From Afghanistan to Chechnya

Filmographie compilée avec l’aide de Martine Godet, directrice de l’Iconothèque du CERCEC http://iconotheque-russe.ehess.fr/ . Les hyperliens sur les titres de films renvoient vers l’iconothèque, où ces films sont disponibles. Commentaires Amandine Regamey.

  • 12 – Film de fiction réalisé par Nikita Mikhalkov, Russie, 2007, en couleur, sonore, de 153 minutes.  Remarqué pour ses numéros d’acteurs et critiqué pour sa longueur, “12” est un remake de “12 hommes en colère” de Sidney Lumet. Dans la version russe, c’est un jeune Tchétchène qui est accusé à tort d’avoir tué son père adoptif ; il est acquitté grâce à un officier russe, incarnation de l’honneur de la droiture etc etc et joué par Mikhalkov lui-même.
  • 9ая Рота / La 9e Compagnie – Film de fiction réalisé par Fiodor Bondartchouk, Russie-Ukraine, 2005, en couleur, sonore, de 126 minutes. Entre “Full Metal Jacket”  pour le scénario et le thème du “coup de poignard dans le dos” pour le message politique. Un escadron combat jusqu’à sa dernière cartouche en Afghanistan … sans savoir que Gorbatchev a déjà ordonné aux troupes de se retirer.
  • Александра / Alexandra – Film de fiction réalisé par Alexandre Sokourov, Russie, 2007, en couleur/noir et blanc, sonore, de 92 minutes. Une grand-mère rend visite à son petit-fils qui sert en Tchétchénie.
  • Блокпост / Poste de contrôle – Film de fiction réalisé par Aklexandre Rogozhkin, Russie, 1998, couleur, 85 minutes. Après un nettoyage qui tourne mal dans un village « quelque part dans le Caucasee », une compagnie est cantonnée à un poste de contrôle en attendant que l’enquête aie lieu. Leur quotidien s’écoulerait paisiblement entre sexe tarifé avec la muette du village et  gags scatologiques, s’ils n’étaient pas menacés par un mystérieux snipers. Un film entre «les  bidasses en folie » et le thème classique du « meurtre par méprise », avec en toile de fond une opposition entre les petits soldats et le haut commandement, vendu aux Caucasiens et à l’Occident.
  • Война /La Guerre – Film de fiction réalisé par Alexeï Balabanov, Russie, 2002, en couleur, sonore, de 130 minutes. Le film constitue une sorte de contrepoint au Prisonnier du Caucase (cf infra) de S. Bodrov, auquel il emprunte son acteur principal (S. Bodrov Junior). Un jeune soldat russe revient en Tchétchénie, où il été détenu en otage pour sauver une jeune Anglaise – accompagné du fiancé de celle-ci. Trahi par tous, « injustement » jugé pour des meurtres de civils, il finit en prison. Déjà présent dans le Frère 2, la figure du héros russe courageux, ingénieux et désintéressé (face à un Occidental puéril et près de ses sous) est développé ici dans une opposition à des guerriers mafieux tchétchènes cruels et perfides. Voir la critique du film sur kinokultura.com
  • Кавказский Пленник / Le prisonnier du Caucase. Film du réalisateur Sergueï Bodrov, Russie, 1996, en couleur, sonore, 99 minutes. S. Bodrov s’est inspiré du Prisonnier du Caucase de Tolstoï, ainsi que des poèmes de Pouchkine et Lermontov, pour réaliser un film pacifiste et plein d’humanisme – mais non exempt de stéréotypes sur un Caucase qui vit toujours selon les lois du passé.
  • Мой сводный брат Франкенштейн (Mon demi-frère Frankenstein) – Film de fiction réalisé par Valeri Todorkovski, Russie, 2004, couleur, sonore, 111 min. Un enfant voit s’installer chez lui son demi-frère, qui a servi en Tchétchénie et en porte des séquelles qui mettront sa famille en danger. Une réflexion sur l’état psychologique des vétérans de la guere de Tchétchénie …  et de la société russe. Voir la recension sur kinokultura.com
  • Мусульманин / Le Musulman – Film de fiction réalisé par Vladimir Khotinenko, Russie, 1995, en couleur, sonore, de 105 minutes.
  • Пленный / Le captif. Film du réalisateur Alexei Uchitel, Russie/Bulgarie, 2008, couleur, sonore, 80 minutes. Le motif du Prisonnier du Caucase – inversé. Des soldats russes sont chargés d’escorter un jeune prisonnier tchétchène capturé dans les montagnes jusqu’à leur base militaire. Inspiré de Kавказский пленный  (Le prisonnier du Caucase) de Makanine, le film d’Uchitel gomme le thème essentiel de l’attirance homosexuelle. Voir la critique sur le site de la revue en ligne kinokultura.
  • Чистилище/ Le purgatoire. Film de fiction d’Alexandre Nevzorov, Russie, 1997, couleur, sonore, 115 minutes. Le journaliste A. Nevzorov prétend avoir fidèlement reproduit la bataille pour un hôpital de Grozny auquel il aurait assisté en 1995. Une armée russe dépenaillée mais courageuse combat de cruels mercenaires baltes, afghans et noirs – sur fond de saleté, fumée, bruit et boue. Des tanks écrasent pendant de longues minutes des entrailles sanguinolentes, et un tankiste aux jambes arrachées est crucifié par des Tchétchènes.
  • La colonne Chamanov. Documentaire de Thibault D’Oiron et Annie Daubenton, France, 1997, couleur, sonore, 51min. Le documentaire repose sur des images tournées en 1996 par un soldat russe qui servait en Tchétchénie dans les troupes du général Chamanov. Voir la critique de Libération
  • Quand le soldat Volodia filme sa guerre. Film documentaire de Mylène Sauloy, France, 2004, couleur, sonore, 40 minutes. Image tournées par des soldats russes eux-mêmes des batailles autour du village de Komsomolskoe en mars 2000 : utilisation des habitants comme boucliers humains, reddition contre une promesse d’amnistie des combattants – qui seront ensuite torturés ou tués. Mylène Sauloy fait parler des survivants face à ces images que les soldats russes ont vendues aux familles.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *