Tag Archives: book reviews

the new nobility: book cover

Interview with Andrei Soldatov and Irina Borogan, editors of www.agentura.ru, authors of The new Nobility: the restoration of Russia’s Security state and the enduring legacy of the KGB (in French)

For a presentation in English see http://russiaviolence.hypotheses.org/796.

Journalistes spécialisés dans les services de sécurité, fondateurs du site agentura.ru et jusqu’en 2008 reporters pour Novaya Gazeta, Andrey Soldatov et Irina Borogan étaient à Paris le 31 janvier pour présenter lors d’un séminaire au CERI leur ouvrage The new Nobility: the restoration of Russia’s Security state and the enduring legacy of the KGB paru à l’automne 2010. Nous publions ici un entretien réalisé à Moscou le 15 novembre 2010, qui revient sur les principales thèses de leur ouvrage et donne également un éclairage sur certains des principaux enjeux politiques du moment.

Lors de la présentation à Paris le 31 janvier, Andrey Soldatov et Irina Borogan sont revenus sur des questions tout à fait intéressantes du point de vue de la sociologie des personnels du FSB et des différentes générations qui s’y côtoient ; ils ont aussi évoqué la manière dont sont formulés et traités un certain nombre de problèmes de sécurité actuellement : les enjeux croisés de la lutte contre le terrorisme vs. celle contre l’extrémisme qui recoupent aussi des lignes de partage au sein du pouvoir, mais aussi la récente formulation d’une nouvelle menace par les services de sécurité : les liens possibles entre les groupes armés du Nord-Caucase et les nationalistes, qui pourraient se trouver alliés objectifs dans la lutte contre le pouvoir. Ces idées courent en effet parmi les commentateurs et experts depuis quelques mois, alimentés par des événements de l’actualité, y compris la place du manège ou des attaques de postes de police par des jeunes nationalistes…

——————-

Comment est venue l’idée de votre livre ?

Quand nous sommes allés travailler à Novaya Gazeta, nous avions conscience que c’était le dernier journal où nous pouvions travailler, où ce sur quoi nous travaillons serait publié. C’est ce que nous disions publiquement à chaque occasion. Mais après que nous avons été congédiés de Novaya Gazeta en novembre 2008, nous étions assez désespérés et avons compris qu’il n’y avait plus d’espace possible en russe pour publier sur les sujets qui nous intéressaient. A ce moment là des amis journalistes aux États Unis nous ont suggéré de proposer un livre en anglais.

En janvier 2009, nous avions déjà trouvé un éditeur et nous étions mis d’accord sur un plan de travail, un an plus tard, le livre était prêt, l’ancien correspondant du Washington Post nous a aidé à l’éditer et il est sorti en septembre 2010. Cela a été une opportunité pour sortir d’une situation désespérée.

Ce n’était pas possible de trouver un éditeur en Russie ?

Nous avions déjà publié un livre en russe en 2005, mais cela n’a pas donné beaucoup de résultats. D’une part les éditeurs russes paient très mal… mais ce n’est même pas la question, c’est surtout que les livres sont très mal distribués. On pouvait le trouver dans quelques endroits seulement et les médias russes n’en n’ont pas du tout rendu compte alors que c’était le seul ouvrage sur les services spéciaux à ce moment là.

On constate aussi que les grands éditeurs évitent de publier sur ce thème, et on doit se tourner vers des éditeurs qui vont plus dans les ouvrages à sensation… cinq ans plus tard, la situation avait encore empiré et même ces éditeurs ont abandonné ces thèmes.

Peut-on trouver votre livre en Russie ?

Il est possible de le commander sur la version russe d’Amazon sur internet, www.ozon.ru. Et l’éditeur américain est actuellement en discussion avec l’éditeur russe de Vedomosti et du Moscow Times pour une publication en russe… De toutes façons, l’information qui figure dans notre livre est accessible au lecteur russe, car en termes factuels, tout est déjà sur notre site www.agentura.ru ou dans nos articles. Ce que nous avons ajouté dans le livre, c’est l’analyse.

Quelle a été l’accueil de votre livre ?

La couverture médiatique en Russie a été assez limitée : une interview sur Radio Svoboda et sur le service russe de la BBC, le magazine russe Forbes, un article que nous avons publié sur le site d’EZh, Ezhednevnyj zhurnal, plus quelques traductions de recensions parus dans la presse anglo-saxonne : c’est moins dangereux de citer un article déjà paru dans un autre pays, dans le Guardian par exemple. En Grande-Bretagne et aux États Unis, nous avons eu la possibilité de faire plusieurs présentations qui ont donné lieu à de nombreuses recensions et nous étions en général face à un public informé qui cherchait à comprendre mieux ce qui est une des thèses principales de notre livre, à savoir aller contre l’idée couramment répandue d’une filiation directe entre le KGB et le FSB. Les membres du FSB aiment souvent se déclarer comme les héritiers du KGB, cela fait partie d’un discours de propagande qu’ils tiennent en partie pour eux-mêmes, cherchant justifier le présent par le passé. En réalité, les motivations sont toutes autres.

Beaucoup de questions nous ont été posées sur la réalité des capacités de contrôle du FSB, sur son efficacité. En réalité cette structure qui s’est vue confiées des missions et des prérogatives considérables est en réalité inefficace, n’a rien apporté d’utile : elle a fait beaucoup de mal à société, ce qu’on dit peu, et elle n’a rien fait de bien non plus pour l’État.

Si on en vient au problème de la violence, dans les années 1990, on a pu présenter les services spéciaux comme un rempart contre le chaos… cette structure est-elle porteuse d’une violence supplémentaire ou bien peut-elle atténuer d’autres types de violence ?

Prenons l’exemple de la lutte contre le terrorisme, une des missions importantes des services secrets : depuis le début des opérations en Tchétchénie fin 1999, le FSB n’en n’a été responsable que pendant 31 mois, ensuite c’est le ministère de l’Intérieur qui a pris le relais. Pourquoi ne veulent-ils pas assumer leurs responsabilités en période de crise ? Au lieu de sortir le pays du chaos dans ces moments là, ils ont refusé leurs responsabilités. Cela ne veut pas dire qu’ils ne recourent pas à la violence, mais cela veut dire qu’ils ne veulent pas porter de responsabilité. C’est une forme de faiblesse qui leur fait aussi perdre, sinon des ressources, en tout cas de l’influence.

Donc, cela signifie qu’ils ne se situent pas au dessus du pouvoir politique comme on le dit souvent en occident ?

Non, ils ne contrôlent pas le pouvoir politique. Le problème, c’est qu’entre le Kremlin et les services spéciaux, il n’y a aucune distance, aucun mécanisme de contrôle, de structure indépendante qui pourrait vérifier les informations transmises. Tout ce qui est dit par les services au Kremlin est considéré comme la vérité. C’est cela le problème ! Mais s’ils étaient au dessus du pouvoir, si le FSB pouvait déterminer le cours politique et économique du pays, nous serions face aujourd’hui à un tout autre système politique. En réalité la situation a peu changé depuis les années 1990. Les oligarques ont pour la plupart conservé les positions qu’ils ont acquises ont moment des privatisations, à l’exception de quelques uns, comme Khodorkovski par exemple. Le nouveau pouvoir a garanti les mêmes conditions que le précédent. Bien sur, si le FSB pouvait peser sur cette situation, la modifier, alors on pourrait considérer qu’ils ont le pouvoir. Mais ils ne sont pas au pouvoir, ils travaillent pour le pouvoir, toujours pour ces mêmes oligarques qui déterminent l’évolution du pays. Le problème c’est qu’il n’y a pas de mécanismes de contrôle, qu’ils ne sont comptables de rien, cela ne veut pas dire qu’ils ont le pouvoir, ce sont deux questions différentes.

Dans le cas de Khodorkovski par exemple, la situation n’est peut-être pas correctement évaluée : on a l’a présentée comme un conflit entre les libéraux et les siloviki, on a fait de Khodorkovski le représentant d’une « classe ». En réalité ce n’est pas ça, ce n’est pas ce sont différents groupes de siloviki au service d’oligarques en conflits entre eux. Mais idéologiquement, ils sont pareils. Et Khodorkovski s’est retrouvé face à ces oligarques, qui dans les années 1995-1996, utilisaient les médias pour arriver à leurs fins et qui ensuite ont commencé à utiliser le FSB, l’inspection des impôts, le Comité d’Enquête etc. Ce sont simplement d’autres méthodes. Et depuis des années, ceux qui défendent Khodorkovski ont consciemment évoqué le fait que le pouvoir des siloviki dépendaient des oligarques qui à leur tour exécutaient les ordres du Kremlin, qu’ils avaient tous peur de Poutine etc… c’est très difficile de lutter contre ces représentations et pourtant si vous regardez bien, c’en est même ridicule ! par exemple, si on prend les décisions qui ont été prises après la crise de 2008, le pouvoir a distribué de l’argent du budget à des oligarques comme Deripaska ou Abramovitch et personne ne les a sanctionnés pour les décisions totalement erronées qu’ils avaient prises auparavant en termes de rachats d’actifs etc… Ces oligarques ont reçu de l’aide sans aucune contrepartie, sans aucune caution sur leurs actions. Deripaska a déposé dans les banques occidentales une partie de ses actifs alors que l’État lui a donné de l’argent il y a deux ans justement pour que les actifs ne partent pas dans les mains de l’occident. C’est quand même absurde de la part de l’État de ne pas avoir consenti un prêt garanti sur les biens de l’entreprise.

Nous devons aussi nous débarrasser d’un autre mythe, auquel nous avons nous même cru longtemps : que les pays capitalistes étaient intéressés par les libertés et la démocratie. C’est ce qu’on a expliqué pendant 10 ans dans les années 1990, et nous y avons cru alors que c’était stupide. Le monde des affaires est intéressé d’abord et avant tout par la voie le plus rapide pour se mettre d’accord avec l’État. Après la crise financière de 1998, après la guerre au Kosovo qui a provoqué un élan de patriotisme, les oligarques ont compris que le modèle le plus simple n’était pas de chanter le pouvoir via les journaux mais de se mettre d’accord directement avec lui, pour construire un modèle autoritaire. C’est ce qui s’est passé, le monde des affaires a accepté ce modèle, gage de stabilité et de sécurité. De son côté, la classe moyenne a adhéré car on lui a garanti en échange un crédit peu cher, peu d’impôts etc. Ils se sont laissé acheter. Quant au reste de la société, on n’en a tout simplement pas tenu compte.
Ceci vient buter contre l’idée couramment admise de classes moyennes porteuses et garantes de la démocratie…

Peut être en Occident mais pas en Russie ! Qu’exige par dessus tout la classe moyenne ? La sécurité et des règles du jeu compréhensibles. Si ces conditions sont remplies, elle oublie immédiatement la question des libertés politiques, qui finalement ne sont pas indispensables. Les gens ne vont pas aller participer aux élections, on leur garantit la possibilité de gagner leur vie correctement et de le dépenser relativement en sécurité, même si il peut y avoir certains dangers aussi…
Justement, tout de même, il peut y avoir une prise de conscience, par exemple la violence policière peut les toucher eux, simple citoyens, autant que des travailleurs migrants, dans ce cas la sécurité n’est plus assurée…

Oui mais dans ce cas, ils n’iront pas chercher loin, très clairement ils s’autolimitent sur les questions politiques. Oui, ils diront peut-être qu’il faut se débarrasser des brebis galeuses dans la police mais pas plus. Pareil pour la forêt de Khimki, ils s’en occuperont peut être mais n’iront pas plus loin. Sinon c’est l’idée que la politique est une affaire sale, qu’ils sont tous pourris etc. donc ça s’arrête là. On voit bien qu’il n’y a pas de structure horizontale qui pourrait unir les gens dans tout le pays. C’est une condition pour le maintien du régime. Par exemple on voit bien que cette alliance entre les oligarques et l’État dans les années 2000 a éliminé les couches actives de la société. Et dans cette entreprise de liquidation, le FSB a joué un rôle important en faisant pression sur les organisations de défense des droits de l’Homme par exemple, mais aussi sur toute autre structure horizontale, sur les relations avec l’occident… sur tous ceux qui auraient pu unir les gens. De ce point de vue, les services de sécurité ont été très dangereux et ont fait beaucoup de tort à la société. Souvent on dit que tout allait bien, que la société fonctionnait parfaitement et que brusquement les tchékistes sont arrivés au pouvoir et ont tout détruit. Mais ce n’est pas cela qui s’est passé, on leur a donné ce pouvoir, ils ne l’ont pas pris, l’élite dirigeante a compris que ce système serait le plus intéressant pour elle. Et tous ont marché, à l’exception de quelques groupes de citoyens à Moscou, Saint-Pétersbourg et dans quelques grandes villes. C’est un pacte, Poutine est vraiment populaire, ce serait stupide d’affirmer le contraire, Medvedev aussi est plutôt populaire.

Pour revenir sur les relations Oligarques/FSB, prenons l’exemple du discours critique de Medvedev à propos du combinat de cellulose du Baïkal [V. Poutine avait  annoncé en janvier 2010 la réouverture de l’usine de cellulose sur les bords du Baïka, provoquant une montée de contestation, jusqu’à ce que D. Medvedev leur donne raison au mois de juin] : on pense que c’est pour calmer les gens dans l’intéret de l’Etat, mais en réalité c’est d’abord pour Deripaska que cette contestation était un problème parce que cette usine était un problème pour Deripaska. C’est d’abord important pour lui qu’il n’y ait pas de bruit. Très difficile dire dans ces situations qui des oligarques ou des siloviki fait pression sur l’autre.

Mais comment alors analysez-vous ce qui s’est passé autour de la défense de la forêt de Khimki ? on a parlé de fissures dans le tandem qu’est ce que cela signifie vraiment…

Pour la société, cela ne signifie pratiquement rien. Une personne comme Tchirikova [qui a pris la tête de la mobilisation contre la construction de l’autoroute à travers la forêt de Khimki] ou les autres militants de Khimki ne veulent pas aller plus loin. Au début, il y a eu l’espoir qu’il pourrait en sortir quelque chose de plus large, avec des revendications sociales ou politiques, mais ils sont restés au même niveau. Bon, aujourd’hui ils parlent de lutter contre la construction d’une nouvelle rocade autour de Moscou, ils peuvent élargir géographiquement leur champ d’action mais ne le font pas politiquement.

Quant aux déclarations de Medvedev, il faut bien voir que depuis quelques mois il a fait tout à fait délibérément un certain nombre de pas destinés à l’opinion occidentale. Cela ne lui coûte rien et n’aboutit à aucun changement concret. Simplement, l’espace public a été pendant tellement longtemps occupé jusqu’à l’absurde par Poutine qu’il suffit qu’il fasse ce genre d’annonce pour que cela apparaisse tout de suite pour une grande ouverture démocratique. On en est arrivés à une situation telle que lorsque sur NTV, un présentateur critique le fait qu’on tabasse les journalistes, c’est perçu comme une grande avancée démocratique. Et pourquoi n’évoque t on pas le fait qu’une semaine après les faits, aucune enquête n’est ouverte. Pareil pour la suspension des travaux de l’autoroute à Khimki, cela ne veut rien dire « suspendre ».

Il y a cependant d’autres groupes, plus radicaux mais plus politisés, comme les antifas…

Oui tout à fait, mais eux sont dans le collimateur de Medvedev car la lutte contre l’extrémisme est un nouvel enjeu, très important, pour Medvedev, plus que la lutte contre le terrorisme, qui d’une certaine manière reste un problème local. Même s’il se produit des attentats à Moscou, on fait comprendre que le problème est celui du Nord-Caucase. Alors qu’en ce qui concerne la lutte contre l’extrémisme, c’est une manière de conserver la stabilité politique en faisant pression sur n’importe quel groupe ou organisation indépendant tentant de rétablir des liens horizontaux dans la société. Cela va des organisations religieuses aux défenseurs des droits de l’Homme. Malheureusement, la liste de ces « ennemis », qu’ils soient écologistes, antifas etc… correspond de plus en plus souvent à celle que l’on trouve dans les pays occidentaux. En ce sens ils trouvent facilement à se parler… par exemple, des moyens considérables sont investis dans les techniques de surveillance, les bases de données, les échanges d’informations. Par exemple, des manifestants inscrits dans des bases de données ici peuvent se retrouver sur des listes de personnes interdites d’entrée en France. Personne dans les autres pays n’a protesté quand en 2006 on a empêché les antiglobalistes [« équivalent » russe des altermondialistes] de manifester lors du sommet du G8 à Saint-Pétersbourg. C’est aussi un grand problème. Sur notre site nous avons une rubrique en anglais et en russe http://www.agentura.ru/press/about/jointprojects/ej2/ où nous montrons comment se forment les listes noires, comment fonctionne le département du MVD en charge de la lutte contre l’extrémisme, le « centre E ». C’est aussi un des chapitres du livre.

Vous vous intéressez donc à ses aspects techniques du contrôle, Les jeux Olympiques de Sotchi vont être aussi un enjeu…

Oui tout à fait, il y déjà l’exemple des JO en Chine. On commence seulement à s’y intéresser… Mais en effet, des moyens spéciaux sont mis en place. Pour ce qui est des moyens humains, ils ont procédé un peu « à l’ancienne » en affectant une division entière des forces de l’Intérieur (vnutrennye voiska) aux jeux de Sotchi, pour laquelle une ville-garnison est en construction. Des moyens techniques sont aussi engagés, par exemple un système permettant d’écouter toutes les conversations téléphoniques sur les lieux.

Il s’agit de contrat avec des firmes occidentales ?

Pas seulement. Certains pays comme l’Indonésie achètent des équipements aux firmes occidentales, ce qui permet éventuellement un contrôle. Ce qui s’est fait avec Siemens en Chine. Mais en Russie, nous avons les moyens scientifiques et techniques en interne pour fabriquer ces équipements. Par exemple, pour la surveillance de skype, il y a deux entreprises israéliennes dans le monde, que l’on connaît, mais en Russie nous avons les deux nôtres… En principe ces contrats doivent être accessibles, mais c’est facile de les classifier en arguant du fait que Sotchi est dans une zone proche de la frontière. Il y a aussi la possibilité d’utiliser le GRU [renseignement militaire] : il se trouve qu’il existe 2 divisions de troupes spéciales du GRU  au lieu d’une dans le district militaire du Sud, une à Rostov, une à Sotchi. Quand le ministre de la Défense a annoncé des baisses d’effectifs dans les Troupes spéciales, il a conservé celle de Sotchi alors que celle de Rostov était beaucoup plus expérimentée. Tout ce qui touche au GRU est secret, impossible donc d’enquêter sur leurs fonctions, leur nombre, comment ils s’entraînent…

En ce qui concerne la biométrie, la Russie a développé ces derniers temps un gros programme, plus tardivement que dans les pays occidentaux, mais qui avance plus rapidement car il ne rencontre aucune résistance, ni dans la société ni au Parlement… les empreintes digitales ont déjà été collectées auprès de 71 millions de personnes, quasiment toute la population d’âge actif, ce qui signifie que toutes les possibilités sont utilisées, la moindre infraction administrative… Une très grosse base de données de voix est aussi en cours de réalisation, avec l’enregistrement des voix des militants. Le passeport extérieur biométrique est aussi en cours, cela permettra ensuite de construire une méga base au niveau international avec toutes les données.

Par exemple, pour rester en Russie, un défenseur des droits de l’Homme et militant de Nijni Novgorod a été inscrit sur la liste noire des extrémistes pour avoir organisés les marches du désaccord et son nom a été transféré sur la liste des meurtriers et dangereux criminels recherchés, liste communiqué à tous les services de police des transports. Lors d’un trajet en train de Moscou à Samara, il a été arrêté trois fois, on l’a emmené dans un wagon spécial pour l’interroger pour lui demander où il allait, pourquoi, s’il ne s’apprêtait pas à mener une action illégale etc. Il a fini par comprendre en leur demandant qu’il avait été inscrit sur cette liste et qu’à chaque étape du voyage, la police recevait un ordre pour l’interroger. Il a porté plainte, le tribunal a confirmé ces faits mais il a perdu. Mais au moins cette pratique a pu être publiquement attestée.

Je vous remercie

Interview conducted on Novembre 15th 2010, Moscow, by Anne Le Huérou

Book on Violence in the Russian Army Reviewed – Andzhei Belovranin, “Chernaia Kniga” (Reviewed in French)

Compte-rendu de lecture – Andzhei Belovranin. Chernaia Kniga [Le livre noir]. Norma : Saint-Pétersbourg, 2010. 150 p. Recensé par Françoise Daucé.

Cet ouvrage, rédigé par Andzhei Belovranin, est le résultat d’une collaboration entre l’Organisation des mères de soldats de Saint-Pétersbourg et le journal indépendant Novaia Gazeta. Il est fondé sur la présentation documentée de cas concrets de violences dans l’armée russe mais propose aussi, au-delà de ces faits précis, des éléments de réflexion plus généraux sur les logiques de violence dans les forces armées et l’Etat dans son ensemble. Dans l’introduction, l’auteur tente de réfléchir à la nature des changements observés depuis la chute de l’URSS. A l’époque soviétique, l’armée était une « institution de socialisation masculine ». Ce mythe était utile à la machine étatique qui, par l’intermédiaire de l’armée, inculquait surtout à ses citoyens le sens de la hiérarchie. Après la chute  de l’URSS, toutes les tentatives de réforme de l’armée se sont heurtées à une forte hostilité des responsables militaires. Le fossé entre la société « capitaliste » et l’armée pro-soviétique s’est élargi. La situation des officiers et des soldats s’est dégradée. D’après l’auteur de cet ouvrage, au terme d’un processus de « sélection naturelle » de vingt ans, il ne reste plus dans l’armée que des officiers corrompus (ceci étant le seul moyen de survivre). La dedovchtchina (bizutage violent des conscrits) est devenue le lot commun du quotidien militaire. Avec l’arrivée au pouvoir de V. Poutine, l’armée n’a pas été réformée en profondeur car l’idéal du modèle militaire soviétique reste implicitement en vigueur.

L’ouvrage est divisé en deux grandes parties, la première portant sur « La logique de protestation » (les crimes, l’impunité, la résistance et l’assistance) et la seconde constituée d’un « Panoptique » (la xénophobie, la psychiatrie répressive, l’Ossétie du sud, les officiers). L’ensemble est nourri de cas concrets dont a été saisie l’Organisation des mères de soldats en 2008 et 2009. Dans la première partie, les auteurs donnent des exemples de crimes commis récemment dans l’armée russe. Ils évoquent longuement l’histoire de cinq soldats d’une unité de Carélie, victimes des violences de leur sergent et de conscrits plus âgés. L’Organisation des mères de soldats a réussi à les aider et s’est ensuite intéressée à leur unité touchée par la dedovchtchina. Grâce à cette intervention, les officiers responsables ont été limogés des forces armées. Cependant, la dedovchtchina demeure dans cette unité. Les mères de soldats considèrent que la violence est liée au système lui-même et non à des personnes en particulier. Ces violences suscitent généralement une réaction de fuite chez les victimes. L’ouvrage présente ainsi plusieurs cas de jeunes soldats victimes de violence, qui, avec le soutien de leurs parents (père et/ou mère), ont déserté l’armée. Cette désertion ne s’accompagne pas nécessairement d’une volonté de faire valoir ses droits. Souvent, les familles renoncent aux poursuites judiciaires une fois que leur enfant obtient le droit de quitter l’armée. Les auteurs des crimes restent ainsi généralement impunis, ce qui contribue à la persistance des violences. Le soutien des commandants aux criminels et parfois le soutien implicite de la procurature militaire donnent aux victimes l’impression que le système est invincible, qu’il ne faut pas essayer de lutter. Les cas où les victimes décident de se battre contre la machine militaire sont rares mais peuvent cependant donner des résultats. Le livre en donne plusieurs exemples. Il présente ainsi le cas de la mère d’un jeune conscrit qui a réussi à faire ouvrir une enquête pénale ainsi que le cas d’un jeune homme, Mikhail Agapov, qui a décidé de se battre seul contre l’armée. Sa famille a du surmonter sa propre crainte pour lui venir en aide avec le soutien de l’Organisation des mères de soldats. Au terme de ces parcours de mobilisation contre l’armée, certains parents, peu nombreux, rejoignent l’association. Les mères de soldats insistent sur la nécessité de mener une action collective. Au concret, elles présentent des exemples d’initiatives collectives de soutien à des cas individuels. Une pétition de soutien à un jeune homme victime de la dedovchtchina dans une unité du ministère de l’Intérieur près de Saint-Pétersbourg en 2009 a regroupé 1300 signatures. L’attention que les médias ont porté à cette affaire a obligé les autorités militaires à fournir des réponses. Les mères de soldats considèrent que l’opinion publique a un poids et que, en dépit de la loyauté de la majorité des médias à l’égard du pouvoir, des journalistes continuent à travailler librement. Cette expérience du terrain vient nuancer les lieux communs sur la dépendance de la presse et l’anomie sociale face aux abus du pouvoir. Au concret et au niveau local, des cas de mobilisation fructueuse, même s’ils sont peu nombreux, sont notables.

Dans la deuxième partie de l’ouvrage, intitulée « Panoptique », les pathologies générales de l’armée et de l’administration russes sont examinées. Le premier chapitre est ainsi consacré au problème de la xénophobie. Les deux guerres de Tchétchénie et la troisième qui se dessine en Ingouchie ont profondément alimenté la xénophobie en Russie. Dans l’armée, cette xénophobie se traduit par la volonté de soumettre toux ceux qui ont la peau sombre. Là encore, les exemples concrets sont nombreux. Les musulmans sont victimes de discrimination, mais il s’agit là d’un prétexte religieux pour soumettre ceux qui sont différents. Malgré cette xénophobie, dans le Caucase, la situation économique et sociale est si désastreuse que de nombreux jeunes considèrent les services de sécurité et l’armée comme la seule issue pour avoir des perspectives. Il arrive même que des jeunes paient des pots de vin pour partir à l’armée s’ils ont été réformés pour raison médicale. Ils se heurtent alors au racisme des représentants de la nationalité majoritaire. Les mères de soldats regrettent qu’elles soient peu contactées dans les affaires de xénophobie. Les victimes de racisme ne s’adressent que rarement à elles. Le second chapitre est consacré à la psychiatrie répressive. L’auteur de l’ouvrage affirme qu’après la chute de l’URSS, la psychiatrie russe a été aussi peu réformée que l’armée. La psychiatrie est ainsi utilisée pour « soigner » les soldats qui causent du tort à leurs supérieurs corrompus. Les mères de soldats font état de plusieurs cas de soldats, victimes de violences dans l’armée, qui, après avoir fui leur unité, ont été internés en hôpital psychiatrique et soumis à des traitements imposés. Cette hospitalisation permet d’éviter les poursuites contre les auteurs des violences. Le troisième chapitre est consacré à l’Ossétie du sud. La guerre a montré l’impréparation de l’armée et ses problèmes de commandement, ainsi que son incapacité à échapper aux problèmes de dedovchtchina et de corruption dans les conditions d’un conflit. Les mères de soldats rappellent le cas de soldats russes ayant fui vers l’ennemi géorgien pour échapper aux violences dans l’armée. Elles ont reçu après le conflit, de nombreux témoignages d’envoi de conscrits au combat en Ossétie du sud, ce qui est contraire à la loi (jusqu’à un oukase de Medvedev du 30 septembre 2009 autorisant post factum l’envoi des conscrits hors des frontières de la Fédération). Les mères de soldats ont aussi rassemblé de nombreux témoignages de soldats n’ayant pas reçu les indemnités leur étant dues pour leur participation au conflit. Enfin, le dernier chapitre de cette partie est consacré aux officiers et à leurs difficultés. La loi russe prévoit notamment l’octroi d’un appartement aux officiers ayant servi au moins 20 ans (ou 10 ans s’ils sont contraints de quitter l’armée pour raison de santé ou diminution des effectifs). Mais ce droit n’est généralement pas appliqué en raison du manque de logements disponibles. L’Etat échappe par tous les moyens à ses obligations envers les officiers. L’Organisation des mères de soldats est ainsi intervenue pour défendre les droits d’officiers demandant l’obtention d’un appartement.

L’ouvrage se conclue par trois longs entretiens. Ella Poliakova, présidente de l’Organisation des mères de soldats de Saint-Péterbourg, raconte les débuts de son engagement en faveur des soldats, dans l’effervescence de la perestroïka. Elle explique sa volonté d’informer les gens de leurs droits. Elle souligne cependant que la défense des droits en Russie se heurte à la corruption. Les gens préfèrent payer des pots de vin plutôt que de recourir à la loi et à la justice. Cependant, l’attachement des mères de soldats au droit fonde leur reconnaissance par les autorités militaires elles-mêmes. Ella Poliakova présente les liens de coopération que son organisation a tissés avec des officiers de la région de Saint-Pétersbourg. Le deuxième entretien rapporte les propos de Vitalij Tsymbal, responsable du Laboratoire d’économie militaire de l’Institut de l’économie de la transition. Il présente les réformes engagées par le ministère de la Défense en 2009 et les limites des réductions d’effectifs qui les accompagnent. Ces réformes restent fondées sur une conscription massive, le coût des conscrits étant moins élevé que celui des soldats contractuels. V. Tsymbal souligne que les conscrits sont toujours moins efficients que des professionnels. L’armée russe reste massive (près d’un million d’hommes dont 150 00 généraux et 170 000 contractuels, le reste étant composé de conscrits) mais les réformes ne devraient pas lui permettre de gagner en efficacité. Dans le troisième entretien, Aleksandr Golts, rédacteur en chef adjoint du journal électronique « Ezednevnij zurnal », estime que les quatre réformes militaires engagées après la chute de l’URSS ont échoué car elles conservaient comme idéal le modèle de l’armée soviétique. A. Golts souligne lui aussi l’aberration des réformes en cours, destinées à renforcer la conscription aux dépens du professionnalisme, alors même que les conflits contemporains ne nécessitent plus la mobilisation massive de réservistes.

Cet ouvrage, fondé sur l’expérience quotidienne de l’Organisation des mères des soldats de Saint-Pétersbourg, apporte de très nombreux exemples concrets qui montrent que les difficultés des soldats dans l’armée, bien documentées dans les années 1990, n’ont pas disparu avec les réformes poutiniennes. Les cas empiriques rapportés ici sont utiles pour comprendre les réalités sociales de l’armée russe contemporaine. Des éléments de comparaison avec les autres institutions « totales » de la Russie se dessinent même. Plusieurs remarques soulignent la proximité des pratiques d’autorité dans l’armée et dans les prisons. De nombreux termes du lexique militaire viennent de la prison. Ainsi, dans le jargon militaire, le terme de « rouge » est venu du jargon pénitencier pour désigner ceux qui collaborent avec les chefs pour améliorer leur situation. Les entretiens, présentés en fin d’ouvrage, offrent des éléments de compréhension des réalités militaires. Ils permettent notamment d’interroger la nature des réformes engagées par le ministère de la Défense, leur économie et leurs conséquences, souvent perverses. Le livre est moins convaincant lorsqu’il tente de recourir à des typologies politiques générales pour expliquer le fonctionnement quotidien de l’armée russe. Ainsi, l’armée est ici présentée comme une « institution féodale » fonctionnant en réalité selon les règles du « despotisme oriental » et du « servage ». Ces considérations, plus militantes qu’analytiques, n’enlèvent rien à l’intérêt de cet ouvrage qui constitue un accès aux réalités de la vie des soldats dans l’armée russe actuelle.

Françoise Daucé, Université Blaise-Pascal, CHEC / CERCEC

Book Review – Demos Report on Police Arbitrariness (reviewed in French)

Demos, Militsiia mezhdu Rossiei i Chechnei. Veterany konflikta v rossiiskom obshchestve, Moskva, 2007, 304 pages. Reviewed by Elisabeth Sieca-Kozlowski

L’étude de Demos sur les policiers vétérans des guerres de Tchétchénie1 constitue la seconde étude complexe du centre2. La première s’intéressait au phénomène de l’arbitraire (« proizvol ») dans la police. Cette nouvelle étude s’intéresse à un des facteurs de développement de cet arbitraire : le passage par la Tchétchénie3.

Bien que les deux conflits de Tchétchénie (1994-1996 et 1999-jusqu’à aujourd’hui) aient entraîné l’envoi de dizaines de milliers de militaires et de membres des ministères dits « de force » dans les zones de combats , le centre Demos a choisi pour son étude de s’intéresser exclusivement aux policiers et aux forces spéciales du ministère de l’Intérieur (OMON).

Officiellement les opérations militaires en Tchétchénie ont pris fin en 2002, pour entrer à cette date dans une phase de « reconstruction ». Depuis cette date, policiers et membres des forces spéciales du ministère de l’Intérieur (MVD) continuent d’être envoyés sur place par rotation dans le but de maintenir l’ordre, de former les forces de l’Intérieur tchétchènes et de les assister dans leur tâche. En réalité les affrontements persistent depuis cette époque.

A leur retour au pays, ces hommes du ministère de l’Intérieur se retrouvent de nouveau à leurs postes et leurs fonctions en contact direct avec la population et cela à la différence des membres des forces armées et des forces spéciales du ministère de la Défense rentrés dès 2002 dans leur garnison et réaffectés à leurs missions spécifiques.

Pour Demos, ces policiers, de retour à la vie civile, en l’absence de systèmes adéquats de réhabilitation professionnelle et psychologique, connaissent une déprofessionalisation et une désadaptation qui les entraînent vers des écarts et des violations du droit qu’ils sont censés faire respecter.

Pour comprendre comment influe sur ces hommes le passage par la Tchétchénie, pour mesurer le poids du vécu et de l’expérience tchétchène sur les vétérans des forces du ministère de l’Intérieur et leur adaptation à la vie civile à leur retour, le centre Demos a interviewé en 2006 des vétérans du ministère de l’Intérieur issus de 5 régions de Russie ainsi que leurs épouses, des dirigeants du ministère de l’Intérieur, des commandants des postes de police, des psychologues du MVD et des leaders d’organisations vétéranes. Au total 95 entretiens ont servi de base au rapport du centre.

Le rapport est divisé en 5 parties : la première traite du rapport des policiers au conflit en Tchétchénie, leur appréciation de la situation et les raisons qui les poussent à partir en mission. La seconde partie concerne leur réhabilitation et leur adaptation à la vie civile. La troisième partie examine le rapport de la société aux vétérans. La quatrième partie est consacrée à la problématique des vétérans canadiens. Enfin, la dernière partie examine la situation des vétérans dans cinq régions de Russie.

Alors que pour une bonne majorité des commandants interrogés dans le cadre de cette étude l’expérience tchétchène est perçue comme positive – selon eux elle soude le groupe, permet aux policiers d’acquérir une plus grande confiance en eux et d’apprendre à tirer – , le rapport Demos met en avant plusieurs facteurs d’aggravation de l’état des hommes liés au passage par la Tchétchénie.

L’allongement de la durée des missions en Tchétchénie (de 1 mois et demi au début de la seconde guerre de Tchétchénie à 3 puis 6 mois) en constitue un: éloignés longuement de leurs familles, incapables à leur retour de se mettre à jour sur les nouvelles lois et procédures à l’usage dans leur poste de police, les policiers sont incapables de faire face à leur tâche, perdent leur qualification et le sens de la réalité. Leur rapport à la population se fausse : on assiste à une transposition de la méfiance – qu’on leur a appris à ressentir vis-à vis de la population civile tchétchène – à la population de leur province. La disparition, en 2002, des indemnités de combat4 constitue un autre facteur d’aggravation de l’état psychologique des combattants : alors qu’elles constituaient la motivation principale du volontariat pour les missions en Tchétchénie (pour les policiers essentiellement car pour les OMON ces missions sont obligatoires), leur disparition a entraîné des pressions de la part des commandants sur des hommes moins enclins à partir. A partir de 2006, il est donc devenu quasiment impossible d’échapper aux kommandirovki (missions) en Tchétchénie. Ces contraintes informelles sur les policiers (le principe de volontariat est toujours en vigueur officiellement) ont provoqué et continuent de provoquer le départ de la police du personnel qualifié.

Le rapport du centre Demos met également en avant les failles – voire la quasi-absence – de systèmes de réhabilitation psychologique et professionnelle des vétérans du MVD : de fait, le système de réhabilitation ne répond pas aux problèmes soulevés et n’englobe pas les questions de réintégration professionnelle.

Le chapitre d’Asmik Novikova sur le service psychologique du MVD5 est particulièrement éclairant et instructif à bien des égards sur le développement de la psychologie en Russie et sur la mentalité stalinienne encore à l’œuvre aujourd’hui. Outre le fait que jusqu’en 2006 les psychologues du MVD n’étaient pas tenus de posséder une formation en psychologie (n’importe qu’elle formation en sciences humaine ou sociales suffisait), et que la notion de confidentialité des informations recueillies par les psychologues n’existait pas, on y apprend d’une part que les psychologues, qui sont censés prendre en charge les vétérans de Tchétchénie, ont une position ambiguë dans l’institution dans la mesure où ils sont soumis au même système de grade que leurs collègues et qu’ils peuvent éventuellement participer à des patrouilles si le poste de police est mis en alerte ; d’autre part, qu’ils dépendent de la direction des cadres et à ce titre sont chargés de sélectionner les cadres susceptibles de travailler dans la police ou susceptibles d’être licenciés (ce qui implique que les policiers hésitent à se confier à eux) et qu’enfin le système d’expertise psychologique est profondément marqué par une conception historiquement russe et idéologiquement stalinienne6 de l’individu et de son état psychique qui fait du traumatisme une faiblesse personnelle. Au regard de cette perception , les psychologues ont donc pour mission de détecter les éléments potentiellement défaillants avant que ceux-ci ne partent sur le terrain des opérations. Ce qui signifie que toute manifestation de syndrome de stress post-traumatique est en soi la preuve de l’incompétence professionnelle de ces psychologues. Il est donc peu surprenant qu’un nombre infime de syndromes de stress post-traumatique soient détectés par les psychologues du ministère de l’Intérieur chaque année.

Au-delà de cette mentalité à l’œuvre au sein des services psychologiques du MVD, un constat s’impose : il n’existe pas de capitalisation de l’expérience des guerres locales précédentes. Alors que les OMON sont engagés depuis les années 1980 dans des coup de mains dans l’Étranger proche, aucune réflexion au sein du ministère sur l’impact de ce que l’on peut qualifier de « combats » sur les forces de l’ordre n’est en œuvre. Il ne semble pas non plus qu’il y ait de transfert de savoir-faire entre les ministères de l’Intérieur et de la Défense dans ce domaine alors que ce dernier possède une expérience ancienne et relativement poussée – même si elle reste insatisfaisante – en matière de réhabilitation psychologique et professionnelle.

Le tableau général que dresse l’étude de Demos sur le rapport du ministère de l’Intérieur et plus généralement de la société russe vis-à-vis de ses vétérans des conflits de Tchétchénie est inquiétant à plusieurs titres : dénis de la guerre et de ses conséquences sur les hommes, mépris des limites de la résistance humaine et de la souffrance psychique, lenteur et défaillance dans leur prise en charge professionnelle ou psychologique au retour à la vie civile.

On peut regretter que le rapport de Demos ne fournissent pas de statistiques concernant notamment le profil sociologique des hommes entrant dans la police ou les OMON ainsi que le nombre de policiers passés par la Tchétchénie depuis le premier conflit en 1994 jusqu’à aujourd’hui (au moins dans les 5 régions considérées) ; et l’on peut regretter également que l’étude ne mentionne que brièvement sans s’y attarder les opérations de nettoyage (zachistka) menées contre les populations civiles tchétchènes et que les vétérans n’aient pas été interrogés sur ces questions.

Au-delà de ces réserves, l’étude du centre Demos constitue un document inédit et extrêmement précieux pour la connaissance de la société post-soviétique, de ses institutions (elle a pu pénétrer au cœur d’une institution opaque et fermée à la recherche en sciences sociales), mais aussi de la politique de l’État à l’égard de ses vétérans : à l’évidence, le statut des vétérans et la politique sociale menée envers eux dépend fortement de la façon dont l’État définit la guerre. Or si l’État refuse d’appeler « guerre » le conflit alors la guerre n’existe pas et les vétérans n’en sont pas et cela même si les vétérans eux-mêmes – comme en témoignent les interviews – utilisent exclusivement le terme « guerre » pour qualifier le conflit. Or la premier conflit de Tchétchénie a été mené officiellement afin de « restaurer l’ordre constitutionnel », et le second, à partir de 1999, a été conduit au nom de la « lutte contre le terrorisme »…Il n’est pas étonnant, dès lors, que l’État ne fasse que peu de cas de ces vétérans qui pour lui n’en sont pas …

  1. Etude conduite dans le cadre du programme “Drawing Public Attention to the Chechen Conflict through the Prism of Issues Associated with Social Adaptation and Professional Activities of Veterans” ; également disponible dans une version anglaise raccourcie : “Policemen in Limbo. Veterans of the Chechen Conflict in Russian Society”, Moscow, Demos, 2007. []
  2. Tsentr sodeistviia provedeniiu issledovanii problem grazhdanskogo obshchestva. []
  3. Cf. l’interview de la présidente du centre Demos de l’époque, Tanya Lokshina, dans le numéro 6/7 de la revue électronique The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies, http://www.pipss.org/document772.html. []
  4. Un jour de combat équivalait à trois jours de service. []
  5. Voir le chapitre « Psykhologicheskaia sluzhba MVD », pp. 60-75. []
  6. Catherine Merridale, « The Collective Mind : Trauma and Shell-Shock in Twentieth-Century Russia », Journal of Contemporary History, Vol. 35, # 1, Special Issue: Shell-Shock, January 2000, pp. 39-55. []