenant ?

Alexandre : Dans l’appartement de ma femme.

ESK : Chez les parents de votre femme ?

Alexandre : Non, les parents de ma femme vivent en Crimée, en Ukraine. Nous vivons seuls ici.

ESK : Elle a son propre appartement ?

Alexandre : Oui, elle a réussit à l’acheter avant la brutale hausse des prix à Moscou. Son travail lui a accordé un crédit, et elle y est parvenue.

ESK : Quelle est sa profession ?

Alexandre : Elle était directrice, manager des ventes dans une entreprise qui fabrique des produits à base de viande, saucissons, saucisses. Elle a commencé avec le directeur général, lorsque celui-ci commençait tout juste à travailler. Il a fait de son entreprise un grand holding, un combinat de boucherie, un vaste réseau. En ce moment elle ne travaille pas.

ESK : Avez-vous droit à un appartement en tant qu’ancien combattant ?

Alexandre : Mon droit au logement se traduit par des subventions, une somme d’argent qui devrait contribuer à l’amélioration de l’état de mon logement. On me l’a versé, lorsque je me suis fait enregistrer à Kovrov, dans la région de Vladimir. Ici je ne suis pas encore enregistré. Là-bas, au service social, ils m’ont payé, versé sur mon compte la somme avec laquelle je devais m’acheter un logement. Avec cette somme j’ai pu acheter huit mètres carrés, c’est-à-dire une chambre dans un logement communautaire, que je pourrais vendre maintenant, pour récupérer de l’argent.

ESK : Quelle somme avez-vous perçue ?

Alexandre : 300 000 roubles (7 400€).

ESK : En quelle année ?

Alexandre : Probablement vers 2007 ou 2008. Quant au droit au logement en tant que tel, je ne l’ai pas eu. Ce sont les gens qui ont fait la queue comme des nécessiteux jusqu’à un certain délai, qui ont eu ce droit. Le délai était passé, et je n’apparaissais sur aucune liste. On a donc postdaté mes documents, afin que je puisse figurer sur une liste, ils m’ont ainsi donné la possibilité d’acquérir, au moins, huit mètres carrés.

ESK : Vous louez votre appartement ?

Alexandre : Non, dans cette ville personne n’en a besoin. Il est vide, personne n’en veut. Même aujourd’hui, je ne pourrais jamais le vendre, il n’intéresse personne. Et pour cause, qui voudrait d’une minuscule chambre dans un appartement communautaire avec deux voisins… C’est un fardeau pour moi, et je dois payer le loyer. Nous avons, ainsi, des garanties de constructions, soi-disant, accordées par l’Etat, c’est vraiment ridicule. Je ne vois pas comment je pourrais faire avec une somme pareille pour ne plus être dans le besoin. Il y a un nombre de mètres carrés défini, qui permettent de savoir si je suis ou non dans le besoin. Cela signifie qu’en m’accordant cette somme d’argent, ils pensaient que je pourrais m’acheter un appartement et y vivre. Autrefois, j’étais enregistré dans la maison de mes parents, ils avaient un appartement, le type de baraque, où cinq personnes étaient déjà enregistrées. Dans cet appartement, de 25 mètres carrés, il y avait seulement deux petites pièces. J’ai grandi avec ma sœur dans cet appartement. Après elle a fait enregistrer sa petite fille aussi. En tout, cinq personnes. C’est la raison pour laquelle, on m’a versé 300 000 roubles (7 400€), pour que j’améliore ma situation. Et je n’ai donc ainsi pas pu le faire.

« Je n’attends rien de l’Etat »

ESK : Aujourd’hui qu’attendez-vous de l’Etat ?

Alexandre : Je n’attends rien de l’Etat. J’ai essayé, ici à Moscou, de me demander ce que je pourrais faire. Vous vous rendez-compte, chez ma femme, dans son appartement d’une seule pièce à Moscou, dans cet appartement d’une seule pièce, nous vivons à trois avec sa fille et moi. De plus, la sœur de ma femme est elle aussi enregistrée dans cet appartement. Quatre personnes, dans une surface habitable de 20 mètres carrés. Je me suis renseigné, si j’avais le droit, en principe, à une augmentation de la surface habitable ou autre chose d’autre. Il s’est avéré que non. Si je voulais modifier quelque chose, il fallait que je remplisse une pile de documents et d’instances, je n’ai même pas osé essayer. Et puis sans parler du fait de m’accorder ou pas une augmentation de surface, simplement il faudrait que l’on me considère comme étant dans le besoin, dans ce cas mon nom apparaîtrait sur une liste, qui serait ensuite traitée dans vingt ou vingt-cinq ans ! C’est complètement ridicule, c’est pourquoi, j’ai préféré employer mon temps à d’autres préoccupations.


[1] La Maison Cheshire est l’unique maison de réhabilitation des soldats de guerres locales en Russie. Elle a été financée par Lord Cheshire, ancien pilote de la RAF , héros de la Seconde Guerre mondiale. Elle survie exclusivement grâce aux dons et aux soutiens philanthropiques.

Violence towards Disabled Veterans of the Chechen Wars in Post-Soviet Russia – Interview 2 (in French) – Post 3/5

Invalides des guerres de Tchétchénie – Interview 2

Valentin, 27 ans, est né à Saint-Pétersbourg. Conscrit volontaire pendant la seconde guerre de Tchétchénie, il a été blessé au cours de la traversée d’un champ de mines russe ordonnée par son commandant ivre le jour de la fête des Forces Armées.

Rencontre le 13 juillet 2010, à la Maison Cheshire[1], Moscou.

Interview traduite du russe par  Nancy Abate.

(Photo: St Pétersbourg, Août 2011 / Crédits: Elisabeth Sieca-Kozlowski)

 

Volontaire pour le Service en Tchétchénie

Elisabeth Sieca-Kozlowski – J’aimerais savoir comment vous vous êtes retrouvé en Tchétchénie. A l’occasion de quelle campagne était-ce ? La première ou la seconde ?

Valentin : Ce n’était déjà plus une campagne, c’était une opération anti-terroriste.

ESK – En quelle année ?

Valentin : En 2001.

ESK – Combien de temps avez-vous passé en Tchétchénie ?

Valentin : J’ai passé 9 mois en Tchétchénie. J’ai été blessé le 23 février 2003. Je n’étais pas sous contrat ; je suis parti en Tchétchénie comme volontaire pendant mon service, de moi-même. Je n‘ai reçu aucun ordre.

ESK – Pour quelles raisons avez-vous fait ce choix ?

Valentin : Probablement, parce que je ressentais l’envie de me tester un peu et de tenter l’expérience. Peut-être que quelque part, un peu par romantisme aussi. Et ensuite beaucoup de gars sont partis. J’ai eu envie de le faire et je l’ai fait.

ESK – Dans quelles troupes avez-vous servi ?

Valentin : A la Direction Générale des Renseignements, dans les Forces Spéciales du Ministère de la Défense.

ESK – Quand vous êtes parti en Tchétchénie, quelle opinion aviez-vous sur ce qui se passait en Tchétchénie ?

Valentin : Mon attitude était normale, comprenez de quoi il était question, ce qui se passait – il me semble que ce n’est pas seulement le problème de la Russie mais celui du monde, ce qui se passe en Afghanistan et ailleurs – le problème n’est pas seulement le Caucase du Nord. Simplement, si l’Etat voulait lutter contre cela de manière organisée et dans un but précis, si nous devions effectuer des missions concrètes pour cela, nous les accomplirions. Au lieu de quoi après avoir fait un pas en avant, on nous dit : « Faites un pas en arrière » et au final nous piétinons, et combien de temps a déjà passé…

En ce qui concerne le Caucase du Nord, nous sommes toujours tourmentés et nous ignorons quand cela cessera. Ils ne veulent pas résoudre ce problème de façon concrète. C’est mon point de vue. Il n’en est pas autrement. J’ai le sentiment que si en ce moment avait lieu la Seconde Guerre mondiale il faudrait dix ou vingt ans pour venir à bout de Berlin. Ils ne veulent pas. Même en Afghanistan, ils ne veulent pas en venir à bout, faire face. Simplement, cela est profitable pour les Etats, ils utilisent leurs ressources monétaires et le blanchiment d’argent va bon train. Lorsque dans notre pays on posera véritablement le problème qu’il faut instaurer la paix, rétablir l’ordre dans la population, alors c’est certain les choses changeront, tout cela sera enfin résolu. Le peuple comprendra, enfin celui qui voudra comprendre. Mais le bandit, lui, il s’en sortira toujours, il faut absolument le combattre, et ne pas faire semblant, comme c’est le cas dans notre pays.

« Nous avons été trahis par le Commandant d’unité » 

ESK – Que s’est-il passé en Tchétchénie ?

Valentin : Ce qui s’est véritablement passé c’est que nous avons été trahis par le commandant d’unité. Sans ses décisions, à coup sûr j’aurais continué à servir et je n’aurais pas été blessé. Nous avons tout simplement été expédiés (le 23 février en Russie c’est la fête des Forces armées), cela signifie que nous nous avons été largués en hélicoptère sur le terrain pour poursuivre des combattants tchétchènes. Nous ne les avons pas rencontrés. Nous avions trois jours, et nous devions au bout de ces trois jours rentrer dans notre unité. Et, comme d’habitude, s’ils nous ont largué en hélicoptère, c’est qu’ils devaient nous ramener en hélicoptère. Mais, à cause de la fête[2]

A un moment, on a informé le commandant de la compagnie que le temps permettait de nous envoyer des hélicoptères. Mais le commandant de l’unité nous a refusé l’accès à bord des hélicoptères. Et lorsque nous avons regardé la carte, nous nous trouvions à douze kilomètres… Il fallait que l’on fasse en tout cinquante kilomètres, mais parmi ces cinquante kilomètres nous en avions douze à faire à travers un champ miné. Ce qui signifie que sous les ordres de notre commandant nous avons dû traverser un champ miné. Tout d’abord c’est l’enseigne qui a sauté sur une mine. Il a fallu le tirer de là, afin qu’il puisse être évacué. Et puis j’ai sauté sur une mine à mon tour. Eh voilà !

ESK – Quelle blessure avez-vous eu ?

Valentin : J’ai sauté sur une de nos mines, dans ce champ miné. Par conséquent, j’ai une blessure à la jambe suite à l’explosion et je suis devenu aveugle de l’œil droit, mon œil ne voit plus du tout.

Une médecine défaillante 

ESK – Après avoir été blessé, que s’est-il passé ? Où et comment avez-vous été évacué?

Valentin : Après la blessure, les hélicoptères sont arrivés et tout le groupe a été évacué. C‘était évident, car que nous commencions tout juste à traverser le champ de mines et jusqu’au moment de l’explosion on ignorait encore de quelles mines il s’agissait, sur la carte il était mentionné champs miné, mais quelles mines ?… Lorsque j’ai sauté sur cette mine et l’enseigne aussi, nous avons compris de quelles mines il s’agissait et comment faire. Mais les hélicoptères nous ont trouvés, nous avons été conduits à Khankala[3]. J’étais à l’hôpital en soins intensifs, ma blessure était grave, je suis resté cinq six jours à l’hôpital. Puis j’ai été envoyé à Rostov. A Mozdok j’ai subi une première opération. Au total j’ai subi neuf opérations, neuf lourdes opérations. Ensuite, on m’a de nouveau envoyé à Rostov. J’ai eu la gangrène, il a fallu m’amputer des doigts du pied, on m’a amputé des doigts. Enfin, de Rostov, je suis arrivé à l’hôpital militaire de Podolsk, en banlieue de Moscou. On m’y a conduit. L’histoire est intéressante. Les médecins étaient incompétents, ils n’étaient pas disposés à s’occuper de ma blessure. Au final, ils ont négligé mon pied. Quand ils m’ont amené, ils m’ont dit que l’articulation se ferait plus ou moins normalement, et que tout irait bien. Mais voici, qu’à mon arrivée à Podolsk, les médecins n’ont pu me venir en aide, il s’est avéré qu’ils n’avaient pas les qualifications requises. En fin de compte, j’ai eu une infection suppurative profonde. A Moscou et à Podolsk, trois ou quatre opérations ont été réalisées. Après les opérations il y aurait dû y avoir une amélioration. Mais deux semaines ont passées, et j’ai eu de nouveau près de 40°C de fièvre et de nouveau une infection au pied. Finalement, je me suis entretenu avec le chef du service, et je lui ai dit : « Soit vous m’amputez le pied, soit vous me transférez, dans ma circonscription, dans mon hôpital à Saint-Pétersbourg ».Ce que je voulais lui faire comprendre, c’est qu’il était urgent de me soigner. Je lui ai dit qu’en un an mon état s’était aggravé et que cela empirait. Il m’a répondu : « Lorsque la température sera tombée, nous vous transférerons. » Mon père est venu, il a fait le nécessaire pour que je puisse être enfin transféré à l’hôpital de Saint-Pétersbourg.

ESK – Et votre mère est venue elle aussi ?

Valentin : Oui ma mère est également venue. Mais c’est mon père qui a pu me sortir de cette affaire. Sans lui, j’ignore comment cela aurait fini. Peut-être que je n’aurais plus de pied à l’heure où je vous parle, ou quelque chose d’autre. C’est une histoire déconcertante. J’ai fini dans une voiture avec 40°C de température, sous cachets, et ayant absorbé une quantité faramineuse d’anesthésiants, j’arrivais à la fin de mon périple, à Saint-Pétersbourg.

ESK – Par vos propres moyens?

Valentin : Oui. On a mis à ma disposition une voiture, et on m’a déposé à la gare. Et de la gare avec mon père on m’a chargé dans le train et je suis arrivé à bon port. Puis j’ai été transporté à l’hôpital militaire de Saint-Pétersbourg. Un très bon médecin s’est occupé de moi, c’était le chirurgien en chef à Grozny lors de la première campagne tchétchène. En m’auscultant, il a été choqué. Il était terrifié du travail réalisé sur mon pied par un ignorant. Il s’est mis à regarder et m’a dit : « Où as-tu été soigné ? » Je lui ai répondu : « A Podolsk, dans la banlieue de Moscou. » Il était abasourdi, car, à Podolsk, ils m’avaient mis l’appareil d’Ilizarov[4], et ils me l’avaient retiré en me disant : « Marche ! » J’ai alors compris que mon pied ne s’était pas consolidé, que les os n’avaient encore pas du tout poussé et qu’ils bougeaient. Comment aurais-je pu marcher ? Je me serais levé et serais tombé aussitôt. De plus, l’appareil d’Ilizarov avait été mis à l’envers, c’est alors qu’a commencé l’infection car les aiguilles qui sont insérées dans le pied et dans l’appareil d’Ilizarov doivent être en acier inoxydable ou en or (naturellement cela coûte très cher), l’acier est plus standard. A quoi ont-ils pensé à Podolsk : ils ont inséré des aiguilles en acier ordinaire, ce qui est formellement interdit pour la bonne et simple raison qu’au contact du sang elles s’oxydent et commencent à rouiller à l’intérieur. C’est ce qui s’est passé dans mon cas, et la raison pour laquelle j’ai eu de la température et une infection suppurative. Le médecin traitant à Saint-Pétersbourg a déclaré : « Si tu avais été transporté trois semaines plus tard… ». Parce qu’après m’avoir ausculté, il m’a envoyé exactement deux jours après en salle d’opération. « Tu serais arrivé plus tard, une septicémie était garantie, et ce qui se serait passé ensuite, nous l’ignorons. Pas une amputation du pied, mais une infection générale de l’organisme aurait conduit à quelque chose de dramatique. » Il a fallu me raccourcir le pied de cinq centimètres, parce que le processus était déjà enclenché. L’articulation inférieure a suppuré, et il a fallu l’amputer, parce que là-bas rien n’avait été fait. Si cela avait été fait immédiatement à Podolsk, – car lorsque je suis arrivé à Podolsk mon pied était en parfait état -, il fallait seulement attendre que la plaie se cicatrise, les points de suture et attendre que les os se soudent ensemble. Mais au lieu de ça, ils ont fait ce que bon leur semblait. Ainsi, avec ces problèmes je suis resté alité pendant 6 mois. C’est-à-dire, somme toute, j’ai passé 18 mois dans les hôpitaux. J’ai mis tout cela par écrit. La seule chose dont ils ne se sont pas occupés c’est de ma vue, et je n’ai pas attaché d’importance à cela, ma vue était normale et je ne comprends toujours pas ce qui s’est passé. J’ai passé exactement 18 mois à l’hôpital, on m’a donné l’autorisation de sortir, et en deux semaines j’ai perdu la vue, une inflammation de l’œil droit est apparue. Les médecins à l’hôpital militaire ne m’ont pas repris car je n’étais pas sous contrat, je n’ai pas servi sous contrat mais en tant que conscrit, et les conscrits ne sont pas pris en charge. Je passe ainsi des examens dans les hôpitaux civils. Mais qu’est-ce que c’est l’hôpital civil au juste ? Si une personne a subi un traumatisme dans le civil, je peux le comprendre. Mais lorsque celui-ci est lié à l’explosion d’une mine, ou à des opérations militaires, je trouve, que ce n’est pas correct. J’estime que si vous servez, alors il est nécessaire que le Ministère s’en occupe. […] Lorsque le médecin civil m’a examiné, il a déclaré que j’avais une hémorragie interne à l’œil. Mais l’opération de mon œil n’était pas possible car, en premier lieu, il avait été négligé et deuxièmement, j’encourrais un grave danger à l’autre œil, et je deviendrais aveugle des deux yeux. L’hémorragie interne de l’œil se déplacerait au cerveau, et je mourrais. Il y avait peu d’alternatives. Ils ont refusé, ils ont dit : « Nous n’opérons pas ». Me voilà avec un seul œil, je lutte, mais parfois j’abandonne. Et en ce qui concerne les études, c’est une réalité, nous sommes à l’ère de la technique et des ordinateurs, nous ne pouvons faire sans, si vous voulez trouver du travail, si vous devez écrire une thèse de fin d’année ou une thèse d’études supérieures, tout se fait devant l’écran d’ordinateur, mais pour ma part au bout de deux trois heures je commence à avoir des maux de tête, mes yeux pleurent douloureusement. L’expliquer aux enseignants à l’Université ? C’est inutile. Et si vous trouvez un travail alors on vous donnera aussi un ordinateur. Et alors quoi ? Je leur répondrai que je ne peux pas travailler sur un ordinateur ! Et ils me répondront : « Eh bien quoi reste chez toi, à attendre ta pension, à quoi peux-tu nous servir ?» C’est pourquoi, par principe, je ne porte plus mes lunettes à l’œil gauche cela m’est égal. Je pense que maintenant c’est fini, il me reste une dernière année, il faut que j’obtienne mon diplôme et il me faut une correction à l’œil gauche. Mais maintenant cela n’a plus de sens, maintenant tout passe par les ordinateurs.

Les débouchés professionnels d’un invalide des guerres de Tchétchénie

ESK – Comment avez-vous fait pour trouver un emploi ?

Valentin : Je vais vous expliquer. Je suis sorti de l’hôpital. Je ne sais pas comment cela fonctionne chez vous en France, mais ici il est très dur d’obtenir un emploi. Nous n’avons aucune aide du gouvernement, ni des entreprises privées. Il faut tomber sur la bonne personne, qui vous trouve du travail. Il y des lois qui existent, on devrait nous prendre mais on ne nous prend pas. Finalement, j’ai été embauché par une connaissance de mon père, j’ai commencé à travailler.

ESK – Quel genre de travail ?

Valentin : Je travaillais dans la sécurité. Je surveillais des voitures. J’ai obtenu mon permis de conduire. Je peux dire honnêtement que j’ai acheté le certificat de bonne santé pour obtenir le permis. Car à ce moment mon œil ne voyait plus. C’est la raison pour laquelle j’en suis venu à acheter un certificat. Parce qu’il me fallait des droits, je n’avais pas d’autre issue, je ne les ai pas obtenus facilement. Mon permis en poche, j’ai acheté une voiture. Personne n’a deviné. Mais on me demandait : « Pourquoi tu boites ? ». Et je répondais « j’ai joué au football, je me suis cassé le pied, ça s’est mal remis ». Et pour mes yeux cela ne se voyait pas. A l’origine mes yeux étaient de couleur identique, à présent ils sont différents, c’est à cause de la blessure. Et puis, j’ai obtenu un travail. A un moment donné, j’ai reçu un appel de Moscou au travail.

ESK – Combien de temps avez-vous travaillé après votre sortie de l’hôpital ?

Valentin : J’ai travaillé là-bas un an environ. J’ai d’abord commencé à travailler dans une organisation, dans une entreprise de construction, également en tant qu’agent de sécurité. Mais je ne me plaisais pas dans cette entreprise, je ne citerai pas son nom mais des personnes peu honnêtes travaillaient là-bas. Je compris alors qu’il fallait partir car je n’étais pas encore prêt à devenir un bandit. Je suis donc parti et je me suis retrouvé dans une entreprise sérieuse. Cela m’était tout de même égal qu’elle soit bien car ce n’était pas mon but dans la vie de rester un simple agent de sécurité, mais je dois avouer que durant la première période de ma vie cela m’a bien aidé. Et un jour alors que j’étais à mon travail, j’ai reçu un appel de Moscou.

 La maison Cheshire à Moscou

Valentin : Ce n’est pas Iouri Ivanovitch [Nauman, le directeur de la Maison Cheshire] qui m’a appelé (et plus exactement on ne m’a pas appelé de Moscou mais de la région militaire de Léningrad) mais un certain lieutenant-colonel. Voilà ce qu’il m’a dit : « Si vous le désirez, vous avez la possibilité d’étudier, de recevoir une formation supérieure à la Maison Cheshire à Moscou. » Honnêtement je peux vous dire que je n’ai jamais aimé étudier, j’ai toujours été paresseux, cela n’a jamais été mon fort. Faire n’importe quoi d’autre, d’accord. Mais étudier c’est l’ennui. Alors, lorsque l’on m’a dit que j’avais la possibilité de suivre un enseignement supérieur, je peux vous dire honnêtement, mais j’étais contre. Mais apparemment à la maison ils étaient d’accord… J’avais du travail et je planifiais même d’acheter une deuxième voiture, car la mienne était très ancienne (de 1986). J’aurais travaillé durant un an, cela nous aurait permis de pouvoir acheter une nouvelle voiture, et de prendre un crédit. Sans lien avec les études, je me suis dit que partir à nouveau pour Moscou, avec mes blessures… Je pensais ne plus mettre les pieds ici. J’étais déçu, voilà tout. Et soudain on me demandait d’y retourner. J’ai dit : « Non, je n’irai pas ». Ils m’ont appelé une première fois, puis une autre fois du bureau de recrutement. Ils me téléphonaient presque tous les jours. J’ai été contraint et forcé d’y aller. Un beau jour, alors que je rentrais chez moi, mes parents ont cherché à me persuader, ils m’ont influencé afin que j’aille étudier. Ils n’avaient pas pris soin de m’expliquer clairement ce que c’était que cette Maison Cheshire. Ils m’ont seulement dit que j’étudierai avec d’autres invalides comme moi. Je m’imaginais plutôt vivre dans une maison avec des personnes âgées, des grands-pères, des grands-mères, et que je serai tout seul. C’était ce à quoi je m’attendais. Mais en fait, c’était différent. Si on m’avait dit qu’il existait une telle maison pour anciens combattants. Mais je ne le savais pas encore, ils ne m’avaient rien dit. Et nous ne comprenions pas tellement. Nous avons rassemblé des tas de papiers, beaucoup de renseignements étaient nécessaires. Et puis finalement ils m’ont obligé à y aller et je suis parti. Lorsque je suis arrivé ici, j’ai réalisé de quoi il s’agissait, la situation dans laquelle je me trouvais et que j’y resterai. J’ai fait la connaissance de Iouri Ivanovitch. Il m’a aidé à résoudre bon nombre de problèmes.

Un statut temporaire d’invalidité

Valentin : Il m’est encore arrivé une histoire étrange, lorsque j’ai obtenu le statut d’invalide, on ne me l’a pas accordé de façon permanente, mais temporaire.

ESK – Quel est votre catégorie d’invalidité ?

Valentin : Je fais parti du troisième groupe d’invalidité[5], bien que normalement je devrais être dans le deuxième.

ESK – Portez-vous une prothèse ?

Valentin : Non, regardez mon pied, je n’en porte pas. Mais je suis borgne d’un œil, et il ne se rétablira pas. Mon pied lui est endommagé. Je devrais bénéficier du deuxième degré d’invalidité. Mais visiblement à la sécurité sociale, où l’on s’occupe de ces choses là afin d’établir la carte d’invalidité, selon l’expertise médicale, ils estiment qu’il faut économiser de l’argent sur mon dos pour l’Etat. Visiblement, certains fonctionnaires corrompus sont partis en vacances dans le Sud. Pourquoi donner de l’argent à quelqu’un qui en a vraiment besoin, alors que l’on a la possibilité avec ce même argent de s’envoler quelque part pour se promener. Ils m’ont seulement accordé le troisième groupe, et en plus il n’est pas permanent. Cela signifie, que chaque année je dois passer un nouvel examen médical. Alors que je ne vis pas à Saint-Pétersbourg-même, mais dans la banlieue de Kolpino.

ESK – Est-ce que c’est loin du centre qui détermine le degré d’invalidité ?

Valentin : Oui, ça l’est. J’ai passé la visite médicale auprès de tous les médecins. En tout quatre médecins. Cela m’a pris trois mois. Ensuite, j’étais attendu à la commission principale. Là-bas, je suis encore passé entre les mains des médecins, puis la commission générale s’est réunie et a pris sa décision, de m’accorder ou non l’invalidité. Et lorsque je me suis présenté devant eux, voilà ce qu’ils m’ont dit : « Jeune homme, vous auriez dû vous présenter bien avant… ». Car selon les délais, si vous ne vous présentez pas à temps, on vous supprime la pension, sans proroger l’invalidité. Voilà ce qu’ils m’ont dit: « Jeune homme, vous ne pensez pas avoir du retard ? Vous auriez dû venir il y a deux mois. » Je leur ai répondu de prendre connaissance des documents, de lire ce qu’avaient écrit les médecins et de regarder quand j’ai commencé à passer l’inspection. Ils ont répondu que cela était quelque peu long. J’ai dit que je pouvais commencer dès la nouvelle année à repasser auprès de chaque médecin afin d’être prêt pour le mois de mai. Chose faite à partir du mois de février mais j’ai tout de même été en retard. Et lorsque je suis venu étudier ici, il s’est avéré que pendant mes études, il fallait que je me rende à l’examen médical. De plus, ça tombait pendant la période d’examens. Et naturellement, les professeurs n’allaient pas attendre. Mais pour moi la pension est vitale, c’est mon revenu principal.

La pension d’invalidité 

ESK – Combien percevez-vous pour votre pension ?

Valentin : Je perçois seulement 13 000 roubles par mois (environ 325€). C’est très peu. De plus, je dois payer les transports en commun, l’eau et l’électricité (à la maison) à prix réduits tout de même. Cela signifie que j’ai à portée de mains qu’il me reste entre 7 000 et 8 000 roubles. Mais cet argent n’est rien. Vous savez je me suis intéressé au cas des anciens combattants américains… Je ne compte pas débattre, mais il est possible qu’ils perçoivent entre 2 000 et 3 000 dollars. Pour un Etat, qui n’a pas une orientation sociale, il se soucie d’eux, voilà ce qui me surprend. On nous dit que notre Etat est social, qu’on élabore des programmes, des ministères entiers, des instituts… Mais en réalité, nous ne recevons rien, de fait, il n’y a rien. Ils ne veulent rien nous donner. La loi est pourtant là, mais elle ne fonctionne pas. Pourquoi elle ne fonctionne pas ? Tu écris au Ministère, ils se taisent. On ne peut pas faire pression. Quand j’observe les pays européens, je suis stupéfait. Et les Américains ils ont tout, une pension, des médicaments et on les aide à retrouver du travail. Et la société et l’Etat vous laissent croire que pouvez être encore nécessaires.

ESK – Pourquoi pensez-vous que l’Etat ne se soucie pas de vous ?

Valentin :Si nous revenons à la Maison Cheshire, son programme est maintenu grâce à l’enthousiasme de Iouri Ivanovitch [Nauman] et Sergueï Alekseevitch. Bien que ce soit de la responsabilité de l’Etat. Mais l’Etat ne veut rien faire. Des députés se sont déplacés, puis d’autres mais personne n’a bougé le petit doigt.

« Nous sommes le rebus de la société » 

ESK – Pourquoi en Russie l’Etat refuse-t-il de se soucier de vous ? Qu’en pensez-vous ? L’invalidité y serait-elle perçue comme une faiblesse ?

Valentin : Je ne pense pas que se soit le cas seulement en Russie mais certainement dans le monde entier. Et je ne crois pas que ce soit une faiblesse. Pourquoi en Russie l’Etat refuse-t-il de se soucier de nous ? Parce qu’ils ne veulent pas, voilà tout. Peut-être que nous ne sommes pas indispensables. Pour Iouri Ivanovitch, nous étions apparemment utiles, c’est pourquoi il a voulu de nous. Mais pour l’Etat ce n’est pas le cas, nous ne sommes pas utiles pour eux. Ils nous perçoivent sans doute comme le rebus de la société. Et puis cela est profitable pour eux, ils peuvent voyager n’importe où, en Egypte, au Caire se détendre avec l’argent, que l’on pourrait laisser à d’autres…Il y a beaucoup d’argent dérobé qui s’envole vers on ne sait où. Aux informations il y a de ça 2 ou 3 ans, une inondation avait eu lieu en Sibérie, le premier ministre était alors Zoubkov, de l’argent avait été débloqué et un demi million de roubles avait mystérieusement disparu. C’est ridicule, comment est-il possible qu’une telle somme d’argent se soit volatilisée ?

Au sujet des anciens combattants où réside le problème ? Il faut bien que cette maison soit occupée par des personnes. Et si des gens en ont besoin, alors il faut mettre cela en place. Que les businessmen viennent. Je ne leur demande pas d’argent. Je vais obtenir mon diplôme. Mais où va-t-on me prendre ? L’expérience professionnelle est nécessaire… Ils ne verront en moi que l’infirme… pas un ancien combattant, ce qui serait est un plus. Ils nous perçoivent uniquement comme des infirmes et nous traitent ainsi : en quoi pouvons-nous bien avoir besoin d’eux ? Il y a des gars qui à la fin de leurs études obtiennent leur diplôme avec les félicitations, se sont d’excellents élèves. Ils reçoivent 9 000 roubles (225€), ce n’est pas grand-chose. Ils ont obtenu leur diplôme et ils ne trouveront de travail nulle part. Même avec leurs connaissances, personne ne voudra d’eux. Il se trouve que tout repose sur la bonne volonté de deux, trois ou quatre personnes. Je me souviens d’une émission sur REN TV, il était question d’un jeune homme, ancien combattant, qui n’a même pas obtenu le statut d’invalide, on a refusé de lui accorder (chez nous ça se passe comme ça). Puis il a été décoré et on lui a dit : « C’est tout ! ». Et ils ne lui ont pas accordé le statut d’invalidité, alors qu’il était paralysé. Il a fait appel, l’appel a été rejeté ; des businessmen se sont réunis et lui ont apporté un fauteuil roulant électrique afin qu’il puisse partir. Il est resté 360 jours à la maison, il ne sortait pas, et sa mère était trop âgée pour le lever. Je cite cet exemple pour montrer que l’Etat ne prend pas ses responsabilités, il préfère effacer, oublier et voilà tout. Ainsi, nous avons décoré la personne, il a fini d’accomplir son travail. En fait nous sommes du matériau pour un travail donné. Lorsque nous sommes appelés pour nous engager dans l’armée voilà ce qu’on nous dit : « Les gars, allez rembourser votre dette à la Patrie, à l’Etat… » Mais ce n’est pas envers l’Etat que je souhaitais payer ma dette mais envers la Patrie. C’est une des raisons pour lesquelles je suis parti : Je suis vraiment révolté quand des explosions ont lieu, et de surcroît en temps de paix, le terrorisme. Et je suis persuadé que l’Etat laisse faire, c’est regrettable à dire. Je suis sûr que cela est fait spécialement, et que l’Etat le permet. Pour faire des attentats en temps de paix, dans des villes pacifiques au-delà du territoire du Caucase du Nord. Nous avons tant de services secrets de toute sorte. Comment est-il possible d’admettre qu’ici à Moscou ou encore qu’en Angleterre il y ait aussi des attentats, comment est-il possible qu’il y ait des explosions à l’intérieur de villes de en paix ? C’est inadmissible. En ce qui concerne les membres des services secrets, il faudrait d’emblée les emprisonner, les fusiller, les massacrer. Parce qu’ils se sont eux-mêmes permis de le faire, ils sont coupables. Et quand les ministres déclarent : «Nous sommes fautifs, nous avons échoué, voilà ce qui s’est passé ». Alors pourquoi vous recevez de l’argent, c’est pour protéger le peuple et l’Etat. C’est l’une des raisons de mon voyage dans le Caucase du Nord, c’est parce que je crois qu’il faut faire la paix. Un monde pauvre, mais un monde sans violence, sans terreur. A cause de cela je suis parti. Plus pour me contrôler moi-même et pour mes qualités. Dans l’ensemble nous étions très nombreux à nous réunir, cela m’a poussé à partir. Autrefois, beaucoup refusaient de partir. Autrefois, on nous expédiait de gré ou de force, « vous irez faire la guerre un point c’est tout ». A présent, nous avons fait un grand pas, nous avons désormais le choix : je pouvais accepter de partir ou refuser de le faire. Mais j’ai dit : « J’irai ! ». C’était une décision tout à fait délibérée et volontaire, je n’ai subi aucune pression. J’étais stupéfait de cela je pensais que tous ceux qui refusaient de partir seraient soumis à des pressions. Mais ce ne fut pas le cas, ceux qui voulaient, ceux-là seulement sont partis. Résultat, nous sommes partis, nous avons été blessés et voilà tout. Nous avons accompli notre devoir. Regardez nos politiciens, comme d’ailleurs la plupart, ils parlent bien : «Nous faisons beaucoup ». Et au final nous n’obtenons rien.

ESK – Nous sommes dans la maison Cheshire qui est pratiquement vide, quels sont vos projets pour cet été ?

Valentin : En ce moment c’est l’été, beaucoup sont partis, et moi je prépare mon diplôme…

ESK – Dans quel domaine ?

Valentin : Dans les finances, l’économie et les assurances. L’intitulé de mon diplôme : « Caractéristiques du marché de l’assurance en cas d’accident ».

ESK – Depuis combien de temps êtes vous à la Maison Cheshire ?

Valentin : C’est ma cinquième année, et ma dernière. Je vais déjà passer mon diplôme.

Les indemnités de combat

ESK – A la suite de vos blessures, avez-vous perçu une somme d’argent, une compensation monétaire ?

Valentin : Oui, en effet, j’ai eu de l’argent.

ESK – Quelle somme avez-vous obtenu ?

Valentin : Presque 200 000 roubles (5 000€).

ESK – Qu’avez-vous fait avec cet argent ?

Valentin : Je me suis acheté une voiture, le permis avec, et j’ai acheté un ordinateur. Et c’est tout, j’ai tout dépensé. Par exemple, je vis dans un foyer avec toute ma famille, mes parents et ma sœur, nous n’avons même pas notre propre appartement. Depuis toujours nous vivons comme cela. Je ne sais pas quand j’obtiendrai un logement, j’ignore si je vais le recevoir un jour.

ESK – Vous êtes censé l’obtenir ?

Valentin : Oui, conformément à la loi je devrais. Cela aurait déjà du être fait mais j’attends toujours.

ESK – En tant qu’ancien combattant ?

Valentin : Oui, c’est cela. Nous sommes encore très nombreux dans ce cas à ne pas avoir de logement.

Les décorations militaires de … Kadyrov

ESK – Avez-vous été décoré ?

Valentin : L’Etat m’a remis la médaille du Courage, et l’insigne de la croix de Malte « Pour le service dans le Caucase ». Et c’est tout.

ESK – Quand les avez-vous reçus ?

Valentin : Lorsque j’étais hospitalisé et que je n’avais pas encore donné ma démission. Assez rapidement. Je l’ignorais mais Iouri Ivanovitch m’a raconté, qu’à présent beaucoup de temps a passé, et bon nombre de gars n’ont toujours rien reçu, d’après les documents ils auraient dû être décorés mais ils n’ont rien reçu. Iouri Ivanovitch s’occupe de résoudre cette injustice. Alors que le Président de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a été décoré de la médaille des Héros de Russie. Pourquoi ? Probablement, parce qu’il est profitable à notre Etat d’attribuer des médailles à n’importe qui. Pour moi Ramzan Kadyrov est un bandit et il le restera. Je ne le considère pas comme une grande figure politique. J’estime que c’est un bandit. On lui a remis la médaille des Héros de Russie. Pourquoi ? Certainement, parce qu’à cette époque c’était un combattant, mais à présent il s’est rangé du côté du pouvoir, dans le but de ne pas être fusillé probablement. C’est l’avis de beaucoup de gars qui étaient en Tchétchénie. Ils sont très négatifs à son sujet.

Le retour à la vie civile 

ESK – Comment se sont passées vos retrouvailles avec vos amis de Saint-Pétersbourg après tout cela ? Après la guerre ?

Valentin : Eh bien, ils étaient déjà venus me voir à l’hôpital. On peut diviser ma vie, et pas seulement la mienne sans doute, mais celle de nombreux anciens combattants, en différentes étapes. Lorsque je suis parti pour l’armée, j’étais alors stupide.

ESK – C’est ce que vos amis pensent ou bien c’est vous qui le pensez ?

Valentin : C’est ce que moi je pense. Mais ma conception du monde a changé. Lorsque je suis entré dans l’armée j’avais seulement 18 ans et j’étais stupide. Quand j’ai été blessé j’en avais 20 ans. A 21 ans je suis devenu retraité. Cela signifie que j’étais idiot. En temps de paix, j’avais acquis une certaine expérience. Je suis parti en Tchétchénie, autre étape : la formation de l’homme en tant que personnalité. Quelque chose d’important dans la vie. Des objectifs sont apparus. Le dévouement, la fidélité, le patriotisme sont apparus, je ne parle pas pour l’Etat mais pour la Patrie, l’amour de la Patrie. Il y avait déjà de telles circonstances, lorsque j’étais prêt à partir et cela me révoltait. Ce n’est pas à la portée de tout le monde de comprendre, qu’il faut venir à bout du danger soi-même. J’ai pris alors conscience que je n’étais plus ce garçon de 18 ans. Mes opinions étaient tout à fait autres. Aujourd’hui je suis infirme, mais si je devais être confronté à un quelconque incident, si une personne s’en prenait à une autre devant mes yeux, je sais que je ne douterai pas un instant et que je m’imposerai pour intercéder, même s’ils me tuent. Je n’exclue pas une telle possibilité. D’un côté je sais que je ne tiendrai pas. Aujourd’hui les jeunes, sans doute non seulement en Russie mais partout dans le monde, ne prennent pas cette initiative. Maintenant c’est ainsi : je porte ma chemise près du corps, je rentre à la maison, et que l’on viole ou que l’on tue, cela ne me regarde pas. Peut-être que j’éviterais une cinquantaine de personnes, mais à un contre trois ou quatre ou même deux avec un couteau, tout le monde n’irait pas. C’est ma trempe.

Lorsque je suis revenu, (mes amis aussi ont servis dans l’armée), nous nous fréquentions mais notre conception du monde était différente. Elle se distinguait dans le sens où ce n’était pas mon but de vouloir à tout prix gagner des millions. Je souhaiterais simplement travailler normalement, afin de pouvoir subvenir à mes besoins, entretenir ma famille, si je me marie pouvoir nourrir mes enfants, avoir un appartement et une voiture. Et c’est tout. Chez certains de mes amis, plus il y a d’argent mieux c’est. Mais ce sont tout de même de bonnes personnes qui peuvent vous venir en aide si vous en avez besoin. Ce sont véritablement des amis, non des camarades, je les fréquente depuis longtemps.

ESK – Ils sont restés vos amis ?

Valentin : Oui, ils le sont restés mais une barrière s’est quelque peu installée entre nous. Parce que j’ai acquis de l’expérience et eux en ont manqué. Je peux le dire que ça ne m’intéresse pas d’aller dans des clubs. Non pas parce que là-bas il n’y a rien à faire, mais parce que c’est inintéressant. J’en ai pourtant connu des discothèques, des soirées, des night-clubs mais je n’y vais pas. Je peux danser, fut un temps où je pratiquais la danse de salon. Mais ce n’est pas intéressant là-bas, les gens boivent, commencent à se bagarrer à cause de rien, comme ça. C’est ennuyeux. Les gens sont assis avec leurs yeux brillants. Beaucoup ont de l’argent, la jeunesse dorée. Mais ils ne font rien eux-mêmes, papa et maman font pour eux. Et moi j’ai suivi ma voie. Mon père a aussi servi, dans la marine de guerre. Avant de choisir d’aller à l’armée, mon père m’avait fait venir et m’avait dit : «Ecoute, tu as deux solutions, tu refuses d’aller à l’armée, et dans ce cas nous ne te verserons pas d’argent ». Je lui ai dit que moi-même ce n’était pas ce que je voulais. « Soit, par connaissance tu vas apprendre le métier d’officier et tu fais l’Institut Supérieur Maritime, soit tu vas à l’armée. » J’ai répondu : « Je vais à l’armée. » Alors il a demandé : « Pourquoi tu ne veux pas entrer à l’Institut, dans cinq ans tu auras fini tes études, tu auras reçu une instruction supérieure et tu pourras servir après. » Je m’en suis tiré par une plaisanterie en disant : « Je préfère servir deux ans dans l’armée, qu’étudier 5 ans dans une académie. » Puis après ma blessure, nous nous sommes retrouvés et nous avons longuement discutés : «Papa que te serais-tu imaginé si j’étais allé là-bas ? » Je sais que tu as des connaissances à l’Institut, le chef notamment. Tu t’imagines comment je me serai retrouvé là-bas, par connaissance, j’aurais pu en profiter, grâce à toi. Ainsi je ne me respecterai pas, je veux faire les choses moi-même. Il est évident que je ne vais pas devenir président du pays mais diriger une entreprise, avoir des postes de direction… Mais je voudrais y parvenir seul du début à la fin. Seulement il faudrait qu’on nous en donne la possibilité et alors j’aurais fait tout mon possible pour y arriver. Mais on ne m’a pas donné cette chance. Alors j’espère qu’on me l’a proposera un jour. Et je sais que je réussirai par moi-même. Si j’ai des enfants je leur ferais la leçon, afin qu’ils se débrouillent eux-mêmes. Je ne dis pas le contraire, une aide peut être nécessaire, mais pas de cette manière en implorant : « Donnez-moi de l’argent, je suis un pauvre invalide », ni de celle-là « Donnez-moi un coup de pouce, trouvez-moi un emploi ». Je gagne mon propre argent, il en est de même pour l’appartement et la voiture. Laissez moi seulement le faire. Aujourd’hui nombreux sont ceux qui réclament de l’argent. Je n’ai pas besoin de ça, je préfère le gagner moi-même. Offrir la possibilité de se procurer un emploi normal, faire des études supérieures et quoi au bout ? Concierge ? Il vaut mieux ne pas travailler du tout dans ce cas. Agent de sécurité ? Le niveau n’est-il pas le même ? A quoi bon bénéficier d’une instruction supérieure alors ? Sans cette instruction j’aurais travaillé en tant qu’agent de sécurité, puis comme concierge, cela aurait été vraiment déplorable. On reçoit une instruction pour progresser. Mais quand on vous met des bâtons dans les roues, c’est le pire. On ne laisse pas la place aux personnes normales. C’est l’Etat, depuis les oligarques jusqu’aux membres de la Douma et du gouvernement qui bloquent. Ils ne se soucient pas de ça, ils ne tiennent pas compte des lois, ils ne sont ni contraints, ni réglementés.

« Je n’attends rien de l’Etat » 

ESK – Aujourd’hui qu’attendez-vous de l’Etat ?

Valentin : Aujourd’hui, je n’attends absolument rien de l’Etat. Et cela déjà depuis bien longtemps. Mon opinion a changé lorsque je me suis retrouvé en Tchétchénie. Car nous avons été trahis. Des personnes sont responsables de l’explosion et de mes blessures. Mais si on regarde plus généralement, que peut-on attendre de l’Etat, lorsque notre cher et tant aimé Etat vend des armes à tous les combattants ? Ce sont les faits, même s’ils essayent de les cacher. Les commandants normaux, les généraux, je pense qu’ils ont tous disparus. Certains ont explosés, d’autres ont été tués. A présent, ils ne sont plus qu’un ou deux généraux à être capable de démontrer quelque chose, pas plus. Tous les autres ont été emprisonnés ou fusillés. Parce qu’apparemment, ils en savaient trop. Alors comment peut-on attendre quelque chose d’un tel Etat ? Nous n’attendons rien. Ce n’est pas rentable pour eux, ils ne veulent pas s’en occuper. Ils vendent le pays, comme ils l’ont déjà fait et ils continueront à le faire. Je ne serai pas surpris si la Russie venait à se diviser en plusieurs Etats comme c’était le cas à ses débuts. Moscou deviendrait une principauté séparée, Saint-Pétersbourg, séparée elle aussi et toute la Russie serait divisée. Et c’est tout. C’est pourquoi je n’attends rien de l’Etat. Je n’ai confiance en aucun de nos politiciens ni de nos dirigeants. S’ils avaient voulu, ils auraient pu changer les choses il y a bien longtemps déjà. Mais ils ne veulent pas.

Les séquelles de la guerre

ESK – Etes-vous en proie ou tourmenté par des souvenirs, des rêves concernant la guerre en Tchétchénie ?

Valentin : Je ne peux pas dire que je suis tourmenté. Je ne peux pas dire non plus que le temps passé en Tchétchénie a été néfaste. En effet, je me suis plu là-bas. Car nous étions comme une fratrie, sincères les uns envers les autres on ne se trahissait pas et on ne se dénonçait pas. C’est le plus important. Si je n’étais pas blessé et si en ce moment j’en avais l’occasion je retournerais en Tchétchénie et j’irais en Ossétie du Nord et partout où il y a des opérations militaires actuellement. Parce que la République de Tchétchénie est un petit Etat, un petit territoire. Nous étions une petite compagnie, trente personnes, mais en même temps une grande famille, les uns avec les autres. Ici, Moscou, St-Pétersbourg, le territoire est immense. Et on ne sent pas en sécurité. On sort, et nous sommes en danger en permanence. Vous reconnaissez que personne ne vous viendra en aide. Mais en Tchétchénie on peut sortir l’esprit tranquille.

ESK – Mais ici il n’y a tout de même pas la guerre.

Valentin : Qu’est-ce qui vous fait penser cela ? Elle est présente au contraire. La guerre ce n’est pas seulement quand il y a des explosions et que l’on est tué. Ici il y a aussi la guerre, celle de la survie. Ici en temps de paix, et pas seulement chez nous, dans le monde entier nous essayons de lutter. Et, heureusement on ne se tire pas dessus, Dieu merci. Si la violence des opérations militaires cessait partout, alors on pourrait vivre et s’aider les uns les autres. Les pays ne seraient pas divisés, les pays du tiers-monde notamment, en voie de développement etc.… Il faut leur venir en aide. En Afghanistan, ils sont en guerre. Et puis quoi ? Arrêtez. Il faut aider la population locale. Là-bas, ils cultivent le pavot. Et si nous y allons, ils seront massacrés. Puis d’autres arriveraient, et les choses se répéteraient. L’infrastructure n’est pas développée. Après on s’étonne, que des stupéfiants se retrouvent en Russie, en France, en Angleterre. Parce que tous les dirigeants – pas seulement ceux de la Fédération de Russie – mais tous les dirigeants et les Etats sont eux-mêmes intéressés par cela. S’ils n’étaient pas intéressés, il y aurait bien longtemps qu’ils auraient mis un terme à ce fléau. Pourquoi là-bas de grosses sommes d’argent disparaissent-elles ? Le problème est le suivant, tout repose sur l’argent. Bien que ce ne soit qu’un vulgaire bout de papier, on se rue tous dessus. Et après la crise apparaît. Et d’où provient-elle ?

La psychologue : – « Vous êtes tous malades ! »

ESK – Avez-vous ressenti le besoin de vous adresser à un psychologue ?

Valentin : Non. C’est le psychologue qui est venu à moi.

ESK – Ca s’est passé où ? Lorsque vous étiez à l’hôpital ?

Valentin : Oui, lorsque j’étais à l’hôpital. Mais, vous savez je traite les psychologues avec beaucoup de méfiance. Lorsque la jeune femme psychologue est arrivée, elle a apporté un tas de tests. Nous avons commencé, ça a duré deux heures. Elle me posait des questions, j’y répondais et elle notait. Le fait d’avoir parlé deux heures avec elle, cela m’avait tourmenté. Puis elle est partie et est revenue au bout de deux jours et m’a affirmé : « Vous êtes tous malades, il faut vous soigner ». Je n’attendais pas d’autre réponse venant d’une psychologue. Chez nous, si l’on rentre dans l’armée, on est déjà malade. Autrefois, à l’époque soviétique c’était différent, si tu refusais de partir à l’armée, alors tu n’étais pas un homme. A présent, nous avons perdu cette valeur. A présent l’armée est désunie, vous partez pour l’armée vous êtes un homme malade, vous n’y allez pas vous êtes un homme brave et respectable.

A quelles fins est venue la psychologue. Si c’est pour nous aider… Je ne suis pas malade de la tête, j’ai tout de même un sens aigu de la justice, dirons-nous. Je suis pour la justice. Si je suis une personne droite, alors il faut que la justice le soit avec moi en retour. Mais chez nous, il arrive souvent que, lorsque tu agis bien, on te plante un couteau dans le dos. Je tente de me tirer de cette situation moi-même.

ESK – Qu’avez-vous répondu à la jeune femme psychologue, lorsqu’elle vous a affirmé que vous étiez malade ?

Valentin: J’ai répondu : « Oui, probablement, je suis malade. Nous ne sommes pas très amis ma tête et moi. » Elle s’est mise à rire et est partie.

ESK – Cela veut dire que rien ne s’est passé ? Elle n’est jamais revenue ?

Valentin : Non, de toute façon ce qu’elle pense et ce qu’elle dit m’est complètement égal. C’est son problème. Peut-être qu’elle aussi elle n’a pas la tête qui tourne bien rond.

En ce qui concerne la réhabilitation, je n’ai rien reçu. Lorsque je suis arrivé à l’inspection, on m’a questionné sur la réhabilitation. J’ai dit: « Vous pouvez me dire au juste ce que c’est la réhabilitation ? ». Je ne comprends pas tout : J’ai séjourné dans divers hôpitaux, et je suis sorti une fois remis sur pieds. Il s’agit de la réhabilitation? C’est à ça qu’elle ressemble ? A la télévision, ils parlent de la réhabilitation, vous m’en parlez aussi…Mais elle n’existe pas. Rien ne nous a été proposé. Je suppose que c’est une cure dans un sanatorium.

ESK – Vous n’avez pas demandé à aller dans un sanatorium ?

Valentin : Non, j’ai cessé de demander. Des promesses nous ont été faites mais dans ce genre d’établissement tout est corrompu. Dans un sanatorium habituel, soit on vous demande de l’argent, soit ils n’ont généralement pas de place. Mais dans ma situation, ils devraient m’en laisser. Mais de chez moi, l’établissement le plus proche, se trouve à cinquante kilomètres, c’est pourquoi je préfère être seul et partir dans la nature, pêcher au lac Ladoga et me détendre etc. Et dans les centres habituels, normalement c’est la sécurité sociale qui prend en charge, mais ils accaparent tout l’argent. J’ai tant de proches qui ont un besoin urgent d’être soignés. Le système fonctionne de cette manière, si vous êtes dans le besoin ils vous disent soit vous payez soit il n’y a plus de place de disponible pour vous.

ESK – Mais vous devriez pourtant bénéficier de la réhabilitation gratuitement ?

Valentin : En effet, mais ce n’est pas le cas. Je ne jouis pas de ce droit. Lorsque j’ai commencé mes études à Moscou, je n’avais pas le temps pour cela. Et c’était seulement possible près de St-Pétersbourg. Il n’y a rien là-bas. Et l’été n’importe où dans le Sud, c’est trop cher.

ESK – Vous êtes allés seul vous reposer quelque part ?

Valentin : Bien sûr, je suis allé à la pêche, et en Ukraine voir mes proches, de mon propre chef. Au fond, tout le monde fait ainsi. En premier lieu, il y a peu de centres de réhabilitation. Et il y en a peu de bien, et pour pouvoir y aller le problème reste entier. Il serait normal que l’on vous disent : « Le mois prochain à telle date vous pouvez aller dans un centre, vous avez le choix entre trois ou quatre centres ». Mais quand ils vous disent : « Vous irez dans ce centre, et apportez un tas de papiers… » Et ça prend deux ou trois mois. Je n’ai pas besoin d’un tel sanatorium. Je préfère prendre ma voiture et aller où bon me semble.


[1] La Maison Cheshire est l’unique maison de réhabilitation des soldats de guerres locales en Russie. Située à Moscou. Elle a été financée par Lord Cheshire, ancien pilote de la RAF, héros de la Seconde Guerre mondiale. Elle survie exclusivement grâce aux dons et aux soutiens philanthropiques.

[2] Une fête copieusement arrosée.

[3] Ville de Tchétchénie où est située une base de l’armée russe.

[4] L’appareil d’Ilizarov est un ensemble de fixateurs externes comprenant des anneaux, des broches et des fils de Kirchner utilisé pour maintenir un os en place ou corriger des déformations sévères au pied. L’appareil d’Ilizarov tient son nom du chirurgien orthopédiste soviétique, Gavril Abramovitch Ilizarov, qui fut à l’origine du développement de cette technique.

[5] Ce groupe comprend les invalides présentant une incapacité partielle à travailler c’est-à-dire susceptibles de travailler dans des emplois adaptés.

Violence towards Disabled Veterans of the Chechen Wars in Post-Soviet Russia – Interview 1 (in French) – Post 2/5

Invalides des guerres de Tchétchénie – Interview 1

Sergueï, 35 ans, est né à Novokouznetski, dans la région de Kemerovo. Conscrit pendant la première guerre de Tchétchénie, il a été blessé lors de l’assaut de Grozny en 1994.

Rencontre le 14 juillet 2010, à Moscou.

 

Interview traduite du russe par Nancy Abate.

(Photo: St Petersbourg, Août 2011 / Crédits: Elisabeth Sieca-Kozlowski)

 

 

Elisabeth Sieca-Kozlowski – Quel âge avez-vous ?

Sergueï : J’ai trente-cinq ans.

ESK – Quelle est votre situation familiale ?

Sergueï : Je suis marié.

ESK : Avez-vous des enfants ?

Sergueï : Oui, j’ai deux enfants. J’ai un fils issu d’un premier mariage, et une petite fille d’un an et huit mois, d’un second mariage. Et ma femme a douze ans de moins que moi.

ESK – Votre femme travaille-t’elle ?

Sergueï : Pendant son congé maternité, elle garde des enfants.

ESK – Avant cela, où travaillait-elle ?

Sergueï : Elle était chef comptable dans une petite entreprise de construction.

ESK – Où êtes-vous né ?

Sergueï : Je suis né dans la région de Kemerovo, à Novokouznetsk.

 

La première guerre de Tchétchénie comme appelé

ESK – Comment vous êtes-vous retrouvé à la guerre ?

Sergueï : Oh, quelle histoire… J’ai été appelé, comme tous les autres, sans doute, mais même si je n’avais pas été appelé… Je commençais déjà à ignorer les convocations de l’armée, les appels de l’armée… Simplement, les adolescents, à un moment donné, cessent d’écouter leurs parents. Je n’ai pas voulu me former avec mon père, et après je me le suis longtemps reproché. J’ai eu tort à son égard et en général. J’ai donc décidé pour réparer mes erreurs et faire amende honorable de partir servir dans l’armée. Le 6 janvier 1994 on m’a appelé et je suis parti servir. Dans un premier temps, je me suis retrouvé à Kovrov, pour la formation. Ensuite à Maïkop, dans la 131e brigade de Maïkop, dans un polygone. Jusqu’ici, l’été est passé très vite, l’automne était déjà là. Et on commencé à parler du conflit.

ESK – Pardon, mais c’était une brigade du ministère de la Défense ?

Sergueï : Oui, du Ministère de la Défense. On commençait alors à parler du régime de Doudaïev. Il était colonel et avait été transféré dans le Caucase, ils voulaient faire de lui une figure, mais ils ont joué une mauvaise carte. Je ne ferai pas de politique, étant donné les décisions qui ont été prises… Tout d’abord, ils ont commencé à réunir l’infanterie, j’étais dans la 131e brigade de Maïkop, dans les forces aériennes de défense (PVO). Après les tirs, ils ont été repoussés avec succès, et ils se sont rendus. Au départ, nous avons été préparés au même titre que l’infanterie, mais ensuite ils leur avaient donné l’ordre qu’en un mois ils devaient se munir du nécessaire. Ils devaient s’équiper, recevoir tout ce dont ils avaient besoin. Nous avions exactement deux jours, en une semaine nous devions tout réunir, charger les engins de guerre, les Tugunska[1] et les véhicules blindés, tout l’arrière.

Préparé à la guerre en une semaine

ESK – Avez-vous bénéficié d’une préparation ?

Sergueï : Oui, une préparation d’une semaine. En une semaine nous étions censés savoir tout faire, c’est-à-dire lors de la préparation – cela se passait dans un polygone – on nous lancé une paire de grenades entre les mains, trois coups de clairon retentissaient et il fallait tirer. Mais comme je suis Sibérien, j’allais souvent avec mon père dans la taïga tirer quelques balles, ainsi je connaissais déjà. Une fois arrivés sur place nous nous sommes vite rassemblés. A Vladikavkaz nous avons été déchargés, non à Mozdok nous avons été déchargés, pardon. Nous avons dû marcher jusqu’à la frontière tchétchène, puis nous avons passé la frontière par le col de Terek et nous avons été stoppés au col de Terek. La moitié du peuple tchétchène s’était dressée sur le col du Terek et s’y était installée. Il y eu des négociations complexes, selon toute probabilité avec Doudaïev. Celui-ci n’a voulu écouter personne. Du genre : « Lorsque je parlais vous n’avez pas voulu m’écouter, à présent je ne vous écouterez pas non plus. » Voilà comment, de fil en aiguille, ils sont parvenus à se quereller tous ensemble. Vous savez il en faut peu pour un soldat. Finalement, l’ordre est tombé.

« Bienvenue en enfer »

ESK – Quel âge aviez-vous alors ?

Sergueï : J’étais alors âgé de 19 ans. Tout a commencé avec l’assaut. Nous sommes entrés dans la ville. Nous sommes descendus et les deux premières heures nous avons traversés une ville complètement déserte. Vous savez l’impression que la ville est comme morte. Tout semblait pourtant fonctionner, partout les lumières brillaient, mêmes les brochettes étaient en train de rôtir, mais il y avait personne. J’ai été frappé par une inscription, lorsque nous sommes entrés dans la ville, il était écrit : « Bienvenue dans la ville- héros de Moscou » ou « à Grozny » ou « à Ivanovo ». Mais, sur une autre inscription – j’ignorais si c’était du marqueur ou de la peinture – : « Bienvenue en enfer ». Et en plus de cela de la peinture rouge. Ce genre de plaisanteries, destinées aux troupes régulières, plus précisément à l’ordre constitutionnel… Lorsque nous sommes arrivés, nous devions rester postés près du bâtiment de la gare ferroviaire. Nous nous sommes donc installés, nous avons fait le siège et nous avons déposé le matériel. En général, il ne se passait rien, aucun mouvement. Le commandant, par émetteur radio, communiquait avec les généraux qui étaient postés à l’arrière : « Dans quelles dispositions vous trouvez-vous ? Comment est la situation ? » _ « Tout est normal mon commandant, il est temps de rebrousser chemin. » Tout cela s’est déroulé en peu de temps. Vers nous s’est approché un commandant tchétchène, je ne me rappelle pas qu’il se soit présenté et voici le dialogue qu’il a tenu : « Pourquoi êtes-vous venus ici ? Rassemblez-vous et partez d’ici, c’est notre terre. » Nous avions un commandant sur le terrain du nom de Savine, voilà ce qu’il dit : « Je ne suis pas un de ces grands chefs pour donner de tels ordres. » Le Tchétchène insista en lui disant : « Vos mères vont vous regretter, elles vont regretter leurs enfants. On ne vous épargnera pas, c’est la guerre. Nous avons des armes, et pas n’importe lesquelles, de tireurs, l’artillerie lourde. »

ESK – C’est tout ce qu’il a dit, il vous a averti ?

Sergueï : Oui, c’était un avertissement. « Nos hommes armés sont bien organisés ». En fait, bon nombre de Tchétchènes étaient militaires dans notre grande patrie soviétique d’alors. Après leurs études, ils étaient chef d’état-major, ils commandaient des compagnies, des divisions. Ce même général non, le colonel voulait recevoir le général Doudaïev… « J’ai reçu un ordre et je l’accomplirai dans tous les cas », a répondu le commandant. « Très bien, tu as pris ta décision ». Juste après cela, au bout d’une vingtaine de minutes, tout a commencé. Cela a débuté de façon tellement sérieuse qu’Oh ! Oh ! Oh ! Tout a volé, la densité du feu était complètement folle. Lorsque nous sommes entrés là-bas, nous avions une boîte de cartouches par soldat, ce qui est déjà pas mal. Il est probable que cela fasse un millier de cartouches pour les soldats, plus les tanks et le matériel. Mais le matériel a rapidement brûlé, brûlé des maisons, des bâtiments voisins, des fenêtres. De manière simple : il n’était pas possible d’introduire dans la ville nos engins de combat, car trop vulnérables. Au final, la densité du feu était vraiment sérieuse. Nous étions entre 300-350 personnes à pénétrer.

ESK – Dans la brigade ?

Sergueï : Oui, dans la brigade.

ESK – Seulement, les soldats ?

Sergueï : Non, il y avait aussi des officiers. Nous sommes sortis de là blessés…Beaucoup de gars ont été tués. Nous étions seulement 25-30 à être ressortis de là vivants, maximum. Le « hache-viande » était bien réel. Tout s’est passé en 60 heures, soit deux jours et demie. A la fin, il ne nous restait ni cartouche, ni homme, ni la possibilité de se défendre. Même le bâtiment de la gare, dans lequel nous avions placé l’état-major, il avait était construit à l’époque de Staline, et les murs avaient résisté. Les combattants avaient beaucoup d’armes. Ils tiraient avec des lance-grenades isolément sur les gens qui couraient, ceux-là n’étaient épargnés ni pas les projectiles, ni par les obus, comme à la guerre…

Le médecin : « Tu ne survivras pas jusqu’à demain matin de toute façon ! »

ESK – Vous avez été blessé ?

Sergueï : Oui j’ai été blessé. Nous avions une équipe que nous avions sapée la 602ème toungouze. Le toungouze est un canon automoteur de défense antiaérienne, il est équipé de quatre mitrailleuses de gros calibre, capables d’abattre des cibles aériennes, avec six fusées, huit même. Cela a sapé tout l’équipement. Le lieutenant a été blessé lui aussi. Nous courions là-bas. Nous avons courus dans cette rue, vers la maison voisine. La maison d’en face, se trouvait à une cinquantaine de mètres. Depuis cette maison, on nous mitraillait. Nous nous sommes précipités là-bas, afin d’évacuer le lieutenant blessé. Il avait cassé son flacon de pramidol, un anesthésique en cas de douleur intense. On voulait le sortir de là, mais une salve l’a projeté directement sur l’asphalte. Et dans la maison, vous savez il y avait des boîtes métalliques de glaces soviétiques d’autrefois… Nous nous cachions sous elles. Il y avait un sergent, sous contrat, Niziaev. Un homme de petite taille, ne dépassant pas les un mètre soixante. Je lui dis : « Ne bougez pas ». Mais une salve dans la jambe envoya directement le gars sur l’asphalte, il recula je lui dis : « Va t’en, et dit que nous sommes couverts, maintenant nous nous retirons. C’est au tour des tireurs d’élite d’agir. Nous sommes couverts, nous partirons en cachette ». Et il y eu quelque chose d’inconvenant, il se retourna et de nouveau une salve. Et je sentis à travers ma salopette ouatinée, le long de ma jambe quelque chose me brûler. Je demandais à Niziaev : « Qu’est-ce que tu as fait ? Je suis blessé à cause de toi ! » Et il tourna sa tête et son cou…Nous étions couchés à l’inverse, j’avais la tête en bas, et sa tête à mes genoux. Il s’est enchevêtré quelque peu, il s’est retourné et son cou était entièrement brisé. Il fit encore quelques gestes saccadés, puis il mourut. Je pris un gars et lui dis : « Allons nous-en ! » Nous prenions Niziaev avec nous et nous commencions à fuir dans la rue. Et un sniper tira une salve dans ma jambe, c’est alors que je ressentis sur le côté de ma jambe une balle pénétrer, suivie d’une sensation de brûlure, tu ressens comme une transgression. Je suis d’abord tombé sur le genou, puis je me suis relevé sans regarder où j’étais tombé, au son de la mitraillette, je me suis mis à courir, courir…J’ai dû, littéralement, courir pendant cinq mètres jusqu’à nos véhicules blindés. Les gars sortaient la dernière boîte de cartouches qu’il restait. J’accourus, en disant : « Les gars ! Je suis le khan ! » Et je suis tombé par terre. Ils m’ont dit : « Où as-tu été touché ? ». J’ai répondu : « Au ventre ». On m’a retiré mon caban, puis mon gilet pare-balles et ils m’ont examiné en me disant : « Tu es solide ! ». Car la balle est entrée par la cuisse gauche, a traversé le foie et le plexus solaire. C’était donc une blessure très grave. Les gars m’ont vite transporté vers le bâtiment de la gare. Nous avons tenu jusqu’à la nuit, et à la faveur de celle-ci nous avons pu quitter ce milieu hostile. Les Tchétchènes ont adopté la bonne tactique, ils nous ont laissé entrer sur leur territoire et le piège s’est refermé sur nous. Ils ont crée un encerclement intérieur et extérieur. L’encerclement extérieur ne pouvait laisser personne s’approcher afin de nous venir en aide. Quant à l’encerclement intérieur il servait à nous tuer et nous enterrer. Une telle histoire a durée 60 heures…Sans doute, que la vie n’est pas assez longue pour revivre toutes les émotions que nous avons vécu là-bas. Mais vous savez, je pense que même dans de telles circonstances vous ne comprenez pas jusqu’à la fin ce qui se passe. Il y avait de tels moments, qu’à la minute où tu devais charger, tu te sentais oppressé et te demandais : « Que va-t-il se passer ? ». Il faut chasser tout cela de ta tête, car il faut travailler, sauver d’abord sa peau, puis celle des autres gars et se tirer d’affaire. S’asseoir les bras croisés, ce n’est pas bien. Grâce à mon père…dès l’enfance il me traînait, m’apprenait à tirer, j’ai toujours su tirer et manipuler les armes.

ESK – Quand avez-vous été évacué ?

Sergueï : Oh, ce ne fut pas immédiatement. Dans la nuit du 1er au 2, lorsque nous nous sommes échappés de là-bas jusqu’à la gare. Nous y sommes parvenus. C’était la nuit du 1er au 2 janvier 1995. Nous sommes arrivés en courant. Sur place il y avait des parachutistes, je ne me souviens plus très bien, non pas la division de Pskov, ni celle de Volgograd, je ne me rappelle plus. On m’a conduit dans le bâtiment, dans un hall. Il y avait un hall d’institut, dans lequel on m’a emmené et où l’aide-médecin militaire m’a fait un pansement, un sergent sous contrat. On m’a disposé sur un brancard dans une ambulance, conçue pour quatre personnes. L’anesthésique ne faisait plus effet et je n’avais plus rien, ni même de pramidol… J’avais mal partout et c’était vraiment très douloureux. Je frappais – ils ont vraiment été salauds – je frappais à la cabine du médecin en disant : « Donnez-moi du pramidol, la douleur est insupportable ! » Voici ce que qu’il m’a répondu, c’est intéressant : « Tu ne survivras pas jusqu’à demain matin de toute façon ! » Quelle bande de vermines ! Deux des trois personnes qui se trouvaient avec moi dans l’ambulance sont mortes. Nous étions donc deux à survivre. Et lorsqu’ils m’ont sorti de l’ambulance, vivant, cet aide-médecin se trouvait devant moi, il s’est reculé en arrière et je lui ai dit : « Et toi espèce de vermine, je t’aurais tué en personne ! » Je n’ai pas mâché mes mots, évidemment je lui ai dit en face.

ESK – Et ensuite, que s’est-il passé ?

Sergueï : Ensuite, on m’a mis dans un véhicule blindé, et les troupes intérieures m’ont ramené au col du Terek dans la banlieue de Grozny. Dans un champ, avait été déployée une tente qui servait d’hôpital. On m’a installé sur une table d’opération. J’avais vraiment très soif, mais naturellement ils ne pouvaient me donner à boire, à cause de ma blessure au ventre. Ils m’avaient déjà rasé et coupé également, têtes de linotte. Le médecin me dit : « Ecoute, on va te transférer vers Vladikavkaz, là-bas il y a un hôpital plus adapté avec de meilleures conditions ». J’ai répondu que j’étais d’accord. Ils m’ont enlevé de la table d’opération, direction Vladikavkaz. Nous sommes arrivés dans la soirée, jusqu’à ce qu’ils me déposent, le voyage fut très pénible, la voiture n’arrêtait pas de cahoter, j’implorais le chauffeur d’aller plus lentement, je ressentais chaque nid-de-poule comme un coup de massue. Et l’officier lui au contraire : « Allez ! Roule ! Chaque seconde peut être décisive. » Je les ai affublés de toute sorte de noms grossiers. Ils m’ont tout de même déposé. La nuit était déjà profonde, c’était la nuit du 2 au 3 janvier. Cela signifie que durant 24 heures, je suis resté dans le même état. Ils m’ont enfin opéré, j’ai repris connaissance en soins intensifs. Notre groupe de St-Petersbourg a fait du bon boulot, ce sont des bons gars.

ESK – Ensuite vous êtes resté à Vladikavkaz ?

Sergueï : Non, je suis resté dans l’unité des soins intensifs de Vladikavkaz seulement trois jours. Dans le milieu de la nuit de mercredi, j’ai bondi brusquement de mon lit, j’étais en sueur, et j’ai arraché ma sonde – j’avais une sonde dans le nez pour l’oxygène – je l’ai entièrement enlevée de mon nez. Et personne ne s’en est rendu compte. Lorsque le médecin est venu il s’en est pris à moi : « Qu’as-tu donc fait ?! Tu as perdu la tête ! Qu’est-ce que je vais faire de toi maintenant ? » Ils m’ont chargé dans un avion et expédié à Moscou. Il a fallu qu’il m’envoie dans l’hôpital le plus rigide, à savoir Vichnevski. A Moscou il y a deux hôpitaux militaires : Bourdenko et Vichnevski. Et je me suis retrouvé à Vichnevski. Cet hôpital militaire de Krasnogorsk est très sérieux. Là-bas, il n’y a pas de patients en dessous du grade de colonel. On le nomme ainsi : le Général. Si je me suis retrouvé à l’hôpital Vichnevski, c’est parce que l’acheminement des personnes à l’hôpital Bourdenko se faisait par les véhicules Kamaz. J’y suis donc arrivé et ils ont lutté très longtemps pour me sauver la vie. A quatre reprises, j’ai fait une hémorragie interne. Ensuite, il y a eu des complications, j’ai eu une péritonite, suivie d’une diastase. De plus, les muscles abdominaux n’ont pas été cousus pendant une longue durée postopératoire. Ainsi, j’ai subi une greffe de peau. On m’a ensuite renvoyé chez moi. Je suis resté à la maison durant un an, et franchement c’était dur. Ensuite, dans une certaine mesure, je me suis préparé à partir. Il y avait un gars qui partait en Ukraine, à Slavoutitch. Lorsque je l’ai accompagné je lui ai dit : « Moi aussi, j’aimerais me rendre à Moscou ». Et il a bien voulu passer par Moscou. J’y avais une amie une infirmière. Il me dit : « Préparez-vous, nous partons. » J’ai pris un taxi à la gare, je suis allé à la maison, prendre mes papier, de l’argent, je me suis acheté un billet et j’ai pris le train avec cette personne. J’arrive, je dis « Bonjour ! » Voilà comment je suis arrivé, je dis : « Je viens avec toi, je suis prêt. » Nous sommes partis et à notre arrivée, nous avons célébré le mariage et huit mois plus tard nous sommes revenus à Krasnogorsk.

ESK – Vos parents sont-ils venus vous rendre visite à l’hôpital ?

A : Oui, en effet.

ESK – Qui les a avertis ?

Sergueï : Lorsque j’étais hospitalisé en soins intensifs à Vladikavkaz, il y avait quelques familles russes…Vous comprenez, Vladikavkaz – c’est la républiques des Kabardino-Balkares, des Ossètes surtout… Il y avait là-bas, autrefois, une unité militaire, où les femmes des militaires se rendaient – Ils n’avaient alors pas d’argent, alors qu’il y avait des milliers, des millions, l’inflation était féroce. Ils se réunissaient chaque matin, et allaient nous acheter des oranges, de l’eau… et nous apportaient tout ça. Et lorsqu’une femme admise dans notre unité de soins intensifs entrait dans notre chambre, elle interrogeait chacun d’entre nous. Elle disait : « Sergueï, tu dois prévenir tes parents que tu te trouves ici. » Honnêtement, quand je suis parti pour la Tchétchénie, j’ai écrit une lettre à mes parents avec ceci pour contenu : « Maman, ne t’inquiètes pas, je pars en mission pour quelques temps, je reviendrai. »

ESK – Ils n’étaient donc pas au courant ?

Sergueï : Non, en effet. Lorsque je leur ai écrit cette lettre, j’étais déjà en Tchétchénie, je me trouvais au col de Terek. Nous sommes partis en voiture, un enseigne est tombé malade, nous sommes partis en voiture de Maïkop. En Tchétchénie, le courrier ne fonctionnait pas. Alors on nous a dit : « Les gars, je vous conseille d’écrire, écrivez à vos mères votre dernière lettre, où vous vous trouvez et ce que vous faites. » Et j’ai décidé d’écrire, honnêtement : « Maman, je me trouve en Tchétchénie. Nous avons une enveloppe pour deux, je suis avec un gars du nom de Micha Tzigan, je te donne son adresse, écris à sa mère à Volgograd pour lui expliquer qu’il est ici avec moi. » Et cette femme, dont le prénom et le patronyme sont très compliqués, son prénom Lilia et son patronyme Fominichna. Son père se prénommait Foma, c’est un ancien prénom russe et tout le monde ne le prononce pas correctement. Ma mère lorsqu’elle lui a téléphoné…je lui ai donné le numéro de téléphone, je me souvenais de son numéro de bureau par cœur…A l’époque il n’y avait pas encore de téléphone cellulaire, et dans les appartements il n’y avait pas toujours de liaison…je savais qu’à son travail il était possible de la joindre. J’ai expliqué à ma mère. Puis, elle lui téléphona, les femmes lui disent : « Lilia, quelqu’un de Vladikavkaz vous demande au téléphone. » Elle prend le combiné et aussitôt elle demande : « Qu’est-il arrivé ? » voici ce que lui a dit ma mère : « Votre fils a été blessé, il est hospitalisé à Vladikavkaz. Si vous le souhaitez vous pouvez venir le voir. Nous pourrions vous servir d’intermédiaire, vous accompagner et tout vous montrer. » Mon père à cette époque travaillait au cirque, et moi j’étais forestier, je m’occupais du bois, de la taïga. Au cirque, il y avait une joyeuse compagnie, ils entretenaient tous de bonnes relations entre eux. Vitka s’approcha d’eux et dit : « Sergueï est blessé. » – « Blessé comment ? », ils étaient assis et buvaient un coup. Il a dit qu’il est immédiatement devenu sobre, qu’il s’est préparé et est rentré à la maison. Une fois rentré, il a rassemblé une somme d’argent. Nous vivions tous dans la même maison, nous avons grandi ensemble, nous allions dans la même classe. Tous ceux qui ont pu, ont apporté de l’argent à mes parents : « Prenez et partez ! » Et voici comment ils sont venus à Vladikavkaz. Ils sont arrivés à Vladikavkaz, alors que moi, pendant ce temps, j’avais été envoyé à Krasnogorsk. Ils ont rencontré cette femme avec son mari lieutenant-colonel, ils les ont emmenés ici en leur expliquant que, j’étais parti exactement hier et qu’ils n’étaient pas tombés sur le bon jour. Ils ont donc pris un billet de train pour Moscou. Ils sont allés au Comité des mères de soldats, ils ont téléphonés partout pour savoir où aller. Ils ignoraient où j’étais, à l’hôpital Bourdenko ? A Vichnevski ? Simplement, on vous charge et vous envoie dans une ville, où a lieu une répartition par les chirurgiens : « C’est un traumatisme crânien, il est pour nous, on est meilleur » ; « Une opération de l’abdomen, c’est pour nous etc. » Après avoir téléphoné, ils ont fini par avoir quelqu’un au bout du fil, réussir à avoir quelqu’un était presque mission impossible, car il y a bien un millier de personnes qui tentent également de les joindre, j’ai entendu dire. Ils ont réussi à trouver : Krasnogorsk, hôpital Vichnevski. J’ai été le premier informé de leur arrivée. C’est l’infirmière qui me soignait qui me l’a annoncé, puis est venu le médecin : « Serguei, tu dois bien te comporter. Demain ils seront là, pour aujourd’hui il est désormais trop tard, la nuit est tombée. Laisse-les se reposer en chemin, tu les verras demain. » Le lendemain, ils étaient là. J’ai tenté de leur écrire, mais voyant mes notes, ils les ont transmis à l’infirmière. Ma mère me veillait 24h sur 24h, elle restait assise toute la journée aux soins intensifs. Une fois ou deux on la laissait entrer dans ma chambre, mais la plupart du temps elle ne pouvait pas. Pendant cela, j’ai fait quatre hémorragies internes, j’ai failli mourir…Mon père lui était reparti, il fallait bien aller gagner de l’argent, et rendre celui qu’on leur avait gentiment prêté. Mon père est un homme droit, il a toujours réglé ses comptes comme il le fallait. Il a énormément travaillé, c’est un homme intelligent. Et comme ma mère vivait ici, il lui envoyait de l’argent en permanence.

ESK – Où vivait-elle ?

A : A l’hôpital Vichnevski, à l’hôtel. C’est une unité militaire, et il y a un hôtel. Elle avait une chambre, où elle vivait avec une autre femme. Qui était elle aussi de Novokouznetsk, je connais son gars…enfin connaissais plus exactement, car il est mort. Mort pour une bêtise, il est tombé dans la drogue, une overdose. Il est décédé il n’y a pas si longtemps, il y a trois ans.

ESK : Elle a dû payer pour l’hôtel ?

Sergueï : Non, chaque parent était installé tout à fait gratuitement. Je pense que c’est normal. Si dans ce cas on nous prenait de l’argent…je ne sais pas… La Russie est le pays du paradoxe, mais elle ne s’enrichirait pas sur le malheur. En des temps difficiles, le peuple peut se mettre dos à dos. En Russie, c’est comme ça, ils se moquent de vivre en paix les uns avec les autres. Mais lorsque les temps sont vraiment durs, alors là ils partagent leur morceau de pain.

« Après chaque guerre, on ne perçoit plus les choses de la même manière »

ESK – Quand êtes-vous sorti de l’hôpital ?

A : Je suis sorti de l’hôpital en mai 1995. Je suis resté environ six mois à l’hôpital. Lorsque j’ai quitté le service de réanimation, je pesais 48 kg, et lorsque j’ai quitté l’hôpital, je pesais 52 kg. Je pouvais à peine tenir sur mes jambes. Mais lorsque je suis sorti des soins intensifs, lorsque je me suis vu pour la première fois. Lorsque pour la première fois je me levais, ce fut intéressant, j’avais alors été placé dans une chambre seule. Quand je suis revenu à moi, j’ai dit à ma mère, qui se trouvait là : « J’aurais préféré être mort. » Je pensais simplement, que je ne me relèverai jamais. Elle me dit alors : « Mon fils, ne cherche pas à t’attirer la colère de Dieu. Tu es vivant. »…Difficilement…

ESK – Et quand êtes-vous revenu chez vous ? Aussitôt après votre sortie de l’hôpital ?

Sergueï : Je suis revenu chez moi en mai, à ma sortie de l’hôpital. Quand je suis rentré, j’ai retrouvé tous les gars. Les retrouvailles étaient grandes et émouvantes. Mais vous savez cela ne me plaisait tout de même pas, peut-être, comme après chaque guerre, on ne perçoit plus les choses de la même manière…ces gars que j’avais quitté, étaient alors âgés de 18-19 ans. Ils étaient en bonne santé, des hommes forts, fut un temps. Mais les années quatre-vingt dix ont été dures, une sorte de déchaînement s’est produit, une période de troubles…Ces gars chouchoutés par leur père, qu’ils traînent avec eux comme des malades, qu’ils se sont accaparés tout simplement. Et lorsque je me suis retrouvé de nouveau parmi ces personnes, je ne les comprenais plus. Pour être clair, la platitude de leurs conversations ne se résumait qu’à quelques chiffons ou autres frusques, des propos inintelligibles pour le moins désagréables. Je me suis rendu compte, qu’en leur compagnie, je me sentais quelqu’un d’autre.

ESK – Avez-vous pu raconter à vos amis ce qui s’était passé ?

Sergueï : Absolument, ils étaient au courant de tout ce qui s’était passé. Ils savaient que j’étais en Tchétchénie, que j’ai combattu, mais aussi que j’ai été blessé et hospitalisé pendant six mois. Ils l’ont su par mes parents, par les voisins aussi. Les personnes âgées, elles, me comprennent très bien, elles savent ce que c’est la guerre et que j’ai dû en baver. Leur éducation s’est faite, outre dans les livres, mais aussi dans des récits narrés par leur père ou grand-père.

Se faire des cheveux blancs

ESK – Arrivez-vous à parler franchement de vos sentiments ?

Sergueï : Avec eux, certainement pas.

ESK – Mais avec vos parents ?

Sergueï : Oui, absolument. Je savais, au fond de moi, que personne ne pourrait mieux me comprendre que mes parents, et mon frère. Parce que sous la menace de perdre son enfant, ma mère a dû endurer beaucoup. Mon père également. Simplement, mon père, lui, a les cheveux clairs et frisés, alors que ma mère est châtain foncé, comme moi. Et lorsque je suis revenu ici, à Moscou, pour travailler pendant un an, je me suis aperçu que ma mère avait des cheveux blancs. Ensuite je suis de nouveau reparti pour travailler, et au bout d’un an, elle était devenue toute blanche. Je lui ai dit : « Maman, t’es cheveux sont tous blancs. » Et elle m’a répondu : « C’est toi, qui me rends ainsi. »

ESK – Votre frère aussi est entré dans l’armée ?

Sergueï : Oui, mon frère aussi est entré dans l’armée, il a servi.

ESK – Il est plus jeune que vous ?

Sergueï : Oui, il a deux ans et demi de moins que moi. Je suis né en 1974 et mon frère en 1977.

ESK – Il est quand même parti ?

Sergueï : Oui, mon père ne voulait pas le laisser partir. Mais le bureau de recrutement a fortement insisté. Ainsi si j’avais été tué, il ne serait pas parti et il serait resté le seul enfant de la famille. Vous comprenez, c’est la politique de gens rassasiés, ils ne comprendront jamais. De plus, les temps étaient durs à ce moment-là pour la Russie.

ESK – Il s’est également retrouvé en Tchétchénie ?

Sergueï : Non, ils lui avaient promis qu’il serait envoyé très loin des zones sensibles. Il a été envoyé en Extrême-Orient, à Khabarovsk. Il se trouvait près du fleuve Amour, à la frontière russo-chinoise. A la frontière, il y avait d’autres troupes, celle des forces aériennes de défense (PVO), je crois.

Déchu du statut d’invalide

ESK – Lorsque vous êtes rentré chez vous, comment avez-vous été en lien avec la maison Cheshire[2] ?

Sergueï : Voilà une histoire fort intéressante. Ce fut bien plus tard. Je me suis rendu de là-bas, de Novokouznetsk, à ici. J’ai travaillé ici pendant quatre ans.

ESK – Avez-vous perçu une somme d’argent après votre service en Tchétchénie ?

Sergueï : Oui, en effet. J’ai eu droit, à l’allocation exceptionnelle et à l’allocation blessure.

ESK – A combien s’élevaient ses allocations ?

Sergueï : Cela se comptait en millions à l’époque. Si l’on compte en dollars, c’était d’environ 2 500 dollars  (1 725€). Ce n’était pas si énorme.

ESK – Avez-vous obtenu le statut d’invalide ?

Sergueï : Oui, au départ j’ai obtenu le statut d’invalidité du deuxième groupe[3]. Puis, on me l’a changé et accordé le troisième groupe. Durant dix ans, chaque année, je devais passer des examens pour confirmer mon troisième groupe.

ESK – Vous n’avez pas le statut permanent ?

Sergueï : Non, partiel. Chaque année, tu dois certifier que tu es bien invalide. Et un beau jour, par ma faute, je ne me suis pas présenté. J’en ai eu marre de perdre mon temps. Imaginez-vous, pendant dix ans, tous les ans. Je ne vois pas comment ma santé pourrait s’améliorer ? Surtout, compte tenu du fait que, hélas, nous ne rajeunissons pas. Au bout d’un certain temps, je me suis décidé à gagner, tout de même, un peu d’argent. Je voulais faire rétablir mon groupe d’invalidité, mais ils m’ont dit : « Non, mon vieux, on ne peut pas te le donner. Tu es sain et sauf, tu as toujours tes bras, tes jambes, ta tête est intacte. Allez ! Vas-donc au travail.» Je me suis adressé à la Commission Régionale d’Expertise Médicale du Travail (V.E.T.E.C), ils m’ont répondu la même chose. Ensuite je me suis adressé au Gouvernement fédéral, toujours en vain. « Jusqu’en 2005 vous étiez invalide, et à partir de 2005 nous avons reçu une nouvelle directive stipulant que vous devez d’abord mourir, ensuite arriver en rampant et après cela, peut-être, que vous serez alors examiné comme invalide. » _ « Je vous remercie ! J’ai très bien compris. » J’ai pris mes jambes à mon cou ! J’attends les papiers officiels pour essayer d’envoyer tout ce paquet de documents au Comité des droits de l’homme, au Président. Si le Comité me donne raison, alors je mettrais ma lettre en copie avec leur verdict et je l’enverrais à l’administration présidentielle. Mais s’ils me sabrent, alors je ne saurais plus où chercher la vérité, du moins, chez nous dans notre Etat.

ESK – Si j’ai bien compris, vous n’êtes pas considéré comme invalide ?

Sergueï : Oui, c’est bien ça. Je n’ai pas obtenu l’invalidité. C’est-à-dire qu’en perdant ma santé, je ne suis pas considéré comme invalide.

ESK – Vos blessures ont eu des conséquences ?

Sergueï : Oui, j’ai une « maladie adhésive », je souffre de problèmes au foie car la balle m’a transpercé le foie, et c’est très grave. J’ai subi une résection de l’estomac, de l’intestin grêle, du gros intestin, du mésentère et du côlon transverse. Tous s’est compliqué par une contusion du myocarde et du cœur parce que une balle morte s’est logé dans mon gilet pare-balles, le coup de feu a été tellement violent qu’il m’a littéralement retourné. J’ai le ventricule gauche – les faisceaux fibrovasculaires – qui ne fonctionne pas très bien. Il y a de nombreuses choses qui ne fonctionnent pas bien. Mais, hélas, nous avons une telle bureaucratie que personne n’oserait la perturber.

ESK – Durant toutes ces années vous touchiez la pension d’ancien combattant ?

Sergueï : Au cours de ces années, lorsque j’étais en invalidité, je touchais de l’argent. Mais maintenant…

ESK – Quelle somme ?

Sergueï : A présent la pension a été indexée, ainsi elle est devenue tout à fait décente. Avant je recevais des kopecks, maintenant je ne me souviens plus, à mon avis je n’avais pas 1 000 roubles (25€). Sous Eltsine, il y eu 600-700-800 kopecks d’indexés. Après l’affaire de plusieurs millions de roubles, le pays a de nouveau chuté…Nous avons un grand débrouillard, du même genre d’Ostap Bender, Anatoli Tchoubaïs. Il a remis sur pied le pays à trois reprises, d’abord concernant la privatisation et les vouchers, ensuite pour la dévaluation etc. Le pays n’a pas compris. Je pense que vous en Occident, vous considérez cela comme « sommeillant dans la tanière ». Quelque chose se tient là-bas avec une massue, qu’il ne faudrait pas toucher. En effet, le pays n’a pas voulu négocier, il a vécu sa vie, et ensuite lorsque certains sont tombés et ont été remplacé à la tête par des ignorants, alors à ce moment-là, cela a été lourd de conséquences. C’est la raison pour laquelle des bandits sont apparus : «Il est possible que tu es plus d’argent que moi, mais moi j’ai un pistolet. » Qui a raison chez nous ?

ESK – Vous avez dit que vous aviez touché 2 500 dollars, c’est ce que l’on appelle « les compensations de combat » ?

Sergueï : Oui, c’est cela. J’ai eu cette somme en un seul versement, et ensuite, seulement la pension d’ancien combattant.

Le droit au logement

ESK – Vous avez le droit à un appartement ?

Sergueï : Non, hélas. Il y avait une loi pour les anciens combattants, qui avait déjà été faite à l’époque de l’Union Soviétique, pour les invalides et les anciens combattants de la Grande Guerre patriotique. Ensuite, les Afgantsy[4] étaient au même niveau que nous. Puisque cette loi s’est propagée chez nous également : « Sur le territoire des guerres et des conflits locaux »[5], elle s’intitule. Ainsi, j’ai voulu chercher à obtenir quelque chose, du moins essayer…A Krasnogorsk, j’ai un oncle qui travaille à l’administration, il m’a dit : « Eh bien quoi ? Vous avez une surface globale, dont je ne me souviens plus combien exactement, qui ne doit pas dépasser six mètres carrés cinquante par personne (les normes sanitaires étaient alors ainsi faites). On ne vous l’a pas fixée. » C’est tout. En me tendant ce bout de papier et en me disant : « Au revoir. » Où, après cela, j’aurais bien pu m’adresser. C’est alors que j’ai essayé auprès de Iouri Ivanovitch [Nauman, directeur de la maison Cheshire] et Sergueï Alekseevitch…Ils ont écrit des lettres à Boris Gromov, celui-ci a cessé de leur répondre. Veuillez m’excuser pour mon franc-parler, mais cet homme, – je l’aurais bouffé -, ce général je me contrefiche de qui il était. Je n’ai pas peur, j’assume entièrement mes paroles. Lorsqu’il faisait partie l’Association Boevoe Bratstvo (Fraternité combattante), il a aidé les Afgantsy, je ne débattrai pas sur cela. Ensuite, tout s’est brutalement transformé en un immense Comité sous le nom de « Toutes les guerres et tous les conflits locaux ». Mais en fait, ce Comité n’a apporté aucune aide réelle. Il était impossible de leur écrire, de s’adresser à quelqu’un, absolument rien. Lorsque vous vous trouvez là-bas, on vous rétorque d’où possédez-vous autant d’argent ?

ESK – En particulier pour les Tchetchentsy[6] rien n’est fait ?

Sergueï : Je l’ignore. Je me suis adressé à tellement de personnes, je suis même passé par le général Nauman, avec Sergueï Alekseevitch nous lui avons écrit des lettres : « Donnez-moi quelque chose, au moins un lopin de terre, je me construirai une cabane moi-même… » Il m’est impossible de trouver du travail pour le moment…vous savez j’ai une petite fille et ma femme est en congé maternité, elle ne peut pas subvenir seule à nos besoins.

ESK – Où vivez-vous actuellement ?

A : A Pouchkino.

ESK – Vous possédez votre propre appartement ?

Sergueï : Non, c’est un appartement que me loue un ami. Heureusement que j’ai cet ami, grâce à lui j’ai un appartement à un bon prix. En général, un appartement en banlieue de Moscou – assez proche – coûte entre 15 000 et 16 000 roubles (370€ et 395€), avec une seule pièce. Le sien possède deux pièces, il me l’a loué pour sept ans. Et comme j’ai un enfant d’un premier mariage, bien sûr, je lui donne de l’argent. Et la voiture est indispensable, quoi que l’on fasse. Ainsi, nous avons dû acheter une voiture, évidemment, à crédit. Heureusement, mes parents nous ont aidés, ils nous ont envoyé 100 000 roubles (2 500€), et la grand-mère de Tatiana ma femme nous a également aidés, voici les propos qu’elle a tenu : « J’ai de l’argent, je peux vous en prêter, afin que vous puissiez rembourser votre prêt, et ensuite vous me le rendrez. » Chose faite, nous avons remboursé notre crédit, à présent il ne nous reste plus qu’à rembourser la grand-mère de Tatiana, nous lui devons environ 130 000 roubles (3 200€). Je pense que si, sur un an, nous arrivons à rembourser 10 000 roubles (250€) chaque mois, alors nous arriverons à nous débrouiller. Mais c’est tout de même une grosse somme d’argent pour moi. Vous savez mon salaire n’est pas très élevé. Même si je travaille dans une bonne entreprise, dont le chiffre d’affaires est conséquent, les salaires ne sont pas élevés pour autant. Mon salaire est de l’ordre de 40 000 roubles (985€). Nous avons droit à des primes, deux fois par an. Nous participons aux bénéfices de l’entreprise, par conséquent, celle-ci nous les reverse à la fin de l’année.

Le « business » des invalides de guerre

ESK – Quand avez-vous fait la connaissance de M. Nauman ?

Sergueï : Lorsque je suis arrivé à Moscou, j’avais un ami…malheureusement décédé lui-aussi. Plus tard, je dirai à son sujet pourquoi c’était un homme remarquable. Nous travaillions ensemble dans des actions pour la réinsertion professionnelle d’invalides, de conducteurs et de mécaniciens, organisées par Sergueï Mikhaïlovitch Slabodianik. Il a crée cette fondation pour son accomplissement personnel, on peut le dire, dans un but intéressé. Bien qu’il nous dise le contraire.

ESK – Elle concerne uniquement les invalides de guerre ?

Sergueï : Non, tous les invalides, quels qu’ils soient. Il faut seulement, bien évidemment, être invalide. Par contre, dans la législation il y a une brèche, voilà ce qu’il se passe : si 50% des personnes plus une sont invalides, alors la fondation est exonérée d’impôts. Parce qu’avant il était impossible de payer les impôts, car si tu gagnais un rouble tu devais le rendre aux impôts et 4 kopeks en plus, 104% ! Et vous savez lorsque je suis entré à la faculté de droit, c’était à ce moment-là… je ne me souviens pas qui était alors notre ministre des Finances, mais sur nos écrans de télévision bleus ciels, je me souviens parfaitement de la phrase qu’il a prononcé et qui m’a frappée : « Oui, en Russie les impôts sont très élevés, et il est presque impossible de les payer, mais il faut pourtant bien les payer. » Vous vous rendez compte, de telles inepties sortant de la bouche d’un homme instruit, occupant le poste de ministre… Comment peut-il oser parler de la sorte ? Fort heureusement, cette époque est désormais révolue. Je ne connais pas pour autant tous les leviers du pouvoir… Comment ces clans ont pu être maintenus en place… Donc nous travaillons dans cette fondation, et ce Slabodianik nous a appris de très bonnes choses. Il a fait de nous un vrai groupe de combat, nous étions cinq gars, il nous a appris à conduire les véhicules et c’était très bien. Il y avait un autre gars, j’ignore s’il est toujours vivant, il s’appelait Ernest Sergueïevitch Tsygankov, il s’occupait des véhicules à l’Institut de culture physique et du sport sur la route de Chtchelkovo, il enseignait la conduite etc. Son activité a été fermée, car, autrefois à l’époque soviétique, il enseignait la conduite à nos chefs de partis, à la milice, les virages sur la glace, les virages à 180°C, à serpenter ou encore à freine sur route glissante etc. Voici tout ce qu’il nous a enseigné. Le demi-tour pour la milice se prépare de cette façon : d’abord à reculons, il lance la voiture à grande vitesse, le pied sur l’embrayage, on tourne le volant, la voiture est lancée et va tout droit. Il y avait un gars du nom de Maxime Konioukhov, il n’avait plus d’avant bras. Il avait une prothèse, mais une prothèse non fonctionnelle, cela signifie qu’il ne pouvait pas attraper le volant et de cette manière, il ne pouvait pas tourner. Il a dû apprendre à travailler d’une seule main. Il y avait des compétitions, sur la glace, sur la route Chtchelkovo. Là-bas il y avait un terrain de football, rempli de glace, lancé à grande vitesse, il réalisait des figures. Parmi les personnes en bonne santé, il fallait afficher le meilleur résultat dans la largeur habituelle de la bande de la route, trois mètres, en ne frappant aucun plot. Il avait affiché le meilleur résultat et avait obtenu la première place. Cela s’est passé comme suit : il s’élance à toute vitesse, la cigarette entre les dents – un sportif ! – il appuie sur l’embrayage, sa cigarette commence à lui gêner la vue, il parvient à avaler une bouffée de tabac, à accomplir sa figure, il sort devant et affiche le meilleur résultat. Ensuite chez Slabodianik il y eut quelques projets grandioses. Il avait commencé à tourbillonner avec l’argent. Je pense que c’est quelque chose qu’il avait appris auparavant… Il travaillait avec un Afgantsy, dans le domaine du droit, il lui avait tout enseigné sur l’économie. Il a étudié et ensuite a monté sa propre boîte. En fin de compte, il a  dilapidé tout l’argent qu’il possédait, tout s’est écroulé. Il s’est enfuit, pendant très longtemps il s’est caché, dissimulé. Puis il est réapparu, et à présent, il travaille dans le lait, je pense. Naturellement, nous sortons tous de là.

Le Général Nauman (Maison Cheshire)

ESK – Pendant combien de temps avez-vous travaillez là-bas ?

Sergueï : J’ai dû travailler là-bas environ cinq ans. C’est là-bas que j’avais fait connaissance avec le Général Nauman [directeur de la Maison Cheshire]. Il était venu nous rendre visite. Et Slabodianik, eut une drôle d’idée, laisser une voiture à la disposition, pour des besoins économiques – pour le lait et les marchandises économiques – et cela absolument gratuitement. Et comme les gens qui travaillaient là-bas, il fallait bien les nourrir, ils étaient à la disposition. Et dans cette situation tout le monde était satisfait et y trouvait son compte. Ensuite, c’est Iouri Ivanovitch qui est venu nous voir, nous l’avons salué. A cette période j’étais déjà divorcé et je n’avais nulle part où vivre. J’étais balloté de cités universitaires en cités universitaires, je vagabondais, j’errais. Heureusement, j’avais mon frère qui travaillait alors à l’Académie, il était dans la police, il était major. Et il m’a trouvé une place dans son dortoir, je suis resté là-bas quelques temps. Ensuite lorsqu’ils eurent terminé, ils ont dû, avec leur famille, quitter les lieux : « Serge essaye de te trouver autre chose. » Je me suis naturellement tourné vers Slabodianik en implorant de l’aide. Il a décidé de trouver une solution à ma situation, avec Iouri Ivanovitch [Nauman] ils se sont mis d’accord. Ce dernier m’a pris avec lui il m’a donné à manger, à boire et je travaillais chez lui. Et un beau jour que je rentrais, je trouvais sur mon bureau une sorte de formulaire format A4, sur lequel on pouvait lire : Nom, Prénom, Patronyme…Académie du travail et des affaires sociales – je ne comprenais pas vraiment – j’ai pris le formulaire et je me suis adressé à Iouri Ivanovitch : « De quoi s’agit-il ? » – « Sergueï tu dois remplir ce formulaire aujourd’hui et le porter demain à l’Académie. » J’ai répondu : « Non, Iouri Ivanovitch, je ne remplirai rien du tout, je ne veux pas, depuis la guerre je suis traumatisé… »

ESK – C’était en quelle année ?

Sergueï : Je vais vous le dire…c’était en 1997 ou 1998. Oui en 1997 cela s’est passé. « Je ne veux rien entendre ! Cela doit être fait et envoyé demain soir ! » Evidemment, je n’allais pas débattre avec lui… il me logeait, me nourrissait. Je me suis assis, et les yeux emplis de larmes, je me suis mis à écrire. J’ai rempli le formulaire et je l’ai porté comme il me l’avait demandé. « Tu disposes d’un mois avant de passer les examens d’entrée. Les sujets approximatifs seront les suivants : il y aura un sujet d’histoire, en épreuve obligatoire, tu devras t’orienter selon les dates. Une épreuve obligatoire de langue russe. Et la théorie de l’Etat et du Droit. Tu auras tout ça à passer. » De la littérature ? Je ne veux pas lire et je ne le ferai pas. Au final, j’ai dû tout faire. Nous nous sommes présentés avec Tolik Gordeev. C’est un gars de Toula, un Afgantsy et il n’avait plus de jambes. Il fallait passer ces examens. Nous avons passé ces examens tant bien que mal, nous avons été pris, probablement 50% ont été acceptés. Dieu était avec nous visiblement. Il semblait que cela fut une plaisanterie. Mais lorsque vous êtes à un tel échelon, cela est prévu… on vous oblige à aller étudier et vous y allez… même si vous n’êtes pas volontaire… il y a de ces personnes au recteur de l’Académie… et le Général a tout décidé… Enfin, il fallut prendre des livres, s’asseoir et étudier. La secrétaire du conseil d’étude suivait mon travail de près. Elle me disait constamment : « Sergueï, tu es un bon élève, tes professeurs te louent. » Et je lisais et commençais à travailler dans des séminaires. Cela me captivait peu à peu. Un autre de mes oncles m’a dit : « Il ne faut pas simplement se lancer, il faut y arriver. Et étudier, c’est quelque chose de normal.» Et voilà comment l’un dans l’autre j’ai pris ce chemin… Puis j’ai terminé mes études. Avec moi, étudiait Vassili Fedorkin, il était totalement aveugle, il avait été blessé en Afghanistan. Il m’avait dit : « Pourquoi pas toi Sergueï, si moi je le fais. » Vous savez j’étais déjà en quatrième année, il était en deuxième année ; deux ans plus tard il est passé… il devait passer le droit civil. Chez nous, le droit civil est certainement ce qu’il y a de plus fondamental. Le droit international est moins complexe tout est ordonné, les traités, les accords, les conventions…tout est plus facile, il vient du droit romain. Tandis que notre droit civil est rempli de subtilités qu’il faut connaître, les formes juridiques etc. J’étais stupéfait : cet homme enregistrait tout sur son dictaphone, et écoutait ensuite l’enregistrement, il ne lisait pas le braille, il estimait que lire le braille était en dessous de sa dignité. Je m’asseyais avec lui le soir à la cantine, chez Youri Ivanovitch. Et, sans doute, de 20h jusqu’à 04h du matin, je lui lisais l’intégralité du code civil, articles par articles, je lui lisais même les commentaires, et des séries de mots qu’il ne comprenait pas. Je lui déchiffrais, lui expliquais leur origine et comment les former. Et j’ai été encore plus stupéfait lorsqu’il a passé l’examen de droit civil, nous étions une classe de vingt-cinq personnes, quatre d’entre nous ont obtenu la note de 4/5, dix ont eu 3/5, pour ce qui est des onze restants, ils ont échoué à cet examen. Et parmi les quatre, il y avait Vassili Fedorkin. C’est ma petite victoire personnelle… Mais avant tout la sienne, oui la sienne ! C’est formidable. Nous continuons à avoir de bonnes relations tout les deux, je vais lui rendre visite régulièrement avec grand plaisir, son accueil est très cordial. Il me fait partager ses ennuis familiaux, je le conseille… Afin qu’il puisse trouver son équilibre, pour un homme qui vient de perdre la vue, c’est réellement compliqué. A la maison Cheshire, il a rencontré un autre gars, qui est lui aussi aveugle mais depuis l’enfance. Voici ce qu’il lui dit : « Vassili, tu peux voir comme les feuillages sont verts, que le printemps est là. Mais moi je ne peux pas. Toi tu peux te représenter ce qu’est le feu, l’eau, savoir de quelle couleur sont tous ces éléments. Mais moi je ne peux même pas me les représenter.» Il est effectivement très dur de perdre la vue et c’est d’autant plus difficile pour un jeune homme. A présent il a déjà quarante ans, il est plus âgé que moi. Et même plus de quarante ans.

Les perspectives professionnelles

ESK – Après l’obtention de votre diplôme, que s’est-il passé ? Avez-vous trouvé du travail immédiatement ?

Sergueï : Non, pour trouver un travail de juriste en Russie, c’est très compliqué.

ESK – Pendant vos études vous travailliez ? Et lorsque vous viviez à la maison Cheshire vous travailliez également ?

Sergueï : Lorsque je vivais à la maison Cheshire, la première moitié du temps passé là-bas je travaillais chez Slabodianik. Ensuite lorsque sa boîte a commencé à couler… Nos relations ont commencées à se détériorer. Dans un premier temps, parce que celui-ci a cessé de nous verser de l’argent. Vous comprenez lorsque la personne se met de l’argent plein les poches, sans scrupule, et lorsqu’il s’achète des biens immobiliers à l’étranger etc. Comment cela est-il possible ? Vous faites travailler des gens pour vous, vous ne les payez pas et vous vous en mettez plein les poches. Son arrogance l’a perdu. Il a même loué un garde du corps car il craignait beaucoup pour sa personne, notamment des bandits ou des autorités… Et naturellement j’ai démissionné, j’ai ainsi passé quelques temps à la maison.

ESK – A la maison, chez vos parents ?

Sergueï : Non, ici chez mon épouse. Trois mois environ, et durant ces trois mois je n’ai pas trouvé de travail. Lorsque vous êtes congés c’est bien, c’est génial même vous n’avez pas envie de retourner au travail etc. Mais lorsque vous ne travaillez plus, lorsque vous avez perdu votre travail et que la semaine prochaine vous savez que rien ne se passera, c’est tout à fait différent. Je ne peux pas ne pas travailler. Cela commence à vous peser…Finalement j’ai trouvé un emploi grâce à un gars qui étudiait avec moi à l’Académie. Il me dit : « Tu sais je ne travaille plus à Beeline, mais j’avais un gros salaire là-bas… » – 400 dollars (275€) c’est beaucoup d’argent, un bon salaire. Je lui dis : « Ecoute Andreï, s’il y a de la place, aide-moi à y rentrer. » Son père travaillait également là-bas, il lui dit : « Ecoute, tu veux venir travailler ? » Il dit : « Non, ce n’est pas pour moi, c’est pour un copain, tu le prends ? »_ « Vas-y amène le. » Et voilà comment, grâce à Peter Iakovlevitch, qui m’a arrangé le coup et qui m’a bien intégré à l’équipe, j’ai pu trouver du travail.

ESK – Ce travail était en lien avec votre diplôme ?

Sergueï : Non, je faisais de la logistique. Ce n’est pas du tout en lien avec mon diplôme. Vous savez si vous lisez le journal ou regardez sur internet, nous sommes confrontés à un paradoxe. Pour un poste de juriste il est exigé au moins cinq années d’expérience – il est préférable – ou admettons, au moins trois ans. Et pour le droit international, il est souhaitable de parler anglais. Je suis navré mais j’ai terminé mes études, j’ai obtenu mon diplôme, je ne vois pas comment j’aurai pu avoir cinq années d’expérience dans un cabinet en même temps que mes études. Le cercle se referme et vous piétinez sur place. Je me suis rendu dans plusieurs structures d’Etat, à la milice, au ministère public. Dans un premier temps, ils n’ont pas accepté mon statut, j’ai été rejeté à cause de cela, ce qui signifie que l’on m’a commissionné, ils ne me reprendront plus. Avec mes blessures, ma mauvaise santé, je ne passerai plus. En fait, l’Etat m’a lancé : « D’accord, comme tu veux, nous le ferons. » A ce moment, en un clin d’œil, toutes les institutions, les établissements d’enseignement sont devenus payants. Cela signifie que celui qui part en guerre pour servir son pays, doit renoncer à sa santé, alors qu’il voudrait seulement s’adapter, et se retrouver dans un courant social, mais l’Etat lui-même ne veut pas. Vous êtes abandonnés à votre propre sort, et vous devenez plus du tout nécessaire pour personne. On vous donne une pension misérable, sur laquelle on doit compter pour vivre. Lorsque ma mère a appris à combien s’élevait ma pension, elle a, premièrement, fondu en larmes comme n’importe qu’elle autre mère, s’inquiétant pour la santé de son fils avec aussi peu d’argent. Deuxièmement, voilà ce qu’elle a dit : « Sergueï, je prendrai cet argent, et je l’enverrai à la Place Rouge, à l’intention d’Eltsine directement au Kremlin avec pour mot : « Prenez cet argent, et rendez-lui seulement la santé. » A présent, les juristes gagnent très peu, environ 15 000 roubles (370€). Obtenir une place dans n’importe qu’elle entreprise, pour écrire des contrats tout à fait identiques, estamper, et dans lesquels il faut seulement changer le nom de la SARL, le nom de famille, le prénom et le patronyme du directeur. Ce n’est pas cela mon travail. Je voudrais un travail intéressant, dans un cabinet de juristes mais hélas, hélas. Dans la milice…Vous êtes au courant de la milice d’aujourd’hui ? Mon frère travaille dans la milice. J’ai un cousin, plus âgé que moi qui a vécu et travaillé ici, lorsque je vivais avec lui. J’étais au courant d’absolument tout et je comprenais très bien qu’elles étaient les relations là-bas. Je ne voulais pas en plus aggraver ma personne. Des sarcasmes, des bassesses, des piques, une médiocrité parfaite… Il y a les deux côtés de la médaille : d’une part, ils se heurtent à cette saleté… d’autre part, il faut tenter de rester soi-même.

Le traumatisme de guerre

ESK – Êtes-vous en proie à des souvenirs concernant la guerre ?

Sergueï : Avant, oui. Ils ne me tourmentaient pas, mais vous savez… A présent, je ne rêve plus de garçons ensanglantés. Vous savez cela m’a vraiment été bénéfique, le fait que Iouri Ivanovitch me pousse à aller dans cette Académie. J’ai commencé avec ceux de mon âge, et même des gars plus jeunes ou plus âgés que moi, il y avait de telles et telles personnes là-bas. Nous suivions des cours du soir, des personnes travaillaient là-bas. Nous étions un collectif d’étudiants – les soirées étudiantes – même si du point de vue de l’âge le niveau était plus élevé, que les livrets scolaire, qui après l’école sont immédiatement transféré dans l’enseignement supérieur. Lorsque nous nous réunissions tous ensemble, c’était vraiment bien. Et ainsi, sans le savoir vous êtes intégré et vous devenez un membre à part entière de la société, vous ne remarquez plus les bobos, qu’il vous manque un bras ou une jambe, que vous êtes invalide. Vous ne remarquez plus tout ça. Vous vous retrouvez parmi eux, ils ne vous embêtent pas avec leurs questions, exactement de la même manière vous ne les embêtez pas non plus avec les vôtres. Même si bien entendu beaucoup étaient au courant. Plus tôt, je le répète, lorsque je suis arrivé ici, j’avais un fort penchant pour l’alcool, je buvais vraiment beaucoup…Pendant un an je buvais impudemment. Ma mère essayait de me tirer de là tant bien que mal, elle me disait : « Sergueï, arrête, ta santé n’est pas bonne, tu souhaites que cela empire ? » Vous vous sentez complètement rejeté, abandonné à votre propre sort. Vous n’êtes plus utile à personne, vous êtes semblable aux détritus…

ESK – Et comment avez-vous cessez de boire ?

Sergueï : Eh bien, probablement, cela m’a aidé : tout d’abord je me suis passionné pour ce sport – de voitures – cela me maintenait en forme, c’était fascinant. Je pouvais conduire sur la glace, et lorsque les pneus étaient lisses, c’était tellement excitant. C’était passionnant. Mais dans un sens, cette adrénaline, n’était pas suffisante, peut-être. Elle était toujours présente, mais en plus petite quantité. Comprenez, que le lendemain au travail, elle nous nourrissait. Ensuite, lorsque j’ai vécu chez Iouri Ivanovitch, précisément six mois et qu’il m’a inscrit à l’Académie : « Allez, va étudier ! » Mais j’étais contre, mes bras et mes jambes étaient contre, mais il a fortement insisté, et pour cela je lui en suis profondément reconnaissant. Cet homme avait compris et savait que si on ne mettait pas la personne sur une bonne voie, alors celle-ci perdrait pied et se transformerait en un homme de rien. Il en est de même pour Maxime : après que Slabodianik fut arrêté, je me suis trouvé un autre travail. J’étudiais toujours, et j’appréhendais les choses différemment, je me rendais compte que j’avais besoin de gravir les échelons. Ce fut dur pour Max. Il vient tout juste de réaliser qu’il doit faire sans arrêt la même chose, vendre, livrer, vendre… Il a commencé à boire, à boire beaucoup. Et, exactement, un an et demi après il a été emporté… Lorsqu’on lui fit une autopsie, le médecin déclara : « C’est terrible, on dirait que cette personne était à la fin de sa vie». Tous ses organes internes, le foie, les poumons, le cœur étaient ravagés. Il a commencé à boire, et il fumait vraiment beaucoup. Il était complètement perdu.

ESK – Et au sujet des cauchemars ?

Sergueï : Je rêvais oui, mais j’avais peur. Au début, je m’asseyais près de la fenêtre pour fumer.

ESK – De quoi aviez-vous peur ?

Sergueï : Je l’ignore… Mais vous savez comme les bombardements avaient lieu la nuit, le jour la situation était plus ou moins calme, même s’il y avait quand même des affrontements. Mais la nuit était particulièrement dangereuse. C’est pourquoi, pour moi, la nuit est toujours difficile, je m’asseyais près de la fenêtre et je fumais deux paquets de cigarettes par nuit. Et lorsque le jour commençais à peine à se lever, vers cinq heures du matin, eh bien j’allais me coucher. Ça se passait ainsi.

ESK – Et maintenant cela est totalement terminé ?

Sergueï : Oui, maintenant tout ça est fini. Cela fait très longtemps que je ne fais plus de rêves de la sorte. Mais cet état a duré pendant très longtemps. Cela a duré presque dix ans. Oui dix ans exactement. Même lorsque j’étudiais à l’Académie, je repensais très souvent à la Tchétchénie. Au feu, au sang… Vous comprenez, je n’avais jamais rien vu de tel. Je me suis retrouvé dans un environnement hostile. Notre brigade a été dévastée en deux jours et demi, exactement soixante heures. Vous savez, c’est l’hiver, la boue, mêlé aux obus, les tanks à chenilles, des débris de corps humains, des têtes, des bras, des jambes ensanglantés…Et la nuit quand tout cela est en train de brûler, la maison qui se trouve juste en face à cinquante mètres, flambe simplement, et la lumière jaillit comme en pleine journée. Et à travers tout ça tu rampes, juste parce que tu dois ramper. Tout ceci vient plus d’une fois à la mémoire, j’étais plongé dans ces souvenirs. Chez chaque homme, il y a des souvenirs mais ceux-là je ne pourrai jamais les oublier. Il est évident, que je ne pourrai jamais effacer la guerre de ma mémoire, je m’en souviendrai jusqu’à la fin de mes jours. Un jour, Iouri Ivanovitch m’a dit : « Sergueï, je comprends parfaitement ce que tu ressens, mais tu dois t’efforcer à oublier. Il est temps de se prendre la tête à deux mains. Tu ne pourras jamais l’oublier, mais il ne faut pas te le remettre en mémoire. » Et, en effet, j’y pensais de moins en moins. Vous savez, auparavant avec Vassili nous parlions en permanence de l’Afghanistan. Je l’ai connu pendant longtemps. Et depuis cinq ans, lorsque nous nous rencontrons nous ne parlons plus du tout, ni de l’Afghanistan, ni de la Tchétchénie. Une seule chose, lorsque apparaît furtivement quelque chose dans le bulletin d’informations – un kamikaze a été arrêté, quelqu’un a été capturé, un commandant de terrain a été arrêté – je me représentais approximativement, où ils étaient… Vassili me disait souvent que les souvenirs sont si profonds, qu’il ne vaut mieux pas se replonger dedans. Les souvenirs profonds vous tâchez de ne pas les raviver, pour ne pas vous faire encore plus de mal.

« Allez vous faire foutre avec votre psychologie ! »

ESK – Avez-vous ressenti le besoin de vous adresser à un psychologue ?

Sergueï : [Rires]

ESK – A l’hôpital, un psychologue est venu vous voir ? On vous a proposé d’en rencontrer un ?

Sergueï : Vous savez, mon opinion est foncièrement personnelle, que peut bien vous apporter un psychologue ? Les instituts de médecine, vous font croire que l’institut de psychologie aide vraiment à nous décharger de tous nos problèmes etc. Mais, vous savez, nous avons vécu sous l’Union soviétique, et nous avons toujours fait face nous-mêmes devant nos problèmes. Nous sommes un pays d’esclaves dans l’ensemble. Bien que nous ne soyons considérés pas comme tels, évidemment. Nous sommes considérés comme les gens les plus heureux. Et que m’a apporté le psychologue ? Il est venu me voir – après la guerre – il a ouvert des livres sur lesquels figuraient des cercles, des étoiles…Je l’ai regardé avec une telle expression sur mon visage, vous savez, si vous n’étiez pas une femme, je pourrais vous traduire la même expression : « Tu me prends pour un imbécile pour me poser des questions pareilles ?! Tu me prends pour qui ? Fais demi-tour et casses-toi. »

ESK – Cela signifie que quelqu’un est bien venu vous voir ?

Sergueï : Oui, un homme est venu me voir, probablement pour m’aider. Mais puisque nous ne connaissions pas cette institution qu’est la psychologie…encore plus ceux qui ont fait la guerre… « Tu me proposes de venir pleurer dans ton gilet ? Qu’attends-tu de moi ? Que veux-tu me montrer ? » Voici les rapports que j’entretenais avec ce psychologue. Nous préférons rester éloignés de ces personnes, pardonnez-moi ce qui va suivre mais : « Allez vous faire foutre avec votre psychologie ! » Vous le considérez peut-être comme un médecin, qu’il faut vous asseoir et l’écouter attentivement, car il donne de bons conseils.

ESK – Ce n’est pas un médecin.

Sergueï : Mais de toute façon cela m’est bien égal, un institut médical, soi-disant. La Russie est un pays différent, où tout est tendu comme un fil, une corde, un câble. Ce sont les citoyens riches qui peuvent se permettre ce genre de choses, mais l’homme simple que diable a-t-il à faire de la psychologie ? Il a ses enfants à nourrir et il n’a pas d’argent, que dalle…

Le dénuement des associations de vétérans

ESK – Avez-vous déjà eu recours à des organisations d’anciens combattants ?

Sergueï : Oui, j’y ai eu recours en effet. J’ai même fait partie d’une de ces organisations. Mais ils n’ont rien pu m’apporter de probant, ils n’ont pas pu m’aider.

ESK – C’était à quel moment ?

Sergueï : D’abord à Krasnogorsk j’ai tenté de rentrer dans une organisation d’anciens combattants. Il y avait un homme très bien dans cette organisation, mais j’ignore pour quelle raison, il a été licencié. Ou peut-être qu’il est parti de lui-même, je ne sais pas. C’était un honnête homme. De cette organisation je n’ai perçu pas la moindre aide financière, pas un seul kopeck. La seule chose, c’est que lorsque ces organisations venaient en visite chez Iouri Ivanovitch, elles apportaient quelques étrennes, quelques dons en argent. Voilà c’est tout. Et lorsque je m’adressais à une organisation, pas la moindre réaction, à une autre la même chose. Ensuite, Vassili Fedorkin me téléphona et me dit : « Sergueï, je me suis renseigné au sujet de ta requête, concernant un lopin de terre, – « si vous refusez de me donner un appartement, donnez-moi au moins un lopin de terre, je ne le mérite pas ? » – Je me suis adressé à l’association de vétérans Boevoe Bratstvo (Fraternité combattante). Il y a un de ces présidents là-bas… »  Il m’a donné le nom et le numéro de téléphone d’un responsable. Je l’ai appelé et je lui ai dit : « Je suis prêt à adhérer à l’association, je l’ai déjà fait une fois, mais s’il le faut je suis prêt à recommencer ». Le colonel m’a répondu : « Que voulez-vous ? » Moi : « Eh bien, je n’ai nulle part où vivre, et j’aimerais pouvoir remédier à cela. » Sa réponse se résume en ces quelques mots : « Pourquoi tu t’adresses ici ? Tu sais combien il y a d’invalides chez nous ? Nous aidons, nous travaillons, et toi… Tu sais qu’à Krasnogorsk il n’y a point de terre, nous ne pouvons t’être d’aucune aide. Nous travaillons ici pour un salaire misérable. » Je lui dis : « Je suis prêt à travailler, laissez-moi une chance, je vous aiderai. » « En quoi pourrais-tu nous aider ici ? Tu comprends, nous avons besoin de combattants qui sont prêts à se battre bénévolement. Et tu arrives comme ça. Que pourrions-nous bien te donner ? Nous n’avons rien. Et pourquoi tu n’ouvres pas toi-même ton affaire. Va sur internet, trouve tes statuts et donne des coups de marteau » Vous imaginez, ce sont les paroles d’un homme engagé dans, soi-disant, des activités de bienfaisance. Bien sûr, je comprends, tu es colonel, tu touches une pension de l’ordre de 35 000 – 40 000 roubles (870€ – 995€), et en plus de cela tu dois certainement avoir une compagnie de sécurité privée. Tu es assis et tu te donnes des coups de marteau… Mais, moi avec un enfant, deux enfants, comment je pourrais vivre en travaillant bénévolement? Tu te rends compte de ce que tu me proposes ? Redécouvrir la même chose et s’engager dans la même affaire ? Combien d’entre nous ont déjà divorcé ? Mes propos lui déplaisaient fortement : « Vous savez quoi soldat ! » Moi : « Il y a bien longtemps que je ne suis plus soldat, mais des officiers comme toi, je ne voudrais pas en avoir comme commandants. » Il m’a hurlé dessus comme un toqué et a raccroché le combiné. Le drapeau est entre tes mains !

« Pacha Mercedes »

ESK – Avez-vous eu des décorations militaires ?

Sergueï : Oui.

ESK – Lesquelles ?

Sergueï : La médaille du Courage.

ESK – Quand l’avez-vous reçu ?

Sergueï : On me l’a remise en mars 1995. Par le vice-ministre de la Défense de Pavel Gratchev, dont je ne me rappelle plus le nom. Pavel Gratchev ne s’est pas déplacé lui-même. Voilà par qui nous sommes dirigés, il a été dénoncé et abandonné de tous…Il y avait un article sur lui : « Pacha Mercedes », vous vous souvenez ? Il aimait beaucoup les voitures, en particulier les « Mercedes ». Pendant que le pays meurt de faim, nos bureaucrates roulent en « Mercedes ». Il aimait exclusivement ce modèle de voitures et il en avait un tas. C’est pourquoi a été publié un article ayant pour titre : « Pacha Mercedes », Pavel Gratchev. Eh bien nos ministres vivent dans le luxe, évidemment cela n’est pas interdit. Mais je persiste à croire que l’honneur de certains est sauf. Cela m’a toujours stupéfiait de comparer de telles choses : au Japon, un instructeur d’aviation, à mon avis, une compagnie…Je ne me souviens plus exactement de l’histoire mais voici ce qui a résulté : l’avion pour un certain nombre de raisons s’est écrasé, et beaucoup de gens ont été tués dans le crash. L’instructeur s’est fait « seppuku ». Car il était responsable de ces gens. Vous comprenez ? Alors que Pavel Gratchev, à mon avis, il s’en fiche pas mal.

ESK – Vous voudriez qu’il fasse « seppuku » ?

Sergueï : Non, mais il ne devrait tout de même pas recevoir les honneurs. Lorsque vous occupez un tel poste, vous devez être bon, et répondre de vos actes et de vos paroles. Vous êtes d’abord un homme, et ensuite un bureaucrate. Chez nous, hélas c’est tout le contraire. Au moins, cela serait bien, s’il y avait un moment de lucidité dans le cerveau de nos bureaucrates, ils feraient eux-mêmes « seppuku ». Chez nous, la population est petite sur un tel territoire. Ce fut un vrai festin à l’époque de la peste, certains roulaient en « Mercedes » d’autres devaient se contenter de croûtes de pain.

« Le problème du logement, c’est mon problème numéro un »

ESK – Quels problèmes apparaissent, comme les plus importants, pour vous aujourd’hui ?

Sergueï : Le problème du logement, c’est mon problème numéro un. Vous savez je veux vivre aujourd’hui, je ne veux pas vivre dans un jour ou l’autre, ni demain, ni même après-demain et encore moins dans une autre vie. Ma femme est jeune, j’ai deux enfants, je dois faire quelque chose pour eux, je dois au moins faire en sorte qu’ils puissent vivre, si moi je n’y parviens pas.

ESK – Quand vous êtes-vous marié pour la première fois ?

Sergueï : C’était en 2002.

ESK – Et la deuxième fois ?

Sergueï : La deuxième fois, ma fille a un an et huit mois, donc il y a deux ans, en été. J’oublie… je ne retiens pas ces dates-là. J’ai d’autres préoccupations, d’autres ennuis. Mais je veux tout de même faire plaisir à ma femme, gagner de l’argent n’importe où… sachant qu’aujourd’hui ou demain, au jardin d’enfants, après à l’école, après dans l’enseignement supérieur… Nous devons quand même nous projeter dans l’avenir. Youri Ivanovitch [Nauman] est quelqu’un de brave, un homme clairvoyant, allemand – bien entendu russifié – un homme bon à l’esprit lucide. Lorsque le général Ermolov dit au Tsar Nicolas Ier… Nicolas lui avait demandé, le Tsar, notre père : « Que puis-je encore faire pour vous ? Le général Ermolov répondit au Tsar : « Vous savez, je crains que mon souhait serait irréalisable. » – « Quel est-il ? » – « M’élever au rang d’un allemand. » Autrefois nous avions des gouverneurs-généraux, des gouverneurs, des bureaucrates, qui en règle générale, étaient allemands. Et ils s’accomplissaient parfaitement leurs commandements, ceux qu’ils avaient reçus. Une fois que tout fut désorganisé, et que les russes les ont remplacés, tout fut imbibé… ».


[1] Système antiaérien mobile soviétique.

[2] La Maison Cheshire est l’unique maison de réhabilitation des soldats de guerres locales en Russie. Située à Moscou. Elle a été financée par Lord Cheshire, ancien pilote de la RAF, héros de la Seconde Guerre mondiale. Elle survie exclusivement grâce aux dons et aux soutiens philanthropiques.

[3] Il existe trois groupes d’invalidité en Russie.

[4] Anciens combattants russes en Afghanistan.

[5] Additif de 2002 à la loi « Sur les vétérans » de 1994.

[6] Anciens combattants russes en Tchétchénie.