Tag Archives: legislation

Call For Paper – A forgotten October? Russia in 1993

 INTERNATIONAL CONFERENCE – CALL FOR PAPER

A forgotten October? Russia in 1993

Paris, 18-19 November 2013

Version française / Русская версия

 

“I order the suspension of the parliamentary, administrative and supervisory functions of the Congress of People’s Deputies and the Supreme Soviet of the Russian Federation… The Constitution… and legislation… will remain in force to the extent that they do not conflict with this Decree”

Moscow, Kremlin, 21 September 1993, 8pm, Presidential Decree (Ukaz) n° 1400.

            Presented by some as a way out of the intractable conflict which had opposed the President and Parliament for months, denounced by others as a coup, Boris Yeltsin’s decree provoked a crisis which would last fourteen days, during which political conflict turned into violent confrontation. From 21 September to 4 October 1993, Russia experienced a major political crisis. In response to Yeltsin’s Ukaz, Members of Parliament supported by General Rutskoi, Russian Vice-President, met in extraordinary session, refused to comply with the presidential decision, occupied Parliament (the White House) and held out against the security forces. Protests were organised in the city: Yeltsin’s supporters gathered near the Moscow Soviet (Mossovet), those supporting the deputies assembled near the White House. The political confrontation ended with the storming of Parliament by the army on 4 October, under the orders of the President, and the arrests of the rebel deputies and their supporters. The toll: more than 150 dead and 400 injured.

Twenty years after October 1993, this Conference aims to propose a sociological analysis of this crucial but neglected political crisis. To this end, it seeks to question the official version of the event, which was principally the work of the victors, who imposed their vision of the confrontation and its consequences, in particular concerning the institutional outcomes. The Conference will also restore the place of alternative accounts and memories. It will analyse the diverse individual and collective trajectories of actors of the period. Focussing on the period prior to the conflict, its development and its consequences, the Conference will explore both the winners and the losers of the conflict, its active participants and its observers. Particular attention will be paid to the issue of the explosion of violence, its effects on the crisis and its outcome.

             Before the crisis, political actors of the period operated in an uncertain and complex context. The ascent towards conflict cannot be analysed as a conspiracy or as a linear rise to violent crisis. This outcome was in large part unexpected and in no way inevitable. The October 1993 crisis was that of a Russian power which had built itself in opposition to the power of the Soviet Union, with the election in 1990 of the Congress of People’s Deputies of the RSFSR. Boris Yeltsin, elected President of the Supreme Soviet (upper house) in May 1990, then of Russia in June 1991, had obtained the support of a composite majority of parliamentarians in his struggle to gain powers from the Union. Until mid-1991, the President and those deputies who did not support him (representing two thirds of seats) had fairly convergent interests. With the fall of the USSR in December 1991, these points of convergence diminished. Questions began to be asked about the type of regime to be established: presidential, parliamentary or mixed? Doubts grew over the implementation of the economic programme of “shock therapy”, with its heavy social and economic consequences. Divisions between opposition groups within the Congress of People’s Deputies became more marked (emergence of a “red-brown” opposition, divisions among “democrats”…). In the course of 1993, there were several attempts at conciliation conducted by various intermediaries. Multiple agreements were concluded between the two powers, varying in degrees of transparency and in the extent to which they were implemented, yet the situation remained unstable.

            In Autumn 1993, after the publication of Yeltsin’s decree (ukaz), actors involved in the conflict, both within the Supreme Soviet and the Presidency, were improvising. From this perspective, the Conference will attempt to shed light on what was happening in the crisis, focusing on the following aspects:

1. The context of widespread uncertainty which reigned between 21 September and 4 October. This will be evaluated and the way in which it affected the actors’ perceptions, expectations and calculations will be explored. Information circulating at the time was incomplete and partisan, favouring misunderstandings, bluffs and the propagation of rumours. Some actors decided to take an active part, while others played the waiting game.

2. How did mobilizations affect the various social worlds and institutional sites in which they took place (the political sphere and Parliament, army and police, Presidency, state sectors, press, TV, radio, etc.)? What splits occurred within these worlds and how did they develop during the course of the crisis? What coalitions emerged? What was the role of the trade unions, parties and social organisations (in particular those who refused to take sides but provided assistance to the injured)? Did these mobilizations reach other actors (federal ministries, regional powers, judiciary…) and to what effect?

3. Succession of moves between the protagonists: How was it decided to dissolve Parliament? How did the response of the opposing parliamentarians emerge? What was the role of street protests in the development of events? How did events turn violent and what made that possible? How did the army and the police intervene? How was order maintained during those days in October? Did the police have the required “know-how”? How can relations between the Presidency and the higher echelons of the Army be explained and described during this period? How and when was it decided to strike Parliament?

4. Finally, what negotiation and mediation attempts took place during these fourteen days? The efforts of the Orthodox Church are well-known. Were there other, less publicised, mediation attempts (Western States, Post-Soviet States or other actors)?

 At the end of the conflict, new power relations emerged in the political contest. The history of the bodies that grew out of the crisis has been widely documented. The parliamentary elections of December 1993 and the referendum which led to the adoption of the Constitution have been fully analysed. Yet, the institutional choices made during this period raise questions. They resulted in a reduced range of possibilities, in terms of the forms that could be taken by Russian democracy, and froze contingent institutional solutions, which prior to 1993 were intended to be temporary. After the crisis, the future of the defeated opposition was neglected. Yet, it is important to see how the opposition reorganised, what were its forms of action and the means of control) by the Federal government and what were the fates of former opponents to Boris Yeltsin after October 1993. As for Yeltsin’s supporters, 1993 also marked a break in the political careers of many of them, for example the “democrat” deputies who were not re-elected in 1993 and the many citizens involved in the “democratic movement” in support of perestroika: some completely abandoned political activity, others reconverted to careers in associations or economics.

While attention was focussed on events in Moscow, the only place where they degenerated into violent confrontation, the dissolution across Russia of local and regional soviets marked the beginning of long-lasting disillusion with politics, while accelerating the rebuilding of regional power, in particular around the division of property.

 In the longer term, the new practices and representation that developed in the Russian political arena should be explored. October 1993 has been considered as a stage in the regime’s derailment from democracy and as forming the matrix of political developments in the country leading to Vladmir Putin. The conflict has also been considered as a precursor to the use of violence to internal ends (in particular for re-establishing order in Chechnya). October 1993 also raised questions for the relationship between Russia and the West. What were the effects of this confrontation on Russia’s role on the international scene?

 

In order to explore these issues, the Conference aims to give a central role to the various actors of the conflict. To this end, the call for contributions is divided into six main themes:

 – Questioning actors from the period to provide new sources of knowledge about the events. Without access to archives and in the absence of the establishment of an investigation commission at the end of the conflict, current research is based on the testimonies of actors from one side or the other, accounts of journalists and compilations of documents. The Conference could enable discussion of the establishment and use of these sources and contribute to supplementing them.

 – Understanding the stakes of the conflict as identified by the actors: What political models were competing in their eyes? What were they fighting for? What was the importance of institutional questions, of questions of legitimacy, but also of modes of exercising power? What were the debates about economic reforms and their significance?

Highlighting the diversity of the trajectories of political actors, the resources available to them and utilised at different times. The analysis will pay attention to the positioning of different types of actor: institutional, political, trade unions, economic, religious… as well as to those who acted as mediators. The ways in which the crisis changed their trajectories and careers will also be explored.

– Understanding the dynamics of the crisis. The motives, objectives and stakes that gave birth to the crisis were shaken and transformed by events, through mobilizations and strategic moves by the various actors, and the conflict gained an independent dynamic. In a situation of widespread uncertainty, within several days competition for power turned into a struggle for the political survival of the protagonists and for those bodies they claimed to represent. The conflict took place on sites considered to be strategic or symbolic (the White House, the Kremlin, the Ostankino television tower, the Mossovet…). The conflict thus had its own social topography, i.e., social spaces and institutional arenas – political sphere, Parliament, Presidency, state sectors (including the army and the police), regional powers, the media world, etc. where mobilizations, counter-mobilizations and succession of moves took place. While everything seemed calm elsewhere in and around Moscow, what was happening in other regions? How was the conflict perceived in the former Soviet republics?

Analysing the time-frame of the conflict and its consequences. During the crisis, actors participated according to varying time-frames. Time was not linear, there were moments of acceleration and tipping points (in particular the recourse to violence). The time-frame of institutional reforms differed from that of economic reforms. How can parallels be drawn between 1991 and 1993? Between 1993 and the Soviet past? In this history of the 1990s? And since 2000 has there been a policy of forgetting?

Making sense of 1993: What memory of the conflict is perpetuated and within which groups? Which sites commemorate these events? Beyond political interpretations of the conflict, which literary, cinematographic or other artistic works contribute to the commemoration of this event? How does the Russian State recognise responsibilities and respective roles (military decorations, amnesty)? What forms of justice and reparations were envisaged? Did the development of the crisis and its outcomes constitute the beginning of the disintegration of the Central power over the regions and asymmetric federalism. How have researchers in Russia and elsewhere analysed this event and how have their analyses contributed to an understanding of the “sense” of the crisis of 1993?

 

Practical Information:

This interdisciplinary Conference is open to contributions from historians, sociologists, lawyers, economists, researchers in political science, international relations and any other area of social science. Contributions from witnesses and actors from this period, located in different (physical or political) areas within the “theatre of operations”, are also welcome.

Those wishing to participate should submit a summary (300 – 500 words) in one of the symposium’s working languages, together with a brief biography (CVs not accepted) by 15 March 2013 to octobre1993@centre-fr.net. Submission of summaries in English as well as in French or Russian will be appreciated.

Those selected will be informed by mid-April 2013.

Participants will be asked to provide a “long summary” of approximately 5 – 7 pages (3000-5000 words) by 1st October 2013.

The Conference will take place at CERI, 56 rue Jacob, on 18-19 November 2013.

Working languages: French, English, Russian (oral presentations may be delivered in these three languages. Only translation from French to Russian and from Russian to French will be provided).

 

Information: www.centre-fr.net

Contact: octobre1993@centre-fr.net

Bibliography: http://russiaviolence.hypotheses.org/bibliographies/octobre-1993-in-russia-a-bibliography

 

Organising bodies: Centre d’études franco-russe de Moscou (CEFR), in collaboration with Centre d’études et de recherches internationales (CERI, Sciences Po, Paris), Centre d’étude des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS, Paris), Institute of Russian History of the Russian Academy of Sciences (IRI RAN, Moscow), Russian Academy of Economy and Public Service (RANHiGS, Moscow), Centre de recherches pluridisciplinaires multilingues (CRPM, Université Paris Ouest Nanterre), Institut des sciences sociales du politique (ISP, Université Paris Ouest Nanterre) and Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH, Paris).

 The Scientific Committee: Carine Clément (Smolny Institute, St-Pet.), Françoise Daucé (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand/CERCEC), Myriam Désert (University of Paris IV/CERCEC), Michel Dobry (University of Paris I/CESSP), Boris Dubin (Levada-Centre, Moscow), Gilles Favarel-Garrigues (CERI, Paris), Graeme Gill (University of Sydney), Anne Le Huérou (University Paris Nanterre/CRPM/CERCEC), Marie-Hélène Mandrillon (CERCEC, Paris), Rudolf Pikhoia (RANHiGS, Moscow), Jean-Robert Raviot (University of Paris Nanterre/CRPM), Amandine Regamey (University of Paris I/CERCEC), Kathy Rousselet (CERI, Paris), Carole Sigman (CEFR Moscow/ISP), Serguey Zhuravlev (IRI RAN, Moscow).

The organizing committee : Françoise Daucé, Gilles Favarel-Garrigues, Anne Le Huérou, Amandine Regamey, Kathy Rousselet, Carole Sigman.

“The Judiciary in Practice in Contemporary Russia” (Introduction, in French)

 Nous reproduisons ici le texte d’introduction à la journée d’étude « La justice russe au quotidien. Regards sociologiques sur les pratiques judiciaires », par Gilles Favarel-Garrigues et Amandine Regamey.

Voir aussi la vidéo de présentation réalisée par le CERI

Bonjour,

Afin d’introduire cette journée d’étude consacrée à « La justice russe au quotidien. Regards sociologiques sur les pratiques judiciaires », nous reviendrons rapidement sur les raisons qui nous ont poussées à choisir ce sujet, mais aussi sur quelques éléments caractérisant la justice russe et sur l’approche que nous voulons adopter.

1. Remercions d’abord ceux qui nous ont permis d’organiser cette journée : le CERI, le CERCEC, et la mairie de Paris, dans le cadre du programme « Emergence(s) » qui soutient notre projet « comprendre les violences en Russie ». Cette journée d’étude sur la justice fait suite aux journées qui ont été organisées sur la violence dans les prisons russes  (septembre 2010) et sur la police (mars 2011). Nous cherchons en particulier à comprendre comment sont prises les décisions lors de cette étape du processus judiciaire qu’est le procès. Seule la justice pénale sera aujourd’hui prise en compte. Nous allons aussi essayer de tester les hypothèses et les pistes de recherche dégagées lors des journées précédentes sur les facteurs explicatifs de ces violences, et en particulier la dimension institutionnelle.

2. La justice russe a mauvaise réputation. Les juges russes sont suspectés de ne faire qu’enregistrer et confirmer le point de vue de l’accusation. Ils sont ainsi vus comme les coproducteurs d’une violence institutionnelle orientée vers la répression. Ce « biais accusatoire », souvent dénoncé, est généralement illustré par un taux d’acquittement dont la faiblesse est frappante. Selon les statistiques, moins d’1% des procès se terminent en Russie par un acquittement. Pour expliquer ce chiffre, la cause la plus fréquemment mise en avant est l’absence d’autonomie des magistrats, réputés dépendants du pouvoir politique et de son principal relais dans les procès, l’accusation. Cette image d’une justice russe « aux ordres » est largement liée aux procès les plus retentissants qui défraient la chronique, y compris à l’étranger. L’affaire Youkos (c’est-à-dire l’affaire Khodorkovski et Lebedev), dans ses divers rebondissements, est à ce titre la plus emblématique. L’idée d’une inféodation de la justice au pouvoir politique se traduit d’ailleurs par l’expression « justice à la Basmanny »  (Basmannoe pravosudie), du nom du quartier de Moscou dont le tribunal est connu pour avoir condamné Khodorkovski et Lebedev. Le président D. Medvedev lui-même a pu employer cette expression1. Une autre expression fréquemment employée est celle de « justice par téléphone » (telefonnoe pravosudie). Présente par exemple dans les travaux d’Alena Ledeneva, cette expression souligne comment le pouvoir politique influe sur les décisions judiciaires de manière informelle2. Elle sous-entend aussi l’importance d’un « héritage » soviétique, d’une continuité forte avec des pratiques bureaucratiques dans lesquelles les ordres les plus importants étaient ceux qui étaient donnés à l’oral et non à l’écrit.

Toutefois, les pratiques judiciaires russes ne peuvent être réduites aux procès « politiques » les plus retentissants. Comme le souligne Kathryn Hendley à propos des tribunaux de commerce russes3, il n’y a pas un coup de fil derrière chaque décision de justice – ni même une enveloppe glissée au juge, ni même de connivence entre le juge et les « hommes forts » d’une ville ou d’une région qui utiliseraient la justice dans leur propre intérêt. Si c’était le cas, toute recherche serait d’ailleurs vouée à l’échec, car ces pratiques informelles échappent par définition à l’observation. L’hypothèse qui préside à l’organisation de cette journée d’étude est que la faiblesse du taux d’acquittement, et plus généralement les pratiques judiciaires, ne peuvent être uniquement expliquées par la « dépendance politique » des juges, mais par un ensemble de facteurs institutionnels que nous nous proposons aujourd’hui de décrypter.

3. Au cours des deux décennies qui nous séparent de la fin de l’URSS, la justice n’a cessé d’être réformée : l’ensemble des textes qui fondent la décision judiciaire ont été renouvelés (le nouveau code pénal est entré en vigueur en 1997, le code de procédure pénale en 2002) ; les règles de recrutement des juges ont profondément évolué, de même que le rôle de l’accusation et de la défense. Les institutions judiciaires ne sont plus les mêmes : un « comité d’instruction » (sledvstvenny komitet) a vu le jour en 2008. D’abord rattaché à la prokouratoura, ce comité (parfois aussi traduit par « Comité d’enquête ») s’est progressivement autonomisé et a pris en charge l’instruction des affaires pénales. La justice russe ne ressemble plus exactement à ce qu’elle était durant la période soviétique, et en même temps elle en conserve des aspects fondamentaux. Des éléments de procédure contradictoire ont été introduits, le rôle de la défense a été renforcé et en même temps ses prérogatives semblent déséquilibrées par rapport à celles de l’accusation4. C’est précisément sur l’ensemble de ces changements que porte la présentation introductive de Peter Solomon, que nous sommes très heureux d’accueillir à Paris.

4.  Pour apprécier la portée pratique de ces changements, nous avons demandé à quatre collègues russes de présenter les recherches qu’ils mènent actuellement sur le monde judiciaire en Russie. Il s’agit d’Asmik Novikova de la Public Verdict Foundation de Moscou, Olga Shepeleva, du Public Interest Law Institute de Moscou également, ainsi que d’Ella Paneyakh et de Kirill Titaev, tous deux chercheurs à l’Institute for the Rule of Law de l’Université Européenne de Saint-Petersbourg. Leurs travaux contribuent à apporter des réponses à plusieurs séries de questionnements.

  • La première série d’interrogations relève de la sociologie professionnelle : qui juge ? Qui sont les magistrats, quelle est leur formation, quelle est leur trajectoire professionnelle, comment sont-ils recrutés et comment se déroule leur carrière ? Quel est en particulier le lien entre le recrutement des juges et la détention d’une expérience professionnelle dans les services de la prokouratoura ? Comment sont traités les juges et dans quelles conditions exercent-ils leur activité professionnelle ? Le profil sociologique des magistrats est-il distinct selon le fait qu’ils exercent la fonction de « juges de paix » ou de « juges fédéraux », ces derniers étant compétents pour les crimes les plus graves ?
  • La seconde série d’interrogations relève de la sociologie de la procédure pénale et des pratiques judiciaires : comment juge-t-on ? Que sait-on et que peut-on savoir de la manière dont sont prises les décisions judiciaires ? Quelle est notamment la place des consignes hiérarchiques et de l’autonomie des juges par rapport aux pouvoirs politiques locaux et régionaux (financement) mais aussi à la hiérarchie judiciaire ? Cette question renvoie à celle de l’évaluation des magistrats : quels sont les indicateurs qui pèsent sur leur activité ? Quelles sont les sanctions qu’ils encourent si ces indicateurs ne sont pas respectés ? L’analyse des relations entre les magistrats et les autres acteurs de la procédure pénale doit également être prise en compte. Que sait-on en particulier des relations entre les magistrats et les nouveaux services du comité d’instruction ? Qu’en est-il de la place des avocats, depuis l’adoption d’une loi en 2002 qui a réglementé l’organisation de cette profession ? Les relations des juges avec l’accusation et la défense soulèvent enfin une interrogation sur la place croissante du plea bargaining dans la procédure pénale russe.
  • Enfin une troisième série de questions porte sur les résultats de l’action judiciaire. Cette question apparaîtra en filigrane dans les exposés, mais sera plus directement posée au cours de la table-ronde conclusive de cette journée, animée par Anne Le Huérou, avec laquelle nous avons organisé cette journée d’étude. Qui juge-t-on en Russie ? Comment évoluent les peines infligées par les juges et quelle est notamment la place occupée par la détention ? Quel est le profil sociologique des condamnés ? Peut-on évaluer la manière dont sont prises les décisions de justice en fonction du profil sociologique, ethnique des condamnés ou de leur sexe ? Peut-on parler de « harcèlement judiciaire » qui toucherait certaines catégories de population (les entrepreneurs, les migrants, les opposants politiques) ? Comment évolue le traitement judiciaire de certains crimes sensibles au contexte politique, comme la violence xénophobe ? Comment fonctionnent les recours (appel, « surveillance judiciaire » – soudebny nadzor) ?

Beaucoup de questions donc, auxquelles une réponse définitive ne sera pas toujours apportée, mais qui montrent le besoin de connaissances dans l’analyse des pratiques judiciaires en Russie. Beaucoup de ces questions font en outre écho à celles que nous avions posées lors des journées d’étude précédentes sur les prisons et notamment la police. Ce qui ressort de l’examen de la violence des institutions répressives, c’est d’abord le poids d’un système d’évaluation fondé sur des indicateurs quantifiés (palochnaia sistema), qui conduit dans la pratique à cibler des populations particulièrement exposées (petits délinquants, migrants) et à extorquer des aveux ; c’est ensuite la capacité à utiliser ces institutions pour résoudre les litiges économiques, lorsque l’appareil judiciaire est utilisé au service de la « loi du plus fort » ; c’est enfin une invitation à analyser la marge de manœuvre de ces institutions, compte tenu des contraintes hiérarchiques qui les traversent, à comprendre la complexité des hiérarchies dans ce domaine : hiérarchies interinstitutionnelles, hiérarchies au sein des institutions, hiérarchies en fonction du niveau d’administration territoriale. La focalisation sur les facteurs institutionnels expliquant la violence répressive doit conduire in fine à comprendre non seulement les effets de cette répression, mais aussi les éventuelles modalités de résistance qu’elle promeut. Quelles stratégies adopter lorsqu’on est confronté à cette violence ? Comment les avocats, les associations de défense des droits adaptent-ils leurs stratégies à un contexte institutionnel si particulier ?

L’un des pièges que comporte cette journée d’étude est de voir des spécificités là où il n’y en pas. C’est pour cette raison que, conformément à une «méthode » déjà éprouvée lors de nos précédentes journées d’étude, nous avons demandé à des collègues français travaillant sur les questions judiciaires mais ne connaissant pas le contexte russe, Christian Mouhanna ce matin et Denis Salas cet après-midi, de discuter les présentations de nos collègues russes, afin de dresser d’éventuels parallèles et de pointer les spécificités du contexte russe. Ce dialogue est également rendu possible par la traduction en français d’un certain nombre de textes russes sur la justice dans ce pays sur le site de note projet, http://russiaviolence.hypothseses.org

  1. http://www.liberation.fr/monde/0101610591-dmitri-medvedev-joue-les-reformistes []
  2. Ledeneva, Alena, “Telephone Justice in Russia”, Post-Soviet Affairs, vol. 24, n° 4, 2008, pp. 324-350 []
  3. Hendley, Kathryn, “Are Russian judges still Soviet ?”, Post-Soviet Affairs, (2007-07/09) vol.23: n°3, p.240-274 []
  4. Par exemple :  « une information recueillie par l’avocat n’est recevable en qualité de preuve qu’après avoir été jointe au dossier par une décision spéciale prise à la demande de la défense par l’enquêteur ou l’agent d’instruction. Cet aspect est d’autant plus important que seul le dossier constitué par les organes officiels sera transmis au juge lors de la phase de jugement. » Golovko Léonid. Le nouveau Code de procédure pénale russe de 2002 : quel modèle de procès pénal pour la Russie ?. In: Revue d’études comparatives Est-Ouest. Volume 38, 2007, N°2. Les mutations du droit et de la justice en Russie. pp. p 42 []

Hate Crime in Russia – Monitoring and Support for Victims of Racist Violence

Two German NGOs have issued a report providing legal and factual information about racist violence in Russia and recommandations on the ways to provide support to victims.

The report provides legal analysis as well as results of interviews that have been made in various Russian regions in order to provide an overview analysis and to seek regional partership for building awareness network.

The research project was initiated and financed by the Foundation “Remembrance, Responsibility and Future” (Stiftung „Erinnerung, Verantwortung und Zukunft“) and carried out by ReachOut Berlin.

download full version
download summary version

On Line Publication – Yakov Gilinski : The Russian Police, Yesterday, Today, Tomorrow (in French)

En préparation de la journée d’étude sur la police russe du 25 mars, nous publions des extraits du texte d’un des intervenants, Iakov Gilinski, intitulé « La police russe: hier, aujourd’hui, demain »

Bref aperçu historique

On fait en général remonter la naissance de la police/milice1 russe au 10 novembre 1917 (28 octobre selon l’ancien calendrier), date du décret du NKVD (Commissariat du peuple à l’Intérieur)2 «Sur la milice ouvrière (o rabochej militsii» . Le 10 novembre est fêté jusqu’à nos jours comme le “jour de la police”.

Dans un premier temps, le terme de “milice” (militsia) correspondait à son acception la plus répandue : celle de formations armées utilisées pour maintenir l’ordre public, composées de volontaires et ne faisant pas partie du système étatique de maintien de l’ordre. Cependant, dès mai 1918 la milice (militsia) a été transformée en organe d’Etat permanent, et le 21 octobre 1918, le NKVD3 et le NKIu (Commissariat du peuple à la justice) ont adopté les «Instructions sur l’organisation de la milice paysanne et ouvrière (raboche-krestianskaja militsia)». Depuis cette époque, et jusqu’à maintenant en Russie post-soviétique, le corps qui assure de fait les fonctions de police a conservé l’appellation de “milice” (militsia). Ce n’est qu’en août 2010 que le président de la Russie D. Medvdev a proposé de rebaptiser la milice (militsia) en police (politsia), ce qui devrait refléter ses fonctions et son organisation réelle.

Dans la Russie actuelle, la police est partie intégrante du Ministère de l’Intérieur (MVD = Ministerstvo vnustrennikh del)  et elle est composée de deux principales directions : la police de sécurité publique (militsia obshestvennoj bezopasnosti), dont la fonction principale est le maintien de l’ordre et la protection contre les atteintes aux biens et aux personnes, les enquêtes sur les infractions administratives et quelques catégories de délits ou crimes) et la police criminelle (kriminalnaja militsia), qui enquête sur les crimes graves et doit lutter contre la criminalité organisée.

Les effectifs de la police russe sont parmi les plus élevés au monde : en 2010, on comptait 975 policiers pour 100 000 habitants, contre 350-500 dans les pays européens.

Après la chute de l’URSS en 1991, et la transition vers le marché dans le contexte de pénuries financières et commerciales énormes propres à l’économie socialiste, la majorité des institutions financées par le budget de l’Etat (médecine, éducation, science, armée, police, etc.) se sont retrouvées dans une situation financière très difficile. Dans le même temps, sont apparues de nouvelles sphères d’emploi de la force : des agences de sécurité privées (non-étatiques) à l’entreprenariat légal, semi-légal et illégal (y compris la criminalité organisée). Et les policiers les plus professionnels, jeunes, forts et entreprenants, qui recevaient un salaire de misère, ont progressivement “migré” vers les structures entrepreneuriales légales et illégales.

Petit à petit, la police a perdu ses cadres les plus qualifiés, et ses rangs ont été complétés par le “tout-venant”. L’auteur de ces lignes a été témoin de la manière dont les soi-disant « Cours supérieurs de la police » (près de Saint-Petersbourg) se sont mis en un temps très bref à transformer en officiers de police des instituteurs, des médecins ou des ingénieurs (dont la situation dans les institutions financées par le budget était encore pire que dans la police).

Dans le même temps, on a observé une corruption croissante de toutes les branches et tous les niveaux du pouvoir. Cette évolution n’a pas épargné ce qu’on appelle les “structures de force”  : la police, le FSB (Service Fédéral de Sécurité – Federalnaja Sluzhba Bezopasnosti), le FSO (Service Fédéral de Protection – Federalnaja Sluzhba Okhrany), les douanes, le FSKN (Service Fédéral de Contrôle  du Trafic de Stupéfiants, Federalnaja sluzhba po kontroliu za narkotikov). Plus que tous, c’est la police qui a le plus été marquée par cette corruption, dans la mesure où elle est en contact permanent avec la population.

Dans les années 2000, le pays s’est ainsi retrouvé avec une police déprofessionalisée, corrompue et “alcoolisée” (selon les données d’un directeur des services médicaux du MVD, jusqu’à 20% des policiers sont alcooliques).

La police comme Groupe criminel organisé (OPG)

Petit à petit, au cours des années 2000-2010, la police russe s’est transformée d’organe de maintien de l’ordre en système criminel organisé. Bien sûr, il reste des policiers honnêtes et non corrompus ; beaucoup font leur travail en risquant leur vie. Il leur est très difficile de travailler dans les conditions actuelles, et ce ne sont pas eux qui déterminent fonctionnement du système. En 2005, j’ai réussi à interviewer un certain nombre de policiers. Voila ce qu’ils m’ont dit.

Selon un membre de la police criminelle rattaché au Département de lutte contre la criminalité organisée V. : «Aujourd’hui, il n’y a plus de criminalité organisée : elle a été remplacée par les flics. Qui assure la protection illégale (krysha)4 des kiosques, des marchés, des points de vente. Les flics. Regardez: voila un kiosque. Régulièrement, vous allez voir un flic s’approcher et recevoir de l’argent. Et là, dans la maison en face, au 4ème étage, il y a un “point de revente”. Il est sous le contrôle du commissariat de police n°X. Aujourd’hui, tout le petit commerce, le petit et moyen business et sous “protection” des flics. Les bandits y fourrent plus leur nez.  Pourquoi est-ce que c’est plus avantageux d’être sous la protection (krysha) des flics? Ils ont plus de possibilités légales. Au cas où, leur flingue est légal, et ils tirent légalement. Alors que les flingues des bandits n’ont pas la loi pour eux. De plus, les chefs des différentes agences de protection (sécurité interne des entreprises – nda) – ce sont d’anciens flics. Et deux flics arrivent toujours à se mettre d’accord. Moi, si nécessaire, je vais voir le chef de la sécurité et je lui dis : frérot, t’es un des nôtres, aide-moi donc. Et il t’aidera toujours. Et maintenant, même parmi les bandits, les flics sont respectés. Un détenu (zek) peut m’appeler de la prison des Kresty (St Petersbourg) et me parler en présence des autres détenus. Plus même, il va s’en vanter, dans sa cellule : j’appelle un flic de mes connaissances… Alors qu’auparavant, pour ca, on l’aurait buté immédiatement».

Question : – et le contrôle sur la prostitution ?

Réponse : –Ca aussi, c’est les flics

Q : –Et les jeux

R : – Ca, c’est le FSB. Pour le business des jeux, les flics ont pas les épaules assez larges. Y a de telles sommes d’argent en jeu ! Ca, c’est contrôlé par le FSB (eto FSB kryshuet)».

A la question « et comment se passe la protection criminelle dans les marchés? », V répond que « Tout est très simple. Arrive un nouveau commerçant avec sa marchandise. Il va voir les Azéris qui contrôlent le marché, pour avoir une place. Ceux-ci lui donnent leurs tarifs. Ensuite, il y a trois variantes possibles : le commerçant accepte, reçoit sa place et paye les Azéris, ou bien il se débarrasse de sa marchandise à moitié prix et s’en va, ou bien, s’il se montre peu conciliant, les Azeris vont voir le policier « de garde » : là-bas, il y a un type inconnu et bizarre, il faut le contrôler Et le flic « contrôle », les papiers, la voiture, la marchandise…. On trouve toujours quelque chose à reprocher ..  si bien que le nouveau-venu est content de partir, sinon il lui faut encore payer son “rachat” aux policiers. Ca, en définitive, ça nous donne un double système de krysha, les Azéris, et les flics par-dessus ».

Le chef d’un des départements de la sécurité interne de la direction principale des Affaires intérieures de Saint-Pétersbourg D :

«Question : Que pensez-vous de l’idée selon laquelle la protection (krysha) policière a fini par remplacer les protections criminelles ?

R : Oui, c’est tout à fait juste. Et il ne s’agit pas de policiers ou de groupes isolés. Cela a lieu au niveau, disons, des commissariats. Un café se crée sur le territoire qui relève d’un commissariat. Le commissaire y envoie un îlotier. Celui-ci pose immédiatement les règles, et le café va payer tous les mois au commissariat une somme d’argent définie ».

A cela il faut ajouter le phénomène répandu des « raids noirs » (chërnoe rejderstvo) quand un « entrepreneur » récupère le business de ses concurrents avec l’aide de la police, des forces spéciales de la police (OMON). Le professeur V. Ovtchinski, haut-gradé de la police à la retraite, conseiller du Conseil constitutionnel russe a expliqué combien cela coûte : « Tout dépend du but final. Imaginons que l’on veuille récupérer une grosse entreprise, qui coute 10 millions. Pour régler l’affaire, il faut mettre 10%, c’est-à-dire 1 million de dollars, pour acheter les policiers, qui vont mener le raid. Si l’objet visé en vaut la peine, cela peut aller jusqu’à 30%. En conséquence, si les prix atteignent 100 millions de dollars, alors 30 millions servent à acheter des policiers »5 .

A l’heure actuelle (depuis 2010), les liaisons incestueuses de la criminalité organisée (« les bandits »), des forces de l’ordre ou des siloviki (y compris la police) et des organes du pouvoir locaux est reconnue au plus haut niveau de l’Etat.

Quelques citations :

Extrait de l’adresse du président de la Russie Dmitri Medvedev au Parlement6 : «Ces derniers temps, malheureusement, une série d’événements tragiques, dans lesquels nos concitoyens ont trouvé la mort a eu lieu. Les causes en sont, entre autres, le laisser-aller dans l’activité des forces de l’ordre et d’autres organes du pouvoir, et souvent leur fusion directe avec le monde criminel» (souligné par moi, Ia. G).

Extrait d’un article du Président du Conseil Constitutionnel V. Zorkin7: «Malheureusement, il devient chaque jour plus évident que l’imbrication du pouvoir et du monde criminel (souligné par moi, Ia. G) selon ce qui s’est passé à Kushevskaya8, n est pas unique.  Il s’est passé la même chose (ou quelque chose de semblable) ailleurs, à Novossibisrk, Engels, Gus-Khrustal, Berezovsk, etc… Il est évident pour tous, tant les experts professionnels que les simples citoyens, que notre Etat est en train de passer du statut d’Etat infiltré par le crime à celui d’Etat criminel» (souligné par moi, Ia. G).

Citons enfin, l’avis éclairé de l’ambassadeur des Etats-Unis en Russie, John Beyrle, connu grâce à Julian Assange, Wikileaks et le journal britannique The Guardian : «Dans la capitale fonctionne un système criminel à trois étages, au sommet duquel se trouve Loujkov (maire de Moscou à l’époque, ndt). Ensuite, on trouve deux énormes structures : le FSB et le MVD. Tout au bas de la pyramide, des petits criminels et des insepcteurs de base de différentes structures étatiques. De plus, on souligne que “le FSB est de loin la meilleure protection (krysha) pour faire du buisness en Russie”». «Le MVD récolte l’argent des petites et moyennes entreprises, et le FSB – du gros buisness». «Nos sources affirment qu’il n’y a plus besoin de la protection (kryshevanie) offerte par des bandes criminelles. Il est beaucoup plus simple, à Moscou, d’utiliser le MVD et le FSB». Dans son rapport suivant au Département d’Etat, Beyrle affirme : «les éléments criminels disposent d’une protection (krysha), qui traverse les rangs de la police, du FSB, du MVD et de la procurature, ainsi que les structures bureaucratiques du gouvernement de la ville de Moscou ».

Des analyses semblables sont faites par le diplomate Michael Davenport et d’autres businessmen et hommes politiques occidentaux, dont les évaluations du pouvoir russe ont été mises sur son site par Julian Assange.

Le futur de la milice/police russe

A l’heure actuelle, on discute activement en Russie de la réforme de la police, du projet de loi « Sur la police (o politsii) » (entré en vigueur le 1er mars 2011) ; le président propose de réduire les effectifs de la police de 20%.

Les officiels et des politiciens proches du Kremlin évaluent positivement tant la « réforme » que le projet de loi « Sur la police ». Cependant, nombreux sont les hommes politiques censés, les scientifiques, les associatifs, les anciens dirigeants du MVD qui critiquent sévèrement le projet et croient peu en la possibilité de réformer le système actuel du MVD.

Pour ce qui me concerne, j’ai écrit sur ce projet de loi : «son plus grand défaut, selon moi, est qu’il comporte un très grand nombre d’articles qui renvoient à d’autres lois ou à actes normatifs, qui eux-mêmes n’existent pas ou sont inopérants. J’ai trouvé plus de 100 renvois de ce type, sans compter les renvois à des actes législatifs réellement en vigueur.

Regardez la majorité des articles, et vous le verrez vous-même. Dans cette situation, on ne voit pas du tout comment la loi pourrait fonctionner. Je crains que  ca ne soit encore une fois un acte normatif vide.

Mais dans le même temps, les droits de la police / milice augmentent considérablement. En particulier, leur possibilité d’entrer dans les habitations privées est pratiquement illimitée. Pourquoi? Sur quelle base ? Qui plus est, cela contredit clairement la constitution, dans laquelle est clairement posée l’inviolabilité du logement (article 25). C’est loin d’être le seul exemple où un projet de loi contredit la loi fondamentale du pays. Il y a beaucoup d’incohérences de ce type. Dans l’ensemble, je peux prévoir que désormais, une fois la loi adoptée, la police aura des droits beaucoup plus étendus que maintenant. Et les citoyens, c’est-à-dire vous et moi, nous nous retrouverons dans une situation beaucoup plus difficile que maintenant»9. Et encore : «Le fait est que le SYSTEME se maintient, avec tous ses défauts, y compris la “composante politique”. Que dire de la possibilité d’appréhender n’importe qui et de le retenir pendant une heure (point 14 de l’article 13)? Et du droit de recueillir des données sur pratiquement chaque citoyen (point 17 de l’article 17) ? Et des renvois innombrables à des lois ou actes normatifs inexistants, dans lesquels on va pouvoir écrire ce qu’on veut. Et de la possibilité d’accéder librement dans les organisations à la documentation et aux données statistiques nnécessaires (point 5 de l article 13) ? Nous sommes tous dans le collimateur»?10 «Aux violations des droits de l’Homme que permet le projet de loi sont opposées des “limites” risibles : “si c’est nécessaire”, “pour des raisons  suffisantes”, etc. Et qui va déterminer la “nécessité”, les “raisons suffisantes”, la pertinence ou non ?

On souhaiterait que dans le nouveau projet de loi soit posé le contrôle sur son activité, la transparence totale de l’activité de la police. Le projet de loi ne le fait pas correctement. Ainsi, selon le point 2 de l’article 53, “les questions qui touchent l’organisation de l’activité de la police, les tactiques, les méthodes et leurs modes de réalisation ne relèvent pas du contrôle de la procurature” (?!). “le contrôle public sur l’activité de la police” est posé dans l’article 52, mais son mécanisme de réalisation n’est pas explicité.

Bizarre aussi, cette interdiction pour les policiers “de s’exprimer publiquement, de donner leur avis et d’évaluer, y compris dans les médias, l’activité des organes d’Etat et de leurs dirigeants”, ainsi que des décisions prises par la direction fédérale de la police (point 11 de l”article 30). Mais passons au plus important. Même si on ferme les yeux sur les défauts du projet de loi (ou qu’on suppose qu’ils seront corrigés par le législateur), ni la nouvelle rédaction de la loi actuelle sur la police, ni la nouvelle dénomination de cet organe, ni aucune innovation positive ne peuvent régler le problème cardinal qui est celui de la décomposition totale du système du MVD, avec sa corruption généralisée, l’occultation des crimes, la torture, la participation à des raids pour prise de contrôle d’entreprises, le manque de professionnalisme et l’alcoolisation d’une grande partie des policiers. La réfection de façade d’un édifice qui s’effondre est, encore une fois, un moyen de tromper la population»11.

En ce qui concerne la réduction des effectifs de la police de 20%, comme toujours en Russie, la “réduction” de n’importe quelle structure étatique amène en réalité à sa croissance. Deuxièmement, et c’est le plus important, on licenciera les policiers les plus corrects, honnêtes, les moins corrompus, pour qu’ils n’empêchent pas les autres de continuer à prendre des pots de vins, voler, torturer et tuer.

Je comprends que ce n’est pas politiquement correct de le dire, mais je n’ai pas le moindre espoir en une “réforme” du système du MVD qui soit menée par la direction de ce même MVD. Le système actuel du MVD est fondamentalement irréformable. Ou, comme je l’ai dit dans un interview au journal «Delovoj Peterburg» le 5 aout 2009 : «On ne peut rien faire – tous l’état major est mêlé à des schémas de corruption!… Notre police actuelle est irréformable, par définition. Il faut chasser tout le monde et engager de nouvelles recrues, mais comment le faire à l’échelle de la Russie? On peut le faire dans un pays comme l’Estonie ou la Géorgie, mais en Russie, avec ses dimensions, c’est impossible. Où est-ce que vous mettrez les un million et demi de personnes que vous renverrez, et par qui vous les remplacerez ?».

  1. Ndt : comme expliqué plus bas par I. Gilinski, l’organe appelé “militsia” en russe exerce en réalité des fonctions de police, et c’est par police qu’elle est en général traduite (voir nos différents documents sur le site www.russiaviolence.hypotheses.org). Dans un souci de cohérence, on traduira donc ici systématiquement “militsia” par police, sauf dans les cas où l’auteur discute des différentes dénominations – dans ces cas là, le terme employé en russe est mis entre parenthèse. []
  2. Les commissariats du peuple, dans l’Etat soviétique, remplissaient le role des ministères, existants dans la Russie tsariste. []
  3. Ndt : on gardera, dans la suite du texte, les abréviations russes, après avoir donné une fois la traduction dans le texte ; ex NKVD pour Commissariat du Peuple aux Affaires Intérieures, MVD pour Ministère de l’Intérieur, etc []
  4. Ndt “krysha” = le toit et le verbe “kryshevat'”, à la fois controler / protéger, s’utilise pour désigner la protection forcée offerte par les groupes criminels aux agents économiques. []
  5.  «The New Times», 27 décembre 2010, p 31. []
  6. «Rossiskaia Gazeta» – Edition fédérale № 5350, 1 décembre 2010 []
  7. «Rossiskaia Gazeta» – Edition fédérale № 5359, 10 décembre 2010 []
  8. En novembre 2010 l’assassinat de 12 personnes d’une même famille dans un village de la région de Stavropol a mis au jour un immense scandale de criminalité organisée impliquant les autorités de la région et couvert pendant de nombreuses années par la police et la justice. []
  9. URL: http://www.online812.ru/2010/08/19/010/ []
  10. URL:  http://crimpravo.ru/my/gilinski/comment/page4/ []
  11. URL:  http://crimpravo.ru/blog/162.html#cut []

New Law on Police Coming into force: Cosmetic Change Instead of Core Reform for a Key Power Institution ? (in French)

Aujourd’hui 1er mars 2011, entre en vigueur une nouvelle loi sur la police, expression législative d’une réforme attendue depuis deux ans. Outre un changement de nom ­­– la police russe s’appellera  désormais Politsia et non plus Militsia, la réforme doit se traduire par une baisse des effectifs ‑ annoncée de 20% , elle serait finalement moins importante que prévu ‑ et à l’obligation pour tous les policiers déjà en poste de repasser les tests d’aptitude à l’exercice de leur  fonction  : une mesure destinée à répondre aux nombreux abus de pouvoir, dénoncés de plus en plus ouvertement y compris par les plus autres autorités à l’occasion de scandales et faits divers dramatiques ayant mis en cause des policiers. La mise en place de conseils consultatifs auprès du ministère de l’Intérieur, formés notamment d’experts indépendants et représentants d’ONG, et l’apparition d’un débat public assez ouvert avaient laissé penser la mise en œuvre d’une réforme en profondeur du ministère de l’Intérieur. Pour de nombreux observateurs,  cet objectif initial a fait long feu et la loi du 1er mars 2011 ne devrait pas être accompagnée d’autres mesures de changement plus radicales.

Nous reviendrons plus en détail sur cette question à l’occasion d’une journée d’étude que nous  organisons le vendredi 25 mars.

Voir notre bibliographie sur la police russe et la recension des résultats d’une enquête publiée par la fondation Public Verdict, sur les attentes des citoyens russes face à la nécessaire évolution de l’institution policière.

En russe : une analyse comparée de la nouvelle loi et de la loi de 1991, en vigueur jusqu’au 1 mars 2011

Interview with Igor Kalyapin, Head of the Committee against Torture, Nijni-Novgorod (Fr + Ru)

We are pleased to publish the transcription in French of an interview with Igor Kalyapin, Head of Committee against Torture, an interregional human rights association based in Nijni-Novgorod, with offices in 5 regions. The interview was conducted on June 26, 2010 by Lukasz Jurczyszyn, a member of our team, during his field work in that region. The transcription and translation of the interview were made by Irina Tcherneva.

The Committee against Torture provides medical and legal assistance to victims of torture and ill-treatment from law-enforcement agencies, carries out public investigations, files complaints to Russian courts as well as to EChR in Strasbourg. It is also involved in advocacy work on issues such as torture and victims’ protection at internal and international levels.

The Committee is also increasingly involved in field trips to Chechnya in connection with torture, forced disappearances and other Human rights violations.

For more information about the Committee, see http://www.pytkam.net/web/.

Read the transcription (in French)

– Listen to the audio file (in Russian)

New Publication – A Collection of annual Reports on Xenophobia, Freedom of Conscience and Anti-Extremism by the SOVA Center for Information and Analysis

Publication of the fourth annual collection of reports of the SOVA Center:

Verkhovskii, A.M., Kozhevnikova, G.V., Sibirtseva, O.A. Ksenofobiia, Svoboda Sovesti i Antiekstremizm v Rossii v 2009 Godu: Sbornik Ezhegodnykh Dokladov [Xenophobia, freedom of conscience and anti-extremism in Russia in 2009: A Collection of annual reports by the SOVA Center for Information and Analysis]. Moscow: Sova, 2010. 141 p. ill., tabl.  ­ Nauchnoe izdanie ­ pbk. 14 x 21 cm. Printing 700. ISBN 9785984180160.  In Russian. 

The report summarizes all the major areas of research by the Center for Information and Analysis in 2009. The first report addresses pressing issues, such as the growth of radical nationalism, hate crimes, and the efforts of government and society to combat these problems. The second report focuses on the increasingly visible tendency to limit freedom of speech through further conscience legislation. It explores various cases and areas relating to freedom of conscience in contemporary Russia: religious practices, army, penitentiaries, etc. The third report analyzes unjustified use of anti-extremist legislation in Russia in the year in study. Appendices include statistical data and the cases which were tried by Russian courts on extremist charges.