Tag Archives: torture

New publication from team members : Chechnya at war and beyond

 

Edited by Anne Le Huérou, Aude Merlin, Amandine Regamey, Elisabeth Sieca-Kozlowski, Routledge – 2014 – 272 pages

 

 

The Russia-Chechen wars have had an extraordinarily destructive impact on the communities and on the trajectories of personal lives in the North Caucasus Republic of Chechnya. This book presents in-depth analysis of the Chechen conflicts and their consequences on Chechen society. It discusses the nature of the violence, examines the dramatic changes which have taken place in society, in the economy and in religion, and surveys current developments, including how the conflict is being remembered and how Chechnya is reconstructed and governed.

 

CONTENT
Introduction Anne Le Huérou, Aude Merlin, Amandine Regamey, Elisabeth Sieca-Kozlowski

Part 1: Traces of War: Between Remembrance and Erasing 1. Grozny as Before the War: Remembrance and Reconciliation in ‘Virtual’ and ‘Real’ Post-Soviet Communities Walter Sperling 2. Remembering and Forgetting in Chechnya Today: Using the Great Patriotic War to Create a New Historical Narrative Aude Merlin 3. Victims and Heroes: Commemorating the Russian Military Casualties in the Chechen Conflicts Natalya Danilova 4. Reconstruction in Chechnya, at the Intersection between Politics and the Economy Musa Basnukaev

Part 2: State and Non-State Rationales of Violence 5. State and Violence in Chechnya: 1997-1999 Ekaterina Sokirianskaya 6. Kidnapping and Hostage Taking between the Two Chechen Wars: 1997-1999 Mikhail Roshchin 7. Ramzan Kadyrov’s ‘Illiberal’ Peace in Chechnya John Russell 8. Between War Experience and Ordinary Police Rationales: State Violence against Civilians in Post-war Chechen Republic Anne Le Huérou 9. The North Caucasus Insurgency: Understanding the Chechen Rebels in the Context of the Caucasus Emirate Jean-François Ratelle

Part 3: The Impact of War on Chechen Society 10. Rereading Human Rights Reports: Material Violence in Chechnya: 1999-2001 Amandine Regamey 11. Sufism in Chechnya: Its Influence on Contemporary Society Mayrbek Vachagaev 12. Virtue Campaign for Women in Chechnya under Ramzan Kadyrov: Between War Backlash Effect and Desire for Total Control Tanya Lokshina 13. Chechen Refugees in Europe: How Three Generations of Women Settle in Exile Alice Szczepanikova

—————————————-

AUTHORS’ BIO

Anne Le Huérou is a Lecturer in Contemporary Russian and Post Soviet studies at Université Paris Ouest Nanterre and a Research Associate at the Institut des Sciences sociales du Politique and at the Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC), l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) Paris. France.

Aude Merlin is a Lecturer in Political Sciences at Université libre de Bruxelles and a member of CEVIPOL (Brussels, Belgium)

Amandine Regamey is a Lecturer in Russian Language at University Paris I Pantheon Sorbonne and a Research Associate at the Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC), l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, France.

Elisabeth Sieca-Kozlowski is Founder & Chief editor of The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies (http://pipss.org) and a Research Associate at the Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC), l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, France.

 

Journal Issue – Pipss.org – Police Brutality & Police Reform in Russia & the CIS – Nov. 2012

The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies, Pipss.revues.org – Issue 13 – Police Brutality & Police Reform in Russia & the CIS – http://pipss.revues.org/3813

Introduction, by Anne Le Huérou

 

Police Brutality & Police Reform in Russia and the CIS – Articles (5)

· Mark Galeotti, 
” Purges, Power and Purpose: Medvedev’s 2011 police reforms ”

· Boris Gladarev, 
” Russian Police before the 2010-2011 Reform: A Police Officer’s Perspective ”

· Yulia Chistyakova et Annette Robertson , 
”Youtube Cops and Power Without Limits : Understanding Police Violence in 21st Century Russia”

· Perrine Poupin, 
” « Démocratie dirigée » et manifestations protestataires de rue à Moscou : quelle partition joue la police ? [« Planned Democracy » and Street Protest Marches in Moscow : What Musical Score is Playing the Police?] ”

· Kornely Kakachia et Liam O’Shea, 
” Why does police reform appear to have been more successful in Georgia than in Kyrgyzstan or Russia? ”

Police Brutality & Police Reform in Russia and the CIS – Conversations (2)

· « […] Local police officers are accused of violence […] but case officers have an opportunity to commit acts of violence with impunity » – Interview with Ekaterina Khozhdaeva, Associate Professor in Sociology, Kazan ” – Interview conducted by Anne Le Huérou et Elisabeth Sieca-Kozlowski

· « Nowadays, the [Kyrgyz] Police force exhibits all signs of crisis of the system » – E-mail interview with Alexander Zelichenko, former colonel of the Kyrgyz Police, Director of the Central-Asian Drug Policy Center – Interview conducted by Anne Le Huérou et Elisabeth Sieca-Kozlowski


Police Brutality & Police Reform in Russia and the CIS – Document (1)

· Natalia Taubina, 
” Russie : la société civile et le système répressif avant le début officiel de la réforme [Russia : Civil Society and the Law Enforcement System Prior to the Official Initiation of the Reform] ”


 Police Brutality & Police Reform in Russia and the CIS – Bibliography

· ” E. Sieca-Kozlowski , A Suggested Bibliography


Police Brutality & Police Reform in Russia and the CIS – Book Reviews (5)

· 
P. Hagenloh, Stalin’s Police. Public order and mass repression in the USSR, 1926-1941 “, reviewed by F.-X. Nérard

· M. Galeotti (Ed.), The Politics of Security in Modern Russia “, reviewed by E. Bertrand

· B. Taylor, State Building in Putin’s Russia. Policing and Coercion after Communism, reviewed by G.Favarel-Garrigues

· Fond “Obshchestvennii verdict”, Reforma militsiia: otsenki i ozhidaniia grazhdan: resultaty sotsiologicheskikh issledovanii i kommentarii ekspertov , reviewed by A. Robertson

· V. Voronkov, B. Gladarev, L. Sagitova, Militsiia i etnicheskie migranty: praktiki vzaimodeistviia, reviewed by A. Regamey

 

Elisabeth Kozlowski
The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies

Call for paper – Chechnya: Rationales of Violence and War Experiences – Paris, 22-23 October 2012

 

Chechnya: rationales of violence and war experiences

Paris, 22-23 October 2012

 VERSION FRANCAISE / РУССКАЯ ВЕРСИЯ

 Since 1994, the Chechen war has been qualified in diverse ways by actors and observers – colonial war, counter-terrorist operation, restoration of constitutional order, war of extermination. This profusion – or perhaps confusion of qualifiers reveals a multitude of explanations for the causes, aims and consequences of the war, and often hints at the exceptionality of the conflict. The aim of this conference will be not only to sum up, renew and enrich existing research on the Chechen war, but also to put the phenomena of violence at work there in a comparative perspective that takes into account the renewal of the historiography of 20th century wars.

The Chechen war, which broke out in 1994 and began again in 1999 after a 3-year cease-fire, played a central role in Russia’s political evolution. Several studies (Tishkov, Hughes, Dunlop, Lieven, Evangelista) have shown how the Chechen war was linked with the collapse of the USSR and the reconfiguration of the political system and Russian federalism, but also the role played by that war in certain important Russian political events (Yeltsin’s re-election in 1996, his resignation in 1999 in favour of Prime Minister Putin, whose popularity was on the rise thanks to the war).

Although estimates of the number of victims of the first (1994-96) and second wars (since 1999) remain a subject of debate (Cherkassov, Maksudov), as do the periodisations of these wars, studies by NGOs suggest tens of thousands of deaths in the two wars. Since 1999, those missing number in the thousands – testimony to the repressive system put in place to “fight against terrorism”. The policy of systematic filtering of the population aimed particularly at men (Le Huérou, Regamey) was accompanied by numerous acts of violence (torture, rape, summary executions). The coming to power of Akhmad Kadyrov, succeeded on his death in May 2004 by his son Ramzan, meant a change in the rationales of violence and a “Chechenisation” of the conflict, which leads to the use of the notion of “civil war”.

At the present time, the violence taking place in the whole of North Caucasus is analysed as a combination of a spread of war violence from Chechnya and of rationales proper to the Republics of North Caucasus (Merlin). The question of the spread of rationales of war violence into the whole of Russian society is also raised, there being so many Russian soldiers and officers today having gone through Chechnya, but policemen especially (Le Huérou, Sieca-Kozlowski). Bombings and hostage-takings linked to the Chechen conflict also raise the issue of Moscow’s handling of terrorist acts (Dunlop).

Because Kadyrov was installed by Moscow in order for Chechnya to re-enter into Russia’s fold, his power paradoxically raises the question of the degree of autonomy of a Republic whose leader claims to govern while not adhering to Russian laws (on women’s rights in general), and Chechnya’s place in today’s Russia’s political game (Malashenko, Lokshina). Another important element in Moscow-Grozny relations is the memory of the deportation of Chechens in 1944, the aim of an official mobilisation policy by pro-Russian Chechen authorities. Lastly, even if relative and truncated, the policy of amnesty for combatants suggests an “end of war” policy in which the issue of justice is not broached at any moment whatsoever.

 

It is the whole of these tendencies and rationales of violence at work that the conference will re-examine, drawing on deeply renewed research in war studies done in the past twenty years from the perspective of history, political science, anthropology, international relations, philosophy and law. Occasionally borrowing from anthropology (Audoin-Rouzeau, Ingrao), recent historical research has built up the concept of the culture of war (Becker, Horne), studying the war experience of combatants (Duclos, Reno, Debos) and suggesting several explanations for war violence. Putting forward the notion of trivialisation and brutalisation (Mosse, Bartov), examining issues such as consent (Audouin-Rouzeau, Becker, Browning) or the extent of constraint (Rousseau, Cazals), they also emphasize specific acts of violence, particularly torture and sexual violence (Branche, Virgili). Other research points to a need to pay particular attention to post-war moments (Cabanes, Capdevilia, Duclos, Jardin, Picketty), to the situation of former combatants (Delaporte, Edele, Prost, Oushakine) and to forms of transitional justice (Saada, Lefranc, Nadeau, Delpla, Rousso). Finally, we will address questions such as how conflicts fit into an international dimension and discuss the role of international actors and issues of labelling and qualifying a conflict (Lindemann).

 

Our objective in this conference – which will mainly focus on the history of Chechnya since the end of the Soviet period and the collapse of the USSR – is therefore not only to examine political, economic and social trends having marked the Republic, but to reflect on conditions determining the production of knowledge on this war from a comparative perspective, thanks to specialists on other conflicts who will participate as discussants.

We will be interested in the most relevant tools, methods, questionings for furthering understanding and analysis of this conflict, and will pay particular attention to the various existing sources, to the way they are used by different actors, as well as historians. We will pay attention to a precise chronology of the last twenty years, attempting to replace events in the context of the era, so as to avoid any anachronism or temptation to re-interpret the past in light of the present. Finally, though many research works emphasize the consequences of the conflict on how Russia has evolved, we will emphasize the consequences of this conflict on Chechnya and Chechen society.

 

The questions we wish to address can be grouped under four main themes:

How to work on this war?

This question, unavoidable for a conflict as contemporary as that of Chechnya, is in fact a dual one. As an ethical and political question, it is of importance today for all researchers in the domain of extreme violence (Sémelin, Zawadzki, Le Pape, Siméant, Vidal). If it is necessary that we discuss this war, which took place right in front of us, is it possible to produce knowledge which is purely academic and involves neither taking a stand nor action? How can we work without endangering, worsening the condition of persons who are the object of extreme acts of violence, at the very time when these acts of violence are taking place?

Then there is the question of sources. The war in post-Soviet Chechnya began less than twenty years ago, and has given rise to a profusion of journalistic sources, humanitarian or human rights NGO reports, testimonies gathered by the latter which are extremely valuable sources (Lokshina, Sokirianskaia); numerous actors and witnesses can be questioned. At the same time, Chechnya was and has to a great extent remained inaccessible: in addition to the dangers inherent in any armed conflict were those of the chaotic period between the two wars marked by hostage-taking and assassinations, besides the entry prohibitions put in place by the Russian authorities as of 1999. Still today, Chechnya remains a dangerous region where the foreign visitor or researcher is under strict control. In this context, what do existing sources tell us and what sources are used by and are usable by researchers?

Political rationales of violence

Our aim here is to analyse acts of violence committed against civilians as well as their perpetrators, from the point of view of the military and police rationales at work in the conflict. In this case, two problems arise– the qualification and labelling of the conflict (war, anti-terrorism) and the consequences of this naming on the war terrain; what relationship is there between the naming of the enemy by the political power and the practice of acts of violence on the terrain?  Are there borrowings of anti-terrorist practices from other countries, as well as from Soviet counter-insurrection practices? In what way does the conduct of the war reflect the situation in the military, but also, in what way does it bring about reforms and reorganisations? How to evaluate the role played by R. Kadyrov’s armed forces in this violence? What are the relations between the boeviki, independentist and/or Islamist combatants and the civilian population? How to analyse the recourse to terrorism and its evolution during the war years? From the legal perspective, what links are there between the various stages of the conflict (jus ad bellum/ in bello/ post bellum) that enable us to speak of its breaking out, taking place, and of issues of after-war justice/reconciliation. Finally, how to record the Chechen war in the long history of wars and characterise it with the tools of “war studies”? Is the distinction between “old” and “new” war (Kaldor) operational in the case of this conflict?

War experiences and socio-cultural consequences of the war

We would like to examine the existing sources, testimonies, memoires, narrations and fictions to try to understand what was lived by those who went through the war. First of all by the civilian populations, whether they remained in Chechnya or fled the conflict. Whereas the Russian population living in Chechnya-Ingushetia during the Soviet era left the territory gradually, beginning in 1991, what were the effects of the war on Chechen society, and on the different peoples/persons living in Chechnya before the war? What were the economic consequences and issues brought on by the war? How to analyse the evolution of religion and religious practice, as well as the political mobilisations of religion? How did social cohesion evolve in its various forms and what role in these upheavals is played by the teïp, traditional organisation in clans (Sokiranskaia)? What specific forms of violence were women exposed to, how did their role evolve and, more generally, how did gender relations evolve during the war? Can we speak of a “re-traditionalisation” today, and if so, how can it be explained? What about the formation of a diaspora and of Chechen communities in exile, what type of social links connect those who left – and sometimes returned to Chechnya?

We will also examine the war experience of combatants, particularly in terms of “war trauma”, but also in the translation of these reactions into resistance and disobedience movements. How the rationales of violence proper to police and military institutions play themselves out on the terrain, and how, inversely, violence and the war experience influence the behaviour of policemen and the military once back in Russia, outside of Chechnya.

Phases of “non-war” and ends-of-war

Contrary to the temptation to see the history of Russian-Chechen relations only structured by war and confrontation, we will also examine times of “non war”. First of all, the years between 1970-1980, a peaceful period, though not without tensions which remains to be re-explored. Second, the events of the beginning of the 1990s, after the fall of the USSR, the nature of the political relations between Moscow and Grozny and the modalities of negotiations or non-negotiations, as well as the role of the various actors involved. Finally, how to qualify the period between 1996-1999 (“interwar”, “end-of-war”) and the present period?

For all these periods, we will ask what legal relations were set up between Grozny and Moscow, how the status of Chechnya evolved and how the issue of recognition intervened in the process. What were the forms of political management of Chechnya by Moscow and what forms of government in Chechnya itself were given priority? How is Chechnya managed by Moscow from the viewpoint of the whole North Caucasus? How to analyse relations between Chechen and Russian elites, whether before and during the wars, and today, under Ramzan Kadyrov? How were economic relations with Moscow and the rest of Russia established, how did Chechnya fit into the networks and what role did it play in the circulation of various flows – economic and financial, legal and illegal? Finally, we will ask how, during these 20 years, issues of justice and impunity were addressed, in particular, the importance of internal justice mechanisms in comparison with the possibilities and limits of international justice; notably in the absence of Russia’s ratification of the Rome statute founding the CPI.

 

The inter-disciplinary conference is open to the contributions of historians, sociologists, researchers in political science and international relations, cultural studies, literature and the cinema, as well as specialists in military questions. Although the conference will focus mainly on Chechnya since the fall of the USSR, contributions on earlier periods are also welcome, as are proposals involving a comparison between the Chechen case and other conflicts.

 

Schedule

Persons wishing to participate should send to chechnyaviolence@gmail.com a résumé of 300 to500 words along with a short biographical note (no CV) for May 4th 2012.

Participants accepted will be informed by June 1st 2012.

Participants will be requested to provide an abstract of approximately 5-7 pages (3000-5000 words) for September 15th 2012.

Working languages: French, English, Russian (presentations are possible in these three languages, French-Russian and Russian-French translation only will be available).

Information: http://russiaviolence.hypotheses.org, chechnyaviolence@gmail.com

 

This conference is organised by the research project Understanding Violence in Russia: War, Institutions, Society thanks to the support of the “Emergence(s)” Programme of the City Hall of Paris.

Organising Institutions: Centre d’étude des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC) (CNRS/EHESS); Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris; The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies (PIPSS.ORG); Université Libre de Bruxelles-; Centre d’études franco-russe, Moscow.

Scientific Committee Alain Blum (CERCEC (EHESS/CNRS)), Raphaëlle Branche (University Paris-1, CHS, IUF), Marielle Debos (University Paris Ouest, ISP), Jean-Vincent Holeindre (Panthéon-Assas University (Paris 2), Centre Raymond-Aron (EHESS)), Mary Kaldor (London School of Economics), Julie Saada (Artois University), Aglaya Snetkova (Centre for Security Studies, ETH, Zurich), Katia Sokirianskaia (International Crisis Group, Moscow), Maïrbek Vachagaev (Association for Caucasian Studies, Paris), Vanessa Voisin (CEFR-IRICE)

Memorial Announces Release of New Book on Enforced Disappearances in Chechnya

On February 13th, Human Rights Center Memorial will hold a press conference to present its new book on enforced disappearances in Chechnya between 1999 and 2000.

venue : Memorial Society, Maly Karetny pereulok d5/10

Participants :

Oleg Orlov — director of the human Rights center Memorial

Ekaterina Sokirjanskaja — director for the North Caucasus, International Crisis Group.

Rukijat Hadzhieva —  “Memorial” HR center

Aslan Hadziev — “Memorial” HR center

Aleksandr Cherkasov,”Memorial” HR center

 

 

Seminar on Violence in Russian Prisons – Report & Recordings on Line

On September 28, 2010 took place at the EHESS in Paris a seminar dedicated to Violence in Russian Prisons. You will find below a report of the seminar (in French).

Listen to the Audio files of the conference:

S. Gannushkina

L. Alpern

A. Babouchkine

Listen to radio programs broadcasted after the seminar

See also our bibliography on Russian penitentiary system http://russiaviolence.hypotheses.org/bibliographies/prisons-and-penitentiary-reform-in-russia

Organisée par l’équipe du projet « Comprendre les violences en Russie : guerres, système politique, trajectoires sociales », et doublée d’une conférence publique à la mairie du 1er arrondissement de Lyon le lendemain, la journée d’études sur les violence carcérales en Russie a rassemblé le 28 septembre 2010 un public nombreux et diversifié dans les locaux de la FMSH à Paris : chercheurs et praticiens, spécialistes ou non de la Russie, intéressés par la thématique pénitentiaire (ONG, CICR, étudiants et doctorants, journalistes…).

L’invitation croisée d’experts russes des prisons et de chercheurs français spécialistes de cette thématique a considérablement enrichi les discussions de ce séminaire et la traduction simultanée a permis l’ouverture aux non russisants.

L’introduction de la journée a situé l’initiative dans le contexte du projet « comprendre les violences en Russie… », ainsi que de la mobilisation à Lyon autour du cas d’Alexeï Sokolov, fondateur d’une organisation de défense des droits des prisonniers dans l’Oural, arrêté en 2009 et condamné en 2010 à une peine de prison ferme (A. Le Huérou et I. Tcherneva).

Ensuite, Gilles Favarel-Garrigues, chercheur au CNRS (CERI/FNSP) et spécialiste des politiques pénales en Russie a retracé l’historique des politiques pénitentiaires depuis la fin de la période soviétique, montrant comment le « problème des prisons » avait émergé pendant la perestroïka, notamment sous l’impulsion d’anciens dissidents comme V. Abramkine. Il a souligné également le caractère parcellaire des recherches effectuées sur la question pénitentiaire, un domaine difficile d’accès. Les caractéristiques de la population carcérale, les différents groupes, une analyse fine des types d’infractions jugées et aboutissant à des peines de prisons, sont encore largement méconnus, en regard d’autres pays où ces éléments font l’objet de recherches diverses depuis très longtemps. Il est donc difficile de procéder autrement qu’un portrait de la politique pénitentiaire « par le haut ». Cependant le potentiel d’innovation locale peut et doit être pris en compte pour apprécier les acteurs et les vecteurs de changement.

A signaler un numéro comparatif sur prisons et changement démocratique paru en 2002 dans la revue Critique internationale : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=CRII_016_0118

Premier intervenant venu de Russie, Andrey Babouchkine, président de l’ONG Comité pour les droits civiques, membre du Conseil d’experts pour les droits de l’Homme et de la Commission consultative près le MVD, a rappelé tout d’abord les grandes étapes de l’histoire du système pénitentiaire en Russie. Entre le début du XIXè siècle et 1925, on peut parler de période de sortie de la violence car en effet on supprime à ce moment là certains châtiments et le système d’application des peines connaît une véritable humanisation. En 1925, on comptait moins de 200 000 détenus dans les prisons soviétiques. à partir de 1925, la politique change et par exemple la responsabilité pénale est abaissée à 12 ans, les enfants de cet âge étant passible de peine de mort. La torture est légalisée, et l’on voit à la fin des années 20 des cas où les directeurs de prison sont renvoyés pour avoir mal et pa assez battu les prisonniers. Ensuite, la création du GOuLAG devient le synonyme de l’arbitraire pénitentiaire. Dans les années 1990, on assiste à une nouvelle tentative de sortie de la violence : on interdit au personnel de porter des armes à l’intérieur des prisons ; en 1993, une loi limite fortement l’utilisation des moyens spéciaux (menottes, matraques…) ; le personnel est formé au respect des Conventions internationales y compris la Convention contre la torture ; les ONG commencent à visiter massivement les lieux de détention. A la fin de la décennie, cette tentative d’abaissement du seuil de violence a été stoppée.

A. Babouchkine a ensuite présenté les principales catégories de lieux de détention existant en Russie :

  • l’IVS, centre de détention provisoire, dans les locaux de la police, d’où sortent libres 70% des personnes qui y sont détenues pendant un maximum de 10 jours, les 30 restants étant transférés en SIZO (Centre de détention préventive)
  • Centre de détention spéciale pour personnes qui font l’objet d’une peine administrative, également sous la responsabilité du MVD. Détention maximale 30 jours.
  • Centre éducatifs spéciaux pour enfants délinquants. Peine jusqu’à 3 ans en principe mais peuvent y rester d’11 à 18 ans. établissements sous la responsabilité
  • Centre de détention des adolescents ayant commis des délits, jusqu’à 30 jours et sous la responsabilité du MVD
  • SIZO, centre de détention préventive. 250 en Russie, sous la responsabilité du service fédéral d’application des peines. Pendant l’enquête et jusqu’au procès. Au nombre de 250 et placés sous la tutelle du FSIN (service d’exécution des peines, ministère de la Justice), ils ne sont pas soumis à une limitation de durée et si les prévenus y passent 6 mois en moyenne, on peut rencontrer des cas de détention jusqu’à 5 ans.
  • Les établissements où l’on purge une peine après le jugement sont des colonies, de plusieurs régimes de sévérité : spécial ; sévère ; ordinaire ; colonies de résidence en semi liberté). Un des éléments de différenciation entre les régimes est le régime de sécurité. Il existe aussi des colonies pour mineurs, ainsi que des hôpitaux psychiatriques pénitentiaires où la situation est particulièrement terrible, car indépendemment de la gravité du crime commis on peut sur décision du tribunal y être incarcéré à vie.

Le terme générique de Tiurma (prison) devrait en réalité n’être utilisé que pour un petit nombre d’établissements de type carcéral, au nombre de 7, dans lesquels sont enfermés des détenus en début de peine ou bien ceux qui font preuve d’un comportement répréhensible et sont alors soumis à ce régime de cellule très sévère au regard des droits des détenus.

Violence en prison : il faut distinguer entre les tortures, violence délibérée subie par 10% de détenus, et les mauvais traitements que subissent environ 50% des détenus. Les types de violence dépendent en partie du type d’établissement et on peut en relever 5 principaux :

  • en IVS et SIZO, les mauvais traitements sont très répandus lors des phases d’instruction aux fins d’obtenir des aveux.
  • Ensuite, certaines formes de privation peuvent constituer des violences, comme des rations alimentaires prévues par la législation et pourtant inférieures aux normes (point qui a aujourd’hui été amélioré). L’éloignement des détenus de leur famille constituent une autre source de mauvais traitement à la fois pour le confort matériel (il es très difficile de vivre en prison sans colis de la famille) et affectif (20% des détenus sont dans des lieux où la famille ne peut pas se rendre).

On constate une tendance certaine du FSIN à la propagande vis-à-vis de l’opinion publique. Dans certaines prisons réputées calmes, des détenus se sont suicidés en indiquant clairement que leur geste était motivé par la violence qui régnait dans l’établissement et les violences et notamment celle des Vory v Zakone. La concurrence et les rivalités entre les différents services opérationnels qui ressort des enquêtes menées par leur association est un autre facteur de violence.

Enfin, parmi les « facteurs aggravants » constatés ces dernières années en Russie, il faut mentionner la liquidation de facto du service des Grâces et des amnisties après le changement du Code pénal de 2003. Le chiffre est tombé de 7000 à 100 personnes graciées par an.

Cependant, on constate aussi des progrès grâce notamment à des possibilités accrues de monitoring et de contrôle : la loi sur les commissions publiques de contrôle est enfin passée en 2008 après 13 ans d’élaboration, elle permet à des experts choisis pour deux ans de venir inspecter n’importe quel lieu de détention, en ne  prévenant que quelques minutes à l’avance ;  de même les organes de contrôle de la procurature et les commissions d’experts auprès du FSIN sont des dispositifs importants.

Liudmilla Alpern, vice-directrice du Centre pour la réforme des institutions pénales et responsable des programmes concernant les femmes en prison, est intervenue en revenant tout d’abord sur la liquidation du système de libération conditionnelle, qui a pourtant bien fonctionné pendant longtemps. A Orel plus de 200 personnes étaient ainsi libérés par an, on est passé à 7. Et encore, les libérations interviennent seulement quelques mois avant le terme prévu pour plus de 80% des détenus. En fait ce mécanisme de la procédure pénale ne fonctionne plus.

70 000 femmes actuellement en prison, un chiffre supérieur aux pires heures de l’incarcération massive : à la fin des années 90 lorsqu’il y avait 1 million de prisonniers en Russie, on comptait 50 000 femmes… 25% de sureffectifs dans les prisons de femmes. La liquidation des libérations conditionnelles conduit à une surpopulation carcérale car le gens ne sortent plus… alors qu’on constate peut être une diminution à l’entrée du nombre d’incarcérations.

L. Alpern a ensuite apporté une opinion beaucoup plus critique que le précédent orateur sur les nouvelles commissions d’observation des lieux de détention, qui font selon elle trop de place aux organisations ‘maisons’, les fameuses « GONGOs », loyales vis-à-vis du pouvoir, de la société civile, notamment en province. Cette institution est pour l’instant une imitation, à l’exception de Moscou et de quelques régions comme Perm ou Nijni-Novgorod. Certaines régions sont totalement abandonnées, notamment dans des régions.

A propos du passage de la « colonie » à la prison, L Alpern s’interroge sur le bien fondé de la critique du système carcéral et réaffirme son jugement extrêmement négatif sur le système de la colonie pénitentiaire en vigueur, trop souvent selon elle loué pour le fait qu’on peut y vivre plus ou moins normalement. Elle exprime un certain espoir que la sortie de ce système puisse permettre de sortir de la violence inhérente à l’organisation en caste qui règne dans le système actuel et que parfois les défenseurs des droits de l’Homme auraient tendance à un peu oublier. Le système est réellement organisé en strates extrêmement différenciés avec des termes humiliants pour les castes les plus « basses », notamment celles dont les membres sont transformés en esclaves sexuels et totalement ostracisés par les autres détenus. L’administration pénitentiaire joue totalement de ces divisions entre les différentes « castes ». Ce traumatisme s’observe encore chez des hommes qui ont séjourné en prison pendant la période soviétique, y compris de milieux intellectuels. C’est pour cette raison que le système pénitentiaire doit être réformé en profondeur, au risque sinon étant donné le taux d’incarcération d’avoir une société masculine de personnes qui seront à vie marquées par ce système.

Le problème de fond du système carcéral russe selon L. Alpern, est qu’il n’est jamais passé au système moderne de la prison tel qu’on le connaît en France depuis le XIXe siècle, c’est une imitation… notamment parce que la notion de peine individuelle n’est pas prise en compte.

L. Alpern a ensuite évoqué son expérience du système pénitentiaire russe via les prisons de femmes et des nombreuses enquêtes qu’elle a pu mener notamment avec l’aide d’ONG internationales et grâce à l’entrée de la Russie dans le Conseil de l’Europe en 1996, qui avait élargi les possibilités de travail et d’enquête en prison à la fin des années 1990. Cette expérience lui a permis de constater et de faire connaitre la condition féminine en prison, depuis le manque d’articles d’hygiène jusqu’à la séparation terrible entre les mères et leurs enfants (sauf en préventive) lorsqu’elles ont accouché en prison : les mères peuvent voir leurs enfants 1heure par  jour et ne peuvent pas participer à leur éducation. Les enfants sont dans des internats, corrects d’un point de vue matériel mais les conséquences sont terribles pour les mères et la relation avec leur enfant. L Alpern a pu observer également la transformation qui s’opère chez les femmes après leur passage en prison. Elle donne l’exemple d’une femme qui avait tué son compagnon après un premier séjour en prison. Elle reconnaissait qu’avant ce séjour elle considérait comme normal d’être maltraité et que la prison lui avait opéré une prise de conscience… Un sentiment de dignité et d’amour propre peut ainsi apparaitre chez les femmes par l’expérience pénitentiaire, expérience qui peut ensuite les conduire à tuer, sans trouver d’autres moyens que la violence de réaliser ce sentiment.

Le thème des détenus tchétchènes était la matière principale de l’intervention de Sveltana Gannushkina (voir son texte en français). Non spécialiste de la question pénitentiaire, elle en est venue à s’y intéresser en se rendant compte qu’elle était appelée plusieurs fois par semaine pour des problèmes concernant les conditions de vie des Tchétchènes en prison, même si bien sur, ils sont loin

d’être les seuls parmi les minorités à subir la discrimination en prison. Elle a insisté d’emblée sur le fait que la violence et la torture n’étaient pas des excès du système mais en faisaient intrinsèquement partie. La situation des Tchétchènes est aggravée par rapport à celle des autres prisonniers pour plusieurs raisons, tant matérielles (éloignement des lieux de détention) que tenant à la situation de guerre et/ou de grande violence permanente qui caractérise la région depuis 15 ans. Très souvent, les gardiens, mais aussi d’autres détenus sont passés par des périodes de combats en Tchétchénie et en ont rapporté des traumatismes. La présence de prisonniers tchétchènes est une occasion de reproduire la violence de guerre dans le cadre de la prison, les uns et les autres s’alliant le cas échéant. Lorsque des Tchétchènes arrivent dans un lieu de détention, ils sont immédiatement l’objet de suspicion de la part des représentants des forces de l’ordre. L’extorsion d’aveux sous la torture est considérée non seulement comme une preuve, mais comme une norme.

Quand on lit les récits « on a l’impression de lire du Chalamov [1]». Ces violences font partie de ce que l’on peut appeler la « tchétchénisation » de la Russie, car en effet on ne peut imaginer longtemps un pays où l’on vit l’enfer dans une partie du territoire et normalement dans le reste… de plus en plus souvent, ces opérations d’arrestation/enlèvements illégales, où la torture est pratiquée avant que l’on ne passe à une phase légale de procédure, sont aussi pratiqués dans le reste de la Russie (voir aussi pour cette question un rapport récent de Memorial dont le résumé se trouve sur notre site.

Svetlana Gannushkina a également évoqué les possibilités d’action dont elle disposait pour parvenir, parfois, à faire cesser les violences contre les détenus ou améliorer les conditions de détention en jouant auprès de l’administration pénitentiaire locale la carte d’une personnalité autorisée par les plus hautes instances du pouvoir à intervenir. Mais seule une assistance ponctuelle et ciblée envers certaines personnes est possible et encore pas toujours. Les associations sont très peu nombreuses à intervenir et il est important de comprendre qu’il ne leur est pas possible de changer radicalement la situation sur le fond.

Discussion

La parole a ensuite été donnée aux trois discutants, spécialistes de l’univers carcérale en France. Gilles Chantraine, sociologue au CLERSE (CNRS) a d’abord souligné que pour tenter une comparaison entre les situations russe et française, il faudrait prendre en compte les politiques pénales, indissociables d’une analyse des violences pénitentiaires. Trois éléments l’ont particulièrement frappé concernant la Russie :

  • La différence considérable entre les taux de détention entre les deux pays. Avec un taux de détention de 600 pour 100 000 hab. en Russie contre 100/110 en France, on voit que les taux sont 6 fois supérieurs. L’usage quantitatif de la prison amène aussi un usage socio-historique différent. De ce point de vue il serait plus facile sans doute de mener la comparaison avec la politique pénitientiaire américaine. On peut citer comme parallèle le « passage » entre la guerre et la prison, puisqu’on sait que dans le cas des scandales d’Abou raib par exemple, les soldats étaient souvent d’anciens gardiens de prison, mais aussi le contexte géographique des prisons avec dans les deux cas des lieux très nombreux dans des vastes régions peu habitées (on pourrait se pencher sur la place de ces complexes pénitentiaires dans l’économie de la région…).
  • Une différence très importante à souligner du point de vue de la violence, aussi bien dans le degré, la nature, le caractère organisé, concerté. A cet égard les violences infligées aux Tchétchènes en prison sont très très parlantes d’une violence érigée comme norme. S’il y a beaucoup de violence dans les prisons françaises, la différence réside dans le fait qu’elles font scandale, qu’elles sont considérées comme une « antinorme » et identifiées comme un problème social. Il faudrait sur ce thème repartir des travaux d’A. Chauvenet sur la violence dans les prisons françaises et repartir des différents types de violence, physique, psychique, mais aussi la violence pénale (longueur des peines qui accroit le désarroi…).
  • Troisième différence notable, la constitution des savoirs. On voit qu’en Russie, il n’y a pas de sociologie de la prison. Il faudrait comprendre mieux pourquoi il n’y a pas de champ de recherche constitué. S’agit-il d’un blocage politique qui empêche des chercheurs désireux de passe la porte de la prison ? ou bien d’une question plus historique d’absence dans ce domaine ? En France la recherche sur la prison est très vivace avec a une démultiplication des objets théoriques, la possibilité d’y étudier comme dans n’importe quelle institution les rapports sociaux de sexe, les usages sociaux du droit etc…

Egalement éclairant, le débat sur la place de la société civile et des diverses organisations, indépendantes ou « GONGOs »[2].

Si l’on veut évoquer des points de convergence entre les situations russe et française on peut pour Gilles Chantraine évoquer la manière dont l’institution pénitentiaire s’immunise contre ses propres échecs, comme par exemple avec le débat sur la récidive en France. Dans les années 70 c’était considéré comme un échec de la prison, aujourd’hui on considère que c’est parce que la libération et intervenu trop tôt…

Sur la question de la réforme pénitentiaire, on peut comparer un certain nombre d’éléments. En France, le discours officiel dit qu’il faut promouvoir les droits des détenus, mais cela se résume au droit à l’enseignement et à la construction de nouvelles prisons pour diminuer la surpopulation. Mais ces « nouvelles prisons » sont souvent dénoncées par les détenus et les gardiens comme des lieux destructeurs du lien social. Ceci rejoint les craintes exprimées par les participants russes sur la transformation des colonies en prisons de type carcéral (cellule), froides et sans « histoire », guère plus tolérables que les institutions vétustes et surpeuplées actuelles. En même temps, on voit que le système actuel des colonies est critiqué pour l’arbitraire qui y règne dans les relations entre détenus, la constitution de « castes » (terme très fort) ; dans ce cas, ce qui est attendu des nouvelles prisons est le moyen de protéger les détenus des autres détenus. Dans les Maisons centrales, on retourne au régime « porte fermée », au nom de la protection entre détenus… le risque est de passer d’un intolérable à l’autre.

Quelques questions pour les intervenants russes :

– précisions sur les différentes structures de la justice pour mineurs et le fait qu’elle soit assimilées à de la prison… les 3 ans mentionnés pour la Russie sont une très longue peine, cf Brésil ou quasi prison jusqu’à 3 ans existent, mais le placement est décidé non par un juge mais par un expert psycho-social.

– Théories de la peine : Grâces collectives semblent être érigées en variable d’ajustement de la surpopulation carcérale avec parallèlement une diminution forte des libérations conditionnelles. Est ce que l’une contrebalance d’autre ? Quelle signification de ce transfert de l’un à l’autre : argument pénologique vs. argument de pure gestion des flux ? Y a t il derrière des théories de la peine : Politique pénale comme rétribution ? dissuasion ? dénonciation durkheimienne du bien et du mal et rappelle de la commune appartenance ? punir pour punir avec ‘idée de société de la vengeance ?

Philippe Artières, historien, a commencé par souligner que la réalité décrite, comme souvent lorsqu’il s’agit d’expériences de violence extrême, était difficile à « discuter » d’un point de vue académique, car d’une certaine manière « indiscutable ».

  • Importance de la dimension historique pour la prison française. Le temps historique pèse sur l’institution pénitentiaire : la prison pénale, « fille de 1789, était perçue comme institution démocratique jusqu’à ce qu’elle soit doublement éprouvée : par la Seconde Guerre Mondiale et par la Guerre d’Algérie. La prison française a été prise par l’événement et n’en n’est jamais vraiment sorti jusqu’à aujourd’hui mais cela a aussi donné lieu à tout le mouvement de réflexion et de combat des années 70. De même en Russie, le combat pour les droits de l’Homme, avec notamment Memorial, est indissociable du combat contre l’enfermement qui a caractérisé la société russe des XIXè et XXè siècles. La question d’une géographie historique des prisons se pose, y a t il une évolution de la cartographie des prisons, de son inscription dans l’espace russe, y compris dans les représentations qu’on en a dans le temps long. De même pour l’histoire de la violence pénitentiaire, il est important de savoir ce qui est considéré comme de la violence à un moment ou à un autre, ce qui est qualifié par les contemporains de tolérable ou non, comment cette limite peut prendre une dimension internationale : cf le comité russe contre le bagne en 1910…
  • Statut de l’événement pèse très fort avec la guerre en Tchétchénie. Effet dans les pratiques, des personnes ayant servi en Tchétchénie sont aujourd’hui surveillants de prison, l’inverse des Américains en Irak.
  • Quelle temporalité de la résistance ? comment faire de la prison un événement, comment rendre la visible par les discours, avec quel type de données ? La présence des « cas » relève d’un militantisme « droits de l’Homme » et moins d’un militantisme du droit pénal. Tous les intervenants ont souligné que malgré la présence d’observateurs, il n’est pas vraiment possible d’entrer dans la prison… Quel est à ce titre le rôle des avocats et le rôle des familles pour rendre compte de la réalité de l’intérieur. Dans les années 1970 en France il a été important de sortir les familles de la stigmatisation et de leur permettre une parole sur la prison.

On pourrait s’interroger, dans le temps long, sur la manière dont les contemporains qualifient la violence. En 1910, un Comité russe contre le bagne avait fait des conférences en Europe…

Philippe Artières a également souligné le statut particulier de l’événement que constitue la guerre de Tchétchénie en termes de reproduction de l’expérience de guerre sur la prison.

Dernier discutant de cette matinée, Nicolas Fisher, spécialiste des centres de rétention administrative, et plus particulièrement des interventions des ONG, souligne tout d’abord à quel point la question de la violence engage la définition d’un intolérable à un moment donné dans une société. En France, comme en Russie, cela tourne beaucoup autour des notions d’opacité et de secret : prisons secrètes, pièces secrètes dans des prisons officielles etc. la différence est que lorsque ce type de pratique est rendu public en France, on franchit un seuil d’intolérable. Par exemple le début des débats autour de l’enfermement des étrangers en France tient justement à la révélation d’un lieu tenu secret, dans le sud de la France, pour des étrangers en voie d’expulsion. Ce lieu va être construit comme intolérable d’abord par des groupes militants puis dans la presse. La tradition ou le refus du secret dans la gestion des lieux d’enfermement, par définition soustraits à l’espace public mais à propos desquels la question de la transparence va ou ne va pas poser de problème.

En France, un certain nombre de références historiques sont très sensibles. Dans les années 70, les lieux d’enfermement des étrangers n’ont pas d’existence légale, ils sont gérés par la police. Ce sont les références de la guerre d’Algérie qui vont être mobilisés, on fait le parallèle avec les situations d’exception de cette époque là pour considérer que c’est intolérable dans le cadre d’un État de droit.

Assez ironiquement, on fait référence à l’Union Soviétique et à Soljenitsyne pour montrer que ce que la France dénonce là bas en fait se reproduit dans l’enfermement des étrangers. De manière générale à cette époque la référence à l’État de droit est considérée comme l’arme suprême contre les abus, concept mobilisé à la fois par responsable administratifs et militants, à droite comme à gauche, qui se diffuse et finit par déboucher sur des normes internationales sur les questions d’enfermement, qui ne fait pas disparaître la violence et les abus, mais avec un véritable effet de mobilisation.

Questions pour la comparaison éventuelle

  • Une des questions qu’il est intéressant de se poser est de savoir si en Russie, après que dans les années 90, on a beaucoup parlé de la CEDH, de l’adhésion au Conseil de l’Europe etc., est ce que cela est encore légitime de se poser la question en ces termes là, est ce que cela est possible au yeux de l’opinion et pour qui : les Tchétchènes ? les prisonniers en général.
  • La seconde question est lié à ce que N Fisher appelle le regard indépendant et notamment du contrôle associatif sur les espaces d’enfermement. Avec des situations extrêmement différentes entre la France et la Russie, on retrouve quand même des tensions du coté des milieux associatifs qui sont relativement homologues. En France, différentes périodes se sont succédées : dans les années 80 c’est l’institutionnalisation de la présence associative via des conventions entre associations et État pour une présence régulière dans les lieux d’enfermement. La question se pose dès cette époque de savoir si et jusqu’où on va va-t-on coopérer avec les administrations. Y va-t-on pour visiter ? Aider les détenus ? Quelle aide (humanitaire, juridique ? mise en contact avec des avocats ?). ces discussions ont lieu avec les administrations mais aussi à l’intérieur du champ associatif, avec nombreuses organisations refusant de cautionner ce qui est considéré comme une collaboration avec une administration répressive. De leur coté les administrations tentent de sélectionner des associations qui pourront entrer Cf. le cas récent de conflit entre l’administration et les associations et le fait que la CIMADE, longtemps seule autorisée auprès des étrangers et que l’administration a été mise en concurrence avec des associations moins critiques et de fait a été évincée de la moitié des lieux de rétention alors que le discours du gouvernement affirmait vouloir du pluralisme.
  • Enfin, il paraît intéressant de comparer les deux situations au regard de l’utilisation militante du droit par les associations, le cause lawyering moyen trouvé des les années 70 en France par les associations pour contourner l’institutionnalisation : possibilité d’obtenir non pas par le haut mais par le bas, par l’obtention de victoires judiciaires, des améliorations du régime d’enfermement. Suppose qu’il y ait des réseaux militants existants et des conditions sociales favorables, des arènes juridictionnelles disponibles pour examiner les recours et rendre possible des sanctions, et enfin une administration qui va accepter d’exécuter les décisions judiciaires. On voit par exemple avec la France que les Tribunaux Administratifs ont du mal à faire exécuter par les préfectures les annulations d’arrêtés d’expulsion. Suppose donc une configuration particulière des relations entre l’administration, le pouvoir judiciaire et le champ associatif. Cette problématique est-elle présente dans le contexte russe ? y a t il des tentatives et sur quels types de détenus ou d’incarcération cela peut fonctionner ?

L’après midi a été consacré au visionnage du film d’A. Sokolov, la fabrique des tortures (voir notre billet…), suivi d’une table ronde qui a permis aux participants de témoigner ou d’interroger à nouveau les intervenants.


Compte rendu : Anne Le Huérou


[1] Auteur notamment des Récits de la Kolyma, un des témoignages les plus forts sur l’expérience du Goulag.

[2] « Government Organized NGOs » Terme anglais servant à désigner les ONG loyales au pouvoir.

Book on Violence in the Russian Army Reviewed – Andzhei Belovranin, “Chernaia Kniga” (Reviewed in French)

Compte-rendu de lecture – Andzhei Belovranin. Chernaia Kniga [Le livre noir]. Norma : Saint-Pétersbourg, 2010. 150 p. Recensé par Françoise Daucé.

Cet ouvrage, rédigé par Andzhei Belovranin, est le résultat d’une collaboration entre l’Organisation des mères de soldats de Saint-Pétersbourg et le journal indépendant Novaia Gazeta. Il est fondé sur la présentation documentée de cas concrets de violences dans l’armée russe mais propose aussi, au-delà de ces faits précis, des éléments de réflexion plus généraux sur les logiques de violence dans les forces armées et l’Etat dans son ensemble. Dans l’introduction, l’auteur tente de réfléchir à la nature des changements observés depuis la chute de l’URSS. A l’époque soviétique, l’armée était une « institution de socialisation masculine ». Ce mythe était utile à la machine étatique qui, par l’intermédiaire de l’armée, inculquait surtout à ses citoyens le sens de la hiérarchie. Après la chute  de l’URSS, toutes les tentatives de réforme de l’armée se sont heurtées à une forte hostilité des responsables militaires. Le fossé entre la société « capitaliste » et l’armée pro-soviétique s’est élargi. La situation des officiers et des soldats s’est dégradée. D’après l’auteur de cet ouvrage, au terme d’un processus de « sélection naturelle » de vingt ans, il ne reste plus dans l’armée que des officiers corrompus (ceci étant le seul moyen de survivre). La dedovchtchina (bizutage violent des conscrits) est devenue le lot commun du quotidien militaire. Avec l’arrivée au pouvoir de V. Poutine, l’armée n’a pas été réformée en profondeur car l’idéal du modèle militaire soviétique reste implicitement en vigueur.

L’ouvrage est divisé en deux grandes parties, la première portant sur « La logique de protestation » (les crimes, l’impunité, la résistance et l’assistance) et la seconde constituée d’un « Panoptique » (la xénophobie, la psychiatrie répressive, l’Ossétie du sud, les officiers). L’ensemble est nourri de cas concrets dont a été saisie l’Organisation des mères de soldats en 2008 et 2009. Dans la première partie, les auteurs donnent des exemples de crimes commis récemment dans l’armée russe. Ils évoquent longuement l’histoire de cinq soldats d’une unité de Carélie, victimes des violences de leur sergent et de conscrits plus âgés. L’Organisation des mères de soldats a réussi à les aider et s’est ensuite intéressée à leur unité touchée par la dedovchtchina. Grâce à cette intervention, les officiers responsables ont été limogés des forces armées. Cependant, la dedovchtchina demeure dans cette unité. Les mères de soldats considèrent que la violence est liée au système lui-même et non à des personnes en particulier. Ces violences suscitent généralement une réaction de fuite chez les victimes. L’ouvrage présente ainsi plusieurs cas de jeunes soldats victimes de violence, qui, avec le soutien de leurs parents (père et/ou mère), ont déserté l’armée. Cette désertion ne s’accompagne pas nécessairement d’une volonté de faire valoir ses droits. Souvent, les familles renoncent aux poursuites judiciaires une fois que leur enfant obtient le droit de quitter l’armée. Les auteurs des crimes restent ainsi généralement impunis, ce qui contribue à la persistance des violences. Le soutien des commandants aux criminels et parfois le soutien implicite de la procurature militaire donnent aux victimes l’impression que le système est invincible, qu’il ne faut pas essayer de lutter. Les cas où les victimes décident de se battre contre la machine militaire sont rares mais peuvent cependant donner des résultats. Le livre en donne plusieurs exemples. Il présente ainsi le cas de la mère d’un jeune conscrit qui a réussi à faire ouvrir une enquête pénale ainsi que le cas d’un jeune homme, Mikhail Agapov, qui a décidé de se battre seul contre l’armée. Sa famille a du surmonter sa propre crainte pour lui venir en aide avec le soutien de l’Organisation des mères de soldats. Au terme de ces parcours de mobilisation contre l’armée, certains parents, peu nombreux, rejoignent l’association. Les mères de soldats insistent sur la nécessité de mener une action collective. Au concret, elles présentent des exemples d’initiatives collectives de soutien à des cas individuels. Une pétition de soutien à un jeune homme victime de la dedovchtchina dans une unité du ministère de l’Intérieur près de Saint-Pétersbourg en 2009 a regroupé 1300 signatures. L’attention que les médias ont porté à cette affaire a obligé les autorités militaires à fournir des réponses. Les mères de soldats considèrent que l’opinion publique a un poids et que, en dépit de la loyauté de la majorité des médias à l’égard du pouvoir, des journalistes continuent à travailler librement. Cette expérience du terrain vient nuancer les lieux communs sur la dépendance de la presse et l’anomie sociale face aux abus du pouvoir. Au concret et au niveau local, des cas de mobilisation fructueuse, même s’ils sont peu nombreux, sont notables.

Dans la deuxième partie de l’ouvrage, intitulée « Panoptique », les pathologies générales de l’armée et de l’administration russes sont examinées. Le premier chapitre est ainsi consacré au problème de la xénophobie. Les deux guerres de Tchétchénie et la troisième qui se dessine en Ingouchie ont profondément alimenté la xénophobie en Russie. Dans l’armée, cette xénophobie se traduit par la volonté de soumettre toux ceux qui ont la peau sombre. Là encore, les exemples concrets sont nombreux. Les musulmans sont victimes de discrimination, mais il s’agit là d’un prétexte religieux pour soumettre ceux qui sont différents. Malgré cette xénophobie, dans le Caucase, la situation économique et sociale est si désastreuse que de nombreux jeunes considèrent les services de sécurité et l’armée comme la seule issue pour avoir des perspectives. Il arrive même que des jeunes paient des pots de vin pour partir à l’armée s’ils ont été réformés pour raison médicale. Ils se heurtent alors au racisme des représentants de la nationalité majoritaire. Les mères de soldats regrettent qu’elles soient peu contactées dans les affaires de xénophobie. Les victimes de racisme ne s’adressent que rarement à elles. Le second chapitre est consacré à la psychiatrie répressive. L’auteur de l’ouvrage affirme qu’après la chute de l’URSS, la psychiatrie russe a été aussi peu réformée que l’armée. La psychiatrie est ainsi utilisée pour « soigner » les soldats qui causent du tort à leurs supérieurs corrompus. Les mères de soldats font état de plusieurs cas de soldats, victimes de violences dans l’armée, qui, après avoir fui leur unité, ont été internés en hôpital psychiatrique et soumis à des traitements imposés. Cette hospitalisation permet d’éviter les poursuites contre les auteurs des violences. Le troisième chapitre est consacré à l’Ossétie du sud. La guerre a montré l’impréparation de l’armée et ses problèmes de commandement, ainsi que son incapacité à échapper aux problèmes de dedovchtchina et de corruption dans les conditions d’un conflit. Les mères de soldats rappellent le cas de soldats russes ayant fui vers l’ennemi géorgien pour échapper aux violences dans l’armée. Elles ont reçu après le conflit, de nombreux témoignages d’envoi de conscrits au combat en Ossétie du sud, ce qui est contraire à la loi (jusqu’à un oukase de Medvedev du 30 septembre 2009 autorisant post factum l’envoi des conscrits hors des frontières de la Fédération). Les mères de soldats ont aussi rassemblé de nombreux témoignages de soldats n’ayant pas reçu les indemnités leur étant dues pour leur participation au conflit. Enfin, le dernier chapitre de cette partie est consacré aux officiers et à leurs difficultés. La loi russe prévoit notamment l’octroi d’un appartement aux officiers ayant servi au moins 20 ans (ou 10 ans s’ils sont contraints de quitter l’armée pour raison de santé ou diminution des effectifs). Mais ce droit n’est généralement pas appliqué en raison du manque de logements disponibles. L’Etat échappe par tous les moyens à ses obligations envers les officiers. L’Organisation des mères de soldats est ainsi intervenue pour défendre les droits d’officiers demandant l’obtention d’un appartement.

L’ouvrage se conclue par trois longs entretiens. Ella Poliakova, présidente de l’Organisation des mères de soldats de Saint-Péterbourg, raconte les débuts de son engagement en faveur des soldats, dans l’effervescence de la perestroïka. Elle explique sa volonté d’informer les gens de leurs droits. Elle souligne cependant que la défense des droits en Russie se heurte à la corruption. Les gens préfèrent payer des pots de vin plutôt que de recourir à la loi et à la justice. Cependant, l’attachement des mères de soldats au droit fonde leur reconnaissance par les autorités militaires elles-mêmes. Ella Poliakova présente les liens de coopération que son organisation a tissés avec des officiers de la région de Saint-Pétersbourg. Le deuxième entretien rapporte les propos de Vitalij Tsymbal, responsable du Laboratoire d’économie militaire de l’Institut de l’économie de la transition. Il présente les réformes engagées par le ministère de la Défense en 2009 et les limites des réductions d’effectifs qui les accompagnent. Ces réformes restent fondées sur une conscription massive, le coût des conscrits étant moins élevé que celui des soldats contractuels. V. Tsymbal souligne que les conscrits sont toujours moins efficients que des professionnels. L’armée russe reste massive (près d’un million d’hommes dont 150 00 généraux et 170 000 contractuels, le reste étant composé de conscrits) mais les réformes ne devraient pas lui permettre de gagner en efficacité. Dans le troisième entretien, Aleksandr Golts, rédacteur en chef adjoint du journal électronique « Ezednevnij zurnal », estime que les quatre réformes militaires engagées après la chute de l’URSS ont échoué car elles conservaient comme idéal le modèle de l’armée soviétique. A. Golts souligne lui aussi l’aberration des réformes en cours, destinées à renforcer la conscription aux dépens du professionnalisme, alors même que les conflits contemporains ne nécessitent plus la mobilisation massive de réservistes.

Cet ouvrage, fondé sur l’expérience quotidienne de l’Organisation des mères des soldats de Saint-Pétersbourg, apporte de très nombreux exemples concrets qui montrent que les difficultés des soldats dans l’armée, bien documentées dans les années 1990, n’ont pas disparu avec les réformes poutiniennes. Les cas empiriques rapportés ici sont utiles pour comprendre les réalités sociales de l’armée russe contemporaine. Des éléments de comparaison avec les autres institutions « totales » de la Russie se dessinent même. Plusieurs remarques soulignent la proximité des pratiques d’autorité dans l’armée et dans les prisons. De nombreux termes du lexique militaire viennent de la prison. Ainsi, dans le jargon militaire, le terme de « rouge » est venu du jargon pénitencier pour désigner ceux qui collaborent avec les chefs pour améliorer leur situation. Les entretiens, présentés en fin d’ouvrage, offrent des éléments de compréhension des réalités militaires. Ils permettent notamment d’interroger la nature des réformes engagées par le ministère de la Défense, leur économie et leurs conséquences, souvent perverses. Le livre est moins convaincant lorsqu’il tente de recourir à des typologies politiques générales pour expliquer le fonctionnement quotidien de l’armée russe. Ainsi, l’armée est ici présentée comme une « institution féodale » fonctionnant en réalité selon les règles du « despotisme oriental » et du « servage ». Ces considérations, plus militantes qu’analytiques, n’enlèvent rien à l’intérêt de cet ouvrage qui constitue un accès aux réalités de la vie des soldats dans l’armée russe actuelle.

Françoise Daucé, Université Blaise-Pascal, CHEC / CERCEC

Interview with Igor Kalyapin, Head of the Committee against Torture, Nijni-Novgorod (Fr + Ru)

We are pleased to publish the transcription in French of an interview with Igor Kalyapin, Head of Committee against Torture, an interregional human rights association based in Nijni-Novgorod, with offices in 5 regions. The interview was conducted on June 26, 2010 by Lukasz Jurczyszyn, a member of our team, during his field work in that region. The transcription and translation of the interview were made by Irina Tcherneva.

The Committee against Torture provides medical and legal assistance to victims of torture and ill-treatment from law-enforcement agencies, carries out public investigations, files complaints to Russian courts as well as to EChR in Strasbourg. It is also involved in advocacy work on issues such as torture and victims’ protection at internal and international levels.

The Committee is also increasingly involved in field trips to Chechnya in connection with torture, forced disappearances and other Human rights violations.

For more information about the Committee, see http://www.pytkam.net/web/.

Read the transcription (in French)

– Listen to the audio file (in Russian)