Book Review – Demos Report on Police Arbitrariness (reviewed in French)

Demos, Militsiia mezhdu Rossiei i Chechnei. Veterany konflikta v rossiiskom obshchestve, Moskva, 2007, 304 pages. Reviewed by Elisabeth Sieca-Kozlowski

L’étude de Demos sur les policiers vétérans des guerres de Tchétchénie1 constitue la seconde étude complexe du centre2. La première s’intéressait au phénomène de l’arbitraire (« proizvol ») dans la police. Cette nouvelle étude s’intéresse à un des facteurs de développement de cet arbitraire : le passage par la Tchétchénie3.

Bien que les deux conflits de Tchétchénie (1994-1996 et 1999-jusqu’à aujourd’hui) aient entraîné l’envoi de dizaines de milliers de militaires et de membres des ministères dits « de force » dans les zones de combats , le centre Demos a choisi pour son étude de s’intéresser exclusivement aux policiers et aux forces spéciales du ministère de l’Intérieur (OMON).

Officiellement les opérations militaires en Tchétchénie ont pris fin en 2002, pour entrer à cette date dans une phase de « reconstruction ». Depuis cette date, policiers et membres des forces spéciales du ministère de l’Intérieur (MVD) continuent d’être envoyés sur place par rotation dans le but de maintenir l’ordre, de former les forces de l’Intérieur tchétchènes et de les assister dans leur tâche. En réalité les affrontements persistent depuis cette époque.

A leur retour au pays, ces hommes du ministère de l’Intérieur se retrouvent de nouveau à leurs postes et leurs fonctions en contact direct avec la population et cela à la différence des membres des forces armées et des forces spéciales du ministère de la Défense rentrés dès 2002 dans leur garnison et réaffectés à leurs missions spécifiques.

Pour Demos, ces policiers, de retour à la vie civile, en l’absence de systèmes adéquats de réhabilitation professionnelle et psychologique, connaissent une déprofessionalisation et une désadaptation qui les entraînent vers des écarts et des violations du droit qu’ils sont censés faire respecter.

Pour comprendre comment influe sur ces hommes le passage par la Tchétchénie, pour mesurer le poids du vécu et de l’expérience tchétchène sur les vétérans des forces du ministère de l’Intérieur et leur adaptation à la vie civile à leur retour, le centre Demos a interviewé en 2006 des vétérans du ministère de l’Intérieur issus de 5 régions de Russie ainsi que leurs épouses, des dirigeants du ministère de l’Intérieur, des commandants des postes de police, des psychologues du MVD et des leaders d’organisations vétéranes. Au total 95 entretiens ont servi de base au rapport du centre.

Le rapport est divisé en 5 parties : la première traite du rapport des policiers au conflit en Tchétchénie, leur appréciation de la situation et les raisons qui les poussent à partir en mission. La seconde partie concerne leur réhabilitation et leur adaptation à la vie civile. La troisième partie examine le rapport de la société aux vétérans. La quatrième partie est consacrée à la problématique des vétérans canadiens. Enfin, la dernière partie examine la situation des vétérans dans cinq régions de Russie.

Alors que pour une bonne majorité des commandants interrogés dans le cadre de cette étude l’expérience tchétchène est perçue comme positive – selon eux elle soude le groupe, permet aux policiers d’acquérir une plus grande confiance en eux et d’apprendre à tirer – , le rapport Demos met en avant plusieurs facteurs d’aggravation de l’état des hommes liés au passage par la Tchétchénie.

L’allongement de la durée des missions en Tchétchénie (de 1 mois et demi au début de la seconde guerre de Tchétchénie à 3 puis 6 mois) en constitue un: éloignés longuement de leurs familles, incapables à leur retour de se mettre à jour sur les nouvelles lois et procédures à l’usage dans leur poste de police, les policiers sont incapables de faire face à leur tâche, perdent leur qualification et le sens de la réalité. Leur rapport à la population se fausse : on assiste à une transposition de la méfiance – qu’on leur a appris à ressentir vis-à vis de la population civile tchétchène – à la population de leur province. La disparition, en 2002, des indemnités de combat4 constitue un autre facteur d’aggravation de l’état psychologique des combattants : alors qu’elles constituaient la motivation principale du volontariat pour les missions en Tchétchénie (pour les policiers essentiellement car pour les OMON ces missions sont obligatoires), leur disparition a entraîné des pressions de la part des commandants sur des hommes moins enclins à partir. A partir de 2006, il est donc devenu quasiment impossible d’échapper aux kommandirovki (missions) en Tchétchénie. Ces contraintes informelles sur les policiers (le principe de volontariat est toujours en vigueur officiellement) ont provoqué et continuent de provoquer le départ de la police du personnel qualifié.

Le rapport du centre Demos met également en avant les failles – voire la quasi-absence – de systèmes de réhabilitation psychologique et professionnelle des vétérans du MVD : de fait, le système de réhabilitation ne répond pas aux problèmes soulevés et n’englobe pas les questions de réintégration professionnelle.

Le chapitre d’Asmik Novikova sur le service psychologique du MVD5 est particulièrement éclairant et instructif à bien des égards sur le développement de la psychologie en Russie et sur la mentalité stalinienne encore à l’œuvre aujourd’hui. Outre le fait que jusqu’en 2006 les psychologues du MVD n’étaient pas tenus de posséder une formation en psychologie (n’importe qu’elle formation en sciences humaine ou sociales suffisait), et que la notion de confidentialité des informations recueillies par les psychologues n’existait pas, on y apprend d’une part que les psychologues, qui sont censés prendre en charge les vétérans de Tchétchénie, ont une position ambiguë dans l’institution dans la mesure où ils sont soumis au même système de grade que leurs collègues et qu’ils peuvent éventuellement participer à des patrouilles si le poste de police est mis en alerte ; d’autre part, qu’ils dépendent de la direction des cadres et à ce titre sont chargés de sélectionner les cadres susceptibles de travailler dans la police ou susceptibles d’être licenciés (ce qui implique que les policiers hésitent à se confier à eux) et qu’enfin le système d’expertise psychologique est profondément marqué par une conception historiquement russe et idéologiquement stalinienne6 de l’individu et de son état psychique qui fait du traumatisme une faiblesse personnelle. Au regard de cette perception , les psychologues ont donc pour mission de détecter les éléments potentiellement défaillants avant que ceux-ci ne partent sur le terrain des opérations. Ce qui signifie que toute manifestation de syndrome de stress post-traumatique est en soi la preuve de l’incompétence professionnelle de ces psychologues. Il est donc peu surprenant qu’un nombre infime de syndromes de stress post-traumatique soient détectés par les psychologues du ministère de l’Intérieur chaque année.

Au-delà de cette mentalité à l’œuvre au sein des services psychologiques du MVD, un constat s’impose : il n’existe pas de capitalisation de l’expérience des guerres locales précédentes. Alors que les OMON sont engagés depuis les années 1980 dans des coup de mains dans l’Étranger proche, aucune réflexion au sein du ministère sur l’impact de ce que l’on peut qualifier de « combats » sur les forces de l’ordre n’est en œuvre. Il ne semble pas non plus qu’il y ait de transfert de savoir-faire entre les ministères de l’Intérieur et de la Défense dans ce domaine alors que ce dernier possède une expérience ancienne et relativement poussée – même si elle reste insatisfaisante – en matière de réhabilitation psychologique et professionnelle.

Le tableau général que dresse l’étude de Demos sur le rapport du ministère de l’Intérieur et plus généralement de la société russe vis-à-vis de ses vétérans des conflits de Tchétchénie est inquiétant à plusieurs titres : dénis de la guerre et de ses conséquences sur les hommes, mépris des limites de la résistance humaine et de la souffrance psychique, lenteur et défaillance dans leur prise en charge professionnelle ou psychologique au retour à la vie civile.

On peut regretter que le rapport de Demos ne fournissent pas de statistiques concernant notamment le profil sociologique des hommes entrant dans la police ou les OMON ainsi que le nombre de policiers passés par la Tchétchénie depuis le premier conflit en 1994 jusqu’à aujourd’hui (au moins dans les 5 régions considérées) ; et l’on peut regretter également que l’étude ne mentionne que brièvement sans s’y attarder les opérations de nettoyage (zachistka) menées contre les populations civiles tchétchènes et que les vétérans n’aient pas été interrogés sur ces questions.

Au-delà de ces réserves, l’étude du centre Demos constitue un document inédit et extrêmement précieux pour la connaissance de la société post-soviétique, de ses institutions (elle a pu pénétrer au cœur d’une institution opaque et fermée à la recherche en sciences sociales), mais aussi de la politique de l’État à l’égard de ses vétérans : à l’évidence, le statut des vétérans et la politique sociale menée envers eux dépend fortement de la façon dont l’État définit la guerre. Or si l’État refuse d’appeler « guerre » le conflit alors la guerre n’existe pas et les vétérans n’en sont pas et cela même si les vétérans eux-mêmes – comme en témoignent les interviews – utilisent exclusivement le terme « guerre » pour qualifier le conflit. Or la premier conflit de Tchétchénie a été mené officiellement afin de « restaurer l’ordre constitutionnel », et le second, à partir de 1999, a été conduit au nom de la « lutte contre le terrorisme »…Il n’est pas étonnant, dès lors, que l’État ne fasse que peu de cas de ces vétérans qui pour lui n’en sont pas …

  1. Etude conduite dans le cadre du programme “Drawing Public Attention to the Chechen Conflict through the Prism of Issues Associated with Social Adaptation and Professional Activities of Veterans” ; également disponible dans une version anglaise raccourcie : “Policemen in Limbo. Veterans of the Chechen Conflict in Russian Society”, Moscow, Demos, 2007. []
  2. Tsentr sodeistviia provedeniiu issledovanii problem grazhdanskogo obshchestva. []
  3. Cf. l’interview de la présidente du centre Demos de l’époque, Tanya Lokshina, dans le numéro 6/7 de la revue électronique The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies, http://www.pipss.org/document772.html. []
  4. Un jour de combat équivalait à trois jours de service. []
  5. Voir le chapitre « Psykhologicheskaia sluzhba MVD », pp. 60-75. []
  6. Catherine Merridale, « The Collective Mind : Trauma and Shell-Shock in Twentieth-Century Russia », Journal of Contemporary History, Vol. 35, # 1, Special Issue: Shell-Shock, January 2000, pp. 39-55. []

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *