Understanding Violence in Russia – A Quick Overview of the Project Conclusions (in French)

Comprendre les violences en Russie

Synthèse des résultats du projet de recherche Emergence(s) 2009-2013

 

Le projet que nous avons mené grâce au soutien du projet Emergence(s) de la Mairie de Paris visait à appréhender les phénomènes de violence qui traversent la société et les institutions russes dans les années 1990-2000.

Si l’effondrement de l’URSS a plutôt surpris par le caractère pacifique de la transition politique qui a eu lieu à Moscou, dès les années 1990 la Russie renvoie l’image d’un Etat en proie au chaos et au règne de la violence mafieuse, alors que le Président fait bombarder le Parlement en 1993 et que la guerre éclate en Tchétchénie en 1994. Les années 2000, marquées par la reprise en main généralisée, ne mettent pas un terme aux diverses formes de violence : seconde guerre de Tchétchénie et répercussions dans tout le Nord Caucase, terrorisme (prises d’otage de la Doubrovka en 2002 et de l’école de Beslan en 2004), résurgence périodique de la violence politique (assassinats de défenseurs des droits de l’homme, d’avocats, de juges, de journalistes), meurtres racistes et attaques contre les migrants. Les observateurs dénoncent également la violence structurelle à l’œuvre dans les institutions comme la prison, la police ou l’armée.

Pendant près de quatre ans, de fin 2009 au mois de juin 2013, une équipe de six chercheurs, sociologues et politistes, ayant une très grande expérience du terrain russe et plusieurs années de travail en commun derrière eux, a réfléchi de concert sur ces questions. L’objectif de ce projet de recherche pluri-disciplinaire était d’analyser les évolutions connues par la Russie dans les vingt dernières années en les abordant sous l’angle de la violence. Il s’agissait non seulement d’analyser la nature des violences observées dans la société russe contemporaine mais aussi d’évaluer leurs conséquences sur les pratiques sociales et politiques et les éventuelles réactions qu’elles suscitent dans la société.

Ces recherches ont donné lieu à des journées d’études et conférences internationales, mais aussi à des interventions dans un cadre scientifique ou « grand public » ainsi que des publications dont une présentation complète des activités sera donnée ci-dessous. Nous insisterons ici de manière synthétique sur l’état de nos réflexions au terme de ce processus de recherche.

Travailler sur les violences

L’analyse de ce qui se joue dans les différentes formes et manifestations de cette violence est essentielle. D’abord, pour comprendre les transformations de la société et de l’État russe au cours de vingt dernières années, et voir comment s’articulent les bouleversements du présent et les héritages d’un passé soviétique qui imprègne tant les institutions que les pratiques sociales. Ensuite, parce que l’expérience russe permet de tester un certain nombre d’hypothèses et de modèles explicatifs de la violence politique et de la violence de guerre dans le monde contemporain (influence de la nature de l’Etat et du régime, dimension (post) coloniale, conséquences de la transformation des normes dans une société bouleversée, etc.)

S’appuyant sur des enquêtes de terrain et une analyses approfondie des sources existantes, les six chercheurs ont été guidés par un certain nombre de questions communes : définition et mesure des violences (questions statistiques), évolution depuis la fin de l’époque soviétique, influence des changements politiques et économiques des vingt dernières années, identification des acteurs de la violence (étatiques et institutionnels, économiques, groupes sociaux, individus), différenciation en fonction des groupes et des régions, mise en lumière de la circulation des pratiques et des normes en Russie, mais aussi entre la Russie et l’extérieur. Les pratiques violentes ont été étudiées à plusieurs niveaux, « micro » (violences inter-individuelles), « meso » (violences collectives émanant de certains groupes) et « macro » (impact des politiques publiques et effet des discours politiques).

Ces questionnements ont été appliqués à un certain nombre de terrains, sur lesquels les différents membres du groupe se sont spécialisés plus particulièrement : la violence des institutions d’Etat : armée, police, système pénitentiaire ; les émeutes et violences collectives ; les violences xénophobes et racistes, en particulier celles touchant les migrants ; les vétérans de l’armée et de la police, perçus à la fois comme auteurs potentiels de violence et victime d’une violence d’Etat ; les violences de guerre ; les violences au sein de la sphère domestique/familiale ; les violences de genre ; le rôle de la justice dans la prévention, la sanction et / ou la perpétuation de ces violences.

Nous nous sommes appuyés sur des contacts établis depuis plusieurs années tant avec des ONG qu’avec des chercheurs russes qui ont contribué à renouveler les approches sur ces questions dans les années 2000. Comme nous l’avions pressenti, ces contacts et le travail en commun ont été à la fois un moyen d’accéder au terrain, mais aussi de ne pas nous poser en « étrangers donneurs de leçons » face à la société russe. Nous avons largement utilisé les matériaux recueillis par ces partenaires, tout en valorisant leur travail à travers l’invitation à des journées d’études et des propositions de publications. Tout en nous interrogeant sur la nature de ces sources et les éventuels biais possible, nous avons dans l’ensemble préféré ces sources de seconde main à des entretiens directs avec les victimes qui auraient obligé celles-ci à revivre les violences subies pour le seul intérêt de notre recherche. Ces sources sont d’autant plus importantes que les sources institutionnelles (documents officiels, statistiques, procès) sont, à la différence des documents historiques, difficilement accessibles pour des chercheurs travaillant sur le contemporain.

Plusieurs d’entre nous sont engagés dans des actions avec des ONG internationales (FIDH, ACAT), nous transformant de chercheurs en « experts » pour ces organisations. Il s’agit certes d’une possibilité d’accès au terrain, mais également d’un engagement que nous assumons car il nous semble faire partie de la responsabilité de chercheurs travaillant sur des violences à l’époque contemporaine.

 

Culture, histoire, comparaison

Le projet était intitulé « Une violence russe » de manière volontairement paradoxale. De fait, nous rejetions dès le début des explications aussi culturalistes que fatalistes, selon lesquelles « il y a de la violence parce que la Russie a toujours été violente ». Les résurgences historiques de moment d’extrême violence (guerre civile, purges staliniennes, seconde guerre mondiale, guerre de Tchétchénie) n’expliquent rien si on ne montre pas comment ces pratiques ont pu se maintenir au cours de l’histoire.

Pour éviter l’écueil culturaliste, une approche historique est donc nécessaire, de même qu’une approche comparatiste. En comparant l’expérience russe avec celle des démocraties occidentales, nous avons cherché à comprendre ce qu’il y avait de commun dans les violences commises, ce qui ne serait en définitive pas proprement « russe ». Les travaux portant sur d’autres aires géographiques nous ont aidé à la fois à mieux formuler nos questionnements, mais aussi à sortir de l’illusion d’une prétendue « spécificité » russe.

De fait, les parallèles tracés ont pu être très nombreux, tant au niveau des pratiques sociales violentes que des politiques étatiques : modalités de la violence contre les femmes (causes sociales et économiques, logiques d’enfermement familial, refus de prise en compte par la police), « contrôle au faciès » par la police (en fonction de l’apparence mais aussi du comportement), pression du chiffre exercée sur les policiers, violences racistes contre les migrants.

C’est parfois avec un décalage de plusieurs dizaines d’années entre ce qui s’est passé en Occident  et ce qui se passe en Russie que les parallèles sont les plus pertinents : modalités de la torture pendant la guerre d’Algérie et en Tchétchénie dans les années 2000, défaut de prise en compte des traumatismes des vétérans, impact du retour de ceux-ci à la vie civile, etc.

Pourtant, il est impossible de nier que ces violences prennent des formes spécifiques en Russie, soit par leur intensité et leur fréquence, soit par leur caractère systématique. Le relativisme apparait à cet égard tout aussi trompeur que le culturalisme. La torture dans les lieux de détention et dans le processus d’instruction relève d’un véritable système, et pas uniquement dans les zones où sont menées des « opérations contre-terroristes ». Le nombre de migrants assassinés par les groupes d’extrême droite se compte en dizaines par ans. La Russie est toujours le premier pays en termes de morts violentes.

La fabrication institutionnelle et politique de la violence.

Comment donc expliquer cette spécificité russe ? Il y a, à notre avis, une véritable « fabrication » institutionnelle et politique de la violence, au sens où d’une part des phénomènes sociaux sont aggravés par le manque de réponse de l’Etat, voir par l’autorisation, implicite ou explicite de celui-ci, et où d’autre part les discours publics, les législations, les politiques publiques et les pratiques institutionnelles contribuent largement à co-produire la violence. Cette « fabrication politique et sociale » de la violence peut se décomposer en plusieurs niveaux, qui viennent se superposer et souvent s’alimenter mutuellement, de la non prise en charge des violences sociales mpar l’Etat … à la violence commise par les agents de l’Etat eux-mêmes.

  • Une insuffisante connaissance des problèmes par l’Etat. L’absence de statistiques et de chiffres fiables sur certains phénomènes comme les violences contre les femmes empêche que le problème soit évalué dans toute sa gravité par les institutions. Dans ce cas-là comme celui des violences contre les migrants, ce sont souvent les chiffres donnés par les ONG qui doivent compenser l’absence de statistiques étatiques. Ce manque tient aussi à un arsenal juridique insuffisant : il n’existe par exemple aucun article spécifique du code pénal sur la torture ou sur les violences domestiques. Les violences ainsi commises peuvent être poursuivies selon d’autres articles – mais la spécificité du phénomène est ainsi « diluée » dans les statistiques judiciaires et ne permet pas de réponse adéquate.
  • défaut de  prise en charge des victimes de violence comme des auteurs pour le cas des violences commises dans l’exercice de leur fonction, discours politiques y compris de la part de l’Etat pouvant autoriser ou légitimer la violence de la part de ses propres agents comm de la part d’autres groupes, socialisation par l’expérience de la violence, cadre institutionnel qui incite les acteurs à des comportements répressifs et/ou violents, et enfin environnement
  • Insuffisante prise en charge des problèmes par l’Etat. Le manque de politiques visant à lutter contre les violences peut jouer un rôle de facteur aggravant. Ainsi, l’absence de foyer d’accueil pour les femmes victimes de violence oblige celles-ci à rester dans le cadre familial et les expose à des risques supplémentaires. De même le refus de prendre en compte les traumatismes des vétérans est non seulement une violence symbolique contre ceux-ci, mais ne permet pas de freiner leurs éventuels comportements violents. L’absence de poursuites contre les groupes d’extrême droite de type skin heads (même si la situation s’est améliorée depuis quelques années) ne peut jouer qu’un rôle d’encouragement, de même que la quasi-totale impunité dont bénéficient les policiers ayant commis des violences dans le cadre de leur fonction, ou des militaires dans le cas de la guerre en Tchétchénie. Même si l’on constate une augmentation des policiers poursuivis en justice pour torture ou mauvais traitements dans l’ensemble de la Russie, et une meilleure connaissance et reconnaissance du problème par les autorités, l’impunité de fait autant que le sentiment d’impunité restent très répandus tandis que des mécanismes institutionnels clés (évaluation du travail policier, recrutement et formation, test d’aptitude, absence d’autorité indépendant pour poursuivre ces policiers auteurs de violences) ne parviennent pas à être réformés.
  • Un cadre institutionnel ou des politiques incitant à la violence. Seul 1% des décisions de justice aboutissent à des acquittements en Russie : les conditions de travail et de nomination des juges ainsi que leurs liens avec les autres acteurs du processus judiciaire (policiers, enquêteurs, procureurs) aboutissent à ce chiffre particulièrement bas. Comme dans le cas des policiers évalués au résultat et qui doivent obtenir chaque mois de meilleurs résultats que le précédent, c’est le cadre institutionnel même qui pousse les acteurs à des pratiques violentes (brutalité dans le cadre des enquêtes) ou à des décisions de justice extrêmement répressives. D’autre part, on observe des « incitations politiques » au plus haut niveau de l’Etat, sans que cela passe par des ordres écrits, mais plutôt par des petites phrases ou des silences. Dernier exemple en date : après des violences collectives dirigées contre les migrants dans la banlieue sud de Moscou en octobre 2013 le gouvernement a réagi … en faisant contrôler et arrêter des centaines de migrants en situation irrégulière.
  • Les difficultés de la société civile à intervenir constituent également un facteur aggravant de ces violences. Les difficultés d’associations ou d‘organisations non-gouvernementales à prendre en charge les problèmes, à attirer l’attention de l’opinion publique et à obtenir que l’Etat prenne des mesures  sont liées à plusieurs facteurs : cadre institutionnel répressif (loi sur les « agents de l’étranger »), manque de financements et contrôle étatique sur les financements, difficultés à faire « fonctionner » la justice en leur faveur, etc. C’est sans doute à ce niveau-là que le lien entre manque de démocratie et violence joue particulièrement.

La  Tchétchénie et le Nord-Caucase au cœur de la problématique

Ce projet de recherche collectif était parti du constat que les violences ordonnées, commises et subies au cours des guerres de Tchétchénie étaient centrales pour qui voulait comprendre les violences en Russie dans les années 1990-2000. Effectivement, non seulement la République a-t-elle été le cadre d’une violence extrême dont certaine logiques se perpétuent dans la période « post guerre » et que nous avons donc continué à analyser, mais l’impact de la guerre est essentiel pour comprendre les évolutions du système politique et de la société russe. Non seulement des milliers de policiers sont passés par la Tchétchénie avant de reprendre du service dans le reste de la Russie, mais la guerre de Tchétchénie a contribué à renforcer la part des siloviki (policiers, militaires, services secrets) au sein du système politique russe, enfin elle a contribué à renforcer et réactiver des stéréotypes négatifs associés aux Tchétchènes et plus généralement à tous les Nord-Caucasiens de plus en plus perçus en Russie comme des « étrangers de l’intérieur ». L’extension des violences à tout le Nord-Caucase, qui répond tant à une logique de diffusion de la guerre qu’à des logiques propres à chaque République, est fondamentale pour comprendre la Russie aujourd’hui. Alors que les Jeux Olympiques vont s’ouvrir dans quelques mois en Russie, le Nord-Caucase reste au cœur de l’actualité.

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *