Monthly Archives: August 2010

New Publications on Violence Against Women – ANNA Publishing House

We would like to draw to your attention two reports published in 2008 and 2009 by the Natsional’nyi tsentr po predotvrashcheniiu nasiliia “ANNA”:

  • Nasilie v Otnoshenii Zhenshchin: Opyt Stran Vostochnoi Evropy, Tsentral’noi Azii i Rossii [Violence against women: Experience of the countries of Eastern Europe, Central Asia and Russia]. Ed. by L. Ponarina and  A. Sinel’nikova. Moscow: Natsional’nyi tsentr po predotvrashcheniiu nasiliia “ANNA”, 2008. 144 p. ill., graphs, tables. pbk. 14 x 20 cm. ISBN 978594101128.

    The collection contains research and statistical data on violence against women, its causes and consequences  in the countries of Eastern Europe (Lithuania, Moldova, Ukraine, etc), Russia and Central Asia

  • Territoriia Molchaniia: Prava Zhenshchin i Problema Nasiliia v Otnoshenii Zhenshchin v Rossii [Territory of silence: Women’s rights and the issue of violence in relation to women in Russia]. Ed. by Marina Pisklakova and Andrei Sinel’nikov. Moscow: Natsional’nyi tsentr po predotvrashcheniiu nasiliia ‘ANNA’, 2009. 184 p. pbk. 14 x 21 cm. ISBN 9785941012144.

      This report was prepared by the National Independent Commission for Women’s Rights and Violence against Women in 2008 and identified 4 types of violations of women’s rights in Russia: domestic violence, sexual abuse, trafficking and violent crimes against women as a part of national traditions. The Report analyzes the situation in this area and includes some suggestions to the government on the problem of violence against women.

Reprint Article from Russia Profile – Evanescent Lives. The Rapid Growth of Child Suicides Reflects the High Level of Violence in the Russian Society By Svetlana Kononova

Reprint article from Russia Profile http://www.russiaprofile.org/,  July 12, 2010.

In terms of the number of suicides, Russia ranks fifth in the world, but now this trend is becoming increasingly noticeable among children. While the press reports on child suicides on a day-to-day basis, experts and civil society are trying to understand why many Russian children and teenagers do not care to live in this world.

Official statistics show that 37,570 people committed suicide in Russia last year. Over a million people have killed themselves in the country since 1990 ­ as many as the population of some cities, or the entire population of Luxemburg, Malta or Iceland.

However, official statistics do not include children suicides. Estimates of suicides by minors in Russia range from 2,000 to 2,800 annually. This rate is twice as high as in Western Europe, the United States and Canada. While the number of suicides committed by adults has gradually decreased since the early 1990s, psychologists and social workers are alarmed by the growth in child suicides. “Paradoxically, suicides by children and teenagers are happening despite increasing opportunities for expanding social interaction. Or are the huge number of Web chats, dating sites and other social networks making the problem of loneliness worse? It is difficult to say which is the reason is and which is the consequence,” said Natalya Starovojtova, a psychologist at the Pro Bono Alliance and the branch head at the social rehabilitation center Dom Miloserdija for minors. “Moreover, it is impossible to ignore the recent trend of the family institution being destroyed and devalued,” she continued. “The traditional family performed many functions for children ­ pedagogic, educational, economic, and that of emotional-psychological guidance. But the borders of the modern family have become ever vaguer. Many outsiders now fulfill the roles that used to be a prerogative of the family. Parents have less time to speak to children. When they notice that their children have some problems in school, they tend to turn to psychologists or teachers. It seems that they don’t have the power of love, which always used to help in finding proper words.

They believe that professionals should solve the problems and help their children. However, this approach doesn’t always work.” Psychologists say that children for whom it is difficult to adapt to the modern, success-oriented world tend to exhibit more suicidal behavior. “Early deprivation, different forms of domestic violence and probably some personality traits, such as a predisposition toward depression, are all factors that get a child thinking: ‘does anybody need me?’ Alcoholic parents also contribute to the children’s self-aggressive behavior, which might lead to suicide,” Starovojtova added. Experts distinguish between the so-called demonstrative suicide and real suicide plans. “Unrequited love, failed exams and feelings of loneliness all push teenagers toward demonstrative suicide. The actual goal is not to die, but to attract the attention of important people. It means that the child is using an inadequate way to solve the problem, and such inadequate ways are the means of communication in this family.

However, the frightful side of demonstrative suicide is that it can lead to death,” Starovojtova said. Teenagers who tend toward real suicide have some special personality traits, such as rigidity, psychologists say. It is very difficult for them to adapt to new situations, change decisions, habits and opinions. These teenagers carefully plan their suicide. They minimize contact with friends, do not make future plans and straighten things out. For example, they can present somebody with some valuable thing. When all the things are done and the suicide plan is ready, the teenager might look vivacious and cheerful. In contrast, children who tend toward demonstrative suicide often tell somebody about their intentions, make “goodbye letters” available for reading, etc. The third kind of suicide is latent suicide. Teenagers from this group tend to put their life at risk but cannot understand the reasons behind such behavior. The kinds of latent suicide are different: drugs and alcohol, dangerous kinds of sports and activities. “The most important thing is always to stay in contact with your child. If your child trusts you, he or she will probably discuss their problems with you. But if you devalue the personality of your child, put them down and deride them, the result will be the opposite,” Starovojtova advised.

However, it seems that the main reasons behind the increased number of child suicides are not just busy parents, but the high level of violence in society in general. When popular journalist Natalya Radulova wrote a blog post called the “Suicide of Schoolchildren,” it captured much less attention than celebrity news. The typical reaction of the public was negative. Typical comments such as “let them die, it’s survival of the fittest,” “if they commit suicide because of failing exams, they are idiots,” “we don’t feel sorry for them” and even “parents of such children should be put in prison for ten years” show the rough side of society, which still follows the criminal rule of “don’t trust, don’t fear, don’t ask.”

The statistics of violence against children in Russia are shocking. Last year 105,800 crimes against minors were registered, including 4,000 committed by parents. The Foundation to Support Children in Difficult Circumstances (FSCDC), an NGO, has received more than 140,000 reports about the violations of children’s rights, including 37,000 reports signaling a threat to the life and health of children in 2009.

A recent survey conducted by the National Center for Prevention of Violence “Anna” found that 40 percent of teenagers have experienced violence at home, and 50 percent report that they know families where domestic violence takes place. More than 50,000 kids leave home every year due to the parents’ alcoholism and an insufferable environment. Children are involved in domestic violence in three ways, a statement from “Anna” said. Firstly, they become the direct object of physical, sexual or psychological violence. Secondly there are situations when a “family dictator” uses children to manipulate and control an adult victim, thus taking the children hostage. The third kind of destructive experience is “seeing” violence committed against the mother. All of these types of involvement lead to psychological problems. Research shows that as a result of domestic violence, about two million children and teenagers in Russia suffer from psychological disorders, including behavioral disorders and post-traumatic stress disorder and depression, leading to suicide. “Despite government-founded rehabilitation centers working across the country, not everybody knows where to call for help,” said Elena Selyanchenkova, a spokesperson at FSCDC. “The united hotline will start working in Russia in August.” Selyanchenkova told a story about a girl who ran to the rehabilitation center because her mother bit her. “She was allowed to stay at the center until the conflict was solved. Both the mother and the daughter received psychological assistance.” Nothing, however, was said about the legal responsibility of the mother.

From Russiaviolence Team:
We would also like to draw to your attention an article and a documentary authored by Claire Bigg, Anastasia Kirilenko, and Alexander Kulygin posted on RFE/RL site on June 28, 2010 at:
http://www.rferl.org/content/Why_Are_Russias_Children_Killing_Themselves__/2084753.html

Interview – Crisis Centre for Women, Institute for Non-Discriminatory Gender Relations, St Petersburg (in French)

Dans le cadre d’une enquête sur la question de la violence contre les femmes en Russie, Françoise Daucé et Amandine Regamey ont rencontré les responsables du Crisis Centre de Saint-Pétersbourg, créé sur la base de l’Institut des relations de genre non-discriminatoires INGO (Institut Nediskrminatsionykh gendernykh otnoshenii). A l’instar d’autres associations à Moscou (Sëstry, Anna) et à Saint-Pétersbourg (Alexandra), cette association offre en particulier une permanence téléphonique (en russe « téléphone de confiance») aux femmes victimes de violence. L’objectif était de voir comment une association définissait le problème de la violence contre les femmes et envisageait son action et son interaction avec l’Etat dans la prise en charge du problème. L’entretien a eu lieu le 30 juin dans les locaux de l’association avec Natalia Khodyreva, sa directrice, ainsi qu’avec plusieurs des collaboratrices du centre. Nous rapportons ci dessous leur analyses des problèmes et leur présentation de leur activité.

Historique et fonctionnement de l’association

L’association, qui a été créée il y a 18 ans, est située au centre de Saint-Pétersbourg, dans un local qui sert à la fois de bureau, de salle de réunion, de bibliothèque et de local pour la permanence téléphonique. Depuis sa création, l’association a mené des activités très différentes, séminaires, formations, publications, mise en place de refuges pour les femmes victimes de trafic ou de violence ; elle a de très nombreux contacts en Russie et à l’étranger.

La permanence téléphonique fonctionne de 11 h à 18 h tous les jours ; la nature et l’objet des appels (jusqu’à 5 ou 6 appels de 40 minutes par jour) sont soigneusement consignés. L’association ne fait pas particulièrement de publicité, d’une part, parce qu’elle n’a pas d’argent, d’autre part, parce que le téléphone est déjà connu.

Actuellement, l’association projette de préparer des affaires à déposer devant la CEDH, à la fois pour des questions de harcèlement sexuel, mais aussi de violence domestique. Elle cherche également à faire du lobbying pour que soit adoptée une loi prévoyant des mesures d’urgence et de protection pour les femmes. La question des femmes suscite cependant peu d’intérêt chez les députés, et l’association ne se fait pas d’illusion sur ses capacités d’action dans la mesure où toutes les lois sont prises à l’initiative de l’exécutif.

Les responsables d’INGO notent par ailleurs une forte méfiance des défenseurs des droits de l’Homme, qui ont peur que l’Etat n’utilise cette loi pour s’immiscer dans les familles, et que des abus ne soient commis. Cependant, pour elles , le résultat est que les victimes de violence restent en définitive sans droits, contre les violeurs et face à l’Etat.

L’association est dans une position critique vis-à-vis du pouvoir, elle a collaboré avec l’Organisation des mères de Soldats de Saint-Pétersbourg, a participé à des manifestations communes contre la guerre et apporté son aide à des soldats qui avaient été violés dans l’armée. Elle a toujours bénéficié des financements de fondations étrangères (Soros, Ford), ce qui la rend, selon elle, suspecte aux yeux de l’Etat1. Le centre a bénéficié d’un financement de la mairie de Saint-Pétersbourg, même si la ville les regarde avec méfiance en raison de leurs critiques envers la police. Cependant, les conditions d’utilisation de l’argent sont drastiques, les dépenses éligibles sont peu nombreuses (achat de matériel, mais pas d’aide sociale directe) et « il faut remplir des tonnes de papiers pour avoir un peu d’argent » dont le versement n’est jamais garanti.

L’association connait également une crise financière, : les aides étrangères se sont taries depuis deux ans, même si quelques programmes sont encore en cours, et la crise économique depuis 2008 se fait sentir. Le budget de l’association est 10 fois moins important qu’il n’a pus l’être. Le local est loué à la ville, et les ressources propres de l’association sont tres limitées ; les collaboratrices travaillent pour des salaires très faibles. Problème supplémentaire : les différentes fondations comme les agences internationales (à l’exemple de l’UNIFEM) financent des projets de l’association, mais pas le fonctionnement de l’association en tant que telle.

INGO a essayé de s’adresser à la Chambre sociale (Obshchestvennaia Palata)2 ou à l’organisation Soprotivlenie qui distribue des fonds d’Etta pour financer des projets, mais aucune des trois demandes n’a abouti. Elle a en particulier répondu à un projet sur « la santé de la nation » – mais pense que son approche pro-féministe a été rejetée en raison de la composition du comité de sélection, parmi lequel se trouvaient un prêtre orthodoxe, un dignitaire  musulman et un rabbin.

INGO souligne qu’avec la création de Rosregistratsia (organe exécutif chargé depuis 2004 d’enregistrer et de contrôler, entre autres, les associations), environ un tiers des associations existantes ont été fermées – certaines d’ailleurs enfreignaient la loi sans le savoir. Les règles sont strictes : ainsi INGO, qui est enregistrée comme organisation régionale, aurait pu être fermée du seul fait que ses membres voyagent en province et à l’étranger, ce qui ne correspond pas au but annoncé de l’association.

La violence domestique et sa prise en charge par l’Etat

INGO travaille sur les violences contre les femmes depuis 18 ans, et n’a pas le sentiment que cette violence diminue. Au contraire, des violences particulièrement cruelles, comme le cas d’un homme ayant jeté par la fenêtre se femmes et ses enfants, ont été rapportées dans la presse. Le problème de la violence conjugale (partniorskoe nasilie) reste inchangé, même si l’association note l’apparition d’une nouvelle problématique. Outre les conflits liées au logement et à la garde des enfants, on observe un nombre croissant de conflits pour des raisons économiques liés au partage de la propriété de petites entreprises.

Les instruments d’action manquent et la prise en charge par l’Etat reste déficiente. Il n’existe toujours pas de loi sur la violence contre les femmes. De manière générale, le travail de la police laisse à désirer – aussi le traitement des violences conjugales ne fait-il pas exception à la règle. D’autre part, il faudrait une structures spécialisées, au sein des organes de maintien de l’ordre, sur la question des violences domestiques, comme en Suède et en Allemagne.

L’opinion publique est difficile à mobiliser sur ce point, même si dans l’ensemble elle condamne ces violences, et l’ombudsman russe V. Loukine ne s’intéresse pas vraiment aux questions de genre.

La justice ne traite pas non plus le problème comme il le faudrait. Ainsi, dans le cas d’un homme accusé de violences contre sa femme et privé de ses droits parentaux, l’association n’a pas réussi à obtenir qu’ils soit expulsé de l’appartement où il continue à vivre avec son ex-femme et les enfants. La solution proposée par le tribunal était de placer le fils dans un foyer pour enfant. L’association perçoit une volonté de protéger le père et, plus généralement, une volonté de la justice de décriminaliser la violence domestique, avec l’idée sous-jacente que le plus important est de protéger les familles, de maintenir celles-ci intactes.

En ce qui concerne l’accueil des femmes victimes de violence, il existe, dans chaque quartier de Saint-Pétersbourg, quelques centres spécialisés disposant de places d’accueil. Mais ces centres exigent de nombreux documents officiels (attestation de la police, enregistrement officiel à Saint-Pétersbourg) et les règles d’accueil sont très strictes. En définitive, ce n’est qu’en contournant ou enfreignant les différentes règles administratives que les responsables de ces centres peuvent réellement offrir un accueil aux femmes qui en ont le plus besoin.

Le paradoxe est d’ailleurs que ces centres restent en partie vides : soit parce qu’ils ne peuvent fonctionner par manque d’argent et de personnel, soit parce que les femmes préfèrent chercher des solutions par elles-mêmes, soit, enfin, parce qu’il est difficile de trouver les coordonnées de ces centres qui n’ont fait quasiment aucune publicité. Cette situation est analysée par l’association comme un effondrement de l’Etat social, qui implique qu’il n’y a rien de fait pour les femmes, à peine plus pour les enfants. Les femmes victimes de violence conjugales doivent trouver une solution individuelle, par leurs parents ou leurs amis, ou s’adresser, en dernier recours, à des associations.

Ingo avait ouvert en 2000 un centre d’accueil pour les femmes victimes de trafic, louant différents appartements dans la ville pour les loger , et a mené un projet similaire pour les victimes de violence domestique en 2007. Ce projet, qui a pris fin, était surtout destiné aux femmes en situation irrégulières, qui aujourd’hui n’ont comme solution que de se rendre dans des foyers très chers (400$ par mois pour un chambre) ou de louer un lit dans des chambres collectives – solutions qui leur apportent rarement la possibilité de légaliser leur présence à Saint-Pétersbourg.

L’association travaille d’ailleurs sur un projet conjoint avec l’Organisation Internationale des Migrations afin d’apporter une aide médicale et légale pour les femmes migrantes originaires d’Asie Centrale.

Les violences sexuelles

L’association travaille plus spécifiquement sur les violences sexuelles et déplore le fait que l’Etat n’assure aucune protection et ne se donne pas les moyens de mener des enquêtes réellement efficaces.

Pour l’association, qui avait reçu la veille de notre entretien la visite d’une femme violée dont la plainte n’avait pas été enregistrée, il est quasiment impossible, en Russie, d’ouvrir une instruction judiciaire en cas de viol. Les problèmes se rencontrent à toutes les étapes : celle de la plainte, de l’enquête et du jugement. Si l’association essaie d’attirer l’attention de l’opinion publique en faisant publier un article, la procurature n’ouvre pas une enquête sur le crime commis, mais sur l’article de journal lui-même, accusant souvent le journaliste d’avoir fait pression contre la victime et se retournant contre l’association.

INGO déplore en particulier la mauvaise prise en charge médicale des victimes de viol : “Après 6 heures d’interrogatoire à la milice, on envoie les femmes victimes de viol à l’hôpital pour faire des prélèvements de sperme. Mais il n’y a aucun autre soutien, on ne fait que prendre des prélèvements, rien n’est fait pour le sida, les maladies vénériennes, la détection de grossesse”. Pour l’association, la structure médicale existante n’est pas adaptée, il n’y a pas de prise en charge d’urgence, et l’Etat qui est dans une phase de diminution des dépenses sociales considère ces dépense comme un fardeau.

Prostitution

INGO a travaillé sur les questions de prostitution, et a mené récemment une enquête sur la situation des prostituées de Saint-Pétersbourg qui ne bénéficient pas d’une aide spécialisé et risquent toujours des poursuites administratives. Quelques associations ont tenté de faire en particulier de la réduction des risques : distribution de préservatif et de seringue – car la quasi -totalité d’entre elles sont toxicomanes. Mais c’est une véritable réhabilitation sociale, économique et psychologique qui est nécessaire : ce travail de longue haleine, couteux, devrait être pris en charge par l’Etat.

INGO regrette par ailleurs que la tendance soit à une légalisation de la prostitution, à l’instar de pays “civilisés” comme l’Allemagne, la Hollande. L’association pense qu’il n’y a pas de prostitution volontaire et que c’est le client qui doit être poursuivi.

  1. Pour mémoire, en novembre 2007 Vladimir Poutine avait qualifié de « chacals devant les ambassades étrangères» les associations qui « comptent sur le soutien de fonds étrangers” » []
  2. Organe consultatif créé en 2005 pour “favoriser les liens” entre l’Etat et la société civile, composée de 42 membres nommés par le président, la Chambre sociale dispose de fonds grâce auxquels elle apporte un soutien financier, sur concours,  à des ONG choisies. []